Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Alors que le maire UMP de Mantes-la-Jolie, ce début d'été 2006, pouvait présenter sur les ondes comme une grande victoire sociale la destruction des 400 logements de trois "tours" du quartier du Val-Fourré, les Cahiers sont heureux de contribuer à la réflexion sur l'enjeu politique que fut pendant des décennies la construction - et non la destruction - de logements. Se loger, sujet d'angoisse, d'espoir, cœur du mal-vivre pour des millions de migrants vers les grandes villes de la vieille Europe du XIXe siècle à nos jours. Loger cette foule de nouveaux venus dans des villes bien petites, à l'habitat vieilli et bricolé selon les moyens (réduits) des uns et des autres depuis des décennies, ambition portée par certains hommes politiques, architectes, philanthropes depuis qu'est née au cours du XIXe siècle, la "question sociale". Se loger, loger, question tristement d'actualité ce début de XXIe siècle qui voit les trottoirs, les squares des villes devenir le séjour coutumier d'hommes et de femmes dits de façon si faussement poétique, "sans domicile fixe", tandis que d'autres, décideurs politiques, étendent à l'envie les espaces verts pour ne pas avoir à loger les pauvres. Le dossier des Cahiers, introduit par Jacques Girault, guide historien de la plupart des travaux rassemblés ici, croise des points de vue sur cette gigantesque dimension du social, avoir un toit, avoir de l'eau, puis de l'électricité, mieux, si possible, avoir un chez soi, un endroit où s'isoler, où demeurer, voire s'enraciner. Il croise le point de vue des politiques, de ceux qui pensent le logement des autres, le pensent à travers leur conception d'un idéal de développement urbain, de relations sociales, avec leurs présupposés sur ces autres "à loger". Pascal Guillot et Catherine Dupuy présentent deux moments de volontarisme politique dans le domaine du logement social. À travers l'évocation de l'action d'André Morizet, maire communiste puis socialiste de Boulogne dans l'entre-deux-guerres, et l'évocation des initiatives des maires communistes de Gennevilliers dans les années soixante et soixante-dix, on saisit la continuité d'une pensée politique pour laquelle le logement reste le "plus ardu des problèmes pratiques, celui qui domine tous les autres" (Morizet) et d'une activité qui se heurte aux ardus problèmes du financement et de la mobilisation des espaces publics et, encore plus, privés. Ces politiques volontaristes, favorisées épisodiquement par le pouvoir national, par les lois des années 1920 par exemple, concurrencées aussi par un pouvoir central qui ne se soucie souvent pas des équilibres urbains, au nom d'une vision globale de l'aménagement régional et national comme ce fut le cas à partir des années 1950, ont abouti en partie, multipliant des logements lumineux, équipés de sanitaires et du confort moderne de l'époque, les logements en "barres", en "tours", victimes expiatoires actuelles de la dite "crise des banlieues". Ces politiques ont contribué à créer "la banlieue" telle que nous la connaissons aujourd'hui, avec son maillage discontinu de "grands ensembles". Cette approche est croisée avec celle du cinéaste Jean-Luc Godard qu'analyse ici Aurélie Cardin-Dæninck. Godard fut l'un des premiers à filmer le "grand ensemble" comme objet social spécifique, expression d'une modernité dans laquelle il voit, à l'encontre de la vision optimiste de la plus grande partie de la gauche de l'époque, une des formes de la violence du capitalisme contemporain, imposant aux êtres humains leurs choix dans les domaines les plus intimes, les aliénant dans des rôles de composition imposés par les impératifs de la société marchande. Le logement social, c'est aussi le logement pour ces autres que sont les travailleurs immigrés, autres, longtemps considérés comme des résidents transitoires, pour qui l'on construit au compte-gouttes des "foyers", logements collectifs qui les maintiennent dans une situation d'extériorité par rapport à la vie locale. A travers l'étude de Fathia Loucini, le point de vue de ceux qui construisent et régissent la vie des foyers exprime toute l'ambiguïté des élites sur le logement social, point de vue extérieur, empreint des hiérarchisations coloniales, bonne conscience oblitérant les effets d'imposition, y compris d'identité culturelle, et les limites des "efforts" accomplis.

2Au total, c'est une approche très distanciée quant aux ambitions affichées par les divers pouvoirs politiques, dont les discours et décisions sont la matière de la plus grande partie de ces articles, qu'expriment les jeunes historiens auteurs de ce dossier. On y retrouve cependant le sentiment d'urgence ayant saisi après chacune des deux guerres mondiales les pouvoirs politiques, l'ambition des "aménageurs" des années soixante soucieux d'anticiper désormais les développements collectifs, l'ambition aussi de procurer du "mieux vivre", notamment à travers le communisme municipal. On y retrouve l'écho de ces grands projets urbains, à l'échelle de quartiers entiers, de milliers d'habitants, dont les "4000" de La Courneuve furent emblématiques, d'une époque marquée par le sentiment du possible, dont l'exposition du Musée de l'histoire vivante de Montreuil avec laquelle nous avons pensé ce dossier déploie actuellement en images les réalisations. On y entend aussi l'écho de la surprise heureuse des habitants ayant enfin accès à un véritable appartement, lumineux, chauffé dans toutes les pièces, surprise qu'évoquaient encore hier avec émotion les femmes du Val-Fourré interviewées au pied des tours déchues de leur cité.

3Ce numéro 98 nous conduit par ailleurs loin des tours voisines et des projets de splendide piscine qui doivent changer "l'image de la ville" en poursuivant sa route à travers les apports des recherches en cours sur l'histoire des États-Unis. Un article de Jean-Christian Vinel présente un des nombreux conflits sociaux de l'encore jeune nation du premier XIXe siècle qui voit naître sur les vestiges des anciennes contraintes corporatives les premières formes d'affirmation de la liberté d'association. Rendre accessible à nos lecteurs l'histoire de l'Amérique, du nord comme du sud, sera d'ailleurs un des axes de l'activité des Cahiers pour les prochains semestres.

4Métiers ramène le lecteur au cœur de l'histoire de France, au cœur même de l'Île-de-France, de la tradition de volontarisme culturel de la gauche française, avec la présentation par ses initiateurs de l'exposition Résidencité, actuellement à voir dans le cadre du Musée de l'histoire vivante de Montreuil, belle maison de maître reconvertie en lieu d'expression du mouvement ouvrier en 1937.

5Débats nous permet de retrouver les activités du CVUH, ce Comité de vigilance face aux usages publics de l'histoire créé en février 2005 dans le contexte de l'offensive philo-coloniale du gouvernement, dont nous avons publié le manifeste dans un précédent numéro. Jocelyne George rend compte de la première journée d'étude organisée par le comité. La journée témoigne de l'ambition de ce collectif d'enseignants et de chercheurs en histoire de mettre en œuvre une approche large des usages publics, usages qui entent l'histoire dans la société, menaçant toujours de la faire exister en la rendant étrangère à elle-même. Ce repérage des usages publics se poursuivra d'ailleurs avec une journée de réflexion autour de "Révolution et république" dans le contexte français, le samedi 7 octobre 2006.

6Pour poursuivre sur le chemin toujours difficile où se rencontrent usages publics et histoire critique, les Cahiers donnent rendez-vous à leurs lecteurs et amis pour débats et lectures autour de leurs derniers numéros et de ceux à venir, "Relectures du passé colonial" et "Pauvres et politique", lors des événements de la rentrée, la Fête de l'Humanité à La Courneuve les 15, 16 et 17 septembre, le Salon de la revue au marché des Blancs-Manteaux à Paris et, bien sûr, les Rendez-vous de l'histoire de Blois, les 14 et 15 octobre prochains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 98 | 2006, 3-5.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 98 | 2006, mis en ligne le 01 janvier 2009, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://chrhc.revues.org/476

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page