Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Ludivine Bantigny, La fabuleuse histoire des journaux lycéens

Paris, Les Arènes, 2014, 320 p.
Guillaume Roubaud-Quashie
Référence(s) :

Ludivine Bantigny, La fabuleuse histoire des journaux lycéens, Paris, Les Arènes, 2014, 320 p.

Texte intégral

1Les éditions Les Arènes se sont fait une place dans l’édition historique grand public en multipliant les grands volumes riches en reproductions soignées de sources originales. Ont ainsi pu paraître La France rouge sur le PCF, le plus historien Les Ouvriers (signé Xavier Vigna) ou encore Les Lycéens. Dans une autre collection, mais dans le même esprit, Ludivine Rantigny a coordonné La Fabuleuse histoire des journaux lycéens. Conçu pour le grand public, l’ouvrage n’en est pas moins de vif intérêt pour l’historien. À deux titres.

2D’abord, Ludivine Rantigny est une historienne de la jeunesse : sa thèse de doctorat, remarquée, portait sur les jeunes de la Libération à la fin de la guerre d’indépendance algérienne. Elle est aussi une historienne du temps présent : ses recherches, dans le cadre de son habilitation à diriger des recherches, portent sur 1968 et elle a rédigé l’ultime volume de la Nouvelle histoire de France du Seuil, La France à l’heure du monde, pour la période 1981-2013. Cette connaissance fine, de première main, permet à l’auteure de livrer de denses mises au point, en introduction du volume et de chacun des quinze chapitres chronologiques (de 1968 à nos jours) répartis en quatre sections thématiques (« De l’amour » ; « Un monde à soi » ; « Engagements politiques » ; « Rêver d’un autre monde »). Ainsi, c’est une courte mais dense synthèse de l’histoire institutionnelle, politique et culturelle des lycées et des lycéens que propose Ludivine Rantigny dans cet ouvrage.

3Ensuite, et c’est bien sûr le grand intérêt de la démarche proposée par les éditions Les Arènes, c’est la riche palette de sources offertes au lecteur en un même volume. Ludivine Rantigny l’expose clairement : « Plus d’experts patentés ou d’observateurs avisés qui examinent les jeunes à la loupe, comme cela arrive si souvent. Ici, des lycéens s’expriment et nous montrent leur talent et leur capacité de création. Ce sont leurs mots, mots d’amour ou de révolte, mots de rêves et d’engagements, que l’on trouvera au fil des pages ».

4Question canonique pour qui s’intéresse aux femmes, aux classes populaires, à la jeunesse : tant de discours extérieurs et si peu de traces directes. La démarche, ici mise en œuvre, d’offrir des centaines de pages de mots et de dessins lycéens, est singulière et très précieuse. Parmi celles-ci, il faut mentionner des dessins tirés d’un journal lycéen, Cause toujours, de la plume du jeune Stéphane Charbonnier (Charb) et, en amont, la préface dessinée de Cabu, qui donnent au livre, a posteriori, une tonalité soudain tragique. En tout cas, cette présence de Charlie Hebdo – un supplément lycéen lillois au n° 183 du journal satirique est également à signaler pour 1973 – témoigne, pour une part, d’une certaine orientation de l’ouvrage. En effet, si le corpus rassemblé est assurément exceptionnel, il présente plusieurs biais qu’il convient de signaler.

5Un biais géographique d’abord. La région parisienne tient une place assurément disproportionnée, que n’équilibrent guère un petit dossier lillois (L’Entonnoir) et un dossier mulhousien (Sic). En outre, la quasi-totalité des journaux lycéens non franciliens reproduits se situent à l’est d’une ligne Bernay-Marseille (hormis quelques incursions dans le Languedoc), ce qui laisse dans l’ombre et le silence – pour le moins – un gros tiers du territoire lycéen national. Il faut toutefois signaler la rare détermination manifestée à varier le profil des villes sélectionnées : préfectures, sous-préfectures, mais aussi simples chefs-lieux de canton…

6Un biais de filière ensuite. Les lycées destinés à la formation technique et professionnelle ont droit à la portion congrue, sans correspondance avec leur importance dans le paysage lycéen… et dans le paysage des journaux lycéens ?

7Un biais thématique enfin. Le politique est extrêmement présent dans ce recueil et, en son sein, l’extrême gauche. Assurément, les années 1970 constituèrent sans doute l’acmé de l’écho de l’extrême gauche dans des lycées encore marqués par le souffle rouge de 1968, mais l’hégémonie solitaire qui se dégage de l’ouvrage a-t-elle à voir avec la réalité lycéenne ? Point de socialistes, point de radicaux, point de droite. Les lycéens du dernier demi-siècle échapperaient-ils totalement à ce monde des « jeunes et sages » cher à Gilles Le Béguec ? Doit toutefois se poser en amont une question relative à l’objet et ses producteurs : les conceptions léninistes d’organisation mettent un point d’honneur à la rédaction et à la diffusion d’organes de presse locaux. De fait, il y a sans doute une pratique du journal lycéen plus développée chez les léninistes que chez les autres. Le corpus, en donnant grande place à la politique et à l’extrême gauche, serait-il dès lors le reflet fidèle d’une dissymétrie politique dans la publication de journaux et d’une obsession pour ce support de la part de jeunes nourris de préceptes léninistes ? Au vu des acquis de cette histoire des jeunes qui compte encore si peu de bras, il est impossible de répondre fermement. Pour autant, pour ce qui est du spectre marqué par l’empreinte de Lénine, il est assurément un grand absent dans le recueil : le Mouvement de la jeunesse communiste de France (MJCF), sans doute le principal producteur de journaux lycéens de toute la période, même si les Comités d’action lycéens – qui lui furent souvent liés – sont parfois évoqués dans le livre.

8De ce point de vue, l’éditeur aurait gagné à ôter un « s » au titre de l’ouvrage : La Fabuleuse Histoire de journaux lycéens.

9Ces limites exposées, reste un livre précieux et riche qui embrasse largement et avec une légitime ampleur les questions d’amour, de sexualité, de musique, donne toute leur place aux lycéennes et tâche vraiment de les laisser le moins possible dans l’ombre.

10Car, en dernière instance, les limites signalées ne tiennent-elles pas surtout aux lacunes dans les matériaux disponibles ? Les journaux lycéens sont des productions de l’éphémère, que rien ne destine à une conservation méthodique. Dès lors, ce sont les hasards, les efforts individuels et parfois collectifs, les exceptions qui font l’objet de poursuites ou de scandales, qui constituent le plus clair du matériau laissé à l’historien. Ici, c’est la très remarquable – mais nécessairement située géographiquement, socialement et politiquement – documentation privée de Robi Morder pour la décennie 1970 qui nourrit l’ouvrage, de même que celle activement rassemblée par Pascal Famery dans le cadre des festivals qu’il a animés, puis dans celui du Centre de liaison de l’enseignement et des médias (CLEMI).

11Dès lors, on ne saurait reprocher à un ouvrage de vulgarisation – qui, en outre, n’en affiche jamais l’ambition – de ne pas relever le défi d’une – au moins aujourd’hui – impossible représentativité. Le dépôt public des archives du MJCF aux Archives départementales de Seine-Saint-Denis permettra de publier d’autres et plus complexes histoires fabuleuses de journaux lycéens. Elles auront toujours à affronter ce biais – indépassable ? – de favoriser les organisations au détriment des initiatives individuelles menées en dehors de structures de quelque pérennité…

12Au total, s’il n’embrasse pas toute l’histoire des journaux lycéens du dernier demi-siècle, ce livre donne à lire des dizaines de voix lycéennes, à la première personne : ce n’est pas toute la jeunesse, mais c’est beaucoup et c’est si rare.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Roubaud-Quashie, « Ludivine Bantigny, La fabuleuse histoire des journaux lycéens », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 129 | 2015, mis en ligne le 08 novembre 2015, consulté le 28 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4759

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page