Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Féminisme et prostitution dans l’Angleterre du XIXe siècle : la croisade de Joséphine Butler, textes réunis et présentés par Frédéric Regard, Florence Marie et Sylvie Regard

Lyon, ENS Éditions, 2013, 316 p.
Thierry Pastorello
Référence(s) :

Féminisme et prostitution dans l’Angleterre du XIXe siècle : la croisade de Joséphine Butler, textes réunis et présentés par Frédéric Regard en collaboration avec Florence Marie et Sylvie Regard, Lyon, ENS Éditions, 2013, 316 p.

Texte intégral

1L’ouvrage dirigé par Frédéric Regard, professeur à l’université de Paris-Sorbonne et spécialiste de littérature britannique des XIXe et XXe siècles, est une étude complète sur le combat de la féministe anglaise Joséphine Butler (1828-1906). Le point de départ de sa lutte est le vote d’une première législation en 1864 qui établit un contrôle sanitaire obligatoire de toutes les femmes suspectes de prostitution, visant à dépister les maladies vénériennes (Contagious Diseases Acts). Cette législation humiliante pour les femmes ne concerne d’abord que quelques villes de garnison et cités portuaires. Mais en 1869, cinq villes supplémentaires entrent dans le champ de la loi, et la durée de l’hospitalisation est portée à neuf mois. Cependant, au-delà de la question sanitaire, le combat de Joséphine Butler est celui de la réglementation de la prostitution.

2La première partie de cet ouvrage est consacrée à la personne de Joséphine Butler et à son combat militant. Est d’abord mis en évidence le milieu familial d’origine de cette féministe anglaise. L’approche permet tout à la fois de percevoir l’originalité du parcours de cette militante et l’apport de certaines de ses sources d’inspiration. Son père, John Grey, qui embrassa des causes multiples dont l’abolition de l’esclavage dans les colonies (p. 10-11), l’influença beaucoup. Elle devint ensuite l’épouse d’un universitaire et homme d’Église, lui-même attaché aux réformes libérales de la société. Les premiers combats militants de cette féministe ont pour objet l’éducation des filles : Quel degré d’instruction doit-on accorder aux filles ? Faut-il appliquer une éducation identique aux deux sexes ? Joséphine Butler défend une position propre : si femmes et hommes sont égaux, ils ne sont pas identiques. Ils doivent être complémentaires. Ce débat pose pour certains le problème de la situation de la femme, entre son rôle spécifique de mère au foyer et la visée d’émancipation. L’ouvrage indique parfaitement le rôle joué par la militante féministe dans le débat sur la place des femmes dans le monde du travail. Joséphine Butler établit un lien entre la restriction de l’accès au marché du travail pour les femmes des milieux populaires et la progression de la prostitution.

3L’origine du débat est clairement posée. La volonté de réglementation de la prostitution est le fruit d’une progression de la syphilis chez les militaires britanniques. Donc, la première loi sur les maladies contagieuses de 1864 stipule de soumettre à un examen gynécologique les femmes soupçonnées de prostitution, afin de s’assurer qu’elles ne sont pas porteuses de maladies vénériennes. Le terme de croisade qu’applique à l’œuvre de Joséphine Butler le sous-titre de cet ouvrage semble assez juste. Il s’agit bien chez cette femme d’un croisement de préoccupations féministes et de préoccupations d’ordre moral. À la source de son indignation, il y a l’opposition à l’idée qui fait des pulsions sexuelles l’apanage des seuls hommes. Cette idée légitime le modèle réglementariste de la prostitution. La campagne contre cette législation débute le 31 décembre 1869 par une pétition signée par 124 femmes et intitulée L’Appel des dames à la révolte (p. 29). La lutte s’étend ensuite et finit par aboutir à l’abrogation de ces lois répressives en 1886. Les auteurs ont raison de replacer cette action dans le cadre de la lutte contre les conduites déviantes et en lien avec la stigmatisation des filles de milieu modeste, assimilées à des prostituées. La réflexion débute par un rappel de la thèse foucaldienne sur la moralisation des classes pauvres et le contrôle des perversions. Surtout, l’ouvrage situe parfaitement la source du combat de Joséphine Butler au sein d’un christianisme social : l’histoire de la petite Marion (Mary Lomax), séduite par un gentleman puis rejetée, qui meurt dans une chambre du foyer des Butler, est bien l’illustration de ce combat enraciné dans le christianisme (p. 41). Il s’agit de sauver une jeune fille en danger. Joséphine Butler perçoit certes la prostituée comme un agent de dissolution, menaçant le mariage et la famille. Cependant, la déchéance est pour elle le fruit d’un contexte social, économique et culturel, faisant de la femme un être mineur. Plus globalement, la foi religieuse anime ce combat : les classes populaires sont les ultimes couches où souffle l’esprit saint (p. 103).

  • 1 André Gueslin, Gens pauvres et pauvres gens dans la France du XIXe siècle, Paris, Aubier, 1998, 314 (...)

4Ces combats sont à contextualiser dans le cadre d’une prise en compte de la pauvreté au XIXe siècle et de la recherche des moyens d’y remédier, dont les préoccupations morales ne sont pas absentes1. Cette révolte contre l’imposition d’un contrôle sanitaire obligatoire des seules prostituées se concentre sur l’emploi d’un appareil médical : le spéculum, outil permettant d’inspecter les éventuelles lésions vénériennes. Ainsi, cet examen devient emblématique à la fois d’un rapport inégal entre hommes et femmes, et d’un contrôle des milieux modestes (p. 60). L’action de Joséphine Butler vise à faire de cet acte une violence faite à toutes les femmes.

5Les caractéristiques et l’originalité du combat de Joséphine Butler sont bien analysées dans l’ouvrage : ainsi de son assimilation de la prostitution à l’esclavage, sur fond d’inégalité sociale et de sexe. Cependant, la modernité du combat de la féministe britannique consiste à poser le problème de l’oppression d’un genre par un autre, dont la prostitution est un des aspects.

6Les arguments propres à Joséphine Butler sont bien développés, comme celui des vieilles libertés anglo-saxonnes, contradictoires avec la reconnaissance de la prostitution, puisque celle-ci est une forme d’esclavage. De plus, Joséphine Butler insiste sur le fait que réglementer la prostitution consiste à déresponsabiliser les pratiques sexuelles tarifées, car seules les femmes sont responsables. Or, souligne-t-elle, une relation sexuelle implique deux sujets moraux. Les analyses s’appuient aussi sur les travaux de l’anthropologue américaine Gayle Rubin, qui étudie combien la spécialisation dans la prostitution est le fruit de la répression (p. 92). L’argument s’inscrit en faux contre le jugement de l’historien Alain Corbin, qui affirme que les courants abolitionnistes portent un message de répression des instincts, afin de plier les individus à l’ordre sexuel qui sous-entend l’ordre public.

7La stratégie développée par Joséphine Butler est très bien analysée, notamment dans ses aspects les plus novateurs : elle a le souci de politiser le débat, et intègre dans ses pratiques l’importance de la communication. Elle utilise l’obscénité pour frapper l’opinion, et fait preuve de sens de la mise en scène.

8Finalement, Joséphine Butler réussit à dramatiser les situations associées à la prostitution et à mettre en cause le consensus victorien. Elle incarne le passage d’un discours délivré par des autorités à la construction d’un savoir issu de l’expérience et de l’enquête.

9La deuxième partie de cet ouvrage est une anthologie de textes permettant d’illustrer par des sources le contexte de l’action de cette féministe britannique.

10Une première série de dix textes a pour sujet le statut de la prostitution, de même que la présence de maladies vénériennes. Ces textes résument les différentes positions caractérisant le débat autour des lois sur les maladies contagieuses : la nécessité de la prostitution pour canaliser le désir masculin (William Tait), l’utilité du modèle réglementariste de la prostitution et du contrôle sanitaire des prostituées (William Greg), l’immoralité de ces lois qui légalisent le vice. Enfin, un combat contre cette législation est impératif au nom de la non-légalisation de l’esclavage des femmes (Annie Besant).

11La seconde partie de cette anthologie regroupe seize textes de Joséphine Butler. Ils présentent les différents arguments qu’elle a développés. Ces sources fournissent un complément utile pour la compréhension de l’action de cette militante. Le premier texte est important à citer, car il s’agit de L’appel des dames à la révolte. Il fut publié le 31 décembre 1869 dans le Daily News, journal libéral. Il résume la teneur féministe de la révolte, et souligne notamment l’injustice de la législation contre les maladies contagieuses : les femmes seules sont concernées, alors que les hommes ne sont pas inquiétés. Par-delà son aspect moral, cet appel pose de manière très actuelle la question de l’égalité des sexes. La Lettre aux mères d’Angleterre illustre le sens de la mise en scène et de la communication propre à la féministe britannique. Dans ce texte, elle part d’un fait divers à Bordeaux : la mise sous sédatif d’une enfant à partir de quoi est développée l’idée d’une traite des Blanches, dont de jeunes Anglaises seraient les victimes. Ces dernières sont menacées par la débauche venue d’Europe continentale. Cette affirmation n’est pas sans évoquer l’assimilation, à diverses époques, de l’homosexualité à un comportement venu d’ailleurs : vice italien, vice allemand… Avec le texte L’État policier, Joséphine Butler perçoit dans la multiplication des lois une cause du développement des crimes. Ainsi, la réglementation des délits aboutit à leur inéluctabilité. Cette législation est inefficace, et pire, elle suscite l’apparition de nouveaux délits. De plus, elle installe définitivement les personnes concernées dans une perpétuelle exclusion. Enfin, le compte rendu du rassemblement de sympathisants à la cause défendue par Joséphine Butler est un appel à la vertu publique. Il souligne le péril moral constitué par le modèle réglementariste et souligne, à l’aide de rappels historiques, l’importance et le rôle des femmes dans cette lutte.

12En fait, toute l’originalité de Joséphine Butler est de construire une pensée faite d’un mélange de féminisme, de traditionalisme et de patriotisme. C’est ce que l’ensemble de cet ouvrage fait ressortir, tant au niveau de la biographie de Joséphine Butler que des textes choisis. Il s’agit d’un excellent ouvrage sur le débat, non encore résolu aujourd’hui, d’une forme de reconnaissance de la prostitution ou de sa répression. Les arguments sont parfois d’une étonnante contemporanéité.

Haut de page

Notes

1 André Gueslin, Gens pauvres et pauvres gens dans la France du XIXe siècle, Paris, Aubier, 1998, 314 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Pastorello, « Féminisme et prostitution dans l’Angleterre du XIXe siècle : la croisade de Joséphine Butler, textes réunis et présentés par Frédéric Regard, Florence Marie et Sylvie Regard », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 129 | 2015, mis en ligne le 07 novembre 2015, consulté le 25 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4748

Haut de page

Auteur

Thierry Pastorello

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page