Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Edward P. Thompson, La guerre des forêts. Luttes sociales dans l’Angleterre du XVIIIe siècle

Paris, La Découverte, 2014, 198 p., 15 €.
Guy Lemarchand
Référence(s) :

Edward P. Thompson, La guerre des forêts. Luttes sociales dans l’Angleterre du XVIIIe siècle, Paris, La Découverte, 2014, 198 p., 15 €.

Texte intégral

1Comme l’indique Philippe Minard dans une présentation substantielle du livre, Edward P. Thompson n’est pas que l’historien de la Formation de la classe ouvrière en Angleterre (1963), dont il a fallu attendre 25 ans pour obtenir une traduction en français. Il est également l’auteur de l’article fameux sur « l’économie morale de la foule » (dans l’Ancien Régime), écrit en 1971 et traduit en 1988, et il s’est intéressé aux troubles agraires du XVIIIe siècle. Adhérent du Parti communiste pendant une quinzaine d’années, il s’en éloigne en 1956 et se rapproche de la « Nouvelle Gauche », courant important à la gauche du Parti travailliste. En même temps, il bataille avec le marxisme professé en majorité dans les années 1960, auquel il reproche un réductionnisme à la fois structuraliste et économiste. Mais il fut surtout l’un de ceux qui, outre-Manche, ont fait éclater le consensus conservateur d’inspiration libérale dominant alors l’historiographie de la Grande-Bretagne, depuis les œuvres de Samuel R. Gardiner sur le XVIIe siècle dans les années 1880 jusqu’après la Seconde Guerre mondiale avec le prestige de Lewis B. Namier (Monarchy and the party system, 1938), prolongé entre autres par Jonathan C. Clark (English society 1688-1832, 1985). En France, depuis les années 1960, l’analyse de la vie concrète des paysans était à l’ordre du jour : Jean Meyer dépouillait les registres terriers de Bretagne pour appréhender les rapports seigneurs-tenanciers (1966), Albert Soboul dressait l’inventaire des sources sur l’évolution de la propriété et la notion de féodalité (1976), Pierre de Saint-Jacob mettait au jour la vigueur de la communauté d’habitants en Bourgogne, Pierre Chaunu faisait publier une première étude quantifiée sur la criminalité (Annales de Normandie, 1962). Pourtant, Thompson n’eut pas d’écho chez les historiens français pendant longtemps et n’aurait pas fait recette si on avait voulu l’inscrire à la bibliométrie de Mmes Pécresse et Fioraso. Paul Vaucher, le principal spécialiste en la matière, consacré par une chaire à la Sorbonne, avait longuement étudié Walpole (1924) avec tous les mérites et les limites de l’école positiviste. À propos de l’Angleterre, l’essentiel restait le politique, les doctrines religieuses, les grands hommes et fort peu le peuple anglais. En Grande-Bretagne, l’aspect social était traité de manière secondaire et l’angle de vue demeurait triomphaliste pour les XVIIIe et XIXe siècles, dans la lignée du livre de Thomas S. Ashton sur la révolution industrielle (1948, trad. 1955). Encore en 1966, Jonathan D. Chambers et Gordon E. Mingay, dans leur Agricultural revolution (1750-1880), voyaient dans les enclosures une pratique toujours progressiste et bénéfique pour le plus grand nombre, surtout les enclosures parlementaires d’après 1750.

2Ici, Thompson rompt avec la dogmatique en vigueur en allant au-delà de la lecture formaliste des textes juridiques, fondée sur l’idéologie du consensus, qui faisait croire que la population rurale aurait docilement, en majorité, obéi aux préceptes de la « déférence hiérarchique ». Sans s’en tenir à la justification alléguée par le législateur selon qui il s’agissait de protéger les citoyens contre une criminalité individuelle débridée, il étudie l’adoption et les effets d’une loi votée en urgence par le Parlement en 1723, le Black act, véritable mesure terroriste qui instaure la peine de mort pour une cinquantaine de délits relevant du chapardage et des bagarres courantes à la campagne. Il s’ensuivit plusieurs dizaines de pendaisons, quoique les dispositions pénales prévues n’aient pas toujours été appliquées, et le texte qui durcissait une répression déjà édictée en 1661 ne fut aboli qu’en 1823, une autre loi de 1737 ajoutant de nouveaux cas à sanctionner. Sont visés le braconnage (la chasse étant réservée à l’aristocratie), mais également la pêche, l’abat de branches, le ramassage du bois, la levée de tourbe, la pâture interdite, le bris de clôtures et la destruction d’aménagements d’étangs. La raison immédiate est le vol d’animaux de parade, des cerfs, dont le nombre avait augmenté dans les forêts du Surrey et du Hampshire, à 150 km de Londres. En 1723-1724 il y avait eu deux morts et plusieurs blessés chez les gardes, après quoi onze Blacks avaient été exécutés, davantage avaient été déportés et d’autres encore emprisonnés pour longtemps.

3Ces forêts appartenaient pour plus de moitié à la Couronne, à la gentry en grandes possessions, et pour une petite part à des villages. Elles étaient dites « royales », se trouvant, qu’elles soient au roi, à des seigneurs ou à des individus, sous la juridiction du « constable du château », institution qui a quelque ressemblance avec les Eaux et Forêts de France. Le titulaire est un noble titré, rémunéré, assisté de deux juges itinérants qui délivrent aux roturiers des permis de chasse gratis ou onéreux, avec un garde forestier chef gentilhomme et plus de trente gardes. Pour les grosses affaires, la Court of Exchequer (Échiquier) dresse l’information et le Privy Council, pour les délits ordinaires, est un tribunal de quatre verderers (verdiers) de la gentry locale qui procède, avec un grand jury de regarders (surveillants), propriétaires, gentlemen et yeomen. Le système est donc nobiliaire, de plus il est connu pour sa corruption, ses agents versant des pots-de-vin pour l’acquisition des charges et vendant éventuellement leur silence auprès des délinquants arrêtés.

4En fait, cette loi s’inscrit dans un contexte de peur sociale qui frappe les classes dirigeantes depuis l’avènement de la dynastie de Hanovre en 1714. La majorité politique whig, qui a gagné les élections de 1715, est soutenue par les grands propriétaires fonciers et la bourgeoisie commerciale aisée, mais elle a été affaiblie en 1720 par le scandale de la faillite de la Compagnie des Mers du Sud, où sont impliqués des membres du gouvernement. Elle s’inquiète des complots violents préparés en 1715 autour du prétendant des Stuart et de l’effervescence dans les villes due à la dépression économique d’après-guerre et à la chute de la vague de spéculation. Dès 1716, on revient donc sur le triennal act de 1694 pour des élections générales seulement tous les sept ans, et de 1717 à 1750 sont promulguées une série de lois qui criminalisent les protestations populaires, lesquelles s’ajoutent au riot act contre les émeutes (1714) des Tories, en particulier le transportation act (1719) qui organise la peine d’exil forcé aux colonies. Le Black act est destiné aussi à assurer la sécurité de la transformation en cours des structures agraires au bénéfice des grands propriétaires, reprise depuis la Restauration de 1660 : les enclosures, la concentration des terres et la constitution de parcs d’agrément, de garennes près des châteaux et d’étangs empoissonnés, aux dépens des espaces d’usage collectif.

5Thompson se livre à une observation quasi ethnographique en avance en Angleterre. Il montre que, abandonnant l’ancien paternalisme seigneurial, sous le gouvernement de Walpole, Premier ministre en 1715-1717 et 1721-1742, squire (écuyer) tory rallié aux Whigs, expert en corruption parlementaire et électorale, la gentry sacralise la propriété et veut éliminer des pratiques collectives qui permettraient, au nom de la coutume face à la Common Law souvent muette, aux petits tenanciers et gens sans terre, la capture de gibiers et poissons, la cueillette de végétaux et branchages sur des étendues d’exploitation de qualité médiocre et réputées ouvertes à la communauté. Celle-ci est encore souvent un organisme vivant, qui entretient la solidarité entre ses membres et assure une part de leur subsistance aux moins fortunés. La bande du « roi Jean », qui défie les autorités dans ces forêts en 1723, braconnant en groupe au grand jour, y recrute ses adhérents. Au contraire, l’esprit capitaliste de rendement monétaire maximum, qui monte depuis Charles II et perce même chez les nobles, ne supporte pas ce qu’il considère comme des habitudes de paresse. On entend là les imprécations d’Arthur Young contre les « Goths », tels les copyholders arguant du droit d’usage que leur garantit le bail à trois vies et la protection que leur offre de façon ancestrale la communauté. Le secrétariat du nouveau Board of Agriculture récompense en 1793 le pamphlétaire. Le droit n’est pas neutre et, dit Thompson, il constitue souvent le masque de l’intérêt de classe. Cependant, lorsqu’il existe, couché par écrit, il définit des règles de fonctionnement social dont certaines peuvent limiter l’injustice, dans la suite de l’esprit de Locke, au bénéfice au moins des propriétaires, aussi modestes qu’ils soient, mais faut-il compléter, à l’exclusion de ceux qui ne détiennent rien. À côté des roturiers opposés aux enclosures et des chasseurs dans l’illégalité peuvent se trouver non seulement des yeomen mais quelques gentlemen et squires crottés, privés de leur passe-temps par les clôtures nouvelles.

6Thompson décrit donc ce que Marc Bloch a appelé « le développement de l’individualisme agraire », beaucoup plus fort en Angleterre qu’en France, lequel trouve sur sa route la résistance des humbles, dépossédés, cherchant à rétablir ce qu’ils estiment être leur bon droit garanti par la pratique des siècles passés. Contrairement à ce qu’avançaient Roland Mousnier et Yves-Marie Bercé à propos des révoltes antifiscales en France, il s’agit moins de mentalités archaïques, bousculées par le progrès de l’État ou des entrepreneurs, que de l’exercice du droit à la survie. L’histoire de Thompson est une histoire « vue d’en bas », dans l’esprit des Annales. Dans les mêmes années de la fin du XXe siècle, quoique marqué malgré lui par l’empirisme britannique du XVIIIe siècle, Thompson n’y porte pas attention. L’application des concepts de la comptabilité économique nationale à l’Angleterre et au Pays de Galles des XVIIIe-XIXe siècles par Phyllis Deane et William A. Cole (1959) et par Nicholas F. Crafts (1985), les comptages démographiques sur les registres paroissiaux d’Angleterre repris par Edward A. Wrigley et Roger S. Schofield (1997) ou les discussions sur le chiffrage des niveaux de vie entre Eric Hobsbawm et Richard M. Hartwell (Economic History Review, 1963-64), ont donné eux aussi de la société anglaise une vision moins aimable que celle offerte par la tradition libérale, confirmant par d’autres voies les vues de Thompson.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy Lemarchand, « Edward P. Thompson, La guerre des forêts. Luttes sociales dans l’Angleterre du XVIIIe siècle », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 129 | 2015, mis en ligne le 06 novembre 2015, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4738

Haut de page

Auteur

Guy Lemarchand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page