Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Michèle Grenot, Le souci des plus pauvres. Dufourny, la Révolution française et la démocratie

Éditions Quart-Monde, PUR, Rennes, 2014, 426 p., 23 €.
Déborah Cohen
Référence(s) :

Michèle Grenot, Le souci des plus pauvres. Dufourny, la Révolution française et la démocratie, préface de Michelle Perrot, postface de Marie-Rose Blunschi-Ackermann, Éditions Quart-Monde, PUR, Rennes, 2014, 426 p., 23 €.

Texte intégral

1« Cet ouvrage n’est pas une biographie à proprement parler », nous prévient l’auteure. Engagée aux côté d’ATD Quart Monde, c’est à partir d’une volonté morale de confrontation avec le présent que se construit la recherche de Michèle Grenot, pour rendre visible le travail de ceux qui, dans le passé, ont tenté de faire entendre la voix des démunis et de changer les regards sur la pauvreté, de passer de la charité aux droits, comme ATD Quart Monde tente de le faire aujourd’hui.

2Dufourny est réinscrit dans « une période où les événements se bousculent, nous bousculent ». À l’image de la chronologie finale qui juxtapose la vie de Dufourny et les événements révolutionnaires, l’ouvrage procède de manière strictement linéaire, suivant pas à pas une histoire générale bien connue et rappelée de seconde main (avec une bibliographie exclusivement francophone, plus ou moins récente, traitée de manière strictement informative et non critique), et la trajectoire de Dufourny, essentiellement présent à travers les dix-huit brochures publiées qui nous sont restées. Si l’on ne demande pas à ce livre ce qu’il ne cherche pas à donner (une histoire intellectuelle synthétique et critique), on en appréciera la démarche citoyenne et la mise en exergue d’un personnage à la fois bien connu, car souvent croisé, et jamais étudié.

3Fils d’un riche marchand bourgeois de Paris, d’une famille protestante convertie impliquée dans le commerce de dentelles et dans les forges, Louis-Pierre Dufourny de Villiers grandit dans un milieu cultivé et devient un représentant assez typique de la bourgeoisie éclairée. Élevé par un précepteur janséniste, il profite de la bibliothèque de son père qui compte près de 1 000 volumes ; la sienne propre en comptera environ 400. Marchand lui-même pendant quatorze années à Troyes, il s’investit cependant surtout dans des projets artistiques et scientifiques, envoyant des mémoires à diverses académies des sciences, dont celle de Paris, membre de l’Académie d’Orléans et menant en amateur de nombreux travaux, notamment sur les canaux et le nivellement, les aérostats et la peinture sur verre. Revenu à Paris, Dufourny tisse un petit réseau d’hommes des Lumières, avec des scientifiques (Desmarets, Lavoisier, Franklin qu’il rencontre en 1776), des avocats (son cousin Hutteau), des artistes rencontrés dans les diverses sociétés d’émulation des arts ou le café Procope qu’il fréquente.

4L’origine du travail de Michèle Grenot repose sur un intérêt pour les Cahiers du quatrième ordre, celui des pauvres Journaliers, des Infirmes, des Indigens, publiés par Dufourny le 25 avril 1789, republiés par Léon Centner en 1967, et qui sont à l’origine du nom donné par Joseph Wresinski au mouvement qu’il fonde en 1968. Autour de ces cahiers se construit la partie selon nous la plus intéressante de l’ouvrage, car réinscrivant réellement Dufourny dans un mouvement de défense de ce « quatrième ordre », auquel participent d’autres auteurs, cependant trop rapidement évoqués : Larrard de Villary, Michel des Essarts, Jean Charon, Lambert, Lebois, De Lahaie, Carra, Claude Fauchet, le chevalier de Moret, Sellier partagent bien des thèmes, voire se citent, mais la nature exacte de ce qui pouvait les lier ou les distinguer n’est pas explorée. Dufourny revendique à la fois des droits économiques (un droit au nécessaire) et le droit pour les plus pauvres de participer à l’élaboration politique, soit directement – notamment dans les assemblées primaires –, soit provisoirement par une correspondance avec des hommes sensibles de la classe aisée. Il ne s’agit pas de défendre l’intérêt propre d’une classe, mais de poser qu’il est de l’intérêt collectif que la société se construise à partir de l’intelligence, de la connaissance des injustices et des besoins de tous.

5De ce texte fondamental on aurait cependant aimé qu’il nous soit dit plus, notamment pour arriver à percevoir quelle tradition il poursuit et quelles ruptures il instaure. Tout au long de la lecture de l’ouvrage, on reste incertain sur le rapport exact de Dufourny à la philanthropie, au sentimentalisme, et surtout au catholicisme. S’il s’agit bien – repoussant une simple tradition charitable – de faire des plus pauvres des sujets jouissant de droits et notamment de droits politiques, les références à Bossuet et à la dignité des pauvres, l’idée christique que « l’infortuné est plus qu’un homme », la référence au « mauvais riche », l’enthousiasme pour les « banquets fraternels » comme au temps du christianisme primitif, la défense jusqu’en l’an III (an II compris) d’un « Dieu de la justice, (…) de la fraternité, (…) de l’égalité », la présence requise des curés dans les comités fraternels qu’il imagine, auraient demandé que soit explorée la relation d’un combat pour la démocratie avec une tradition chrétienne. Un tel travail aurait peut-être notamment permis de comprendre le positionnement exact de Dufourny au sein d’un courant démocratique.

6Au lendemain du 14 juillet 1789, Dufourny commence, comme ingénieur en chef de la Commune, responsable des poudres et armements, secrétaire de l’assemblée générale de son district des Mathurins, une carrière révolutionnaire marquée par d’importantes responsabilités et des publications continuées. En novembre 1789, il publie une Invitation aux districts à former des comités fraternels. Alors que la loi martiale vient d’être votée, Dufourny demande une alliance avec les infortunés, de crainte que le mépris engendre les révolutions et la guerre civile : il prône une représentation du travail qui permette de concilier les intérêts des travailleurs et ceux de l’employeur. Là encore, un travail qui n’aurait pas suivi les textes dans leur chronologie mais à travers la construction par Dufourny de son idéologie et de sa stature d’homme politique aurait permis de comprendre ce que représente pour lui cette idée d’alliance et comment elle joue avec sa perpétuelle recherche du consensus, sa perpétuelle confiance aussi dans le travail de l’Assemblée nationale. De la fin 1789 à 1791, Dufourny est notable adjoint de son district : il assiste les plaignants dans les procès criminels et visite les prisons, effectuant ainsi un travail de médiation, de conciliation entre les institutions répressives et les citoyens. Ce travail semble convenir à sa volonté de faire du bourgeois qu’il est l’appui d’une résistance des plus pauvres, mais d’une résistance médiatisée, orientée dans le sens de la conciliation.

7On comprendrait mieux alors sa place aux Cordeliers et ses rapports avec Marat ou Hébert. Dufourny fut le premier président de ce club, sur lequel l’ouvrage nous apporte par conséquent d’utiles précisions. Dans la lignée de son travail de dénonciation des abus des institutions judiciaires, il y signe en avril 1790 L’invitation à tous les citoyens à révéler ces abus. Mais il semble qu’il ait néanmoins toujours été plus présent aux Jacobins qu’aux Cordeliers : il devient membre de la Société des amis de la Constitution en février 1790 et, quoiqu’il explique à plusieurs reprises avoir éprouvé des difficultés à y faire entendre son point de vue (notamment sur la question du droit des nations, puisqu’il refuse le rattachement d’Avignon et du Comtat), en restera membre jusqu’à la disparition de la société tandis que début 1794 les Cordeliers le rayeront de leur société, face à ses absences répétées.

8Opposé en décembre 1792 à la motion visant à rayer Marat de la société des Jacobins, proposant sa panthéonisation à sa mort, Dufourny est en revanche toujours méfiant vis-à-vis des Enragés : il sera témoin à charge au procès d’Hébert, qui l’a toujours jugé comme un modéré. Creuser davantage cette question aurait permis de préciser son refus permanent de l’insurrection, sa recherche du consensus et une attitude avant tout morale.

9En l’an II, Dufourny est au cœur de la jacobinerie : il est envoyé en Normandie pour y développer des sociétés patriotiques. À plusieurs reprises membre du comité de correspondance des Jacobins, régisseur des poudres, il est administrateur du département de Paris, et, après la révolution du 31 mai, à laquelle il donne son appui, président du département. Au plus loin du jugement d’Hébert, il semble avoir été pour certains un jacobin « acharné ». Néanmoins, c’est toujours dans un esprit de consensus et de fraternité que semble se construire son système. S’il demande des mesures radicales visant à prévenir la spéculation et à garantir le droit des consommateurs, c’est avant tout pour éviter l’insurrection. S’il justifie les dénonciations et arrestations au nom des droits de l’homme et du citoyen, refuse que les députés en soient exemptés, il semble en revanche (c’est du moins ce qu’il plaidera en Thermidor) s’être opposé à la demande hébertiste d’une armée dirigée contre les accapareurs suivie d’une guillotine.

10Critiquant les excès de la Terreur, il est dénoncé par Vadier et Robespierre, arrêté en germinal an II comme associé aux dantonistes, libéré après le 9 thermidor. Son attitude témoigne alors d’une fidélité profonde au jacobinisme, notamment en ce qu’il a permis l’adoption de la Constitution de 1793, que Dufourny continuera à nommer le « bouclier du pauvre » et en faveur de laquelle, le 3 germinal an III, il appellera les démocrates à l’insurrection morale pour faire pression sur l’Assemblée – à laquelle il conserve cependant sa confiance. Dénonçant la Grande Terreur, il ne renonce pas au principe de la Terreur jusqu’à la paix, refuse de se ranger derrière ceux qui se disent modérés, s’oppose au retour des Girondins et est arrêté comme « agitateur public » à plusieurs reprises en l’an III. Il poursuivra cependant, jusqu’à sa mort le 12 juin 1796, sa critique de Thermidor comme d’un « gouvernement réactionnaire qui a répandu la terreur ». Siégeant au Club du Panthéon avec d’autres anciens Jacobins, il ne rejoindra cependant pas les babouvistes.

11Cette figure de « démocrate bourgeois », que Michèle Grenot rapproche, de manière intéressante mais non argumentée, du noble démocrate Antonelle, est analysée par l’auteur à partir d’un questionnement contemporain. C’est la force d’un ouvrage qui invite à poursuivre le travail sur le personnel, la nature et les formes d’un courant pensant la démocratie comme fraternité interclassiste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Déborah Cohen, « Michèle Grenot, Le souci des plus pauvres. Dufourny, la Révolution française et la démocratie », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 129 | 2015, mis en ligne le 06 novembre 2015, consulté le 23 août 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4735

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page