Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Hervé Oulc’hen (dir.), Usages de Foucault

Paris, PUF, « Pratiques théoriques », 2014, 406 p., 29 €.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Hervé Oulc’hen (dir.), Usages de Foucault, avant-propos de Guillaume Le Blanc, Paris, PUF, « Pratiques théoriques », 2014, 406 p., 29 €.

Texte intégral

1Les usages en sciences humaines et sociales sont rarement questionnés pour ce qu’ils sont : une tension principielle entre un corpus donné et des relectures qui l’extraient de son époque de constitution. L’ouvrage d’Hervé Oulc’hen fait le pari de décliner les propositions foucaldiennes selon des usages et des enjeux qui ne cessent d’en travailler les fondements. La réunion des vingt-trois chapitres qui forment le livre, et dont nous ne donnerons qu’un aperçu, permet d’apprécier la réussite d’une entreprise éditoriale ambitieuse. Ce sont bien les interstices entre ce que Foucault a produit, proposé, désigné et ce que les chercheurs aujourd’hui peuvent en dire qui sont explorés avec précision. Entre exégèse et mise au travail, les auteurs mettent littéralement Foucault à l’épreuve et le résultat est particulièrement réussi.

2Mathieu Potte-Bonneville interroge, à partir de l’expérience polonaise, la façon dont l’usage d’un pouvoir reconfigure le cadre politique qu’il porte. Foucault, en requalifiant la rationalisation politique, a permis de dégager les formes vives d’un exercice du pouvoir qui ne peut en aucun cas prétendre à une essence précédant toute action. Le pouvoir est toujours déjà pris dans des usages, des pratiques, des relations et c’est dans cet entrelacs d’intersubjectivités qu’il fonde son efficace. Les réflexions de Thomas Bénatouïl sur Foucault et ses usagers forment une très pertinente analyse de ce qu’utiliser un texte peut vouloir dire. Loin des désinvoltes propositions de lectures approximatives du corpus foucaldien, Thomas Bénatouïl rappelle combien Foucault restait attentif à la façon dont ses livres pouvaient être interprétés. Il n’a jamais été question pour le philosophe de constituer des instruments prêts à l’emploi (les incompréhensions autour de l’expression deleuzienne de « boîte à outils » sont nombreuses). Il s’est bien davantage agi pour Foucault de mettre le lecteur au travail pour qu’il puisse mener des « exercices critiques de transformation de soi ».

3Dans la deuxième partie de l’ouvrage, consacrée au social, au mental et au carcéral, Guillaume Le Blanc propose une relecture décapante de l’Histoire de la folie. En considérant que l’ouvrage est autant une histoire de la déraison qu’une saisie temporelle longue de la pauvreté en Occident, il opère un retournement particulièrement saisissant des usages potentiels du premier maître ouvrage de Foucault. La distinction, à l’époque moderne, du fou (qui ne peut travailler) et du pauvre (qui le peut) rend possible l’entrée de ce dernier dans l’ordre économique. Mais l’hôpital général qui va faire travailler ces nouvelles bases de dissociation entre le fou et le pauvre ne parvient pas (et pour cause) à maintenir les deux régimes disciplinaires contradictoires : celui qui exclut et réprime et celui qui met au travail les pauvres. Le concept de population, note Guillaume Le Blanc, permet au régime moderne de « disloquer » la figure du pauvre pour l’intégrer dans un projet économique plus général. Mais cette séparation entre le fou et le pauvre (employable) semble avoir vécu. Le carcéral et l’asilaire tendent peu à peu à se confondre. L’hôpital psychiatrique tend à faire de sa forme « blocus » l’élément principal de sa politique de la folie.

4Christian Laval, dans la troisième partie centrée sur les gouvernementalités, revient sur une des incompréhensions les plus tenaces concernant Foucault et le néolibéralisme. Ce n’est pas parce que le philosophe a étudié (de près) la montée en puissance de cette théorie socio-économique qu’il s’en est fait le chantre. Loin s’en faut. L’individu, en devant « entrepreneur de lui-même », se transforme en pur outil de calcul ; l’état subit la même contrainte en prenant pour appui non plus le bien commun, mais la raison calculatoire du capital. En citant un entretien inédit de Foucault, en conclusion de son chapitre, Christian Laval rappelle combien la puissance explicative que le philosophe a déployée pour comprendre le néolibéralisme s’inscrivait bien dans une perspective critique. Ferhat Taylan poursuit l’hypothèse foucaldienne d’une analyse du milieu comme axe politique pour comprendre les transformations contemporaines. Deux politiques du milieu se sont articulées progressivement. La première, remontant au xviiie siècle, fondée sur la biologie et la médecine, vise le cadre urbain et l’hygiène ; la seconde, naissant au xxe siècle, avec la psychologie et l’économie et investit le marketing et le management. Il s’agit de gouverner les hommes à travers leurs milieux, c’est-à-dire tout ce qui peut structurer leur comportement : le libéralisme puis le néolibéralisme ont actualisé cette mésopolitique.

5Foucault mis à l’épreuve des sciences sociales (dans la quatrième partie de l’ouvrage) s’avère particulièrement utile pour comprendre (notamment) les formes d’intervention publique et leur efficace. Sandrine Rui montre combien les analyses en termes de gouvernementalité doivent être réarticulées aux questions d’espace public. Le silence ou le « mal dit » constituent des outils d’expression entrant dans le grand répertoire des résistances aux pouvoirs instituant la parole et ce qu’elle doit être.

6Hervé Oulc’hen, dans la cinquième partie consacrée à la question de la vérité, propose une comparaison et un rapprochement éclairants entre Sartre et Foucault. On sait que les deux philosophes ont été en opposition frontale sur la question de l’intellectuel et de sa place dans la pratique politique. Hervé Oulc’hen opère un rapprochement particulièrement convaincant. L’intellectuel pour Sartre se défait de sa prétention disciplinaire mais conserve un ascendant éthique ; alors que l’intellectuel pour Foucault ne renonce pas à sa part d’expertise tout en se détachant des considérations éthiques sur son propre savoir. La tension se réduit lorsqu’on prête attention au projet sartrien de penser l’intellectuel dans un hic et nunc qui, sans réduire sa prétention à l’universalité, oblige à son actualisation dans des formes, des gestes et des pratiques toujours circonstanciés. La parrêsia foucaldienne, ce courage de la vérité, se doit d’être une incorporation complète (au point de la banaliser) de l’exigence de vérité. On le voit, pour Sartre comme pour Foucault, il n’est pas possible pour l’intellectuel de penser à la place des autres, ce qui n’empêche pas, bien au contraire, de produire par soi une critique du monde tel qu’il est afin de connecter entre eux le plus grand nombre de savoirs.

7Dans la dernière partie de l’ouvrage, visant les biopolitiques (on ne sait pourquoi ce pluriel), Luca Paltrinieri propose d’interroger la notion de population comme événement discursif. Le passage, du xviiie au xixe siècle, de la question d’une population nombreuse à une maîtrise des sexualités montre à quel point le discours produit des effets sur les cadres philosophiques comme sur les pratiques les plus concrètes. Le fait que des pratiques de limitation des naissances se multiplient permet de penser le surgissement de la notion de population comme une réponse à un désir de maîtrise de sa propre vie. Le discursif et le non-discursif se nouent dans les plis des histoires singulières toujours reliés à de grands appareils disciplinaires, mais jamais totalement réductibles à leurs effets d’idiosyncrasie.

8Cet ouvrage sur les usages de Foucault constitue, à n’en pas douter, une pièce maîtresse dans les relectures contemporaines du philosophe. En multipliant les angles de vue et les questionnements possibles, tout en conservant la visée d’une étude des usages, les auteurs réunis dans ce collectif donnent à voir la fécondité (mais aussi les limites) d’une œuvre qu’on ne peut réduire à sa plasticité. Les usages supposent des débordements, des dépassements, des jeux dialectiques maîtrisés. La flexibilité des concepts n’est jamais totale : en explorer les points de rupture, c’est, d’une certaine façon, prendre Foucault réellement au sérieux et ne pas chercher à lui faire dire ce qu’il n’a pas dit. C’est par cette lucidité des emplois parfaitement circonscrits que l’ouvrage dirigé par Hervé Oulc’hen s’avère aussi salutaire que stimulant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Hervé Oulc’hen (dir.), Usages de Foucault », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 128 | 2015, mis en ligne le 03 septembre 2015, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4699

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page