Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Chloé Maurel, Manuel d’histoire globale. Comprendre le « global turn » des sciences humaines

Paris, Armand Colin, 2014, 216 p., 22 €.
Noël Bonhomme
Référence(s) :

Chloé Maurel, Manuel d’histoire globale. Comprendre le « global turn » des sciences humaines, Paris, Armand Colin, 2014, 216 p., 22 €.

Texte intégral

  • 1 Sur la pénétration de cette thématique en France depuis la fin des années 2000, on pourra se report (...)
  • 2 Chloé Maurel (dir.), Essais d’histoire globale, L’Harmattan, 2013.

1Chloé Maurel livre ici l’une des premières synthèses en français sur l’histoire globale non en tant qu’objet mais en tant que démarche historique. Ce courant de recherche résolument transdisciplinaire et issu du monde académique anglo-saxon (ce qui lui vaut une certaine méfiance) s’appuie également en Europe sur un foyer de rayonnement germanophone, mais reste assez nouveau en France1. L’ouvrage dirigé récemment par Alain Caillé et Stéphane Dufoix, Le tournant global des sciences sociales (La Découverte, 2013), offrait déjà un panorama en français des approches « globales » à travers une collection d’essais, mais bien que le sous-titre du livre de Chloé Maurel partage cette ambition (elle a elle-même animé pendant plusieurs années un séminaire sur « l’histoire mondiale », et non seulement « globale »)2, elle offre ici un outil différent et complémentaire. D’une part, elle traite spécifiquement de l’histoire, évitant ainsi les généralités et le fétichisme du global ; d’autre part, la structure duale de l’ouvrage (réflexion épistémologique, puis panorama des recherches aux états-Unis et en Chine) répond à un souci de synthèse et d’utilitarisme qui en fait un véritable manuel. Il ne s’agit pas d’un livre présentant une histoire globale, mais bien d’un guide méthodologique, dont la variété des travaux résumés est à la fois une incitation à se plonger dans cette littérature, mais aussi parfois une interrogation sur la réelle cohérence de ce champ de recherche.

2La plus grande réussite de l’ouvrage est qu’il répond aux critiques formulées à l’encontre du concept même d’histoire globale en le « démodélisant ». Son historicisation dans les deux premiers chapitres met en évidence les anciennes traditions historiographiques dans lesquelles s’inscrit l’histoire globale. Bien que sa conceptualisation soit nouvelle, elle reprend les ambitions de l’histoire universelle et les idéaux de l’histoire internationaliste née dans la première moitié du xxe siècle, qui a d’abord donné naissance à la World history. Cette présentation nuance fortement les prétentions de la New Global History Initiative (NGH) lancée en 1989 par l’historien américain Bruce Mazlish, qui s’est précisément positionné en rupture avec la world history, définissant l’histoire globale comme l’analyse de la globalization voire comme une nouvelle période succédant à l’histoire moderne et contemporaine (p. 49-50), au risque de l’enfermer dans un « présentisme » cher à François Hartog. D’autre part, l’interdisciplinarité consubstantielle à l’histoire globale prend la suite de révolutions historiographiques allant de l’école des Annales aux mutations de l’histoire culturelle et au renouveau de l’histoire comparée, en passant par de multiples courants ayant vu le jour aux états-Unis (cultural, post-colonial, subaltern, area studies). Une partie importante des approches novatrices mises en exergue viennent d’ailleurs d’autres disciplines comme la théorie des systèmes-monde d’Immanuel Wallerstein et Samir Amin, l’analyse de la mondialisation par la sociologue Saskia Sassen, le « vol de l’histoire » de l’anthropologue Jack Goody, l’anthropologie globale de Marc Abélès, la géo-histoire de Chritian Grataloup, ou les études comparatistes de l’environnementaliste Jared Diamond. à l’instar de la géopolitique, autre discipline globalisante en quête de légitimité, la plupart des figures fondatrices de l’histoire globale le sont seulement a posteriori. Lorsqu’il est question (p. 24-25) de « l’invention de la globalité aux états-Unis » pendant la Seconde Guerre mondiale, il est d’ailleurs difficile de ne pas penser au moment fondateur de la géopolitique au zénith de la « première mondialisation », lorsqu’en 1904 Harold Mac Kinder théorisait l’idée d’un « pivot géographique de l’histoire », considérant que les phénomènes historiques devaient nécessairement être interprétés à l’échelle mondiale. La relative discrétion de cette approche dans l’ouvrage fait d’ailleurs sens si l’on songe que la géopolitique s’est historiquement et épistémologiquement inscrite dans une conception réaliste et machiavélienne des relations internationales, là où la world puis global history ressortent d’une tradition idéaliste et cosmopolite. à cette exception près, l’histoire globale puise dans la plupart des sciences sociales, parfois en habillant ses emprunts d’une prétention discutable à la nouveauté. D’où la critique selon laquelle l’histoire globale ferait du « global » plutôt que de l’histoire.

3La diversité des courants pouvant s’y reconnaître fait qu’il n’est guère aisé de délimiter le champ de l’histoire globale. Si elle puise nécessairement dans les méthodes de l’histoire croisée, comparée, connectée et transnationale, ces différents courants peuvent-ils en être considérés comme parties intégrantes ? Le tour d’horizon des objets d’étude transnationaux, dans la seconde partie de l’ouvrage, montre avec succès que l’histoire globale correspond à une méthodologie et à une manière de (dé)construire les objets historiques (de l’histoire des techniques à celle des relations internationales, en passant par les religions, le climat, l’alimentation, l’énergie, les guerres, les migrations, les épidémies, les échanges culturels ou les conflits sociaux), en variant les échelles à la fois géographiques et chronologiques – l’histoire globale est une histoire du temps présent qui ne renonce pas à la longue durée. Mais cela n’empêche pas les travaux concernés de s’inscrire dans une tradition classique. Ainsi l’ouvrage de Vijay Prashad, Les Nations obscures. Une histoire populaire du Tiers-Monde, auquel plusieurs pages du livre sont consacrées, est novateur en ce qu’il tente de saisir les fondements, les évolutions et l’échec du tiers-mondisme dans l’ensemble des pays impliqués dans cette histoire transnationale, se basant sur un va-et-vient permanent entre échelle nationale et mondiale ; mais l’est-il réellement parce qu’il « rompt avec l’historiographie atlantiste » (p. 165) alors qu’en tant qu’ouvrage « d’histoire critique », il s’inscrit dans une approche néomarxiste qui n’offre pas une compréhension fondamentalement nouvelle du tiers-mondisme ? Plutôt qu’une discipline, l’histoire globale est une démarche, une sorte de régime d’historicité global, et un paradigme qui se superpose aux autres approches.

4La question des sources est mentionnée en fonction des exemples (par exemple sur l’emploi des méthodes quantitatives et qualitatives dans l’études des transferts culturels, p. 107-108), mais sans faire l’objet d’un questionnement explicitement transversal, bien que l’histoire globale soit souvent critiquée pour le déséquilibre entre sources secondaires et primaires. La constitution d’un corpus est donc une des questions pratiques qui se posent pour une histoire globale qui, si elle couvre une grande diversité de champs, ne prétend pas se réduire à un récit totalisant. L’ouvrage mentionne occasionnellement les opportunités ouvertes par la numérisation des sources (par exemple p. 110 à propos des archives du Komintern), et pourrait également aborder le problème de la mise en données, qui constitue probablement une inflexion dans « l’identité de la profession d’historien » (p. 120), aussi importante que l’intensification des échanges scientifiques transnationaux. La spécificité de l’histoire globale réside en effet précisément dans l’alternance entre synthèse globale et étude microhistorique, entre enjeux contemporains et longue durée, de sorte que la spécialisation n’est nullement incompatible avec une pratique « globale ». L’émergence des digital humanities, tirant profit de l’exploitation de bases de données extensives (big data), offrirait une perspective complémentaire sur cette articulation d’une part, elle facilite la manipulation et la mise en réseau de sources dépassant les cloisonnements géographiques ; d’autre part, les historiens de la mondialisation contemporaine doivent arriver à combiner la nécessaire globalisation de leurs sujets d’étude avec le maintien d’une recherche détaillée sur les sources primaires. Si faire de l’histoire globale n’est pas nécessairement faire l’histoire de la (ou des) mondialisation(s), c’est bien en revanche faire de l’histoire dans un contexte mondialisé.

5L’un des principaux soupçons pesant sur l’histoire globale est en effet d’être politique. Conçue dès l’origine comme une « nécessité civique, une obligation de citoyens du monde » (p. 48), elle recouvre deux courants idéologiquement contradictoires, qui posent plus que jamais la question de l’unité réelle de ce champ, identifié au monde anglo-saxon alors même que de nombreux apports viennent d’historiens critiques ou non-américains. D’un côté, l’histoire globale est par essence un courant critique, remettant en cause l’occidentalocentrisme et les concepts des grands récits universalistes (civilisation, modernisation, révolution) et questionnant les bienfaits du processus de mondialisation, reflétant ainsi l’effondrement et la recomposition des contre-modèles au capitalisme libéral. Mais elle se voit également soupçonnée de faire un récit téléologique à la gloire de la mondialisation actuelle (p. 114-116), ses fondateurs américains auto-proclamés se situant clairement en rupture avec le militantisme des world historians. De même le représentant le plus connu de l’école indienne, Dipesh Chakrabarty, explique que l’enjeu dans les années 1980 et 1990 était de construire une histoire qui échappe à la fois à la tradition nationaliste-marxiste et à la tradition impériale britannique, globale parce que post-coloniale (p. 70). La « 3e génération de la world history », qui est en même temps la première de l’histoire globale, est donc moins militante et plus classique dans sa formation (p. 39). Le chapitre fort intéressant consacré à l’émergence de l’histoire globale en Chine montre que la réception des travaux occidentaux d’histoire globale ne sert pas seulement à revenir sur une vision trop eurocentrée, mais aussi à une vision moins étroitement nationale de l’histoire chinoise. Plus encore qu’en Occident, l’enjeu est de pratiquer une histoire globale qui soit critique sans être militante.

6Fût-elle sur la longue durée, l’histoire globale est une histoire du temps présent. Sans s’identifier à la mondialisation, elle répond donc incontestablement à un besoin social (l’auteure envisage l’émergence d’une « histoire sociale mondiale », p. 175-181) et nourrit donc les prétentions des historiens à intervenir dans le débat public. L’histoire globale est l’objet de reproches contradictoires, tantôt celui de n’être pas un récit ou une théorie cohérente mais une vision déstructurée de l’histoire, tantôt celui de reposer implicitement sur une vision pro-capitalisme libéral, si bien que l’apport de cette approche pâtirait probablement d’une unification trop forte de ce champ de recherche d’un point de vue théorique et institutionnel. Ce que Chloé Maurel montre ici de manière très convaincante est que l’apport de l’histoire globale n’est pas celui d’une école de pensée ou d’une théorie, mais plutôt une ouverture à des réflexions et des objets historiques extrêmement variés interrogeant la démarche historienne. Si on peut encore s’interroger en refermant le livre sur les différences profondes existant entre approches « mondiale », « transnationale », « globale », « comparée », « connectée », etc., on comprend également qu’il y a là une variété d’outils, de nuances et de méthodes répondant tous à un impératif d’adaptation de l’histoire aux enjeux politiques contemporains, qu’il serait fâcheux de vouloir à toute force homogénéiser. En résistant à la tentation de faire un ouvrage théorique, l’auteure a ainsi le mérite de résumer de nombreux travaux non disponibles en français, de proposer une synthèse historiographique accessible, et d’inciter les historiens de tous horizons, à travers la démarche globale, à s’engager dans une réflexion sur la transformation et la spécificité du métier d’historien.

Haut de page

Notes

1 Sur la pénétration de cette thématique en France depuis la fin des années 2000, on pourra se reporter à Chloé Maurel, « Introduction : pourquoi l’histoire globale ? », dans Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 121, 2013, p. 13-19.

2 Chloé Maurel (dir.), Essais d’histoire globale, L’Harmattan, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Noël Bonhomme, « Chloé Maurel, Manuel d’histoire globale. Comprendre le « global turn » des sciences humaines », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 128 | 2015, mis en ligne le 03 septembre 2015, consulté le 24 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4697

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page