Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Georges Sokoloff, Le retard russe (882-2014)

Fayard, 2014, 206 p., 18 €.
Guy Lemarchand
Référence(s) :

Georges Sokoloff, Le retard russe (882-2014), Fayard, 2014, 206 p., 18 €.

Texte intégral

1Le titre de cet ouvrage est éloquent : il s’agit de déceler dans l’histoire de la Russie depuis la constitution de la principauté de Kiev avec Novgorod, Smolensk et Lioubich, alors que Moscou n’existe pas, jusqu’à nos jours, ce qui a établi dans l’historiographie nationale et chez nombre d’acteurs politiques et intellectuels l’idée d’un retard dans la modernisation entre la Russie puis l’URSS et les états les plus évolués techniquement, l’Europe occidentale (France, Allemagne) et les états-Unis. L’auteur est connu pour ses travaux sur l’URSS et la République fédérale de Russie d’après 1991. Le point de vue adopté est de donner un livre court (160 pages de texte et 31 pour la chronologie et la bibliographie, seulement 2 cartes) dont la brièveté même a effectivement le mérite de braquer le projecteur sur la grande question posée, sans distraire l’attention sur le reste d’une histoire cependant très chargée puisqu’on traite d’un très vaste pays.

2Démesure, excès, arriération sont les traits relevés habituellement par les observateurs étrangers depuis le xviiie siècle. De Pierre le Grand à la direction du parti communiste, les gouvernants eux-mêmes parlent du retard, aussi bien Staline en 1931, l’évaluant de 50 à 100 ans et voulant redresser la situation en 10 ans, que Khrouchtchev en 1956. également se manifeste dans toute l’histoire de la Russie l’idée fréquemment exprimée d’une très forte identité spécifique. Elle serait caractérisée par l’intensité de la vie intérieure individuelle (cf. les héros de Dostoiëvski) comme par l’attachement à la terre natale, attitudes fondées à la fois sur le credo du christianisme orthodoxe, même quand consciemment on ny adhère pas, et par lampleur des luttes paysannes contre une exploitation seigneuriale prolongée jusqu’à 1861, voire indirectement 1917. Sous des formes diverses ce sentiment dune originalité nationale, à partir du xixesiècle, se développe tant du côté des traditionnalistes proches de l’église en place, que chez les révolutionnaires populistes, tels les Socialistes révolutionnaires du début du xxe siècle. Le souvenir de l’éclat de la civilisation de Kiev et les combats contre les envahisseurs, des Petchenègues et Coumans au xie siècle jusqu’à l’horreur de l’assaut nazi, en passant par l’attaque des Mongols (1237) occupant une grande partie des terres russes plus de 100 ans, les raids et les guerres des Tatares et Turcs islamisés (1540-1774) et l’exaltation slavophile au xixe siècle, ont entretenu un vif orgueil que l’historiographie officielle avec Kljuceski (1903) a conforté, après Karamzine, historiographe d’Alexandre I dans les années 1820.

3Par conséquent, vis-à-vis de l’étranger, et particulièrement de l’Europe occidentale, la Russie a oscillé entre la volonté d’ouverture afin d’acquérir la technique moderne et la fermeture pour se préserver de la perte de son âme séduite par le raffinement de l’occidentalisation rationaliste. Il convient donc d’aller au-delà des images culturelles qui, souvent, déforment les réalités matérielles et Georges Sokoloff va au plus important en utilisant les comparaisons internationales des évaluations de population et du produit intérieur brut par habitant, tout en sachant les imperfections de ces instruments. L’avènement d’une demi-démocratie libérale depuis 1991 n’a pas résolu, note-t-il, la question du rattrapage, quoique les statistiques de la République fédérée ne soient plus tirées vers le bas par l’inclusion du Caucase et de l’Asie centrale. Sous le régime soviétique, l’écart avec l’Occident demeure élevé : en 1960, le PIB/habitant de l’URSS est le 1/3 de celui des états-Unis, 45 % de celui de l’Europe occidentale. En fait, depuis que les sources sont suffisantes pour calculer des chiffres globaux crédibles, les différences ont toujours été sensibles : en 1700, le PIB/habitant de l’Empire russe représente 60 % de celui de l’Europe occidentale, en 1860 seulement 50 %, mais la population est passée de 26,6 millions à 72,3 millions, avec toutefois une urbanisation faible (villes de plus de 2 000), de l’ordre de 5-7 % en 1800, ce retard s’étant creusé après 1820. De plus, à partir du début du xviiie siècle, remarque l’auteur, la Russie devient nettement conquérante avec l’annexion de l’Estonie et de la Lettonie (1721), de la Crimée, du rivage de la mer Noire et de la Géorgie (1783), etc., et avec l’entrée dans la Sainte Alliance (1815) qui consacre sa place dans le concert des grandes nations. à quoi on peut répliquer que l’Angleterre, la France ou la Castille n’ont cessé depuis le xiiie siècle de s’étendre à leurs frontières et ensuite hors d’Europe, partout elles aussi ont consenti de lourdes mobilisations militaires. Et par ailleurs, il est évident que l’effort en matière d’armements conduit à rechercher le concours de techniciens occidentaux et donc à multiplier les contacts avec l’étranger. De même la construction d’un important potentiel économique sur lequel pourra reposer la puissance de l’État suppose d’acheter procédés et machines à l’extérieur et d’accroître les exportations pour régler la note. Il est remarquable que, bien avant Pierre le Grand, Michel Romanov, lorsqu’il crée la petite armée professionnelle de « l’ordre nouveau » dans les années 1630, fasse appel à des Allemands, Hollandais et Italiens. Ivan IV accorde, dès 1555, des privilèges commerciaux à la Moscovy Company et ordonne de creuser le port d’Arkhangelsk en 1583, faute de tenir Narva. à la fin du xixe siècle encore, sous le ministère de Witte, qui veut accélérer l’industrialisation, beaucoup d’équipements viennent de l’Ouest. En Russie, le développement est largement une affaire de l’état. N’est-ce pas la conséquence de l’arriération d’une société dominée par des élites relativement immobiles parce que tranquillement assises – au moins en apparence – dans le confort du servage et le respect des seigneurs et des administrateurs enseigné par les popes et les moines ? En écho au constat de l’arriération se trouvent les structures sociales et l’idéologie.

4Jusqu’où doit-on remonter le constat d’une divergence d’évolution entre Russie et Occident ? Les Lumières russes et les Soviétiques ont refusé d’attribuer aux seuls guerriers marchands varègues venus de la Baltique la puissance de la principauté de Kiev, théorie de « origines normandes » qui minorait le rôle des autres populations. Il n’en reste pas moins que ce premier état sur le futur espace russe, favorisé par la proximité de Byzance, connaissait déjà une céréaliculture productive, un trafic commercial important grâce aux fleuves vers la mer Noire et la mer d’Aral, c’est-à-dire vers Constantinople, Bagdad et l’Iran et vers la Hanse par Novgorod, une monnaie d’argent, une architecture monumentale en pierres, un premier code dès 1040. Mais deux fléaux l’affaiblirent et finirent par l’écraser : le fractionnement en petites entités rivales (15 au milieu du xiie siècle, 250 au xive siècle), le joug mongol (massacres, pillages, destructions, tribut énorme). Auparavant, le niveau de développement local atteignait ou dépassait celui du royaume de Philippe-Auguste. En 1481, c’est la principauté de Moscou et non plus Kiev, ruinée, qui réunit les terres russes et les délivre des Mongols. Pourtant, malgré ces malheurs, la population a pu augmenter, de 4 millions en 1000 à 12 millions en 1500, ce qui demeure peu face à l’immensité du territoire. Ivan IV s’empare du titre de César à son sacre (1547), il s’appuie sur la prophétie de Moscou comme troisième Rome contre le christianisme papiste et l’islam et commence la conquête des khanats proches, tout en renforçant l’État autocratique. Pierre Ier prend en main la croissance économique moderne et l’expansion démographique s’accélère aux xviiie-xixe siècles. Toutefois, des freins continuent d’agir, que cite Georges Sokoloff, suivant en partie les critiques russes de l’époque, muselés par la censure tsariste, Radichev (1790) ou Tchaadaiev (1836). Ce sont d’abord les querelles religieuses qui font fuir dans les forêts nombre d’« hérétiques », « judaïsants » (1531), vieux-croyants surtout (1653), mais n’y eut-il pas des guerres de religion en Occident ? Beaucoup plus convaincant est l’autoritarisme conservateur des souverains, soutenus par une noblesse qui tient l’administration et règne sur la paysannerie asservie et par un clergé, fort du ritualisme ancré dans la population. Ainsi, comme le souligne l’auteur, des vagues de réaction accompagnent ou suivent les séquences modernistes et laminent les forces sociales issues du changement économique : la crainte de la contamination venue de France à la fin de Catherine II, puis après la secousse décabriste sous Nicolas Ier, avec Alexandre III et Nicolas II. Après la grande réforme de l’abrogation du servage en 1861, l’espoir se brise, comme, pourrait-on ajouter, avec le raidissement de l’appareil du PCUS sous Brejnev, tendu dans la guerre froide et l’inertie des appareils politiques installés et sans démocratie.

5On pourrait chicaner Georges Sokoloff parce qu’il ne s’est pas attardé sur la question de la lutte pour l’accès aux mers, Baltique et mer Noire, du xve au xviiie siècles, vital pour un territoire homogène, mais enclavé et isolé longtemps des grands circuits planétaires, ou bien parce qu’il n’a pas traité les difficultés d’un empire trop vaste et devenu hétérogène, comme le fut la Perse achéménide ou l’Empire romain. Mais en ce nombre limité de pages, il pose clairement des bases de discussion essentielles, et ce n’est pas rien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy Lemarchand, « Georges Sokoloff, Le retard russe (882-2014) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 128 | 2015, mis en ligne le 03 septembre 2015, consulté le 28 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4693

Haut de page

Auteur

Guy Lemarchand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page