Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Lionel Richard, Goebbels. Portrait d’un manipulateur

Bruxelles, André Versailles éditeur, 2008, 278 p.
Vincent Chambarlhac
Référence(s) :

Lionel Richard, Goebbels. Portrait d’un manipulateur. Bruxelles, André Versailles éditeur, 2008, 278 p.

Texte intégral

1Lionel Richard livre ici un portrait, non une biographie, de Joseph Goebbels. La distinction importe. La logique biographique suppose souvent l’attention psychologique au sujet, Lionel Richard se méfie de ces reconstructions « où se complaisent tous les sophistes qui se dérobent aux analyses sociales » (p. 271). Ce refus d’une « psychiatrisation de l’Histoire » (idem), s’accompagne de la méfiance envers les sources – les premiers portraits de Goebbels sous le IIIe Reich sont apologétiques – et la littérature historique d’après 1945 sur le sujet, manifestant bien souvent « au mieux, une attirance pour le romanesque » (p. 273). On reconnaît dans ces préventions la marque de l’un de ses précédents ouvrages, Suite et séquelles de l’Allemagne nazie (Syllepse, 2005). Lionel Richard compose son portrait par un recours direct aux sources, notamment les articles du Völkischer Beobachter, de Der Angriff ou Das Reich.

2Douze chapitres scandent ce portrait. Lionel Richard décrit l’ascension d’un jeune bourgeois conformiste, avide de reconnaissance par la soutenance d’une thèse portant sur Wilhem von Schütz, auteur romantique. Fortement ancrée dans un conservatisme d’extrême droite, rapidement écrite sans souci d’ailleurs de ce qui fit la rigueur de l’Université allemande, la thèse lui vaut le titre de Doktor, constamment arboré ensuite. Alors débute la carrière nazie de Goebbels, démagogue proche des frères Strasser, rallié ensuite à Hitler dont il bénéficie de la confiance pour développer le parti à Berlin. L’homme devient ensuite ministre pour l’Information du peuple et la propagande après 1933. Un temps, il caressa l’espoir d’un ministère des Affaires culturelles. Goebbels est là à son aise, manipulant l’information, montant des coups propres à pérenniser le charisme du chef. Les derniers chapitres le campent en « général en chef de la guerre totale », pris dans « les rets de l’héroïsme factice ». Goebbels se suicide avec toute sa famille, les corps des époux sont à moitié carbonisés dans les décombres du bunker d’Hitler.

3Le sel du portrait tient d’abord à la mise en évidence des manipulations auxquelles Goebbels se livre pour conforter l’image du parti, le charisme du chef. Il modifie ainsi la voix d’Hitler à la radio pour lui donner plus de substance, de pouvoirs de séduction. Il est aussi à l’origine des cérémonies funèbres données pour les « martyrs » de la cause nazie, comme Horst Wessel. En matière de propagande, Goebbels se montre attentif à tout, maniant le ciseau et les coupes pour monter à nouveau les films antisémites comme le Juif errant ou les films de propagande de guerre. L’essentiel de la pensée de Goebbels en termes de propagande se ramasse dans une note de sa part en 1933 : « Dès l’instant où l’on prend conscience de la véritable nature d’une propagande, elle perd toute efficacité » (p. 157). Par touches, Lionel Richard permet de mesurer la construction de l’image du chef, la part de la propagande dans le contrôle et la nazification de la société allemande. Le livre est aussi l’occasion d’affirmer sur l’antisémitisme nazie la perspective intentionnaliste : de multiples citations éclairent l’antisémitisme de Goebbels et des nazis et elles sont sans ambiguïtés. C’est l’occasion pour Lionel Richard d’argumenter et de polémiquer avec les historiens sur les intentions génocidaires des nazis en Pologne (note 1 p. 182), avec Philippe Burrin (note 5 p. 188) mais aussi avec Christian Delage sur « l’irrationalité » de l’antisémitisme nazi (note 8, p. 198) et Ian Kershaw sur l’incendie du Reichstag (note 12, p. 132). Pour le lecteur peu au fait de l’historiographie, la note de bas de page handicape plus qu’elle n’éclaire ici, appelant de plus amples développements.

4Écrit d’une plume alerte, Goebbels portrait d’un manipulateur, est une bonne introduction à la lecture de son journal, réédité il y a peu (Tallandier, 2005). Les chapitres consacrés par Lionel Richard aux ambitions littéraires de Goebbels s’avèrent ici précieux pour comprendre que le carnet n’est pour lui qu’un lieu où se projeter dans la postérité et aussi se protéger de celle-ci. Par touches, Lionel Richard a su composer un portrait attentif aux analyses sociales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Chambarlhac, « Lionel Richard, Goebbels. Portrait d’un manipulateur », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 105-106 | 2008, mis en ligne le 22 juin 2009, consulté le 23 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/469

Haut de page

Auteur

Vincent Chambarlhac

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page