Navigation – Plan du site
CHANTIERS

Militer contre Vichy est-il un acte de résistance ?

Les communistes déportés arrêtés pendant le pacte germano-soviétique face à l’attribution du titre de déporté résistant
Lucie Hébert
p. 127-141

Résumé

Dans le cadre d’un master de recherche, nous avons étudié le profil et le parcours de 848 communistes arrêtés en France (hormis l’Alsace-Moselle) entre septembre 1939 et juillet 1941, puis déportés dans des prisons ou des camps de concentration par les autorités allemandes. Après la guerre, ces communistes ou leur famille ont pu demander le statut de déporté, soit de déporté politique, soit de déporté résistant. L’analyse de leurs demandes et des statuts qui leur sont attribués conduit à s’interroger sur la reconnaissance de l’activité des militants communistes après-guerre et sur la notion même de Résistance.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Lucie Hébert, Des déportés aux marges de la mémoire collective, les communistes arrêtés de sep (...)
  • 2 Décret du 14 décembre 1941 d’Otto von Stülpnagel, dirigeant du commandement militaire allemand en F (...)
  • 3 Jean-Pierre Azéma, Antoine Prost, Jean-Pierre Rioux (dir.), Le Parti communiste français des années (...)
  • 4 Je remercie la Fondation pour la mémoire de la déportation, qui m’a transmis son recensement des dé (...)

1Dans les années 1930, le Parti communiste français (alors appelé Section française de l’Internationale communiste) s’engage pleinement contre le fascisme et le nazisme. Son groupe parlementaire est le seul à dénoncer le recul des démocraties face à l’expansionnisme hitlérien et à condamner les Accords de Munich, qui cèdent la région des Sudètes à l’Allemagne. Mais après la signature du pacte de non-agression entre l’Allemagne et l’URSS le 23 août 1939, le Parti communiste français s’aligne rapidement sur la politique extérieure de l’URSS. Il refuse alors de s’engager dans une guerre qu’il qualifie d’« impérialiste », renvoyant dos à dos démocraties libérales et États fascistes comme des régimes capitalistes qui s’affrontent pour accroître leurs profits. Le Parti communiste et toute activité communiste sont interdits : les publications communistes sont prohibées dès le lendemain du pacte germano-soviétique, le parti communiste et les organisations affiliées sont dissous le 26 septembre 1939. Les mesures de répression à l’encontre des communistes et de leurs activités vont ensuite se succéder1. Ceux qui continuent de militer sont arrêtés ainsi que des anciens militants, des personnes soupçonnées de militer ou proches des milieux communistes. Jusqu’en juin 1941, près de 5 000 communistes sont arrêtés. L’Allemagne rompt le pacte de non-agression en envahissant l’URSS le 22 juin 1941. Le Parti communiste français entre alors pleinement en résistance contre l’occupant et s’engage dans la lutte armée. Le 21 août 1941, Pierre Georges (futur colonel Fabien), militant des Jeunesses communistes, abat un soldat allemand à une station de métro parisien. D’autres attentats suivent, les sabotages se multiplient. Les communistes, tenus pour responsables, sont alors la cible des représailles allemandes (notamment dans le choix des otages exécutés). En décembre 1941, un décret prévoit qu’en cas d’attentat contre des soldats allemands, « un grand nombre d’éléments criminels judéo-bolchéviques seront condamnés aux travaux forcés et déportés à l’Est2 ». Le convoi du 6 juillet 1942 pour Auschwitz déporte pour la première fois des communistes (plus de mille militants du Parti communiste et de la CGT)3. D’autres déportations suivent. Celles-ci touchent aussi les communistes arrêtés avant que le parti clandestin ne s’engage dans la lutte armée contre l’occupant. Sont ainsi déportés des communistes arrêtés depuis la fin de la IIIe République, des anciens militants n’ayant plus d’activité arrêtés comme suspects ou comme otages, des communistes militant dans la clandestinité contre le régime de Vichy et, pour quelques-uns, contre l’occupant4.

  • 5 Loi n° 48-1251 du 6 août 1948 parue au Journal officiel du 8 août 1948 ; loi n° 48-1404 du 9 septem (...)
  • 6 Certains obtiennent le statut de déporté résistant en raison de leur participation à la révolte des (...)
  • 7 Le titre d’interné politique est principalement attribué aux communistes du Nord-Pas-de-Calais qui (...)
  • 8 Les dossiers de demande de statut de déporté sont conservés par le service historique de la Défense (...)
  • 9 DAVCC, Caen, dossier de demande de statut.
  • 10 On peut ainsi s’étonner que plusieurs communistes arrêtés à la fin de la IIIe République (ou leurs (...)
  • 11 Pierre Laborie, « Images et crise d’identité du PCF », Le Parti communiste français des années somb (...)

2Après la guerre, ces communistes (ou leurs proches) peuvent bénéficier du statut de déporté qui leur ouvre droit à une réparation des préjudices subis. La loi du 6 août 1948 définit un statut des déportés et internés de la Résistance, celle du 9 septembre un statut de déporté et interné politique5. Ce dernier ne renvoie pas à une quelconque activité politique, il concerne l’ensemble des autres déportés non résistants (juifs, victimes de rafles, réfractaires au STO, communistes, personnes ayant manifesté des opinions anti-allemandes, etc.), à l’exclusion des condamnés de droit commun et des étrangers. Le statut de déporté résistant, symboliquement plus honorifique, ouvre aussi, jusque dans les années 1970, des droits plus avantageux que celui de déporté politique. Parmi les communistes de notre échantillon, arrêtés de septembre 1939 à juillet 1941, seule une minorité (18 %6) obtient le titre de déporté résistant. La grande majorité obtient le statut de déporté politique (ou, pour quelques-uns, celui d’interné politique7). Cependant, près des deux tiers ont demandé le titre de déporté ou d’interné résistant8. Et ceux qui réussissent à l’obtenir ont rencontré des difficultés : au moins 81 % d’entre eux ont d’abord essuyé un ou plusieurs refus. Ils doivent parfois mener un combat de longue haleine, comme cette militante arrêtée en octobre 1940 pour avoir monté une imprimerie clandestine avec son mari : elle demande le statut de déporté résistant en octobre 1950, mais ne l’obtient qu’après de multiples recours en novembre 20039. Ces chiffres révèlent un décalage entre la reconnaissance accordée et celle demandée par les déportés ou leur famille. Les communistes arrêtés durant le pacte germano-soviétique n’ont pas tous résisté, et certaines demandes sont certes infondées10. Toutefois, la majorité des communistes de notre échantillon, arrêtés depuis l’armistice puis déportés, ont une activité clandestine durant l’Occupation (au moins 54 % d’entre eux si on prend uniquement en compte les cas où l’activité clandestine est confirmée par au moins trois témoignages ou par une enquête policière). Leur principale activité est la propagande, développant des revendications sociales et fustigeant, dès juillet 1940, le gouvernement de Vichy. Des critiques contre l’occupant émergent à partir de l’automne 1940, souvent de manière indirecte11. Certains créent des comités populaires et organisent des manifestations. Un plus petit nombre s’emploie à l’organisation (réunions, contacts avec d’anciens camarades, recrutement de nouveaux militants, recherche de locaux…). Quelques-uns s’occupent d’aider les camarades victimes de la répression et leur famille (collectes, évasion, passage de la ligne de démarcation, hébergement de camarades recherchés…). Enfin, sans que cela soit souvent vérifiable, plusieurs déclarent avoir mené des actes contre l’occupant (récupération d’armes, sabotages, participation à la grève des mineurs du Nord-Pas-de-Calais de mai-juin 1941…). La majorité des communistes de notre échantillon ont une activité clandestine contre le régime de Vichy et, pour certains, contre l’occupant. Dès lors, pourquoi seule une minorité obtient-elle le titre de déporté résistant ?

Un cadre législatif limitatif

  • 12 Des communistes ont effectivement été libérés de la citadelle de Huy et du camp de Sachsenhausen. I (...)
  • 13 Réponse du ministre des Anciens Combattants du 3 septembre 1956 à la requête introduite par la veuv (...)
  • 14 DAVCC, Caen, dossier de demande de statut.

3Tout d’abord, les communistes (ou leur famille) se heurtent au cadre rigoureux et restrictif de la législation. La loi n’accorde pas le titre de déporté résistant à tous les résistants déportés mais à ceux dont il est prouvé qu’un acte de résistance est à l’origine de leur arrestation ou de leur déportation. Le titre est ainsi refusé aux communistes qui ont résisté après leur arrestation (durant leur détention en France, leur déportation ou à leur libération12). Il est aussi refusé aux communistes qui ont été arrêtés en tant que communistes, et ce, quelle que soit leur activité durant l’Occupation. Par exemple, le titre de déporté résistant est refusé à un militant avant guerre et sous l’Occupation (il a distribué des tracts, tracé des inscriptions sur les murs et aurait réparé des armes). Le ministre des Anciens Combattants répond à la requête de la veuve : « Il ne s’agit pas, en effet, d’avoir “résisté” quelque forme qu’ait pris cette résistance, il faut avoir été appréhendé en raison de l’accomplissement d’un des actes qualifiés de résistance à l’ennemi [...]. Tel n’est pas le cas en ce qui concerne Monsieur B. qui, selon plusieurs pièces du dossier cotées 17 et 18, a été déporté en raison de son appartenance avant 1939 à un parti politique. » 13 Plusieurs communistes ont été arrêtés parce qu’ils étaient fichés comme communistes en raison de leur engagement avant la guerre. C’est particulièrement le cas lors des arrestations de représailles ou de la vague d’arrestations préventives menées après l’invasion de l’URSS (Aktion Theoderisch). Pour eux, le titre de déporté résistant est refusé. Le ministre des Anciens Combattants explique ainsi : « J’ajoute que les déportés dits “politiques” sont la plupart du temps des résistants, mais dont l’arrestation n’est pas due à un acte de résistance militaire aux Allemands (condition exigée des déportés résistants). »14

  • 15 <http://www.legifrance.gouv.fr>.
  • 16 Réponse du Bureau du contentieux le 4 octobre 1960. DAVCC, Caen, dossier de demande de statut.
  • 17 Jugement du tribunal administratif de Paris le 3 novembre 1957. DAVCC, Caen, dossier de demande de (...)
  • 18 On retrouve cette formulation sur de nombreuses feuilles d’examen des demandes de titre de déporté (...)

4D’autre part, prouver qu’un acte de résistance est à l’origine de l’arrestation ou de la déportation n’est pas suffisant, encore faut-il que cet acte figure parmi les « actes qualifiés de résistance à l’ennemi » reconnus par l’article R-287 du Code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de la guerre15. Parmi les actions que les communistes ou leurs proches déclarent avoir accomplies, beaucoup figurent dans cet article : passage de la ligne de démarcation, hébergement de camarades recherchés, fabrication de fausses pièces d’identité, prêt d’un local pour des réunions clandestines, sabotage, élaboration et diffusion de propagande. Mais le Parti communiste n’ayant pas été reconnu comme un réseau, une formation ou un mouvement des Forces françaises combattantes, des Forces françaises de l’intérieur ou de la Résistance intérieure française, l’activité clandestine accomplie dans son cadre n’ouvre pas droit au titre de déporté résistant. C’est ainsi qu’un propagandiste clandestin voit sa requête rejetée au motif « qu’(il) a été condamné pour distribution d’écrits tendant à propager les mots d’ordre de la Troisième Internationale communiste. Ces faits sont d’ordre essentiellement politique, et n’ont pas, en tout état de cause, le caractère d’actes qualifiés de résistance à l’ennemi au sens de l’article R-287. »16 De même, le tribunal administratif de Paris rejette la requête d’une autre propagandiste du parti clandestin : « La requérante a été inculpée en vertu du décret du 26 septembre 1939, lequel réprimait des activités sans rapport avec la résistance à l’occupant. » 17 L’administration refuse le titre de déporté résistant aux militants clandestins, concluant qu’ils ont été arrêtés « en vertu du décret du 26 septembre 1939 », « pour des faits à caractère politique » 18. Avec le décret-loi du 26 septembre 1939, c’est bien une activité politique qui est réprimée, mais l’activité clandestine poursuivie par les communistes durant l’Occupation est-elle toujours une simple activité politique ? La distinction entre activité politique et activité résistante est-elle pertinente ? L’activité des communistes est-elle dénuée de toute notion de résistance ?

Une définition partielle et partiale de la Résistance

  • 19 François Marcot (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, Robert Laffont, coll. « Bouquins  (...)
  • 20 Cités par Pierre Laborie, « Qu’est-ce que la Résistance ? », Dictionnaire historique de la Résistan (...)
  • 21 Jean-Pierre Azéma, Antoine Prost, Jean-Pierre Rioux, op. cit.
  • 22 Roger Bourderon, « Le PCF dans la lutte armée : conceptions et organisations », dans François Marco (...)
  • 23 Jean-François Muracciole, Histoire de la Résistance en France, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », (...)
  • 24 Pierre Laborie, « Qu’est-ce que la Résistance ? », op. cit., p. 37.
  • 25 Olivier Wieviorka, op. cit., p. 15.
  • 26 De la même manière, la distinction faite entre activité syndicale et acte de résistance semble disc (...)

5Poser ces questions revient à s’interroger sur ce qu’est la Résistance et sur la nature de l’activité des militants communistes. Proposer une définition de la Résistance est épineux, tant le phénomène est divers et pluriel19. Henri Michel définit la Résistance comme une lutte patriotique pour la libération nationale, François Bédarida comme une action clandestine menée au nom de la liberté de la nation et de la dignité de la personne humaine20. Il est difficile d’affirmer qu’au début de l’Occupation le Parti communiste milite pour la libération nationale. S’il critique l’occupant à mots plus ou moins couverts à partir de l’automne 1940, dans le même temps il refuse de prendre part à ce qu’il qualifie de « guerre impérialiste », de choisir un camp. Il accuse même l’Angleterre et De Gaulle de vouloir plonger la France dans la guerre. Au printemps 1941, il s’oppose à l’occupant plus ouvertement, notamment avec l’appel à un « Front national de lutte pour l’indépendance de la France » en mai 1941. Toutefois, ce n’est qu’avec la rupture du pacte germano-soviétique que le Parti communiste lève toute ambiguïté et s’engage pleinement contre l’occupant21. Néanmoins, des militants se sont opposés à l’occupant avant le revirement du Parti22. Des communistes de notre échantillon déclarent avoir attaqué des patrouilles ou des camions allemands, collecté des armes et du matériel de guerre abandonné, saboté du matériel, des installations ou la production bénéficiant aux Allemands (ces déclarations sont toutefois rarement confirmées par plusieurs témoignages ou une enquête policière). En revanche, dès juillet 1940, le Parti communiste clandestin s’oppose au régime de Vichy, de manière claire et absolue, alors que les premiers résistants adoptent plutôt une position confuse voire bienveillante à l’égard du régime23. Leur activité étant devenue illégale et donc clandestine, les communistes s’exposent à la répression. Ils ont probablement connaissance des risques qu’ils encourent (notamment par les articles de L’Humanité clandestine qui en rendent compte ou par des proches qui en sont victimes). Ils continuent d’avancer des revendications sociales, tout en s’opposant au régime de Vichy et à la collaboration. Ces éléments, qui ne prennent pas en compte l’attitude du parti vis-à-vis de l’occupant et de la question de la libération du territoire, répondent aux critères proposés pour identifier la Résistance, non pas comme un phénomène exclusivement militaire, mais comme « un processus socioculturel en adaptation incessante »24. Olivier Wieviorka distingue ainsi la Résistance intérieure française : « Cette dernière se définit tout d’abord par son action. En effet, elle vise concrètement à combattre l’occupant allemand, voire son allié vichyste, ce qui suffit à la distinguer de l’opinion. […] Cela posé, l’action ne peut être dissociée du sens qui l’affecte. […] La Résistance, enfin, postule la transgression. Elle s’oppose à la légalité qu’imposèrent le Reich et son complice vichyste. À cette aune, elle postule un risque que tous acceptèrent et que beaucoup acquittèrent au prix de leur vie. »25 En dépit de la position tout d’abord ambiguë du Parti communiste vis-à-vis de l’occupant, qualifier simplement « d’activité politique » l’activité des communistes après l’armistice semble réducteur et omet le contexte dans lequel ils militent26.

  • 27 Henry Rousso, Le syndrome de Vichy, de 1944 à nos jours, Paris, Seuil, coll. « Points histoire », P (...)
  • 28 Annette Wieviorka, Déportation et génocide. Entre la mémoire et l’oubli, Hachette, coll. « Pluriel- (...)
  • 29 Olivier Wieviorka, La mémoire désunie, op. cit., p. 52-54.
  • 30 Olivier Lalieu, « Le statut juridique du déporté et les enjeux de mémoire, de 1948 à nos jours », Q (...)

6Mais quelle est la définition de la Résistance que le législateur a retenue ? Celle-ci est loin d’être neutre car la loi a été adoptée par le pouvoir politique dans un contexte de concurrence mémorielle entre gaullistes et communistes et de début de guerre froide. Au sortir de la guerre, chaque camp tente de mettre en valeur son engagement dans la Résistance pour asseoir ainsi sa légitimité politique27. L’élaboration des deux statuts de déporté n’échappe pas à cette bataille, car ils sont un moyen de valoriser l’engagement de son camp et de minimiser celui de l’autre. La question d’attribuer ou non le statut de déporté résistant aux militants politiques fait ainsi l’objet de vifs débats à l’Assemblée. Les parlementaires communistes s’appuient sur une acceptation large de la notion de Résistance comme un mouvement patriotique multiforme et ils défendent un statut unique, confondant l’ensemble des victimes dans un même groupe et tendant à toutes les assimiler à des résistants. L’objectif est de faire reconnaître comme tels les communistes emprisonnés suite à l’interdiction du Parti communiste, depuis la fin de la IIIe République. Annette Wieviorka relève que pour le Parti communiste, « Il ne s’agit pas seulement de décerner un titre à une poignée de personnes, mais d’un véritable enjeu de mémoire, essentiellement politique. Assimiler les internés d’avant l’entrée de l’URSS dans la guerre aux internés par l’occupant ou le gouvernement de Vichy revient à gommer le pacte germano-soviétique, présent dans les polémiques parlementaires depuis 1947. »28 À l’inverse, le général De Gaulle développe une conception militaire, et par conséquent restrictive, de la Résistance, conception qui néglige la Résistance intérieure et les mouvements politiques29. La Fédération nationale des déportés et internés résistants (FNDIR), deuxième association de déportés, qui admet de nombreuses personnalités gaullistes, socialistes ou démocrates-chrétiennes, défend avec succès auprès des parlementaires une conception restrictive et élitiste de la Résistance30. La législation finalement adoptée repose sur une définition restrictive de la Résistance, privilégiant ses aspects militaires. Elle exclut les communistes en tant que tels du statut de déporté résistant, ce qui signe une victoire pour les gaullistes et un échec pour les communistes.

Une application partisane des textes ?

  • 31 Olivier Wieviorka, La mémoire désunie, op. cit., p. 99-108.
  • 32 Serge Wolikow souligne cette disproportion : « [La FNDIR] dont les effectifs sont bien plus faibles (...)
  • 33 Olivier Lalieu, op. cit., p. 343-344.
  • 34 Ce thème est récurrent dans les articles du journal de la FNDIRP, Le Patriote résistant.
  • 35 « Faisons le point sur nos revendications », Le Patriote résistant, n° 211, mai 1957, p. 7.
  • 36 « Le voile se déchire sur le scandale des cartes DIR », Le Patriote résistant, n° 167-168, décembre (...)
  • 37 « Voici les cinq documents remis par la délégation de la FNDIRP au ministre des Anciens Combattants (...)
  • 38 « La carte DIR doit être attribuée en fonction des mérites et non des considérations partisanes », (...)
  • 39 « Révision des rejets de cartes DIR, une réponse qui confirme », Le Patriote résistant, n° 258, avr (...)
  • 40 « Le ministre des Anciens Combattants dira-t-il pour quelles raisons il refuse la carte DIR à d’aut (...)
  • 41 Rapport moral présenté au congrès extraordinaire de la FNDIRP des 21 et 22 mars 1953, Le Patriote r (...)
  • 42 « Carte DIR : pour obtenir justice, remplissez le “recours pétition” édité par la FNDIRP », Le Patr (...)

7D’autre part, ces enjeux politiques et mémoriels se prolongent à travers la façon dont sont appliqués les textes. La Commission nationale des déportés et internés résistants, et plus globalement les pouvoirs publics, interprètent et appliquent les textes de manière stricte, avec une sévérité particulière à l’égard des communistes, voire avec un certain sectarisme31. Les commissions sont loin d’être impartiales. Par exemple, les représentants de la FNDIR sont majoritaires dans les commissions départementales alors qu’elle n’est que la deuxième association de déportés, loin derrière la Fédération nationale des déportés et internés résistants patriotes (FNDIRP)32. La FNDIRP, d’obédience communiste, est même parfois complètement absente des commissions33. La FNDIRP dénonce la partialité de ces commissions, et surtout de la Commission nationale des déportés et internés de la Résistance. Elle évoque un « scandale des cartes DIR [déporté interné résistant] »34. À travers son journal, Le Patriote Résistant, elle parle de « discriminations »35, de « rejets arbitraires »36, « du caractère abusif et arbitraire des décisions de rejets »37, de « considérations partisanes »38 à propos des refus d’attribuer le statut de déporté résistant aux communistes. Pour elle, il s’agit de « discriminations à caractère politique »39 qui visent clairement les communistes, les décisions étant prises par des « éléments partisans qui siègent à la commission nationale DIR »40, par « des gens qui n’ont, et ils l’ont déclaré, qu’un seul souci : refuser la carte à nos camarades communistes et à d’autres »41. La FNDIRP défend ardemment ceux qu’elle présente comme « les spoliés du titre de déporté ou interné de la Résistance »42.

  • 43 « Le statut des déportés ou l’art de diviser », Le Patriote résistant, n° 61, 18 septembre 1948, p. (...)
  • 44 Slogan d’une banderole affichée lors du XIIe congrès de la FNDIRP, photographie prise lors du congr (...)
  • 45 Jean-Pierre Besse, « PC : le mythe des 75 000 fusillés », La répression en France (1940-1945), op.  (...)
  • 46 Jean-Marc Berlière, Franck Liaigre, L’affaire Guy Môquet. Enquête sur une mystification officielle, (...)

8Toutefois, l’assimilation de tous les communistes à des résistants est discutable. D’une manière générale, c’est même l’ensemble des victimes de la répression que la FNDIRP tend à assimiler à des résistants. À ses yeux, les déportés constituent une « grande famille »43, « unis comme dans la Résistance, unis comme au camp »44. Le Parti communiste commet les mêmes amalgames45. De plus, il tend à se présenter comme résistant depuis toujours, comme ayant mené un combat antifasciste continu depuis le début des années 1930, faisant l’impasse sur le pacte germano-soviétique. Il se présente comme un parti martyr, « le Parti aux 75 000 fusillés ». Le lourd tribut qu’auraient payé ses militants témoignerait de son engagement dans la Résistance. Il commémore avec ferveur les otages fusillés à Châteaubriant, et tout particulièrement ceux exécutés le 22 octobre 1941 (c’est alors la première exécution massive d’otages en France). Il met en avant des communistes tôt arrêtés (la plupart par les autorités françaises et, pour certains, avant l’occupation allemande) et ensuite exécutés, laissant entendre que l’occupant les a exécutés parce qu’ils avaient résisté contre lui. Le Parti communiste met également en avant des initiatives individuelles (parfois sujettes à caution), escomptant qu’elles soient assimilées à l’action du Parti46. Dans les batailles mémorielles d’après-guerre, il s’agit pour le Parti communiste de gommer la période du pacte germano-soviétique, ses positions ambiguës au début de l’Occupation, et de se poser en pionnier de la Résistance face à l’homme du 18 juin.

Des attestations de résistance contestables

  • 47 Homologation des mouvements ou groupes de la Résistance intérieure française, première liste établi (...)
  • 48 « R. Guérin : révision des rejets de cartes DIR », contribution adoptée lors du XIe congrès de la F (...)
  • 49 Correspondance entre le ministre de la Défense nationale et le ministre des Anciens Combattants. DA (...)

9La reconnaissance accordée aux communistes arrêtés durant le pacte germano-soviétique se retrouve finalement prise entre, d’un côté, la volonté d’exclure les communistes (ou tout du moins de minimiser leur rôle) et, de l’autre côté, celle de faire oublier le pacte germano-soviétique. Ces enjeux contraires ressortent notamment à travers les attestations du Front national et leur prise en considération par les commissions. Le Front national est un mouvement de résistance lancé par le Parti communiste. Il est homologué au titre de la Résistance intérieure française47, avec le 1er mai 1941 comme date de création officielle. Plus d’un tiers des communistes de notre échantillon ont un certificat d’appartenance ou une attestation d’activité au sein du Front national. Pour autant, ils n’obtiennent pas tous le titre de déporté résistant. Les commissions examinent de manière sourcilleuse les attestations d’appartenance au Front national et refusent souvent de prendre en considération les services mentionnés antérieurs à mai 1941 (y compris pour des personnes arrêtées après mai 1941). La FNDIRP dénonce ce traitement. Elle s’en offusque par exemple en ces termes : « Il y a aussi le cas de camarades arrêtés “trop tôt” pour la Commission nationale DIR, comme Joseph Fradot, arrêté le 4 novembre 1940, un des fondateurs du Front national dans sa région, homologué RIF. La carte Interné Résistant est refusée parce que la création officielle du Front national n’est reconnue qu’à partir du 1er mai 1941, sans tenir compte de l’avis de la Commission nationale RIF rappelé par lettre du ministre des Armées du 30 juin 1950, selon lequel sont considérés “comme d’authentiques résistants ceux qui ont entamé la lutte contre l’envahisseur à partir du 25 juin 1940”. »48 Le ministre de la Défense nationale reconnaît que : « Certains membres du Front national, comme d’ailleurs des autres mouvements de la RIF, ont vu leur activité reconnue avant la date officielle de création. [...] Les personnes ainsi reconnues au titre de la RIF reçoivent un certificat d’appartenance qui détermine la durée de leurs services [...]. La signature du liquidateur apporte la garantie de la qualité de résistant de l’intéressé pour toute la durée de ses services, même si cette activité est antérieure à la date officielle de création du mouvement. »49 Toutefois, le ministre de la Défense nationale précise que : « Les résistants dont les services ont été homologués avant cette date [mai 1941] constitueront des cas d’exception, comme d’ailleurs très rares ». Or, dans notre échantillon, ceux qui ont un certificat mentionnant une date d’appartenance au Front national antérieure à sa date de création officielle, ne sont pas si rares. Parmi 302 communistes de notre échantillon arrêtés entre l’armistice et fin avril 1941, la moitié au moins a un certificat d’appartenance au Front national ou une attestation d’activité au sein de ce mouvement. Cette fréquence est surprenante et interroge sur l’objectivité de ces certificats d’appartenance à la Résistance. Par exemple, si des certificats d’appartenance ou des attestations d’activité font débuter l’activité des militants au sein du Front national dans les mois précédant sa création, on peut s’étonner que d’autres fassent état de services dès le mois de juin 1940. Sur un échantillon de 159 certificats d’appartenance ou attestations d’activité, au moins un quart mentionnent des services au sein du mouvement à partir de juin, juillet ou août 1940. Pour justifier cette précocité, plusieurs attestations soulignent les liens entre les premières actions des communistes et la formation ultérieure du Front national, parlant parfois de « période pré-Front national ». Le Front national ne s’est évidemment pas créé de toutes pièces en mai 1941. Il s’est constitué avec des personnes déjà engagées et organisées, tout particulièrement avec des militants clandestins du Parti communiste puisqu’il en est une émanation.

  • 50 DAVCC, Caen, dossier de demande de statut.
  • 51 Cette action est décrite dans l’Humanité clandestine du 27 juillet 1940 ainsi que dans plusieurs do (...)
  • 52 Jean-Pierre Besse, op. cit., p. 357-362. Jean-Marc Berlière, Franck Liaigre, L’affaire Guy Môquet. (...)

10Toutefois, les attestations qui inscrivent l’activité que mènent les communistes en juin 1940 dans celle du Front national semblent hasardeuses, voire contestables. Par exemple, à propos d’un ancien conseiller municipal arrêté le 25 juillet 1940, l’attestation le concernant déclare : « Monsieur B. participa à la formation de notre mouvement par la distribution des premiers tracts appelant à la résistance contre l’occupant. Il fut arrêté le 25 juillet 1940 après avoir pris part à une attaque armée, organisée par un groupe de résistants sur la mairie de Maisons-Alfort. »50 Contrairement à ce que pourrait laisser penser cette attestation, il ne s’agit pas d’une action armée contre l’occupant mais d’une intervention des élus communistes, déchus de leur mandat, auprès des délégués spéciaux pour réclamer leur place à la mairie de Maisons-Alfort. Des policiers français les arrêtent à l’issue de cette action51. Si des communistes militant dans la clandestinité au moment de la création du Front national ont très probablement rejoint ce mouvement, ceux qui ont été arrêtés auparavant dès l’été ou l’automne 1940 militent alors dans un parti qui n’est pas encore dans cette stratégie et ont pu être décimés entre temps par la répression. La filiation entre l’activité des militants du Parti communiste et celle du Front national apparaît comme systématique et parfois litigieuse. On peut alors se demander si certaines attestations ne sont pas des attestations de complaisance, délivrées afin de permettre aux communistes ou à leurs proches de contourner la loi qui ne reconnaît pas les actions accomplies dans le cadre du Parti communiste et faciliter ainsi l’obtention du titre de déporté résistant. On peut aussi se demander si certaines attestations ne sont pas délivrées dans le but inavoué de grossir les rangs du Front national et d’afficher un nombre de communistes résistants élevé. Ces attestations sont délivrées après la guerre, dans un contexte de concurrence mémorielle entre les gaullistes et les communistes. Le Parti communiste développe alors un discours tendant à gommer ses errements durant le pacte germano-soviétique et à assimiler l’ensemble de ses militants à des résistants52. En mettant en avant la filiation avec la lutte armée, l’opposition aux Allemands dès juin 1940, certaines attestations semblent plus participer de la volonté de faire oublier la ligne suivie durant le pacte germano-soviétique, de se poser en pionnier de la Résistance, que de rendre compte objectivement de l’activité des individus.

Conclusion

11Après la guerre, peu de communistes déportés arrêtés entre septembre 1939 et juillet 1941 obtiennent le statut de déporté résistant, alors même qu’une majorité le demande. Tous n’ont évidemment pas résisté à l’occupant. Certains sont arrêtés depuis la fin de la IIIe République, d’autres sont arrêtés durant l’Occupation pour leur engagement passé, d’autres parce qu’ils continuent de militer en dépit de l’interdiction de toute activité communiste ou sont suspectés de le faire. La majorité milite dans la clandestinité contre le régime de Vichy, les actes contre l’occupant sont peu nombreux. Les modalités restrictives d’attribution du titre de déporté résistant, l’étroite définition législative de la Résistance, la sévérité des commissions statuant sur les demandes, écartent de nombreux communistes du statut de déporté résistant, non sans arrière-pensées politiques. Ainsi, de nombreux militants clandestins se voient-ils exclus du bénéfice du statut de déporté résistant au motif que leur activité était politique. Ce qualificatif semble réducteur, voire malhonnête, en dépit de la position alors ambiguë du Parti communiste vis-à-vis de l’occupant. Cet argument fait abstraction du contexte dans lequel ces militants agissent et de leur opposition au régime de Vichy et à la collaboration. La plupart des communistes arrêtés durant le pacte germano-soviétique sont noyés dans l’ensemble des « déportés politiques », la spécificité de leur activité politique n’est pas reconnue, tout comme l’arbitraire qui s’est abattu sur ceux qui ne militaient plus. Ces statuts contribuent à la méconnaissance du cas de ces déportés. Ils ont aussi peu de place dans la mémoire communiste. Le Parti communiste, dans sa volonté de faire oublier la période du pacte germano-soviétique, ne met guère en avant la spécificité de leur parcours. – Jean-Pierre Azéma, Antoine Prost, Jean-Pierre Rioux, (dir.), Le Parti communiste français des années sombres (1938–1941), Paris, Seuil, coll. « L’univers historique », 1986, 322 p.

Haut de page

Bibliographie

Jean-Pierre Azéma, Antoine Prost, Jean-Pierre Rioux, (dir.), Les communistes français de Munich à Châteaubriant (1938-1941), Paris, Presses de la fondation nationale des sciences politiques, Paris, 1987, 439 p.

Jean-Marc Berlière, Franck Liaigre, L’affaire Guy Môquet. Enquête sur une mystification officielle, Paris, Larousse, 2008, 159 p.

Jean-Marc Berlière, Franck Liaigre, Le sang des communistes, les Bataillons de la jeunesse dans la lutte armée–automne 1941, Paris, Fayard, coll. « Nouvelles études contemporaines », 2004, 415 p.

Jean-Pierre Besse, Thomas Pouty, Les fusillés. Répression et exécutions pendant l’Occupation (1940-1944), Paris, Les Éditions de l’atelier, coll. « Patrimoine », 2006, 197 p.

Claudine Cardon-Hamet, Mille otages pour Auschwitz – le convoi du 6 juillet 1942 dit des « 45 000 », Paris, Graphein, 1997, rééd. 2000, 557 p.

Stéphane Courtois, Le PCF dans la guerre. De Gaulle, la Résistance, Staline…, Paris, Ramsay, 1980, 585 p.

Denis Peschanski, La France des camps. L’internement, 1938-1946, Paris, Gallimard, coll. « Nrf », 2002, rééd. 2008, 550 p.

Germaine Willard (dir.), L’Humanité clandestine, 1939-1944, Paris, Éditions sociales, 1975, 2 tomes.

Serge Wolikow, Les combats de la mémoire. La FNDIRP de 1945 à nos jours, Paris, Le Cherche-Midi, coll. « Documents », 2006, 333 p.

Haut de page

Notes

1 Voir Lucie Hébert, Des déportés aux marges de la mémoire collective, les communistes arrêtés de septembre 1939 à juillet 1941, mémoire de master 2 recherche d’histoire, sous la direction de Jean Quellien, université de Caen-Basse-Normandie, 2013, 209 p.

2 Décret du 14 décembre 1941 d’Otto von Stülpnagel, dirigeant du commandement militaire allemand en France. Ahlrich Meyer, L’occupation allemande en France, 1940-1944, Toulouse, Privat, 2002, p. 90.

3 Jean-Pierre Azéma, Antoine Prost, Jean-Pierre Rioux (dir.), Le Parti communiste français des années sombres (1938-1941), Paris, Seuil, coll. « L’univers historique », 1986, 322 p. ; Bernard Garnier, Jean-Luc Leleu, Jean Quellien (dir.), La répression en France (1940-1945), Caen, CRHQ-CNRS, Université de Caen-Basse-Normandie, coll. « Seconde Guerre mondiale », 2007, 383 p. ; Claudine Cardon-Hamet, Mille otages pour Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 dit des « 45 000 », Paris, Graphein, 2e édition, 2000, 557 p.

4 Je remercie la Fondation pour la mémoire de la déportation, qui m’a transmis son recensement des déportés par mesure de répression arrêtés de septembre 1939 à juillet 1941. L’Allemagne rompt le pacte germano-soviétique le 22 juin 1941 en envahissant l’URSS. Mon étude prend en compte les communistes arrêtés jusqu’en juillet 1941 pour inclure les arrestations préventives menées par les autorités allemandes suite à cette invasion (Aktion Theoderisch).

5 Loi n° 48-1251 du 6 août 1948 parue au Journal officiel du 8 août 1948 ; loi n° 48-1404 du 9 septembre 1948 parue au Journal officiel du 10 septembre 1948 ; <http://www.legifrance.gouv.fr>

6 Certains obtiennent le statut de déporté résistant en raison de leur participation à la révolte des détenus de la centrale d’Eysses en décembre 1943 et/ou en février 1944 (près de 43 % des communistes de notre échantillon reconnus déportés résistants sont internés à la centrale d’Eysses à ces dates), ou en raison de leur engagement dans la grève des mineurs du Nord-Pas-de-Calais en mai-juin 1941, de leurs actions (notamment à partir de mai 1941). Le statut de déporté résistant est aussi attribué avec plus de souplesse lors des réexamens tardifs.

7 Le titre d’interné politique est principalement attribué aux communistes du Nord-Pas-de-Calais qui ont été envoyés à la citadelle de Huy en Belgique. Ce n’est que dans les années 1970 qu’ils sont reconnus comme déportés.

8 Les dossiers de demande de statut de déporté sont conservés par le service historique de la Défense, au sein de la division des archives des victimes des conflits contemporains (DAVCC) à Caen. Ils comprennent notamment les formulaires remplis par les déportés ou leurs ayants droit et, selon les dossiers, des réponses de l’administration, des recours, des rendus de jugements, des procès-verbaux des réunions de commissions, etc.

9 DAVCC, Caen, dossier de demande de statut.

10 On peut ainsi s’étonner que plusieurs communistes arrêtés à la fin de la IIIe République (ou leurs ayants droit) demandent le titre de déporté résistant. Ils n’ont évidemment pas été arrêtés pour leur opposition au régime de Vichy ou à l’occupant. C’est aussi le cas des anciens militants ayant cessé toute activité, arrêtés comme otages ou comme suspects durant l’Occupation. Certains ont pu demander le statut de déporté résistant dans l’espoir d’obtenir une pension plus élevée, pour donner un sens à leurs souffrances, parce qu’ils réinterprètent les faits de manière erronée…

11 Pierre Laborie, « Images et crise d’identité du PCF », Le Parti communiste français des années sombres 1938-1941, op. cit., p. 122-127.

12 Des communistes ont effectivement été libérés de la citadelle de Huy et du camp de Sachsenhausen. Il s’agit d’otages arrêtés dans le Nord-Pas-de-Calais en représailles de la grève de mineurs de mai-juin 1941 ou d’actes menés en juillet 1941.

13 Réponse du ministre des Anciens Combattants du 3 septembre 1956 à la requête introduite par la veuve au tribunal administratif de Caen. DAVCC, Caen, dossier de demande de statut.

14 DAVCC, Caen, dossier de demande de statut.

15 <http://www.legifrance.gouv.fr>.

16 Réponse du Bureau du contentieux le 4 octobre 1960. DAVCC, Caen, dossier de demande de statut.

17 Jugement du tribunal administratif de Paris le 3 novembre 1957. DAVCC, Caen, dossier de demande de statut.

18 On retrouve cette formulation sur de nombreuses feuilles d’examen des demandes de titre de déporté résistant.

19 François Marcot (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, Robert Laffont, coll. « Bouquins », Paris, 2006, 1187 p. ; Olivier Wieviorka, Histoire de la Résistance (1940-1945), Paris, Perrin, 2013, p. 43-67.

20 Cités par Pierre Laborie, « Qu’est-ce que la Résistance ? », Dictionnaire historique de la Résistance, op. cit., p. 33.

21 Jean-Pierre Azéma, Antoine Prost, Jean-Pierre Rioux, op. cit.

22 Roger Bourderon, « Le PCF dans la lutte armée : conceptions et organisations », dans François Marcot (dir.), La résistance et les Français. Lutte armée et maquis, Paris, Belles Lettres, coll. « Annales littéraires de l’université de Franche Comté », 1996, p. 129.

23 Jean-François Muracciole, Histoire de la Résistance en France, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 3e édition, 2001, p. 33-36.

24 Pierre Laborie, « Qu’est-ce que la Résistance ? », op. cit., p. 37.

25 Olivier Wieviorka, op. cit., p. 15.

26 De la même manière, la distinction faite entre activité syndicale et acte de résistance semble discutable. De nombreux mineurs du Nord-Pas-de-Calais, arrêtés puis déportés pour leur participation à la grève de mai-juin 1941, se voient refuser le titre de déporté résistant. Le ministre des Anciens Combattants explique que : « La participation à la grève patriotique des mineurs, c’est-à-dire à une action de caractère syndical et professionnel qui, tout en étant, du fait des circonstances, dirigée contre les Allemands, n’en constitue pas pour autant une activité résistante au sens de l’article R-287 » (réponse du 11 mai 1957 au pourvoi d’un mineur au tribunal de Lille, DAVCC, Caen, dossier de demande de statut). L’article R-287 inclut pourtant « les actes qui, accomplis par toute personne s’associant à la résistance, ont été, par leur importance ou leur répercussion, de nature à porter une sérieuse atteinte au potentiel de guerre de l’ennemi et avaient cet objet pour mobile ». La production charbonnière servait aux Allemands et a été entravée par cette grève. Si des revendications salariales sont à l’origine du mouvement, celles-ci se tournent rapidement contre l’occupant, les questions de libération sociale et de libération nationale se retrouvant imbriquées. Malgré une forte répression, les mineurs continuent leur action, dans une véritable ambiance de guerre (secteur investi par les troupes allemandes, caches pour les meneurs grévistes, tirs allemands…). Porter cette grève au simple rang d’action syndicale, c’est faire fi du contexte dans lequel elle s’est déroulée. C’est alors une action illégale, qui impose d’agir clandestinement et conduit à s’exposer à une répression sévère. Les mineurs grévistes ne sont pas seulement en conflit avec les compagnies houillères, ils s’opposent aussi frontalement à l’occupant. En 1962, le Conseil d’État reconnaît cette grève comme un acte de résistance ayant nui au potentiel de guerre allemand. Suivant cet arrêt, la Commission nationale des déportés et internés résistants réexamine le cas des mineurs grévistes et décide d’attribuer le titre de déporté résistant uniquement à ceux qui ont fait figure de meneurs ou d’organisateurs. Au final, ce n’est qu’une minorité qui obtient le titre de déporté résistant. Étienne Dejonghe, « Chronique de la grève des mineurs du Nord-Pas-de-Calais (27 mai-9 juin 1941) », dans Les communistes français de Munich à Châteaubriant, op. cit., p. 201-265.

27 Henry Rousso, Le syndrome de Vichy, de 1944 à nos jours, Paris, Seuil, coll. « Points histoire », Paris, 2e édition, 1990, p. 33. ; Olivier Wieviorka, La mémoire désunie. Le souvenir politique des années sombres, de la Libération à nos jours, Paris, Seuil, coll. « L’univers historique », 2010, p. 62-66.

28 Annette Wieviorka, Déportation et génocide. Entre la mémoire et l’oubli, Hachette, coll. « Pluriel-Histoire », Paris, 1992, p. 153.

29 Olivier Wieviorka, La mémoire désunie, op. cit., p. 52-54.

30 Olivier Lalieu, « Le statut juridique du déporté et les enjeux de mémoire, de 1948 à nos jours », Qu’est-ce qu’un déporté ? Histoire et mémoires des déportations de la Seconde Guerre mondiale, Paris, CNRS éditions, 2009, op. cit., p. 338-339.

31 Olivier Wieviorka, La mémoire désunie, op. cit., p. 99-108.

32 Serge Wolikow souligne cette disproportion : « [La FNDIR] dont les effectifs sont bien plus faibles que ceux de la FNDIRP, dans un rapport d’environ un à dix, obtient cependant une représentation notable dans les commissions départementales d’attribution des cartes de résistants, dans les offices départementaux d’anciens combattants, pendant qu’au plan national elle bénéficie d’une part importante des subventions gouvernementales. », Les combats de la mémoire. La FNDIRP de 1945 à nos jours, Paris, Le Cherche-Midi, coll. « Documents », 2006, p. 80.

33 Olivier Lalieu, op. cit., p. 343-344.

34 Ce thème est récurrent dans les articles du journal de la FNDIRP, Le Patriote résistant.

35 « Faisons le point sur nos revendications », Le Patriote résistant, n° 211, mai 1957, p. 7.

36 « Le voile se déchire sur le scandale des cartes DIR », Le Patriote résistant, n° 167-168, décembre 1953-janvier 1954, p. 4.

37 « Voici les cinq documents remis par la délégation de la FNDIRP au ministre des Anciens Combattants », Le Patriote résistant, n° 225, juillet 1958, p. 3.

38 « La carte DIR doit être attribuée en fonction des mérites et non des considérations partisanes », Le Patriote résistant, n° 147, 1er octobre 1952, p. 7.

39 « Révision des rejets de cartes DIR, une réponse qui confirme », Le Patriote résistant, n° 258, avril 1961, p. 3.

40 « Le ministre des Anciens Combattants dira-t-il pour quelles raisons il refuse la carte DIR à d’authentiques Résistants ? », Le Patriote résistant, n° 152, 1er décembre 1952, p. 3.

41 Rapport moral présenté au congrès extraordinaire de la FNDIRP des 21 et 22 mars 1953, Le Patriote résistant, n° 158-159, avril-mai 1953, p. 6.

42 « Carte DIR : pour obtenir justice, remplissez le “recours pétition” édité par la FNDIRP », Le Patriote résistant, n° 224, juin 1958, p. 3.

43 « Le statut des déportés ou l’art de diviser », Le Patriote résistant, n° 61, 18 septembre 1948, p. 1.

44 Slogan d’une banderole affichée lors du XIIe congrès de la FNDIRP, photographie prise lors du congrès des 13, 14 et 15 avril 1962 à Paris, Le Patriote résistant, supplément au n° 271, mai 1962, p. 4.

45 Jean-Pierre Besse, « PC : le mythe des 75 000 fusillés », La répression en France (1940-1945), op. cit., p. 357-362.

46 Jean-Marc Berlière, Franck Liaigre, L’affaire Guy Môquet. Enquête sur une mystification officielle, Larousse, Paris, 2008, 159 p. ; Jean-Marc Berlière, Franck Liaigre, Le sang des communistes, les Bataillons de la jeunesse dans la lutte armée–automne 1941, Fayard, coll. « Nouvelles études contemporaines », Paris, 2004, 415 p.

47 Homologation des mouvements ou groupes de la Résistance intérieure française, première liste établie le 20 février 1948. Journal officiel du 21 février 1948. <http://www.legifrance.gouv.fr>.

48 « R. Guérin : révision des rejets de cartes DIR », contribution adoptée lors du XIe congrès de la FNDIRP les 7, 8 et 9 avril 1961. Supplément au n° 259 du Patriote résistant, mai 1961, p. 13.

49 Correspondance entre le ministre de la Défense nationale et le ministre des Anciens Combattants. DAVCC, Caen, dossier de demande de statut.

50 DAVCC, Caen, dossier de demande de statut.

51 Cette action est décrite dans l’Humanité clandestine du 27 juillet 1940 ainsi que dans plusieurs dossiers de demande de statut conservés au DAVCC à Caen. Cf. Germaine Willard (dir.), l’Humanité clandestine (1939-1944), Éditions sociales, Paris, 1945, t. 1, p. 212.

52 Jean-Pierre Besse, op. cit., p. 357-362. Jean-Marc Berlière, Franck Liaigre, L’affaire Guy Môquet. Enquête sur une mystification officielle, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucie Hébert, « Militer contre Vichy est-il un acte de résistance ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 128 | 2015, 127-141.

Référence électronique

Lucie Hébert, « Militer contre Vichy est-il un acte de résistance ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 128 | 2015, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 27 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4656

Haut de page

Auteur

Lucie Hébert

Doctorante à l’Université de Caen (CRHQ)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page