Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Maurice Carrez, La fabrique d’un révolutionnaire, Otto Wilhelm Kuusinen (1881-1918). Réflexions sur l’engagement politique d’un dirigeant social-démocrate finlandais

Toulouse, Éditions Méridiennes, 2008, 2 tomes, 858 p.
Jean-Paul Depretto
Référence(s) :

Maurice Carrez, La fabrique d’un révolutionnaire, Otto Wilhelm Kuusinen (1881-1918). Réflexions sur l’engagement politique d’un dirigeant social-démocrate finlandais. Toulouse, Éditions Méridiennes, 2008, 2 tomes, 858 p.

Texte intégral

  • 1  La classe ouvrière finlandaise de 1880 à 1920. Étude matérielle d’un concept, Université de Paris (...)

1Animateur avec Jean-Marc Olivier et Jean-François Berdah de la Revue d’histoire nordique, publication bilingue français-anglais paraissant à Toulouse, Maurice Carrez est un spécialiste reconnu de la Finlande, à laquelle il a consacré sa thèse1. Le livre examiné ici est issu d’un mémoire d’habilitation présenté en octobre 2006 à l’Université de Bourgogne sous la direction de Serge Wolikow.

2La réalisation matérielle de l’ouvrage est très soignée, même s’il subsiste un certain nombre de fautes de frappe. Les illustrations ont été choisies avec pertinence et donnent un visage à des personnages peu connus. On déplorera seulement que la carte de la page six, bien qu’en couleurs, soit si peu lisible. Pour le plus grand plaisir du lecteur, le texte est bien écrit.

3Maurice Carrez s’est donné un objectif un peu particulier : écrire une biographie partielle de Kuusinen, limitée à sa période social-démocrate, jusqu’en 1918. On sait qu’après la défaite de la révolution finlandaise de 1918, Kuusinen s’est réfugié en Russie soviétique, où il a fait une seconde carrière politique, devenant un dirigeant du Komintern et du parti bolchevique. Il est mort à Moscou en 1964. Le cas de Kuusinen est l’occasion d’une réflexion sur l’engagement politique, qui permet de montrer un homme aux prises avec son époque. L’auteur cherche à faire la part des contraintes liées aux structures objectives et de la liberté individuelle. Il souligne le rôle central de la volonté personnelle dans l’engagement. On ne peut que lui donner raison sur ce point, mais ses considérations psychologiques n’emportent pas toujours la conviction, car elles reposent trop sur l’intuition et pour cette raison négligent le fait que la psychologie humaine est variable dans le temps (et l’espace).

4Ce livre impressionne par la masse de documents utilisés, puisés à diverses sources : Archives départementales, Bibliothèque et Archives centrales de l’Université d’Helsinki, fonds de l’ancien parti social-démocrate, conservés pour la plupart aux Archives ouvrières, dépendantes de l’actuel parti social-démocrate, Archives Nationales, Bibliothèque du Parlement, Archives du Peuple financées par la Ligue de gauche, héritière des démocrates populaires et des communistes finlandais, publications du parti social-démocrate et des syndicats, écrits de Kuusinen, témoignages de contemporains, etc. Ce travail de première main permet de mettre à bas les mythes fabriqués par les adversaires de Kuusinen, et parfois repris de façon non critique par l’historiographie. Maurice Carrez connaît remarquablement les recherches finlandaises (cf. bibliographie p. 826-832 et 834-841) et dialogue constamment avec elles, en expliquant pourquoi il est en accord ou en désaccord avec telle  ou telle thèse : il expose ses points de vue avec honnêteté et franchise, deux qualités à la fois scientifiques et morales.

5Le plan du livre est classiquement chronologique. La première partie, intitulée « Fils du peuple (1881-1905) », évoque l’enfance et la jeunesse de notre héros. Le personnage privé s’y dessine avec netteté. A priori, rien ne prédestinait Kuusinen à devenir un dirigeant social-démocrate. Certes, ses parents étaient issus de la plèbe rurale, mais il n’a jamais connu lui-même les conditions de vie des paysans pauvres. Sa conversion à la contestation a pris racine davantage dans les obstacles qu’il a rencontrés sur la route de son ascension sociale que dans son appartenance à un groupe défavorisé. L’enseignement reçu au lycée aurait pu l’éloigner durablement de toute attitude rebelle, puisqu’il le préparait surtout à devenir un sujet obéissant et un luthérien traditionnel. Mais ses études à l’Université d’Helsinki l’ont détourné de cette vision conservatrice du monde. À partir du moment où il s’engage dans la vie politique, les sources disponibles tendent à privilégier l’homme public : c’est net dans les deuxième, troisième et quatrième parties qui nous mènent de 1906, date à laquelle commence sa carrière de dirigeant national, à 1918. Le lecteur français trouvera dans ces pages une histoire du parti social-démocrate finlandais et de la révolution de 1918, vue à travers le destin d’un homme. Avant 1914, ce parti social-démocrate était le plus puissant d’Europe en termes d’influence électorale : 37 % des voix aux premières élections législatives au suffrage universel masculin et féminin en 1907, 43 % en 1913. Maurice Carrez décortique en détail, en suivant la chronologie, les écrits et les prises de position de Kuusinen en tant que dirigeant socialiste. De ces analyses se dégage un portrait de l’homme politique qui, sur certains points, va contre les idées reçues en Finlande. Il avait un bon contact avec les milieux populaires, grâce à sa connaissance intime des difficultés quotidiennes vécues par le plus grand nombre. Sa culture était souvent très supérieure à celle de la moyenne des politiciens. À partir de 1905, il s’est lancé dans l’étude approfondie des œuvres de Marx et des marxistes de langue allemande. Il a été fortement influencé par l’évolutionnisme de Kautsky, auquel il est resté fidèle même pendant la révolution de 1918. En revanche, il a largement ignoré les œuvres de Lénine jusqu’en 1918. Malgré son ralliement au marxisme, il a néanmoins longtemps conservé l’empreinte du nationalisme fennomane. Il a joué un rôle considérable dans l’appareil du parti social-démocrate. Très investi dans les instances supérieures de ce parti, il a dirigé son école centrale. Parlementaire sérieux, il est devenu un véritable expert des questions constitutionnelles. Ses qualités d’homme politique sont indéniables : capacités d’adaptation, sens du compromis et acceptation d’une relative autocensure. Il savait se taire opportunément, Maurice Carrez en donne plus d’un exemple. Mais, quoi qu’en aient dit ses ennemis, sa souplesse tactique n’était pas synonyme d’opportunisme. Il était capable de rester ferme sur ses principes, même si cela impliquait de lutter à contre-courant. De plus, il a su innover sur le plan théorique, ainsi à propos de la question très controversée des rapports entre la Finlande et la Russie, qui l’ont constamment préoccupé : l’entrée dans la Première Guerre mondiale a provoqué sa conversion à l’idée d’indépendance, qu’il avait jusque-là repoussée. Maurice Carrez montre avec précision que la social-démocratie a joué un rôle actif dans l’accession de la Finlande à l’indépendance  (décembre 1917-janvier 1918). Il prend ainsi le contre-pied d’une image de Kuusinen comme « traître à la patrie », répandue par les Blancs finlandais. Un autre trait de la pensée de ce dirigeant mérite d’être souligné : son attachement aux libertés démocratiques, et en particulier au rôle du parlement, qui interdit d’en faire un partisan de la dictature du prolétariat. La révolution finlandaise de 1918 est un événement ignoré en France. Maurice Carrez lui consacre des pages remarquables, où le lecteur français apprendra beaucoup. Il compare implicitement cette révolution oubliée au « modèle » d’Octobre 1917, et montre la forte spécificité du cas finlandais : contrairement aux affirmations d’un historien soviétique, nous ne sommes pas ici en présence d’une révolution bolchevique, mais d’une paradoxale révolution « kautskyste ».

6Ce compte rendu donne une pâle idée de la richesse foisonnante de cet ouvrage très solide, qui témoigne d’une rare puissance de travail et deviendra sans nul doute un ouvrage de référence, destiné à durer, sur l’histoire de la Finlande des années 1880-1918. Maurice Carrez apporte de surcroît une intéressante contribution au débat sur l’émergence d’une société civile dans l’Empire russe finissant. Il faut féliciter Méridiennes, éditeur du laboratoire toulousain Framespa, d’avoir eu le courage de publier un aussi long manuscrit. Pourtant, il faut terminer cette recension élogieuse sur une note de regret : il me semble que l’auteur surestime les connaissances du lecteur français sur la Finlande et qu’il aurait dû expliciter davantage certaines notions telles que « fennomane », « svécophone », « vieux-finnois », « jeune-finnois » ou « parti suédois ». De même, l’emploi de termes finlandais, en l’absence d’un glossaire bilingue, ne facilite pas la lecture. Mais ces remarques ne changent rien à mon appréciation d’ensemble.

Haut de page

Notes

1  La classe ouvrière finlandaise de 1880 à 1920. Étude matérielle d’un concept, Université de Paris VII, 1987, sous la direction de Jean-Jacques Fol, 878 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Paul Depretto, « Maurice Carrez, La fabrique d’un révolutionnaire, Otto Wilhelm Kuusinen (1881-1918). Réflexions sur l’engagement politique d’un dirigeant social-démocrate finlandais », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 105-106 | 2008, mis en ligne le 22 juin 2009, consulté le 25 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/462

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page