Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Miguel Chueca, Déposséder les possédants. La grève générale aux « temps héroïques » du syndicalisme révolutionnaire (1895-1906)

Marseille, Agone, 2008, 267 pages.
Vincent Chambarlhac
Référence(s) :

Miguel Chueca, Déposséder les possédants. La grève générale aux « temps héroïques » du syndicalisme révolutionnaire (1895-1906). Marseille, Agone, 2008, 267 pages.

Texte intégral

1Miguel Chueca rassemble et présente ici des textes sur la grève générale, la « grève généraliste » des contemporains d’Émile Pouget, Victor Griffuelhes. L’anthologie présente d’abord les partisans de la grève générale (Pouget, Pelloutier, Girard), puis s’attarde un court moment sur les anarchistes des Étudiants Socialistes Révolutionnaires (ESRI). Place est ensuite donnée aux débats sur ce thème entre syndicalistes et socialistes, l’ensemble s’articulant autour de la charge de Jaurès contre la grève révolutionnaire. On appréciera le surplomb théorique que donne Édouard Berth sur ce point (p 156-177). La valse-hésitation de la sociale démocratie européenne sur cette question est évoquée par la confrontation des points de vue du Hollandais, Henri Van Kol, et du Français, Paul Louis. Un dernier chapitre, Le Mouvement socialiste et la grève générale, s’attache à partir des conclusions de l’enquête de la revue sur cette question et d’extraits de textes de Georges Sorel (L’avenir des syndicats, Réflexions sur la violence), à montrer comment une pratique « sans blason idéologique » (p. 199) fut théorisée a posteriori. En quelques pages, Miguel Chueca revient sur les débats autour de l’œuvre de Georges Sorel et la condamnation du syndicalisme révolutionnaire qu’ils portaient. Plus qu’un hypothétique et labile syndicalisme sorélien, l’auteur fait remarquer l’importance des réflexions soréliennes pour comprendre une part du syndicalisme révolutionnaire.

  • 1  Deux projets distincts portés par les Cahiers d’histoire, Revue d’histoire critique d’une part, et (...)
  • 2  Miguel Chueca connaît ce moment puisque l’ouvrage s’ouvre sur une citation de Pierre Monatte tirée (...)
  • 3  Vincent Chambarlhac, « Culture de guerre et communisme : les syndicalistes révolutionnaires frança (...)

2Telle quelle cette anthologie est précieuse. Elle restitue à la « grève généraliste » une épaisseur pratique et historique que l’historiographie du mouvement ouvrier avait délaissée1. La grève générale apparaît comme une double alternative, aux stratégies barricadières des révolutionnaires d’une part et aux stratégies réformistes de la sociale démocratie d’autre part. La grève générale reflète donc ce moment singulier de l’histoire du mouvement ouvrier français des lendemains de la Commune à la Belle époque. Les textes choisis par Miguel Chueca composent une pièce versée aux Considérations pour introduire à un débat inachevé que constituent son introduction. Séduisantes, militantes dans le droit fil de la collection Mémoires sociales qui accueille l’ouvrage chez Agone, ces considérations se révèlent parfois également agaçantes. D’une part, si le sous-titre indique « les temps héroïques du syndicalisme révolutionnaire », celui-ci n’apparaît jamais exactement comme tel mais toujours saisi à partir de ses composantes politiques, les anarchistes, les socialistes. Dans ce constant balancement qui ressuscite les polémiques d’antan, le syndicalisme révolutionnaire apparaît finalement comme une pratique dont la « grève généraliste » serait le blason, plus qu’une construction idéologique possible, fracassée sans doute par la première terreur « clémenciste » de 1906, puis brisée par la Grande Guerre. Pourtant, Pierre Monatte, toujours en lisière de l’ouvrage, défendit cet étendard jusqu’aux années 60, contribuant d’ailleurs aux côtés d’Alfred Rosmer à sa reconnaissance par une histoire scientifique du mouvement ouvrier qui prenait son essor 2. Derechef, à lire l’introduction, les jeux sont trop rapidement faits. Les guesdistes préfigurent les communistes, les socialistes restent rivés au réformisme. Il y a là une généralisation abusive qui esquive d’ailleurs la question de la part prise par les syndicalistes révolutionnaires à la création du mouvement communiste. Posons, à lire la Vie ouvrière de 1920, que celui-ci représentait alors une extension des possibles d’un syndicalisme révolutionnaire transformé par la guerre3. Vint la bolchevisation… Ce sont là des remarques mineures, inscrites d’ailleurs dans l’horizon du « débat inachevé » que souhaitent susciter ces considérations de Miguel Chueca. Le constant refus de citer Jacques Julliard dans le corps du texte paraît plus irritant. Nonobstant la périphrase alambiquée qu’est l’évocation de « tel spécialiste reconnu de l’histoire sociale » (p. 32), on saisit mal l’enjeu de cette esquive. S’agit-il de récuser une part des travaux qui permirent la redécouverte du syndicalisme révolutionnaire (Fernand Pelloutier, Clemenceau briseur de grèves, Études sur le syndicalisme d’action directe) ? Puisqu’une part de ceux-ci – dans les notes de bas de page – fonde la contextualisation du propos de Miguel Chueca, la raison en est ailleurs, militante. Comparant explicitement le syndicalisme révolutionnaire de la Belle époque, accepté par ses adversaires, et le sort de l’idée d’autogestion après 1968 (p. 33), l’auteur désigne une part de sa cible, entre deuxième gauche syndicale et parti socialiste. L’histoire de cet intérêt, entre historiographie scientifique et positionnement politique, pour le syndicalisme révolutionnaire et la grève générale reste à écrire. Pour autant, elle constitue à mes yeux l’extension du propos même de l’anthologie. Celle-ci se conclut sur Georges Sorel théorisant a posteriori l’objet grève générale. Jacques Julliard et d’autres, aux confins de la CFDT, du PSU, du PS, firent de même, ajoutant un nouveau chapitre à l’histoire de la grève générale, de son idée. Celle-ci ressurgit de manière intempestive en 1995, 2003. Elle ne naît pas de rien, ne s’enracine pas seulement dans les tréfonds de la Belle époque… L’idée court le siècle, autour de 1936, 1947, 1968… Reprendre son cheminement, ses usages par les textes dans l’introduction permettrait de mesurer davantage l’inachevé du débat.

Haut de page

Notes

1  Deux projets distincts portés par les Cahiers d’histoire, Revue d’histoire critique d’une part, et Dissidences d’autre part, devraient à l’orée de 2010 rouvrir ce débat autour des bourses du travail d’une part et d’autre part des liens du mouvement ouvrier au syndicalisme révolutionnaire.

2  Miguel Chueca connaît ce moment puisque l’ouvrage s’ouvre sur une citation de Pierre Monatte tirée de ses souvenirs publiés d’abord dans L’Actualité de l’Histoire en 1956.

3  Vincent Chambarlhac, « Culture de guerre et communisme : les syndicalistes révolutionnaires français (1917-1921) », dans Serge Wolikow (dir.), Cultures communistes au xxe siècle, Paris, La Dispute, 2003

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Chambarlhac, « Miguel Chueca, Déposséder les possédants. La grève générale aux « temps héroïques » du syndicalisme révolutionnaire (1895-1906) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 105-106 | 2008, mis en ligne le 22 juin 2009, consulté le 23 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/458

Haut de page

Auteur

Vincent Chambarlhac

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page