Navigation – Plan du site
DOSSIER

L’Empire romain en Afrique : aspects et résonances d’un impérialisme

Michel Christol
p. 19-35

Résumé

L’analyse de la présence romaine n’échappe pas à la mise en évidence de la diversité régionale, ce qui amène à reconsidérer les approches trop globalisantes. Mais tout aussi intéressant à étudier est l’accompagnement par l’histoire d’un passé du temps de la colonisation. Au moment où la France domine l’ensemble des pays d’Afrique du Nord est institué en 1912 au Collège de France un enseignement consacré à l’Afrique du Nord antique, attribué à Stéphane Gsell. L’analyse des rapports entre pouvoir romain et populations provinciales se ressent fortement des données du temps, mesurées surtout à partir de la situation coloniale de l’Algérie. Elle a souvent marqué de son empreinte les travaux postérieurs, rendant malaisée la rénovation de ce champ scientifique.

Haut de page

Texte intégral

1Présenter l’Empire romain en Afrique, c’est engager l’analyse des effets d’une domination qui s’étendit sur plus d’un demi-millénaire et aboutir au constat de la diversité des trajectoires régionales plus qu’à l’évidence de l’unification que ne chercha pas à établir la puissance dominante. C’est aussi mettre en question le fonctionnement des comparatismes, lorsque les phénomènes historiques du passé paraissent fournir une commode toile de fond à la présentation des phénomènes d’un temps présent, devenu de nos jours un passé qui ne s’éloigne pas. L’Italie fit une expérience comparable lorsque les textes latins évoquant la proximité d’une partie de la Méditerranée et sa relative familiarité (nostrum mare : « la mer qui nous est proche ») devinrent le support de l’expansion territoriale et coloniale (mare nostrum : « la mer qui nous appartient »), en arguant de l’établissement de l’Empire romain sur tout son pourtour.

L’objet : l’espace et le temps

2Pline l’Ancien (Histoire naturelle, V, 1) rappelle vers 70-80 que les Grecs désignaient par le nom de « Libuè » (Libye) le continent que les Romains appelaient « Africa », en le distinguant de l’Asia et de l’Europa. La limite occidentale de cette partie de la terre se trouvait sur l’océan, régions de mythes : s’y ancra notamment une part de la légende des travaux d’Hercule ; la limite orientale était marquée par un fleuve, le Nil, aussi l’Égypte tout entière fut-elle souvent exclue de la description du continent. Pline le fit. La vision des géographes fait aussi largement place aux mythes et aux légendes quand on s’éloigne du rivage méditerranéen. De Salluste, qui reprenait Hérodote, à Pline, on peut suivre le dégradé qui conduisait jusqu’aux déserts (solitudines) et au-delà vers des pays écrasés de soleil et des peuples mystérieux que leurs caractéristiques supposées auraient éloignés de l’humanité. Voyages et explorations, il est vrai en nombre limité, n’ont pas fondamentalement transformé la connaissance de l’intérieur africain.

3Rome a presque agi à contrecœur, lorsqu’elle a commencé à se saisir de fragments du continent : il fallait par nécessité se substituer à la puissance carthaginoise, à qui elle s’était opposée jusqu’aux plus grands périls. Sa rivale, en s’étendant dans l’hinterland de la grande ville commerçante qu’elle était devenue, dominait une riche région agricole où se trouvaient des populations appelées « Afri » : elle correspond au Tell tunisien et plus particulièrement à l’ample vallée de la Medjerda et à la vallée de l’oued Milliane, voies de pénétration vers le sud-ouest. De ce nom dérive celui de l’Afrique : d’une petite région on passe au continent. Sur la côte orientale de l’actuelle Tunisie se trouvait un chapelet de villes issues de l’expansion tyrienne ou de l’expansion carthaginoise. Certaines disposaient aussi d’un opulent arrière-pays : c’est la zone du Sahel que l’on appelait le « Byzacium ». Hadrumète (Sousse) était la plus prospère. Plus loin vers le sud, sur les rivages de la Petite Syrte, se trouvaient d’autres cités appelées les « emporia », les ports : Lepcis magna, Oea, Sabratha en étaient les plus remarquables. Elles étaient les réceptacles de trafics à longue distance, favorisés par les déplacements dans l’intérieur du continent, où se trouvait le pays des Garamantes, l’actuel Fezzan. Par leur intermédiaire on entrait en contact avec des populations plus intérieures encore et avec les ressources des contrées qu’elles habitaient. Mais la marque de Carthage, fille de Tyr, sur les traces des entreprises de la mère patrie, se retrouvait aussi vers l’Occident.

4La chute de Carthage se produisit peu après le milieu du IIe siècle av. n.è. À cette époque, même si Rome était devenue hégémonique en Méditerranée et si l’on pouvait parler d’une domination « universelle », l’emportant sur toutes celles qui l’avaient précédée, transformer en provinces les territoires des vaincus ou de ceux qui reconnaissaient sa suprématie n’était pas encore une constante politique. Il fallut environ deux siècles pour que la carte du continent africain, tel qu’on vient de le définir, ne soit totalement occupée par les découpages provinciaux romains. Durant un siècle, jusqu’en 46 av. n.è., à l’ouest de la province romaine fut maintenu un royaume « allié », soumis aux volontés du peuple romain qu’exprimait le Sénat. Il était prestataire d’hommes, les cavaliers numides ; il était fournisseur de biens, des céréales pour subvenir à l’occasion aux besoins de la plèbe urbaine, et même des animaux sauvages, biens symboliques par le cadeau desquels s’exprimait la déférence envers le peuple dominateur. Le roi de Numidie garantissait aussi la sécurité de la province romaine, vers le sud et vers le sud-ouest, d’où provenaient les problèmes issus du nomadisme. Correspondant sur les cartes actuelles à l’ouest de la Tunisie et à l’Algérie orientale, ce royaume est connu par Salluste (La guerre de Jugurtha) et par César (La guerre d’Afrique). Il ne disparut qu’avec ce dernier qui l’annexa et l’ajouta à la province d’Africa déjà existante. Dès lors, l’horizon territorial de cette dernière parvint aux marges du désert et s’approcha de peuples dont le genre de vie se caractérisait, au moins en partie, par des déplacements. C’était aussi un espace à maîtriser car le pouvoir des rois, à l’époque précédente, reposait sur le consensus des tribus et sur la fidélité de leurs chefs. Si dans la zone tellienne il était assez facile d’y parvenir, l’objectif était plus malaisé à réaliser lorsqu’on s’en éloignait.

5Plus à l’ouest subsistèrent pendant un autre siècle, unis ou divisés selon les périodes, deux espaces politiques constituant le(s) royaume(s) de Maurétanie. L’un avait accès aux rivages océaniques. L’autre, correspondant à la zone tellienne dans l’Algérie centrale et occidentale, n’avait que peu de profondeur territoriale. Une remontée des zones arides établissait aussi une solution de continuité à la jonction actuelle de l’Algérie et du Maroc. Peu de grandes villes émergeaient : les cités phéniciennes puis puniques sur le littoral, dont les plus importantes étaient Tingi (Tanger) et Iol (Cherchel), à l’intérieur Volubilis. Mais Iol-Césarée, ville royale, que le roi Juba, pétri de culture gréco-romaine, développa à l’image des grandes villes de l’Empire à la fin du Ier siècle av. n.è., s’ouvrait à toutes les influences venues des pays méditerranéens. Alors unifié, le royaume subsista jusqu’en 40. Annexé, il donna naissance à deux provinces, la Maurétanie césarienne et la Maurétanie tingitane, qui tirèrent chacune leur nom de la ville choisie comme résidence des gouverneurs envoyés de Rome. Dès lors, la partie septentrionale de l’Afrique était passée sous la coupe de la puissance romaine, mais ce qui importait c’étaient les provinces, dans leur grande hétérogénéité.

6Des gains territoriaux se produisirent jusqu’au IIIe siècle. Ils correspondirent à l’est à la consolidation de la puissance de Rome dans l’espace qu’elle prétendait s’être donné à la suite des rois de Numidie : le contrôle des régions jusqu’à la zone prédésertique, au-delà même du massif des Aurès et des Nemenchas, au-delà même des chotts tunisiens. La progression s’effectue comme sur un front pionnier, selon une direction générale du nord-est vers le sud-ouest, avec la dépression du Hodna comme point d’aboutissement. Ainsi émergea peu à peu tout au long de deux siècles, comme zone de transformations économiques profondes, un espace qui sera repris au VIe siècle par la « reconquête byzantine » : il unissait à l’ancienne Africa les hautes plaines de Sétif et la région allant du Constantinois jusqu’aux Aurès. Ailleurs, l’expansion territoriale n’est vraiment sensible que dans la Maurétanie césarienne, lorsqu’une rocade courant de l’est vers l’ouest vint englober les massifs montagneux qui, du Hodna aux monts de Tlemcen, surplombaient les steppes des Hauts Plateaux de l’Algérie. C’est un moment d’achèvement à l’époque des Sévères (193-235), dont on retrouve le pendant aux limites orientales de l’ancienne province d’Afrique (désormais divisée entre Africa et Numidia) par un réseau de camps et de routes pour contrôler les mouvements issus de l’intérieur du continent, ceux des populations nomades.

  • 1 Yves Modéran, Les Maures et l’Afrique romaine (ive-viie siècles), Rome, 2003, p. 14-15.
  • 2 Peregrine Horden, Nicholas Purcell, The Corrupting Sea : A Study of Mediterranean History, Oxford, (...)
  • 3 Brent D. Shaw, « Challenging Braudel : a new vision of the Mediterranean », Journal of Roman Archae (...)

7La place de l’Empire romain sur le continent africain doit se mesurer à l’aune de ces constats chronologiques. S’établissent d’abord des décalages entre les univers provinciaux qui ont été construits, définis et marqués par le pouvoir dominant, et s’accentue la diversité des conditions de leur fonctionnement et de leur évolution. Les milieux humains sont plus diversifiés qu’on ne le croirait de prime abord, même si s’entrecroisent un peu partout des solidarités et des complémentarités assez semblables : entre les plaines et les montagnes, entre sédentaires et nomades ou semi-nomades, entre régions telliennes et zones intérieures moins arrosées et connaissant d’autres relations entre les hommes et les milieux naturels, entre le monde des tribus et le monde des cités, etc. Peut-être importe-t-il, au-delà des mots unifiants de l’empire dominateur et de la recherche historique, de traiter l’Afrique romaine non comme une entité homogène mais comme une mosaïque diversifiée par l’histoire, la géographie, les réalités sociales, politiques et économiques, même si elle entre dans la même construction politique. C’est une des recommandations exprimées récemment par Yves Modéran1 : ce souci, qu’il applique à l’Antiquité tardive, doit être une constance du regard, même pour les périodes précédentes. Il rejoignait ainsi des historiens anglo-saxons2 mettant l’accent sur la fragmentation des pays méditerranéens, et un de leurs recenseurs qui, dans son commentaire, associait trois termes pour mettre en évidence l’apport de leurs analyses : « geographic fragments », « micro-regions », « interconnections »3.

8Dans la Maurétanie de l’Ouest, une forte communauté de vie et d’activités unissait la région au sud de la péninsule ibérique qui, à l’époque impériale romaine, ressortissait à deux provinces : la Bétique et la Lusitanie, celle-ci étant franchement océanique. Les traditions phéniciennes s’y étaient maintenues, pas seulement dans le domaine religieux, marqué par l’empreinte du dieu Melqart, travesti par les Romains en Hercule Gaditain : son temple faisait partie des choses admirables qu’il fallait voir ou connaître. Les techniques de la salaison des produits de la pêche étaient répandues des deux côtés du détroit de Gibraltar. Les deux régions furent aussi emportées, plusieurs fois, dans les grands conflits politiques qui embrasèrent l’un, l’Occident à la fin de l’époque républicaine, l’autre, l’ensemble de l’Empire : celui de Sertorius d’abord, la guerre civile entre César et Pompée ensuite. Aussi, lorsqu’à la disparition du royaume de Maurétanie (en 40) la province de Maurétanie Tingitane fut créée, une communauté de vie unissait déjà les rives du détroit. On en trouve la trace immédiate dans la vie municipale. Elle présente bien des traits communs avec l’univers civique de la Bétique, qui avait précédemment émerveillé le géographe grec Strabon : les inscriptions latines offrent les mêmes traits de vocabulaire, les mêmes formes d’expression. C’étaient de plus des transferts d’usages issus de l’Italie. Cette province sera rattachée à celles de la péninsule ibérique dans l’Antiquité tardive.

9La Maurétanie de l’Est avait une longue zone côtière, jalonnant la route des trafics phéniciens, puis celle du commerce punique. Quelques-unes de leurs étapes devinrent même des émules de la ville royale, puis capitale, Césarée : Tipasa, Saldae (Bougie). Mais cette province était aussi, par les données de la géographie, un espace complexe. S’il était relativement aisé, en empruntant les couloirs de circulation qu’étaient les plaines intérieures, de parcourir dans le sens transversal une grande partie de la province, le relief isolait fortement, à l’est, la région où se développera à partir de la fin du Ier siècle la ville de Sétif. De hauts massifs faisaient obstacle, qu’il fallait contourner, non sans difficultés, par le nord ou par le sud, affectant les relations entre le siège du gouverneur et cette ville sise au cœur d’une riche région agricole. Cet épanouissement, qui se produisit après que les délimitations de géographie politique avaient été établies – mais elles avaient été effectuées dans la partie côtière et ne se prolongeaient qu’abstraitement vers l’intérieur – orientait cette région vers la Numidie voisine, dont elle pouvait paraître comme un prolongement. Ce fut sans aucun doute la région la plus difficile à contrôler depuis Cherchel, mais tardivement son originalité fut reconnue lorsque fut découpée au début du ive siècle une nouvelle province, la Maurétanie sitifienne. Elle devait aussi être fortement liée plus tard à l’Afrique byzantine.

10La grande province d’Africa, qui se développa par étapes à partir du milieu du IIe siècle av. n.è. était tout aussi complexe. La zone tellienne était celle des grandes villes de l’époque préromaine, tant sur la côte (Carthage, Utique, Hippone) que dans l’intérieur. C’est là qu’à côté de villes à fonction de marché (Vaga, Zama, Bulla Regia) émergeait Cirta (Constantine), ouverte vers les hautes plaines de l’intérieur et vers le monde des tribus les plus mobiles, qui faisaient accéder à d’autres horizons et à d’autres échanges. Grande au temps des rois de Numidie, elle conserva son importance sans discontinuité, dans une région agricole très prospère où un semis d’agglomérations secondaires montrait la force de l’empreinte humaine. L’ensemble de la province connut le développement du fait urbain, tant dans les parties où il s’était développé antérieurement à l’établissement de la puissance romaine que dans les parties où il naquit de la présence militaire, c’est-à-dire vers l’ouest et le sud (à Ammaedara/Haïdra, à Tebessa/Theveste, à Lambèse et dans son environnement d’installations de vétérans), ou bien de l’épanouissement de la vie civique. L’évolution du dispositif militaire, de plus en plus projeté aux limites des régions prédésertiques, fit aussi apparaître, durant le iie et la première moitié du iiie siècle une zone s’étendant du Hodna à l’arrière-pays des emporia de la Petite Syrte, où se développa non seulement l’organisation urbaine, avec des petites agglomérations proches des campements, mais aussi une paysannerie minutieusement organisée pour la gestion des ressources hydrauliques. Même lorsque le dispositif militaire fut recomposé à la transition du Bas-Empire, ces régions préservèrent le cadre de vie qu’elles s’étaient donné. L’arrière-pays de Lepcis magna et des emporia fut alors relié aux cités côtières pour former la province de Tripolitaine, tandis que plus à l’ouest, les régions situées au sud des Aurès continuaient de vivre avec la Numidie, étant même pendant quelques années séparées sous la forme d’une province dite de « Numidie militaire ». L’ensemble des régions correspondant à cette province d’Africa préserva ainsi durablement ses traits de province intensément urbanisée. C’est en ajoutant la zone sitifienne, au cœur de l’Antiquité tardive, que la reconquête byzantine fait apparaître la partie du continent africain qui offrait alors la plus grande homogénéité économique et sociale, comme fruit d’une longue évolution. Celle-ci s’était caractérisée par les transformations du monde rural, tourné vers la production de denrées (blé, huile surtout) exportées sur les marchés méditerranéens, par l’extension du genre de vie civique, lié au développement du fait urbain, trait signifiant de l’acceptation par les élites sociales des processus d’intégration à l’Empire romain.

L’Afrique, la France, l’Algérie

  • 4 Stéphane Gsell, « L’histoire de l’Afrique du Nord », La Revue bleue, Revue politique et littéraire, (...)

11L’Empire de Rome sur le continent africain est une modalité régionale d’une large domination. Mais, sans trop forcer le trait, on peut soutenir qu’elle est difficile à lire comme réalité continentale. Les Romains avaient comme cadre de subdivision l’échelle provinciale. On a vu qu’on doit s’affranchir quelque peu des contraintes purement administratives si l’on veut faire apparaître le plus judicieusement l’ordonnancement des entités sociales et économiques, car la géographie administrative fut une construction progressive. Pourtant, souvent par une simplification louable, on aborde la question d’une manière générale, en invoquant le Maghreb antique ou tout simplement l’Afrique du Nord. Ce référentiel fut celui d’une œuvre scientifique magistrale, produite par un grand savant, Stéphane Gsell, parue entre 1913 et 1929, qui conduisait le lecteur jusqu’à l’époque de César seulement : Histoire ancienne de l’Afrique du Nord. Gsell avait été élu au Collège de France en 1912 pour assurer un enseignement intitulé « Histoire de l’Afrique du Nord ». Depuis 1881-1882, il ne cessait de publier sur l’Algérie antique des ouvrages de très grande ampleur et des études savantes d’archéologie et d’épigraphie. Mais pour sa leçon inaugurale4, il avait dû expliciter le sens qu’il donnait à la chaire qu’il occupait. En l’intitulant « Histoire de l’Afrique du Nord », il définissait ce qu’il considérait comme un champ scientifique spécifique. Le caractère englobant que prenait cet enseignement officialisé par l’institution se comprend par la personnalité scientifique de Gsell, mais les propos du savant s’éclairent au moins partiellement par les circonstances. Si la Tunisie était entrée depuis plusieurs décennies dans le champ de recherche des scientifiques français à l’occasion de l’établissement du protectorat, le Maroc n’avait rejoint ce pays et l’Algérie, qui constituait avec des traits originaux le socle de la présence française, que peu auparavant. Les diverses étapes qui aboutirent à l’établissement du protectorat par le traité de Fès (30 mars 1912) s’étaient concentrées dans la décennie précédente (crise de Tanger en 1905 ; conférence d’Algésiras en 1906 ; « coup » d’Agadir en 1911 ; arrêt des prétentions allemandes en 1911). La présence française était bien établie sur l’ensemble des pays d’Afrique du Nord. Elle recouvrait l’espace du Maghreb, donné par la géographie politique de l’époque précédente, et mieux qu’au siècle précédent il apparaissait légitime de définir comme un champ scientifique l’espace correspondant aux provinces romaines. Affirmations d’unifications superposées dans le temps : était-il pertinent d’aller jusque-là ?

12Dans cette leçon fondatrice d’une perspective intellectuelle – autrement dit : d’un champ scientifique – le rapport à la France structure plus qu’en filigrane le développement. Tout est fait pour en renforcer la prégnance thématique, notamment lorsque, en s’appuyant sur des observations de géographie, l’auteur trace un parallèle entre la construction de la France comme espace national et la construction par la France d’une réalité politique nouvelle en « Berbérie ». Peut-être lui fallait-il filer une comparaison avec les travaux de Camille Jullian, qui enseignait au Collège de France depuis 1905, et qui avait entamé une monumentale Histoire de la Gaule, dont le premier volume parut en 1907. Ne fallait-il pas tenir compte aussi, dans l’ambiance intellectuelle du début du xxe siècle, que s’affirmait la force de l’histoire de France comme histoire de la construction d’une nation, Camille Jullian souhaitant apporter un soubassement à un récit qui paraissait bien plus cohérent lorsque l’on envisageait la continuité entre l’époque médiévale et le temps présent. Quoi qu’il en soit, Stéphane Gsell envisage une analogie entre « la destinée » de la France, lien entre le « Midi et le Nord », et celle de l’Afrique du Nord, placée entre l’Est et l’Ouest du monde méditerranéen, observation qui venait compléter le constat des liens qu’elle avait entretenus avec les péninsules de l’Europe occidentale :

13« Mais la France a fondu en une forte unité les éléments qui lui ont été apportés du dehors ou qu’elle est allée y chercher. Son génie actif a créé une civilisation originale, qui a rayonné par-delà ses frontières. L’Afrique du Nord eût été incapable par ses propres efforts de sortir de la barbarie ; elle y est retombée lorsqu’elle a été livrée à elle-même ; elle a subi, et toujours d’une manière incomplète, les dominations et les civilisations qui lui ont été imposées ; elle n’a guère transformé ce qu’elle a reçu. On a pu prétendre, sans trop d’exagération, que son histoire n’est que l’histoire de ceux qui l’ont successivement conquise. Ce rôle passif de l’Afrique septentrionale s’explique, au moins en partie, par les faits géographiques… »

14L’« Afrique », les « Africains ». Ces mots sont d’usage courant dans le propos de Gsell, comme ils étaient très fréquents dans un ouvrage qu’il avait précédemment publié, un livre de vulgarisation intitulé L’Algérie dans l’Antiquité (Alger, Giralt, 1900 ; 2e éd. Alger, Jourdan, 1903 ; Histoire d’Algérie, Paris, Boivin, 1927, en reproduit l’essentiel). Ils viennent se substituer à des termes d’acception moins large ou moins englobante, mais qui par l’inadéquation des réalités contemporaines aux réalités antiques paraissaient quelque peu inappropriés.

15Souvent derrière ces mots se cache l’Algérie. Dans la leçon inaugurale, le paragraphe qui s’ouvre avec la citation précédente est orienté vers un exposé décrivant la géographie de la partie algérienne, en insistant sur la complexité de la zone tellienne, où les communications seraient difficiles, et les communautés humaines très fragmentées, s’achevant sur la métaphore d’un « corps long et mince, mal conformé ». Peu à peu l’échelle d’observation s’est rétractée sur une partie, au risque de la produire comme image de la totalité. L’effet métonymique peut être trompeur.

16Après la géographie, Gsell s’engage dans l’examen de l’histoire. Comme il convient dans un exercice qui doit être bien construit, il le fait dans une ferme transition en regroupant des idées qui relanceront le propos : « Seuls, des conquérants étrangers ont paru pouvoir triompher des obstacles que la nature du pays dressait contre eux ; seuls, ils ont imposé un ordre un peu durable. Mais leur autorité ne s’est pas établie, elle ne s’est pas maintenue sans avoir à lutter contre de très vives résistances. Impuissance des Berbères à réunir en un faisceau toutes leurs forces ; dominations venues tour à tour du sud-ouest de l’Europe et de l’Orient ; action des civilisations extérieures sur une partie des indigènes, tandis que les autres restaient obstinément réfractaires : tels sont les traits principaux de l’histoire de l’Afrique du Nord ».

17On se maintient dans un autre déterminisme qui justifie les comparatismes et paraît rendre aisées les superpositions, même si l’on constate que la lecture de la partie réservée à l’Empire romain offre les nuances que nous avons tenté d’apporter initialement. L’effet d’ensemble va toutefois dans un sens globalement différent.

18Le premier point qui lance l’exposé, une fois que l’établissement de l’emprise de Rome a été présenté comme un processus long dans le temps, et que l’on a constaté que cette puissance n’avait pas cherché « à donner au pays une unité à laquelle la nature s’opposait » – mais il suffirait d’observer que le découpage provincial, y compris dans les Gaules réparties en quatre provinces, conduisait à la création d’entités administratives de superficie modérée – concerne les contraintes militaires : « L’armée d’Afrique… eut une tâche rude et ingrate à remplir. Il ne s’agissait pas de livrer de grandes batailles, de remporter des victoires éclatantes. Il fallait arrêter les incursions des pillards, garder les passages, s’attendre à toutes les surprises, forcer l’ennemi dans des montagnes abruptes, le poursuivre dans de vastes solitudes, répondre aux razzias par des razzias. C’était une besogne de police, irritante et pénible, plutôt qu’une œuvre de guerre ».

19Revient alors l’analogie avec la France : « À la veille des conquêtes germaniques, la Gaule était véritablement romaine ; une bonne partie de l’Afrique restait occupée par des barbares. Leur isolement dans des pays d’accès difficile les avait défendus. Il faut dire aussi que Rome ne s’était pas résignée à tous les efforts qu’eût exigés une pacification complète. Ses troupes, dont l’ensemble aux trois premiers siècles de notre ère ne devait pas dépasser 25 000 hommes, furent peut-être trop peu nombreuses ; ses frontières n’atteignirent le Sahara que dans l’Est… »

20Ici l’histoire de France est proposée comme celle d’un dépassement territorial caractérisé par sa complétude, en même temps que pour l’avenir elle fournit le modèle d’un autre bond en avant, impliquant l’Algérie. Mais en même temps, le propos sur les effectifs militaires maintient dans l’actualité de l’avant-guerre un débat ancien qui, pour cette partie du Maghreb, portait sur le rapport entre l’engagement militaire et le maintien de la présence coloniale, c’est-à-dire sur les conditions de ce bond en avant. C’était un leitmotiv des rapports qu’avait auparavant rédigés Bugeaud, relativement à la conquête de l’Algérie et au contrôle de cette colonie. Il le restera en se nourrissant d’analogies entre passé et présent.

21L’histoire de France est présente enfin par les récits contemporains, qui remontent à la conquête de l’Algérie. D’abord en expliquant les fondements de l’intervention de 1830 : « Quant à Alger, on sait qu’elle devint, non la capitale d’une puissance maritime fortement organisée, mais un repaire de pirates, accourus de toutes les rives de la Méditerranée ». Puis les conséquences : « Enfin la France délivra la Méditerranée occidentale de cette honteuse tyrannie ».

22Il conviendrait de citer in extenso les dernières pages de cette leçon inaugurale, qui invite les politiques et les administrateurs « à profiter des expériences faites par les Romains d’Afrique pendant plusieurs siècles ». Retenons quelques traits. L’un concerne la relation dialectique entre unité et diversité. L’unité est posée comme un principe, un élément constituant d’un modèle historique. Même s’il est vérifié qu’il s’agit d’une idée non réalisée, elle devient paradoxalement hantise sous-jacente qui commande que l’on s’y intéresse. Que la France du début du xxe siècle soit devenue « maîtresse de la Berbérie tout entière », la formule gomme les différences qui séparaient l’Algérie coloniale des protectorats marocain et tunisien. La vision impérialiste française pouvait, comme l’imperium de Rome, effacer à l’occasion les différences de situation, d’organisation et de construction d’autres entités politiques pour les constituer en ensemble. Il fallait convenir que cette capacité n’était pour l’instant qu’en potentialité, puisque l’emportait l’inachèvement. Mais l’habileté rhétorique le transforme en un facteur historique positif : « L’étude du passé nous montre que jamais l’Afrique septentrionale n’a été véritablement unifiée… Vérité qui peut choquer notre goût pour les ordonnances régulières, mais qui ne doit pas nous inspirer de regrets, puisqu’elle nous empêche de craindre que, dans le monde occidental où elle aura pris sa place, l’Afrique du Nord ne se constitue en un État indépendant et rival de la France. »

23Lorsque Gsell donne à son pays l’objectif de « faire de sa conquête une véritable France africaine qui sera son orgueil et sa force », il revient sur quelques-uns des thèmes d’histoire romaine qui lui semblaient mériter une plus grande mise en valeur : celui de la présence militaire et celui de la présence d’une population européenne. Il avait argumenté sur l’importance toute relative de l’armée romaine, même si le dispositif institutionnel auquel parvint le principat était d’une réelle originalité, et même si l’examen comparé des garnisons selon les périodes aurait été source de nuances. Pour faire face « à une barbarie agressive, pillarde, menace perpétuelle pour la paix », il affirmait : « En attendant qu’elle disparaisse, si jamais elle disparaît, une occupation militaire très forte est nécessaire pour la surveiller et la réduire à l’impuissance ». Il avait aussi relevé que dans les provinces de l’Empire romain les transferts de populations n’avaient pas été considérables. Dans une formulation plus ambiguë, il traitait le sujet pour le présent : « Il importe aussi que la civilisation repose sur une population nombreuse, intéressée à la maintenir par la propriété de la terre et la sécurité du travail : population de colons qui apportent et propagent l’exemple, d’indigènes qui l’accueillent ». Or, la question de la population œuvrant pour accroître l’emprise du pays dominant se posait essentiellement là où apparaissait le statut de colonie, à savoir l’Algérie : c’est là que la population coloniale, bénéficiant alors d’un statut juridique qui l’éloignait de la population dite « indigène », était la plus nombreuse, faisant de cette région une colonie de peuplement.

Romanisation, « déclin de Rome » et « déromanisation »

  • 5 Jacques Frémeaux, « Le Maghreb fantasmatique. Souvenirs de Rome et présence française au Maghreb : (...)

24Stéphane Gsell fournit un repère précieux au moment où l’expansion coloniale était source de fierté pour un pays travaillé par la fièvre nationaliste : elle venait d’instaurer sur l’autre rive de la Méditerranée une unité improbable. Dans un article bien documenté, Jacques Frémeaux met en évidence l’importance de la réflexion de ce grand savant lorsqu’il présentait en quelque sorte les forces et les faiblesses de la domination romaine5. Il fournissait à d’autres l’occasion d’opérer des choix et d’accentuer certains traits. L’un touche à la nécessité de la force ou à l’emploi de la violence pour préserver la domination. Il entraîne à l’arrière-plan le souvenir des grandes révoltes, plus particulièrement celles qui ensanglantèrent à plusieurs reprises l’Algérie.

  • 6 Jérôme Carcopino, « Les castella de la plaine de Sétif d’après une inscription latine récemment déc (...)

25On en perçoit la trame dans deux articles de Jérôme Carcopino rédigés à la fin et au lendemain de la Première Guerre mondiale, publiés dans la Revue Africaine dont le rôle fut essentiel pour articuler connaissance savante et connaissance vulgaire6. Ils veulent expliciter une affirmation de Stéphane Gsell qui envisageait une rupture au milieu du iiie siècle : « Brusquement la situation change ». La question « provinciale » entre alors dans une réflexion plus large sur le rapport entre Rome et les ferments de décomposition qui apparaissent dans les provinces. Le premier de ces articles, paru en 1918, analyse ce que l’auteur appelle une « rébellion » : elle aurait fait tâche d’huile et elle aurait fait peser des menaces sur les agglomérations de la plaine de Sétif, obligeant les provinciaux à se fortifier. La mise en perspective, avec le retournement de la situation que Gsell avait daté entre 253 et 260, apparaît déjà.

26L’année suivante, en commentant une autre inscription, le propos va plus loin. La situation décrite mérite alors l’appellation d’« insurrection ». Les contours qu’avait esquissés Gsell « sont aujourd’hui pleinement vérifiés […] : c’est la Maurétanie césarienne en son entier… ». Et, choix de mot intéressant, surgit peu après l’expression « Algérie ancienne ». Dans la conclusion s’ajoutent deux observations de portée plus générale. L’une insiste sur le rapport entre passé et présent, une fois qu’avaient été combinés, mais d’une manière quelque peu forcée, les documents qui auraient plaidé en faveur d’une amplification des mouvements combattus par les autorités romaines :

27« Ce résumé chronologique fait plus, d’ailleurs, que satisfaire à une simple curiosité d’érudition. Il révèle le vrai caractère de ces soulèvements, qui éclatent tantôt en Numidie, tantôt en Maurétanie, tantôt dans les deux provinces ensemble, qui tour à tour naissent, s’apaisent, renaissent dans les mêmes contrées. Il n’y a eu ni guerre proprement dite, ni développement suivi d’un plan de campagne mûrement réfléchi, méthodiquement exécuté. De même que, dans le Maroc contemporain, des harkas successives se forment et se défont contre nous, les tribus indigènes de l’Algérie d’il y a dix-huit cents ans ont prononcé contre les Romains une succession discontinue d’efforts vigoureux mais incohérents. Elles ont pu former en certaines circonstances de véritables coalitions… Mais elles n’ont ni obéi à une direction unique, ni visé, à travers toutes ces vicissitudes, une libération systématique et totale. »

28L’autre établit un rapport entre provinces africaines et Empire romain, les liant en un destin commun : « L’histoire de l’Afrique, pendant cette période, a suivi le mouvement général des choses. En 253, c’est la faiblesse de Rome qui a déchaîné les forces berbères : les insurrections qu’elles ont alimentées successivement apparaissent comme la forme régionale de la “crise” qui travaillait l’ensemble de l’Empire. »

29On comprend donc mieux, dans ce contexte, que l’un des thèmes qui hante désormais l’historiographie française, et principalement celle provenant d’Afrique du Nord, concerne « le déclin de Rome ». Sa prégnance s’est amplifiée plus la présence française paraissait fragile. Elle s’est donc particulièrement développée dans l’Algérie coloniale du XXe siècle, et elle est encore présente dans les polémiques liées à la compréhension de la décolonisation.

30Car un autre grand savant, dont la carrière est liée à l’université d’Alger, Christian Courtois, apportait une analyse du recul de la puissance romaine. En donnant pour titre Les Vandales et l’Afrique (Paris, 1955) à une thèse qui marqua fortement des générations d’historiens, il essaie de faire la part du temps court et du temps long dans les transformations d’un ensemble territorial et humain qu’il définit toujours comme « l’Afrique du Nord », « une partie plus ou moins vaste de la vaste grande unité géographique que constituent les pays situés entre la Méditerranée et le Sahara », qui « a vécu d’une vie commune au monde méditerranéen tout entier et que définissait une certaine conception de l’homme, de sa vie terrestre et de son au-delà » (p. 5). Il s’agissait, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, d’étudier la mort d’une « civilisation » dans une perspective chronologique longue. Facteurs externes et internes devaient, de l’avis de l’historien, être pesés avec soin. Mais il posait d’emblée quelques questions. L’une concernait l’empreinte de Rome, ce qu’il appelait la « romanisation » : « À tout prendre, concluait-il, on pourrait soutenir que la défaite de Rome commence dès l’instant où s’arrêtaient ses annexions » (p. 7).

31Christian Courtois insistait sur le caractère inachevé de la mainmise territoriale : « L’Afrique romaine… n’a jamais rempli le cadre géographique dans lequel elle s’est développée » (p. 66). S’opposaient ainsi deux Afriques, la seconde étant celle des montagnards et des nomades. Mais l’élément le plus intéressant de sa réflexion se rapportait à l’usage du terme de « déromanisation » (p. 6, p. 130). Il lui permettait d’envisager plus justement le phénomène historique que par la problématique du « déclin de Rome ».

  • 7 Claude Lepelley, Les Cités de l’Afrique romaine au Bas-Empire, Paris, 1979, 2 vol.
  • 8 Marcel Benabou, La résistance africaine à la romanisation, Paris, 1976 (réimpr. 2005, avec une préf (...)

32L’ouvrage de Courtois a marqué fortement les travaux qui suivirent. Non qu’il ait imposé ses conclusions, mais il avait placé très haut les exigences de réflexion. Claude Lepelley apportait une contribution puissante à l’analyse des formes de la civilisation urbaine, montrant qu’il fallait revenir sur l’idée d’un déclin de la vie municipale, mais que le développement du christianisme jouait un rôle de transformation essentiel, s’ancrant même durablement dans des régions qui se trouvaient aux limites de la présence des Romains7. On devait aussi relativiser, notamment par les recherches archéologiques sur les productions africaines, le déclin économique des provinces. D’une manière encore plus large, à plus de deux décennies de distance, se complètent, se relient, s’enrichissent dans l’historiographie deux ouvrages portant sur des périodes différentes : celui de Marcel Benabou publié en 1976 et celui d’Yves Modéran publié en 20038.

33Benabou a repris le terme de « déromanisation », et a tenté en conclusion de mieux formuler sa pertinence (p. 587, note 10, puis p. 588-589) : « Nous ne pouvons manquer de rencontrer le problème de la déromanisation. […] Comme la romanisation elle-même, elle est un phénomène complexe, qui affecte diversement les multiples domaines sur lesquels elle s’exerce. […] Ni catastrophe imprévue, ni revanche éclatante de l’indépendance africaine après un duel séculaire avec Rome, la déromanisation apparaît au contraire comme un phénomène étroitement dépendant du processus même de la romanisation ».

  • 9 Yves Modéran, op. cit., p. 12-13.

34Marcel Benabou avait bâti sa réflexion sur la notion de « résistance ». C’est Gsell qui lui avait fourni le mot, en un temps où il n’avait pas été enrichi d’autres connotations ni d’autres implications historiques, notamment celles héritées de la guerre d’indépendance. Yves Modéran, en revanche, se contentait d’observer que le concept de « relations » paraissait suffisant, parce que plus neutre et moins sujet aux polémiques9.

  • 10 Contributions d’Yvon Thébert, Philippe Leveau, Marcel Benabou : Annales (ESC), 33, 1, 1978, p. 64-9 (...)

35Que penser de ce mot de résistance qui parcourt la thèse de Benabou, et sur l’observation qu’apporte Modéran quand il fait allusion aux discussions, parfois acharnées, que suscita dans le milieu spécialisé la lecture du livre ? Elles visaient le plus souvent à enrichir le débat : il s’agit de deux dossiers qui furent publiés, à distance, l’un dans les Annales, l’autre dans Afrique et Histoire10. Mais il y eut aussi des critiques plus insidieuses, celles qui exprimaient par le dénigrement le refus mal avoué de l’approche de l’historien. Le livre aurait l’expression d’une « mode », en quelque chose un exercice bien futile, ou bien même on laissait entendre qu’il ne serait pas « exempt d’arrière-pensées ». C’est que le sujet d’histoire s’imbriquait dans des controverses chauffées d’idéologie, et certains ne souhaitaient pas qu’il fasse l’objet d’une réflexion raisonnée. Ils y faisaient entrer les passions qui obscurcissent jusque dans le temps présent la recherche scientifique intéressée par la seule connaissance.

  • 11 Marcel Benabou, « L’impérialisme romain et l’Afrique du Nord : le modèle romain », dans Sciences de (...)
  • 12 Charles-Robert Ageron, Histoire de l’Algérie contemporaine, Paris, 1977.

36Il aurait été impossible de s’écarter d’un modèle romain glorifié, qui avait servi dans certains cas de « couverture » métaphorique à une entreprise contemporaine, lorsqu’il y avait mise en parallèle étroite des vocabulaires, des phénomènes ou des faits illustratifs, même si les processus de conquête avaient été différents, même si les processus de gouvernement se différenciaient, même si les aboutissements juridiques, institutionnels ou sociaux se marquaient par des différences notables11. Marcel Benabou souligne fermement quels furent les effets de la contemporanéité de la construction d’une histoire de l’Afrique romaine et du développement de l’entreprise coloniale, particulièrement en Algérie, pays dont les « récits nationaux » suscitent d’autant plus de polémiques que s’entrecroisent celles qui ont leur naissance dans le pays lui-même et celles qui sont exportées dans ce champ scientifique par des passions venues d’ailleurs. Dans cette histoire analogique, on peut distinguer peut-être deux sujets primordiaux : l’entrecroisement du passé de conquête avec un présent qui fut conquête durant le xixe siècle, c’est-à-dire un impérialisme violent, puis processus d’administration et de transformation, c’est-à-dire un impérialisme rationnel12.

  • 13 Jacques Frémeaux, « Le Maghreb fantasmatique… », p. 32-33.
  • 14 Ibid., p. 35-39.
  • 15 Cité par Charles-Robert Ageron, op. cit., II, p. 406.

37Le besoin d’une histoire de la présence romaine en Afrique du Nord s’est fait sentir très tôt, car c’était un moyen de faire écrire dans le pays qui établissait sa domination une histoire parallèle, venant justifier la conquête dans la phase violente, puis les processus d’administration et de transformation qui l’accompagnèrent, puis la suivirent. D’ailleurs, les responsables de la conquête avaient eux-mêmes délimité un champ scientifique en suscitant des travaux sur « la colonisation des Romains » ou sur « le système de colonisation adopté par les Romains en Afrique » 13, d’autant que l’évidence de Rome s’était imposée d’une façon immédiate à ceux qui participèrent à la conquête de l’Algérie, par l’abondance des ruines ou par des témoignages archéologiques divers. Certes, dans les premiers temps s’exprimèrent des hésitations, des réticences du monde savant. Mais par la suite, par des coïncidences d’objectifs entre archéologie et action des militaires, notamment sur la géographie historique « comparée » des deux périodes, le champ historique a été oppressé et envahi par les facilités du rapprochement14. Ainsi s’instituait « l’obsession analogique » qui venait mêler passé et présent avec une sorte de pseudo-pertinence car, pensait-on, s’était abolie une discontinuité entre les périodes, en sorte que les descriptions historiques pouvaient aisément se superposer jusqu’à se transférer d’un champ scientifique à l’autre, et trouver ainsi des justifications réciproques, jusqu’à les englober dans la représentation d’un progrès, orientant d’une manière sélective vers des sujets remarquables, la ville et l’urbanisme, les transformations économiques et l’expansion du droit de cité romaine. C’est alors que la réflexion sur la présence romaine se prolongea parfois par le discours d’éloge sur sa présence, et que ce dernier vint rejoindre aisément le discours d’éloge sur la présence française. Dans l’euphorie du centenaire de l’Algérie, on pouvait lire dans la presse parisienne (Le Temps) : « La France est l’héritière de Rome et lui est supérieure. » 15

Haut de page

Notes

1 Yves Modéran, Les Maures et l’Afrique romaine (ive-viie siècles), Rome, 2003, p. 14-15.

2 Peregrine Horden, Nicholas Purcell, The Corrupting Sea : A Study of Mediterranean History, Oxford, 2000.

3 Brent D. Shaw, « Challenging Braudel : a new vision of the Mediterranean », Journal of Roman Archaeology, 14, 2001, p. 419-453. On retiendra en passant l’observation (p. 422, note 3) sur la valeur des désignations générales : « Compare Augustine’s meaning of ‘Africa’ in his writings, a meaning that concurs neither with bare geography, nor with our conceptions of “north Africa” or “the Maghreb”, nor with Roman provincial or administrative divisions, nor with the provincial boundaries of his own church ».

4 Stéphane Gsell, « L’histoire de l’Afrique du Nord », La Revue bleue, Revue politique et littéraire, 1912, p. 772-777 et p. 805-809.

5 Jacques Frémeaux, « Le Maghreb fantasmatique. Souvenirs de Rome et présence française au Maghreb : essai d’investigation », dans Connaissances du Maghreb. Sciences sociales et colonisations, Paris, 1984, p. 29-46.

6 Jérôme Carcopino, « Les castella de la plaine de Sétif d’après une inscription latine récemment découverte », RAfr., 1918, p. 6-22 ; id., « L’insurrection de 253 d’après une inscription récemment découverte », RAfr., 1919, p. 369-383. Sur la position de la Revue Africaine dans le processus d’autonomisation du champ historique : François Leimdorfer, Discours académique et colonisation. Thèmes de recherche sur l’Algérie pendant la période coloniale, Paris, 1992, p. 56-73.

7 Claude Lepelley, Les Cités de l’Afrique romaine au Bas-Empire, Paris, 1979, 2 vol.

8 Marcel Benabou, La résistance africaine à la romanisation, Paris, 1976 (réimpr. 2005, avec une préface de Michel Christol, p. V-XX) ; Yves Modéran, op. cit.

9 Yves Modéran, op. cit., p. 12-13.

10 Contributions d’Yvon Thébert, Philippe Leveau, Marcel Benabou : Annales (ESC), 33, 1, 1978, p. 64-92 ; dossier réuni sous le titre « Afriques romaines : impérialisme antique, imaginaire colonial (relectures et réflexions à l’école d’Yvon Thébert) », Afrique et Histoire, 3, 2005, p. 9-125.

11 Marcel Benabou, « L’impérialisme romain et l’Afrique du Nord : le modèle romain », dans Sciences de l’homme et conquête coloniale. Constitution et usages des sciences humaines en Afrique (xixe-xxe siècles), D. Nordman et J.-P. Raison éd., Paris, 1980, p. 16-22.

12 Charles-Robert Ageron, Histoire de l’Algérie contemporaine, Paris, 1977.

13 Jacques Frémeaux, « Le Maghreb fantasmatique… », p. 32-33.

14 Ibid., p. 35-39.

15 Cité par Charles-Robert Ageron, op. cit., II, p. 406.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Christol, « L’Empire romain en Afrique : aspects et résonances d’un impérialisme », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 128 | 2015, 19-35.

Référence électronique

Michel Christol, « L’Empire romain en Afrique : aspects et résonances d’un impérialisme », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 128 | 2015, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 19 août 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4489

Haut de page

Auteur

Michel Christol

Professeur honoraire à l’université de Paris-I

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page