Navigation – Plan du site
DOSSIER

Introduction

Catherine Coquery-Vidrovitch
p. 13-17

Texte intégral

  • 1 Le Libéria fut à l’origine, dans les années 1830, une « invention » des missionnaires et des plante (...)
  • 2 Jane Burbank et Frederick Cooper, Empires. De la Chine ancienne à nos jours, Paris, Payot, 2011 (tr (...)
  • 3 Paulin Ismard, La démocratie contre les experts. Les esclaves publics en Grèce ancienne, Paris, Seu (...)
  • 4 Georges Duby, Guerriers et paysans, viie-xiie siècles, premier essor de l’économie européenne, Pari (...)

1Il s’agit, dans ce numéro, de traiter des empires africains, et non des empires en Afrique. Ce recueil entend en effet rappeler que les empires coloniaux occidentaux, auxquels on songe d’emblée, ne furent qu’un bref épisode au regard de l’histoire longue du continent. Ce n’est que dans les années 1900 qu’ils ont occupé la quasi‑totalité du continent, sauf l’Éthiopie (elle-même un empire) et le petit Libéria (mini-république depuis le milieu du XIXe siècle1). Entre 1956 et 1980, et pour nombre d’entre eux dans les années 1960, les empires coloniaux avaient déjà disparu. Ils se sont, pour la plupart, maintenus pour deux ou trois générations, rarement davantage (le cas de l’Afrique du Sud est exceptionnel, où la pénétration blanche commence au milieu du XVIe siècle pour se terminer en 1980, mais l’Union sud-africaine est devenue indépendante en 1910). Certains de ces empires africains, on va le voir, ont été glorieux. Ils sont aujourd’hui pour partie oubliés. On n’en donnera pour preuve qu’un silence étonnant, celui d’une histoire des empires dans le monde, récemment publiée avec un succès mérité, qui évoque et compare des empires sur tous les continents... sauf l’Afrique (et les empires précolombiens d’Amérique), comme si ces derniers ne faisaient pas partie de l’histoire2. Pourtant, l’un des deux auteurs de cette somme s’était fait connaître, par une série d’ouvrages remarquables, comme l’un des meilleurs historiens de l’Afrique. Mais, inconsciemment peut-être, l’Afrique est restée pour lui hors du champ de la comparaison globale. Notons d’ailleurs que l’idée de faire entrer l’histoire africaine dans l’histoire du monde est une idée récente, appliquée pour l’une des premières fois en 2015, de façon magistrale, par une étude comparée du statut des esclaves à Athènes et dans les sociétés ouest-africaines3. Il y avait pourtant eu, après Marc Bloch, un grand précurseur, resté malheureusement sans suite  Georges Duby, qui reconnaît dans son Guerriers et Paysans (1975), s’être très largement inspiré du travail des anthropologues pour comprendre la France rurale médiévale4.

2Au cours de sa longue histoire, comme pour le reste du monde, l’Afrique, qui est un immense continent, a connu de nombreux bouleversements politiques, à diverses époques et sur des territoires variés et souvent très vastes. La construction, la munificence puis la disparition d’empires africains en font partie, comme ailleurs, de même que les colonisations diverses venues d’ailleurs. Nous avons opté pour en donner quelques exemples, de préférence peu connus du public français, au moins pour certains d’entre eux. On ne fera par ailleurs que rappeler l’importance des empires égyptiens anciens, ou la durée exceptionnelle de l’empire d’Éthiopie (disparu en 1974) dont les variations, voire les mutations, ont été remarquablement étudiées.

  • 5 Ce qu’on appelle en histoire le Soudan occidental est une dénomination géographique qui désigne la (...)

3Nous avons aussi voulu souligner que l’impérialisme colonial, dont l’Afrique s’est récemment libérée, fut loin d’être le seul. D’où la place donnée à l’Empire romain, qui a joué un grand rôle en Afrique, étudié ici non pas à partir de l’Italie, mais bien à partir d’Afrique : car Rome s’est emparé d’une ville punique ancienne florissante, Carthage, et c’est l’arrière-pays de Carthage (son empire ?) qui à l’origine a reçu le nom d’Africa. Les provinces romaines d’Afrique du Nord ont joué un rôle important, voire essentiel pour la richesse de l’ensemble, et ont incontestablement joui d’une remarquable autonomie : au début du IIIe siècle de notre ère, l’empereur Septime Sévère était africain. Son buste (dont il existe au Louvre un exemplaire, un autre fut trouvé à Tyr en Asie mineure et est exposé au musée de Beyrouth) en fait foi : cheveux et barbe crépus, physionomie africaine évidente. Il fit de sa ville de naissance, Lepcis Magna (dite en France Leptis Magna) une capitale magnifique dont les ruines splendides, sur la côte libyenne aujourd’hui, non loin de Tripoli, attestent son surnom de « Rome de l’Afrique ». On ne peut s’empêcher, pour comprendre cette prospérité favorable à l’ascension de Septime Sévère, d’évoquer le débouché de la route centrale transsaharienne, qui put, pourquoi pas, approvisionner la province en or arrivé du Soudan occidental5. Michel Christol s’est chargé ici d’évoquer l’évolution de la romanité africaine et souligne aussi à quel point l’impérialisme romain a pu être magnifié par des chercheurs qui écrivaient au moment même où s’élaborait l’impérialisme français en Algérie. Le parallèle s’est imposé à eux, minimisant du même coup l’africanité du processus.

4L’autre empire venu d’ailleurs est le cas de l’Empire ottoman, dont les provinces africaines se sont étendues de l’Égypte au Maroc, se surimposant à des histoires antérieures pour préciser, bien avant l’intervention française, les limites des futurs États. Nora Lafi, spécialiste de la Libye, s’est chargée de cette question.

5À la différence des deux précédents, le sultanat de Zanzibar est un sultanat africain (comme il y en eut beaucoup d’autres sur le continent, du XIVe au début du XXe siècle). Certes, il a commencé à partir d’Oman dans le sud-est de l’Arabie. Mais dès le XVIIIe siècle l’ensemble de la côte orientale d’Afrique est concernée. Le sultanat devint africain dès lors que, en 1840, le sultan transféra sa capitale à Zanzibar, qui va devenir sultanat autonome et indépendant. C’est bien à proprement parler un empire, avec ses dominants (les Arabes locaux et les Swahili, ceux-ci totalement africains), un grand empire producteur et exportateur exclusif du clou de girofle, empire esclavagiste qui tout au long du XIXe siècle va développer ses plantations sur l’île et sur la côte où elles produisent nombre d’autres matières agricoles (canne à sucre, coprah, produits vivriers, etc.). Samuel Sanchez démontre ici le rôle majeur, et en partie similaire ou complémentaire, de deux empires contemporains de l’océan Indien occidental : l’Empire malgache (où les Merinas du plateau central imposèrent leur domination et leur langue sur l’ensemble des peuples de l’île) et l’empire de Zanzibar, sur l’ensemble de l’océan Indien occidental.

  • 6 Terme proposé par Jean-Pierre Chrétien, « Périodiser l’histoire de l’Afrique noire : temps et espac (...)
  • 7 Cette figure orne la couverture du présent numéro. L’Atlas catalan, probablement réalisé par Abraha (...)

6Les grands empires soudanais médiévaux : Tekrour, Ghana, Mali, Songhaï, qui se sont échelonnés du VIIIe au XVIe  siècle à partir des rives des fleuves Sénégal et Niger, ont fait de cette période (de même que l’empire du Zimbabwe en Afrique australe) l’âge d’or africain6, au propre et au figuré, car leur magnificence a reposé sur la commercialisation et la thésaurisation de ce minerai, en un temps où ces mines approvisionnaient le monde, aussi bien méditerranéen que de l’océan Indien. Cette grande époque, celle entre autres de l’empereur du Mali Kankan Moussa, qui fit au milieu du XIVe siècle le pèlerinage de La Mecque en passant par Le Caire, qu’il inonda d’or, est évoquée par Francis Simonis. La notoriété du Mali fut énorme et durable en Occident, ainsi que le révèle l’Atlas catalan de 1375 conservé par la bibliothèque François Mitterrand, qui représente, entre autres, ce souverain trônant majestueusement, couronné d’or et tenant un sceptre lui aussi en or7.

7Des empires africains d’un autre genre, vastes théocraties militaires fondées par jihad par de grands conquérants pieux musulmans, prirent à nouveau naissance dans l’Ouest africain vers la fin du XVIIIe siècle et ne prirent fin qu’avec la conquête européenne à l’extrême fin du XIXe siècle. Ils sont bien connus des historiens spécialisés mais négligés par les autres. Paul Lovejoy rétablit ici leur importance mondiale et y voit les prémices des transformations politiques contemporaines du monde musulman. On aurait aussi pu évoquer les empires guerriers et esclavagistes qui couvraient à la même époque l’Afrique centro-orientale, à commencer par le seul bien connu en France, Rabah, dont le domaine s’étendit depuis le Bar el Ghazal au sud de l’Égypte jusqu’au Bornou à l’ouest du lac Tchad, souverain certes cruel mais bien plus « moderne » que ne l’a présenté l’historiographie coloniale française. Ce sont ces chefs d’empires qui ont opposé la plus grande résistance aux conquêtes coloniales. Et c’est sans doute leur impérialisme qui a fait que les peuples locaux n’ont, pour leur part et sauf exception, guère résisté aux militaires européens, croyant ainsi avoir une chance d’échapper à leurs précédents conquérants.

8C’est dans ce cadre que certains souverains africains, instruits par ces échecs répétés, ont jugé plus prudent de composer avec le nouveau colonisateur plutôt que de se rebeller. Il a paru intéressant d’étudier l’un de ces cas, plutôt que de considérer en soi la colonisation européenne, certes essentielle, mais tellement étudiée que nous ne pourrions éviter ici de répéter trop brièvement quelques banalités. Au contraire, l’habileté politique de souverains africains à se maintenir en dépit de la mainmise européenne fut assez fréquente. L’exemple retenu, analysé par Benoît Beucher, est celui du souverain dit Mogho Naba des Mossi de Ouagadougou. Le territoire dominé était de superficie limitée par rapport aux exemples précédents. Le Mogho Naba n’en a pas moins su se faire reconnaître comme le maître de petits peuples jusqu’alors autonomes, et il a su exercer sous la colonisation une action politique notable. Il a gardé jusqu’à aujourd’hui un prestige incontestable, même si son pouvoir est devenu progressivement bien virtuel.

9Le cas du Mogho Naba, le plus récent, illustre bien un fait important : la grande capacité d’adaptation des organisations politiques africaines qui, comme les autres, ont eu plus d’une fois à s’adapter dans l’histoire à un nouveau contexte, politique, économique, culturel. C’est pourquoi aussi ces empires anciens ou récents n’ont pas été oubliés par leurs héritiers. Les Maliens sont aujourd’hui aussi fiers de leurs « empires de l’or » que les Grecs de leur culture hellène antique ou les Italiens de l’Empire romain, ou encore que certains Français de l’épopée napoléonienne. C’est une histoire devenue nationale, source de mémoires multiples et aussi, naturellement, de récupération politique éventuelle. C’est pourquoi il est vain de vouloir comprendre l’histoire de l’Afrique d’aujourd’hui sans tenir compte de ces héritages endogènes, dont non seulement le souvenir mais aussi les traces évidentes demeurent.

10Ainsi ce numéro, qui est très loin de prétendre à l’exhaustivité, affirme haut et fort que les empires africains de l’histoire, dont les derniers furent matériellement détruits par la colonisation, méritent autant l’attention des historiens que les autres empires du monde. De toute évidence, ils ont contribué à façonner l’Afrique d’aujourd’hui.

Haut de page

Notes

1 Le Libéria fut à l’origine, dans les années 1830, une « invention » des missionnaires et des planteurs sudistes qui pensaient ainsi pouvoir se débarrasser des Noirs libres dont le nombre croissant les inquiétait aux États-Unis, en les « renvoyant » en Afrique. La dernière partie de l’Afrique à être colonisée, sous forme de protectorat, fut le Maroc en 1912.

2 Jane Burbank et Frederick Cooper, Empires. De la Chine ancienne à nos jours, Paris, Payot, 2011 (trad. de l’anglais 2010).

3 Paulin Ismard, La démocratie contre les experts. Les esclaves publics en Grèce ancienne, Paris, Seuil, 2015.

4 Georges Duby, Guerriers et paysans, viie-xiie siècles, premier essor de l’économie européenne, Paris, Gallimard, 1975.

5 Ce qu’on appelle en histoire le Soudan occidental est une dénomination géographique qui désigne la bande sahélienne ouest-africaine au sud du Sahara. Rappelons qu’Hérodote, au ve siècle avant notre ère, rapporte déjà l’existence de la « troque muette » entre or et sel, qu’il situe « au-delà des Colonnes d’Hercule » (le détroit de Gibraltar) : il s’agissait sans doute d’un commerce d’échange transsaharien entre Carthaginois et Berbères du désert. Il est possible que Lepcis Magna, située entre Tripoli et Tunis, qui furent au Moyen Âge les grands débouchés de la route du Sahara central, ait déjà joué ce rôle. À ma connaissance, le fait n’a guère attiré l’attention des chercheurs jusqu’à présent.

6 Terme proposé par Jean-Pierre Chrétien, « Périodiser l’histoire de l’Afrique noire : temps et espaces », Atala, Cultures et sciences humaines, n° 17, 2014, p. 185-201.

7 Cette figure orne la couverture du présent numéro. L’Atlas catalan, probablement réalisé par Abraham Cresques, cartographe juif majorquin, fut offert par le roi d’Aragon au roi Charles V.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Coquery-Vidrovitch, « Introduction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 128 | 2015, 13-17.

Référence électronique

Catherine Coquery-Vidrovitch, « Introduction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 128 | 2015, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4488

Haut de page

Auteur

Catherine Coquery-Vidrovitch

Professeure émérite, université Paris 7-Denis Diderot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page