Navigation – Plan du site

Le mot de la rédaction

Anne Jollet
p. 5-10

Texte intégral

  • 1 Consultez le site des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique <https://chrhc.revues.org>.
  • 2 Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 128, « Penser et lutter contre la guerre, xixe-xx(...)
  • 3 Voir, par exemple, autour des problématique du développement en Afrique, Sylvie Brunel, L’Afrique. (...)
  • 4 Selon les chiffres de l’Unesco de 2012, le nombre des étudiants dans les pays de l’Afrique subsahar (...)

1Les Cahiers d’histoire sont très heureux de présenter un dossier consacré à l’histoire de l’Afrique. Sans être du tout ignorée des Cahiers (il suffit de faire un appel rapide sur le site des Cahiers pour s’en convaincre), il y a longtemps que l’Afrique comme ensemble territorial spécifique n’avait pas été mise au centre de notre travail éditorial1. Nous en sentions venir la nécessité avec de plus en plus d’urgence. Bien sûr, la puissance des états africains s’affirme, leur diversité aussi. Les peuples d’Afrique, nombreux, jeunes, cherchent à sortir de l’étau que les pouvoirs leur imposent. Les révoltes, les protestations se multiplient contre des dirigeants qui s’avèrent être trop souvent plus soucieux des intérêts d’une poignée de privilégiés, nationaux ou internationaux, que de ceux des peuples. Révoltes qui ciblent aussi des dirigeants qui supportent souvent mal (et ce n’est pas une spécificité africaine !) de se soumettre aux verdicts démocratiques. Les peuples d’Afrique butent aussi contre les pouvoirs des pays du nord, qui participent de ces arrangements contre les peuples – « Débats » en expose ici un des exemples tragiques – tout en faisant en même temps de leurs frontières des murs. Ces dernières semaines ont encore montré l’âpreté de cet affrontement, aussi bien en Méditerranée qu’à l’intérieur de l’Europe, avec la mort de migrants tentant de traverser la Manche à Calais. Tous ne viennent pas d’Afrique, mais on sait que l’Afrique voisine de l’Europe fournit une grande partie de cette jeunesse interdite, aussi vainement que cruellement, de liberté de mouvement à la surface du globe. Ces réalités brutales, expression d’un ordre international de plus en plus régi à nouveau par la guerre, guerre économique et conflit ouvert, comme nous l’évoquions dans le précédent numéro des Cahiers, ne doit pas conduire à négliger les processus de développement et d’affrontements internes à l’espace africain2. Faut-il rappeler que l’Afrique, c’est un continent immense, dont la superficie est de trois fois celle de l’Europe ; que c’est aujourd’hui plus d’habitants que l’Europe bien sûr, mais aussi que l’ensemble des Amériques ; 16 % de la population du globe et une part qui connaît une rapide croissance ? Que l’Afrique, ce sont aussi plus de cinquante états, plus qu’aucun autre continent, y compris l’Europe et ses dizaines de créations nationales récentes ? Ce n’est pas ici l’endroit de débattre de l’ampleur des processus de développement en cours dans les états de ce continent3. Qu’il suffise de rappeler, pour s’en tenir au domaine de la connaissance, l’ampleur de l’augmentation du nombre des étudiants/es et des diplomés/es, même si leur part de la population traduit encore un écart spectaculaire avec la situation des pays du nord4. Il faut néanmoins rattacher le renouveau des recherches sur l’histoire au sein du continent africain, en Afrique mais aussi dans l’ensemble du monde, à ces formes conflictuelles et souvent douloureuses de transformations des sociétés africaines et de leur présence dans le monde globalisé d’aujourd’hui.

  • 5 Ce texte, dit par un président de la République française, est une suite d’expressions stéréotypées (...)

2Le dossier que coordonne ici une des pionnières des études africaines en France, Catherine Coquery-Vidrovitch, veut contribuer à la diffusion de ces connaissances nouvelles qui, loin des clichés convenus, disent la diversité et la complexité des histoires dans le continent africain. L’incroyable discours prononcé à Dakar par Nicolas Sarkozy, alors président de la République française, quoique de 2007, résonne encore dans nos têtes comme une dramatique provocation : « Le drame de l’Afrique, c’est que l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire. Le paysan africain, qui, depuis des millénaires vit avec les saisons, dont l’idéal de vie est d’être en harmonie avec la nature, ne connaît que l’éternel recommencement du temps rythmé par la répétition sans fin des mêmes gestes et des mêmes paroles. »5 à cette monstruosité, les réponses ont été nombreuses. Certainement pas assez nombreuses. Depuis, les polémiques sur les programmes scolaires, entretenues par les courants les plus réactionnaires de la société française et instrumentalisées par les hommes politiques de droite, ont montré que la question de l’histoire de l’Afrique est toujours chargée d’une très forte dimension politique. Impossible de faire ici l’histoire des mobilisations récurrentes à chaque changement dans les programmes d’histoire, dénonçant les atteintes portées à l’identité nationale dès que la part faite à l’histoire nationale est mise en cause ou que le regard historien n’est plus gallocentré. Casali et autres polémistes ne se laissent pas oublier ! On se souvient du comité créé en 2010, « Notre histoire c’est notre avenir », pour promouvoir « l’histoire de France » et dénoncer le risque que l’on s’attarde plus longuement sur les civilisations africaines du Monomotapa et de l’empire Songhaï que sur le règne de Louis XIV. Mise en opposition aussi réductrice que démagogique, mais peut-être pas sans conséquences sociales et politiques. De fait, les nouveaux programmes laisseraient de côté les empires africains médiévaux.

  • 6 Voir, par exemple, Catherine Coquery-Vidrovitch, Petite histoire de l’Afrique, Paris, La Découverte (...)

3Face à cette offensive, les historiens/nes de l’Afrique ont publié de façon très volontariste pour répondre dans ce débat public et faire connaître l’histoire de l’Afrique. Mais il s’agit aussi de faire connaître l’importance des recherches récentes menées dans le monde entier, notamment dans les universités africaines, et d’analyser les formes et les enjeux historiographiques de ces productions6.

  • 7 En ce sens, ces travaux d’historiens s’inscrivent bien dans le même temps intellectuel que les réfl (...)

4Comme on le voit à travers les contributions de ce dossier sur les empires, les recherches récentes cherchent à faire sortir l’histoire de l’Afrique de sa confrontation avec les seuls Européens et à développer des approches qui ont l’Afrique pour centre. En ce sens, et cela n’a rien d’étonnant, ces histoires de l’Afrique sont en phase avec les grands renouvellements historiographiques contemporains qui décentrent les regards par rapport à l’Europe et rappellent l’existence d’interactions et d’histoires hors de la présence et de l’intervention des puissances européennes ; du moins redonnent à celles-ci des rôles d’acteurs parmi d’autres. Les articles réunis ici témoignent du fait que l’histoire de l’Afrique aujourd’hui se fait comme les autres à l’heure de l’histoire globale et porte la marque à la fois d’une sortie de l’européocentrisme et d’une approche renouvelée des rapports de domination7.

  • 8 Illustrant cet important renouvellement, l’ensemble des travaux de cette historienne, et, également (...)

5D’où, comme le rappelle Catherine Coquery-Vidrovitch dans son introduction au dossier, le choix du titre, « Les empires africains » et non « Les empires en Afrique ». Il s’agit donc à la fois de sortir l’histoire de l’Afrique de la seule époque coloniale et postcoloniale, de même que de l’histoire de la traite atlantique, d’une histoire de la dépendance des peuples africains, pour étudier les constructions des pouvoirs au sein de sociétés africaines très différentes et, notamment, par leurs liens, alliances, conflits avec des pouvoirs extérieurs divers8. Ce dossier qui s’ouvre par un texte du grand spécialiste d’histoire ancienne, Michel Christol, sur l’Empire romain comme empire africain, évoque avec Samuel Sanchez un empire commercial de Zanzibar pour qui l’Afrique centrale est un arrière-pays alimentant de fructueux commerces vers l’Asie. Il cherche donc à traduire la profondeur temporelle et la diversité spatiale de l’histoire des peuples en Afrique.

6Quant à la diversité des fonctionnements impériaux, Nora Lafi montre que les formes de tutelle ottomane ont été longtemps lues, dans l’historiographie européenne comme dans les historiographies nationales des pays d’Afrique du Nord, à l’aune des formes (archétypées) de domination impériale européenne et qualifiées abusivement de « faibles » du fait d’une répartition différente des compétences entre le local et l’impérial. Benoît Beucher, à propos du pays mossi, évoque un « état africain hybride » tant, selon lui la présence coloniale transforme les rapports de forces internes sans faire disparaître un pouvoir local qui utilise les pouvoirs coloniaux pour s’affirmer en se rendant indispensable à la présence coloniale. Par son étude des Moose de l’actuel Burkina Faso, l’auteur propose de remettre en cause « le récit trop linéaire et simpliste de l’imposition d’un impérialisme français se déployant localement sans avoir été informé par l’idée que se faisaient de l’Empire les acteurs africains ». Francis Simonis revient sur l’histoire du prestigieux empire du Mali et montre combien cette histoire a très vite eu et conserve aujourd’hui une très forte dimension idéologique, fournissant une légitimité aux constructions nationales postcoloniales. Notre collègue nord-américain Paul Lovejoy aborde l’époque plus récente des empires djihadistes qui se sont constitués entre les xviiie et xixesiècles au sud du Sahel, et suscite leur mise en contexte à l’échelle d’une histoire-monde en rappelant des concomitances avec des événements dont ils sont, selon lui, artificiellement séparés par les historiographies coloniales mais aussi postcoloniales, tels que les révolutions d’Amérique et la Révolution française, ou les révoltes et luttes des esclaves de la fin du xviiie et du xixe siècle.

7Ce dossier, y compris par ses lacunes et les disjonctions entre des articles de spécialistes, suggérera bien, nous l’espérons, la diversité des histoires en Afrique (ici des structurations impériales aux formes de domination très différentes) et la profondeur d’une histoire dans laquelle, pour être tragique et peser très lourdement sur le présent, la colonisation européenne n’est, somme toute, comme le rappelle Catherine Coquery-Vidrovitch dans son introduction, « qu’un bref épisode au regard de l’histoire longue du continent ». Il dira donc, nous le souhaitons, que ce n’est pas de trop d’histoire de l’Afrique dont nous sommes menacés, mais de trop d’ignorance, qui ne serait seulement ignorance du passé africain mais aussi du présent de l’Afrique, de notre présent.

8Il est donc également très important pour nous de publier dans ces pages la somme magistrale de nos collègues Alain Gabet et Sébastien Jahan sur l’implication criminelle de la France dans le génocide rwandais et sur les efforts constants des pouvoirs politiques pour la masquer. Cette étude cruciale s’organise en deux volets et son second volet sera publié dans le numéro à venir des Cahiers.

  • 9 Voir « Histoire et engagement : avec Claude Mazauric », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critiq (...)

9Ce n° 128 des Cahiers d’histoire, décidément très travaillé par les violences, impériales et nationales, revient vers les conflits internes à l’Europe et fait place dans « Chantiers » au renouvellement des recherches sur les résistances des militants communistes à l’occupant nazi et au régime collaborationniste de Vichy, abordées ici par Lucie Hébert à travers la question de la reconnaissance de ces actes après la guerre. « Métiers » donne la parole à l’historien Claude Mazauric autour de son livre récent, Destins : quatre « poilus » originaires de Collorgues dans la Grande guerre (1914-1918). Pour la rédaction des Cahiers, Annie Burger-Roussennac interroge l’auteur sur le choix d’un objet d’étude qui s’ancre dans l’« horreur de la guerre », mais aussi dans l’ego-histoire9. L’entretien met en évidence la tension et l’obsédant hiatus pour tout historien, et particulièrement pour un historien marxiste, entre la singularité des itinéraires individuels, leur persistance à travers diverses formes de transmission et les significations sociales globales, entre l’épaule arrachée d’un père, le récit entendu par un fils et le savoir de la mort de ces « 6 000 hommes par jour pendant quatre ans […] ». Riches échanges sur les enjeux des choix méthodologiques, des choix d’échelle, des choix d’écriture.

10Changeant de distance, les « Cahiers recommandent » viennent clore le numéro en proposant à nos lecteurs et lectrices un choix de productions et d’événements qui concourent à la diffuse présence de l’histoire dans notre présent. Trop peu de place a pu être faite à « Livres lus ». Cependant, nous en avons fait à la production cruciale de l’histoire écrite pour la jeunesse, et au rappel du prix du roman historique jeunesse remis depuis quelques années tous les ans pendant les Rendez-vous de l’histoire à Blois.

11Et pour échanger sur cette foisonnante production, sur nos choix, sur nos projets, nous nous retrouverons bientôt, autour d’un débat « Puissance de l’Afrique », avec notre collègue Samuel Sanchez et le romancier Fabrice Loi, le dimanche 13 septembre 2015 à la fête de l’Humanité, puis à Blois, les 9-11 octobre, autour des « empires africains », et encore les 26-28 novembre à Gennevilliers pour les 4e Rencontres d’histoire critique. Cette année, on y discutera Nation(s)/Mondialisation(s). Toute une histoire ! Et sûr que l’on y sera très nombreux et nombreuses !

Haut de page

Notes

1 Consultez le site des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique <https://chrhc.revues.org>.

2 Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 128, « Penser et lutter contre la guerre, xixe-xxe siècles », dossier coordonné par Anne Jollet.

3 Voir, par exemple, autour des problématique du développement en Afrique, Sylvie Brunel, L’Afrique. Un continent en réserve de développement, Paris, Bréal, 2004, et Sylvie Brunel, L’Afrique est-elle si bien partie ?, Éditions Sciences humaines, 2014.

4 Selon les chiffres de l’Unesco de 2012, le nombre des étudiants dans les pays de l’Afrique subsaharienne est 25 fois plus élevé qu’en 1970. Cependant cette scolarisation supérieure ne concerne que 6 % de la population pour plus de 70 % dans les états d’Europe ou d’Amérique du Nord.

5 Ce texte, dit par un président de la République française, est une suite d’expressions stéréotypées qui construisent « l’homme africain » en générique figure de l’autre. Du « mystère de l’Afrique » à « l’âme de l’homme noir » (« âme » est repris neuf fois dans le début du texte), le discours situe en termes définitifs les Africains du côté d’une globalité spirituelle, faite de temps long et d’« éternel recommencement », tenue pour responsable des difficultés de l’Afrique. Pour le texte, <https://fr.wikipedia.org/wiki/Discours_de_Dakar> ; pour des lectures critiques, voir notamment les analyses de Catherine Coquery-Vidrovitch dans l’ouvrage collectif Comment Nicolas Sarkozy écrit l’histoire de France, collection CVUH, Passé Présent, Agone, 2008 ; Jean-Pierre Chrétien (dir.), L’Afrique de Sarkozy. Un déni d’histoire, contributions de Jean-François Bayard, Pierre Boilley, Achille Mbembe, Ibrahima Thioub, Paris, éditions Karthala, 2008 ; Odile Foutouyet, Odile Tobner, Nicolas Sarkozy ou la Françafrique décomplexée, Paris, éditions Tribord, 2009.

6 Voir, par exemple, Catherine Coquery-Vidrovitch, Petite histoire de l’Afrique, Paris, La Découverte, 2011. Du côté de l’historiographie, Catherine Coquery-Vidrovitch, Les enjeux politiques de l’histoire coloniale, Marseille, Agone, collection CVUH, 2009 ; bilan historiographique aussi dans Catherine Coquery-Vidrovitch, « Histoire africaine de langue française et mondialisation », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 119, 2012, p. 141-152.

7 En ce sens, ces travaux d’historiens s’inscrivent bien dans le même temps intellectuel que les réflexions de l’anthropologue Jack Goody, synthétisées dans son livre Le vol de l’histoire. Comment l’Europe a imposé le récit de son passé au reste du monde, Gallimard, 2010. évidemment, on pense aussi au travail pionnier de Romain Bertrand, L’Histoire à parts égales. Récit d’une rencontre Orient-Occident, Paris, Seuil, 2011.

8 Illustrant cet important renouvellement, l’ensemble des travaux de cette historienne, et, également, François-Xavier Fauvelle-Aymar, Le Rhinocéros d’or : Histoires du Moyen Âge africain, Paris, Gallimard, 2014.

9 Voir « Histoire et engagement : avec Claude Mazauric », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 104, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 128 | 2015, 5-10.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 128 | 2015, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 25 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4487

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page