Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Subversives Lumières. L’Encyclopédie comme machine de guerre

Paris, CNRS-Editions, 2007, 270 p.
Pierre Crépel
Référence(s) :

Véronique Le Ru, Subversives Lumières. L’Encyclopédie comme machine de guerre. Paris, CNRS-Editions, 2007, 270 p.

Texte intégral

1Quelle drôle d’idée d’avoir demandé à un historien des mathématiques comme moi de commenter un choix, opéré par une philosophe, de textes de l’Encyclopédie portant sur les prêtres et les rois, l’Église et l’État, la délation, les acteurs de la haine théologique, le luxe et l’esclavage!

2Ce n’est pas la première fois que des universitaires peu portés vers la religion, l’argent et le pouvoir nous proposent une sélection d’articles de l’Encyclopédie, munie d’une présentation personnelle. Pour rendre compte de cet ouvrage de Véronique Le Ru, j’ai choisi de le comparer à un autre livre datant d’un quart de siècle, L’Encyclopédie […]. Textes choisis, Nouvelle édition revue augmentée et annotée. Présentation par Albert Soboul. Nouvelle introduction et notes par Philippe Goujard, Paris, Éditions Sociales, 1984 (l’ancienne édition d’A. Soboul datant originellement de 1952).

3Les deux ouvrages ont une architecture et des proportions analogues:

  1. une introduction générale de quelques dizaines de pages,

  2. plus de deux cents pages d’extraits d’articles,

  3. dix à vingt pages d’annexes situant l’époque, l’Encyclopédie, ses auteurs, etc.

4Parmi les différences de forme, signalons celles-ci: Albert Soboul et Philippe Goujard donnaient des extraits plus nombreux (75 contre 36), mais en général plus courts que Véronique Le Ru. Ils les classaient dans un ordre alphabétique et les faisaient précéder en général d’une double présentation d’une ou deux pages (A.S. 1970; Ph. G. 1983), alors que V. Le Ru les classe par thèmes et utilise (en insistant) la logique des renvois de l’original, les présentations autres que les remarques de l’introduction générale restant très brèves et seulement par groupes d’extraits, mais les articles sont annotés (ce qui éclaire le lecteur sur des allusions aujourd’hui moins compréhensibles qu’à l’époque et permet de montrer, par exemple, les présences indirectes de Voltaire, de Montesquieu, etc.).

5Si les trois commentateurs partagent certainement de nombreuses orientations idéologiques, on doit en revanche noter qu’ils viennent de formations différentes, les deux premiers étant connus comme historiens, la troisième comme philosophe. En outre, ces historiens écrivaient lorsque les idées de socialisme avaient, semblait-il, le vent en poupe, alors que la philosophe publie son ouvrage sous un capitalisme qui paraît triomphant. Les ressemblances et différences que nous signalerons pourront donc tenir tant à la formation ou à la personnalité des présentateurs qu’à l’époque de la publication.

6Ce qui frappe d’abord, c’est que seuls six articles ont été choisis à la fois par les deux ouvrages: « Prêtres », « Théocratie » et « Superstition », d’abord (cités plus complètement chez Véronique Le Ru). « Fanatisme » est également « bi-sélectionné », mais sous un petit extrait par les premiers et au contraire sur vingt-cinq pages par la dernière. « Autorité politique » (de Diderot) est reproduit en entier dans les deux cas. Le sixième article commun est « Économie politique » (de Rousseau), plus longuement chez les premiers, mais les extraits choisis sont à peu près disjoints!

7Ces discordances pourraient nous surprendre, car les grands centres d’intérêt des deux projets sont tout de même voisins: la religion et la liberté de penser, la philosophie politique, l’économie; mais des voies d’accès différentes à l’Encyclopédie donnent souvent des résultats semblables.

8Disons que le propos de Véronique Le Ru est un peu plus ciblé: « reconstituer six réseaux d’articles à partir de renvois, corrélés à six questions qui ont pour fonds commun la lutte contre les formes de domination » (p. 7) et plus particulièrement de « domination politico-religieuse ». Les extraits reproduits sont signés d’auteurs variés, les deux principaux en sont Diderot, Jaucourt, D’Alembert et Rousseau.

9Le projet d’Albert Soboul, puis Philippe Goujard, était un peu plus « encyclopédique » : par exemple, l’économie y était aussi considérée dans sa dimension productive, c’est-à-dire dans ses relations avec les arts (lire les techniques) et ce qu’on pourrait appeler les classes sociales. Paradoxalement, pour un recueil préparé par des historiens, la philosophie générale s’y trouvait davantage mise en valeur. Les « ruses » des éditeurs pour introduire en contrebande diverses remarques subversives étaient également plus soulignées.

10Dans les deux ouvrages, même si l’unité des connaissances est affirmée au passage, les sciences n’ont de fait qu’une place infime. La diversité des auteurs et les vicissitudes de l’Encyclopédie sont évoquées, mais les métamorphoses du processus encyclopédique depuis la Cyclopaedia de Chambers (1728) jusqu’à l’Encyclopédie méthodique (1782-1832) ne sont pas étudiées: par exemple, les notes (pour calmer l’Église) des éditions de Lucques et de Livourne, les transformations (dites protestantes) de l’édition d’Yverdon, ne sont pas au programme.

11Il reste que tous ces recueils, considérés pour ce qu’ils sont, avec leurs objectifs intéressants et limités, apportent une stimulation méritoire à l’esprit critique et encouragent l’étude approfondie de l’Encyclopédie, à laquelle Véronique Le Ru participe d’ailleurs également, notamment dans la remarquable revue Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, qui paraît depuis 1986 et en est à son numéro 43. Ce périodique est de très loin le meilleur sur l’Encyclopédie, bien que les bureaucrates suffisants qui classent aujourd’hui les revues en divisions comme les joueurs de foot, ne s’en soient pas aperçus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Crépel, « Subversives Lumières. L’Encyclopédie comme machine de guerre », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 105-106 | 2008, mis en ligne le 22 juin 2009, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/448

Haut de page

Auteur

Pierre Crépel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page