Navigation – Plan du site
DOSSIER

Des fluctuations du consentement patriotique à travers les trêves et les fraternisations (1914-1918)

Anne Geslin-Ferron
p. 95-114

Résumé

S’il est vrai que le sentiment national était constitué en 1914, il devait alors agir d’une part comme un lien interne tissé entre des Français solidaires, d’autre part comme un repoussoir contre l’ennemi. Tout notre propos tendra à confronter cette thèse à la réalité qui transparaît dans les sources. En effet, l’union sacrée aurait dû, si nous suivons une définition basique, entraîner des solidarités nationales entre compatriotes et forger une attitude de rejet de l’ennemi. Force est de constater qu’au début du conflit, l’animosité fut forte envers l’adversaire, mais elle ne résista pas à la durée et à la lassitude que le conflit engendra. À cela s’ajoute que cette haine pourra s’amenuiser au contact d’un blessé par exemple et de trêves tacites. Dans cet article, nous introduirons donc la notion « d’entente tacite » que nous opposerons à celle de « fraternité » dont la charge idéologique est forte.

Haut de page

Texte intégral

1Il ne faut pas interpréter la Grande Guerre à travers une dualité simple : le bien contre le mal, les ennemis contre les Alliés. En effet, avec la longueur du conflit, avec le vécu militaire ou personnel des uns et des autres, l’ennemi peut être identifié aussi bien comme le « planqué » de l’arrière que comme le « frère de tranchée », même s’il est de l’autre côté du no man’s land. Par conséquent, les sentiments sont mouvants, il n’y a ni haine totale, ni antimilitarisme affirmé. Nous ne pouvons pas dire que l’un prédomine sur l’autre : les deux ont coexisté tout au long du conflit.

  • 1 Le témoignage de l’ancien combattant Corrio évoque cette situation au fort de Vaux en 1917, fonds a (...)
  • 2 Rémy Cazals, « Ici les Français et les Boches parlent ensemble comme en temps de paix », dans Marc (...)
  • 3 Deux interprétations du comportement des soldats opposent les historiens. Les tenants du « consente (...)

2Les fraternisations ont débuté à Noël 1914 et ont eu lieu ponctuellement tout au long de la guerre. En effet, on en retrouve des traces écrites au moment de Pâques 1915 sur le front de l’Est, également sur le front italien en 19171 entre les Français et les Allemands, ou encore en septembre de cette même année dans les Vosges. Néanmoins, cette étude concerne essentiellement les trêves recensées sur le front allemand, du nord de la rivière de l’Aisne jusqu’à la mer du Nord. Elles ont permis surtout l’échange de denrées alimentaires, mais aussi de relever les morts et les blessés, ainsi que d’évacuer l’eau des tranchées. Pareillement, les suspensions de tirs ont pu être motivées par la nécessité de s’approvisionner en eau à une fontaine. Selon Rémy Cazals2, plusieurs motivations pouvaient conduire les combattants à interrompre les hostilités : fair-play pour les uns, sens moral pour les autres, ou surtout simple respect « des convenances ». En effet, les ennemis ne s’envoient pas que des balles, des obus meurtriers, mais ils échangent des objets, des paroles chantées ou non, agressives ou non, des courriers, des propositions de fêtes ou de parties de football. D’une façon comme d’une autre, ils communiquent. Parfois, quand l’impossibilité de communiquer est imposée, les hommes biaisent en évitant de tirer. Pour autant, la haine du « boche » ne disparaît pas mais s’atténue, notamment en 1916, entre la bataille de Verdun et celle de la Somme, en raison de la guerre d’usure qui est engagée, de la durée du conflit et de la lassitude des combattants. Cela explique les relations entre tranchées opposées, certes occasionnelles, partielles, fragiles, mais non exceptionnelles. Cependant, ces relations, tout comme les fraternisations, n’expriment pas un refus généralisé de la guerre et ne remettent pas en cause la thèse du consentement patriotique3, elles la nuancent.

3À lire ce qui précède, on pourrait avoir l’impression que ce qui est valable pour la fin de l’année 1916 l’est également pour août 1914. Qu’en est-il exactement ? En 1916, la différence de contexte par rapport au début de la guerre est l’immobilité de la situation. Certes, les soldats ont encore l’assurance d’une issue favorable, mais ils se demandent quand elle adviendra, alors que pour l’année 1914, la confiance dans la victoire, surtout rapide, était inébranlable. Dorénavant, ils sont éprouvés par la longueur des hostilités, bien qu’ils y adhèrent mais souvent avec tristesse, fatalité et résignation. On observe chez les soldats différents niveaux de consentement, voire de déclencheurs de consentement, par exemple vouloir protéger sa famille ou lutter contre les « actes de barbarie » commis par l’ennemi. Ainsi, les soldats ne défendent pas nécessairement le même objectif, mais leur acceptation du conflit est réelle et découle soit de leur éducation, soit de leur conviction de défendre une juste cause. Ils obéissent car ils reconnaissent à la guerre une légitimité affirmée par les autorités (le gouvernement, la religion, les chefs militaires), mais aussi par leurs pairs (les autres soldats).

  • 4 En effet, la plupart des références n’évoquent que les fraternisations de Noël : Alain Barluet, « L (...)

4Il s’agit donc de mettre en exergue la fluctuation de ce consentement, tout en proposant une typologie des fraternisations et des trêves. Il est certain que les trêves sont favorisées par les conditions locales et peuvent ou non évoluer vers des fraternisations. Ces dernières résultent d’une alchimie complexe et il serait donc malaisé de distinguer leurs origines. En s’appuyant sur des témoignages consacrés à ces phénomènes, il est possible à la fois de réaliser une synthèse des circonstances des fraternisations, à travers l’observation de trois typologies distinctes, mais aussi de considérer un quatrième niveau, la trêve pour relever les blessés et les morts. Cette contribution peut constituer un apport de données supplémentaires au précieux ouvrage de Tony Ashworth, qui est à notre connaissance le seul ouvrage traitant ouvertement et uniquement de ce sujet4, par l’étude de la survenance des trêves et de leur incidence sur la thèse du consentement.

Une typologie des fraternisations

5L’inflexion de l’hostilité envers l’ennemi a pour corollaire les relations de tranchées à tranchées. Le phénomène des fraternisations est large, il peut aussi bien concerner l’envoi par les Allemands de leur propagande (ouvrage, tract…) que les réponses adressées par les Français au moyen d’un dialogue ou d’un échange d’objets, ou encore une non-agression tacite pendant que chaque camp s’affaire à lutter contre les conséquences des intempéries climatiques. Les facteurs déterminants sont la stabilisation du conflit, la proximité des lignes adverses et leur enterrement via le système de tranchées, dans un contexte marqué par le calme de certains secteurs, ainsi que par le recul des manifestations de haine anti-allemande.

  • 5 Le système du « vivre et laisser vivre » est apparu en 1980 dans le livre de Tony Ashworth, Trench (...)
  • 6 SHAT 16N 1529 : contrôle de la Ve armée le 20 décembre 1917 ; contrôle du 21 novembre 1917 des 121e(...)

6Le « live and let live system »5 désigne un système cohérent pratiqué sur le front ouest pendant la guerre de position, dans lequel les combattants qui se font face parviennent fréquemment et réciproquement à réduire et à ritualiser la violence, à travers des avertissements et des habitudes partagées, comme l’établissement d’horaires réguliers pour les tirs (ce qui les rend quasi inoffensifs). Une communication minimale entre les tranchées ennemies, du moins pour les premières lignes séparées de quelques mètres à peine, est ainsi rendue possible. Les fraternisations viennent dans un second temps : on cesse d’abord les hostilités, que ce soit les tirs ou les bombardements, puis ces brèves périodes de « cessez-le-feu non officiel », dénommées « trêves » en français ou Waffenstillstand en allemand, permettent à certains soldats de fraterniser. Preuve en est, les contrôleurs6 censurent les courriers mentionnant de telles conciliations, afin qu’elles ne soient pas connues et reproduites. Toutefois, ils restent prudents dans leurs rapports : bien qu’ils connaissent l’existence de la baisse du moral, ils préfèrent souligner « les prétendues relations », soit parce qu’il n’y a pas assez de témoignages pour lever le doute sur ces supposés accointances, soit parce qu’ils veulent éviter un procès et l’éventuel verdict de peine de mort qui s’ensuivrait.

7Les autres sources à prendre en considération sont les historiques régimentaires, composés de l’ensemble des journaux des marches et opérations écrits au jour le jour. Cependant, il faut prendre en considération une forme d’autocensure, car leurs auteurs étaient soucieux de ne pas ternir l’honneur de leur régiment, en Allemagne comme en France. C’est sans doute une des causes du manque de traces ou d’éléments probants concernant les fraternisations et les échanges.

Fraternisations dues aux fêtes religieuses

  • 7 Le pape lance un appel à la paix adressé aux dirigeants politiques les 8 septembre et 1er novembre (...)

8La trêve est une cessation provisoire des combats pendant une guerre. Ce terme renvoie ou fait référence à la « trêve de Dieu », confirmée en France par le roi Louis IX, dit Saint-Louis, vers 1245. L’Église catholique romaine ordonnait que les combats guerriers soient arrêtés pendant la période de l’Avent, autour de Noël. En 1914, le pape Benoît XV7 avait publiquement exprimé son espoir de voir « au nom de la Divinité » les nations belligérantes « faire cesser le fracas des armes lorsque la chrétienté célébrerait la fête de la Rédemption du monde ». Au Moyen Âge, des trêves avaient lieu entre ennemis au moment de Noël. Cette période de Noël est par ailleurs marquée par des envois plus importants de lettres et de colis, venus de l’arrière. Dans le camp allemand, chaque unité reçoit un sapin de Noël, et les sources des deux côtés sont unanimes concernant des chants de Noël provenant des positions allemandes. Des trêves ont lieu le soir du 24 et le jour du 25 décembre 1914 sur le front de l’Ouest, et en 1915 des faits similaires sont rapportés aux mêmes dates. Dans certains endroits elles durent plusieurs jours, jusqu’à ce que les autorités militaires y mettent fin.

  • 8 « An historic group : British and German soldiers photographed together », 8 janvier 1915.
  • 9 Mémoires de guerre du colonel Breyding commandant le I.R. 97, campagne de Lorraine-Somme-Russie (ao (...)
  • 10 Roland Dorgelès, Je t’écris de la tranchée, Paris, Albin Michel, 2003, p. 154 et suivantes.

9Bien que les autorités militaires qualifient ces actes « d’intelligence avec l’ennemi », plusieurs milliers de soldats y prennent part, sur environ deux tiers du front germano-britannique, avec parfois une participation de soldats français et belges. Par exemple, près de la ville belge d’Ypres, les Allemands et les Britanniques se retrouvent, le jour de Noël, dans le no man’s land. À cette occasion, ils échangent des objets, de la nourriture, discourent et jouent au football. Si les presses allemande et française ne relatent pas ces faits, en revanche quelques photographies paraissent dans la presse britannique, notamment dans le Daily Mirror8. Entre Français et Allemands, les mêmes faits sont attestés, par exemple dans le témoignage du colonel Breyding : « Le jour de l’An, il s’est produit, bien à l’improviste, une fraternisation entre Français et Allemands. Les Français quittèrent alors leur tranchée, les officiers des deux belligérants vinrent se saluer simultanément sur le glacis et y échangèrent des cigarettes. »9 Roland Dorgelès, à la 3e section de mitrailleuse du 39e R.I., évoque lui aussi des trêves dans la nuit précédant Noël et pendant la journée de Noël, ainsi que la réaction de la hiérarchie militaire10.

  • 11 S. Agosto, R. Clément, H. Plote, R. Richard, « Fraternisations du front de Courcy-Brimont lors du N (...)
  • 12 Service historique de la défense, département de l’armée de terre, 25 N 52.
  • 13 Émile Morin, Lieutenant Morin : combattant de la guerre 1914-1918, Besançon, Cêtre, 2002, p. 163-16 (...)
  • 14 Joseph Tézenas du Montcel, L’heure « H » : étapes d’infanterie, 1914-1918, Paris, SNEV, 1960, p. 53 (...)
  • 15 Jean-Pierre Guéno, Paroles de poilus, Librio, 1998, p. 79 (Gustave Berthier, lettre du 28 décembre (...)

10Notons la différence de posture entre les soldats et les hauts gradés. Ces derniers sont pourtant plus éloignés du front, et donc des réalités du terrain. Pour autant, ils ne souhaitent pas se mettre à la portée des soldats, comprendre leurs motivations, et sont intransigeants vis-à-vis des trêves tacites. À l’évidence, en tant que militaires de carrière, ils estiment qu’il est de leur responsabilité, de leur devoir, que la guerre soit gagnée, que les troupes obéissent et tiennent bon. Ainsi, le général français Tassin se montre outré par ces actes qu’il qualifie de « haute trahison en temps de guerre », et l’écrit dans une lettre du 25 décembre191411. Le lieutenant-colonel Brenot, commandant le 74e R.I., consigne dans ses notes de service que le général Mangin, commandant la division, a demandé le 26 décembre 1914 de fouiller les hommes impliqués et de confisquer les éventuels appareils photographiques. En outre, le 28 décembre 1914, il propose des sanctions à l’encontre de quatre caporaux de la 9e compagnie12. Lorsque l’ordre est donné de reprendre le combat et que les soldats s’y refusent, car il y a un accord tacite de non-agression, cela peut se terminer par des corvées supplémentaires, des peines de prison, voire des conseils de guerre. Par exemple, suite à la mort du caporal Becker, Émile Morin décide de faire cesser une fraternisation13. Les rapprochements qui ont eu lieu dans le nord-ouest de Reims, lors du Noël 1914, sont caractéristiques des positions stagnantes, amorphes : des hommes qui se surveillent de tranchée à tranchée, sans véritablement s’agresser bien que le canon gronde en parallèle. Il apparaît donc bien que, dans la nuit précédant Noël et pendant la journée de Noël, même si les versions varient dans leurs présentations des faits, il y eut des trêves avec des contacts brefs, directs, voire pacifiques, entre des soldats ennemis14. À leur niveau, les officiers allemands ou français ne pouvaient donc ignorer ces relations15.

  • 16 Roland Dorgelès, Je t’écris de la tranchée, Paris, Albin Michel, 2003, p. 158 (lettre du 27 décembr (...)
  • 17 Ibid., p. 158 (lettre du 31 décembre 1914, à sa mère).

11On peut se demander pourquoi les fraternisations n’ont pas été plus nombreuses. Trois hypothèses peuvent être exposées : la crainte des sanctions militaires, le sens du devoir patriotique, mais aussi le fait qu’elles n’ont peut-être pas été toutes recensées. En effet, pour certains combattants, comme Roland Dorgelès, il s’agit là d’une trahison face aux morts et à la lutte pour la liberté. Le 27 décembre 1914, il écrit : « Je trouve cela ignoble. »16 Néanmoins, à peine quelques jours plus tard, il exprime un jugement moins catégorique dans un courrier adressé à sa mère le 31 décembre17.

  • 18 Bretagne 14-18, bulletin de liaison et d’information, « Jean-Marie Le Queau », p. 11, n° 39, décemb (...)

12Indubitablement, les fraternisations relatives aux fêtes religieuses permettent de rapprocher les soldats de leur quotidien dans la vie civile, de rester en communion avec leurs proches restés à l’arrière. Grâce à ces trêves, ils ne tombent pas dans la haine absolue, ils gardent un peu d’humanité dans cette atmosphère de guerre. Toutefois, les sentiments éprouvés dans ce contexte précis ne sont pas forcément contradictoires avec la volonté de poursuivre le conflit et de lutter contre les Allemands. La lettre du soldat Le Quéau, datée de fin décembre 1914, à la Boisselle, évoque cette situation paradoxale, où il exprime à la fois de la haine à l’égard des ennemis et de la compréhension à l’occasion de la fraternisation de Noël 191418. Même si les deux sentiments coexistent, la haine aura été temporairement refoulée.

Fraternisations dues aux conditions climatiques

  • 19 Fonds Jean-Noël Grandhomme : l’ancien combattant Jean Henry, un artilleur.
  • 20 Le Miroir, 3 janvier 1915, p. 6, titre : « La fontaine du père Horion, où Français et Allemands all (...)
  • 21 Lettre parue dans le Réveil des Côtes-du-Nord, 24 janvier 1915, cité dans Bretagne 14-18, bulletin (...)

13L’eau est fréquemment une des raisons de la trêve : les soldats en ont besoin pour assurer leurs besoins physiologiques, comme le rappelle le témoignage de Jean Henry : « On allait chercher de l’eau au même endroit que les Allemands. Chacun prenait son eau et retournait dans son coin. »19 Les soldats ne sont pas les seuls à témoigner de cet arrangement, la presse le mentionne également dans sa description des conditions de vie aux tranchées20. Inversement, dans certains secteurs, cette ressource est trop présente, trop abondante. Fréquemment, les soldats doivent conclure une trêve dans le but de pomper l’eau des tranchées, pour mieux poursuivre le conflit par la suite, comme l’énonce en toute transparence la légende de la photographie du docteur Paul Minvielle, publiée par le journal L’Illustration du 15 janvier 1916 : « Face à face après une explosion de mine. Au premier plan, un capitaine du génie qui vient diriger les travaux d’organisation du rebord français de l’entonnoir ; au fond, les Allemands ». La scène se situe au nord d’Arras, dans l’ouest de la cote 140. Avec les conditions climatiques, la nature du sol et la guerre des mines, l’entonnoir est rempli de boue. Les hommes des deux côtés ne peuvent donc se disputer cette place sans risquer de s’enliser. Une trêve s’instaure pour organiser de part et d’autre les travaux de consolidation des rebords de l’entonnoir, cependant l’article n’en fait pas mention. Pourtant, le docteur sera puni de soixante jours d’arrêts de rigueur. La lettre adressée à ses parents par un soldat breton en position en Artois, datée du dimanche 10 janvier 1915, publiée par le journal Le Réveil des Côtes-du-Nord, relate également des faits de trêves causées par l’inondation des tranchées : « Les boches sont d’ailleurs extraordinaires : si on ne tire pas dessus, ils nous laissent absolument tranquilles et des soldats qui étaient l’autre jour sur la tranchée n’ont pas essuyé une balle. »21 Ce soldat n’a pas été puni par l’armée. Néanmoins, il se peut également que cette missive ait été édulcorée par la rédaction du journal afin de ne pas être censurée.

  • 22 Voir l’article paru dans Études drômoises, concernant des soldats originaires de la Drôme, notammen (...)
  • 23 Témoignage oral de l’ancien combattant Conin retranscrit. Fonds audio de l’association Bretagne 14- (...)

14Le secteur d’Armentières connaît plusieurs fraternisations au moment de Noël 1914 entre Britanniques et Allemands, dues à la pluie et aux caractéristiques topographiques et géologiques de la Flandre : le sol argileux nuit au drainage des eaux, la boue collante envahit en permanence les tranchées et rend difficile la construction des abris souterrains. D’autres exemples doivent être cités, au moment de Noël 1915, sur le front d’Artois, entre le dimanche 26 décembre 1915 et le mercredi 5 janvier 1916 : en raison des conditions climatiques, aucun coup de feu n’est tiré et les soldats se promènent à découvert22. Au même moment, dans le secteur de Neuville-Saint-Vaast, les tranchées sont inondées, les soldats français et allemands doivent sortir et commencent à fraterniser. L’ancien combattant Conin23 nous apprend que les mauvaises conditions climatiques influent sur les combats. En effet, quand un secteur est inondé de part et d’autre, les offensives sont réduites. Ce statut quo contente ponctuellement les soldats qui vivent difficilement dans l’eau et apprécient cette tranquillité temporaire.

  • 24 Jules Isaac, Un historien dans la Grande Guerre : lettres et carnets 1914-1917, Paris, Armand Colin (...)
  • 25 Marc Ferro, op. cit., p. 166.
  • 26 Fonds privé René Richard (interview de Guillermo donnant des exemples de fraternisations : « Il y a (...)
  • 27 Lien particulier établissant des rapports fraternels du type camaraderie, confraternité, fraternité (...)

15Les conditions climatiques constituent donc un facteur d’arrangements tacites. Néanmoins, les hommes ont bien conscience qu’ils sont temporaires, en fonction du temps et/ou de la volonté des deux camps. De toute façon, ce n’est pour eux qu’un détail dans le déroulement du conflit, ils ne pensent pas que cette situation puisse engendrer la défaite. D’ailleurs, ils continuent de faire « leur métier », soit en reconstruisant leurs tranchées, soit en fortifiant et sécurisant leurs positions. Jules Isaac cite l’exemple des tranchées de la Somme, remplies d’eau, que les troupes de part et d’autre tentent d’assécher : « Par une convention tacite, on feint de s’ignorer, chacun étant suffisamment occupé à pomper pour atténuer dans la mesure du possible le bain de pied obligatoire. »24 Pour lui, il n’y a donc aucune mise en cause du devoir à accomplir, encore moins un désir, même vague, de fraternisation avec le soldat d’en face qui reste, à le lire, plus qu’un adversaire, un ennemi. Cependant, Marc Ferro apporte une nuance : « Sortir pour échapper à l’eau n’implique pas de fraterniser, pourtant cela se produit. En voyant l’Allemand recouvert de boue devant lui, le Français se voit lui-même comme dans un miroir. »25 Les soldats recourent à des accommodements en cas de nécessité, pour obtenir de l’eau ou pour éviter l’inondation. Il s’agit d’améliorer son sort avant tout. Les Allemands font de même, car ils vivent dans une situation identique. C’est pourquoi les soldats s’identifient à l’homme d’en face, à l’« homme comme nous ». Ces connivences peuvent alors s’exprimer face à l’injustice de la situation : on va vers celui qui nous ressemble dans la galère26. Dans ce cas, il ne s’agit plus seulement de trêve mais de fraternisation. En effet, fraterniser signifie faire acte de fraternité27, de sympathie ou de solidarité.

  • 28 François Lagrange, « Images de soi, images des autres : la dissymétrie Verdun/la Somme. Le combatta (...)
  • 29 Recueillies par Madeleine Bosshard, Antoine Bosshard, postface et notes de Rémy Cazals et Nicolas O (...)
  • 30 Rémy Cazals, op. cit.

16Ainsi, nous ferons nôtre la citation de l’historien François Lagrange : « Le recul de l’animosité envers l’ennemi n’apparaît pas immédiatement subversif (nous l’avons vu : ni volonté de paix immédiate, ni “fraternisation révolutionnaire”), mais il conforte le sentiment d’une certaine similitude des conditions entre adversaires, qui rend d’autant plus manifeste la durée de la guerre d’usure. »28 À l’instar du soldat Marcel Papillon29, lorsqu’il dit que les Allemands sont des « hommes comme nous », l’historien Rémy Cazals30 classe cette phrase dans la catégorie « fraternisation », de même pour les échanges avec les prisonniers. Personnellement, j’opère une distinction. Ces différences d’appréciation illustrent l’ambiguïté de la définition du mot « fraternisation » et, globalement, de la question du consentement.

Fraternisation dues à la longueur de la guerre, à l’ennui du quotidien

  • 31 L’Illustration, « Sept Allemands profitent de l’absence de tout officier dans leur tranchée de prem (...)
  • 32 L’inactivité concourt aux rapprochements des adversaires, d’après le témoignage du général De Coint (...)
  • 33 Ils se rapprochent car ils ont un destin commun, celui de combattre, et ils appartiennent à la même (...)
  • 34 Frédéric Rousseau reconnaît l’existence de l’importance de l’esprit de corps (solidarité des groupe (...)
  • 35 Marc Delfaud, op. cit., p. 157. Il évoque la fin de la trêve. Jeudi 11 mars 1915, près du village d (...)

17Le journal L’Illustration décrit, dans son numéro du samedi 15 mai 191531, la réalité de la vie aux tranchées : la longue attente de la relève, l’appréhension du combat à venir, le sentiment de l’éloignement de la fin du conflit. Certes on échange entre soldats, mais sans pour autant oublier que l’on est en guerre. Il s’agit d’une échappatoire de quelques heures, d’une situation opportuniste. Dans ce cas, l’agressivité contre les autres s’amenuise32 : leur humanité se renforce, ils ne sont plus « ces bêtes » qui vivent dans des conditions déplorables, avec des animaux nuisibles tels que les poux et les rats. Échanger avec le voisin d’en face redonne le moral car on se rend compte qu’il est traité de la même façon33, et une curiosité s’éveille vis-à-vis de ses produits, de son histoire, de sa manière de vivre34. Cependant, si cette situation perdure, la hiérarchie doit ordonner explicitement, rédiger des notes, pour demander aux hommes de ne pas flancher et de ne pas avoir une attitude familière envers les Allemands35. En effet, au-delà des fraternisations, ces trêves pouvaient générer du troc, en violation de la règle militaire, d’où le recours à de sévères punitions (blâmes, mises aux arrêts, bombardements intensifs). Les autorités militaires peuvent également recourir à la pratique des raids ou coups de main afin de rompre la trêve et démoraliser l’adversaire.

  • 36 SHD 16 N 1529.

Figure 1 : Relations de tranchées à tranchées, déclaration d’un prisonnier le 1er juin 191836

  • 37 Jules Isaac, op  cit., p. 90 (vendredi 21 mai 1915).

18Autre forme de fraternisation : les quolibets, les moqueries, les échanges oraux ou écrits avec des pancartes. Il s’agit, dans ce cas, d’un échange, voire d’un jeu. On peut aller jusqu’à l’intermède, lié à la proximité. Cela comporte toujours un risque, surtout pour celui qui fait le premier pas. Mais cela peut cesser à tout moment, à l’initiative d’un côté ou de l’autre. Il arrive même que l’on prévienne de la reprise des hostilités. Ce récit de Jules Isaac, daté du 21 mai 1915, évoque davantage les échanges dus à la proximité des lignes que les trêves : « Nos voisins de droite [...] ont échangé avec leurs vis-à-vis boches des injures et des défis. [...] Finalement, les boches ont lâché le mot de Cambronne avec un mauvais accent. Rigolade générale»37

  • 38 Émile Morin, op. cit.
  • 39 Bibliothèque du service historique de la Défense, TU 116. Christiane Paccou, Au jour le jour (14-18 (...)

19Ces échanges peuvent comporter une part de sentiment antimilitariste. Les officiers n’en sont pas dupes, c’est pourquoi la propagande véhiculée par la presse et le discours des officiers à leurs troupes ont pour but de remobiliser les soldats et limiter ces phénomènes. Ainsi, les soldats acquiescent aux trêves et marquent leur différence avec la hiérarchie, qui ne peut pas les comprendre. Les hommes n’ont pas un esprit défaitiste, antipatriotique, ils connaissent l’ennemi mais parfois prennent des libertés avec les ordres. En effet, ils vont trouver plus judicieux de « faire la paix » ponctuellement avec leurs adversaires plutôt que de tirer sans cesse. En revanche, pour les gradés, qui ne vivent pas le même sort que les soldats, aucune concession n’est possible. Pourtant, certains chefs comprennent les difficultés de la vie aux tranchées, liées aux aléas climatiques, à la peur permanente, à l’ennui face au statut quo des lignes. C’est pourquoi ils ne signalent pas toujours ces relâchements patriotiques, ces baisses de moral aussi38. D’ailleurs, les chefs connaissent parfaitement les raisons de ces rapprochements, c’est la proximité des lignes, qui facilite le dialogue39 et rend les attaques difficiles. En général, dans les témoignages de trêves, on constate que les Allemands sont toujours à l’initiative de ces rapprochements. Or, probablement, certains Français ont pu entreprendre des échanges, mais il n’en est jamais fait mention dans les rapports officiels. Aussi peut-on en conclure que la crainte de la censure ne leur a pas fait tout écrire, ou qu’ils ont voulu s’autocensurer dans le but de ne pas avouer cette faiblesse, ou par crainte que ceux de l’arrière ne comprennent pas leur comportement.

Fraternisations versus ententes tacites

  • 40 Marc Ferro, op. cit., p. 224.

20Il m’est difficile de quantifier les trêves, car ni mes sources, ni ma bibliographie ne sont exhaustives. Mais de nombreux témoignages, de gradés comme de simples soldats, ennemis et Alliés, attestent de leur existence tout au long du conflit. Ainsi, qu’ils soient cultivateurs, intellectuels, aumôniers, militaires de carrière, tous écrivent ces faits. Parfois, ils en attribuent l’initiative aux Allemands, mais ils y répondent aussi, voire les provoquent. Certes, les anciens combattants disent habituellement qu’ils étaient plus proches de l’ennemi d’en face que du civil de leur camp. Mais les rapports les mentionnent rarement, soit par méconnaissance, soit pour éviter les sanctions de la hiérarchie, car les officiers ne veulent pas s’exposer à des représailles de la part de leurs supérieurs. À cela s’ajoutent leur propre autocensure, ainsi que la crainte du contrôle postal, qui pouvait entraver l’expression de la vérité. En outre, au cours de la guerre ou après, ceux de l’arrière ne peuvent pas comprendre qu’un ennemi puisse devenir un camarade. Vis-à-vis des autres soldats, ou plus tard des anciens combattants, cela peut être considéré comme une preuve de lâcheté, voire des actes de trahison. C’est pourquoi ces faits ont été généralement minorés, et les historiens ne s’y sont intéressés que tardivement, après la découverte de nouvelles identifications40.

21En définitive, bien que ces événements aient pu paraître exceptionnels à l’échelle d’un soldat, les témoignages concordent pour démontrer qu’au niveau de l’ensemble du front et sur la durée de la guerre, ils se sont répétés selon diverses causes et contextes, comme le démontrent les citations. Ces dernières mettent en lumière l’importance de ces relations tout au long de la guerre et contredisent, au moins pendant leur durée, la forte imprégnation des poilus par la haine de l’adversaire. Sans doute les rapprochements pourraient-ils être interprétés comme la conséquence d’un désenchantement par rapport à la situation militaire, mais certaines révèlent un intérêt pour l’ennemi en tant que personne, une forme de respect pour son organisation ou la supériorité de ses tactiques.

Les ententes tacites

  • 41 Terme usité par François Lagrange, op. cit., p. 48.
  • 42 Marc Ferro, op. cit., p. 166.
  • 43 Bibliothèque du service historique de la Défense, TU 116. Christiane Paccou, Au jour le jour (14-18 (...)

22Comment pouvons-nous apprécier ces accointances entre Allemands et Français ? Quelle a été la portée de ces « armistices locaux »41, de ces ébauches de dialogues ? Ont-ils influencé les soldats ? Notons tout d’abord que certains soldats jugent le terme « entente tacite » plus approprié que celui de « fraternisation ». Marc Ferro formule nettement une distinction entre ces deux termes : « Dans certains secteurs tranquilles, on voit la tranchée ennemie, mais personne ne se montre. L’entente est tacite. […] Ailleurs, on sort à découvert et chacun travaille de son côté, sans se parler. »42 Comme l’évoque la citation du soldat H.D. : « S’ils ne nous entendent pas c’est qu’ils ne le veulent pas. »43

  • 44 Du côté allemand, l’instruction de la 5e armée, en juin 1915, préconise une activité militaire afin (...)
  • 45 Robert Hertz, Un ethnologue dans les tranchées, août 1914-avril 1915 : lettres de Robert Hertz à sa (...)

23Au cours du conflit, les chefs militaires ont conscience que l’antipathie des poilus envers leurs adversaires s’amenuise. Pour ces soldats, l’homme d’en face est dans la même situation qu’eux, dans les mêmes détresses morale et physique. Par conséquent, ils estiment que l’identification de l’ennemi doit être périodiquement renouvelée, afin de dissiper les confusions nées de la longueur du conflit. Les communiqués ont ainsi pour objet de justifier la guerre et sa poursuite, de désigner clairement l’ennemi et d’en dénoncer les responsabilités44. Malgré cela, les ennemis désignés dans les témoignages sont souvent le pouvoir politique à l’arrière, qui souhaite que la guerre dure, et la hiérarchie militaire qui peut faire prendre des risques mortels aux troupes. Dans ces cas, l’Allemand apparaît comme le « frère » qui partage et endure les misères45.

  • 46 Guy Hallé, Là-bas avec ceux qui souffrent, Garnier, 1917, p. 17 (poste de secours ravin du Bazile).
  • 47 Jean-Pierre Cotte, Julien Prigent, René Richard, Carnets de guerre et de captivité d’Élie Préauchat (...)

24D’autres, délibérément, décident de ne pas donner la mort. Chez certains, l’importance du choix de donner ou non la mort à un individu l’emporte sur l’obligation de tuer. Quand on ne tire pas, c’est qu’on est un être avisé, dépourvu de l’aveuglement de la haine. Mais cela peut aussi relever d’un calcul ou d’une stratégie ponctuelle pour se protéger. Il ne s’agit donc ni de lâcheté ni d’acte antipatriotique mais simplement, voire mutuellement, d’action de survie et de bon sens avant de reprendre les activités militaires pour lesquelles les soldats sont mobilisés46. On tire parce que c’est la guerre et que l’on continue le combat, mais en certaines circonstances on tire en évitant de tuer, de causer des dégâts, simplement pour s’assurer de sa sécurité, ou de la tranquillité d’un secteur. On note que les arrangements peuvent concerner aussi bien les heures que les visées du tir, ce qui est rendu possible par la proximité des lignes, qui permet aux hommes de constater la similitude de leurs conditions, ainsi que par la complicité entre ceux qui occupent les postes avancés des deux camps. Comme le note élie Préauchat, « l’ennemi nous voit et néanmoins ne tire pas sur nous car nous sommes très courtois les uns envers les autres. Ainsi, nous ne tirons jamais sur leur relève que nous apercevons très bien »47. De même, puisque l’adversaire n’est pas si éloigné de nous, on va respecter ses heures de repos, de corvées, de ravitaillement. Tacitement, les poilus de part et d’autre de la ligne du front évitent de tirer pour éviter des représailles, le but étant que le secteur reste tranquille afin de faciliter la vie et la cohabitation de tous.

Fraterniser, un prétexte ?

  • 48 Le Miroir, 25 avril 1915, p. 10.
  • 49 Charles Delvert, Histoire d’une compagnie Main de Massignes. Verdun. Novembre 1915-juin 1916. Journ (...)

25Il est interdit de parler à l’ennemi, d’échanger des mots ou d’y répondre par écrit, excepté quand on distribue des feuillets de propagande, dans le but de constituer des prisonniers, comme le signale en 1915 un article du journal Le Miroir intitulé « Ils font de la propagande dans les tranchées »48, ou encore le témoignage du capitaine Charles Delvert : « Un vieux numéro du Simplicissimus y est attaché. C’était tout simplement une invitation à faire “Kamarade” ! »49

  • 50 Le Miroir, le 1er octobre 1916, p. 11.

26Mais cela prouve qu’il y avait des échanges entre les deux camps, ici épistolaires, souvent favorisés par la proximité physique, comme le relève Le Miroir dans son numéro du 1er octobre 1916, en montrant une photographie de deux visages d’ennemis entre les chevaux de frise, les réseaux de fil de fer50.

  • 51 <http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/11455/19141225.jpg>., URL consultée le 31 mars 2015.

Figure 2 : Une illustration de trêve51

  • 52 SHD : 16 N 1569, propagande aérienne.
  • 53 L’Écho de Paris, vendredi 4 décembre 1914, n° 11068, p. 1, titre « Leur mentalité ».
  • 54 François Lagrange, op. cit., p. 48.
  • 55 Bien qu’il y ait l’union sacrée, les autorités militaires et politiques restent vigilantes pour évi (...)

27Peu à peu, les lancers de tracts sont abandonnés, sous prétexte qu’ils incitent aux relations de tranchée à tranchée, au profit de projectiles lançant des tracts, comme le propose la note du lieutenant-colonel, chef du bureau des services spéciaux52. Cette propagande est utilisée pour inciter l’ennemi à la cessation du combat, voire à s’allier contre d’autres forces en présence. Mais les tracts allemands n’ont pratiquement aucun impact sur les troupes françaises53. En effet, pour François Lagrange, « Chaque partie est trop absorbée par l’entretien de sa tranchée pour ne pas vouloir en plus constamment harceler l’autre»54 On peut en dire autant de la propagande organisée depuis l’Allemagne afin de promouvoir la révolution et les fraternisations, notamment celle du groupe international de Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg55.

  • 56 D’après la revue Bretagne 14-18, n° 4, p. 160.
  • 57 Ibid.
  • 58 Erich Werner, Der 102er Erlebnisberichte zur Geschichte des kgl. Sachs. 3. Infanterie Regiments n°  (...)
  • 59 « Die Tricolore vor Le Godat », p. 362-366, trad. Hermann Plote.

28On sait que de tranchée à tranchée ne s’échangeaient pas que des coups de feu et des grenades. Des insultes, des quolibets pouvaient aussi voler, même si quelquefois étaient tenus des propos plus amènes, moins haineux ou moqueurs. On se parlait sans forcément se comprendre. L’incompréhension mutuelle n’était pas seulement d’ordre linguistique. En effet, nombre de témoignages évoquent également des envois de messages écrits, parfois humoristiques, plus souvent provocateurs, porteurs d’informations militaires censées décourager l’adversaire ou l’incitant à se rendre ou à déserter. Il était courant aussi de disposer des fanions, des drapeaux avec des journaux entre les lignes56. Le 30 novembre 1914, Roland Dorgelès revient sur ce type de contacts, plus variés : « Nous plantons entre nos tranchées et les tranchées allemandes un drapeau français avec des journaux attachés à la hampe. Parfois une lettre. Un Allemand sans arme vient chercher le « courrier ». Le lendemain, ils donnent la réponse, après un drapeau qu’un Français va chercher. Et pour rendre la levée plus palpitante, on tire toujours une cinquantaine de coups de feu sur le facteur. »57 Ces échanges ne sont pas occultés dans les historiques régimentaires, comme en témoigne ce rapport allemand du major Fiedler, commandant de la 4e compagnie du IR 10258, évoquant un incident survenu en mars 1915 au Godat, sur le front de Reims-Berry-au-Bac : « Le 10 mars 1915, la 4e compagnie relevait la 10e en première ligne, à l’aile gauche du secteur du régiment, près du Godat. Relève sans histoire, sauf qu’on signalait que les Français avaient tendu un drapeau tricolore entre deux piquets. »59

  • 60 Voir Jean-Louis Beaufils, Journal d’un fantassin, campagne de France et d’Orient, août 1914-août 19 (...)
  • 61 Joseph Tezenas du Montcel, op. cit., p. 44 (31 décembre 1914, route 44, Champagne) : « Quatre obus (...)

29On agonit, on discute de tranchées à tranchées. La parole permet d’impressionner l’adversaire, de le blesser avant de le faire par les armes. Finalement, ces usages sont éphémères et sont brisés par la reprise des tirs60. Cependant, certains voient dans ces échanges, et plus encore dans les fraternisations, une feinte des Allemands permettant de repérer les lignes alliées, pouvant mettre les lignes en danger et porter atteinte à la sécurité du front61.

Trêves pour relever les morts et les blessés

  • 62 The graphic, janvier 1915.
  • 63 Félix Waag, Les deux Félix : 1914-1918 vu par un combattant d’Alsace-Lorraine, Colmar, Do Bentzinge (...)
  • 64 Louis Maufrais, J’étais médecin dans les tranchées, 2 août 1914-14 juillet 1919, À vue d’œil, Cergy (...)

30Dans un journal illustré britannique daté de janvier 1915, Émile Barraud, du 39e régiment, relata aux dessinateurs que quelques hommes de son régiment avaient accepté une trêve organisée afin d’enterrer les morts gisant entre les lignes. Cette rencontre fut d’abord teintée d’une certaine appréhension, quand les Français sortirent, la pelle à la main, alors que les Allemands apportaient des cigares. Après qu’un caporal français et un Allemand se furent serrés la main, que des saluts et des cigares furent échangés, les corps rassemblés et enterrés, les hommes regagnèrent leur tranchée en silence, et dans la soirée la canonnade reprit62. Ainsi du côté des Alliés comme de celui des ennemis63, les soldats évoquent les trêves pour relever leurs morts respectifs. Pourtant, ces relèves ne se font pas sans crainte. À tout moment, le combat peut reprendre. De plus, les ennemis sont parfois au coude à coude pour reprendre leurs morts, leurs blessés. Il peut en résulter une situation de malaise ou d’indifférence, comme le souligne le médecin Louis Maufrais, au Mort-Homme en mai 1916 : « Aucun d’eux n’est équipé, pas plus les Allemands que les Français. Les hommes se croisent, ils ne se parlent pas. […] Les Allemands comme les Français, ils sont à chercher quelque chose, des blessés, des morts, ou rien ? »64 Ici nulle haine n’est mentionnée, mais plutôt la lassitude face à longueur du conflit et ses conséquences sur le moral des troupes.

  • 65 Alain, Souvenirs de guerre, Paris, Paul Hartmann, 1937, p. 89-93 (ce philosophe est à Beaumont, dan (...)

31Notons que ces interruptions dans le déroulement de la guerre permettent de rendre le quotidien plus tenable et d’obtenir une accalmie dans les bombardements. Aussi n’expriment-elles ni défaitisme, ni antimilitarisme. Les soldats s’accommodent simplement d’un arrêt des tirs avec les Allemands, dans le but de sauver certains des leurs ou de rendre un dernier hommage à d’autres, une forme de respect via l’ensevelissement des corps. Toutefois, ces faits ne sont sans doute pas toujours relatés : toute vérité n’est pas bonne à dire, notamment à la hiérarchie qui ne peut comprendre la réalité de la vie aux tranchées. Ils peuvent avoir été cachés simplement pour éviter le jugement des responsables militaires, qui aurait pu avoir pour conséquence des sanctions ou la rupture de la trêve65.

Conclusion

  • 66 Marc Ferro, op. cit., p. 166.

32La question qui parcourt cette étude de manière sous-jacente est bien celle des limites données sur le champ de bataille aux actes de guerre et à l’obéissance militaire apprise dans la cour des casernes. Les fraternisations sont un des exemples de la fluctuation du sentiment patriotique, mais elles doivent être replacées dans leur contexte. In fine, sur toute la durée de la guerre, le consentement patriotique a perduré, bien qu’il y ait eu des périodes de fléchissement. Certes, les Français légitiment leur participation à une guerre voulue par les Allemands qui les ont attaqués. Cependant, l’essoufflement arrive dès le mois de septembre 1914, puis les cas de fraternisations de Noël 1914 expriment le désappointement de certains soldats, qui pensaient que la guerre serait terminée à la fin de l’année. Il ne s’agit pas d’un refus de la guerre, comme pour le cas des mutineries, mais d’un aménagement, d’un contournement des règles de la guerre qui remet fortement en cause le consentement. Les soldats restent patriotes, mais différemment, comme le prouvent les formes d’identification à l’autre, les ententes tacites. Dans un premier temps, il y a une trêve, une suspension des hostilités et, dans un second temps, cette cessation des combats peut aller jusqu’aux fraternisations. Comme l’exprime à juste titre Marc Ferro, « le terme “fraternisation” ne convient pas encore, même si la situation décrite est bien une suspension de la guerre : le tir sur cibles visibles n’est pas déclenché. Pour formaliser la trêve, il suffira de quelques signes, […] produits lancés, […] donnés de la main à la main, […] jusqu’à boire ensemble. »66

33Si la guerre n’avait duré que quelques mois, le sentiment anti-allemand serait resté très fort. Mais sa prolongation modifie un peu la donne. Même si le phénomène est loin d’être général, les trêves de Noël 1914 sont le signe de l’amorce d’une évolution. Avec le conflit qui dure, on tend à se découvrir une identité commune avec le soldat de la tranchée d’en face. Le sentiment de haine s’érode donc, mais il peut être relancé et s’exprimer de nouveau avec force, par exemple lorsque les Allemands emploient des armes nouvelles comme les gaz de combat. Au reste, plusieurs sentiments peuvent cohabiter en même temps chez le même soldat. La révélation d’une identité commune avec l’ennemi n’a pas toujours pour conséquence d’affaiblir le patriotisme : les soldats allemands sont peut-être des humains comme les poilus, mais ils n’ont rien à faire en France.

  • 67 Voir les lettres du soldat Sylvain Royé, jeune poète et dramaturge nantais, conservées aux archives (...)
  • 68 Par exemple, l’ancien combattant Collet (fonds audio de l’association Bretagne 14-18) qui était trè (...)

34En définitive, au début du conflit, les hommes sont davantage enclins à la violence, à la volonté de tuer, pour certains sans même avoir jamais vu l’ennemi. Cependant, après un combat, leurs sentiments peuvent devenir plus nuancés, voire contradictoires. Il y a donc une dichotomie entre la guerre perçue, rêvée, et la guerre réellement vécue, d’où la prudence et la résignation67 des témoins. Par ailleurs, le consentement n’est pas exclusivement lié au patriotisme mais à la construction de l’obéissance, comme la camaraderie ou le respect de la discipline. Or, il peut décliner avec les difficultés. D’ailleurs, à partir des années 1920, les écrits commencent à dénoncer la guerre, dont la majorité de la population ne veut plus entendre parler. Parallèlement, un très fort courant antimilitariste, appuyé sur le rejet de la guerre, apparaît chez les anciens combattants68.

Haut de page

Notes

1 Le témoignage de l’ancien combattant Corrio évoque cette situation au fort de Vaux en 1917, fonds audio de l’association Bretagne 14-18 : « On (les Allemands et les Français) allait chercher de l’eau ».

2 Rémy Cazals, « Ici les Français et les Boches parlent ensemble comme en temps de paix », dans Marc Ferro, Frères de tranchées, Paris, Éd. Perrin, 2005, p. 75-177.

3 Deux interprétations du comportement des soldats opposent les historiens. Les tenants du « consentement », Annette Becker ou Stéphane Audoin-Rouzeau, insistent sur la haine de l’ennemi comme étant une condition sine qua non à la ténacité des poilus au combat, comme un socle du sentiment national. D’autres, tels que Frédéric Rousseau ou Rémy Cazals, soutiennent que la ténacité des soldats doit davantage à l’obéissance qu’à une quelconque motivation. Sans rouvrir le débat, nous privilégions une autre approche, une troisième voie en quelque sorte, celle exposée par Jean-Yves Le Naour : « Consentir c’est aussi se résigner ». Jean-Yves Le Naour, « Le champ de bataille des historiens », paru le 10 novembre 2008, URL [www.laviedesidees.fr/le-champ-de-bataille-des.htm/].

4 En effet, la plupart des références n’évoquent que les fraternisations de Noël : Alain Barluet, « Les fraternisations de Noël », dans L’Histoire, n° 107, janvier 1988, p. 77-79, ou Marc Ferro, Frères de tranchées, Paris, Éd. Perrin, 2005, 268 p., ou encore Brown Malcom et Seaton Shirley, Christmas Truce, Londres, Pan Books, 1994, 262 p. Excepté Jean Galtier-Boissière, pour ne citer que l’exemple de cet ancien combattant, qui évoque dans son ouvrage Un hiver à Souchez, Éditions Berger-Levrault, 1917, 293 p., son propre vécu de fraternisation sur le plateau de Vimy en 1915, ainsi que dans son journal Le Crapouillot en août 1930, « Fraternisations », p. 44-48.

5 Le système du « vivre et laisser vivre » est apparu en 1980 dans le livre de Tony Ashworth, Trench warfare 1914-1918 : the live and let live system, London, Macmillan Press, 1980, 266 p.

6 SHAT 16N 1529 : contrôle de la Ve armée le 20 décembre 1917 ; contrôle du 21 novembre 1917 des 121e et 92e RI ; compte rendu du contrôle du 231e RI du 5 juin 1918 ; la note du 8 janvier 1916 adressée par le général de division De Villaret aux généraux commandant les 14e CA, RFB, 41e division, 47e division, 66e division, 129e division, 157e division, 2e et 10e divisions de cavalerie, suite aux relations avec l’ennemi ; et le témoignage d’un prisonnier allemand capturé le 1er juin 1918 dans le nord du bois de Marœuil ; voir aussi la note du général Pétain du 4 décembre 1917, etc.

7 Le pape lance un appel à la paix adressé aux dirigeants politiques les 8 septembre et 1er novembre 1914. Voir l’encyclique Ad beatissimi du 1er novembre 1914 [URL consulté le 3 avril 2015 : <http://w2.vatican.va/content/benedict-xv/fr/encyclicals/documents/hf_ben-xv_enc_01111914_ad-beatissimi-apostolorum.html>.

8 « An historic group : British and German soldiers photographed together », 8 janvier 1915.

9 Mémoires de guerre du colonel Breyding commandant le I.R. 97, campagne de Lorraine-Somme-Russie (août 1914-septembre 1915), association Bretagne 14-18, 2011, p. 89.

10 Roland Dorgelès, Je t’écris de la tranchée, Paris, Albin Michel, 2003, p. 154 et suivantes.

11 S. Agosto, R. Clément, H. Plote, R. Richard, « Fraternisations du front de Courcy-Brimont lors du Noël 1914 », Bretagne 14-18, Bulletin de liaison et d’information, 2007, n° 40, p. 6.

12 Service historique de la défense, département de l’armée de terre, 25 N 52.

13 Émile Morin, Lieutenant Morin : combattant de la guerre 1914-1918, Besançon, Cêtre, 2002, p. 163-164 : (près de Courcy en 1917) « … jouent aux cartes, lisent, écrivent. Seules leurs sentinelles sont casquées, équipées et armées. [...] Pas un coup de feu. »

14 Joseph Tézenas du Montcel, L’heure « H » : étapes d’infanterie, 1914-1918, Paris, SNEV, 1960, p. 53 (25 janvier 1915, Champagne).

15 Jean-Pierre Guéno, Paroles de poilus, Librio, 1998, p. 79 (Gustave Berthier, lettre du 28 décembre 1914).

16 Roland Dorgelès, Je t’écris de la tranchée, Paris, Albin Michel, 2003, p. 158 (lettre du 27 décembre 1914, à sa sœur Loulou et à son beau-frère officier).

17 Ibid., p. 158 (lettre du 31 décembre 1914, à sa mère).

18 Bretagne 14-18, bulletin de liaison et d’information, « Jean-Marie Le Queau », p. 11, n° 39, décembre 2006, p. 9-13. Archives provinciales des Capucins.

19 Fonds Jean-Noël Grandhomme : l’ancien combattant Jean Henry, un artilleur.

20 Le Miroir, 3 janvier 1915, p. 6, titre : « La fontaine du père Horion, où Français et Allemands allaient, tour à tour, chercher de l’eau ».

21 Lettre parue dans le Réveil des Côtes-du-Nord, 24 janvier 1915, cité dans Bretagne 14-18, bulletin de liaison et d’information, n° 56, p. 14.

22 Voir l’article paru dans Études drômoises, concernant des soldats originaires de la Drôme, notamment le témoignage du brancardier Raoul Monier, au 159e R.I.A. <http://www.etudesdromoises.com/pages/pages_revue/resumes_d_articles/fraternisations.htm>, résumé consulté le 10 janvier 2012.

23 Témoignage oral de l’ancien combattant Conin retranscrit. Fonds audio de l’association Bretagne 14-18.

24 Jules Isaac, Un historien dans la Grande Guerre : lettres et carnets 1914-1917, Paris, Armand Colin, 2004, p. 96 (16 avril 1916).

25 Marc Ferro, op. cit., p. 166.

26 Fonds privé René Richard (interview de Guillermo donnant des exemples de fraternisations : « Il y avait de l’eau chez nous comme chez eux. Il y a un endroit où on a familiarisé, le 16 avril 1917, sur les bords de l’Aisne, les territoriaux français et allemands se passaient des bouts de pain. »)

27 Lien particulier établissant des rapports fraternels du type camaraderie, confraternité, fraternité, fraternité d’armes entre compagnons d’arme.

28 François Lagrange, « Images de soi, images des autres : la dissymétrie Verdun/la Somme. Le combattant français, ses alliés, ses adversaires d’après les archives des commissions de contrôle de la correspondance de la IVe armée en 1916 », Guerres mondiales et conflits contemporains, n° 189, 1998, p. 48.

29 Recueillies par Madeleine Bosshard, Antoine Bosshard, postface et notes de Rémy Cazals et Nicolas Offenstadt, Si je reviens comme je l’espère : lettres du front et de l’arrière, 1914-1918, de Marthe, Joseph, Lucien, Marcel Papillon, Paris, Grasset, 2003, p. 82 (lettre du 30 janvier 1915 de Marcel à ses parents).

30 Rémy Cazals, op. cit.

31 L’Illustration, « Sept Allemands profitent de l’absence de tout officier dans leur tranchée de première ligne pour risquer la tête au-dessus du parapet et demander du tabac aux Français », n° 3767, p. 506.

32 L’inactivité concourt aux rapprochements des adversaires, d’après le témoignage du général De Cointet. Fonds privé Cointet conservé au château de Vincennes : 1 K 87, année 1915 : « Depuis quelque temps, l’inaction, l’ennui, le sentiment de l’impuissance des efforts consentis, la perspective d’une immobilisation interminable dans les tranchées, avaient fait naître chez les troupiers des deux partis un sentiment de rapprochement ou de commisération mutuelle. Des conversations fréquentes s’échangeaient de tranchées à tranchées. »

33 Ils se rapprochent car ils ont un destin commun, celui de combattre, et ils appartiennent à la même communauté, celle du front. Louis Barthas, op. cit., p. 67-70, « La même communauté de souffrance rapproche les cœurs, fait fondre les haines, naître la sympathie entre gens indifférents et même adversaires. Ceux qui nient cela n’entendent rien à la psychologie humaine. »

34 Frédéric Rousseau reconnaît l’existence de l’importance de l’esprit de corps (solidarité des groupes restreint ou groupe primaire de combat) renforcé par les rituels militaires. Il en résulte un sentiment de destin commun avec l’ennemi (non de la haine). Frédéric Rousseau, La guerre censurée. Une histoire des combattants européens de 14-18, Paris, Seuil, 1999, réédition, collection « Points Histoire », 2003, 465 p.

35 Marc Delfaud, op. cit., p. 157. Il évoque la fin de la trêve. Jeudi 11 mars 1915, près du village de Mandres-aux-Quatre-Tours.

36 SHD 16 N 1529.

37 Jules Isaac, op  cit., p. 90 (vendredi 21 mai 1915).

38 Émile Morin, op. cit.

39 Bibliothèque du service historique de la Défense, TU 116. Christiane Paccou, Au jour le jour (14-18). Carnet inédit d’un simple soldat du 125e RI, 402e RI, 164e RI, p. 42 (2 mars 1915).

40 Marc Ferro, op. cit., p. 224.

41 Terme usité par François Lagrange, op. cit., p. 48.

42 Marc Ferro, op. cit., p. 166.

43 Bibliothèque du service historique de la Défense, TU 116. Christiane Paccou, Au jour le jour (14-18). Carnet inédit d’un simple soldat du 125e RI, 402e RI, 164e RI, p. 185 (2 juillet 1917). Le patronyme n’est pas indiqué.

44 Du côté allemand, l’instruction de la 5e armée, en juin 1915, préconise une activité militaire afin d’entretenir des sentiments d’hostilité envers les soldats français, indiquée dans la thèse d’Anne Dumenil, Le soldat allemand de la Grande Guerre : institution militaire et expérience du combat, vol. 1, thèse sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau, Amiens, 2000, microfiche 1.

45 Robert Hertz, Un ethnologue dans les tranchées, août 1914-avril 1915 : lettres de Robert Hertz à sa femme Alice, Paris, CNRS Éditions, 2002, p. 132 (1er décembre 1914).

46 Guy Hallé, Là-bas avec ceux qui souffrent, Garnier, 1917, p. 17 (poste de secours ravin du Bazile).

47 Jean-Pierre Cotte, Julien Prigent, René Richard, Carnets de guerre et de captivité d’Élie Préauchat, soldat à la 9e compagnie du 74e R.I.T. de Saint-Brieuc, édité par l’association Bretagne 14-18, janvier 2006, p. 32.

48 Le Miroir, 25 avril 1915, p. 10.

49 Charles Delvert, Histoire d’une compagnie Main de Massignes. Verdun. Novembre 1915-juin 1916. Journal de marche, Paris, Berger-Levrault, 1920, p. 161 (ici, le dimanche 16 avril 1916).

50 Le Miroir, le 1er octobre 1916, p. 11.

51 <http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/11455/19141225.jpg>., URL consultée le 31 mars 2015.

52 SHD : 16 N 1569, propagande aérienne.

53 L’Écho de Paris, vendredi 4 décembre 1914, n° 11068, p. 1, titre « Leur mentalité ».

54 François Lagrange, op. cit., p. 48.

55 Bien qu’il y ait l’union sacrée, les autorités militaires et politiques restent vigilantes pour éviter les fraternisations internationales, l’union des prolétaires de tous les pays, comme prônées par les communistes.

56 D’après la revue Bretagne 14-18, n° 4, p. 160.

57 Ibid.

58 Erich Werner, Der 102er Erlebnisberichte zur Geschichte des kgl. Sachs. 3. Infanterie Regiments n° 102, König Ludwig III von Bayern, publication régimentaire, 1938, volume II.

59 « Die Tricolore vor Le Godat », p. 362-366, trad. Hermann Plote.

60 Voir Jean-Louis Beaufils, Journal d’un fantassin, campagne de France et d’Orient, août 1914-août 1919, Histoire de la Défense, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 108 (24 au 28 novembre 1915, Loos).

61 Joseph Tezenas du Montcel, op. cit., p. 44 (31 décembre 1914, route 44, Champagne) : « Quatre obus tombent à 30 ou 40 mètres de notre boyau, en avant ou en arrière de la route 44. Décidément nous sommes repérés et peut-être par la faute des “fraternisants” du jour de Noël. »

62 The graphic, janvier 1915.

63 Félix Waag, Les deux Félix : 1914-1918 vu par un combattant d’Alsace-Lorraine, Colmar, Do Bentzinger, 2003, p. 30 (décembre 1914, Péronne).

64 Louis Maufrais, J’étais médecin dans les tranchées, 2 août 1914-14 juillet 1919, À vue d’œil, Cergy-Pontoise, 2009, p. 324.

65 Alain, Souvenirs de guerre, Paris, Paul Hartmann, 1937, p. 89-93 (ce philosophe est à Beaumont, dans le sud-ouest de Flirey et du bois de Mort-Mare, avec une batterie de 75, en février 1915).

66 Marc Ferro, op. cit., p. 166.

67 Voir les lettres du soldat Sylvain Royé, jeune poète et dramaturge nantais, conservées aux archives départementales de Loire-Atlantique.

68 Par exemple, l’ancien combattant Collet (fonds audio de l’association Bretagne 14-18) qui était très patriote en 1914, ne le sera plus en 1918, car il avait été blessé deux fois : « Maintenant je suis presque antimilitariste ».

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Relations de tranchées à tranchées, déclaration d’un prisonnier le 1er juin 191836
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/4440/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Figure 2 : Une illustration de trêve51
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/4440/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Geslin-Ferron, « Des fluctuations du consentement patriotique à travers les trêves et les fraternisations (1914-1918) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 127 | 2015, 95-114.

Référence électronique

Anne Geslin-Ferron, « Des fluctuations du consentement patriotique à travers les trêves et les fraternisations (1914-1918) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 127 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 29 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4440

Haut de page

Auteur

Anne Geslin-Ferron

IRICE, Université de Paris IV-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page