Navigation – Plan du site
DOSSIER

Otto Klineberg (1899-1992), la psychologie appliquée à l’antiracisme, à la paix et à la compréhension internationale

Chloé Maurel
p. 75-94

Résumé

L’intellectuel canadien Otto Klineberg a toute sa vie œuvré pour la paix et la compréhension internationale au moyen de ses recherches, de ses publications, de ses cours et de ses conférences, dans lesquels, en lien avec des structures internationales comme l’Unesco, il s’est attaché à démonter les préjugés racistes et à apaiser les tensions entre groupes humains, peuples et nations. Il a mis sa discipline, la psychologie, au service de la paix et a ainsi réussi à faire le lien entre théorie et pratique, entre activité universitaire et militantisme pacifiste.

Haut de page

Texte intégral

1À l’heure où, un peu partout en Europe, la xénophobie connaît un regain inquiétant, il est pertinent de se pencher sur l’action d’un des pionniers de l’antiracisme, le Canadien puis Américain Otto Klineberg. Psychologue mais aussi versé en médecine, sociologie et anthropologie, humaniste, pacifiste, polyglotte, amateur de voyages et de rencontres avec les peuples et cultures du monde entier, mais aussi enseignant passionné, Klineberg est un personnage attachant dont l’œuvre a une portée historique. Il est intéressant justement de resituer sa vie et son action dans son contexte historique, celui des lendemains de la Seconde Guerre mondiale et de l’atmosphère d’optimisme, d’espoir en un monde pacifié que les Nations unies ont portée, celui des États-Unis de l’aube de la déségrégation raciale, celui des débuts de la mondialisation universitaire. Qu’est-ce qui, dans l’histoire personnelle de cet universitaire, l’a amené à utiliser de manière fructueuse l’interdisciplinarité pour mettre la psychologie au service de la paix ? Quels sont les facteurs qui ont poussé ce psychologue à travailler sur la question du racisme, et plus généralement sur les tensions entre groupes humains, afin de contribuer à les résoudre ? Comment a-t-il eu l’idée d’appliquer la psychologie à des usages plus politiques que ceux auxquels on l’appliquait jusque-là, et notamment à la recherche de la paix ? Par le biais de quelles structures intellectuelles internationales a-t-il pu mener à bien son projet ? Au-delà d’une simple évaluation des résultats de son action, toujours relatifs, cet article invite à une compréhension du parcours intellectuel de ce véritable citoyen du monde, de la genèse de son œuvre et des réseaux transnationaux qu’il a tissés, en se fondant sur l’étude non seulement des publications d’Otto Klineberg, mais aussi de deux écrits autobiographiques ainsi que d’archives inédites conservées à l’Unesco.

Un polyglotte et un citoyen du monde

  • 1 Texte autobiographique d’Otto Klineberg, dans Gardner Lindzey (dir.), A History of Psychology in Au (...)
  • 2 Otto Klineberg, « Réflexions d’un psychologue international d’origine canadienne », Revue internati (...)
  • 3 Otto Klineberg, « Réflexions… »

2Otto Klineberg est né au Canada, d’une famille modeste d’origine juive. Ses grands-parents avaient émigré de l’empire d’Autriche-Hongrie. Élevé avec ses sept frères et sœurs dans une atmosphère chaleureuse1, il est dès l’enfance bilingue français-anglais2. Très jeune, il se nourrit de culture française, assistant aux conférences de l’Alliance française, aux projections de films français, et à des représentations de pièces de théâtre françaises. Attaché à ce bilinguisme, il contribue à fonder, lorsqu’il est étudiant à l’université McGill de Montréal, une association rassemblant des étudiants anglophones de McGill et des étudiants francophones de l’université de Montréal, qui se réunit une semaine sur deux à McGill pour parler anglais, et l’autre semaine à l’université de Montréal pour parler français3.

  • 4 Otto Klineberg, dans Gardner Lindzey (dir.), op. cit., p. 173-174.

3Ce goût pour les langues, qui repose sur une sympathie pour les peuples et les cultures dans leur diversité, l’amènera à en apprendre plusieurs au cours de sa vie, à effectuer de nombreux voyages autour du monde, et même à résider plusieurs années dans différents pays. Il partagera cette soif de voyages avec sa femme, Selma. En 1935-1936, ayant obtenu une bourse Guggenheim, il va en Chine avec sa femme, apprend comme elle à parler et lire le chinois, et en profitera pour effectuer avec elle un tour du monde. Après avoir obtenu en 1938 la nationalité américaine, il part fin 1944 pour le Brésil, où il passera deux ans comme enseignant à l’université de Sao Paulo. Puis à l’été 1947, il voyage avec sa famille en Amérique du Sud4.

  • 5 Ibid., p. 176.

4Parmi les trois pays que depuis sa jeunesse il avait envie de découvrir, après la Chine et le Brésil, il restait l’URSS. C’est chose faite en 1960 grâce à une invitation de l’American Psychological Association. Il y retourne en 1966 et en 1967. Il apprécie les gens qu’il y rencontre, comme ses confrères les psychologues soviétiques Alexandre Louria et Leontiev, admire « les progrès faits pour élever le niveau général de vie », mais trouve l’atmosphère « trop restrictive »5. Il voyagera également en Afrique.

  • 6 Otto Klineberg dans Gardner Lindzey (dir.), op. cit., p. 177 et 180.

5Polyglotte (il parlera non seulement le français et l’anglais mais aussi le portugais, l’allemand, l’italien, l’espagnol, le chinois et le russe), Otto Klineberg apparaît comme un véritable citoyen du monde, épris de paix et de compréhension entre les peuples. Il explique que cette maîtrise des langues étrangères est motivée par un vif intérêt pour les êtres humains et les cultures dans leur diversité. Parlant de sa femme qui partage son don pour les langues et de lui-même, il affirme : « Nous nous sentons chez nous dans un grand nombre de pays différents », ce qui leur a donné « un sens d’identité internationale et humaine plus large »6.

Un fort intérêt pour l’interdisciplinarité

  • 7 Otto Klineberg, « Réflexions… »
  • 8 Otto Klineberg, dans Gardner Lindzey (dir.), op. cit., p. 163-182.

6Klineberg s’est intéressé tôt aux liens entre les disciplines. Étudiant à l’université McGill, il suit un cursus de philosophie et de psychologie, puis effectue un master à Harvard dans ces mêmes disciplines. Il étudie ensuite la médecine à McGill, dans l’intention de devenir psychiatre. Toutefois, avant d’avoir terminé ses études de médecine, il décide finalement de devenir enseignant plutôt que médecin praticien. Ainsi, après son doctorat de médecine, il va en 1925 à l’université Columbia pour y préparer un doctorat de psychologie, qu’il obtient en 1927. Il s’intéresse alors également à l’ethnographie, « convaincu qu’il était impossible d’étudier de façon satisfaisante le comportement humain si l’on ne s’intéressait pas aux cultures et aux sociétés différentes de la nôtre »7. À Columbia, il est marqué par les cours de l’anthropologue et linguiste Edward Sapir, spécialiste des Amérindiens, qu’il trouve « fascinant ». Cette découverte de l’anthropologie, qui l’amènera à fréquenter le cercle de Franz Boas, est pour lui une « révélation »8. À Columbia, il est également marqué par sa rencontre avec les psychologues Robert S. Woodworth, Albert T. Poffenberger, Edward Thorndike et Gardner Murphy.

  • 9 Otto Klineberg, « Réflexions… »
  • 10 Otto Klineberg, dans Gardner Lindzey (dir.), op. cit., p. 165.
  • 11 Otto Klineberg, « Réflexions… »

7Il s’intéresse désormais aussi bien à la psychologie et à la médecine qu’à l’anthropologie, la sociologie, la physiologie et la biologie. L’interdisciplinarité est une cause qu’il défendra toute sa vie9. Elle lui sera d’une grande utilité dans ses livres comme Race Differences et Social Psychology10. Il s’y efforcera « de considérer les problèmes comme un tout, sans [s]e laisser arrêter par un cloisonnement entre les diverses disciplines »11.

  • 12 Otto Klineberg, dans Gardner Lindzey (dir.), op. cit., p. 166-172.

8« Mon contact avec l’anthropologie m’a touché presque comme une conversion religieuse », témoignera Klineberg, marqué par sa rencontre avec Boas qui l’invite dans les soirées qu’il organise chez lui et où il fréquente Margaret Mead, de retour de Samoa. C’est le fait qu’il ait noué une intime amitié avec le cercle des étudiants et enseignants en anthropologie de Columbia qui a décidé du tournant de sa carrière. En particulier lorsqu’un doctorant en anthropologie lui propose de l’accompagner sur la côte ouest des États-Unis, où il va faire du travail de terrain en linguistique auprès des Amérindiens : Klineberg l’accompagne, a l’idée de soumettre ces Indiens à des tests psychologiques. Cela va tellement l’intéresser qu’il va changer l’orientation de sa thèse, passant de la psychopathologie à l’étude des questions raciales12.

Un pionnier de l’antiracisme

Une déconstruction des biais dans les tests d’intelligence

  • 13 Otto Klineberg, dans Gardner Lindzey (dir.), op. cit., p. 167.
  • 14 Otto Klineberg, « Réflexions… »

9Les tests qu’il fait passer aux enfants indiens yakima, en comparant les résultats avec les mêmes tests appliqués à des enfants blancs, montrent que les enfants indiens réussissent moins bien. Mais Klineberg comprend que c’est parce que les enfants indiens sont indifférents au temps qu’ils mettent pour accomplir la tâche demandée. En outre, il font moins d’erreurs que les enfants blancs13. Cela l’amène à réfléchir sur la question des supposés différences raciales dans l’intelligence, et à adopter l’idée, influencée par Boas, que les apparentes différences de performance entre groupes ethniques sont dues en fait à des différences culturelles14.

  • 15 Otto Klineberg, in Gardner Lindzey (dir.), op. cit., p. 167-168.

10Ensuite, il part en Europe où il mène des études sur le même thème, comparant les performances aux tests d’intelligence des enfants respectivement « alpins », « nordiques » et « méditerranéens ». Les résultats lui montrent qu’il n’y a pas de différence significative, contrairement à ce que pensaient d’autres psychologues à l’époque15.

  • 16 Brigham avait analysé des tests d’intelligence non verbaux subis par des soldats américains pendant (...)
  • 17 Otto Klineberg, dans Gardner Lindzey (dir.), op. cit., p. 167-168.

11Rentré aux États-Unis, il rencontre Carl C. Brigham, qui avait écrit un livre, A Study of American Intelligence (1924), concluant à l’existence de différences raciales dans l’intelligence16. Brigham lui dit qu’il renie toutes les conclusions de ce livre, et qu’il est devenu sceptique sur cette question. Klineberg est d’accord avec lui17.

  • 18 Otto Klineberg, Negro Intelligence and Selective Migration, New York, Columbia University Press, 19 (...)
  • 19 Otto Klineberg, « Réflexions… »
  • 20 Dans la même série seront publiés An American Dilemma : The Negro Problem and Modern Democracy, de (...)

12En 1935, Klineberg publie Negro Intelligence and Selective Migration. Cherchant à comprendre pourquoi les Noirs du nord des États-Unis ont de meilleurs résultats aux tests d’intelligence que ceux restés dans le Sud, il s’affirme contre l’idée que ce seraient les plus intelligents qui auraient migré, et défend plutôt l’idée que l’environnement plus favorable du Nord aide les Noirs qui s’y sont installés à mieux réussir les tests18. Son livre éveille un grand intérêt et est qualifié d’« explosif »19, car il s’inscrit en opposition avec l’idée alors communément répandue chez les psychologues qu’il y aurait des différences d’intelligence en fonction de la « race ». Il aboutit à la même conclusion dans Race Differences. À la suite de ses publications sur ce sujet, Klineberg est invité à faire des conférences sur la question à travers les États-Unis. En 1944, il publie Characteristics of the American Negro, dernier volume de la série « Negro in American Life Series » financée par la Carnegie Corporation, vaste étude supervisée par l’économiste suédois Gunnar Myrdal20. Il y réaffirme ses convictions antiracistes.

  • 21 Otto Klineberg, dans Gardner Lindzey (dir.), op. cit., p. 168-169.
  • 22 Otto Klineberg, « Réflexions… »

13En 1931, il obtient un poste de chargé de cours à Columbia. Il y restera jusqu’en 1961-1962, gravissant peu à peu les échelons jusqu’au poste de professeur, qu’il obtiendra en 195021. La question du racisme et des prétendues différences psychologiques innées entre « races » le préoccupera toute sa vie, et il se donnera pour mission de convaincre l’opinion de l’inanité de telles différences22.

Une influence politique

  • 23 Otto Klineberg, « Race Prejudice and the War », Annals of the American Academy of Political and Soc (...)
  • 24 Otto Klineberg, dans Gardner Lindzey (dir.), op. cit., p. 171-172.

14Les convictions de Klineberg vont l’amener à s’engager et à exercer une influence politique. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il s’engage contre le nazisme. Dans son article « Race Prejudice and the War », publié en 1942 alors que les États-Unis viennent de s’engager dans la guerre, il dénonce fermement l’idéologie nazie. Il observe aussi que si l’entrée en guerre a globalement renforcé la cohésion du peuple américain, elle a engendré des tensions accrues entre Blancs et Noirs, en particulier dans les industries de guerre et dans l’armée (notamment du fait de la diffusion au Nord des attitudes racistes des Blancs du Sud) et il observe l’attitude croissante de rejet envers les Japonais vivant aux États-Unis23. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Klineberg est associé à trois agences fédérales contribuant à l’action psychologique : à la Commission fédérale des communications, et à l’Office of War Information, il est chargé d’analyser le contenu des émissions de radio à la fois des Alliés et de l’Axe, notamment les émissions en allemand ; et dans le cadre de la Morale Division du US Strategic Bombing Survey, il va en Allemagne étudier le moral des Allemands par rapport aux bombardements24.

  • 25 Compte rendu de The Human Dimension in International Relations d’Otto Klineberg, par Maurice L. Far (...)
  • 26 Otto Klineberg, « 32 sociologues ont déposé contre la ségrégation », Courrier de l’Unesco, n° 6, 19 (...)

15Surtout, ses conclusions sur l’absence de différences d’intelligence entre Noirs et Blancs seront, grâce à la NAACP, citées dans une déclaration présentée à la Cour suprême des États-Unis, et influeront ainsi sur la décision de la Cour d’adopter, le 17 mai 1954, l’arrêt Brown vs Board of Education, rendant illégale la ségrégation obligatoire des enfants noirs dans les écoles25. En particulier, son observation que la ségrégation raciale pèse lourdement sur le développement personnel et intellectuel de ces enfants sera déterminante26. Ses travaux constitueront donc une contribution de poids pour le Mouvement des droits civiques et pour l’apaisement des tensions entre Noirs et Blancs aux États-Unis.

Un fort intérêt pour les relations internationales et les Peace Studies

16L’intérêt que porte Klineberg aux prétendues différences psychologiques d’origine génétique entre groupes ethniques l’amène à se préoccuper des relations intergroupes, et notamment aux stéréotypes, aux préjugés, à la discrimination. De là, Klineberg s’intéresse aux relations entre nations. « En fait, ces deux types de problèmes ne peuvent être dissociés », estime-t-il. Lors de son séjour en Chine en 1935-1936, il étudie l’expression des émotions chez les Chinois, voulant approfondir le cliché des Occidentaux sur la supposée impénétrabilité des Orientaux. Même si ses recherches doivent être interrompues par les événements politiques (les tensions entre la Chine et le Japon), il parvient à les mener assez longtemps pour conclure à des différences dans la façon d’exprimer certaines émotions entre Européens et Chinois. Séjournant ensuite en Inde et au Japon, il s’intéresse à la question du « tempérament national » ou des caractéristiques psychologiques des citoyens des différents pays. Dans la poursuite de son intérêt pour les relations internationales, Klineberg est invité en 1959 à apporter son concours au politologue norvégien Johan Galtung et à ses collègues en vue de la création de l’International Institute for Peace Research à Oslo. Cet institut sera créé l’année suivante, en 1960, suivi en 1966 par la création de l’Institut international de recherche sur la paix à Stockholm par la Suédoise Alva Myrdal. La création de ces deux centres est une illustration de l’essor du courant des Peace studies, ou recherches sur la paix, dans les années 1960, en réaction notamment à la guerre du Vietnam. Otto Klineberg apporte son soutien à ce courant.

  • 27 Otto Klineberg, Vers une meilleure compréhension internationale. L’apport contemporain de la psycho (...)

17Son intérêt pour la question des stéréotypes nationaux l’amènera à rédiger le livre Vers une meilleure compréhension internationale. L’apport contemporain de la psychologie, paru en anglais et en français en 196427. Il s’efforce d’y faire la synthèse de ce que la psychologie, l’anthropologie, la sociologie et la psychiatrie peuvent apporter à ce domaine jusque-là réservé aux historiens, économistes et politistes.

  • 28 Otto Klineberg, « Réflexions… »

18Il estime que la question, souvent débattue, de savoir si l’agressivité est innée ou acquise, est un faux problème. Pour lui, même si l’agressivité est instinctive, « elle peut s’exprimer de façons tellement variées (dans le sport, les rivalités sociales et économiques, les réalisations scientifiques, le langage) qu’aucune forme particulière d’expression, telle que la guerre, ne saurait être considérée comme inévitable »28.

  • 29 Compte rendu de ce livre par Harold Guetzkow, dans The American Journal of Psychology, vol. 77, n°  (...)
  • 30 Compte rendu de ce livre par Maurice Farber, doc. cité.

19Ce livre recueille des critiques contrastées. Si l’American Journal of Psychology critique les conclusions de l’auteur29, en revanche les Annals of the American Academy of Political and Social Science sont élogieuses, soulignant que Klineberg a « été probablement le premier psychologue américain à apprécier la signification très importante de l’anthropologie culturelle pour la psychologie », qu’il « est peut-être le psychologue américain qui a le plus l’esprit international », et que « ses jugements sont sages et équilibrés »30.

  • 31 Otto Klineberg, dans Gardner Lindzey (dir.), op. cit., p. 175.

20Mais Klineberg sera déçu par l’absence d’influence pratique de son livre : « J’avais espéré que je pourrais par là avoir une petite influence sur l’opinion publique, mais en cela je fus déçu, puisque ce livre a été lu essentiellement par des étudiants, et seulement rarement par des individus en dehors de l’université ». Toutefois il a été traduit en différentes langues, notamment en norvégien, allemand et japonais31.

  • 32 Otto Klineberg, « Réflexions… »

21En 1967, sous les auspices de l’Union internationale de psychologie scientifique, Klineberg effectue avec d’autres collègues une étude sur la formation des clichés sur les étrangers chez les jeunes enfants de dix pays (Children’s views of foreign peoples, 1967). Il y montre comment ces clichés prennent leur source dans la famille, l’école, les médias32. Ce travail est une contribution à la recherche pour favoriser la paix entre les peuples.

Une action importante dans le cadre de l’Unesco, organisation pacifiste

Coordinateur du « projet tensions »

  • 33 Sur ce projet, cf. Chloé Maurel, « Le programme d’enquêtes sociales de l’Unesco pour apaiser les «  (...)
  • 34 Marcos Chor, « UNESCO and the Study of Race Relations in Brazil : Regional or National Issue ? », L (...)

22En 1948, sur la recommandation du Carnegie Endowment for International Peace, l’Unesco recrute Klineberg pour aider à modeler son projet d’étude des situations de tensions entre groupes humains33. Ce projet vise à favoriser la paix entre les peuples. Il devient brièvement directeur du département des sciences sociales de l’Unesco, avant de contribuer à nommer à sa tête le médecin et anthropologue brésilien Arthur Ramos, antiraciste convaincu, connu pour ses recherches sur les Afro-Brésiliens et leur acculturation34.

  • 35 Otto Klineberg, États de tension et compréhension internationale, Paris, Unesco, Éditions Génin, Li (...)
  • 36 Compte rendu de ce livre par Frederic Charles Bartlett dans International Affairs, 01/1951, vol. 27 (...)
  • 37 Ibid.
  • 38 Compte rendu de ce livre par Barrington Moore Jr., dans American Sociological Review, vol. 15, n° 5 (...)
  • 39 Compte rendu de ce livre par Marcel Merle dans Revue française de sciences politiques, 1952, vol. 2 (...)

23Prenant le relais de l’action entamée par le sociologue norvégien Arvid Brodersen et le psychologue américain Hadley Cantril, il contribue au projet de l’Unesco d’étude des tensions entre groupes humains, projet qui vise à trouver des « thérapeutiques » à ces tensions pour favoriser la compréhension internationale et la paix. Cela aboutira à la publication du livre États de tension et compréhension internationale, publié en anglais en 1950 et en français en 195135. Il y fait la synthèse d’études récentes sur les tensions intergroupes et y préconise des solutions. Certaines critiques seront sévères avec cet ouvrage, lui reprochant un manque de preuves scientifiques36. Dans International Affairs, le livre est jugé « documenté » mais manquant de preuves et de résultats pratiques37. Dans American Sociological Review, le livre est jugé « essentiel » mais est critiqué pour son manque de démonstration théorique sur le fait que la guerre naîtrait de tensions au sein d’une société. Il est reproché le manque de prise en compte de la structure de la communauté internationale, notamment de la guerre froide38. En revanche, en France, Marcel Merle, faisant le compte rendu de ce livre, salue la documentation abondante et le large éventail des outils utilisés, depuis le sondage d’opinion jusqu’à la psychanalyse, en passant par l’anthropologie, la statistique, la psychiatrie, et conclut : « Des études de ce genre pourraient ouvrir la voie à des réalisations concrètes. »39

  • 40 Otto Klineberg, dans Gardner Lindzey, op. cit., p. 174-175.

24Même si Klineberg ne se fait pas d’illusions sur la capacité du « projet tensions » à réduire les tensions intergroupes, il est très intéressé par ce travail à l’Unesco, qui intensifie son intérêt pour l’enjeu de la contribution possible des sciences sociales aux affaires internationales et à la paix40.

  • 41 Qui aboutira à la publication du livre In the minds of men, Paris, Unesco, 1953.
  • 42 Qui aboutira à la publication du livre Sans chrysanthème ni sabre, Paris, Unesco, 1955.

25Klineberg travaillera à nouveau à l’Unesco de 1953 à 1955, comme directeur de la division des sciences sociales appliquées, à l’invitation de la Suédoise Alva Myrdal, alors directrice du département des sciences sociales. Il est intéressé par le travail à l’Unesco mais gêné par l’atmosphère pesante du maccarthysme, qui rend alors difficile la coopération avec les sociologues américains. Au sein de cette institution internationale, il effectue un travail de supervision, confiant des recherches à des collègues pour le « projet tensions » ou pour le programme d’étude sur la « question des races ». Ainsi, il envoie Gardner Murphy faire une étude sur les communautés en Inde41 et Jean Stoetzel faire une étude au Japon sur l’état d’esprit de la jeunesse de ce pays quelques années après la défaite japonaise42.

Klineberg, commis voyageur de l’Unesco : des conférences et des missions dans le monde entier

  • 43 Archives Unesco, dossier X07.83 KLINEBERG : rapport de mission à Genève, envoyé par Otto Klineberg (...)
  • 44 Archives Unesco, dossier X07.83 KLINEBERG : rapport de mission à Amsterdam et Londres envoyé par Ot (...)
  • 45 Archives Unesco, dossier X07.83 KLINEBERG : rapport de mission à Oslo et Stockholm envoyé par Otto (...)
  • 46 Archives Unesco, dossier X07.83 KLINEBERG : rapport de mission d’Otto Klineberg en Allemagne, 27 ju (...)
  • 47 Archives Unesco, dossier X07.83 KLINEBERG : rapport de mission à Londres envoyé par Otto Klineberg (...)

26En outre, entre 1948 et 1956, Klineberg effectue de nombreuses missions pour l’Unesco dans différents pays, afin de discuter de l’action de l’Unesco avec des spécialistes et de faire connaître celle-ci aux universitaires et au grand public. Ainsi à Genève en 1948, il discute avec Brock Chisholm, le premier directeur général de l’OMS, du projet d’études psychologiques de communautés lancé par l’Unesco, et avec le psychologue suisse Jean Piaget du « projet tensions ». Tous se montrent très intéressés et enthousiastes43. À Amsterdam en 1949, il représente l’Unesco à la Fédération mondiale de la santé mentale (FMSM). La même année à Londres, il fait connaître le « projet tensions » à la Royal Society of Medicine et à la British Psychological Society. Il observe un intérêt général pour l’Unesco44. La même année encore, il donne une conférence à Oslo devant 500 étudiants et d’autres conférences. Partout il rencontre, sans doute grâce à ses qualités d’orateur, un grand intérêt du public pour l’Unesco, mais observe en même temps une méconnaissance de l’action de cette organisation, ce qui l’amène à préconiser que l’Unesco renforce ses liens avec les universitaires du monde entier45. Il retire la même impression de ses conférences en Allemagne, où il observe un avide désir des universitaires de coopérer avec l’Unesco46, de même qu’en Angleterre47.

  • 48 Archives Unesco, dossier X07.83 KLINEBERG : rapport de mission à Rio de Klineberg au DG, 20 novembr (...)
  • 49 Rapport de mission d’Otto Klineberg au Brésil, été 1956, en ligne sur <http://unesdoc.unesco.org/images/0015/001563/156347eb.pdf>.

27Entre 1954 et 1956, il effectue des missions pour l’Unesco en Amérique latine. Il participe au Brésil aux discussions sur l’établissement d’un Centre pour les hautes études d’éducation, chargé de remodeler et d’améliorer le système éducatif brésilien. Pour préparer la création du centre, il est envisagé de dresser une « carte culturelle du Brésil », c’est-à-dire une description de la vie brésilienne par des études menées par des sociologues et des anthropologues48. En 1956, il participe avec un grand intérêt aux travaux liés à la mise en place de ce centre, et notamment à l’analyse de manuels scolaires brésiliens pour y découvrir les stéréotypes nationaux et raciaux49.

Klineberg, contributeur au programme de l’Unesco sur « la question des races »

  • 50 Ashley Montagu, auteur de Man’s Most Dangerous Myth : the Fallacy of Race (New York, Columbia Unive (...)
  • 51 Cf. Chloé Maurel, « “La question des races”. Le programme de l’Unesco », Gradhiva, Paris, Musée du (...)
  • 52 Otto Klineberg, « Réflexions… »
  • 53 Otto Klineberg « UNESCO and the Cultural Basis for Peace », Proceedings of the Academy of Political (...)

28Le programme de l’Unesco sur « la question des races », auquel contribue Klineberg de 1953 à 1955, se traduit par une déclaration sur la race, affirmant l’inanité scientifique du racisme, rédigée en grande partie par Ashley Montagu, antiraciste convaincu50, et par des études sur les différents aspects des questions raciales51. Parmi ces publications, on compte Race et histoire de Claude Lévi-Strauss, Race et civilisation de Michel Leiris, Race et biologie de Leslie Dunn (tous trois écrits en 1951), et Race et psychologie de Klineberg (1956). « À mon avis, tout l’ensemble de ce projet fut une grande réussite », estimera Klineberg52. Il observera a posteriori que le succès ou l’échec des actions entreprises par l’Unesco dépend en grande partie du climat politique international, mais estime que l’Unesco est capable sur le long terme de créer un climat d’opinion permettant d’améliorer les relations internationales. Il se montre positif sur l’action de l’Unesco, bien qu’il soit lucide sur la difficulté d’obtenir des résultats pratiques53.

Des publications importantes dans le cadre de l’Unesco

29Dans le cadre de l’Unesco, Klineberg est amené à écrire plusieurs textes importants, soit des livres en tant que tels, soit des articles publiés dans des revues liées à l’Unesco comme le Courrier de l’Unesco ou le Bulletin international des sciences sociales, soit encore des documents de travail pour l’Unesco.

  • 54 Otto Klineberg, Plan d’études de l’Unesco sur les états de tensions internationales : un appel aux (...)
  • 55 Otto Klineberg, Étude de l’UNESCO sur les communautés sociales : suggestions destinées aux enquêteu (...)

30En 1949, il rédige un plan d’études pour l’Unesco sur les états de tensions internationales, préconisant que l’Unesco, dans le cadre du « projet tensions », étudie les tensions respectivement à l’intérieur des individus, à l’intérieur des groupes et des nations, enfin entre les nations54. La même année, il précise le projet, suggérant aux enquêteurs désignés par l’Unesco d’analyser la culture des différents pays, « les influences qui prédisposent les hommes soit à la compréhension internationale, soit à un nationalisme agressif » ; « le rôle de la technique moderne dans la formation des attitudes collectives et dans les relations entre les peuples ». Il formule l’hypothèse d’un lien entre structure familiale et développement de la personnalité : « Le manque d’affection dans les rapports familiaux produit des individus qui se comportent de manière agressive à l’intérieur de leur groupe comme à l’extérieur ». « C’est au sein des familles que prennent naissance les tensions », estime-t-il, pointant le « problème de l’éducation autoritaire ». Il attribue donc les tensions essentiellement à des causes psychologiques et non pas économiques et sociales. Il ne raisonne pas en termes de classes sociales mais essentiellement psychologiques55.

  • 56 Otto Klineberg, « Les différences psychologiques entre groupes raciaux », Bulletin international de (...)

31Dans un article publié en 1950 dans le Bulletin international des sciences sociales, Klineberg souligne l’absence de preuve de différences d’intelligence innées entre groupes humains, et critique les résultats de tests qui concluent à de telles différences, montrant qu’ils sont biaisés56.

  • 57 Erik H. Erickson, « Hitler’s imagery and german youth », Psychiatry, 1942, n° 5, p. 475-493.
  • 58 Otto Klineberg, États de tension…, op. cit., p. 17-18.
  • 59 Frederick L. Schuman, The Nazi Dictatorship, New York, Knopf, 1939.
  • 60 Richard M. Brickner, Is Germany Incurable ?, Philadelphie, Éd. Lippincolt, 1943 ; et « The German P (...)
  • 61 Bertram Schaffner, Father Land, A study of Authoritarianism in the German Family, New York, Columbi (...)
  • 62 Otto Klineberg, États de tension…, p. 55, 89, 93.

32Le livre États de tension et compréhension internationale (1951) constitue une synthèse intéressante sur de nombreuses études récentes menées en vue d’appliquer la psychologie à la compréhension internationale et à la recherche de la paix. C’est en particulier à la question du nazisme que s’intéresse Klineberg. Il étudie les hypothèses formulées par plusieurs chercheurs : pour Erich Fromm, l’arrivée au pouvoir du nazisme en Allemagne s’expliquerait non seulement par la crise économique mais aussi par l’influence de la morale luthérienne et par un comportement « sacro-masochiste » des Allemands ; pour Erik H. Erikson57, l’attraction exercée par Hitler sur les Allemands s’expliquerait par le fait que la psychologie des Allemands serait celle de l’adolescent en révolte contre l’autorité paternelle58 ; selon Frederick Schuman, « la prise du pouvoir par les nazis s’expliquerait surtout par les tendances paranoïdes de la petite bourgeoisie »59 ; pour le neuropsychiatre Richard Brickner, il y aurait une paranoïa culturelle dans la nation allemande depuis plusieurs générations60 ; Bertram Schaffner a suggéré que l’attitude d’adhésion des Allemands à Hitler s’expliquerait par l’attitude de respect et de crainte (Ehrfurcht) des enfants allemands face à leur père61. Klineberg reste très prudent à l’égard de toutes ces conclusions. Il est néanmoins intéressé par ces études et par les résultats de sondages : dans une étude menée en novembre 1945 auprès de jeunes Allemands et de jeunes Américains, à la question : « quel est, selon vous, le pire de ces deux garçons ? a) celui qui tyrannise et bat les enfants plus jeunes ; b) celui qui désobéit à ses maîtres », une forte majorité d’Américains choisit a et une majorité d’Allemands choisit b, ce que Klineberg trouve significatif. Il appelle néanmoins à la prudence dans l’interprétation des sondages et souligne que les résultats dépendent beaucoup de la façon dont les questions sont formulées62.

  • 63 Ibid., p. 24-25 et 36-38.

33Klineberg s’intéresse aussi aux différences de comportement entre les nationalités, sources parfois d’incompréhension et de malentendus. Ainsi un serviteur chinois ou japonais sourit quand son maître le réprimande, ou quand il annonce une mauvaise nouvelle. Klineberg évoque aussi les travaux de Margaret Mead, qui a identifié une hostilité réciproque entre Anglais et Américains, les Anglais critiquant la « vantardise » américaine, et les Américains l’« arrogance » britannique ; il cite l’analyse intéressante qu’en a fait Gregory Bateson, estimant que cela aurait des origines dans les relations parents-enfants de ces deux pays, le père anglais « se produisant » devant ses enfants, en vue de devenir le modèle de leur comportement futur, alors qu’aux États-Unis ce serait l’enfant qui attirerait l’audience et les applaudissements de ses parents. En outre, Margaret Mead a pointé une différence de conception du monde entre Américains et Anglais : à la conception américaine d’un monde maîtrisé par l’homme s’opposerait la conception britannique d’un univers naturel auquel l’homme s’adapte63.

  • 64 Ibid., p. 44-46.

34Klineberg se montre extrêmement prudent dans les conclusions à tirer des expériences qu’il analyse, et ne tire pas de conclusions hâtives. Ainsi, le taux beaucoup plus faible de schizophrènes en Inde par rapport à l’Occident s’expliquerait selon lui par le fait que l’expérience mystique en Inde permet aux individus de s’évader de la réalité. Quant au constat que beaucoup de Yougoslaves vivant aux États-Unis violent les lois fiscales, cela s’expliquerait en fait non par une malhonnêteté innée des Yougoslaves mais par leurs traditions historiques, leur mentalité de résistance au paiement des impôts, car dans leur histoire les impôts étaient souvent levés par les conquérants qui occupaient le pays64.

  • 65 Ibid., p. 98.

35Klineberg souligne aussi que beaucoup des tests d’intelligence sont fallacieux. Ainsi, il cite un test d’intelligence effectué par Margaret Mead auprès des enfants de Samoa : ces derniers, à qui l’on demandait de tracer sur une feuille le trajet qu’ils feraient dans un champ pour retrouver une balle, ont tendance à choisir la solution la plus élégante, le tracé le plus joli, plutôt que celui considéré comme le plus efficace par les psychologues. Cela montre que les résultats aux tests sont influencés par des facteurs culturels65.

  • 66 Ibid., p. 101-102 et 113-117.

36Klineberg est intéressé par l’idée de faire passer des tests (par exemple le test de Rorschach) aux citoyens de différentes nationalités afin de déterminer d’éventuelles spécificités nationales dans la personnalité. Il préconise aussi l’étude des stéréotypes nationaux, présents dans les manuels scolaires, les films, etc., afin de les démonter66.

  • 67 Ibid., p. 151, 171, 180 et suiv.

37Dans un chapitre consacré à la modification des attitudes, il souligne le rôle de l’enseignement scolaire, de la propagande, de l’environnement, des contacts personnels. Ainsi, on observe que les étudiants blancs du nord des États-Unis qui vont faire leurs études dans le Sud reviennent en étant devenus hostiles aux Noirs, du fait de l’influence de l’environnement, plus hostile aux Noirs dans le Sud. Klineberg avance l’idée de « rééduquer » les personnes qui ont de tels stéréotypes67.

  • 68 Ibid., p. 221-234.

38Il analyse aussi le mécanisme de l’agressivité et montre, en se fondant sur des expériences, que l’agressivité d’un groupe envers les membres d’une autre nationalité augmente quand le groupe subit des frustrations68.

  • 69 Otto Klineberg, « L’étude scientifique des stéréotypes nationaux », Bulletin international des scie (...)
  • 70 Otto Klineberg, « Méfiez-vous des images toutes faites », Courrier de l’Unesco, 1955, n° 6, p. 5-8.

39Klineberg approfondit cette étude des stéréotypes nationaux dans un article publié la même année dans le Bulletin international des sciences sociales69. Il juge que ces stéréotypes, qui ne s’appuient pas sur des faits objectifs, sont une sorte de « pensée autistique » relativement indépendante de la réalité extérieure. Il souligne le rôle des stéréotypes nationaux dans le déclenchement des guerres. Il montre que les stéréotypes nationaux sont vraiment ancrés dans l’esprit des gens, comme l’illustre une expérience demandant à des étudiants d’évaluer la beauté, l’intelligence, etc. de jeunes filles d’après des photographies, sans en donner les noms, puis plus tard en donnant des noms de famille juifs, italiens, irlandais, américains aux photographies ; les réponses des étudiants varient en fonction du nom accolé à la photographie. Il souligne aussi que la présence de stéréotypes dans les journaux, les émissions radiophoniques, les films, les manuels scolaires, les revues populaires, etc., est démontrée par de nombreuses enquêtes. Klineberg met en garde contre les stéréotypes également, dans un article intitulé « Méfiez-vous des images toutes faites » publié dans le Courrier de l’Unesco en 1955. Cet article sera plusieurs fois réédité par la revue70.

  • 71 Otto Klineberg, « Face à la pensée raciste d’aujourd’hui », Courrier de l’Unesco, nov. 1971, p. 4-9 (...)

40En 1955, son essai Race et psychologie, paru dans le cadre du programme sur la question des races, lui permet de développer ses conclusions progressistes sur l’intelligence. Il montre les préjugés à l’œuvre dans les interprétations par certains chercheurs des résultats aux tests d’intelligence : lorsque les résultats d’enfants noirs à des tests d’intelligence étaient inférieurs à ceux d’enfants blancs, on concluait à l’infériorité de l’intelligence des Noirs, et lorsqu’ils étaient supérieurs, on concluait aussi à leur infériorité en arguant que leurs résultats supérieurs seraient le signe d’une évolution plus rapide due à un cerveau inférieur à ceux des Blancs. Il met en garde contre les conclusions erronées que peuvent donner les tests psychologiques, et appelle à la plus grande prudence dans l’interprétation des résultats. Il donne l’exemple de tests pratiqués sur des aborigènes d’Australie et montre que leurs faibles résultats s’expliquent en fait par leur habitude à résoudre les problèmes collectivement alors que le test était individuel. Il montre aussi que les enfants noirs américains, en passant des tests d’intelligence, réussissent parfois moins bien à cause d’un manque de confiance en eux dû à leur situation dans la société américaine (situation socio-économique inférieure et dépréciation, mépris par les Blancs) et notamment à l’école ; en revanche, les enfants noirs réussissent mieux que les Blancs aux tests d’imagination. Il montre donc que les tests d’intelligence sont biaisés par la culture71.

  • 72 Otto Klineberg, « Les causes de la violence : approche psychosociologique », dans La violence et se (...)

41Les opinions de Klineberg sont optimistes : dans un article publié dans le Courrier de l’Unesco en 1982, il affirme : « la violence n’est ni universelle, ni inévitable, ni instinctive » ; il observe que certains groupes y sont portés, d’autres non ; mais estime que cela n’est pas dû à des facteurs génétiques mais plutôt économiques, sociaux et culturels72.

  • 73 Otto Klineberg, « Culture et cultures », Courrier de l’Unesco, juillet 1982, p. 10, 11, 14-16.

42Enfin en 1982, dans un article publié dans la même revue, il reprend l’idée du psychologue Gordon Allport selon laquelle il serait bénéfique pour la compréhension internationale d’insister davantage sur les ressemblances entre groupes humains que sur les différences, et de faire une « encyclopédie des ressemblances ». Il observe le paradoxe que « les analyses les plus sympathiques et même les plus élogieuses des cultures indigènes de l’Afrique du Sud sont dues à des auteurs qui se disent partisans de la ségrégation ethnique. […] En d’autres termes, ce seraient des cultures parfaites pourvu qu’on les tienne à l’écart de la population blanche. »73

43Par toutes ses publications effectuées dans le cadre de l’Unesco, Klineberg a fortement contribué à lutter contre les préjugés et cherché à résoudre les tensions entre groupes humains.

Une action dans de nombreuses structures intellectuelles internationales

44Outre l’Unesco, et souvent par le biais de cette organisation, Klineberg a été amené à mettre en application ses recherches en psychologie et en vue de la paix, dans le cadre de plusieurs structures intellectuelles internationales, la plupart créées à l’initiative de l’Unesco.

  • 74 Otto Klineberg, dans Gardner Lindzey (dir.), op. cit., p. 176.

45À l’invitation du psychologue français Henri Piéron, Klineberg intègre le Comité international des psychologues dès 1948-1949, et l’Union internationale de la science psychologique créée en 1951. Il en deviendra le président de 1960 à 196374. Il participe aussi à la création de la Fédération mondiale pour la santé mentale (FMSM). Cela lui donne notamment l’occasion de rencontrer John R. Rees, premier président puis directeur de la fédération, et Brock Chisholm, premier DG de l’OMS, qu’il estime beaucoup. Plus tard, Klineberg présidera même la FMSM.

  • 75 Otto Klineberg, « Réflexions… »

46Par suite de son travail à l’Unesco, Klineberg sera aussi étroitement lié à une autre organisation, l’Union internationale de psychologie scientifique (UIPS). Il en sera secrétaire général de 1954 à 1960, puis président pendant trois ans. Son travail au sein de l’UIPS lui permettra de contribuer à la coopération internationale dans le domaine de la psychologie. L’UIPS financera plusieurs recherches pratiques menées par Klineberg, par exemple sur les attitudes vis-à-vis des utilisations pacifiques de l’énergie nucléaire75.

  • 76 Otto Klineberg et Jeanne Ben Brika, Étudiants du tiers-monde en Europe. Problèmes d’adaptation, une (...)

47Klineberg est aussi devenu membre du comité exécutif du Conseil international des sciences sociales (CISS). À ce poste, il prépare et publie en 1966 à la demande de l’Unesco une monographie sur les échanges universitaires internationaux, puis en 1972 l’enquête Étudiants du tiers monde en Europe. Il y observe les difficultés des étudiants étrangers à se faire des relations humaines en France, leur perception des Français comme froids et individualistes, leur impression d’être victimes de préjugés, de discrimination. Il recueille des suggestions de ces étudiants pour améliorer leur accueil en Europe : créer des clubs, augmenter les occasions de faire connaissance avec des Européens, organiser des sorties, mettre en place des invitations dans des familles, créer des associations culturelles, mieux les accueillir à l’université et augmenter le montant de leurs bourses76.

  • 77 Otto Klineberg et Heine von Alemann, International educational exchange : an assessment of its natu (...)
  • 78 Avec Marisa Zavalloni, Nationalism and tribalism among African students. A study of social identity(...)

48Enfin, Klineberg devient en 1966 fondateur et directeur du Centre international d’étude des relations entre groupes ethniques, créé cette année-là sous l’égide de la VIe section de l’École pratique des hautes études (EPHE, future EHESS) et du CISS. Dans le cadre de ce centre, il s’occupe de l’évaluation des programmes d’échanges universitaires internationaux, coordonne les études portant sur plusieurs pays, et publiera un ouvrage récapitulant cette évaluation77. Avec la directrice adjointe du centre, Marisa Zavalloni, Klineberg publie en 1969, à la demande de l’Unesco et sous les auspices du centre, une étude intitulée Nationalism and tribalism among African students78. Elle traite de l’importance relative, pour les étudiants de six pays (Éthiopie, Ouganda, Zaïre, Nigeria, Ghana et Sénégal), du sentiment national et du sentiment tribal. Il y analyse les attitudes de 850 étudiants africains. Ils sont questionnés sur la manière dont ils s’identifient à leur pays, à leur ethnie, et sur leur sentiment à l’égard des autres Africains et autres groupes humains. C’est en Éthiopie qu’on observe le moins de tensions entre les différentes ethnies, et le plus fort degré d’implication nationale, mais ce sont les habitants du Ghana qui sont le plus favorables à l’unité africaine. Au Sénégal, on observe une faible identification des habitants à leur tribu comme à leur nation, mais une forte adhésion à l’identité africaine, sans doute sous l’influence des courants de la « négritude » et du panafricanisme. L’enquête, réalisée à la veille de la guerre du Biafra, montre que les Ghanéens ont conscience des très mauvaises relations entre les ethnies de leur pays.

Un humaniste et un pacifiste

  • 79 Otto Klineberg, Vers une meilleure compréhension internationale. L’apport contemporain de la psycho (...)
  • 80 Gardner Murphy, Human Nature and the Enduring Peace, Boston, Houghton Mifflin, 1945.
  • 81 Gunnar Myrdal, « Psychological impediments to effective international cooperation », Journal of Soc (...)
  • 82 Cf. Chloé Maurel, « Le rêve d’un “gouvernement mondial” des années 1920 aux années 1950. L’exemple (...)
  • 83 Otto Klineberg, Vers une meilleure…, p. 14-16.

49Par-dessus tout, Klineberg est un humaniste et un pacifiste. Dans Vers une meilleure compréhension internationale. L’apport contemporain de la psychologie, il s’affirme persuadé que « la psychologie est une science capable de contribuer à l’amélioration des relations internationales »79. Par ses convictions, il s’inscrit dans le courant optimiste des social scientists, qui a émergé vers la fin de la Seconde Guerre mondiale : dès 1944, un groupe de psychologues américains a préparé une déclaration sur « la nature de l’homme et la paix » ; ce texte a été envoyé, pour approbation, à quelque 4 000 psychologues répartis sur l’ensemble du pays ; sur les 60 % qui ont répondu, 99 % l’ont approuvé et signé. Les psychologues ont dans cette déclaration souligné le rôle de l’éducation et de l’expérience pour surmonter les haines entre les groupes, races, nations. Klineberg partage cette préoccupation avec plusieurs de ses collègues, comme Gardner Murphy80 et Gunnar Myrdal81. Il s’intéresse à la notion de citoyenneté mondiale, en vogue au lendemain de la Seconde Guerre mondiale82. Il partage cet intérêt avec des institutions comme la FMSM, qui a publié en 1948 une brochure Mental Health and World citizenship, avec l’American Psychological Association et la Society for the Psychological Study of Social Issues83.

50Cette préoccupation pacifiste est alors dans l’air du temps. En 1949 est créé le Conseil mondial de la paix, qui lance en 1950 l’« Appel de Stockholm », exigeant l’interdiction absolue de l’arme atomique. La campagne de signatures de cet appel remporte un immense succès populaire.

  • 84 Otto Klineberg, Vers une meilleure…, p. 24-28 et 38.
  • 85 Otto Klineberg, « Réflexions… »

51Otto Klineberg a maintenu toute sa vie l’idée positive que « la guerre ne peut être imputée à un soi-disant instinct agressif », que « si l’homme a en lui des potentialités d’agressivité destructrice, il a également des tendances à l’association et à la coopération », et qu’« il n’y a rien dans la nature humaine […] qui rende la guerre inévitable ». En outre, il a démonté les préjugés racistes et a suggéré, en précurseur, que l’on cesse d’employer le mot « race » pour utiliser plutôt le terme « groupe ethnique »84. Enfin, il a toujours appelé à rejeter l’ethnocentrisme au profit d’une « perspective internationale pluriculturelle »85.

Conclusion

  • 86 Otto Klineberg, dans Gardner Lindzey (dir.), op. cit., p. 180-181.

52Klineberg a mené une vie riche d’enseignant et de chercheur. Il a consacré sa vie entière à l’application de la psychologie à la paix et à la compréhension internationale. Humaniste, citoyen du monde et bon vivant, il a tissé des liens transnationaux importants dans le milieu intellectuel, transcendant les frontières nationales et disciplinaires. S’il est resté modeste en évaluant sa propre action, ses plus grandes réussites sont d’avoir contribué à l’abolition des dispositions racistes de discrimination raciale aux États-Unis, et à la remise en cause des croyances en l’existence de différences dans l’intelligence entre les « races ». Il a fait reconnaître l’importance de l’anthropologie et de la sociologie dans la formation des psychologues sociaux, et a rendu la psychologie pertinente dans l’étude des problèmes sociaux contemporains et dans la recherche de la paix86.

Haut de page

Notes

1 Texte autobiographique d’Otto Klineberg, dans Gardner Lindzey (dir.), A History of Psychology in Autobiography, vol. VI, Harvard University, p. 161-182 ; citation p. 164 (toutes les traductions de l’anglais ont été faites par l’auteur de l’article). Je remercie Marie Caillot qui m’a donné accès à ce texte.

2 Otto Klineberg, « Réflexions d’un psychologue international d’origine canadienne », Revue internationale des sciences sociales, vol. XXV, n° 1-2, 1973, p. 40-56.

3 Otto Klineberg, « Réflexions… »

4 Otto Klineberg, dans Gardner Lindzey (dir.), op. cit., p. 173-174.

5 Ibid., p. 176.

6 Otto Klineberg dans Gardner Lindzey (dir.), op. cit., p. 177 et 180.

7 Otto Klineberg, « Réflexions… »

8 Otto Klineberg, dans Gardner Lindzey (dir.), op. cit., p. 163-182.

9 Otto Klineberg, « Réflexions… »

10 Otto Klineberg, dans Gardner Lindzey (dir.), op. cit., p. 165.

11 Otto Klineberg, « Réflexions… »

12 Otto Klineberg, dans Gardner Lindzey (dir.), op. cit., p. 166-172.

13 Otto Klineberg, dans Gardner Lindzey (dir.), op. cit., p. 167.

14 Otto Klineberg, « Réflexions… »

15 Otto Klineberg, in Gardner Lindzey (dir.), op. cit., p. 167-168.

16 Brigham avait analysé des tests d’intelligence non verbaux subis par des soldats américains pendant la Première Guerre mondiale. Ses conclusions étaient que non seulement les Blancs étaient génétiquement supérieurs aux Noirs, mais que, parmi les Blancs, ceux qui appartenaient à la « race » nordique étaient supérieurs aux Alpins et aux Méditerranéens.

17 Otto Klineberg, dans Gardner Lindzey (dir.), op. cit., p. 167-168.

18 Otto Klineberg, Negro Intelligence and Selective Migration, New York, Columbia University Press, 1935.

19 Otto Klineberg, « Réflexions… »

20 Dans la même série seront publiés An American Dilemma : The Negro Problem and Modern Democracy, de Gunnar Myrdal, et le livre de Melville Herskovits The Myth of the Negro’s past. Compte rendu de Characteristics of the American Negro d’Otto Klineberg par Carter G. Woodson dans The Journal of Negro History, vol. 29, n° 2 (avril 1944), p. 233-236.

21 Otto Klineberg, dans Gardner Lindzey (dir.), op. cit., p. 168-169.

22 Otto Klineberg, « Réflexions… »

23 Otto Klineberg, « Race Prejudice and the War », Annals of the American Academy of Political and Social Science, vol. 223, sept. 1942, p. 190-198.

24 Otto Klineberg, dans Gardner Lindzey (dir.), op. cit., p. 171-172.

25 Compte rendu de The Human Dimension in International Relations d’Otto Klineberg, par Maurice L. Farber, dans Annals of the American Academy of Political and Social Science, vol. 358, mars 1965, p. 180-181 ; et Otto Klineberg, « Réflexions… »

26 Otto Klineberg, « 32 sociologues ont déposé contre la ségrégation », Courrier de l’Unesco, n° 6, 1954.

27 Otto Klineberg, Vers une meilleure compréhension internationale. L’apport contemporain de la psychologie, Paris, Éditions internationales, 1964.

28 Otto Klineberg, « Réflexions… »

29 Compte rendu de ce livre par Harold Guetzkow, dans The American Journal of Psychology, vol. 77, n° 4 (déc.1964), p. 690-691.

30 Compte rendu de ce livre par Maurice Farber, doc. cité.

31 Otto Klineberg, dans Gardner Lindzey (dir.), op. cit., p. 175.

32 Otto Klineberg, « Réflexions… »

33 Sur ce projet, cf. Chloé Maurel, « Le programme d’enquêtes sociales de l’Unesco pour apaiser les « états de tension » dans les sociétés urbaines », dans Étranges voisins. Altérité et relations de proximité dans la ville, depuis le xviiie siècle, sous la direction de Judith Rainhorn et Didier Terrier, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 255-271.

34 Marcos Chor, « UNESCO and the Study of Race Relations in Brazil : Regional or National Issue ? », Latin American Research Review, vol. 36, n° 2 (2001), p. 118-136 et p. 122. Arthur Ramos avait écrit dès 1939 The Negro in Brazil (Washington, D.C. Associated Publishers) ; Ramos contribuera activement au programme de l’Unesco sur la question des races.

35 Otto Klineberg, États de tension et compréhension internationale, Paris, Unesco, Éditions Génin, Librairie de Médicis, 1951.

36 Compte rendu de ce livre par Frederic Charles Bartlett dans International Affairs, 01/1951, vol. 27, n° 1, p. 57-58.

37 Ibid.

38 Compte rendu de ce livre par Barrington Moore Jr., dans American Sociological Review, vol. 15, n° 5 (Oct. 1950), p. 686-687. 

39 Compte rendu de ce livre par Marcel Merle dans Revue française de sciences politiques, 1952, vol. 2, n° 4, p. 833-834.

40 Otto Klineberg, dans Gardner Lindzey, op. cit., p. 174-175.

41 Qui aboutira à la publication du livre In the minds of men, Paris, Unesco, 1953.

42 Qui aboutira à la publication du livre Sans chrysanthème ni sabre, Paris, Unesco, 1955.

43 Archives Unesco, dossier X07.83 KLINEBERG : rapport de mission à Genève, envoyé par Otto Klineberg à Arvid Brodersen, 3 novembre 1948.

44 Archives Unesco, dossier X07.83 KLINEBERG : rapport de mission à Amsterdam et Londres envoyé par Otto Klineberg à Arvid Brodersen, 19 janvier 1949.

45 Archives Unesco, dossier X07.83 KLINEBERG : rapport de mission à Oslo et Stockholm envoyé par Otto Klineberg à Arvid Brodersen, 22 mars 1949.

46 Archives Unesco, dossier X07.83 KLINEBERG : rapport de mission d’Otto Klineberg en Allemagne, 27 juillet 1949 ; rapport de mission à Heidelberg envoyé par Otto Klineberg au DG, 26 mai 1954.

47 Archives Unesco, dossier X07.83 KLINEBERG : rapport de mission à Londres envoyé par Otto Klineberg au DG, 11 décembre 1953.

48 Archives Unesco, dossier X07.83 KLINEBERG : rapport de mission à Rio de Klineberg au DG, 20 novembre 1954 ; rapport de mission à New York, Rio, Montevideo, Buenos Aires, de Klineberg au DG, 5 avril 1955 ; lettre d’Otto Klineberg à Robert O. Groves, Notes on Brazil project, 9 mars 1955.

49 Rapport de mission d’Otto Klineberg au Brésil, été 1956, en ligne sur <http://unesdoc.unesco.org/images/0015/001563/156347eb.pdf>.

50 Ashley Montagu, auteur de Man’s Most Dangerous Myth : the Fallacy of Race (New York, Columbia University Press, 1945).

51 Cf. Chloé Maurel, « “La question des races”. Le programme de l’Unesco », Gradhiva, Paris, Musée du Quai Branly, mai 2007, p. 114-131.

52 Otto Klineberg, « Réflexions… »

53 Otto Klineberg « UNESCO and the Cultural Basis for Peace », Proceedings of the Academy of Political Science, vol. 25, n° 2, United Nations : Success or Failure ? (janv. 1953), p. 55-56.

54 Otto Klineberg, Plan d’études de l’Unesco sur les états de tensions internationales : un appel aux sciences de l’homme, 1949, 15 juillet 1949 (doc. Unesco/SS/TAIU/15).

55 Otto Klineberg, Étude de l’UNESCO sur les communautés sociales : suggestions destinées aux enquêteurs, doc. Unesco/SS/TAIU/17, 30 septembre 1949.

56 Otto Klineberg, « Les différences psychologiques entre groupes raciaux », Bulletin international des sciences sociales, II, 4, 1950, p. 480-487.

57 Erik H. Erickson, « Hitler’s imagery and german youth », Psychiatry, 1942, n° 5, p. 475-493.

58 Otto Klineberg, États de tension…, op. cit., p. 17-18.

59 Frederick L. Schuman, The Nazi Dictatorship, New York, Knopf, 1939.

60 Richard M. Brickner, Is Germany Incurable ?, Philadelphie, Éd. Lippincolt, 1943 ; et « The German Paranoïal Trend », American Journal of Orthopsychiatry, n° 12, p. 611-632, 1942. Cités dans Otto Klineberg, États de tension…, p. 54.

61 Bertram Schaffner, Father Land, A study of Authoritarianism in the German Family, New York, Columbia University Press, 1948. Cité par Otto Klineberg, États de tension… , p. 56.

62 Otto Klineberg, États de tension…, p. 55, 89, 93.

63 Ibid., p. 24-25 et 36-38.

64 Ibid., p. 44-46.

65 Ibid., p. 98.

66 Ibid., p. 101-102 et 113-117.

67 Ibid., p. 151, 171, 180 et suiv.

68 Ibid., p. 221-234.

69 Otto Klineberg, « L’étude scientifique des stéréotypes nationaux », Bulletin international des sciences sociales, automne 1951, vol III, n° 3, p. 546-556.

70 Otto Klineberg, « Méfiez-vous des images toutes faites », Courrier de l’Unesco, 1955, n° 6, p. 5-8.

71 Otto Klineberg, « Face à la pensée raciste d’aujourd’hui », Courrier de l’Unesco, nov. 1971, p. 4-9, 12-13, 32 (même texte que l’essai « Race and psychology », dans Race, Science and Society, Paris, Unesco, New York, Columbia University press, 1975 (réédition révisée de The Race Question in Modern Science, Paris, Unesco, 1956, p. 173-207).

72 Otto Klineberg, « Les causes de la violence : approche psychosociologique », dans La violence et ses causes, Paris, Unesco, 1980, p. 115-129.

73 Otto Klineberg, « Culture et cultures », Courrier de l’Unesco, juillet 1982, p. 10, 11, 14-16.

74 Otto Klineberg, dans Gardner Lindzey (dir.), op. cit., p. 176.

75 Otto Klineberg, « Réflexions… »

76 Otto Klineberg et Jeanne Ben Brika, Étudiants du tiers-monde en Europe. Problèmes d’adaptation, une étude effectuée en Autriche, en France, aux Pays-Bas et en Yougoslavie, Paris, La Haye, Mouton, 1972, p. 83, 117, 194-195, 201-202, 213.

77 Otto Klineberg et Heine von Alemann, International educational exchange : an assessment of its nature and its prospects, Paris, EHESS,1976 ; Otto Klineberg, Étudiants et société : analyse comparative des attitudes estudiantines dans onze pays, Paris, Centre international d’études des relations entre groupes ethniques, 1974.

78 Avec Marisa Zavalloni, Nationalism and tribalism among African students. A study of social identity, Paris, Mouton, 1969.

79 Otto Klineberg, Vers une meilleure compréhension internationale. L’apport contemporain de la psychologie, Paris, Éditions internationales, 1964, p. 7.

80 Gardner Murphy, Human Nature and the Enduring Peace, Boston, Houghton Mifflin, 1945.

81 Gunnar Myrdal, « Psychological impediments to effective international cooperation », Journal of Social Issues, supplement series n° 6, 1952.

82 Cf. Chloé Maurel, « Le rêve d’un “gouvernement mondial” des années 1920 aux années 1950. L’exemple de l’Unesco », Histoire@Politique. Politique, culture, société, revue électronique du Centre d’histoire de Sciences-Po, n° 10, janvier 2010.

83 Otto Klineberg, Vers une meilleure…, p. 14-16.

84 Otto Klineberg, Vers une meilleure…, p. 24-28 et 38.

85 Otto Klineberg, « Réflexions… »

86 Otto Klineberg, dans Gardner Lindzey (dir.), op. cit., p. 180-181.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chloé Maurel, « Otto Klineberg (1899-1992), la psychologie appliquée à l’antiracisme, à la paix et à la compréhension internationale », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 127 | 2015, 75-94.

Référence électronique

Chloé Maurel, « Otto Klineberg (1899-1992), la psychologie appliquée à l’antiracisme, à la paix et à la compréhension internationale », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 127 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4417

Haut de page

Auteur

Chloé Maurel

Agrégée et docteure en histoire, chercheuse associée à l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (CNRS/ENS)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page