Navigation – Plan du site
DOSSIER

Pacifisme, antifascisme et anticolonialisme dans l’Égypte des années 1930 : l’expérience de la ligue pacifiste Ansâr al Sâlam

Didier Monciaud
p. 51-74

Résumé

Dans les années 1930, la montée du fascisme inquiète en Égypte, en particulier dans les milieux cosmopolites, égyptianisés et étrangers. Une « Ligue pacifiste » (LP) se met en place en 1935 et se lie au « Rassemblement universel pour la paix » (RUP). Dénommée en arabe ansâr al salâm (partisans de la paix), cette campagne établit des liens avec des personnalités politiques égyptiennes, surtout féministes et nationalistes. Une approche antifasciste marquée par le contexte colonial se cristallise. La Ligue pacifiste sert alors de matrice à la radicalisation de jeunes éduqués et de creuset pour la recomposition dans le pays d’une gauche marxiste, en particulier communiste.

Haut de page

Texte intégral

1Dans les années 1930, la montée du fascisme inquiète en Égypte. Au niveau régional, l’agression italienne de l’Abyssinie et la conquête militaire de la Libye représentent des exemples concrets de menace. Dans un tel contexte, un antifascisme apparaît, en particulier dans les milieux cosmopolites, égyptianisés et étrangers. En phase avec les développements internationaux, une « Ligue pacifiste » (LP) se met en place en 1935 et se lie au « Rassemblement universel pour la paix » (RUP). Dénommée en arabe ansâr al salâm (partisans de la paix), elle comprend surtout des jeunes éduqués cosmopolites (juifs, grecs, français, anglais…). Des contacts se créent avec des personnalités politiques égyptiennes, surtout féministes et nationalistes.

2L’objectif de cet article est de retracer l’expérience de la Ligue pacifiste, de montrer comment elle sert de matrice à la radicalisation politique de jeunes éduqués. Il s’agira d’examiner comment se développe une approche antifasciste spécifique marquée par la situation coloniale et l’appartenance de ses principaux animateurs aux milieux cosmopolites. On montrera aussi comment cette campagne pacifiste, véritable matrice, participe du renouveau de la gauche marxiste dans l’Égypte des années 1930.

  • 1 Remerciements à Youssef Darwiche, Marcel Israel, Mustafa Safouan, Katerina Trimi Kirou, Abu Seif Yo (...)

3On présentera d’abord les dimensions générales, internationales, régionales et locales du contexte politique égyptien des années 1930, dans lequel cette expérience prend racine. Les éléments fondateurs de la Ligue pacifiste seront ensuite examinés avant d’aborder ses interventions sur la scène politique égyptienne. Enfin, on s’intéressera à cette expérience d’antifascisme pour comprendre comment elle participe de manière décisive de la radicalisation politique de jeunes éduqués cosmopolites et de la renaissance de groupes de gauche dans le cadre d’une Égypte sous domination coloniale1.

Dimensions d’un contexte

Périls fascistes et antifascisme

  • 2 Voir Bruno Groppo, « L’antifascisme dans la culture politique communiste », dans Jean Vigreux et Se (...)
  • 3 Voir Jocelyne Prézeau, « Le mouvement Amsterdam-Pleyel (1932-1934). Un champ d’essai du front uniqu (...)
  • 4 Roger Martelli, « Une introduction à l’année 1934. Le PCF, l’Internationale et la France », Cahiers (...)

4Face à la montée des fascismes et des périls, l’élaboration stratégique de la gauche communiste2 associe, non sans complication, antifascisme et lutte pour la paix. À partir de 1932 s’amorce une évolution du mouvement « Amsterdam-Pleyel »3, initiative d’Henri Barbusse et de Romain Rolland. Lors du VIIe congrès de l’Internationale communiste en 1935, Dimitrov présente la nouvelle orientation antifasciste et unitaire qui, en fait, est expérimentée depuis 19344 en France. Cette approche repose sur la défense de la démocratie parlementaire et la recherche d’une alliance large contre le fascisme.

  • 5 Serge Wolikow, « Le Front populaire comme orientation stratégique du mouvement communiste », Cahier (...)
  • 6 Voir Rachel Mazuy, « Le Rassemblement universel pour la paix (1935-1939) : une organisation de mass (...)
  • 7 Jacques Droz, Histoire de l’antifascisme en Europe, 1923-1939, Paris, La Découverte, 2001, p. 231.

5La démarche antifasciste de rassemblement connaît une « seconde impulsion »5 (1936-1937) avec le « Rassemblement universel pour la paix » (RUP)6. Ses principales personnalités publiques sont Pierre Cot, figure du parti radical français, et le Britannique Lord Cecil, responsable politique conservateur et diplomate, cofondateur de la SDN et animateur du mouvement pacifiste « Ligue des nations unies » (LNU), qui incarne « un antifascisme conservateur7 ». Le kominternien Louis Dolivet est sa cheville ouvrière.

  • 8 Alain Dugrand et Frédéric Laurent, Willy Muzenberg, artiste en révolution (1889-1940), Paris, Fayar (...)

6Se situant sur le terrain de la sécurité collective, le RUP prône le « renforcement de l’institution genevoise, un retour aux principes d’arbitrages des conflits potentiels, à la préservation de la sécurité collective et à l’élaboration d’un traité international contraignant de limitation des armements8 ». Le grand moment du RUP est, en septembre 1936, un immense rassemblement international à Bruxelles.

Perceptions cosmopolites locales des enjeux internationaux, régionaux et nationaux

  • 9 Georges-Philippou Pierides, Memories and stories from Egypt, Cyprus, Diaspora Books, 1992, p. 83.
  • 10 Lawrence Pratt, East of Malta, West of Suez : britain’s mediterranean crisis, 1936-1939, Cambridge, (...)
  • 11 Claudio G. Segré, « Liberal and fascist Italy in the Middle East, 1919-1939 : the elusive white sta (...)

7En Égypte, la montée des périls a un réel impact sur les milieux étrangers9. Les développements du mouvement Amsterdam-Pleyel sont suivis, de même que la formation des Fronts populaires. Dans les années 1930, le contexte régional et ses dimensions stratégiques favorisent une évolution de l’orientation politique coloniale envers la question égyptienne. La puissance coloniale est confrontée à une contestation croissante et une détérioration de sa puissance militaire10. Outre la pénétration italienne en Lybie, l’agression en Abyssinie représente une seconde menace directe11. De plus, l’Italie développe une vigoureuse propagande en Méditerranée et dans le monde arabe. En Égypte, le fascisme est présent au sein de la communauté italienne avec des groupes fascistes apparaissant publiquement.

  • 12 H. A. R Gibb, « The Situation in Egypt », International Affairs, mai 1936, p. 351.
  • 13 Israel Gershoni et James Jankowski, Confronting Fascism in Egypt. Dictatorship versus Democracy in (...)

8La sympathie en Égypte pour l’Éthiopie12, victime d’une agression européenne, est importante. La question comporte en outre des aspects particuliers, comme les eaux du Nil et l’Église copte d’Éthiopie. Le rejet du fascisme et du nazisme est profond. De nombreux intellectuels et les principales forces politiques, notamment le Wafd, perçoivent très tôt cette menace13. Néanmoins, le fascisme et les expériences autoritaires peuvent apparaître comme une alternative à la monarchie parlementaire en crise. Vues d’un pays sous-développé, ses « réalisations » économiques peuvent aussi faire illusion. Une fascination peut ainsi exister. Dans un contexte de domination coloniale, cette posture est renforcée par la logique selon laquelle « l’ennemi de mon ennemi est mon ami ».

9La politique égyptienne connaît plusieurs changements. Le traité de 1936 met formellement fin à la domination britannique, à l’exception de la région du canal. Les blocages sociaux accentuent le ressentiment. Les années 1930 voient aussi s’affirmer un intérêt plus marqué pour les questions sociales, ainsi que le début d’une certaine désillusion envers l’expérience libérale et le régime de monarchie parlementaire. Le devenir de l’Égypte cosmopolite marquée par des privilèges et des exclusions sociales commence à se poser. La demande d’égyptianisation de l’économie et de l’éducation s’affirme, ainsi que la dénonciation du régime des Capitulations. Ces différents éléments affectent tout particulièrement les nouveaux éduqués confrontés à un système social relativement bloqué. Certaines sensibilités nationalistes comme Misr al Fatat (Jeune Égypte) ou les Frères musulmans, fascinées par l’exemple fasciste, s’affirment et défendent un nationalisme radical aux accents xénophobes. L’Italie de Mussolini incarne aussi des méthodes autoritaires et des interventions musclées. Cette dimension s’exprime avec les groupes paramilitaires animés par Jeune Égypte, les Frères musulmans ou même le Wafd.

  • 14 ‘Ādil ‘asan Ghunaym (éd.), Mawsūat Mir wa-al qaīya al Filasīnīya 1917-1952, Le Caire, al Maglis (...)
  • 15 James Jankowski, « Egyptian Responses to the Palestine Problem in the Interwar Period », Internatio (...)

10L’intérêt croissant pour la Palestine14 renforce l’inquiétude des communautés juives. Certaines analyses ne font pas de distinction entre le judaïsme et le projet sioniste15. Une hostilité envers les juifs, y compris d’Égypte, progresse sous différentes formes : appel au boycottage des juifs égyptiens, slogans antijuifs, écrits antisionistes à la tonalité antijuive, voire des cas de violences et des menaces personnelles. Le changement global de période a donc un substantiel impact sur les milieux étrangers, cosmopolites et minoritaires.

D’un activisme pacifiste à la formation de la section égyptienne du RUP

  • 16 Gilles Perrault, Un homme à part, Paris, Barrault, 1984, p. 89.
  • 17 Témoignage in Rifa’at al Sa’id, Al yasar al masri 1925-1940, (1972), in Tarîkh al haraka al chuyu’i (...)
  • 18 Georges-Philippou Pierides, op. cit., p. 84.
  • 19 Georges-Philippou Pierides, op. cit., p. 83.

11La Ligue pacifiste d’Égypte repose sur trois pôles distincts, avec ses sections d’Alexandrie, du Caire et de Port Sa’îd, sans oublier une mouvance aussi vaste que diversifiée, avec groupes de jeunes, cercles culturels, réseaux féministes, associations culturelles et sportives, syndicats… L’initiative de sa création revient à un ressortissant suisse, Paul Jacot-Descombes, déjà « en liaison avec le mouvement Amsterdam-Pleyel »16. Après un séjour d’étude en Allemagne où il devient communiste, il rentre en Égypte en 1932. Son père l’envoie à Assouan sur un projet électrique. Son premier contact avec les paysans et les ouvriers égyptiens reste une expérience décisive17. Mais l’arrivée d’Hitler au pouvoir l’oblige à rester. Il milite avec un groupe communiste grec issu de l’expérience du premier PCE, avant de rompre avec eux. Avec quelques proches, il envisage la création d’un club politique légal. Un contact est établi avec le Rassemblement universel pour la paix. Selon Georges-Philippou Pierides, « des personnes progressistes en Égypte, impressionnées par ce mouvement, fondèrent l’association pour la paix »18. La communauté grecque est particulièrement concernée avec la dictature de Metaxas19.

  • 20 Bulletin des ligues pacifistes d’Égypte, n° 5, septembre 1935.
  • 21 « Vouloir la paix », Bulletin des ligues pacifistes d’Égypte, n° 9-10, janvier-février 1936.
  • 22 « Commentaires », Bulletin des ligues pacifistes d’Égypte, n° 9-10, janvier-février 1936.
  • 23 Au service de la paix, op. cit., p. 5-6.

12Les objectifs sont d’« assurer la résistance à la guerre en toute circonstance » et de « s’opposer, par la propagande, à tous préparatifs de guerre »20. L’orientation du RUP réclame le renforcement de la SDN, le retour au principe d’arbitrage des conflits, la préservation de la sécurité collective et la limitation des armements. « Il ne suffit pas de désirer la paix ; il faut la vouloir âprement, il faut arriver à refuser, fût-il au péril de sa vie, de servir d’instrument à des assassinats collectifs »21. Les « intrigues impérialistes » portées par « quelques puissances guerrières »22 sont dénoncées, de même que les injustices et la colonisation23.

  • 24 « Commentaires », Bulletin des ligues pacifistes d’Égypte, n° 9-10, janvier février 1936.
  • 25 Au service de la paix, op. cit.
  • 26 Bulletin des ligues pacifistes d’Égypte, n° 9-10, janvier-février 1936.
  • 27 Au service de la paix, op. cit., p. 2 et 4-5.

13Un soutien critique est exprimé envers une SDN jugée faible. Ce « dernier rempart contre la guerre » doit être renforcé par l’action, car l’enjeu est de « libérer un jour l’humanité du fléau de la guerre et voir triompher la civilisation humaine sur la barbarie impérialiste »24. Les sanctions sont la meilleure arme mais elles ne sont pas appliquées25. Le vote de sanctions par la SDN contre l’Italie est mis en avant, de même que les actions des dockers, « les débardeurs », refusant d’acheminer le matériel de guerre italien en Grande-Bretagne, France, Suède, Norvège, Belgique, Pays-Bas, Afrique du Sud et en Égypte26. Le caractère international de son action est mis en avant, par exemple, dans sa brochure de 193827. L’initiative de Bruxelles y occupe une place de choix. On y trouve une photo du congrès de Bruxelles et un message de Lord Cecil, ainsi que l’appel pour un congrès mondial.

Les différentes composantes

  • 28 Au service de la paix, op. cit., p. 14-15.
  • 29 Au service de la paix, op. cit., p. 41.

14La branche alexandrine représente la matrice de la Ligue pacifique d’Égypte. La « doyenne des organisations pacifistes d’Égypte » est créée le 4 avril 1935, lors d’une réunion qui rassemble une dizaine de personnes « dans le but de mobiliser l’opinion publique et d’organiser la propagande contre les préparatifs de guerre »28. Elle dispose d’un siège au centre-ville. La cotisation est au minimum de deux piastres par mois29, une somme conséquente à l’époque.

  • 30 Au service de la paix, op. cit., p. 16.
  • 31 Bulletin des ligues pacifistes d’Égypte, n° 5, septembre 1935.

15Dans la capitale, en août 1935, « quelques jeunes sans grands moyens »30fondent la « Ligue du Caire », dont la première AG a lieu le 13 septembre devant une centaine de personnes31. Paul Jacot, secrétaire de la LPA, explique l’expérience d’Alexandrie. L’avocat Morchid Amin intervient en arabe, ainsi que « Mlle Ceza Nabaroui, secrétaire de l’Union féministe égyptienne déléguée par madame Charawi Pacha » et deux autres orateurs. Le CE de onze membres élus comprend « Égyptiens et Français ». Son siège est au centre-ville.

  • 32 Bulletin des ligues pacifistes d’Égypte, n° 11, mars 1936.
  • 33 Au service de la paix, op. cit., p. 17.

16La section de Port Sa’îd est la branche du groupe anglais Ligue des nations unies. Des résidents britanniques lancent un Comité international pour la défense de la paix à Port Sa’îd le 12 novembre 1935. Le 18 février 1936, M. Kingsford, secrétaire de la section de Port Sa’îd de la LNU, contacte par courrier la LP, exprimant « le désir de ce groupement de collaborer avec les ligues pacifistes d’Égypte »32. Cela débute par l’envoi de 50 exemplaires de la brochure Protection contre les attaques aériennes. Ses objectifs sont d’éduquer en faveur de la SDN et de mobiliser l’opinion publique. Elle regroupe « une centaine de membres recrutés principalement dans les milieux anglais et égyptiens de la ville »33. Les cotisations sont adressées à Londres.

  • 34 Daniel Lançon, « Fortune et infortune du champ littéraire au Caire », dans Irène Fenoglio, Marc Kob (...)
  • 35 Entretien Édouard Lévy, Paris, avril 1994.
  • 36 Alexandrian, Georges Henein, Paris, Seghers, 1981, p. 15.
  • 37 Pascal Roux, « Un effort (1928-1936) : l’égyptianité dans une revue francophone de la transition po (...)
  • 38 Alexandrian, op. cit., p. 12.
  • 39 Gudrun Kramer, The Jews in Modern Egypt, 1914-1952, Londres, I.B. Tauris, 1989, p 175.
  • 40 Georges Henein, Œuvres. Poésies, récits, essais et articles, Paris, Denoël, 2006.

17Les Essayistes, club culturel francophone fondé à la fin des années 1920 et « l’un des plus importants de l’avant-garde au Caire »34, participent à cette action. Ses membres sont surtout des juifs, des Syriens et quelques Égyptiens « autochtones », dont beaucoup ne connaissent pas l’arabe35. Outre des conférences culturelles et des soirées36, ils animent le mensuel Un Effort37, lancé vers 1928 et qui se veut « la seule revue désintéressée et le centre de l’idée libre »38. Gudrun Kramer l’intègre dans « l’activisme de gauche » marxiste39. Cette affirmation est inexacte. Toutefois, un grand nombre de ses membres rejoindront ultérieurement les mouvances de gauche. Ainsi, George Heinen, future figure du surréalisme et de la poésie francophone, y joue un rôle croissant. En 1933 ou 1934, il est de retour au Caire après un séjour à Paris où il s’est radicalisé à gauche. En février 1935, il affirme sa proximité avec le surréalisme40. Développant une posture hostile au stalinisme, il évolue vers le trotskisme, mais conserve une place dans la « bonne société » francophone et cosmopolite.

LICA et LISCRA

  • 41 Maurice Mizrahi, L’Égypte et ses juifs. Le temps révolu xixe et xxe siècles, Lausanne, s.e., 1977, (...)
  • 42 Gudrun Kramer, op. cit., p. 129-30.
  • 43 R. al Sa’id, (1972), op. cit., p. 663.
  • 44 Jacques Hassoun, Histoire des juifs du Nil, Paris, Minerve, 1990, p. 163.
  • 45 Michael M. Laskier, The Jews of Egypt, 1920-1970 : in the Midst of Zionism, Antisemitism and the Mi (...)
  • 46 Maurice Mizrahi, L’Égypte et ses juifs, op. cit., p. 104-105.
  • 47 Gudrun Kramer, op. cit., p. 131.
  • 48 Michael M. Laskier, op. cit., p. 61-63.

18La Ligue contre l’antisémitisme allemand (LICA) apparaît en mars 1933 « sous l’impulsion de Léon Castro »41 et « à l’instigation des loges maçonniques »42, notamment la B’nai B’rith, organisation d’aide juive. Son fondateur, l’avocat Léon Castro, est l’ami du principal dirigeant nationaliste égyptien Sa’d Zaghloul. Il est aussi un sioniste actif43. Ses autres responsables sont Jacques Maleh, directeur du journal L’Aurore, Raphael Sakkal, un homme d’affaires, et l’avocat wafdiste Félix Benzaken de Tanta44. Affiliée depuis l’été 193345 à la LICA internationale, elle regroupe essentiellement des militants juifs. Son dirigeant « jeune » la définit comme une « lutte défensive des juifs » dont les principales activités sont les campagnes de presse et le boycott46. Sa section « jeune », la Ligue internationale scolaire contre l’antisémitisme allemand, créée en septembre 1933, regrouperait 650 jeunes lycéens47. Deux épisodes marquent son histoire48. En 1933, un partisan nazi publie en Égypte une brochure « sur la question juive en Allemagne ». Umberto Jabbès, soutenu par LICA et le B’nai B’rith, lui intente alors un procès devant les tribunaux mixtes, mais il est débouté en janvier 1934. En 1933, l’ambassade allemande avait poursuivi Maurice Fargeon en diffamation pour sa brochure Le tyran moderne : Hitler, et obtenu sa condamnation.

Importante dimension féministe

  • 49 Amal al Sobky, Al haraka al nisa’iya fî misr bayna mâ al thawrat bayna 1919 wa 1952, Le Caire, GEBO (...)
  • 50 Margot Badran, Feminists, Islam and nation. Gender and the making of modern Egypt, Le Caire, AUC Pr (...)
  • 51 Amal al Sobky, op. cit.
  • 52 Margot Badran, op. cit., p. 225.
  • 53 « Éditorial », Femmes d’Égypte, novembre 1938.
  • 54 Femmes d’Égypte, novembre 1938.

19En Égypte, l’établissement de liens avec les mouvements de femmes internationaux est une dimension importante et ancienne49. Cela concerne la question égyptienne ou la Palestine, avec le recours à l’opinion publique internationale et à des instances comme la SDN50. Les activités pacifistes et antifascistes des féministes égyptiennes existent avant même l’épisode du RUP51. Plusieurs groupes de femmes participent à la section égyptienne du RUP. Deux branches d’organisations féminines internationales sont créées autour de la militante féministe Fatma Ne’mat Rachid et de Jeanne Marques, sœur de la romancière pacifiste Marcelle Capy et dynamique journaliste francophone progressiste. En 1935 est lancée une section égyptienne de la « Ligue internationale des mères et des éducatrices pour la paix ». Comprenant surtout des membres de l’UFE, elle cherche à promouvoir un « pacifisme maternel » pour l’inculquer aux enfants52. La Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté (LIFPL), qui défend une approche d’arbitrage et d’action en faveur de solutions pacifiques, est créée en Égypte. Son bulletin, Femmes d’Égypte, s’adresse « à toutes les femmes d’Égypte, sans distinction de religion ou de nationalité »53. Il est très modeste : sept pages dactylographiées et agrafées dont une en langue arabe54. Tout en conservant leur autonomie, ces groupes rejoignent la Ligue pacifiste. Signe de leur étroite proximité, ils possèdent les mêmes adresses que les sections de la Ligue pacifiste.

Les autres groupes membres

  • 55 Au service de la paix, op. cit., p. 20.

20D’autres structures se lient à la Ligue pacifiste, notamment à l’occasion du congrès de Bruxelles55 : la commission de la Bourse des valeurs du Caire, l’Union dodécanésienne d’Égypte, les Jeunesses dodécanésiennes d’Égypte, le Milon sport club d’Alexandrie, le club sportif « Amis du plein air » d’Alexandrie, le cercle Navasart du Caire, le cercle judéo-espagnol… Le cercle Navasart est arménien. Le terme « dodécanésien » évoque l’archipel autour de Rhodes. Il faut également citer le Syndicat international des employés de commerce d’Égypte et le Syndicat des ouvriers de la compagnie des eaux du Caire, qui regroupent surtout des salariés étrangers.

Adhérents et actifs

  • 56 Témoignage, Rifa’at al Sa’id, (1972), op. cit., p. 684.
  • 57 Témoignage, Rifa’at al Sa’id, (1972), op. cit., p. 670.
  • 58 Sayyid ‘Achmâwî, Al yûnânîûn fî misr 1805-1956, Le Caire, Dâr al ‘Eîn, 1997, p. 151-62.
  • 59 Témoignage, Rifa’at al Sa’id, (1972), op. cit., p. 671.
  • 60 Témoignage, Rifa’at al Sa’id, (1972), op. cit., p. 684.
  • 61 Mustafa Safouan dans Méditerranéennes, n° 8-9, automne 1996, p. 367.
  • 62 Courriel de Mustafa Safouan, février 2009.

21En l’absence d’archives, il est difficile de connaître les effectifs de la Ligue pacifiste. À partir des documents et des témoignages, elle apparaît comme une petite structure dynamique qui dispose de plusieurs dizaines de membres actifs dans chaque ville, avec quelques centaines de proches. Laconique, Dina Forti parle de « chiffres pas mal » (lâ ba’s)56. Ses principaux animateurs sont « à la base des Grecs, des juifs, des Anglais (la plupart des enseignants) » 57. On retrouve donc surtout des étrangers et des cosmopolites, le rôle des éléments grecs et chypriotes est essentiel58. Mentionnons Theodosis Pierides : employé aux tribunaux mixtes, cet écrivain et poète communiste sera expulsé en 1946. Yanni Hadjiandria, futur célèbre auteur de la trilogie romanesque Cités à la dérive, publiée sous le nom de Strati Tsirkas, en est également un membre actif. Les plus déterminés, mais aussi les plus connus, sont de futurs militants de la gauche marxiste : outre Jacot-Descombes, citons Rafael Douek, Jacques Toubi, Sami Hanouka, Raoul Curiel, Raymond Aghion, Youssef Darwich, Georges Heinen, Marcel Israel59à Alexandrie, Dina Forti, militante marxiste depuis 1938, mentionne60 aussi Cazes, Dora Stollia, l’avocat Lisso Hazan, Sadeq Sa’d. L’enseignante Anna Kaninko est l’animatrice du groupe. Citons encore Mustafa Safouan, fils du religieux musulman Safouan Abu Taleb et dirigeant du premier PC égyptien, qui est alors un lycéen proche de la LP : « Il y avait des Égyptiens de gauche, on travaillait avec des éléments pour la plupart juifs. On se rencontrait dans un club qui s’appelait le Club pacifiste. »61 Il mentionne enfin les sœurs Céline et Eqbal Hasîn et leur frère Félix62. Céline Hasîn partira en Angleterre après la guerre et son mariage avec un soldat britannique communiste. Eqbal Hasîn militera dans la gauche communiste et épousera l’un de ses dirigeants, Youssef Darwiche.

  • 63 Témoignage in Rifa’at al Sa’id, (1972), op. cit., p. 670.
  • 64 Témoignage in Rifa’at al Sa’id, (1972), op. cit., p. 663.

22La Ligue établit aussi des liens avec quelques figures politiques égyptiennes63. à Alexandrie, le cheikh Safouan Abou Taleb, vétéran de gauche, assiste aux réunions64. Édouard Lévy évoque des figures féministes comme Hoda Sha’arawi et Esther Fahmy Wassef. Youssef Darwiche mentionne le juriste musulman ‘Abdel Râzeq al Sanhoury, le prince ‘Abbâs Halim ou le député wafdiste ‘Abdel Fattah al Tawil. On a trouvé aussi les noms d’Ahmed Morsy Badr, Farid Guirgious, Hassan Sorour ou du cheikh Mustafa Abdel Razeq. À Port Sa’îd, les adhérents proviennent essentiellement de la communauté britannique, de l’élite et des classes moyennes.

Initiatives et activités

23La Ligue pacifiste développe une activité riche et variée, qui prend la forme d’activités politiques et culturelles avec des débats, des réunions, la publication de brochures, de bulletins et d’autres initiatives. À Alexandrie, le 12 mai 1935, un débat au siège de la YMCA aborde la question du désarmement. En novembre 1935, une réunion doit commémorer l’armistice de 1918 avec plusieurs personnalités égyptiennes et étrangères, mais les autorités demandent son report en raison des tensions. En juin 1936, un meeting en faveur de la paix et de la SDN est retransmis par la radio égyptienne. Des réunions de discussion plus réduites sont aussi organisées. Une femme médecin, A. Panayotatou, parle à la Chambre hellénique des « narcotiques ». H. Félix, « agrégé de philosophie », traite « l’idée de paix et l’enseignement ». Le père Athanase, de l’Église orthodoxe, aborde un sujet d’ordre spirituel sur la civilisation contemporaine. L’avocat F. Farès, chef interprète de la municipalité d’Alexandrie, débat en arabe des voies pour la paix. C. Hamdi fait deux conférences sur l’antisémitisme et le conflit sino-japonais.

  • 65 Au service de la paix, op. cit., p. 39.
  • 66 Bulletin des ligues pacifistes d’Égypte, n° 5, septembre 1935.

24La question d’Abyssinie occupe une place importante. « Nul n’ignore que, depuis quelque temps, des menaces d’agression pèsent sur l’Éthiopie. »65 Un grand meeting a lieu le 5 août 1935 à Alexandrie avec, parmi les orateurs, Esther Fahmy Wissa, Ahmed Morsy Badr Bey et D. Hayton. Des résolutions sont votées à main levée et adressées à la SDN, au chef du gouvernement égyptien et aux représentants diplomatiques de l’Abyssinie et de l’Italie. « Nous admettons seulement des sanctions qui n’impliquent pas l’emploi de la force militaire et nous sommes en faveur d’actions économiques et de la résistance passive. »66 Le 25 octobre 1935, un grand meeting est organisé avec l’Union féministe en faveur de la paix et contre l’agression italienne, où interviennent les figures féministes Hoda Cha’araoui et Ceza Nabaraoui, un éthiopien, Sereke Berham Guebrezghui, et un avocat égyptien nommé Amin.

  • 67 Au service de la paix, op. cit., p. 42.
  • 68 Georges-Philippou Pierides, op. cit., p. 85-87.

25Dans une réunion le 10 décembre s’expriment, au théâtre Mo’assat, les députés Farid Guirguis et Hassan Sourour, les avocats J. Harari Franco et A. El Azouni, conseiller juridique de syndicats ouvriers, Esther Fahmi Bey Wissa, présidente de la LIFPL, un représentant lycéen, une figure grecque, S. Calliarécos, Shah-Kuo-Chen, président de la mission chinoise auprès de l’Al Azhar, et un étudiant égyptien en droit. Des fascistes italiens jettent des boules puantes et scandent un chant fasciste, le service d’ordre les expulse67. Au Caire, Marinetti, figure du futurisme devenu pro-fasciste, qui visite l’Égypte en provenance d’Abyssinie, défend la guerre lors d’une conférence à l’université américaine et se déclare favorable aux conquêtes italiennes. La Ligue pacifiste réagit avec une contre-conférence de Georges Henein. Marinetti tente sans succès de perturber cette initiative avec des nervis68. Outre les meetings, des réunions plus réduites sont aussi organisées, par exemple en novembre 1937 dans la salle de l’UFE.

  • 69 Au service de la paix, op. cit., p. 19 et 32.
  • 70 Au service de la paix, op. cit., p. 30. Nous n’avons pas trouvé ces timbres.
  • 71 Sayyid ‘Achmâwî, op. cit., p. 152.
  • 72 Rassemblement universel pour la paix, Congrès universel pour la paix, Bruxelles 3,4,5,6 septembre1 (...)
  • 73 Margot Badran, op. cit., p. 226.
  • 74 Congrès universel pour la paix, op. cit., p. 14.
  • 75 Congrès universel pour la paix, op. cit., p. 14.

26L’intervention dans le champ politique égyptien prend la forme de diffusion de différents tracts sur des questions générales69. En décembre 1937, un appel est tiré à 3 000 exemplaires. Un autre tract intitulé « Pour la paix, pour la collaboration internationale, pour la SDN renforcée » est imprimé à 5 000 exemplaires. Citons encore d’autres actions : des « auditions phonographiques commentées » ; une exposition permanente de photos, de gravures et d’affiches présentées dans les locaux de la Ligue et des écoles de la ville ; une émission de timbres pacifistes70 ; une circulaire adressée aux directeurs d’écoles à propos du 11 novembre. Un service d’information est constitué pour diffuser des nouvelles et des documents à la presse égyptienne. Un bulletin mensuel est créé. La version, officiellement en français et en arabe, est tirée à 500 exemplaires sur 16 pages. Un bulletin en langue grecque de 32 pages est publié à 1 000 exemplaires. La version française est modeste mais semble assez régulière. À partir des rares exemplaires conservés, nous pouvons proposer les éléments clés de son profil : suivi de l’actualité et des développements internationaux, dimensions locales, actions, formation, culture… Initiative originale, des bulletins parlés bimensuels sont produits à partir de décembre 1937. Divers orateurs abordent la question des gaz asphyxiants, le plan Tanaka, le mouvement pacifiste en Égypte. Les dépêches du RUP Genève sont ensuite lues. En septembre 1936, un immense rassemblement international est organisé par le RUP à Bruxelles, au palais du Centenaria et au stade du Heysel. 4 900 délégués représentent 33 pays. La participation à cette initiative représente un des moments phares de la section égyptienne. La délégation est choisie par le comité national qui comprend le dirigeant wafdiste Abdel Fattah al Tawil, Moustafa Abdel Razeq, universitaire et musulman libéral, les féministes Esther Fahmy Wissa et Fatma Ne’ma Rached, l’avocat de la LICA, Félix Benzakhen. La délégation égyptienne, placée sous la présidence d’Esther Fahmy Wissa, comprend officiellement Naima al Ayoubi, Georges Henein, Mlle Marquès et M. Whittleton. Selon un ouvrage du RUP, la « grosse délégation égyptienne »71 est composée de la féministe Esther Fahmy Wissa, de la première diplômée égyptienne en droit Naima El-Ayoubi et du poète Georges Henein72. Margot Badran affirme, à tort, qu’Hoda Chaaraoui participe à ce congrès73. Une déclaration est lue par « la déléguée d’Égypte », Esther Fahmy Wissa74. Selon le RUP, « la délégation égyptienne représente des organisations comptant 12 000 membres actifs, mais l’unanimité des 17 millions d’Égyptiens aime la paix »75, une audace en ce qui concerne les effectifs !

  • 76 Au service de la paix, op. cit., p. 19.
  • 77 Au service de la paix, op. cit., p. 31-32.
  • 78 Au service de la paix, op. cit., p. 33.
  • 79 Témoignage, Rifa’at al Sa’id, (1972), op. cit., p. 684.
  • 80 Marcel Cesare, Awrâq monâdil itâlî fî misr, Le Caire, Dâr al ‘Âlam al Thâleth, 2003, p. 142.

27Puis la Ligue s’investit dans un important travail sur la guerre d’Espagne, avec des réunions, des communiqués et des tracts76. En janvier 1937, un manifeste signé par neuf organisations est diffusé77. Un numéro spécial du bulletin de la Ligue pacifiste est produit en juillet 193778. Le 22 juillet, une réunion se tient au Caire avec plusieurs orateurs et une collecte d’argent « en faveur des femmes et des enfants d’Espagne ». À Alexandrie, le 18 juillet 1937, la République est célébrée en présence du consul espagnol. Plusieurs orateurs dénoncent le fascisme et la félonie de Franco, les massacres de civils innocents sont évoqués. Au Caire, une fête de solidarité avec les républicains est organisée au cinéma Miami. L’un des grands films antifascistes des années 1930, Blockhead (le blocus), du réalisateur allemand William Dieterle, avec Henry Fonda, y est diffusé. Après des prises de parole, des fonds sont récoltés. L’activité comprend aussi la collecte de vêtements, de médicaments ou d’aide financière pour une école espagnole79. L’envoi des volontaires dans les Brigades internationales est un moment évoqué80, sans se matérialiser.

  • 81 Au service de la paix, op. cit., p. 19.
  • 82 Dina Forti, Rifa’at al Sa’id, 1972, op. cit., p. 684.

28En 1937, la Chine est envahie par le Japon. Des tracts sont diffusés81, des exposés sont organisés « pour appuyer la guerre patriotique en Chine »82. Lors d’une réunion à Alexandrie le 15 décembre 1937, intervient Sha Kuo Chen, président de la mission éducatrice chinoise à Al Azhar.

  • 83 Au service de la paix, op. cit., p. 33.
  • 84 Au service de la paix, op. cit., p. 34.

29À Port Sa’îd, les activités concernent surtout les milieux anglophones. Des « conférences/causeries »83 sont animées. En janvier 1937, la section de la LNU débat de « la charte de la SDN et l’œuvre humanitaire accomplie par cette dernière » au Peace Memorial Hall. Ce même mois, une réunion est organisée au Welcome Hotel avec la Young Women Christian Association et le club espérantiste. En février 1937, un meeting au siège de la YWCA aborde la question coloniale. En octobre, M. Beattie fait une « causerie sur la Chine »84. Lors du passage du vice-président de la LNU, deux grandes réunions sont préparées, plusieurs représentations théâtrales en anglais sont données.

30Différents tracts et résolutions sont diffusés. Une des principales activités consiste à distribuer du matériel pacifiste en direction des personnels portuaires et maritimes. En juin, une résolution se félicite de l’adhésion de l’Égypte à la SDN et évoque la proposition de création d’une « ligue égyptienne pour la SDN ». Le programme de la « Semaine de la paix » est établi en mai 1937 avec plus de vingt organisations. Il comprend une messe spéciale, un sermon pacifiste, un concert de musique, une exposition contre la guerre, des défilés et plusieurs manifestations réservées à la jeunesse.

Activités spécifiques des femmes

  • 85 Femmes d’Égypte, novembre 1938.

31Les femmes occupent une place spécifique dans le pacifisme égyptien. La section égyptienne de la LIFPL est active, notamment à Alexandrie, avec la diffusion d’appels et l’organisation de conférences. La section cairote intervient aussi. La LIFPL regroupe des femmes investies dans l’UFE de Hoda Chaarawi. Toutefois, cette participation reste autonome. Ainsi, l’UFE participe au congrès de Bruxelles du RUP en son nom propre. Les groupes de femmes multiplient les interventions auprès de la SDN à propos de l’Espagne, de Munich, ou de la Chine, sans oublier la dénonciation du fascisme et la promotion des actions pacifistes mondiales85.

Activités spécifiques des jeunes éduqués

  • 86 « Appel aux jeunes », Bulletin des ligues pacifistes d’Égypte, n° 11, mars 1936.
  • 87 Bulletin des ligues pacifistes d’Égypte, n° 11, mars 1936.

32Une section scolaire s’adresse aux élèves des écoles, notamment francophones86. Une réunion de jeunes rassemble « une quarantaine d’étudiants des différentes écoles »87, ce qui traduit l’écho mais aussi les limites de son potentiel. Par ailleurs, la LICA/LISCRA conserve ses propres activités, collaborant aux initiatives de la Ligue pacifiste.

Autres formes d’intervention

  • 88 Bulletin des ligues pacifistes d’Égypte, n° 5, septembre 1935.
  • 89 Bulletin des ligues pacifistes d’Égypte, n° 9-10, janvier-février 1936.
  • 90 Bulletin des ligues pacifistes d’Égypte, n° 5, septembre 1935.
  • 91 Bulletin des ligues pacifistes d’Égypte, n° 9-10, janvier-février 1936.

33D’autres activités sont proposées. Un concours de la LP d’Alexandrie du « meilleur essai inédit », en « n’importe quelle langue », est lancé sur « les causes de la guerre et les moyens de les prévenir »88. Une série de brochures a été publiée, dont une intitulée Protection contre les attaques aériennes89. La LPA dispose d’un local ouvert tous les jours sauf le dimanche90. Sa bibliothèque91 propose des ouvrages et des brochures, surtout en anglais et en français, de groupes et penseurs pacifistes européens, américains et soviétiques.

La section d’Égypte et la question nationale égyptienne

  • 92 Au service de la paix, op. cit., p. 1.
  • 93 Au service de la paix, op. cit., p. 34.

34La Ligue pacifiste intervient aussi sur des problèmes politiques égyptiennes et sur la question nationale. Lutte pour la paix et combat pour l’indépendance de l’Égypte se retrouvent donc associés. Ce registre traduit une volonté d’ancrer le mouvement dans son environnement égyptien. On retrouve cet aspect dans la brochure de 1938, avec la reproduction d’un article de 1910 évoquant l’association pour la paix générale dans la vallée du Nil92. Ce rapport d’activité de la Ligue évoque cette dimension de manière hyperbolique : « Sa tâche principale était la lutte pour l’indépendance de l’Égypte. Pendant de long mois, la plus grande partie des efforts des pacifistes d’Égypte fut consacrée à la poursuite de ce but, car on ne pouvait concevoir une paix qui ne soit fondée sur l’indépendance de toutes les nations »93.

  • 94 Au service de la paix, op. cit., p. 36.
  • 95 Bulletin des ligues pacifistes d’Égypte, n° 9-10, janvier-février 1936.

35Dès janvier 1936, une motion en faveur de l’entrée de l’Égypte à la SDN est diffusée. En juin 1936, des réunions demandent l’indépendance de l’Égypte et son entrée à la SDN94. Le traité de 1936, qui signifie la reconnaissance de l’indépendance et l’entrée du pays à la SDN, est une occasion d’apparition pour la Ligue95.

  • 96 Au service de la paix, op. cit., p. 34.

36Lors du transfert de la dépouille de Saad Zaghloul en juin 1936, le RUP défile dans les rues du Caire. « Cette participation officielle revêtait le sens d’un hommage rendu par la section d’Égypte du RUP au grand champion de l’indépendance égyptienne. »96

  • 97 Au service de la paix, op. cit., p. 37.

37L’intervention d’Esther Fahmy Wissa au congrès de Bruxelles fait la fierté de la section égyptienne, car elle représente « l’honneur de parler, pour la première fois dans un congrès universel, au nom d’une Égypte libre et indépendante »97.

  • 98 Au service de la paix, op. cit., p. 36.
  • 99 Au service de la paix, op. cit., p. 32.
  • 100 Au service de la paix, op. cit., p. 38.
  • 101 Marcel Israel, Esquisse historique du mouvement communiste égyptien, s.e., 1953, p. 11.
  • 102 Au service de la paix, op. cit., p. 32 et 38.
  • 103 Témoignage, ‘Asem al Dessouqi (éd.), op. cit., vol. 2, p. 221.

38Une déclaration en arabe, rédigée avec Paul Jacot-Descombes, est consacrée à l’occupation et à l’indépendance. Les Capitulations, « atteinte flagrante à la souveraineté de l’Égypte »98, sont aussi dénoncées. En février 1937, un tract en arabe imprimé à 10 000 exemplaires réclame « l’abolition des capitulations jugées incompatibles avec l’indépendance de l’Égypte et la dignité de son peuple »99. Avant l’ouverture de la conférence de Montreux, qui va négocier l’abolition des capitulations et la suppression des tribunaux mixtes, une campagne de presse est lancée. Durant la conférence, en avril-mai 1937, un télégramme d’appui est envoyé au président de la délégation égyptienne100. Au Caire, une dizaine de conférences en arabe et en français sont organisées. Avec l’abolition du régime capitulaire, un tract en français et en arabe, signé de la Ligue pacifiste du Caire, « saluait au nom des étrangers démocrates d’Égypte la fin des capitulations et assurait le peuple égyptien de l’amitié des étrangers »101. Lors du retour de Montreux des négociateurs égyptiens102, un manifeste salue « l’entrée de l’Égypte à la SDN » et se termine par « Vive l’égalité des peuples – Vive la SDN renforcée – Vive la collaboration internationale – Vive la paix ! ». Enfin, la Ligue pacifiste et son principal dirigeant, Paul Jacot-Descombes, jouent un rôle décisif dans l’organisation d’une rencontre entre Nehru et le dirigeant wafdiste Mustafa al Nahhâs103.

Antisionisme et Palestine

  • 104 Témoignage, ‘Asem al Dessouqi (éd.), op. cit., vol. 2, p. 221.
  • 105 Entretien, Youssef Darwiche, Le Caire, 2004.
  • 106 Bulletin des ligues pacifistes d’Égypte, n° 11, mars 1936.

39La Ligue pacifiste se positionne aussi sur un sujet particulier : la Palestine et le sionisme. Considérant ce courant politique comme une forme de racisme, elle affirme son soutien à la cause palestinienne104. Lors de la visite au Caire d’une délégation de la SDN, deux de ses jeunes membres, Raymond Doueik et Youssef Darwiche, rendent visite aux délégués à l’hôtel Shepard pour exprimer leur dénonciation du sionisme et des projets de partition de la Palestine. Ultérieurement, les deux militants rencontrent les dirigeants palestiniens Moussa al Khalidi et Ahmed al Husseiny, et expriment la solidarité de la Ligue pacifiste. Leurs discussions ont lieu à l’hôtel Continental. Un texte dénonce l’immigration juive en Palestine et les projets de partition, des tracts similaires en arabe sont distribués dans la capitale105. Pour autant, les postures antisionistes ne semblent pas partagées par tous au sein de la Ligue. Des jeunes, notamment autour de la LICA, sont favorables au sionisme. Ce pluralisme apparaît lors de la visite en Égypte de l’avocat Sassia Erlich, en provenance de Palestine. Dans le bulletin de la LPA, il indique que sionisme et pacifisme sont convergents, sauf pour une infime minorité qui prône « la création d’un État juif militariste »106.

De l’antifascisme à l’anticolonialisme : radicalisation de cosmopolites

Milieux cosmopolites et question nationale en Égypte

  • 107 Robert Solé, L’Égypte, passion française, Paris, Seuil, 1997, p. 312.
  • 108 Frédéric Abécassis, « Approches d’un champ, l’enseignement étranger en Égypte, 1921-1952 », Égypte- (...)
  • 109 Jean-Jacques Luthi, Lire la presse d’expression française en Égypte, 1798-2008, Paris, L’Harmattan, (...)
  • 110 Irène Fenoglio, « L’activité culturelle francophone au Caire durant l’entre-deux-guerres », dans D’ (...)

40Depuis les projets de développement de Mohammad Ali et de sa dynastie, l’Égypte attire de nombreux ressortissants ottomans et des étrangers (grecs, italiens, arméniens, juifs, français, belges, britanniques notamment). Le cosmopolitisme qui se met en place exprime d’abord le besoin d’accès à la culture européenne par les groupes sociaux aisés et l’État national égyptien. La langue française devient la lingua franca des classes supérieures, des minorités et des étrangers107. Cet espace cosmopolite se construit au travers de différentes structures (écoles, presse, clubs), le système scolaire étant au cœur de cet ensemble108. Une presse riche se développe avec des titres influents109. Les dynamiques culturelles sont riches et innovantes110.

  • 111 Frédéric Abecassis, « Alexandrie, 1929. Réflexions sur le cosmopolitisme à l’école française », Cah (...)
  • 112 Voir Robert Ilbert, Ilios Yannakakis, Jacques Hassoun (dir.), Alexandrie, 1860-1960, Paris, Édition (...)

41Loin d’un melting pot, cet espace repose sur une « cohabitation intercommunautaire »111 avec une juxtaposition de groupes qui entretiennent des relations, des échanges et des liens. Alexandrie112 comprend le plus grand nombre d’étrangers (environ un quart de la population totale), dont la majorité apparaît peu ou de manière périphérique dans les représentations dominantes. Le colonialisme et la question nationale sont ignorés ou sous-estimés. Les rapports sociaux, marqués par des « éléments de clôture » selon l’expression de Katerina Trimi, concernent aussi les juifs, les Arméniens ou les Italiens. Il conviendrait de distinguer les histoires, les enracinements et les trajectoires.

  • 113 Joel Beinin, The Dispersion of Egyptian Jewry : Culture, Politics, and the Formation of a Modern Di (...)
  • 114 Mourad El-Kodsi, The Karaite Jews of Egypt, 1882–1986, Lyons, NY, Wilprint, 1987.
  • 115 Selma Botman, Oppositional politics in Egypt : the communist movement 1936-1954, thèse de doctorat, (...)

42Les juifs d’Égypte113 occupent une place particulière. Ils sont environ 100 000 au milieu du xxe siècle, même si le recensement de 1947 indique 65 639 individus. Suivant les estimations de Joel Beinin, 40 % d’entre eux sont apatrides, 25 % ont une nationalité européenne et 35 % possèdent la nationalité égyptienne. Il n’existe pas une seule mais différentes communautés juives. À côté d’une très ancienne communauté juive autochtone composée d’une grande majorité de juifs rabbiniques et d’un petit groupe de caraïtes arabophones114, on trouve des sépharades et des ashkénazes, présents principalement au Caire et à Alexandrie. L’hétérogénéité prédomine, qu’elle soit sociale, linguistique, religieuse ou culturelle. Que de différences entre les pauvres arabophones du quartier Harat al Yahoud, les membres des classes moyennes et ceux de la haute bourgeoisie ! La culture et l’éducation européennes communes aux classes moyennes et supérieures font des éduqués des éléments « à la fois d’Égypte et du monde extérieur à l’Égypte. »115

Radicalisation de cosmopolites francophones

  • 116 Entretien, Paris, 1993.
  • 117 Témoignage, Sa’d al Tawîl (éd.), Al agânib fî al haraka al chuîî’îa al misrîa hatta ‘âm 1965, Le Ca (...)
  • 118 Moustapha Safouan, « Une ville joyeuse », Méditerranéennes, n° 8-9, automne 1996, p. 397.

43Ce milieu cosmopolite est confronté à la montée des périls et aux transformations politiques. De nombreux jeunes éduqués se politisent à gauche et passent à l’action. La Ligue pacifiste leur offre une première expérience d’activité militante. Cette strate est alors polarisée par l’exemple européen, éducatif, culturel et même politique. Les références, en particulier celles en provenance de France, sont immédiates et influentes en raison des liens et des échanges. Raymond Aghion évoque l’inspiration procurée par des périodiques français comme Marianne ou Vendredi116. Marcel Israel se procure des livres et des périodiques marxistes à la librairie Hachette117. Né en 1921 à Alexandrie, Mustafa Safouan se rappelle avec nostalgie ses lectures dans les langues étrangères118.

44La découverte de la domination coloniale représente un élément décisif de leur engagement :

  • 119 Gilles Perrault, Un homme à part, Paris, Barrault, 1984, p. 77-78.

« Au milieu des années 1930, des jeunes gens à Paris lisent Malraux, Nizan, le Gide des aller et retour, tournent autour du marxisme, ont un œil perplexe sur Moscou, et la mobilisation les fait entrer en politique. Une génération. Ceux du Caire se pensent européens et ont la naïveté de se croire égyptiens : les remises en ordre, en ce domaine, sont pour plus tard. Ce qui distingue la cohorte des « Égyptiens étrangers » de la grande armée militante qu’elle rejoint à la veille de la Deuxième Guerre mondiale, c’est d’être née au sein de ce que l’on ne nomme pas encore le tiers monde, dans un système de production réalisant avec un cynisme indépassable les conditions optimales de l’exploitation de l’homme par l’homme ; c’est d’avoir reçu comme une gifle la révélation de l’inhumaine condition des offensés et des humiliés. Révélation non point abstraite, tirée de quelque ouvrage doctrinal, déduite d’un calcul de plus-value, mais physique, viscérale, respirée dans la puanteur des jambes pourries d’un infirme, vue dans les regards aveugles, touchée en même temps que les scrofules des fellahs, entendue dans la longue plainte enfantine couverte par le cliquetis des égreneuses. Ils ne sont pas à la politique selon une démarche intellectuelle : ils y sont précipités par une révulsion-pulsion de tout l’être. »119

  • 120 Interview Youssef Darwiche, Le Caire, été 2005 ; témoignage, ‘Asem al Dessouqi (éd.), op. cit., vol (...)
  • 121 Témoignage, Sa’d al Tawîl (éd.), op. cit., p. 7.

45Si Youssef Darwiche120 devient communiste pendant son séjour d’études en France, la plupart de ces jeunes évoluent vers le marxisme en Égypte, souvent dès le lycée. De multiples cercles et réseaux de petite taille apparaissent, souvent fondés sur des liens de proximité. Ils sont le lieu de lectures, d’échanges, d’écritures, de diffusion de textes et même de traductions vers l’arabe. Marcel Israel évoque l’appartenance à un cercle marxiste de Janette, sa future épouse, quand il la rencontre121. Ce processus concerne toutes les minorités. Ainsi, de nombreux Grecs sont influencés par le progressisme. Dina Forti est active parmi les nombreux antifascistes italiens.

  • 122 Gudrun Kramer, op. cit., p. 176.
  • 123 éli Mizan, R. al Sa’îd, op. cit., (1972), p. 241.

46Dans le cas des jeunes juifs, outre la viscérale hostilité au fascisme et l’envie d’agir, s’affirme une rupture avec les identités traditionnelles, religieuses ou conservatrices. De plus, un rejet du sionisme se cristallise. La LISCRA est traversée de tensions entre sionistes et antisionistes influencés par le marxisme122. Pour Eli Mizan, « nous avons commencé en tant que juifs luttant contre l’antisémitisme, puis nous avons fini communistes »123.

Divergences, tensions et éclatement de la Ligue pacifiste

47La section égyptienne du RUP se caractérise par une vitalité et un dynamisme certain, certes sur une courte période. Mais rapidement, des divergences apparaissent et conduisent à une rupture. Souvent difficile à saisir dans leur profondeur et leur globalité, les critiques et dissensions sont aussi, pour beaucoup, marquées par les subjectivités militantes. Les différences d’approche surpassent les divergences de fond.

  • 124 Marcel Israel, Sa’d al Tawîl (éd.), op. cit., p. 12.
  • 125 Voir les témoignages, Rifa’at al Sa’id, (1989), op. cit., p. 255 ; (1972), op. cit., p. 679 ; Ahmed (...)
  • 126 Entretien Marcel Israel, Le Caire, 1995.
  • 127 Voir Jean Liniger, Georges-Henri Pointet, 1908-1944 : vie, textes, documents, Nyon, Imprimerie de l (...)
  • 128 Marcel Cesare, op. cit., 2003, p. 142.
  • 129 Témoignage, Sa’d al Tawîl (éd.), op. cit., p. 74.
  • 130 Ilios Yannakakis, « Aux origines du communisme égyptien, 1920-1940 », Communisme, n° 6, 1984, p. 10 (...)

48Le principal responsable de la Ligue, Paul Jacot-Descombes, va subir la critique d’éléments plus jeunes et plus radicaux, en discours du moins. Ces derniers lui reprochent sa « frilosité » et l’accusent de ne pas chercher à s’implanter en milieu égyptien. En fait, Jacot-Descombes refuse toute référence marxiste explicite et souhaite se cantonner à une activité publique pacifiste. Son approche très prudente, qui paraît reposer sur la méfiance et le culte du secret, fait apparaître le mouvement comme « très fermé »124. Dans l’ombre et en parallèle, il favorise la constitution d’un très petit réseau marxiste à partir d’une poignée d’éléments en qui il a confiance. Ses opposants sont accusés d’être irresponsables, voire même suspectés de déviance gauchiste et qualifiés pour certains de « trotskistes »125. Cette dernière accusation est réfutée par les protagonistes interrogés126. Sa méfiance est manifeste à l’égard de l’enseignant suisse communiste, Georges-Henri Pointet127, qui va exercer une influence décisive sur l’évolution vers le communisme du jeune Henri Curiel. Elle repose sur des raisons de sécurité128, une antipathie personnelle et un manque de confiance. Une rencontre a lieu à la pâtisserie Groppi entre Paul Jacot-Descombes, Georges-Henri Pointet, Raymond Doueik et Youssef Darwiche. « Pointet n’a pas dit qu’il était représentant mais qu’il avait des liens avec le Komintern »129. Cette affirmation étonne et déplaît. Le manque de prudence agace aussi. Quand une Italienne présentée à Jacot Descombes critique Staline, il la suspecte aussitôt d’être de sensibilité trotskiste. Le travail avec un important réseau d’antifascistes italiens en Égypte est refusé, car celui-ci était jugé composé d’éléments peu fiables. Cet aspect sécuritaire plonge ses racines dans l’histoire du PCE, détruit en 1924. Seuls des réseaux éclatés et clandestins survivent ensuite130. L’un d’entre eux, regroupant surtout des Grecs, tente de ressusciter le PCE. Un de ces cadres, ‘Abdel ‘Azîz, est envoyé à Moscou, avant d’être accusé d’être un espion et exclu. Paul Jacot-Descombes est lié à un réseau issu de cette expérience.

  • 131 Témoignage, Sa’d al Tawîl (éd.), op. cit., p. 14.

49Des divergences politiques existent, essentiellement en matière d’approche et de construction du parti. Pour Jacot-Descombes, les conditions ne sont pas réunies pour la création d’un PC. Partisan d’une approche en direction du Wafd, principal courant nationaliste, il prône la formation en son sein d’une aile gauche131. La rencontre avec Nehru suscite les critiques de Raoul Curiel et de George Heinen. La cassure se transforme en rupture.

Une scission : l’Union démocratique

  • 132 Marcel Israel, op. cit., 1953, p. 13. ; Sa’d al Tawil, op. cit., p. 14.

50La rupture se matérialise avec le départ de la Ligue pacifiste de différents opposants. Début 1939, cette sensibilité entraîne les opposants et crée l’Union démocratique, club politico-culturel placé sous la présidence de ‘Esam Hefni Nâsef, un intellectuel de gauche connu. Pour son inauguration, une réunion publique est organisée sous la présidence du directeur général de la Bibliothèque nationale, devant plus de 400 personnes132.

  • 133 Interview Marcel Israel, Le Caire, avril 1995.
  • 134 Marcel Israel, op. cit., 1953, p. 12.
  • 135 Témoignage, Rifa’at al Sa’id, (1972), op. cit., p. 679.

51L’UD ressemble beaucoup aux cercles démocrates de l’époque. Ses partisans affirment attirer de nombreux Égyptiens éduqués133. Une telle affirmation est difficile à vérifier, car cela pose la question des estimations, de l’audience et de l’investissement. De même, si ses statuts prévoient une majorité d’Égyptiens au comité directeur134, sa composition reste inconnue. Mais il semble bien que ce club ait bénéficié d’un réel écho parmi la frange éduquée radicale, notamment avec des diplômés égyptiens et des minoritaires. Le petit groupe autour de Marcel Israel, motivé par sa volonté de créer une organisation communiste135 clandestine, lance Tahrîr al Cha’b (Libération du peuple).

Du cercle secret au groupe Études

  • 136 Témoignage, ‘Asem al Dessouqi (éd.), op. cit., vol. 2, p. 224.
  • 137 Interview Youssef Darwiche, été 2005, Le Caire.
  • 138 Témoignage, Sa’d al Tawîl (éd.), op. cit., p. 71.
  • 139 Marcel Israel, op. cit., 1953, p. 13 et op. cit., 2003, p. 143.

52Jacot-Descombes et Pierides, principaux initiateurs et animateurs de la Ligue pacifiste, sont liés à un petit réseau militant dit « à plusieurs nationalités », qui s’est détaché du groupe héritier du PCE au début des années 1930. Pendant l’animation de la LP, un cercle secret composé de trois jeunes juifs d’Égypte (Youssef Darwiche, Raymond Douek, Sadeq Sa’d)136 se crée clandestinement sous l’égide de Jacot-Descombes. Ils lisent et discutent, tant du marxisme que des réalités égyptiennes137. En 1939, l’action pacifiste devenant caduque, ils dissolvent la Ligue pacifiste et décident de son « changement (tahawwul) en centre culturel »138. Avec une quinzaine des principaux militants, ils lancent le groupe Études (gamâ’at buhûth). Ce club culturel progressiste se consacre à des recherches et à des exposés sur les paysans, le Nil, la révolution d’Orabi en 1882, l’électrification du barrage d’Assouan. Il favorisera, ultérieurement, la formation du courant communiste dit de l’Aube nouvelle. Les rapports avec l’UD sont très mauvais. La rivalité est devenue hostilité, toute collaboration est impossible. En 1939, une tentative de dépassement du conflit est prévue139 avec une intervention auprès du PCF et du Comité mondial contre la guerre et le fascisme. Mais la réunion, qui doit se tenir à Paris à l’été 1939, est hypothéquée par la déclaration de guerre.

Action en Égypte, action égyptienne ?

53Examinons ici la complexe question de l’égyptianité de la Ligue pacifiste : était-elle une organisation égyptienne ou d’Égypte ? Son recrutement et son audience concernent surtout le milieu cosmopolite et francophone, avec des membres issus des communautés étrangères, des « égyptianisés » et de l’élite. Ses principaux animateurs sont étrangers, avec de nombreux Grecs et juifs. Si on examine le cas des militants juifs, la question devient épineuse, tant les réalités diffèrent entre des juifs européens comme Édouard Lévy ou Raoul Curiel, des juifs ottomans issus de Syrie comme Raymond Douek ou Raymond Aghion, sans oublier des juifs égyptiens comme Youssef Darwiche, arabophone et caraïte… Leur antifascisme est d’abord polarisé sur les événements d’Europe. À cela s’ajoute un intérêt pour les réalités de la question coloniale, que certains découvrent avec leur engagement ou leur vie sociale, sans oublier un positionnement de rupture envers le sionisme. Si la Ligue comprend aussi des personnalités publiques comme des députes wafdistes, des avocats et des figures féministes, ceux-ci ne semblent pas avoir joué un rôle moteur dans la construction des campagnes et des initiatives.

54Née dans la mouvance cosmopolite, la Ligue pacifiste incarne une expérience de mobilisation politique parmi les milieux cosmopolites, avec une place essentielle des éléments minoritaires, des classes moyennes et des élites. Aussi limité soit son impact en termes de forces militantes et d’audience, sa volonté d’insertion dans le champ politique égyptien reste un fait. De taille réduite, la Ligue pacifiste a réussi à animer des mobilisations non négligeables et à se lier à différentes sensibilités influentes, bien au-delà de sa sphère de départ et de ses forces militantes. Cette question est devenue un enjeu dans la rivalité des sensibilités. Les différents « camps » en présence défendent leur propre contribution en insistant sur l’égyptianité de leurs membres, leur enracinement et leur contribution à la question nationale.

Conclusion

55La Ligue pacifiste d’Égypte représente une riche expérience. Articulant pacifisme et antifascisme autour des enjeux internationaux (SDN, désarmement, négociation), elle agit de manière très active et sous différentes formes dans la défense de l’Abyssinie, du peuple chinois ou de l’Espagne républicaine. Assez rapidement, les dimensions pacifiste et antifasciste sont dépassées et les questions égyptienne ou palestinienne sont abordées. Véritable alliance large entre éléments modérés, nationalistes, démocrates, féministes, libéraux, progressistes et marxistes, elle développe une intervention limitée mais effective sur la scène publique égyptienne.

56Ses aspects cosmopolite, francophone et étranger sont prédominants. La dimension grecque reste un champ à examiner de manière plus profonde. Son noyau militant comprend essentiellement des jeunes éduqués du milieu cosmopolite. Ces derniers connaissent au milieu des années 1930 une évolution politique vers l’action et une radicalisation vers le marxisme et le communisme. Au travers de réseaux et cercles, la renaissance d’une gauche marxiste s’opère depuis l’écrasement du premier PC égyptien au milieu des années 1920.

57Fait significatif, un certain nombre des acteurs de cette expérience seront des éléments importants de la gauche égyptienne. La Ligue pacifiste représente ainsi un véritable creuset des différentes sensibilités de gauche qui commencent à se reconstituer : ceux du cercle marxiste secret autour de Youssef Darwich, Sadeq Sa’d et Raymond Douek et futur groupe de l’Aube nouvelle, du groupe Tahrîr al Cha’ab autour de Marcel Israel, de la future tendance autour d’Henri Curiel, qui appartient seulement à l’Union démocratique, ou encore du petit groupe trotskiste Art et Liberté de George Henein. Elles commencent alors à se définir et à se structurer et passent au début des années 1940 au stade d’organisations.

Haut de page

Notes

1 Remerciements à Youssef Darwiche, Marcel Israel, Mustafa Safouan, Katerina Trimi Kirou, Abu Seif Youssef.

2 Voir Bruno Groppo, « L’antifascisme dans la culture politique communiste », dans Jean Vigreux et Serge Wolikow (dir.), Cultures communistes au xxe siècle entre guerre et modernité, Paris, La Dispute, p. 81-94. ; Serge Wolikow, « La Troisième Internationale face à la montée du fascisme », Mauvais temps, n° 6-7, mars 2000, p. 217-42.

3 Voir Jocelyne Prézeau, « Le mouvement Amsterdam-Pleyel (1932-1934). Un champ d’essai du front unique », Cahiers d’histoire de l’IRM, n° 18, 1984, p. 85-100.

4 Roger Martelli, « Une introduction à l’année 1934. Le PCF, l’Internationale et la France », Cahiers d’histoire de l’IRM, n° 18, 1984, p. 5-24.

5 Serge Wolikow, « Le Front populaire comme orientation stratégique du mouvement communiste », Cahiers de l’IRM, n° 27, 1987, p. 23.

6 Voir Rachel Mazuy, « Le Rassemblement universel pour la paix (1935-1939) : une organisation de masse ? », Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 30, janvier-mars 1993, p. 40-44.

7 Jacques Droz, Histoire de l’antifascisme en Europe, 1923-1939, Paris, La Découverte, 2001, p. 231.

8 Alain Dugrand et Frédéric Laurent, Willy Muzenberg, artiste en révolution (1889-1940), Paris, Fayard, 2008, p. 445.

9 Georges-Philippou Pierides, Memories and stories from Egypt, Cyprus, Diaspora Books, 1992, p. 83.

10 Lawrence Pratt, East of Malta, West of Suez : britain’s mediterranean crisis, 1936-1939, Cambridge, 1975.

11 Claudio G. Segré, « Liberal and fascist Italy in the Middle East, 1919-1939 : the elusive white stallion », dans Uriel Dann (dir.), The great powers in the Middle East 1919-1939, New York, Holmes and Meier, 1988, p. 199-211.

12 H. A. R Gibb, « The Situation in Egypt », International Affairs, mai 1936, p. 351.

13 Israel Gershoni et James Jankowski, Confronting Fascism in Egypt. Dictatorship versus Democracy in the 1930s, Stanford, Stanford University Press, 2009.

14 ‘Ādil ‘asan Ghunaym (éd.), Mawsūat Mir wa-al qaīya al Filasīnīya 1917-1952, Le Caire, al Maglis al Alá lil-Thaqāfa, 2012.

15 James Jankowski, « Egyptian Responses to the Palestine Problem in the Interwar Period », International Journal of Middle East Studies, vol 12, n° 1, août 1980, p. 1-38.

16 Gilles Perrault, Un homme à part, Paris, Barrault, 1984, p. 89.

17 Témoignage in Rifa’at al Sa’id, Al yasar al masri 1925-1940, (1972), in Tarîkh al haraka al chuyu’ia al misrîa 1900 1949, vol. 1, Le Caire, 1987, Matba’a al Amal, p. 669.

18 Georges-Philippou Pierides, op. cit., p. 84.

19 Georges-Philippou Pierides, op. cit., p. 83.

20 Bulletin des ligues pacifistes d’Égypte, n° 5, septembre 1935.

21 « Vouloir la paix », Bulletin des ligues pacifistes d’Égypte, n° 9-10, janvier-février 1936.

22 « Commentaires », Bulletin des ligues pacifistes d’Égypte, n° 9-10, janvier-février 1936.

23 Au service de la paix, op. cit., p. 5-6.

24 « Commentaires », Bulletin des ligues pacifistes d’Égypte, n° 9-10, janvier février 1936.

25 Au service de la paix, op. cit.

26 Bulletin des ligues pacifistes d’Égypte, n° 9-10, janvier-février 1936.

27 Au service de la paix, op. cit., p. 2 et 4-5.

28 Au service de la paix, op. cit., p. 14-15.

29 Au service de la paix, op. cit., p. 41.

30 Au service de la paix, op. cit., p. 16.

31 Bulletin des ligues pacifistes d’Égypte, n° 5, septembre 1935.

32 Bulletin des ligues pacifistes d’Égypte, n° 11, mars 1936.

33 Au service de la paix, op. cit., p. 17.

34 Daniel Lançon, « Fortune et infortune du champ littéraire au Caire », dans Irène Fenoglio, Marc Kober et Daniel Lançon (dir.), Entre Nil et Sable. Écrivains d’Égypte d’expression française, Paris, CNDP, 2000, p. 28.

35 Entretien Édouard Lévy, Paris, avril 1994.

36 Alexandrian, Georges Henein, Paris, Seghers, 1981, p. 15.

37 Pascal Roux, « Un effort (1928-1936) : l’égyptianité dans une revue francophone de la transition postcoloniale », dans Daniel Lançon (dir.), L’Orient des revues (xixe-xxe siècles), Grenoble, ELLUG, 2015, p. 155.

38 Alexandrian, op. cit., p. 12.

39 Gudrun Kramer, The Jews in Modern Egypt, 1914-1952, Londres, I.B. Tauris, 1989, p 175.

40 Georges Henein, Œuvres. Poésies, récits, essais et articles, Paris, Denoël, 2006.

41 Maurice Mizrahi, L’Égypte et ses juifs. Le temps révolu xixe et xxe siècles, Lausanne, s.e., 1977, p. 103.

42 Gudrun Kramer, op. cit., p. 129-30.

43 R. al Sa’id, (1972), op. cit., p. 663.

44 Jacques Hassoun, Histoire des juifs du Nil, Paris, Minerve, 1990, p. 163.

45 Michael M. Laskier, The Jews of Egypt, 1920-1970 : in the Midst of Zionism, Antisemitism and the Middle East Conflict, New York & London, New York University Press, 1992, p. 56.

46 Maurice Mizrahi, L’Égypte et ses juifs, op. cit., p. 104-105.

47 Gudrun Kramer, op. cit., p. 131.

48 Michael M. Laskier, op. cit., p. 61-63.

49 Amal al Sobky, Al haraka al nisa’iya fî misr bayna mâ al thawrat bayna 1919 wa 1952, Le Caire, GEBO, 1986, p. 128.

50 Margot Badran, Feminists, Islam and nation. Gender and the making of modern Egypt, Le Caire, AUC Press, 1996, p. 225.

51 Amal al Sobky, op. cit.

52 Margot Badran, op. cit., p. 225.

53 « Éditorial », Femmes d’Égypte, novembre 1938.

54 Femmes d’Égypte, novembre 1938.

55 Au service de la paix, op. cit., p. 20.

56 Témoignage, Rifa’at al Sa’id, (1972), op. cit., p. 684.

57 Témoignage, Rifa’at al Sa’id, (1972), op. cit., p. 670.

58 Sayyid ‘Achmâwî, Al yûnânîûn fî misr 1805-1956, Le Caire, Dâr al ‘Eîn, 1997, p. 151-62.

59 Témoignage, Rifa’at al Sa’id, (1972), op. cit., p. 671.

60 Témoignage, Rifa’at al Sa’id, (1972), op. cit., p. 684.

61 Mustafa Safouan dans Méditerranéennes, n° 8-9, automne 1996, p. 367.

62 Courriel de Mustafa Safouan, février 2009.

63 Témoignage in Rifa’at al Sa’id, (1972), op. cit., p. 670.

64 Témoignage in Rifa’at al Sa’id, (1972), op. cit., p. 663.

65 Au service de la paix, op. cit., p. 39.

66 Bulletin des ligues pacifistes d’Égypte, n° 5, septembre 1935.

67 Au service de la paix, op. cit., p. 42.

68 Georges-Philippou Pierides, op. cit., p. 85-87.

69 Au service de la paix, op. cit., p. 19 et 32.

70 Au service de la paix, op. cit., p. 30. Nous n’avons pas trouvé ces timbres.

71 Sayyid ‘Achmâwî, op. cit., p. 152.

72 Rassemblement universel pour la paix, Congrès universel pour la paix, Bruxelles 3,4,5,6 septembre1936, Paris et Bruxelles, Éditions Labor, 1937, p. 227.

73 Margot Badran, op. cit., p. 226.

74 Congrès universel pour la paix, op. cit., p. 14.

75 Congrès universel pour la paix, op. cit., p. 14.

76 Au service de la paix, op. cit., p. 19.

77 Au service de la paix, op. cit., p. 31-32.

78 Au service de la paix, op. cit., p. 33.

79 Témoignage, Rifa’at al Sa’id, (1972), op. cit., p. 684.

80 Marcel Cesare, Awrâq monâdil itâlî fî misr, Le Caire, Dâr al ‘Âlam al Thâleth, 2003, p. 142.

81 Au service de la paix, op. cit., p. 19.

82 Dina Forti, Rifa’at al Sa’id, 1972, op. cit., p. 684.

83 Au service de la paix, op. cit., p. 33.

84 Au service de la paix, op. cit., p. 34.

85 Femmes d’Égypte, novembre 1938.

86 « Appel aux jeunes », Bulletin des ligues pacifistes d’Égypte, n° 11, mars 1936.

87 Bulletin des ligues pacifistes d’Égypte, n° 11, mars 1936.

88 Bulletin des ligues pacifistes d’Égypte, n° 5, septembre 1935.

89 Bulletin des ligues pacifistes d’Égypte, n° 9-10, janvier-février 1936.

90 Bulletin des ligues pacifistes d’Égypte, n° 5, septembre 1935.

91 Bulletin des ligues pacifistes d’Égypte, n° 9-10, janvier-février 1936.

92 Au service de la paix, op. cit., p. 1.

93 Au service de la paix, op. cit., p. 34.

94 Au service de la paix, op. cit., p. 36.

95 Bulletin des ligues pacifistes d’Égypte, n° 9-10, janvier-février 1936.

96 Au service de la paix, op. cit., p. 34.

97 Au service de la paix, op. cit., p. 37.

98 Au service de la paix, op. cit., p. 36.

99 Au service de la paix, op. cit., p. 32.

100 Au service de la paix, op. cit., p. 38.

101 Marcel Israel, Esquisse historique du mouvement communiste égyptien, s.e., 1953, p. 11.

102 Au service de la paix, op. cit., p. 32 et 38.

103 Témoignage, ‘Asem al Dessouqi (éd.), op. cit., vol. 2, p. 221.

104 Témoignage, ‘Asem al Dessouqi (éd.), op. cit., vol. 2, p. 221.

105 Entretien, Youssef Darwiche, Le Caire, 2004.

106 Bulletin des ligues pacifistes d’Égypte, n° 11, mars 1936.

107 Robert Solé, L’Égypte, passion française, Paris, Seuil, 1997, p. 312.

108 Frédéric Abécassis, « Approches d’un champ, l’enseignement étranger en Égypte, 1921-1952 », Égypte-Monde arabe, n° 18-19, 2e & 3e trimestres 1994, p. 169-94 ; « École étrangère, école “intercommunautaire”, enjeux de formation d’une élite nationale », dans Alain Roussillon (dir.), Entre réforme sociale et mouvement national : identité et modernisation en Égypte, 1882-1962, Le Caire, CEDEJ, 1995, p. 215-234.

109 Jean-Jacques Luthi, Lire la presse d’expression française en Égypte, 1798-2008, Paris, L’Harmattan, 2009.

110 Irène Fenoglio, « L’activité culturelle francophone au Caire durant l’entre-deux-guerres », dans D’un Orient l’autre, Paris, CEDEJ/CNRS, Vol. I, 1991, p. 457-96.

111 Frédéric Abecassis, « Alexandrie, 1929. Réflexions sur le cosmopolitisme à l’école française », Cahiers de la Méditerranée, vol. 67, 2003, p. 201-224.

112 Voir Robert Ilbert, Ilios Yannakakis, Jacques Hassoun (dir.), Alexandrie, 1860-1960, Paris, Éditions Autrement, 1992 ; Katerina Trimi Kirou, « Quel cosmopolitisme à l’ère des nationalismes ? La colonie grecque alexandrine (1882-1922) », Cahiers de la Méditerranée, vol. 67, 2005, p. 177-99.

113 Joel Beinin, The Dispersion of Egyptian Jewry : Culture, Politics, and the Formation of a Modern Diaspora, Berkeley, University of California Press, 1998 ; Jacques Hassoun, Histoire des juifs du Nil, Paris, Le Sycomore, 1981.

114 Mourad El-Kodsi, The Karaite Jews of Egypt, 1882–1986, Lyons, NY, Wilprint, 1987.

115 Selma Botman, Oppositional politics in Egypt : the communist movement 1936-1954, thèse de doctorat, Université de Harvard, 1984, p. 132.

116 Entretien, Paris, 1993.

117 Témoignage, Sa’d al Tawîl (éd.), Al agânib fî al haraka al chuîî’îa al misrîa hatta ‘âm 1965, Le Caire, Markarz al Buhûth al ‘Arabia, 2002, p. 14.

118 Moustapha Safouan, « Une ville joyeuse », Méditerranéennes, n° 8-9, automne 1996, p. 397.

119 Gilles Perrault, Un homme à part, Paris, Barrault, 1984, p. 77-78.

120 Interview Youssef Darwiche, Le Caire, été 2005 ; témoignage, ‘Asem al Dessouqi (éd.), op. cit., vol. 2, p. 219.

121 Témoignage, Sa’d al Tawîl (éd.), op. cit., p. 7.

122 Gudrun Kramer, op. cit., p. 176.

123 éli Mizan, R. al Sa’îd, op. cit., (1972), p. 241.

124 Marcel Israel, Sa’d al Tawîl (éd.), op. cit., p. 12.

125 Voir les témoignages, Rifa’at al Sa’id, (1989), op. cit., p. 255 ; (1972), op. cit., p. 679 ; Ahmed Sadeq Sa’d, Safâhât min al yasâr al Misî, Le Caire, Maktabat Madbūlī, 1976, p. 40.

126 Entretien Marcel Israel, Le Caire, 1995.

127 Voir Jean Liniger, Georges-Henri Pointet, 1908-1944 : vie, textes, documents, Nyon, Imprimerie de la Côte, 1967.

128 Marcel Cesare, op. cit., 2003, p. 142.

129 Témoignage, Sa’d al Tawîl (éd.), op. cit., p. 74.

130 Ilios Yannakakis, « Aux origines du communisme égyptien, 1920-1940 », Communisme, n° 6, 1984, p. 102-105.

131 Témoignage, Sa’d al Tawîl (éd.), op. cit., p. 14.

132 Marcel Israel, op. cit., 1953, p. 13. ; Sa’d al Tawil, op. cit., p. 14.

133 Interview Marcel Israel, Le Caire, avril 1995.

134 Marcel Israel, op. cit., 1953, p. 12.

135 Témoignage, Rifa’at al Sa’id, (1972), op. cit., p. 679.

136 Témoignage, ‘Asem al Dessouqi (éd.), op. cit., vol. 2, p. 224.

137 Interview Youssef Darwiche, été 2005, Le Caire.

138 Témoignage, Sa’d al Tawîl (éd.), op. cit., p. 71.

139 Marcel Israel, op. cit., 1953, p. 13 et op. cit., 2003, p. 143.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Monciaud, « Pacifisme, antifascisme et anticolonialisme dans l’Égypte des années 1930 : l’expérience de la ligue pacifiste Ansâr al Sâlam », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 127 | 2015, 51-74.

Référence électronique

Didier Monciaud, « Pacifisme, antifascisme et anticolonialisme dans l’Égypte des années 1930 : l’expérience de la ligue pacifiste Ansâr al Sâlam », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 127 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 25 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4406

Haut de page

Auteur

Didier Monciaud

Chercheur associé au GREMAMO (Groupe de recherche sur le Maghreb et le Moyen-Orient, Université Denis Diderot, Paris VI)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page