Navigation – Plan du site
UN CERTAIN REGARD

Une fresque hagiographique sur Martin Luther King

Selma, film d’Asa Duvernay (2014, 128 min)
Jacques Portes
p. 209-212

Texte intégral

1Ce film est sorti en prévision du cinquantième anniversaire des grandes manifestations de Selma (Alabama) de janvier-mars 1965, qui ont débouché en juillet suivant sur le vote de la loi du droit de vote qui va assurer aux électeurs noirs l’accès au suffrage, dont ils étaient privés dans le Sud depuis la fin du XIXe siècle. « Selma » a mis en avant une fois de plus la personnalité de Martin Luther King, à la fois prudent et déterminé, dont le rôle précédent avait été largement reconnu par son obtention du Prix Nobel de la Paix en 1964 (un extrait du discours de réception est représenté dans le film).

2En janvier 1965, auréolé de cette distinction, Martin Luther King et son mouvement, le SLCC (Southern Christian Leadership Conference), installent leur quartier général à Selma. Ils y sont rejoints par les jeunes plus radicaux du SNCC (Student Nonviolent Coordinating Committee). La ville a été choisie, comme Birmingham précédemment, en raison de la personnalité violente du shérif Jim Clark et parce que 355 Noirs seulement y sont inscrits sur les listes électorales, alors qu’avec 15 000 habitants ils représentent 35 % de la population. Il s’agit, par la non-violence, de provoquer l’irascible shérif afin qu’il réagisse avec excès sous le regard des chaînes de télévision, dûment averties de la perspective d’un affrontement. Le shérif avait déjà montré ce dont il était capable durant les années précédentes et il a désormais l’appui sans réserve de George Wallace, le gouverneur de l’État, ségrégationniste acharné. Le film met bien en lumière la tactique mise au point par Martin Luther King à Selma.

3Les événements de janvier et février lui donnent raison : des centaines de manifestants sont arrêtés sans ménagement, les policiers battent à coups de matraques de vieilles femmes tombées sur le sol, assaillent les participants en marche avec des piques électrifiées utilisées pour le bétail ; un jeune homme qui tentait de défendre sa mère est abattu. Le pasteur rencontre le président Johnson à Washington et le supplie d’agir, mais il ne reçoit guère de réponse.

4À Selma, les violences se multiplient et justifient l’organisation par l’entourage de Martin Luther King d’une marche de protestation vers Montgomery, capitale de l’État, distante de Selma de 90 kilomètres. Le but est « d’alerter » le gouverneur sur les abus de la police et de lui demander d’assurer la protection des Noirs désireux de s’inscrire sur les listes électorales. Le dimanche 7 mars, six cents marcheurs quittent Selma. Les forces de police de la ville et les troupes de l’État barrent le pont Pettus à la sortie de la ville et leur interdisent le passage. L’affrontement est d’une violence extrême, avec gaz lacrymogènes, fouets plombés des policiers à cheval munis de bâtons enroulés de fil barbelé. Chris Williams, un des meneurs du SNCC, qui avait été seul à lancer cette première marche, a le crâne fracturé par une matraque, des femmes restent inconscientes sur la chaussée. Les marcheurs dispersés regagnent l’église dont ils sont partis, alors que soixante-dix d’entre eux sont hospitalisés. Martin Luther King avait jugé cette marche imprudente, mais ses conséquences confirment son analyse : la télévision a filmé ce « dimanche sanglant » et repasse en boucle les hurlements du shérif Clark, propres aux sudistes de la guerre de Sécession, au moment où les manifestants s’écroulent. L’indignation est générale et des militants blancs se précipitent à Selma pour participer au mouvement. Les plus radicaux des manifestants, comme John Lewis, du SNCC, accusent le président Johnson de double langage et comparent pour la première fois l’envoi de troupes au Vietnam avec l’inaction du gouvernement fédéral dans l’Alabama. D’autres l’accusent de fidélité aux valeurs du Sud, ce qui le choque profondément et le détermine à l’action, lui a qui a été mis constamment au courant de la progression des événements par le FBI et par ses collaborateurs sur place.

5Le 9 mars, Martin Luther King organise une marche symbolique jusqu’au pont fatal qu’il s’était engagé auprès des autorités fédérales à ne pas dépasser, alors que les membres du SNCC le poussaient à le faire. Le 13 mars, le président reçoit George Wallace à la Maison-Blanche et tente de le convaincre d’empêcher la violence et d’assurer sa place dans les manuels d’histoire en annonçant la déségrégation de l’Alabama. Durant cette après-midi très longue pour lui, George Wallace est ébranlé, mais ne cède pas. Quelques jours plus tard, il consent à appeler à l’aide les troupes fédérales pour assurer l’ordre : le 19 mars, le président Johnson peut ainsi fédéraliser la garde nationale et faire venir les troupes stationnées à Memphis (Tennessee). Bien qu’informé de la présence de deux anciens communistes dans son entourage, Bayard Rustin et Harry Wachtel, Martin Luther King décide de préserver l’unité du mouvement jusqu’à la marche finale. Elle a lieu le 21 mars, soigneusement préparée, biraciale et réunissant tous les chefs du mouvement, et se déroule dans le plus grand calme. Le film montre bien comment John Edgar Hoover, le directeur du FBI, utilise tous les arguments pour discréditer Martin Luther King, mais ne parvient pas à faire fléchir le président.

6Dès le 15 mars, Lyndon B. Johnson, après en avoir longuement préparé le texte, prononce devant le Congrès un discours solennel pour annoncer le dépôt d’un projet de loi sur le droit de vote. Son intervention est l’une des plus puissantes de son mandat : « Il arrive un moment et un lieu où l’histoire et le destin se rencontrent, pour marquer un point de non-retour dans la recherche de la liberté, que l’homme mène sans fin. Ce fut le cas à Lexington et Concord, comme il y un siècle à Appomattox. Ce fut le cas, la semaine dernière, à Selma dans l’Alabama. Il n’y a pas de problème nègre. Il n’y a pas de problème du Sud. Il n’y a pas de problème du Nord. Il y a seulement un problème américain ».

7Le film d’Asa Duvernay suit très minutieusement le fil des événements en insistant sur les divers personnages, les plus connus aussi bien que sur de simples manifestants : par exemple, une rencontre sans réel résultat entre Coretta King et Malcolm X (Nigel Thatch, qui l’incarne, a une ressemblance étonnante avec son modèle), et la présentation des collaborateurs de Martin Luther King.

8Historiquement, le film est juste. Mais il tend à une hagiographie sans nuance de Martin Luther King, en diminuant systématiquement le rôle précis du président Johnson, qui a été décisif dans le déroulement des manifestations finales, nécessaires afin de mettre la pression sur le Congrès pour le vote de la loi sur le droit de vote. En indiquant au début du film que la seule priorité du président est la « guerre contre la pauvreté », Asa Duvernay commet une erreur historique, dans la mesure où le président a considéré ce « Voting Act » comme la loi la plus importante de sa carrière, tout en s’appuyant sur le travail mené par Martin Luther King. En choisissant celui-ci comme seul héros, le film occulte ainsi une dimension plus large, mais la réalisation pèche également par d’autres aspects. Le personnage de Martin Luther King est presque sanctifié, David Oyelowo joue son rôle avec componction et sérénité, ce qui est un aspect certain de la personnalité du pasteur, mais oublie qu’il s’agissait aussi d’un homme encore jeune, immense orateur et meneur politique. Coretta King, vivante et passionnée, est incarnée par Carmen Ejogo.

9Au delà du choix des acteurs, qui est très acceptable, le film reste avant tout un beau livre d’images à la gloire de Martin Luther King, avec des bons et des méchants très reconnaissables. Les maisons bien soignées, les pelouses tondues, les voitures d’époque sont toutes propres. Les actes les plus violents sont édulcorés, dans un flou artistique : ainsi, au début du film, de gentilles écolières noires dansent gaiement, puis la séquence suivante évoque la bombe qui fait exploser leur maison mais de manière éthérée et floue. Cette façon de faire, très hollywoodienne, est répétée à plusieurs reprises. Le film est souvent intéressant mais pèche par des partis pris cinématographiques doucereux, qui masquent la profondeur des personnalités et rendent peu perceptibles les véritables enjeux de la période.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Portes, « Une fresque hagiographique sur Martin Luther King », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 127 | 2015, 209-212.

Référence électronique

Jacques Portes, « Une fresque hagiographique sur Martin Luther King », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 127 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4403

Haut de page

Auteur

Jacques Portes

Professeur émérite à l’université de Paris 8

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page