Navigation – Plan du site
LIVRES LUS
Pour la jeunesse

Gérard Streiff, Marie-Claude Vaillant-Couturier, la femme-mémoire

Éditions Oskar, 2014, 80 p., (à partir de 11-12 ans)
Alain Chiron
Référence(s) :

Gérard Streiff, Marie-Claude Vaillant-Couturier, la femme-mémoire, Éditions Oskar, 2014, 80 p., (à partir de 11-12 ans)

Texte intégral

1Pour certains lecteurs, le « scoop » sera que la mère de Marie-Claude Vaillant-Couturier était Cosette Vogel, née de Brunhoff, sœur de la créatrice du célèbre Babar. Toutefois ce n’est évidemment pas le principal intérêt du livre ! C’est l’ensemble de la vie de Marie-Claude Vaillant-Couturier qui nous est contée par Gérard Streiff. Jeune fille de la bourgeoisie, elle voyage, étudie les langues étrangères, fréquente artistes, écrivains, journalistes (dont Paul Vaillant-Couturier) autour de son père, directeur d’un journal, puis travaille elle-même comme reporter et journaliste. On relèvera cependant ses difficultés à se faire admettre dans l’entre-deux-guerres, en tant que femme, comme journaliste, en dépit de son militantisme et de l’aura que lui vaut, après 1937, son statut de veuve de Paul Vaillant-Couturier.

2L’essentiel du récit porte sur son action de résistance, sa déportation, son rôle majeur pour organiser la solidarité parmi les femmes déportées, l’atout qu’est pour elle le fait de comprendre l’allemand. À ce combat contre la mort, il faut associer le combat pour dénoncer l’horreur nazie après la guerre et la rude lutte ultérieure contre les négationnistes (elle est témoin au procès de Klaus Barbie). Comme l’évoque la page 52, à l’époque le chef de file des négationnistes en France est le Belfortain Paul Rassinier. On regrette qu’aucune information ne soit donnée sur cet individu, et en particulier sur le fait que, déporté parlant allemand, il profita d’un régime de faveur. Devenu très anticommuniste après son exclusion du mouvement communiste autour de 1930, il appartenait au courant pacifiste et parfois antisémite du Parti socialiste (celui de Paul Faure) au moment du Front populaire. Sa haine des communistes et des juifs se développa encore lorsqu’il échoua aux législatives de 1946, parce qu’il fut devancé par le maire de Belfort, apparenté communiste et d’origine israélite. Ceci peut expliquer l’acharnement de l’individu envers Marie-Claude Vaillant-Couturier : Paul Rassinier l’accusa d’avoir survécu en dépouillant ses camarades de détention, et un procès s’ensuivit. Mais le combat de Marie-Claude Vaillant-Couturier est aussi développé dans un chapitre autour de son engagement féministe et de son activité d’élue communiste de l’après-guerre. Dans la partie documentaire, il est rappelé qu’une photographie de Robert Capa a été prise en 1934 par Marie-Claude Vaillant-Couturier, alors reporter et photographe : on aurait bien aimé voir cette photo, qui lui est attribuée depuis peu, aux côtés des deux autres proposées en pleine page.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Chiron, « Gérard Streiff, Marie-Claude Vaillant-Couturier, la femme-mémoire », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 127 | 2015, mis en ligne le 18 mai 2015, consulté le 29 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4396

Haut de page

Auteur

Alain Chiron

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page