Navigation – Plan du site
LIVRES LUS
Sur l'Algérie

Daho Djerbal, L’Organisation Spéciale de la Fédération de France du FLN - Histoire de la lutte armée du FLN en France (1956-1962)

Alger, Chihab Éditions, 2012, 448 p.
Didier Monciaud
Référence(s) :

Daho Djerbal, L’Organisation Spéciale de la Fédération de France du FLN - Histoire de la lutte armée du FLN en France (1956-1962), Alger, Chihab Éditions, 2012, 448 p.

Texte intégral

  • 1 Daho Djerbal est également directeur de la revue de critique sociale Naqd, lancée à l’initiative du (...)
  • 2 Voir Ali Haroun, La 7e wilaya : la guerre du FLN en France, 1954-1962, Paris, Seuil, 1986.
  • 3 En 2012 à Nîmes, un colloque sur la Fédération de France du FLN subit les manifestations hostiles d (...)

1Avec ce livre, l’historien Daho Djerbal1 aborde un aspect essentiel et pourtant assez méconnu de l’histoire de la guerre de libération algérienne : l’action de l’Organisation Spéciale de la Fédération de France du FLN2. L’histoire de cette fédération de France demeure, aujourd’hui encore, un sujet sensible3. En 1962, la direction du FLN refuse de la reconnaître comme une wilaya, unité territoriale ou région militaire durant la guerre d’indépendance. Le pays en guerre avait été découpé par le FLN en six wilayas appelées « zones » avant le congrès de la Soummam au mois d’août 1956.

2L’histoire de sa branche armée reste ignorée ou méconnue, souvent réduite aux interventions des « groupes de chocs » contre le Mouvement National Algérien de Messali Hadj dans l’immigration. Daho Djerbal cherche à rendre hommage, à transmettre l’expérience, à préserver la mémoire et à réhabiliter « la parole des vaincus » : les acteurs de l’OS, véritables « oublié(e)s de l’histoire ». Le projet a été lancé par un ancien de l’OS, Aït Mokhtar. Malade, il sollicite Attallah Dehina, historien médiéviste. Ce dernier préfère mettre le vétéran en contact avec un historien du contemporain. Ce dernier commence son étude en 1984-1985, l’interrompt, la reprend, pour l’achever bien plus tard. Son livre examine la genèse de l’OS, le contexte de sa fondation, ses structures, ses interventions politico-militaires, et surtout l’action des femmes et des hommes qui l’ont animée, leur trajectoire militante.

3La première partie présente le contexte général du lancement de la Fédération de France du FLN, son intervention dans l’émigration, sa structuration et ses orientations. La deuxième partie aborde la formation, le travail de renseignement, la logistique et la formation des commandos de l’OS. L’auteur distingue deux périodes distinctes. Si l’idée d’ouvrir un « second front en France » apparaît dès 1954, ce n’est qu’en 1956 que naît l’OS. Son comité fédéral est très tôt décimé par la répression. Débute alors une « nouvelle donne » (1957-1958) : l’OS gagne en autonomie, et une réelle séparation est faite entre militaires de l’OS et responsables politiques. Des divergences apparaissent entre la direction de la Fédération de France et l’OS, notamment autour des modalités de l’action armée. La troisième partie traite du soutien au FLN des différents réseaux français. La quatrième partie est consacrée aux membres de l’OS, à leurs profils sociaux, à leur prise de conscience patriotique. Contraints pour la plupart à un exil précoce en France, ils exercent différents métiers (ouvriers, manœuvres, vendeurs à la sauvette, serveurs…). La dimension sociale de leur engagement patriotique est loin d’être négligeable. Les vétérans racontent leur trajectoire et leur expérience de prolétaires immigrés qui deviennent militants de la lutte armée. L’auteur examine « le cas très particulier » des femmes engagées. Dans la cinquième partie, l’auteur aborde les différentes actions (sabotages, attentats ciblés de personnalités politiques…) qui visent à obtenir un impact médiatique. Dans la partie intitulée « les retombées », il étudie la réaction des forces françaises, qui conduit au démantèlement de l’OS et à l’arrestation de ses principaux membres, leur jugement et leur incarcération. La partie suivante examine la reconversion des militants issus de l’OS et leurs nouvelles activités dans le contexte des développements du conflit. La dernière partie est consacrée à l’après-OS, avec l’exil et un difficile retour au pays où leur contribution n’est pas reconnue. Oubliés, voire écartés, les anciens de l’OS vont alors se murer dans un long silence.

4Ce riche volume, qui montre l’importance des émigrés algériens dans la guerre d’indépendance, s’appuie sur 90 heures d’entretiens avec des militants. Daho Djerbal accorde une place centrale aux mémoires individuelles et défend les témoignages oraux comme source de l’histoire. Rejetant le fétichisme des sources écrites, il rappelle la nature particulière des archives écrites sur l’Algérie, composées de documents émanant des autorités coloniales. L’historien met en relief la richesse des trajectoires militantes dans leurs multiples dimensions : géographique, sociale, politique, organisationnelle, psychologique et humaine. Après l’indépendance, « tous finiront par découvrir qu’ils appartiennent non au parti des vainqueurs, mais à celui des vaincus ».

5Pour un lecteur peu au fait de l’histoire du mouvement national algérien, on regrettera que l’ouvrage ne fournissent pas plus de notes explicatives. Mais avec cette « sorte de reconnaissance de ces acteurs-témoins, véritables oublié(e)s de l’histoire », l’auteur offre assurément une riche et stimulante étude.

Haut de page

Notes

1 Daho Djerbal est également directeur de la revue de critique sociale Naqd, lancée à l’initiative du défunt Saïd Chikhi, sociologue du mouvement social. Voir : « Mouvement social et modernité. Hommage à Saïd Chikhi », Naqd, Hors-série 1, 3, 2001, en particulier Saïd Chikhi, « Projet de création d’une revue indépendante », p. 172-178. Voir : <www.revue-naqd.org>.

2 Voir Ali Haroun, La 7e wilaya : la guerre du FLN en France, 1954-1962, Paris, Seuil, 1986.

3 En 2012 à Nîmes, un colloque sur la Fédération de France du FLN subit les manifestations hostiles de nostalgiques de l’Algérie française, de défenseurs des harkis et d’élus UMP (voir l’Humanité, 07/03/2012). Un « contre-colloque » est organisé par l’avocat Gilbert Collard, devenu peu après député du Front National (voir Midi Libre, 07/03/2012).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Monciaud, « Daho Djerbal, L’Organisation Spéciale de la Fédération de France du FLN - Histoire de la lutte armée du FLN en France (1956-1962) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 127 | 2015, mis en ligne le 18 mai 2015, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4380

Haut de page

Auteur

Didier Monciaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page