Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Jérôme Luther-Viret, Le sol et le sang. La famille et la reproduction sociale en France du Moyen Âge au xixe siècle

Paris, CNRS Éditions, 2014, 492 p.
Georges Vayrou
Référence(s) :

Jérôme Luther-Viret, Le sol et le sang. La famille et la reproduction sociale en France du Moyen Âge au xixe siècle, Paris, CNRS Éditions, 2014, 492 p.

Texte intégral

1Cet « essai sur la reproduction familiale et sociale » (p. 11) partant de l’idée que la famille est, en France, un sujet à la fois central et mal étudié, se veut une « lecture raisonnée de la littérature existante, afin de proposer […] une nouvelle synthèse » (préface, p. 7). En effet, à la lecture de l’ouvrage, le premier trait qu’on relève est une bibliographie abondante (plus de 50 pages et près de 1 000 références, malheureusement parfois approximatives), et la quasi absence de sources d’archives, même si l’auteur a pu s’appuyer, nous explique-t-on dans une préface bienveillante, sur ses propres recherches sur le terrain. L’ambition – méritoire – d’une perspective nationale est tributaire de sa bibliographie, et les études employées sont parfois très partielles et ne se rapportent qu’à un espace géographique réduit. Sont juxtaposés des travaux d’histoire de la société, d’histoire urbaine et sociale, d’histoire du droit, toujours replacés dans un contexte géographique, que ce soit pour la période qui couvre l’essentiel de l’étude, de l’an mil à la fin de l’Ancien Régime, ou pour celle de la Révolution au début du xixe siècle, censée avoir unifié le droit à défaut des pratiques.

2L’ouvrage est divisé en quatre chapitres, de longueurs fort inégales, dont on pouvait imaginer qu’ils constituent les subdivisions idéales d’un raisonnement en deux parties, cher aux juristes… Il n’en est rien. Un premier chapitre, intitulé « Des usages collectifs aux droits savants », revient sur « les circonstances et les raisons qui ont conduit à cette grande et décisive coupure des pays coutumiers et romains » (p. 17) et sur « la notion d’usage, car à l’intérieur des deux grandes subdivisions, d’une province à l’autre, parfois d’un groupe social à l’autre, la manière d’exercer le pouvoir se diversifiait et prenait des tonalités plus ou moins autoritaires ». Cette partie fait une large place aux sources d’histoire du droit. Les trois chapitres suivants sont davantage « nourris d’histoire sociale, de démographie historique et d’histoire économique, [et] reprennent simplement le fil de la chronologie » (p. 15), même si la référence au droit demeure.

3« Les élites, l’État et le patrimoine » (chapitre 2) évoque essentiellement la noblesse : sa formation et son renouvellement, ou plutôt la question de la pérennité de sa descendance, qui se pose avec les guerres, les épidémies ou plus simplement l’absence de descendants mâles. L’auteur évoque ce cas de conscience de la noblesse : « la puissance du lignage repose sur le nombre des enfants » (p. 135), mais on ne saurait partager le fief sans affaiblir les héritiers. Si l’aînesse absolue semble un moyen d’éviter la dispersion, elle est loin d’être systématique. Là encore, « les solutions fort diverses dans le détail sont le reflet des sensibilités régionales » (idem). La grande bourgeoisie du négoce, de la finance et de la robe est incluse à juste titre dans « les élites », qu’elle aspire à l’état de noblesse ou non, même si les pratiques successorales sont bien différentes. On a pu parler de « droit d’aînesse négocié » (p. 222). En tout cas, le partage inégal des successions est facilité par le caractère essentiellement mobilier de cette fortune-là, mais progressivement « l’idéal est devenu le mariage d’un seul fils et d’une seule fille » (p. 223). On se permettra tout de même d’évoquer quelques maladresses (de style ?), par exemple à la page 131, l’expression de « péril malthusien » utilisée pour qualifier l’évolution de l’état d’esprit de la noblesse à partir du xviie siècle semble contestable : l’État accentue son contrôle sur la noblesse pour des raisons fiscales, et parallèlement l’anoblissement est une arme politique. Cette situation est étrangère aux thèses de Thomas Malthus, la référence est donc anachronique et, de plus, comme le constate lui-même l’auteur, certaines professions permettent d’accéder à la condition nobiliaire.

4« Modèles familiaux et régimes d’autorité » (chapitre 3) déplore le cloisonnement disciplinaire de la recherche dans ce domaine. L’auteur entre au cœur de son sujet. Il aborde d’abord « les différentes manières dont la propriété peut être perçue », et ensuite « la transmission des biens et l’organisation des groupes domestiques » (p. 256). « On a bien en définitive deux pôles magnétiques, nord et sud, autour desquels s’organisent les pratiques de reproduction familiale et sociale en France sous l’Ancien Régime. Grossièrement, la France septentrionale privilégie le lignage, le sang, tandis que la France méridionale met en œuvre le principe de résidence, une logique centrée sur la terre » (idem).

5« La fin des patriarches » (chapitre 4) commence à la Révolution. Puissance paternelle et puissance maritale sont prises pour cible, car elles sont « l’image de l’ordre établi » (p. 359). L’auteur énumère différentes mesures que l’on connaît bien : égalité successorale, abaissement de l’âge de la majorité, divorce… « Le Code Napoléon, mélange d’ancien et de nouveau, réaffirme la suprématie du père et du mari » (p. 363). Cette affirmation, exacte, aurait mérité davantage de développements. Les « ultras » obtiendront l’abrogation du divorce en 1816, mais les règles successorales égalitaires demeureront. Reste donc à étudier l’accueil qu’elles reçurent, et la manière dont on put les mettre en œuvre ou les contourner. Les règles égalitaires ont été bien accueillies dans « les provinces acquises à l’égalité » (p. 364). Et même si d’autres provinces « qui ne connaissent que l’héritier unique » (p. 365) semblent entrer en résistance contre la loi et le Code civil, ce sont les héritiers, en particulier les cadets, qui vont chercher à « accroître [leurs] droits sans [pour autant] mettre la maison en péril » (p. 366). D’autres « stratégies de contournement » (p. 370) sont mises en œuvre. Mais finalement, « le rejet de l’arbitraire ne pouvait qu’y être bien reçu, en particulier des plus jeunes » (p. 375). Vient alors « l’âge d’or de la petite exploitation triomphante » (p. 394).

6En conclusion, l’auteur rappelle que le détour par le droit et la jurisprudence n’est pas indispensable, et que des usages et des pratiques peuvent être constatés, connus et reconnus par d’autres sources. On l’a compris à la lecture de l’ouvrage : « Le sang, en définitive, l’a moins emporté sur le sol que sur l’arbitraire patriarcal » (p. 428). Même si on peut partager cette ultime conclusion, on eut aimé qu’elle fût mieux développée dans la dernière partie, en particulier par des considérations économiques et sociales caractéristiques du xixe siècle.

7Le parti pris de l’auteur, s’en tenir aux stratégies successorales, semble un peu risqué pour se faire une opinion complète sur la « reproduction sociale ». Il eut été sans doute judicieux de ne pas séparer le droit patrimonial des relations juridiques entre parents et conjoints. Ainsi, la puissance paternelle et son corollaire, l’exhérédation, sont passés sous silence. De même, pas un mot sur la puissance maritale et la capacité juridique des femmes, pourtant essentielles pour comprendre la cohésion patrimoniale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Georges Vayrou, « Jérôme Luther-Viret, Le sol et le sang. La famille et la reproduction sociale en France du Moyen Âge au xixe siècle », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 127 | 2015, mis en ligne le 17 mai 2015, consulté le 23 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4373

Haut de page

Auteur

Georges Vayrou

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page