Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Patrice Bret et Gérard Pajonk (dir.), Savants et inventeurs entre la gloire et l’oubli

Paris, Éditions du CTHS, 2014, 136 p.
Pierre Crépel
Référence(s) :

Patrice Bret et Gérard Pajonk (dir.), Savants et inventeurs entre la gloire et l’oubli, Paris, Éditions du CTHS, 2014, 136 p.

Texte intégral

1Comment un savant devient-il célèbre ? Quels critères permettent sa renommée ou sa réhabilitation ? Pourquoi certaines figures n’ont-elles jamais accédé à la célébrité ? Telles sont les questions auxquelles cet ouvrage cherche à attribuer des éléments de réponse. Il se compose d’une introduction méthodologique par Isabelle Collinot (p. 9-15), puis de deux parties, l’une consacrée aux « Figures individuelles » (p. 17-67), l’autre aux « Identités collectives » (p. 69-134). Il n’y a ni conclusion, ni index. Les savants étudiés ont vécu presque tous au xixe siècle ou au début du xxe siècle. Ce livre aux dimensions raisonnables se lit agréablement et apporte des informations intéressantes sur des personnages en général peu connus aujourd’hui. Il ne doit pas être considéré isolément, mais plutôt replacé dans la galaxie des nombreux essais, biographies, notices, répertoires, dictionnaires, voire récits, qui paraissent depuis une ou deux décennies autour de savants, d’ingénieurs, d’érudits ou d’hommes de culture. Certains de ces ouvrages sont explicitement de facture très classique, voire naïve, ce qui n’est pas toujours un défaut : chronologiques, thématiques, séparant ou non « la vie » et « l’œuvre », examinant le personnage isolément ou dans ses contextes, parfois très érudits ou au contraire romancés, parfois prenant quelque recul. D’autres se piquent de critiquer les pièges auxquels s’exposent les premiers, pourfendant les « légendes », les hagiographies, les récupérations, les biais idéologiques, et proposant quelquefois des voies d’accès plus originales.

2Le livre que nous examinons ici se situe un peu entre les deux : il donne des contributions variées, lisibles indépendamment les unes des autres, mais pas seulement juxtaposées. Quatre chapitres traitent individuellement de savants ayant connu gloire, oubli et éventuellement regain de notoriété : Félix Savart (1791-1841), Charles Janet (1849-1932), Émile Belot (1857-1944) et Henri Bouasse (1866-1953). Deux articles mettent en regard les trajectoires d’inventeurs ou de scientifiques différents, au milieu du xixe siècle : le premier oppose deux « pêcheurs presque incultes » des Vosges, Joseph Rémy et Antoine Géhin, à un académicien des sciences, Victor Coste, autour de l’invention de la pisciculture ; le second présente trois inventeurs lorrains de machines aratoires, Mathieu de Dombasle, Jean-Joseph Grangé et Louis Poirot de Valcourt. Enfin, les six autres contributions analysent ce qu’on pourrait appeler des « biographies collectives » : une société d’inventeurs sous la Révolution, des ingénieurs d’État au xixe siècle, une école bordelaise de sociologie (1880-1939), les inspecteurs généraux de mathématiques après la Seconde Guerre mondiale, les femmes astronomes et les présidents de la Société française de chimie.

3Acoustique, cosmogonie, entomologie, paléontologie, physique dans sa diversité, sociologie, voire mathématiques, astronomie et chimie : ce sont de nombreux aspects évidemment partiels de toutes sortes de sciences qui défilent sous les yeux du lecteur. En matière de techniques figurent, en plus des aspects agricoles déjà cités, les évocations d’inventions variées examinées dans des cadres collectifs.

4Il ne peut être question ici de présenter les treize contributions de ce recueil. Donnons simplement, à titre d’exemple, une idée de celle de Nathalie Montel sur les ingénieurs des Ponts au xixe siècle. L’auteure étudie les notices nécrologiques (ou leurs absences), dans les Annales des Ponts-et-Chaussées relatives aux ingénieurs décédés entre 1831 et 1866. Il y en a 38, alors que, même en se limitant aux ingénieurs qui ont atteint le grade d’inspecteur, on en aurait 67 « possibles ». Elle examine les critères de choix et dégage en particulier trois fonctions principales de ce « panthéon de papier » : 1) justifier l’ordre administratif, c’est-à-dire célébrer le « corps » des Ponts et sa hiérarchie ; 2) exalter un système de valeurs assez idéalisées que ces ingénieurs sont censés incarner ; 3) fournir aux nouveaux entrants un modèle de vie et de carrière utile au corps et à la construction d’une mémoire communautaire. L’examen du contenu des notices ainsi que celui des procès-verbaux paraît tout à fait convaincant.

5Au fil des communications, apparaissent, en plus du thème central de l’ouvrage, de nombreux débats importants dans l’histoire des sciences et des techniques : le progrès technique face au progrès moral et à celui de l’esprit humain, scientisme versus humanisme, contributions éclectiques autour d’un vaste domaine versus élaboration un peu sectaire d’un nouveau champ, spécialisation versus éparpillement, science spéculative versus sciences et techniques utiles et vraiment appliquées, artisans et « irréguliers » versus scientifiques établis, bien soutenus et bien organisés par l’État et l’industrie.

6Nous avons lu la contribution d’ouverture d’Anne Collinot, « L’enquête biographique pour les études sur les sciences », une première fois avant les autres et une seconde fois après. Il s’agit d’une présentation en français des réflexions générales rédigées en langue anglaise sur le sujet depuis une trentaine d’années, présentation qui ne manque pas d’intérêt mais dont le rapport avec le reste de l’ouvrage ne saute pas aux yeux. L’auteure n’évoque en effet aucun des articles qui suivent, et ceux-ci ne la citent pas davantage. C’est un peu dommage, parce que l’ouvrage fourmille de questions méthodologiques au moins sous-jacentes qui auraient mérité discussion.

7Ce livre instructif, mais sans prétention particulière, insiste de plusieurs façons sur les aspects institutionnels, économiques, sociaux, politiques ou même contingents, qui font et défont la gloire d’un savant ou d’un inventeur. L’intérêt de nombreuses contributions provient aussi des informations factuelles méconnues qu’elles nous fournissent, par exemple sur la pisciculture, l’agronomie ou à propos des ingénieurs des Ponts. Lorsqu’un article est bien fait, peu importe parfois la question de départ ou même la méthodologie, car toutes les diagonales coupent toutes les verticales et les horizontales, et on en ressort donc plus instruit et plus lucide. On regrettera néanmoins chez quelques auteurs une certaine évaporation des contenus proprement scientifiques, qui pourrait laisser croire que la gloire et l’oubli en sont quasiment indépendants. Comme il existe ailleurs une tendance à diluer l’histoire des sciences dans la sociologie et la politique, il nous semble important de ne pas faire dire à cet ouvrage plus que ne le souhaitent ses coordonnateurs, et au contraire de le placer comme une contribution intéressante parmi d’autres, nombreuses aujourd’hui, en vue de diversifier les angles d’attaque en histoire des sciences.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Crépel, « Patrice Bret et Gérard Pajonk (dir.), Savants et inventeurs entre la gloire et l’oubli », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 127 | 2015, mis en ligne le 17 mai 2015, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4365

Haut de page

Auteur

Pierre Crépel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page