Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Patrick Le Roux, Mémoires hispaniques. Essai sur la pratique de l’histoire

Madrid, Casa de Velasquez, « Essais de la Casa de Velasquez », volume 4, 2012, 214 p.
Xavier Colin
Référence(s) :

Patrick Le Roux, Mémoires hispaniques. Essai sur la pratique de l’histoire, Madrid, Casa de Velasquez, « Essais de la Casa de Velasquez », volume 4, 2012, 214 p.

Texte intégral

1Dans La toge et les armes, aux Presses Universitaires de Rennes en 2011, Patrick Le Roux s’est attelé à la publication, relue et thématisée, du premier volume de ses scripta varia, revisitant quarante ans de recherches sur l’Antiquité romaine, l’armée, les élites, la vie municipale, les contacts entre Rome et les différentes civilisations. C’est une toute autre démarche qui l’amène ici à « témoigner de la condition scientifique et intellectuelle d’un esprit curieux, confronté à des changements constants depuis quarante ans » (p. XI). Ce dense essai historiographique revient sur sa propre histoire (ou sa mémoire), ses souvenirs de chercheur sillonnant la péninsule ibérique, ainsi que sur les bouleversements du paysage intellectuel de l’histoire en général, et de l’histoire ancienne en particulier, pour aboutir non à un modèle ou à un programme, mais à une perspective, un point de vue sur la pratique de l’historien, et la difficulté, mais aussi le bonheur, d’écrire l’histoire aujourd’hui. Dans cette « libre pérégrination entre expérience personnelle et progrès d’une discipline », il entremêle donc plusieurs temporalités : celle des faits et des documents de l’Espagne romaine, celles des hasards et tribulations de la transmission de ces documents, jusqu’au moment de leurs différentes lectures, issues de contextes nationaux ou intellectuels, et à sa propre position : l’élaboration méthodique d’une interprétation raisonnée, contribuant à la compréhension objective des sociétés anciennes.

2La lecture d’extraits d’Appien consacrés au chef lusitanien Viriathe et aux coutumes celtibères inaugure une mise en cause de la construction historiographique d’une « hispanité », identité commune qui se fonde contre et dans Rome (« Chronique d’une histoire annoncée »). Dans « Le beurre et l’huile », Patrick Le Roux déconstruit la grille de lecture de Strabon bâtie autour d’un système classificatoire civilisation/barbarie : il teste ainsi une interprétation structurelle qui ne recoupe ni la complexité des logiques straboniennes, ni la diversité des pratiques provinciales. Le chapitre suivant, judicieusement intitulé « Pierres qui parlent et ne parlent pas », interroge la méthode épigraphique, spécialité universitaire de l’auteur, en opposant ce qui était tenu jadis pour une « science auxiliaire » aux sources « nobles » : l’épigraphiste fait parler les pierres en revenant sans cesse à la matérialité du document et à la question de la contextualisation. Il peut parvenir ainsi à entendre la parole des « oubliés de l’histoire », et « à donner de l’épaisseur aux sociétés à peine entrevues chez Strabon ». L’étude « Hadrien sans Italica » (Italica était une ville romaine située dans l’ancienne Bétique, en Hispanie) démonte l’idée d’un « clan espagnol » autour de Trajan et d’Hadrien, et reprend la recherche sur une vaine identité nationale ou provinciale. Aux derniers chapitres, « Dans l’atelier de Clio », « Nouveaux chemins ? » et dans l’épilogue, « l’artisan historien » fait l’histoire des écritures de l’histoire : il situe l’histoire romaine dans les courants historiographiques, histoire totale, histoire structurelle, il balaie les thèmes, les objets, les espaces et les temps de l’histoire romaine, et examine la validité d’un questionnement de l’histoire des provinces au prisme des concepts d’identité(s) et de métissage, pour cerner la question obsédante de la « romanisation ».

3Patrick Le Roux relit les (r)évolutions de l’écriture historique qu’il a traversées depuis le début de sa carrière. Il se remémore ses débuts, quand l’épigraphie se parait d’une dignité antiquaire, privilégiée en Espagne par les ecclésiastiques (tout comme l’étude de l’armée était monopolisée par des anciens militaires !) : une question de pure érudition. Au fil de l’ouvrage, il constate, sans le moindre regard désabusé, que l’histoire romaine ne s’est guère prêtée aux bouleversements qui ont affecté dans la deuxième moitié du xxe siècle les autres parties de la discipline historique : la nature même de ses sources l’a tenue à l’écart des lectures d’anthropologie structurelle, et l’insuffisance des données statistiques lui a interdit de se rapprocher d’une histoire quantitative et sérielle. Pour féconde qu’elle puisse être, la méthode prosopographique elle-même ne peut démontrer que ce qu’elle souhaite trouver, comme l’a prouvé le chapitre sur Italica. La multiplication des objets d’histoire, la technicité croissante, et par conséquent le cloisonnement des disciplines archéologiques, gênent le dialogue nécessaire entre historiens et archéologues. L’auteur se montre circonspect sur la possibilité d’une histoire totale : le concept de « structure » n’obtiendrait une valeur opératoire qu’en fonction de ses domaines d’application, et la structure totalisante s’use lentement au contact de la conjoncture de l’ordre du temps court ou moyen (p. 126). L’histoire totale comme « mythe » placerait l’histoire « à la remorque de la philosophie » (p. 127). La synthèse provinciale ou thématique reste toujours partielle et provisoire, aux résultats jamais définitifs. Quel espace reste-t-il alors à l’écriture d’une histoire méthodique et raisonnée ?

4Le salut vient de l’épigraphie et de sa démarche. Non que la découverte fortuite d’un document nouveau vienne remettre en cause les thèses précédentes ou apporter un nouvel éclairage décisif dans une démarche positiviste, mais pour Patrick Le Roux, « faire de l’histoire et l’écrire […] suppose la conscience critique d’une construction d’historien qui ne raconte pas ce qui s’est réellement passé faute d’en avoir les moyens » (p. 82-83). Loin de Michelet ou de Ranke, l’étude des inscriptions révèle l’impossibilité d’une macro-histoire plaquée d’en-haut : l’épigraphiste part nécessairement du bas, du document lui-même, sans modèle préconçu s’imposant a priori. L’auteur raconte l’inlassable confrontation de l’historien avec le document dans sa matérialité : la nature de la pierre, l’analyse du travail du lapicide, la réflexion sur les types de supports ou leur taille, les recherches de localisation. L’ouvrage confond le lecteur devant l’humilité épistémologique et l’infinie modestie d’un historien aussi brillant et profond que Patrick Le Roux face à l’objet dans sa trivialité : la pierre à faire parler. Une inscription, c’est une chose et des mots. La réflexion sur l’épigraphie introduit ainsi à une interrogation sur le discours : conditions de production et de réception d’un discours, qualités et registre de langue, rhétorique et modèles culturels, pouvoir symbolique du langage. Sans faire explicitement référence aux travaux de Pierre Bourdieu, l’auteur intègre les inscriptions dans l’étude des relations sociales. Enfin, l’extrême – et saine – sensibilité de l’auteur aux questions de contexte provient sans nul doute de sa pratique épigraphique : de même que frater peut signifier soit frère biologique soit compagnon d’armes, selon que l’auteur soit civil ou soldat en activité, le travail sur les inscriptions impose une infinie vigilance sur les micro-variations à l’intérieur d’une série, sur la chronologie et le sens qu’elle confère, ou sur la situation du document à toutes les échelles géographiques. Ainsi donc, l’épigraphie livre la clef de la pratique de l’histoire selon Patrick Le Roux : faire de l’histoire, c’est interpréter, en conscience, avec rigueur et méthode. Se contenter de « déchiffrer des traces pour faire exister le passé ou l’histoire » (p. 72) n’aurait que l’apparence naïve du travail historique. À la manière de l’intelligence du musicien qui interprète une œuvre préalablement écrite, il y a plus de profit à relire, avec une autre approche ou dans un autre contexte, un document déjà connu, même rebattu, qu’à attendre qu’une découverte fasse avancer la vérité.

5Le troisième axe qui se dégage de l’ouvrage concerne la place de l’historien vis-à-vis de son objet et dans la cité, ce qui ne pourra manquer de susciter l’intérêt d’un lecteur des Cahiers d’histoire. L’historien trie et choisit. Certes, il est condamné à échouer dans des prédictions, mais l’historien-interprète objectif selon Patrick Le Roux a un rôle public, et doit faire preuve d’une position critique, à la fois contre la renaissance et la séduction d’une histoire « officielle », et contre l’excès de mémoire, commémorations et patrimonialisation (p. 132). L’auteur rappelle avec malice que patrimonium renvoie aux biens impériaux hérités à titre institutionnel ! Le travail historiographique met ainsi en lumière les lectures détournées et l’instrumentalisation de l’histoire ancienne au service d’une construction symbolique de l’identité nationale, spécialement sous la dictature franquiste. Se référant à Benedetto Croce (« Toute histoire est contemporaine »), la posture interprétative de l’auteur implique une écriture de l’histoire au présent, assumant en conscience ses limites. Ce qui ne manque pas d’audace intellectuelle : il est alors légitime, sans anachronisme, mais en restant ferme méthodologiquement, de poser au passé des questions contemporaines. Ainsi la question du rapport dominants/dominés dans la romanisation, ou de l’existence d’un capitalisme antique ou médiéval. « La réponse positive ou négative n’est pas l’essentiel. Elle devient un prétexte pour isoler des systèmes économiques propres aux sociétés concernées et pour interroger une lecture convenue fondée sur la fiction d’une continuité dans le présent ». Ce que traduit l’expression de « discordance des temps », qui revient à plusieurs reprises dans l’essai.

6La fécondité de l’écriture de l’histoire réside dans la possibilité de prendre et d’assumer de la distance par rapport à son objet et au passé : ainsi de l’histoire des provinces pour l’histoire de Rome. Patrick Le Roux revendique pour Clio, plutôt qu’une déconstruction, un « décloisonnement » des domaines, et un « décentrement » des espaces et des temporalités. Il a lui-même vécu durant toute sa carrière un tel décentrement, comme chercheur français, « étranger » sur le terrain ibérique, ce qui lui a conféré à la fois liberté et faculté critique.

7Contrairement à l’histoire grecque, avec Moses I. Finley, puis en France François Hartog – Paul Veyne adoptant une position transversale –, l’histoire romaine a longtemps montré quelques réticences à la dimension historiographique. L’essai de Patrick Le Roux constitue un jalon essentiel pour intégrer une réflexion sur l’écriture de l’histoire du monde romain dans toute la sphère historique, et dans le panorama plus large des sciences humaines. Il mérite une lecture attentive de quiconque souhaite prendre du recul dans son analyse du passé. « C’est à faire coexister des histoires multiples et passionnantes, exigeantes pour qui mène les enquêtes, que devraient tendre les historiens, sans réticence ni hésitation à cause d’une prétendue utilité du métier et du récit qu’ils construisent ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Colin, « Patrick Le Roux, Mémoires hispaniques. Essai sur la pratique de l’histoire », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 127 | 2015, mis en ligne le 17 mai 2015, consulté le 29 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4362

Haut de page

Auteur

Xavier Colin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page