Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Laurence Fontaine, L’économie morale. Pauvreté, crédit et confiance dans l’Europe pré-industrielle

Paris, Gallimard, 2008, 438 p.
Guy Lemarchand
Référence(s) :

Laurence Fontaine, L’économie morale. Pauvreté, crédit et confiance dans l’Europe pré-industrielle, Paris, Gallimard, 2008, 438 p.

Texte intégral

1Depuis l’école des Annales prônant l’interdisciplinarité, assez nombreux sont les historiens qui se sont rapprochés de la sociologie de terrain et y ont trouvé des thèmes d’étude et des méthodes d’observation plus concrets que la seule lecture érudite des archives ne pouvait apporter. Néanmoins, jusqu’à présent, fort peu nombreux ont été ceux qui utilisaient la sociologie théorique, qui leur paraissait trop éloignée des sources habituelles et de la méthode positive. Le résultat non clairement prononcé est que l’histoire, discipline de la synthèse reconstituant la dynamique d’ensembles formés de pièces hétérogènes, risque d’en rester dans l’explication des faits à l’accumulation empirique des facteurs, et non d’arriver à une véritable démonstration. En d’autres termes, le modèle fort peu modélisé fonctionne mal. Ainsi, paru il y a déjà plusieurs années, le livre de Laurence Fontaine n’a pas encore suscité le débat qu’on aurait pu attendre. Pourtant, centré sur une grande question sociale au cœur de l’actualité politique, l’ouvrage est fondé sur une bibliographie diverse, large et dominée, quoique critiquable en certains aspects, et sur un effort original de réflexion à portée épistémologique. Il semble que les historiens français, par ailleurs inventifs en méthodologie et dans l’exploitation de sources toujours nouvelles, en sont demeurés à la frilosité ancienne en face d’un essai qui se veut d’élaboration principalement théorique, l’auteure ayant, comme elle l’écrit elle-même, visé à comprendre les pratiques économiques de l’Europe moderne, de l’Angleterre à l’Italie, pour appréhender celles d’aujourd’hui.

2Pour cela, Laurence Fontaine part d’une critique des insuffisances, selon elle, de l’analyse de l’Ancien Régime par l’historiographie depuis les années 1960. Celle-ci s’en tiendrait à une causalité uniquement économique se fondant surtout sur le temps long et considérant l’économie comme une entité autonome. Elle manquerait d’analyses individuelles et ne s’intéresserait pas au vaste problème du surendettement, partout et massivement présent avant la révolution industrielle. L’auteure est donc conduite, et c’est un des mérites du livre, à avancer des interrogations qui vont au-delà de ce qu’on écrit habituellement en la matière. Concernant la masse des pauvres, infirmes, vieillards ou indigents occasionnels, constamment démunis de moyens de subsistances régulières lors des crises de cherté et de chômage, l’étonnant n’est pas le déracinement et le développement brutal de la mendicité, mais c’est plutôt de comprendre pourquoi les vagabonds ne sont pas plus nombreux encore. En Castille, en phase d’expansion économique en 1748-1752, dans certains villages, jusqu’à 71 % des foyers sont endettés et la valeur globale de la dette peut aller jusqu’à trois fois la valeur de la production agricole annuelle. À Paris, ville gigantesque pour l’époque et lieu de tous les enrichissements, au début du xviiie siècle, 65 % des gagne-deniers et 60 % des domestiques sont endettés, et cela va croissant ensuite. Empêchant de sombrer la grande majorité des petits paysans parcellaires et salariés n’ayant que leurs bras, des pratiques sociales bien ancrées sont établies : les réseaux horizontaux de famille, d’amis et de voisins et les confréries aidant l’individu, mais également la pratique d’un crédit quasi quotidien et universel chez le boulanger, chez le prêteur sur gage pour de modestes fripes, ou mieux sur des montres, auprès aussi des monts de Piété, qui se multiplient à partir du xvie siècle et, formes plus élaborées, en recourant auprès du seigneur ou de quelque marchand à l’acte sous seing privé sans frais et ou la rente constituée. Également fort répandue, la pratique de reconduire le crédit plusieurs fois fait grossir indéfiniment la dette. Mais à l’autre bout de la société, chez les nobles et les négociants, l’endettement règne aussi et il est souvent chronique. Même les plus grandes fortunes, celles de l’aristocratie de cour, sont atteintes. L’emprunt est courant dans le second ordre : pour doter filles et cadets, pour assumer les frais du service des armes dû au roi, en Angleterre pour couvrir, avec la corruption, les dépenses électorales. Là aussi, on sollicite et trouve la famille, les amis, et les marchands sont flattés en même temps que rassurés de prêter aux gens de qualité. Même les domestiques avancent de petites sommes, et les fournisseurs ne sont payés que sur présentation d’un mémoire rempli au long des mois ou même des années, sans que personne ne s’en alarme, comme dans les comptes de J.-L. Rodop, gros créancier noble de Castres, dont certaines créances vers 1728 seront recouvrées en vingt ans. Aux parents, on prête sans intérêt et tout n’est pas récupéré.

3Avec ces pratiques, les arts entrent dans le train de vie de qui veut être ou paraître noble et, comme le relève Laurence Fontaine, les ventes aux enchères des œuvres elles-mêmes deviennent pour les princes et les cours des lieux de joutes, ce qui aboutit à la constitution des collections royales et privées, mais aussi au gonflement des dettes de la haute société. Par ailleurs, les femmes mariées sont tenues en condition dépendante, qu’elles aient le droit ou non de garder leur dot, que ce soit en droit latin, saxon ou germanique, et peuvent trouver par l’extension du crédit un rôle et un peu d’autonomie : femmes de colporteurs ou de marins absents ayant donné procuration, marchandes à la toilette, revendeuses de vêtements de saisies ou de reventes, prostituées recevant des parures de leurs clients, même femmes priseuses assermentées d’inventaires à Amsterdam, ou simples femmes de paysans revendant leurs volailles à la ville pendant que le mari est aux champs. La pratique et la nécessité du crédit sont telles qu’il est difficile de distinguer prêt normal et usure, et que toute fortune de marchand bien établi comporte volontiers plus de 50 % en papiers signés par des grands pour des montants en milliers, comme en billets représentant seulement quelques journées de travail et pour quelques mois. Ce système du crédit généralisé fleurit d’autant mieux que tout à la fois le numéraire est rare et insuffisant par rapport au volume des transactions, grandes du négoce international et petites de l’existence quotidienne, et qu’il trouve peu de freins et interdits légaux et judiciaires. L’interdit chrétien contre le prêt à intérêt est ouvertement transgressé en Italie du Nord dès le xiiie siècle et, au xvie siècle, il se répand d’autant mieux qu’on peut trouver au moins cinq à six subterfuges de présentation de l’action pour le dissimuler fort légalement. Les poursuites contre l’usure sont rares, et l’Église elle-même n’est guère active sur le chapitre. Au xviiie siècle, il n’est plus question de loi limitant le taux d’intérêt et Turgot se déclare en faveur de la liberté du taux, tandis que dans la très catholique Espagne, Charles III autorise les grandes corporations de Madrid à conclure de tels contrats.

4Il y a donc bien pendant l’ère pré-industrielle, comme le décrit Laurence Fontaine, deux systèmes d’échanges avec entre les deux des « passeurs », intendants gestionnaires de domaines, notaires et avocats trafiquant sur les héritages et les créances, brokers représentants des Grands en affaires, domestiques prête-noms qui font peu à peu leur pécule. La coexistence de ces deux systèmes, les liens et les querelles entre eux, retentissent dans le théâtre des xvie-xviie siècles qu’analyse, autre originalité intéressante, Laurence Fontaine, où avec Timon d’Athènes et Le marchand de Venise de Shakespeare, ainsi que Dom Juan de Molière, elle montre la différence entre l’économie dominante ancienne et celle du contrat et du risque. Schéma qui vient en partie de l’Essai sur le don (1923-1924) de Marcel Mauss, le système aristocratique est celui du don et de l’amitié entre individus où, en même temps que chacun doit aider le proche dans le besoin, il en recevra en retour un signe de reconnaissance, cadeau ou attitude, créant un lien durable entre les deux et perpétuant la supériorité de l’un sur l’autre. Il s’agit toujours de paraître plus que d’être, de tenir son rang et de se trouver au haut de la hiérarchie par le superbe de la dépense et la générosité du prêt, jusqu’à l’inconséquence. En face se trouve l’économie que décrit beaucoup plus vite Laurence Fontaine : l’économie capitaliste du calcul monétaire et de l’accumulation. Le premier résiste longtemps et l’auteur a raison de poser une autre interrogation importante : pourquoi ne s’écroule-t-il pas de lui-même sous l’insolvabilité, et pourquoi persistent longtemps les lignages nobles prospères et dépensiers ? Est-ce uniquement parce que la prégnance idéologique des dominants est si forte qu’elle baigne et bloque toute la société, comme paraît le suggérer l’auteure ? Tout d’abord, la recherche récente a montré qu’avec l’effet d’une mortalité élevée et les variations de la conjoncture économique, il disparaît avant la fin du xviiie siècle plus de familles qu’on ne le croyait. Mais surtout les rois, et bon gré mal gré les nobles, ont mis en place ce que l’auteure appelle des « garde-fous » : les règles de majorats à noms divers dans presque toute l’Europe, qui assurent la conservation des patrimoines quels que soient les maux de l’existence et les folies des héritiers prodigues. Il y a aussi l’ordre et les finances de la monarchie : les arrêts de committimus suspendant les poursuites judiciaires et le don ou la pension versés par le trésor royal à qui en a besoin et est connu.

5Toutefois, Laurence Fontaine va plus loin : pour elle, il n’y a eu aux xviiie-xixe siècles ni succession de modes de production, ni « désencastrement » de l’économie de la société, mais contamination de régimes de valeur différents. Ainsi, elle tend à glisser de l’économisme, qu’elle reprochait à l’historiographie, à l’affirmation de la suprématie de la culture. Elle met en valeur le caractère dominant de l’économie d’échange de l’époque moderne : un système de bazar où le marchandage est une pratique essentielle, avec localisation des activités marchandes par quartiers spécialisés, ce qui limite les déplacements pour les clients et facilite le contrôle sur les professionnels par la corporation, avec également une extrême fragmentation des spécialisations suivant les boutiques, ce qui donne plus de compétence au vendeur pour le client, l’accent mis sur la réputation du marchand, garantie de qualité et de juste prix d’un article rare ou unique, un temps compté sans limite passé à conclure la transaction, qui renforce pour l’acheteur le sentiment d’avoir fait une bonne affaire. Mais il faut remarquer que cette personnalisation du lien économique dans le système du don est loin d’être dictée par la seule suprématie de la culture sur l’ensemble de l’organisation de la société, elle répond également à des contraintes techniques, économiques et démographiques : la faiblesse et l’irrégularité du flux de métaux précieux monétaires qui, malgré la lettre de change et les billets, demeure l’essentiel de l’instrument du total monnaie en numéraire et quasi-monnaie en papiers ; la faiblesse et la lenteur des moyens de communication, qui restreignent le volume des affaires et limitent les possibilités de régulation législative efficace ; la faiblesse des quantités de production avant la révolution industrielle, la chimisation et la mécanisation de l’agriculture, qui empêche un stockage important et freine une tendance à la spéculation, qui existe tout de même dès que le négociant a un peu de trésorerie ; enfin, avec une urbanisation encore très limitée, une dispersion des débouchés urbains qui assureraient de gros chiffres de transactions.

6Par ailleurs, Laurence Fontaine note à juste titre que la logique de la pratique massive d’un endettement proliférant, plus ou moins longtemps reconduit, est la captation des terres, des marchés de produits de base et même de la force de travail avec, par exemple, l’extension de la mezzadria en Italie du xve au xviie siècle avec au bout la concentration foncière, ou la dépendance du tisserand de la proto-industrie aux xviie-xviiie siècles vis-à-vis du marchand-fabricant qui fournit la matière première et organise la diffusion commerciale du produit fini. Par conséquent, au terme de ce fonctionnement et de cette structure se produit le changement social et la promotion de ceux qui sont davantage créanciers que débiteurs et cherchent, y compris par l’innovation, à monter socialement, avec ou sans l’accord des cercles dirigeants aristocratiques. En fait, refusant le concept global des modes de production et de leur succession, Laurence Fontaine débouche sur une impasse et n’appréhende qu’une partie, importante mais non unique, des processus d’évolution sociale. Le tableau très stimulant qui est donné par le livre n’est pas replacé dans la totalité complexe de son contexte. Certaines des critiques faites à l’historiographie sont contestables. Outre que souvent les monographies locales et régionales et leurs statistiques d’ensemble sont précisées par des descriptions de patrimoines et de carrières individuelles de membres des groupes composant la population de la circonscription considérée, les études de cas, sans atteindre à la micro-histoire, et les biographies de personnages moyens et sans éclat particulier ont été multipliées depuis 1960. De plus, loin de s’en tenir à des explications purement économiques, la plupart des historiens français ont eu, dans la suite d’Ernest Labrousse et de Fernand Braudel, le souci de repérer les facteurs non économiques qui avaient pu contribuer à façonner le niveau économique lui-même. L’excès de la critique faite par Laurence Fontaine ne relève-t-il pas de la mode intellectuelle libérale des années 1990-2000 ? Les lacunes de sa bibliographie sont également éloquentes. À côté de Pierre Goubert et d’Emmanuel Le Roy-Ladurie, qui étaient effectivement indispensables, n’aurait-il pas été utile de tenir compte de certains travaux qui ont aussi fait date dans le type de recherche entrepris, qui auraient permis d’affiner l’analyse et d’éviter le piège réducteur de l’impérialisme culturel ? Par exemple, avec Jean Jacquart et sa Crise rurale en Île-de-France, 1550-1670 (1974) qui permet de mieux saisir la relation entre agriculture en voie de commercialisation et, à la fois, paupérisation des paysans parcellaires et enrichissement des grands fermiers ; avec Les Messieurs de Saint-Malo. Une élite négociante au temps de Louis XIV (1990) d’André Lespagnol, qui montre chez de grands entrepreneurs le mélange de modernité et d’archaïsme ; ou avec La mort en Anjou (1970) de François Lebrun, où apparaît une mortalité catastrophique qui précarise les projets économiques. Le poids extrême de l’économique et du démographique comme facteurs essentiels à côté du culturel serait apparu avec plus d’évidence. De même, sur un plan plus théorique, Marx et Keynes sont soigneusement passés sous silence alors qu’on trouve La Grande Transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps (1944, 1983) de Karl Polanyi. Il ne s’agit pas de se livrer au concours des citations des maîtres à penser à révérer comme on le faisait à l’Est dans les années 1930 ou 1960, avec les sentences tirées du camarade Staline, d’Enver Hodjà ou du président Mao, qui valaient brevet de compétence. En général, dans l’évocation des grands théoriciens passés, il y a seulement des instruments pour élargir l’horizon théorique. À lire l’auteure, on ne mesure pas combien la culture capitaliste a écrasé finalement la culture du don, et quelle a été la longue durée et la résistance de la première en face de la seconde. D’autant plus qu’il y a eu des phases successives dans les relations entre les deux, le capitalisme étant loin, et la bourgeoisie avec lui, d’être porté spontanément à la révolution. L’explication de l’évolution de la société d’Europe occidentale par la coexistence des deux systèmes de valeurs est insuffisante, car elle ne permet pas de saisir pourquoi et comment la société a changé au long des siècles. Il y a eu d’abord symbiose entre les deux, où les paysans enrichis, receveurs de seigneuries, et les marchands, fournisseurs de produits de luxe nécessaires à l’ostentation nobiliaire, étaient en situation de dépendance et prospéraient peu à peu en exploitant respectueusement la largesse aristocratique. Et dans un deuxième temps, souvent confus et long à apparaître, les contradictions sont devenues plus sensibles et les capitalistes ont été malgré eux obligés de faire quasiment table rase du monde ancien et, éventuellement ici ou là, ont maintenu le don, mais comme un oripeau publicitaire. Toutefois, bien des facteurs du contexte autres que culturels sont intervenus pour tantôt ralentir, tantôt accélérer le mouvement des formations sociales.

7On peut espérer que, en dépit de quelques réserves secondaires, un ouvrage aussi riche que celui de Laurence Fontaine, sur des questions aussi fondamentales que pauvreté et crédit, ouvre la porte à de nouvelles discussions. Alors que le gouvernement socialiste de la France a totalement capitulé sur les problèmes sociaux et que l’auteure vient de publier un nouvel ouvrage qui amplifie certaines des orientations du livre de 2008 (Le marché, histoire et usages d’une conquête sociale, Gallimard, 2014), le thème reste particulièrement d’actualité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy Lemarchand, « Laurence Fontaine, L’économie morale. Pauvreté, crédit et confiance dans l’Europe pré-industrielle », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 127 | 2015, mis en ligne le 17 mai 2015, consulté le 26 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4360

Haut de page

Auteur

Guy Lemarchand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page