Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Aux sources de l'histoire

Maurice Agulhon (1926-2014)

Raymond Huard
p. 137-139

Texte intégral

1Maurice Agulhon, disparu en mai 2014, a marqué profondément l’histoire contemporaine en tant que discipline, par son œuvre considérable et par l’influence qu’il a exercée sur de plus jeunes historiens.

2Il naît le 20 décembre 1926 dans une famille d’instituteurs du Gard, mixte sur le plan confessionnel, mais marquée par le protestantisme et de conviction républicaine, laïque et socialisante. Il suit des études secondaires au lycée d’Avignon, puis prépare l’École normale supérieure à Lyon, dans la khâgne où enseigne l’historien Joseph Hours, lui-même porté vers l’histoire du contemporain. Attiré par l’histoire sans raison particulière, il entre à l’ENS en 1946 et devient agrégé d’histoire en 1950. Dans l’atmosphère de l’époque, le jeune homme, produit de la méritocratie républicaine, peu tenté par la vie mondaine ou une carrière parisienne, adhère comme beaucoup de jeunes intellectuels au PCF, dont il soutient les aspirations sociales et où il trouve, selon ses propres propos, une « famille de substitution ». Il y restera jusqu’en 1960. Nommé professeur à Toulon puis à Marseille, il commence en 1954, tout en continuant à militer au PCF, une thèse sur le Var entre 1789 et 1851, sous la direction d’Ernest Labrousse, professeur à la Sorbonne et spécialiste renommé d’histoire économique et sociale. Il entre alors au CNRS, puis enseigne à l’université d’Aix. Au cours de ses recherches, il infléchit l’orientation de sa thèse vers l’histoire des mentalités politiques, celle du « mental collectif », découvre aussi en Provence la sociabilité méridionale, qui donne naissance à son premier ouvrage : Pénitents et francs-maçons dans l’ancienne Provence (1968). Il y montre la continuité des pratiques de sociabilité de l’Ancien Régime à la Restauration. La publication de sa thèse d’État soutenue en 1969, en trois volumes consacrés le premier à La vie sociale en Provence intérieure au lendemain de la Révolution, le second à Toulon, Une ville ouvrière au temps du socialisme utopique et le troisième à La République au village, le révèle comme un maître des études dix-neuviémistes. Écrite avec talent et une grande sensibilité, La République au village (1970) connaît un succès public qui dépasse les milieux universitaires. Sur le plan scientifique, Maurice Agulhon s’éloigne des interprétations marxistes et se replie, comme il l’a écrit, vers l’éclectisme et l’empirisme. Cet itinéraire scientifique n’a pas de rapport, selon lui-même, avec son évolution politique. Influencé très momentanément par le gauchisme en 1968, il revient ensuite vers le socialisme démocratique, sans se rattacher à un parti. Nommé professeur à la Sorbonne, il est ensuite élu au Collège de France où il finira sa carrière universitaire.

3Travailleur acharné, minutieux, d’une immense culture, Maurice Agulhon était un homme toujours courtois, réservé et discret, peu enclin de ce fait aux prestations médiatiques. Il était en revanche convaincu, peut être du fait de ses origines, qu’il devait servir la cause de la culture historique dans tous les milieux et répondait toujours « présent » quand on lui demandait d’aller parler dans la plus petite bourgade. Il y avait en lui quelque chose de ces « hussards noirs de la République » qu’avaient été ses parents, et aussi de l’austérité puritaine dans laquelle il avait été élevé. Il anima d’autre part de nombreuse sociétés savantes (Société d’histoire de la Révolution de 1848, Société d’études jaurésiennes, notamment) et s’investit au plus haut niveau dans le bicentenaire de la Révolution française.

4L’œuvre de Maurice Agulhon est considérable, et a donné lieu à des publications innombrables en livres et articles. Elle comporte divers volets. Le domaine provençal, qui a marqué le début de sa carrière, a cédé progressivement la place à une vision nationale. Mais c’est sans doute celui où Maurice Agulhon a manifesté de la façon la plus frappante sa sensibilité historique, son talent de conteur, ses réussites d’écriture. S’il était au départ surtout un spécialiste du xixe siècle, et notamment de la période quarante-huitarde pour laquelle il montrait une particulière affection (1848 ou l’apprentissage de la République, 1973), il a abordé aussi avec succès d’autres sujets et d’autres périodes : la France au xxe siècle, certains épisodes de l’histoire du communisme, notamment à la Libération, le personnage de Charles De Gaulle, pour lequel il passa de la répulsion à une certaine fascination. Il a donné de grandes synthèses comme La République de 1880 à nos jours (1990). Il est devenu progressivement « l’historien de la République ». Dans la deuxième moitié de sa vie, Maurice Agulhon s’est intéressé de façon très poussée à la symbolique républicaine, de la Révolution à nos jours, et en particulier au personnage de Marianne, figure féminine de la République statufiée en place publique, phénomène qu’il avait d’ailleurs découvert en Provence. Il a publié sur ce sujet trois volumes, Marianne au combat (1979), Marianne au pouvoir (1979), Les métamorphoses de Marianne (2001). Ces études très neuves, qui résultaient d’une immense enquête menée avec l’aide de collaborateurs bénévoles dans toute la France, n’ont malheureusement pas eu le succès public qu’il espérait. Frappé en 2006 d’une attaque cérébrale qui l’a paralysé partiellement, il a dû renoncer à un travail de recherche et de publication trop soutenu et a terminé sa vie dans sa maison familiale de Villeneuve-lès-Avignon. Il est décédé à l’hôpital de Brignoles, entouré de sa famille, le 28 mai 2014.

5Dans l’œuvre considérable de Maurice Agulhon, en dehors des acquis factuels de recherche savante qu’apporte tout historien digne de ce nom, certaines nouveautés plus méthodologiques sont destinées à durer. Si on a pu le rattacher, du fait de ses centres d’intérêt, à l’école des Annales, il n’a jamais été un homme « d’école ». En revanche, en s’écartant du modèle labroussien qui privilégiait le déterminisme économique et social, il a été le précurseur d’une tendance nouvelle qui, à partir des années 1970, a promu parmi les historiens l’étude des mentalités. En étudiant en profondeur l’enracinement de l’idée républicaine dans le peuple des campagnes et des villes, ainsi que les modalités de cet enracinement, il a montré que la politisation paysanne ne procédait pas forcément de la modernisation des structures économiques et sociales, mais pouvait au contraire se concilier avec un certain archaïsme des structures mentales et des comportements. Il a mis en lumière tout ce qu’elle devait aux pratiques de la vie locale communautaire, de la vie municipale, des associations, des cercles, des chambrées de village. Il a ainsi renouvelé l’étude de la politisation de la paysannerie française au xixe siècle. En croisant d’autre part l’histoire de l’art et l’histoire politique dans l’étude des représentations de Marianne, il a mis en lumière la force émotive des symboles mobilisateurs et leurs diverses significations. Ce sont donc au total les médiations très complexes par lesquelles se fraient les idées politiques qu’il a contribué à explorer, ouvrant ainsi la voie à une histoire politique moins linéaire, plus charnelle et finalement plus humaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raymond Huard, « Maurice Agulhon (1926-2014) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 127 | 2015, 137-139.

Référence électronique

Raymond Huard, « Maurice Agulhon (1926-2014) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 127 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4359

Haut de page

Auteur

Raymond Huard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page