Navigation – Plan du site
CHANTIERS

« Hier sur tous les fronts… Demain sur tous les mondes ». Mobilisation météorologique et reconfigurations disciplinaires, militaires et aéronautiques durant la Première Guerre mondiale

Sylvain Di Manno
p. 117-133

Résumé

Cet article porte sur la mobilisation de la science météorologique durant la Première Guerre mondiale, et sur les mutations induites par celle-ci au sein des pratiques de prévision météorologique et des sphères militaires et industrielles. Le conflit a en effet nécessité la création de services météorologiques militaires, dont les activités ont radicalement transformé cette discipline scientifique. En retour, la science météorologique a largement façonné la forme physique de la guerre des tranchées. La mobilisation météorologique a en particulier permis l’utilisation et l’innovation de l’aéronautique durant le conflit, ouvrant la voie au développement de l’aviation commerciale en temps de paix.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le caractère essentiellement cognitif des organisations militaires s’incarne notamment dans la noti (...)
  • 2 Pour une histoire de l’introduction des facteurs atmosphériques au sein des stratégies militaires, (...)

1L’anticipation et la maîtrise de l’environnement de combat forment une dimension centrale de l’agir militaire. La morphologie spatiale et temporelle des différents conflits armés est historiquement indissociable des formes de savoirs mobilisés sur le milieu d’engagement, notamment la topographie des territoires, leur climat, et leur végétation1. Les savoirs climatiques et météorologiques forment une classe particulière de connaissances utiles aux armées, et la nature des savoirs atmosphériques mobilisés a fortement évolué au cours de l’histoire, conjointement aux transformations de l’art militaire2.

  • 3 Concernant les sciences du système terre, voir le volume n° 33 « Earth Sciences in the Cold War Gue (...)

2La Seconde Guerre mondiale et la guerre froide disposent de l’historiographie la plus fournie sur la mobilisation pour la guerre des sciences atmosphériques, et plus largement géophysiques3. Ces travaux se sont intéressés aux modes spécifiques de financement de la recherche mis en place à partir de 1945 afin de faire coïncider l’agenda des sciences de la terre avec les impératifs géostratégiques occidentaux. Ils ont démontré qu’une part importante des connaissances scientifiques et des modèles institutionnels qui façonnent aujourd’hui les sciences du climat sont directement hérités de la guerre froide.

  • 4 Dans cette optique, on peut pointer les rapports étroits liant les marines commerciale et militaire (...)

3Cet article souhaite montrer que la Première Guerre mondiale a elle aussi marqué une rupture importante concernant la maîtrise du ciel et la mobilisation des savoirs y étant relatifs. Les conséquences en furent déterminantes sur l’évolution des sciences atmosphériques, la conduite militaire, et l’industrie aéronautique. S’il ne s’agit pas de nier la spécificité – en termes d’ampleur et de modèle institutionnel – de la période de mobilisation qui s’est ouverte après 1945, il convient cependant de replacer celle-ci dans une trame historique plus longue des dynamiques de reconfiguration entre agir militaire et sciences de la terre4.

  • 5 La Direction des inventions fut le principal organe de mobilisation, de planification et de coordin (...)
  • 6 David Aubin et Patrice Bret (dir.), Le sabre et l’éprouvette : l’invention d’une science de guerre, (...)
  • 7 Voir notamment Daniel J. Kevles, « “Into Hostile Political Camps” : The Reorganization of Internati (...)
  • 8 Anne Rasmussen, « Mobiliser, remobiliser, démobiliser. Les formes d’investissement scientifique en (...)

4La mobilisation scientifique durant la Première Guerre mondiale et ses effets en temps de paix n’ont pas fait l’objet de recherches aussi systématiques que la période 1940-1970. Concernant la France, on note les travaux d’Yves Roussel, d’Anne Rasmussen et de Gabriel Galvez-Behar sur la mobilisation et la démobilisation scientifiques au sein de la Direction des inventions5, ainsi qu’un numéro spécial de la revue 14/18 Aujourd’hui de 2001, dirigé par David Aubin et Patrice Bret6. Ces recherches font ressortir l’importance de l’expérience de mobilisation dans l’émergence d’une culture de guerre qui a marqué les représentations identitaires de l’élite scientifique française des années 1920 et 1930. Ils pointent aussi la lenteur de la démobilisation politique des sciences, notamment au sein des organes de coopération scientifique internationale7. Enfin, ils montrent l’importance de l’expérience de mobilisation scientifique dans l’émergence des politiques de financement de la recherche engagées après le conflit par l’État français8.

5À notre connaissance, aucun travail ne s’est intéressé à la mobilisation des sciences météorologiques durant ce conflit. Cette étude souhaite ainsi apporter une contribution à l’histoire de la mobilisation scientifique de 1914‑1918 et des rapports entre sciences de la terre et agir militaire. Il s’agit en particulier de s’intéresser aux reconfigurations induites à l’intérieur des communautés scientifiques impliquées, et aux impacts au sein des champs militaires et industriels concernés. Pour cela, on dressera trois tableaux parallèles. Le premier porte sur le nouveau rôle stratégique joué par l’atmosphère durant le conflit, suite à l’émergence de l’aéronautique militaire et des gaz asphyxiants. Le second s’intéresse aux modalités de cette mobilisation de la météorologie par l’armée, et aux rapports entretenus entre les services météorologiques militaires et la météorologie civile. Le troisième porte sur le parcours de deux physiciens, Charles Maurain et Edmond Rothé, qui jouèrent un rôle crucial dans le développement de la météorologie militaire, à la tête de la section aéronautique de la Direction des inventions.

6Trois grandes thèses jalonnent cette étude. Tout d’abord, la météorologie a été un déterminant central de la forme physique de la guerre des tranchées ; pour la première fois dans l’histoire militaire, les savoirs sur la physique de l’atmosphère ont été élevés au rang d’éléments actifs de l’action. Deuxièmement, la mobilisation météorologique a engendré des mutations institutionnelles et disciplinaires profondes au sein des sciences de l’atmosphère. Celle-ci a débouché au tout début des années 1920 sur la scission encore d’actualité entre géophysique et météorologie, chacune de ces disciplines s’incarnant désormais autour d’institutions et de pratiques de recherche distinctes. Enfin, la mobilisation météorologique fut une condition indispensable à la viabilisation des techniques aéronautiques, et a ouvert la voie à la production en masse d’appareils aéronautiques, pendant puis après le conflit.

La guerre de tranchées, une guerre des savoirs sur l’atmosphère

  • 9 Notamment les guerres napoléoniennes, la guerre de Crimée, et la guerre franco-allemande de 1870, p (...)

7Les formes de conflits hégémoniques précédant la Grande Guerre, caractérisées par des batailles brèves et localisées, distantes géographiquement et temporellement, recouraient principalement à des connaissances atmosphériques de climatologie générale. Dans cette configuration du combat, la connaissance des variations saisonnières du temps permettait d’envisager la préparation d’opérations sur le long terme9. Le conflit de 1914-1918, première « guerre totale » brouillant les délimitations spatiales et temporelles usuelles des batailles, fut rapidement marqué par la guerre de tranchées. Cette morphologie de combat, ordonnée par les opérations de réappropriation des tranchées ennemies, reposait sur une expertise atmosphérique toute différente.

  • 10 Pour les applications générales de la météorologie aux problématiques militaires et plusieurs exemp (...)

8Les opérations terrestres de la guerre de tranchées s’articulaient avec un usage combiné de trois armes distinctes : l’aviation, l’artillerie de longue portée, et les compagnies de gaz asphyxiants (dites aussi « compagnies Z »). Alors que les avions et les dispositifs d’aérostation servaient à cartographier la disposition du camp ennemi, l’artillerie lourde et les gaz asphyxiants étaient utilisés afin d’immobiliser respectivement l’artillerie ennemie et les soldats des tranchées adverses durant les attaques au sol. Or, cette configuration particulière de combat fut rendue possible par un recours massif aux sciences météorologiques10, et dès 1914 ces trois armes se dotèrent progressivement de services météorologiques propres afin de subvenir à leurs besoins.

  • 11 Pour une étude des activités du Service géographique de l’armée durant la Première Guerre mondiale, (...)
  • 12 Arch. Mil. 10N/86 : rapport sur la collaboration entre services de l’aviation et de l’artillerie (n (...)

9Travaillant à partir de cartes précises réalisées par le Service géographique de l’armée (SGA)11, les aviateurs étaient chargés de localiser la position des tranchées et des batteries d’artillerie ennemies. Ce travail se coordonna rapidement avec les services d’artillerie à terre : les aviateurs indiquaient en temps réel les positions ennemies par télégraphie sans fil. Par ailleurs, les avions furent eux-mêmes progressivement équipés d’artillerie12. Cependant, afin de se repérer correctement dans l’espace aérien, les aviateurs dépendaient de la science météorologique.

  • 13 Arch. Mil. 10N/79 : rapport secret de la DdI sur les expériences des sections d’invention pour nove (...)
  • 14 Il était évidemment nécessaire d’embarquer plus d’essence si les prévisions de vents étaient opposé (...)

10Lors du déclenchement du conflit, la plupart des avions volaient en effet à des vitesses inférieures à celles des vents en altitude. La navigation et le repérage « à l’estime » étaient impossibles car le vent déroutait fortement les engins. Les opérations aériennes nécessitaient donc une connaissance précise de l’orientation et de l’intensité des vents le long du trajet, afin de corriger en continu l’orientation des avions et les lâchers d’obus. Pour procéder à ces corrections d’orientation et de tir en plein vol, les aviateurs utilisaient les prévisions de vents réalisées par le service météorologique de l’aéronautique à partir de mesures locales, et ils disposaient de tables et de règles de calcul conçues spécialement par les scientifiques de la section aéronautique de la Direction des inventions (voir plus bas)13. Par ailleurs, avant même le décollage, les prévisions de vents s’avéraient utiles afin de prévoir la consommation d’essence de l’avion et donc le chargement des engins14.

  • 15 Capitaine Louis André Rémy, Précis de météorologie pratique à l’usage des aviateurs, Librairie aéro (...)

11Le vent n’était cependant pas le seul facteur météorologique intéressant l’aéronautique. Les conditions météorologiques générales (température, humidité, nuages, intempéries, etc.) conditionnaient plus largement les possibilités de décollage et d’atterrissage des appareils, et donc la réussite des opérations prévues. Les prévisions météorologiques nationales étaient par conséquent utilisées par les postes de commandement afin de juger de l’opportunité atmosphérique des opérations, et si nécessaire de les décaler de 24 heures15.

  • 16 Arch. Mil. 1A/19 : voir section sur l’artillerie, notamment l’« Instruction sur l’organisation et l (...)

12L’évolution des conditions atmosphériques dans la périphérie des tranchées était aussi déterminante pour l’artillerie terrestre. De manière identique aux avions, les paramètres météorologiques aux différentes couches d’altitude influençaient sensiblement la trajectoire des projectiles. Les postes météorologiques de l’artillerie réalisaient donc des sondages météorologiques locaux avant chaque salve de tir, et les artilleurs disposaient de tables de calcul afin d’ajuster l’orientation de leurs canons en fonction de la valeur des vents, température, pression et humidité aux différentes altitudes16. De multiples dispositifs, à base de cerfs-volants et de ballons, auxquels étaient suspendus des instruments, furent ainsi développés afin de sonder les paramètres atmosphériques à différentes altitudes.

  • 17 Arch. Mil. 10N/57 : rapport fourni au général Clémenceau, président de la commission sénatoriale de (...)

13Pour les compagnies Z, les besoins en prévisions météorologiques concernaient avant tout la force et la direction du vent à basse altitude et les risques de pluie durant l’assaut et les quelques heures suivantes. Il s’agissait en effet d’éviter une dispersion trop rapide des fumées asphyxiantes à cause d’un vent fort, ou bien un retour vers les tranchées françaises suite à une inversion de souffle. De la même manière, la pluie pouvait plaquer les gaz à terre et donc empêcher leur diffusion dans l’atmosphère. L’attaque allemande aux gaz chimiques du 21 février 1916 à Fouquescourt (40 km au sud-est d’Amiens) donne un très bon exemple de l’importance de cette expertise météorologique pour les compagnies Z. Cette opération fit environ un millier de victimes au sein des troupes françaises, et l’odeur de chlore des gaz fut ressentie jusqu’à Amiens. Les conditions météorologiques avaient été parfaitement déterminées par les militaires allemands afin de réaliser le plus de dégâts possible : durant les trois vagues de lancées successives de gaz d’environ 20 minutes, le vent soufflait en provenance est/sud-est avec une vitesse de 5 à 6 mètres par seconde, soit la bonne direction et la force parfaite afin de ne pas disperser trop rapidement les fumées asphyxiantes17.

  • 18 Arch. Mil. 1A/207 : note sur l’histoire de l’aérostation captive pendant la guerre ; K/18512 : noti (...)
  • 19 Alfred Fierro, Histoire de la météorologie, op. cit., p. 241. En comparaison, le bureau civil compt (...)

14Un corollaire de cette mobilisation météorologique fut la formation massive des personnels militaires aux bases de la météorologie prévisionnelle. Les cours se déroulaient au sein des divers centres d’instruction de l’armée. En quelques semaines, artilleurs, aviateurs, et membres des compagnies Z étaient formés à l’analyse et la rédaction de télégrammes météorologiques, à la lecture et la représentation des cartes prévisionnelles, à l’identification de la nature des phénomènes météorologiques et de leur dangerosité pour leurs armes, et réalisaient divers sondages et mesures atmosphériques18. Une fois cette formation passée, une partie de ces soldats étaient affectés aux seules tâches météorologiques pour leurs corps. On estime ainsi que le service météorologique des armées comptait environ 2 000 personnels à la fin du conflit19.

15La configuration particulière de combat de la guerre de tranchées fut donc déterminée par une mobilisation quotidienne, jusqu’ici inédite, de la science météorologique. La Première Guerre a substitué au temps saisonnier et climatique un temps quotidien et météorologique de la prise en compte de l’atmosphère dans l’élaboration des stratégies. Les opérations de la guerre de tranchées nécessitaient toutes un certain nombre de préparatifs, mais la décision de leur réalisation pouvait se prendre dans les 24 heures avant leur effet, ce qui rendait possible l’évaluation précise des conditions météorologiques grâce aux prévisions nationales et locales, à brève échéance.

  • 20 Pour une histoire des échanges internationaux de données météorologiques durant la guerre, voir Syl (...)

16Par ailleurs, la centralité de la météorologie dans la conduite de la guerre fut source de plusieurs contentieux entre les offices météorologiques des différentes nations engagées20 – les données météorologiques des pays ennemis étaient nécessaires afin de réaliser des prévisions sur le sol national – mais aussi au sein même de l’organisation météorologique française. Une partie du commandement militaire souhaitait en effet que le bureau civil de prévisions nationales, à l’importance stratégique grandissante, soit placé sous contrôle militaire.

Militarisation de la météorologie et marginalisation du Bureau central météorologique

  • 21 Par exemple, Arch. Mil. AT/5N/4 : rapport au ministre de la Guerre sur le programme d’organisation (...)
  • 22 Sur les théories militaires alors en vogue au sein de l’état-major français et les efforts des fabr (...)

17Les questions météorologiques étaient absentes des doctrines militaires françaises de l’avant-guerre. Ce n’est qu’avec l’émergence de la force aéronautique, à partir de 1909, que ces questions commencèrent à être abordées par les états-majors21. L’avancée des innovations techniques en aéronautique avaient en effet poussé l’armée française à s’équiper lourdement en ballons de siège, dirigeables et avions, et des postes de ravitaillement furent construits en plusieurs points stratégiques du territoire22. Mais le commandement militaire ne se faisait cependant pas encore d’idée précise des rôles que jouerait l’aviation dans le conflit hégémonique futur, ni donc des besoins météorologiques qui en découleraient, en particulier en termes de prévisions locales. Le ministère de la Guerre ne disposait ainsi d’aucun service météorologique propre en août 1914.

  • 23 Pour une histoire du Bureau central météorologique, voir Alfred Fierro, Histoire de la météorologie(...)
  • 24 Sur l’histoire de la coopération météorologique internationale, voir Alfred Fierro, Histoire de la (...)
  • 25 Arch. Nat. F/17/13593 : compte rendu du conseil du BCM du 31 janvier 1912 ; rapport du directeur du (...)

18Conscient cependant de l’utilité stratégique des prévisions météorologiques nationales en cas de conflit, il mit en place en 1913 un accord avec le Bureau central météorologique (BCM), l’office civil de prévisions nationales dépendant de l’Instruction publique23. Fondé en 1878, après autonomisation de l’Observatoire de Paris, et dirigé par des physiciens normaliens, ce service reposait sur un réseau d’agents de l’État (télégraphistes, gardes forestiers, instituteurs) dispersés sur l’ensemble du territoire français et dont les observations quotidiennes étaient centralisées par télégraphie au sein du bureau parisien de calcul, au sein duquel le personnel scientifique réalisait ses prévisions. Le BCM s’appuyait aussi sur un réseau international d’échanges réciproques de données entre les services de prévisions nationaux24. Outre les travaux prévisionnels, les scientifiques du BCM poursuivaient aussi des recherches scientifiques personnelles sur les propriétés atmosphériques. La collaboration mise en place avec l’armée en 1913 visait la planification d’un service spécial pour la défense : en cas de guerre, le BCM devait dorénavant dédier l’ensemble de son travail prévisionnel et de ses recherches scientifiques à l’armée25. Celle-ci offrait en échange des moyens supplémentaires, via des crédits substantiels.

  • 26 Arch. Nat. F/17/13592 : rapport d’Angot (directeur du BCM) sur le fonctionnement du SMA d’octobre 1 (...)
  • 27 Ces recherches concernaient principalement l’application des propriétés atmosphériques à la traject (...)

19Dès août 1914, les travaux du BCM furent donc orientés vers les besoins militaires. Selon une organisation qui se mit progressivement en place durant les premiers mois du conflit face aux besoins ressentis sur le front, le service civil formait désormais l’un des maillons du Service météorologique des armées (SMA) dédié aux prévisions locales sur le front. Le BCM fournissait trois fois par jour des renseignements généraux sur l’état de l’atmosphère à l’échelle du territoire français, et des prévisions de temps pour la journée suivante. Ces informations étaient transmises à cinq stations militaires fixes de météorologie réparties le long du front. Munies de postes de sondage, celles-ci affinaient les prévisions du BCM avec leurs observations locales. Elles les communiquaient ensuite aux postes de commandement, qui les intégraient à la planification de leurs missions ainsi qu’aux postes météorologiques mobiles de l’aéronautique, de l’artillerie et des compagnies Z, qui combinaient ces données à leurs mesures locales afin de produire les prévisions pour leurs armes26. Par ailleurs, le personnel du BCM se chargeait de la formation des météorologues militaires, de l’étalonnage des instruments météorologiques de l’armée, et il menait plusieurs recherches scientifiques intéressant la guerre27.

  • 28 Arch. Nat. F/17/13592 : lettre du ministre de l’Instruction publique au ministre de la Guerre du 14 (...)
  • 29 Le rattachement au SGA ne doit pas surprendre. La compétence scientifique et la fiabilité de ce ser (...)

20Au début du conflit, le BCM jouissait d’une place privilégiée au sein de la météorologie de guerre, car il s’agissait du seul service en relation avec les bureaux météorologiques des pays alliés, et donc capable de produire des prévisions concernant l’ensemble du territoire28. Mais l’installation de la guerre de position décida le commandement militaire à se doter d’un service autonome. Un Bureau météorologique du ministère de la Guerre (BMMG) fut créé en octobre 1915 et rattaché au Service géographique de l’armée (SGA)29. Ce bureau disposait des mêmes prérogatives de prévisions nationales que le BCM, mais sous commandement militaire. De sa création à mars 1918, date marquant l’unification des services météorologiques militaires autour du BMMG, ce dernier se substitua progressivement au bureau civil.

  • 30 Né en 1871, il est affecté au service géographique de l’armée à sa sortie de l’École polytechnique. (...)
  • 31 Arch. Nat. F/17/13592 : correspondance entre Angot et le ministre de l’Instruction publique, et cor (...)
  • 32 Arch. Nat. F/17/13592 : lettre d’Angot au ministre de l’Instruction publique du 11 décembre 1916.
  • 33 Arch. Mil. 1A/19 : lettre du commandant en chef du GQG au général commandant l’armée à Bellou du 3  (...)

21Le commandement militaire ordonna tout d’abord secrètement à l’administration des postes et télégraphes de transmettre au commandant Émile Delcambre30, chef du BMMG, les dépêches météorologiques des pays alliés destinées au BCM31. Par ailleurs, les crédits du bureau militaire, dix fois plus élevés que ceux du BCM, lui permirent de disposer dès décembre 1916 d’un réseau de 80 stations indépendantes sur le territoire français32. Au fur et à mesure que la météorologie militaire gagna en autonomie, le BCM perdit aussi ses prérogatives de formation33.

  • 34 Fabien Locher, Le Savant et la Tempête, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 109-145 ; Alphon (...)
  • 35 Polytechnicien (promotion 1911), né en 1892, il fut mobilisé en 1914 et chargé par le SGA avec Delc (...)
  • 36 Voir Gabriel Guilbert, « Sur la prévision du temps », Comptes rendus hebdomadaires de l’Académie de (...)

22Mais c’est avant tout en termes de méthodes de prévisions météorologiques que le BMMG engagea des transformations radicales. Les pratiques prévisionnelles du BCM étaient basées sur une méthode dite « synoptique », héritée du service météorologique de Le Verrier au temps de l’Observatoire de Paris. Cette tradition d’interprétation graphique des cartes météorologiques consistait à identifier des « bourrasques » ou « dépressions » par le tracé de courbes d’égale pression sur les cartes. Les météorologues faisaient ensuite appel à leur longue expérience visuelle d’interprétation des cartes afin de prévoir l’évolution des dépressions en fonction de la répartition des vents34. À cette méthode graphique, faisant appel à une grande expérience mémorielle, Delcambre et son assistant Philippe Schereschewsky35 substituèrent une nouvelle méthode de prévision météorologique, mathématisée et donc plus aisément enseignable à un personnel militaire vierge de toute pratique météorologique. En s’inspirant d’un procédé développé avant la guerre par un météorologiste amateur, Gabriel Guilbert, ils substituèrent à la notion de « dépression » celle de « noyau de variations barométriques » dont les lois de variation suivaient une formule mathématique simple, permettant « une évaluation numérique rationnelle » des variations barométriques36.

23Offrant des prévisions météorologiques à court terme et surtout numériques, cette méthode de prévision à l’échelle du territoire s’avérait mieux adaptée aux besoins militaires. Elle était parfaitement complémentaire, pour les besoins de l’aéronautique, de l’artillerie et des compagnies Z, aux mesures locales et aux sondages en altitude des postes météorologiques mobiles. Ainsi, à une approche graphique et plane de l’atmosphère par le BCM, la météorologie de guerre – par sa combinaison des prévisions nationales du BMMG aux observations locales sur le front – opposa une approche calculatoire et verticale de l’atmosphère.

  • 37 Arch. Nat. F/17/13694 : correspondance d’Angot.

24Prenant ainsi progressivement en charge les prérogatives de prévision et de formation du BCM, selon des modalités souvent plus appropriées à la configuration de combat, le BMMG se substitua à l’action du bureau civil. D’octobre 1915 à la fin de la guerre, le BCM passa du statut de service national de prévisions météorologiques à celui de simple laboratoire de recherches scientifiques sur l’atmosphère. Malgré les nombreuses protestations de son directeur auprès des ministères concernés, le processus de militarisation de la météorologie prévisionnelle s’avéra implacable37.

  • 38 On pourra se référer au traitement des questions météorologiques lors du premier congrès internatio (...)
  • 39 Décret de rattachement de ces services au ministère des Travaux publics du 30 janvier 1920. Le serv (...)
  • 40 Cette école météorologique, née à l’Institut de géophysique de Bergen autour de Vilhem Bjerknes, s’ (...)

25La nécessité de viabiliser l’aéronautique commerciale en sortie de conflit accéléra par ailleurs le démantèlement du BCM. Les besoins météorologiques de l’aéronautique commerciale s’avéraient du même type que ceux fournis par la météorologie militaire durant la guerre38. En 1920, les services militaires et civils furent finalement fusionnés au sein d’un nouvel Office national météorologique (ONM) rattaché aux Travaux publics, mais sous la direction de l’ancienne météorologie militaire39. Au sein de l’ONM, l’approche des phénomènes météorologiques changea radicalement de nature par rapport à celle du BCM. Fort de la culture militaire et opérationnelle de ses dirigeants, et dans le prolongement des transformations des techniques prévisionnelles initiées durant le conflit, l’ONM procéda à une importation des méthodes mathématisées de l’école norvégienne de Bergen, fondatrices de la météorologie contemporaine40.

  • 41 Arch. Nat. F/17/13694 : lettres d’Angot au ministre de l’Instruction publique des 9 et 10 décembre (...)

26Une chaire et un Institut de physique du globe (IPG) furent cependant créés à l’université de Strasbourg en 1919, puis à Paris en 1921, afin de poursuivre une partie des traditions de recherche du BCM abandonnées par les militaires (magnétisme terrestre, électricité atmosphérique, sismologie)41. À la tête de ces instituts furent nommés Edmond Rothé et Charles Maurain, deux personnages ayant joué un rôle déterminant dans la météorologie de guerre.

De la météorologie aéronautique de guerre à la géophysique universitaire

  • 42 Sur l’histoire des instituts aéronautiques, voir Jean Carpentier, Cent vingt ans d’innovations en a (...)
  • 43 Physicien normalien (1871-1967), élève d’Éleuthère Mascart (directeur du Bureau central météorologi (...)
  • 44 Physicien (1873-1942) de la génération de Charles Maurain et ayant suivi un parcours académique sem (...)

27Le développement de l’aéronautique avait posé des problèmes de sécurité dès le début des années 1900. Ce mode de déplacement demeurait alors trop incertain pour entrevoir une utilisation militaire ou commerciale. Plusieurs instituts aérotechniques furent créés dans la décennie 1900 au sein des universités françaises, avec le soutien financier de constructeurs et de l’armée42, afin de viabiliser ce moyen de transport. Parmi les plus importants de ces instituts, on comptait celui de Saint-Cyr, créé en 1910 et dirigé par le physicien Charles Maurain43, et celui de Nancy, créé en 1914 et dirigé par le physicien Edmond Rothé44. Ces instituts travaillaient notamment à partir de souffleries et de chariots aérodynamiques, afin de simuler des conditions atmosphériques de vol et de rationaliser les techniques aéronautiques à partir de savoirs scientifiques sur l’atmosphère.

  • 45 Arch. Mil. 6N/3 : rapport secret sur l’historique de la Direction des inventions du 11 novembre 191 (...)
  • 46 Cet article se centre sur l’histoire de la section aéronautique de la Direction des inventions. Con (...)

28Après la déclaration de guerre et suite à leurs travaux de recherches, Maurain et Rothé se retrouvèrent propulsés à la tête de la section aéronautique de la Direction des inventions (DdI), institution chargée de la coordination des recherches scientifiques pour la guerre sur tout le territoire. Organe scientifique à l’intersection des mondes militaire, industriel et académique, la DdI s’insérait pleinement dans l’économie de guerre45. Ses prérogatives concernaient l’innovation technique et scientifique à des fins militaires, et la production industrielle des dispositifs retenus. Le travail de ses membres consistait à réaliser des recherches en laboratoire, puis à se rendre sur le front afin de réaliser des essais, et dans les usines afin de planifier la production en accord avec les industriels concernés. Elle était divisée en huit sections techniques, dont une dédiée à l’aéronautique46.

  • 47 Voir les parties traitant de la section aéronautique dans les rapports secrets de la DdI sur les ét (...)
  • 48 Arch. Mil. 10N/79 : rapport secret de la DdI sur les expériences des sections d’invention pour févr (...)

29Les inventions de Maurain et Rothé intéressèrent principalement l’industrie des moteurs et de l’aéronautique (Breguet, Citroën, Renault) et les fabricants d’instruments de précision (Bordé, Carpentier, Richard). Leurs recherches concernaient l’amélioration des engins volants, la conception de projectiles, et le repérage en vol de l’artillerie ennemie. Plusieurs dispositifs de photographie aérienne et de communication entre aviateurs et artilleurs furent développés, puis distribués sur l’ensemble du front47. De plus, de vastes expériences de barrages aériens furent entreprises au sein de l’institut de Saint-Cyr48.

  • 49 Arch. Mil. 10N/79 : rapports secrets sur les expériences des sections d’invention d’août à octobre  (...)

30Les besoins de l’aéronautique poussèrent par ailleurs Maurain et Rothé à de nombreuses recherches sur la météorologie. Ils développèrent notamment des tables de calcul et des accessoires pour la correction des trajectoires d’avion, et furent à l’origine de plusieurs innovations dans les techniques de sondage : amélioration des cerfs-volants et des ballons météorologiques, fabrication de dispositifs de mesures automatisés, dont l’anémomètre Rothé, diffusé sur l’ensemble du front. L’importance des travaux météorologiques au sein de la DdI était telle que la mention d’une « section aéronautique et météorologique » revient régulièrement dans les documents d’archives49.

  • 50 Rothé fut même appelé comme instructeur en Grande-Bretagne par l’armée française, afin d’exposer la (...)

31La section aéronautique joua un rôle prépondérant dans la stratégie d’affaiblissement du BCM engagée par le commandement militaire. Maurain et Rothé développèrent en effet les dispositifs de sondage qui alimentèrent les stations météorologiques du BMMG, et ils se substituèrent progressivement à l’expertise scientifique du BCM. Ils participèrent notamment à l’élaboration de la méthode prévisionnelle du BMMG50. Rothé et Maurain ont ainsi offert au BMMG les moyens matériels et scientifiques de son autonomie. Les dispositifs météorologiques de la DdI, produits en quantités industrielles, ont d’ailleurs continué à irriguer les stations météorologiques de l’ONM après-guerre.

32Maurain et Rothé poursuivirent leurs recherches aéronautiques et météorologiques au sein de la DdI jusqu’à la fin du conflit. Arrivés à un tournant de leurs carrières universitaires après plusieurs années de service dans des universités provinciales, la paix et la reconnaissance de leurs travaux de guerre leur ouvrirent les portes des universités prestigieuses de Paris et de Strasbourg.

  • 51 John E. Craig, Scholarship and nation building : The universities of Strasbourg and Alsatian societ (...)
  • 52 Arch. Dép. 67, 121/AL/1067 : deux notes de Rothé sur le service météorologique d’Alsace-Lorraine (m (...)
  • 53 Le succès de sa collaboration avec Rothé à la DdI fut un argument majeur de cette nomination (Arch. (...)

33Le gouvernement souhaitait en effet faire de l’université de Strasbourg, nouvellement récupérée, une vitrine de la science française51. On fit appel au personnel scientifique le plus qualifié afin de constituer cette nouvelle université. Elle disposait du plus grand observatoire sismologique au monde, chargé depuis 1903 de la centralisation et de la publication des relevés sismologiques internationaux. Cette station, renommée Institut de physique du globe (IPG) de Strasbourg, fut rattachée en février 1919 au service météorologique d’Alsace et de Lorraine52. Les fonctions reconnues de Rothé à la DdI le poussèrent à la tête de ce service. Charles Maurain poursuivit quant à lui ses fonctions de conseiller scientifique en aéronautique au sein de l’office qui succéda à la DdI, jusqu’à sa nomination en 1921 à la tête de l’IPG de Paris53.

  • 54 Ce point est semblable à l’échelle internationale. Une Union géodésique et géophysique internationa (...)

34Au sein de ces institutions, ces deux physiciens systématisèrent des recherches sur la « physique du globe » jusqu’alors poursuivies par le BCM. L’entre-deux-guerres fut ainsi témoin d’une scission entre météorologie et géophysique, recoupant des différenciations à la fois disciplinaires et institutionnelles54. Alors que la première se spécialisait dorénavant sur des recherches opérationnelles et mathématisées de prévision du temps et sur la structure de l’atmosphère en altitude, la seconde se centrait sur une étude expérimentale et instrumentale des propriétés physiques de la Terre. En ouvrant la voie à une nouvelle manière d’appréhender la prévision atmosphérique, la mobilisation météorologique durant la Première Guerre mondiale a joué un rôle déterminant dans cette scission disciplinaire.

Du champ de bataille au commerce international

  • 55 Dans la 8e édition de leur Aviation (1923), Paul Painlevé, Émile Borel et Charles Maurain estiment (...)
  • 56 Conférence de Louis Bréguet, L’aviation d’hier et de demain, le 5 août 1921, au congrès annuel de l (...)

35La météorologie occupa ainsi une place centrale durant le premier conflit mondial. La précision et la fiabilité des techniques météorologiques permirent l’émergence d’une nouvelle configuration de combat, subordonnée à la production de données météorologiques. La réussite de la mobilisation météorologique fut un facteur décisif de l’extension de l’aéronautique militaire et de son corollaire en temps de paix, la production d’avions en masse pour le marché civil55. Comme le rappelle le slogan du fabricant d’avions Breguet en 1920 – « Hier sur tous les fronts… Demain sur tous les mondes » – l’aviation commerciale est née des innovations scientifiques et des surcapacités productives de la guerre. Alors que les engins d’avant-guerre volaient à quelques centaines de mètres d’altitude et plus lentement que les vents, les avions de 1918 atteignaient plusieurs kilomètres d’altitude et des vitesses dépassant les 100 km/h56.

  • 57 Capitaine Louis André Rémy, Précis de météorologie pratique à l’usage des aviateurs, op. cit., p. 5 (...)

36Les savoirs météorologiques furent déterminants dans ce développement de l’aéronautique. Comme l’indique la mise en place d’un examen météorologique pour le brevet d’aviation, et comme l’affirme l’officier aviateur Louis-André Rémy, à la sortie de la guerre « plus que jamais, l’élève pilote, comme le vieux navigateur doivent avoir l’expérience de l’air, savoir sur quel temps ils peuvent compter afin de prendre leurs précautions en conséquence. L’altitude du voyage, le chargement d’essence, l’équipement, le tracé de la route à suivre dépendent des renseignements fournis, avant le départ, par les instruments météorologiques et l’observation locale »57. Enfin, cette mobilisation scientifique a été un catalyseur de l’autonomisation disciplinaire entre météorologie et géophysique.

  • 58 Sur la notion de co-construction et son intérêt pour l’histoire des sciences et des techniques, se (...)

37Cette étude démontre une fois de plus l’importance des conflits militaires dans les dynamiques d’innovation technoscientifique. La Première Guerre mondiale apparaît comme le premier moment où les savoirs scientifiques relatifs au ciel et au « temps qu’il fait » sont devenus un enjeu déterminant du conflit. Plus qu’une simple application de savoirs, la mobilisation météorologique de la Première Guerre mondiale représente un exemple de co-construction de trois champs : industriel, scientifique, et militaire58. Comme tout un ensemble de sciences mobilisées, la météorologie a largement participé à déterminer la forme du conflit, et à redéfinir les mondes scientifiques et industriels de l’après-guerre. C’est à une histoire longue des dynamiques de reconfiguration réciproque de l’agir militaire et des sciences atmosphériques – et plus largement de la terre – qu’il s’agirait maintenant de s’atteler, en faisant ressortir les régimes spécifiques d’articulation qui se sont historiquement succédé, via divers modes de financement, institutions, et personnages clés. Cet article espère contribuer modestement à un tel chantier.

Sigles et abréviations

38Arch. Mil. : Archives militaires (Service historique de la Défense, Vincennes)

39Arch. Nat. : Archives nationales (centre de Pierrefitte-sur-Seine)

40Arch. Dép. 67 : Archives départementales du Bas-Rhin

41IPGP : Institut de physique du globe de Paris (fonds d’archives localisés dans le bâtiment actuel, 1 rue Jussieu, 75005 Paris – inventaire réalisé par l’auteur)

42BCM : Bureau central météorologique

43BMMG : Bureau météorologique du ministère de la Guerre

44DdI : Direction des inventions

45GQG : Grand quartier général

46IPG : Institut de physique du globe

47ONM : Office national météorologique

48SGA : Service géographique de l’armée

49SMA : Service météorologique des armées

Haut de page

Notes

1 Le caractère essentiellement cognitif des organisations militaires s’incarne notamment dans la notion clausewitzienne d’« avantage du terrain » sur l’adversaire. La supériorité de connaissances sur l’environnement physique de combat devient un « facteur d’importance cruciale » de l’élaboration stratégique (Razmig Keucheyan, La nature est un champ de bataille. Essai d’écologie politique, Paris, Zones, 2014).

2 Pour une histoire de l’introduction des facteurs atmosphériques au sein des stratégies militaires, lire Pierre Pagney, « Stratégies militaires et climats », Hérodote, 2011, no 140, p. 65-80.

3 Concernant les sciences du système terre, voir le volume n° 33 « Earth Sciences in the Cold War Guest » de Social Study of Science (2003), Sebastian Grevsmühl, À la Recherche de l’environnement global : de l’Antarctique à l’espace et retour. Instrumentations, images, discours et métaphores, thèse de doctorat en histoire, École des hautes études en sciences sociales, Paris, 2012, et Simone Turchetti, « Sword, Shield and Buoys : A History of the NATO Oceanographic Sub-Committee », Centaurus, 2012, vol 54, n° 3, p. 205-231. Concernant plus largement la mobilisation scientifique durant la guerre froide, voir l’ouvrage d’Amy Dahan et Dominique Pestre (dir.), Les Sciences pour la guerre, 1940-1960, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2004.

4 Dans cette optique, on peut pointer les rapports étroits liant les marines commerciale et militaire au développement des savoirs météorologiques (Alfred Fierro, Histoire de la météorologie, Denoël, 1991 ; François Gérard, « De la mer à l’océan. Petite histoire de la météorologie maritime. », La Météorologie, 1995, p. 107-115 ; Fabien Locher, « The observatory, the land-based ship and the crusades : earth sciences in European context, 1830-1850 », The British Journal for the History of Science, 2007, vol. 40, no 4, p. 491-504) et la science géodésique au champ militaire (Patrice Bret, « Le Dépôt général de la guerre et la formation scientifique des ingénieurs-géographes militaires en France (1789-1830) », Annals of Science, 1991, vol. 48, no 2, p. 113-157 ; Martina Schiavon, Itinéraires de la précision. Géodésiens, artilleurs, savants et fabricants d’instruments de précision en France, 1870-1930, Presses universitaires de Nancy, 2014).

5 La Direction des inventions fut le principal organe de mobilisation, de planification et de coordination des recherches scientifiques en France durant la Première Guerre mondiale. Yves Roussel, « L’histoire d’une politique des inventions, 1887-1918 », Cahiers pour l’histoire du CNRS, 1989, vol. 3, p. 19-57 ; Gabriel Galvez-Behar, « Le savant, l’inventeur et le politique, le rôle du sous-secrétariat d’État aux Inventions durant la Première Guerre mondiale », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2005, no 85, no 1, p. 103-117 ; Anne Rasmussen, « Réparer, réconcilier, oublier : enjeux et mythes de la démobilisation scientifique, 1918-1925 », Histoire@Politique, 2007, 3 (Sorties de guerre au xxe siècle).

6 David Aubin et Patrice Bret (dir.), Le sabre et l’éprouvette : l’invention d’une science de guerre, 1914-1939, Noésis/Agnès Viénot, 2003.

7 Voir notamment Daniel J. Kevles, « “Into Hostile Political Camps” : The Reorganization of International Science in World War I », Isis, 1971, vol. 62, no 1, p. 47-60 ; Brigitte Schroeder-Gudehus, « Challenge to Transnational Loyalties : International Scientific Organizations after the First World War », Science Studies, 1973, vol. 3, no 2, p. 93-118.

8 Anne Rasmussen, « Mobiliser, remobiliser, démobiliser. Les formes d’investissement scientifique en France dans la Grande Guerre », 14/18 Aujourd’hui. Today. Heute, 2003, no 6, p. 49-60 ; Dominique Pestre, Physique et physiciens en France, 1918-1940, Éditions des Archives contemporaines, 1992, p. 245-258 ; Spencer R. Weart, Scientists in power, Harvard University Press, 1979.

9 Notamment les guerres napoléoniennes, la guerre de Crimée, et la guerre franco-allemande de 1870, pour lesquelles les savoirs climatologiques furent cruciaux dans la préparation logistique des opérations. Ceux-ci influençaient notamment les précautions d’hygiène générale, les tenues des militaires, la protection des engins et leur transport.

10 Pour les applications générales de la météorologie aux problématiques militaires et plusieurs exemples concernant la Première Guerre mondiale, on pourra notamment consulter Jules Rouch, L’atmosphère et la prévision du temps, troisième édition, Armand Colin, 1940, p. 190-201.

11 Pour une étude des activités du Service géographique de l’armée durant la Première Guerre mondiale, et des effets du conflit sur les pratiques de géographie, voir Martina Schiavon, Itinéraires de la précision. Géodésiens, artilleurs, savants et fabricants d’instruments de précision en France, 1870-1930, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2014.

12 Arch. Mil. 10N/86 : rapport sur la collaboration entre services de l’aviation et de l’artillerie (non daté) ; 10N/56 : lettre de Dumesnil, rapporteur du budget de l’Aéronautique, au président de la Commission du budget du 15 février 1918 ; rapport du Sénat rédigé par Cazeneuve sur « Les bombes, engins et projectiles utilisés en aviation » ; Paul Painlevé, Émile Borel, Charles Maurain, L’Aviation, Félix Alcan, Paris, 1923 (8e édition).

13 Arch. Mil. 10N/79 : rapport secret de la DdI sur les expériences des sections d’invention pour novembre 1917 à février 1918.

14 Il était évidemment nécessaire d’embarquer plus d’essence si les prévisions de vents étaient opposées au trajet que si le vent soufflait dans le même sens.

15 Capitaine Louis André Rémy, Précis de météorologie pratique à l’usage des aviateurs, Librairie aéronautique, Paris, 1919 (2e édition) ; Jules Rouch, L’atmosphère et la prévision du temps, op. cit.

16 Arch. Mil. 1A/19 : voir section sur l’artillerie, notamment l’« Instruction sur l’organisation et l’emploi du Service météorologique aux armées », par le commandement de l’aéronautique aux armées.

17 Arch. Mil. 10N/57 : rapport fourni au général Clémenceau, président de la commission sénatoriale de l’armée, par le général chargé du matériel chimique de la guerre.

18 Arch. Mil. 1A/207 : note sur l’histoire de l’aérostation captive pendant la guerre ; K/18512 : notice sur le fonctionnement des postes de sondage aérologiques de juin 1914 ; 1A/19 : lettre du commandant en chef du GQG au général commandant l’armée à Bellou du 3 décembre 1917, lettre de Bourgeois au chef du service aéronautique au GQG du 9 octobre 1918.

19 Alfred Fierro, Histoire de la météorologie, op. cit., p. 241. En comparaison, le bureau civil comptait environ une quinzaine de personnels actifs dans son bureau et ses observatoires parisiens, et tout au plus une centaine d’observateurs volontaires sur le territoire.

20 Pour une histoire des échanges internationaux de données météorologiques durant la guerre, voir Sylvain Di Manno, « Surveiller le globe terrestre pour contrôler le monde. Une histoire des Instituts de physique du globe et de la production des données géophysiques en France durant l’entre-deux-guerres. », mémoire de master 2, École des hautes études en sciences sociales, 2013, p. 298-349.

21 Par exemple, Arch. Mil. AT/5N/4 : rapport au ministre de la Guerre sur le programme d’organisation du service de ballons du 25 février 1910.

22 Sur les théories militaires alors en vogue au sein de l’état-major français et les efforts des fabricants afin de convaincre de l’utilité d’une force aéronautique, voir Philippe Bernard, « À propos de la stratégie aérienne pendant la Première Guerre mondiale : mythes et réalités », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1969, vol. 16, no 3, p. 350-375. L’aéronautique militaire fut attachée à l’armée de terre, de sa création en 1909 jusqu’à son autonomisation en 1934 en tant qu’armée de l’air.

23 Pour une histoire du Bureau central météorologique, voir Alfred Fierro, Histoire de la météorologie, op. cit. ; Fabien Locher, « Configurations disciplinaires et sciences de l’observatoire. Le cas des approches scientifiques de l’atmosphère (xixe-xxe siècles) », Qu’est-ce qu’une discipline ?, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2006.

24 Sur l’histoire de la coopération météorologique internationale, voir Alfred Fierro, Histoire de la météorologie, op. cit., p. 126-143, et Gregory A. Good, « The Assembly of Geophysics : Scientific Disciplines as Frameworks of Consensus », Studies in History and Philosophy of Science, Part B : Studies in History and Philosophy of Modern Physics, 2000, vol. 31, no 3, p. 259-292.

25 Arch. Nat. F/17/13593 : compte rendu du conseil du BCM du 31 janvier 1912 ; rapport du directeur du BCM sur les travaux de l’année 1914.

26 Arch. Nat. F/17/13592 : rapport d’Angot (directeur du BCM) sur le fonctionnement du SMA d’octobre 1915 ; lettre d’Angot au ministre de l’Instruction publique du 14 février 1916.

27 Ces recherches concernaient principalement l’application des propriétés atmosphériques à la trajectoire des projectiles d’artillerie, et les possibilités de dissimulation des avions en vol dans les ensembles nuageux. (Arch. Nat. F/17/13592 : lettre du chef du service de l’aéronautique à Angot du 22 décembre 1917 ; F/17/13593 : rapport du directeur du BCM sur les travaux de l’année 1917).

28 Arch. Nat. F/17/13592 : lettre du ministre de l’Instruction publique au ministre de la Guerre du 14 août 1915 ; lettre du ministre de l’Instruction publique à Angot du 14 septembre 1915.

29 Le rattachement au SGA ne doit pas surprendre. La compétence scientifique et la fiabilité de ce service et de son directeur, le général Bourgeois, firent qu’un nombre important de services scientifiques et techniques de l’armée lui furent rattachés durant la guerre. (Martina Schiavon, « Des savants-officiers entre science, armée, État et industrie de précision : les géodésiens du service géographique de l’armée, 1887-1920 », 14/18 Aujourd’hui. Today. Heute, 2003, no 6, p. 60-73).

30 Né en 1871, il est affecté au service géographique de l’armée à sa sortie de l’École polytechnique. Ayant dirigé pendant plus de dix ans la station météorologique de l’École d’application de l’artillerie et du génie militaire de Fontainebleau, il fut nommé chef du BMMG dès sa création. Il fut le premier directeur de l’Office national météorologique en 1921. (Alfred Fierro, Histoire de la météorologie, op. cit., p. 243, Arch. Nat. F/17/13592 : lettre du ministre de la Guerre au ministre de l’Instruction publique du 7 mars 1916).

31 Arch. Nat. F/17/13592 : correspondance entre Angot et le ministre de l’Instruction publique, et correspondance entre le ministre de l’Instruction publique et le ministre de la Guerre.

32 Arch. Nat. F/17/13592 : lettre d’Angot au ministre de l’Instruction publique du 11 décembre 1916.

33 Arch. Mil. 1A/19 : lettre du commandant en chef du GQG au général commandant l’armée à Bellou du 3 décembre 1917.

34 Fabien Locher, Le Savant et la Tempête, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 109-145 ; Alphonse Berget, Où en est la météorologie ?, Gauthiers-Villars, 1920, Paris, p. 261-262.

35 Polytechnicien (promotion 1911), né en 1892, il fut mobilisé en 1914 et chargé par le SGA avec Delcambre de la mise en place d’un service météorologique militaire autonome. Il joua un rôle important dans l’élaboration de la méthode prévisionnelle utilisée par l’armée.

36 Voir Gabriel Guilbert, « Sur la prévision du temps », Comptes rendus hebdomadaires de l’Académie des sciences, 156, 1914, p. 1470, et émile Delcambre, « Sur un cas de comblement brusque d’une dépression », Comptes rendus hebdomadaires de l’Académie des sciences, 172, 1921, p. 701.

37 Arch. Nat. F/17/13694 : correspondance d’Angot.

38 On pourra se référer au traitement des questions météorologiques lors du premier congrès international de la navigation aérienne (novembre 1921), où la rationalisation des routes aériennes par la météorologie apparaît comme un axe prioritaire pour le développement de l’aéronautique commerciale (IPGP/Maurain/1).

39 Décret de rattachement de ces services au ministère des Travaux publics du 30 janvier 1920. Le service météorologique de l’aéronautique n’absorba pas l’ensemble des stations d’observation ni du matériel d’observation militaires. Le commandement conserva une partie de son arsenal à ses propres fins (IPGP/Maurain/6 : lettre de Delcambre à Maurain du 3 juin 1931).

40 Cette école météorologique, née à l’Institut de géophysique de Bergen autour de Vilhem Bjerknes, s’est illustrée durant l’entre-deux-guerres par l’application de la mécanique des fluides à des fins de modélisation de la circulation atmosphérique. Robert Marc Friedman, « Constituting the Polar Front, 1919-1920 », Isis, 1982, vol. 73, no 3, p. 343-362 ; Robert Marc Friedman, Appropriating the weather. Vilhem Bjerknes and the construction of a modern meteorology, Cornell University Press, 1989 ; Fabien Locher, « Configurations disciplinaires et sciences de l’observatoire. Le cas des approches scientifiques de l’atmosphère (xixe-xxe siècle) », op. cit.

41 Arch. Nat. F/17/13694 : lettres d’Angot au ministre de l’Instruction publique des 9 et 10 décembre 1920 ; F/17/13593 : compte rendu du conseil du BCM du 20 février 1920, compte rendu du conseil du BCM du 24 juin 1920.

42 Sur l’histoire des instituts aéronautiques, voir Jean Carpentier, Cent vingt ans d’innovations en aéronautique, Éditions Hermann, 2011, p. 46-49.

43 Physicien normalien (1871-1967), élève d’Éleuthère Mascart (directeur du Bureau central météorologique de 1878 à 1906). Ses recherches portèrent sur le magnétisme (en particulier l’aimantation des minéraux) de sa sortie de l’ENS en 1894 jusqu’à 1910. Il connut ensuite une bifurcation de carrière. Professeur à l’université de Caen, sa passion pour l’aéronautique l’amena à prendre la direction de l’Institut aérotechnique de l’université de Paris, créé à Saint-Cyr. C’est à cette occasion que ses travaux s’orientèrent vers les sciences de l’atmosphère (Arch. Nat. AJ/16/6082 : notices de carrière dans l’Instruction publique ; « Notice sur la vie et l’œuvre de Charles Maurain » par Émile Thellier, séance du 17 janvier 1972 de l’Académie des sciences [pour la citation] ; Charles Maurain, Notice sur les travaux scientifiques de M. Charles Maurain, Paris, Gauthier-Villars, 1925 ; « Jubilé de M. Charles Maurain. », Allocutions prononcées à la Sorbonne le 20 juillet 1941, Gauthier-Villars, 1941 ; « Rapport au sujet des travaux scientifiques de M. Maurain » par le général Ferrié, 15 février 1926).

44 Physicien (1873-1942) de la génération de Charles Maurain et ayant suivi un parcours académique semblable. Ses recherches portèrent sur l’électromagnétisme et sur les rayonnements, puis s’orientèrent vers la télégraphie sans fil autour de 1910. Passionné par l’aviation et professeur à l’université de Nancy, il y débuta en 1912 des cours sur l’aérodynamique. La construction de hangars d’aviation militaires à proximité le poussa à proposer la création d’un institut aérologique, dont il prit la direction (Arch. Nat. F/17/17145 et F/17/24925 : notices de carrière dans l’Instruction publique ; Georges Dubois, « La vie et l’œuvre d’Edmond Rothé, géophysicien », AIPGS, Nouvelle Série, T. 4, 3e partie Géophysique, 1948 ; IPGP/COULOMB/0 : Georges Cerf, « Edmond Rothé, Citoyen », transcription d’une allocution prononcée en 1945 devant la section de Strasbourg de la Ligue des droits de l’homme).

45 Arch. Mil. 6N/3 : rapport secret sur l’historique de la Direction des inventions du 11 novembre 1916 ; Gerd Hardach, « La mobilisation industrielle en 1914-1918 : production, planification, et idéologie », 1914-1918, l’autre front, Les Éditions Ouvrières, Patrick Fridenson, 1977.

46 Cet article se centre sur l’histoire de la section aéronautique de la Direction des inventions. Concernant son histoire générale, lire Gabriel Galvez-Behar, « Le savant, l’inventeur et le politique, le rôle du sous-secrétariat d’État aux Inventions durant la Première Guerre mondiale », op. cit. ; Gabriel Galvez-Behar, La République des inventeurs. Propriété et organisation de l’innovation en France, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 247-272 ; Yves Roussel, « L’histoire d’une politique des inventions, 1887-1918 », op. cit.

47 Voir les parties traitant de la section aéronautique dans les rapports secrets de la DdI sur les études et les expériences techniques de ses sections d’inventions. La majorité des projets concerne les innovations sur les moteurs, les pièces d’avion et les obus (Arch. Mil. 10N/79).

48 Arch. Mil. 10N/79 : rapport secret de la DdI sur les expériences des sections d’invention pour février-avril 1917, août à octobre 1917, et mai à octobre 1918.

49 Arch. Mil. 10N/79 : rapports secrets sur les expériences des sections d’invention d’août à octobre 1917 et novembre 1917 à février 1918.

50 Rothé fut même appelé comme instructeur en Grande-Bretagne par l’armée française, afin d’exposer la méthode de prévision météorologique militaire (Georges Dubois, op. cit.).

51 John E. Craig, Scholarship and nation building : The universities of Strasbourg and Alsatian society, 1870-1939, University of Chicago Press, 1984.

52 Arch. Dép. 67, 121/AL/1067 : deux notes de Rothé sur le service météorologique d’Alsace-Lorraine (mai 1919 et non datée). Le départ précipité des troupes allemandes n’avait pas permis le déménagement des laboratoires. La France se préoccupa très rapidement de protéger ce matériel par l’envoi de militaires.

53 Le succès de sa collaboration avec Rothé à la DdI fut un argument majeur de cette nomination (Arch. Nat. AJ/16/5123 : compte rendu de la séance du Conseil de la faculté des sciences de Paris du 23 juin 1921).

54 Ce point est semblable à l’échelle internationale. Une Union géodésique et géophysique internationale fut créée en 1919, alors que l’organisation météorologique mondiale – créée en 1871 et au sein de laquelle s’étaient structurées les premières recherches géophysiques internationales – poursuivit ses activités de manière autonome, en se spécialisant sur l’activité prévisionnelle.

55 Dans la 8e édition de leur Aviation (1923), Paul Painlevé, Émile Borel et Charles Maurain estiment que 70 000 avions furent produits dans les usines françaises entre 1914 et 1918 (p. 75-77). L’économie de guerre a transformé l’industrie aéronautique française en industrie de masse : 180 000 employé(e)s pour 115 usines sur le territoire. (Emmanuel Chadeau, « État, industrie, nation : la formation des technologies aéronautiques en France (1900-1950) », Histoire, économie et société, 1985, vol. 4, no 2, p. 275-300).

56 Conférence de Louis Bréguet, L’aviation d’hier et de demain, le 5 août 1921, au congrès annuel de l’Association française pour le relèvement des sciences. Bréguet y affirme notamment : « Ces mêmes avions de guerre, simplement transformés en avions de transport, ont pu effectuer un travail de paix qui a étonné les plus optimistes. » ; Louis Hirschauer, L’aviation de transport. L’évolution de la construction de 1907 à 1919 et la réalisation des avions de transport. L’utilisation économique des appareils, Dunod éditeurs, Paris, 1920.

57 Capitaine Louis André Rémy, Précis de météorologie pratique à l’usage des aviateurs, op. cit., p. 5-6.

58 Sur la notion de co-construction et son intérêt pour l’histoire des sciences et des techniques, se référer à Sheila Jasanoff, States of Knowledge : The Co-Production of Science and the Social Order, Routledge, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Di Manno, « « Hier sur tous les fronts… Demain sur tous les mondes ». Mobilisation météorologique et reconfigurations disciplinaires, militaires et aéronautiques durant la Première Guerre mondiale », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 127 | 2015, 117-133.

Référence électronique

Sylvain Di Manno, « « Hier sur tous les fronts… Demain sur tous les mondes ». Mobilisation météorologique et reconfigurations disciplinaires, militaires et aéronautiques durant la Première Guerre mondiale », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 127 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4316

Haut de page

Auteur

Sylvain Di Manno

Centre Alexandre Koyré, École des hautes études en sciences sociales

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page