Navigation – Plan du site
DOSSIER

Paix, humanitaire et droits de l’homme. Notes sur des acteurs de la société civile au tournant des xixe et xxe siècles

Emmanuel Naquet
p. 33-50

Résumé

Les conflictualités ont modifié les pacifismes et les humanitaires. Avant comme après la Grande Guerre, des acteurs, individuels et collectifs, ont cherché non seulement à penser l’humanité, mais encore à intervenir au nom des droits de l’homme. Il s’agit, singulièrement pour la Ligue des droits de l’homme (LDH) comme pour la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH), de protéger les individus, mais aussi de reconnaître leurs droits d’hommes, quelle que soit leur appartenance nationale, religieuse, politique, et sans oublier le droit des peuples. Face aux États souverains forts et à une organisation internationale, la SDN, faible dans un ordre westphalien, le projet de généralisation des droits, porté autant par des juristes que par des militants, révèle l’avènement de sociétés civiles analysant la communauté internationale et va plus loin que l’urgence humanitaire, avec tous les silences et les absences d’une inscription en politique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Eric Hobsbawm, Age of Extremes. The Short Twentieth Century, 1914-1991, Londres, Abacus, rééd. 1995 (...)
  • 2 Une bibliographie pour la France de l’entre-deux-guerres a été proposée il y a plus de vingt ans : (...)
  • 3 Emmanuel Naquet, « La Ligue des droits de l’homme. De la défense de l’individu à la défense des peu (...)

1Les guerres ont toujours été l’objet d’une approche humanitaire et même humaniste, que ce soit pour les empêcher, les suspendre ou les aménager. Ainsi ont-elles produit des pacifismes, pluriels quant aux temps, contenus et formes d’expression. Pour le large tournant des xixe et xxe siècles, des textes, des moments, des hommes, seuls ou insérés dans des réseaux, ont permis d’en penser de manière originale les complexités. Car les affrontements militaires – nous excluons les autres types de conflits –, leurs objectifs, leurs avènements, leurs modalités, leurs sorties, ont révélé des positions, voire des postures, et fait réfléchir les individus comme les structures sur les enjeux que sont la mort, la souffrance, le combat. Ainsi, des cultures, des milieux, des figures de la paix et de l’humanitaire ont été suivis dans des contextes différents : l’avant-1914 et le pacifisme juridique, la Grande Guerre, un des « âges des extrêmes »1, les années vingt marquées par l’esprit de Genève, et la décennie suivante correspondant à la multiplication et à la montée des tensions, avec des appréhensions et des réactions susceptibles de se répondre2. Pour suivre les sociétés civiles qui nous intéressent ici, plusieurs organisations ont vibré à la volonté d’harmonie, et singulièrement la Ligue des droits de l’homme (LDH), avant, pendant et après la guerre de 1914, mais aussi la Ligue internationale des droits de l’homme, devenue la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH)3.

  • 4 Si on pense souvent à Jean Jaurès, d’autres figures aujourd’hui oubliées, comme Émile Durkheim, ont (...)
  • 5 Sur le couple politique/droits de l’homme, voir du côté de l’historiographie anglo-saxonne récente, (...)

2En partant de ces portraits de groupe, il s’agit de proposer des pistes de réflexion sur les droits de l’homme, la paix, l’humanitaire, au prisme des premiers et principaux courants, mais sans travailler sur les partis et autres groupements, en l’occurrence du mouvement ouvrier, étudiés par ailleurs. C’est pourquoi il conviendra de rappeler dans quelle mesure le désir d’une civilisation policée s’exprime, s’organise et s’avère profondément politique, au-delà de la reconfiguration du système international4. Et donc également de voir pourquoi et en quoi la Grande Guerre et les formes variées de brutalisation des âmes, des corps et des droits, prolongées, réinventées, généralisées et amplifiées par les dictatures classiques et les régimes totalitaires, dans le cadre de conflits profondément idéologiques, ont pris en otage des populations et des édiles, malgré leur volonté de pratiquer une humanité si ce n’est pacifiée, à tout le moins sauvegardée. Car au sein de la nébuleuse pacifiste hexagonale, il est des acteurs qui conçoivent la paix comme un droit de l’homme : il ne s’agit pas seulement de panser les plaies, mais il convient de penser, c’est-à-dire de définir, d’analyser, de projeter l’homme dans ses droits tels qu’ils sont proclamés, sacrés, universels, inaliénables, et cela entre utopie et pragmatisme. Il convient de le faire dans l’ordre du discours, selon des déclarations principielles reformulées dans les lendemains séminaux de 1789 et 1793, mais également des « printemps des peuples » de 1848. Il s’avère aussi nécessaire de le faire face à l’incapacité ou l’inefficacité des puissances étatiques qui s’inscrivent dans un ordre westphalien. Reste que la rhétorique peut prendre des accents théoriques, illustrant l’impuissance de l’éthique de la dénonciation, voire faire silence par absence ou par ignorance. Reste aussi que la pratique peut se conjuguer avec l’instrumentalisation par le et même la politique. Car si l’on observe, avec des temporalités et des modalités propres à chaque pays, des maturations de l’État de droit à l’échelle interne, le droit international humanitaire est inachevé, ne serait-ce que parce que le droit s’inscrit et se construit aussi dans l’Histoire5.

3Dans cette perspective, il convient de montrer que des hommes et des scansions marquent la fin du xixe siècle, avec une quête de rapports interétatiques renouvelés par l’horizon de concorde et de transparence ; puis d’approcher l’affirmation principielle et la détermination à agir de manière pragmatique pour sauver les victimes, tandis que de nouveaux acteurs émergent, s’inscrivant dans une énonciation politique des droits de l’homme et de la paix entre les nations ; et finalement de voir pourquoi et comment ils agissent et pensent l’humanité, singulièrement quand les atteintes à l’intégrité et à la dignité se multiplient.

Au temps du pacifisme et des puissances

  • 6 Henry Dunant, Un souvenir de Solferino, Genève, imp. Jules-Guillaume Fick, 1862, 116 p.

4On le sait, c’est au lendemain du massacre que fut Solferino, admirablement raconté par Léon Tolstoï, qu’est fondée ce qui n’est que l’une des premières organisations non gouvernementales (ONG) avant l’heure6 : le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Si l’ouvrage d’Henry Dunant ne proposait pas de doctrine philosophique ou de système juridique, et encore moins un droit international humanitaire, l’action de son auteur aboutit à une conférence internationale à Genève, réunissant le 26 octobre 1863 seize États et quatre institutions philanthropiques, à la création de comités nationaux et à l’adoption d’une croix rouge sur fond blanc comme signe distinctif du personnel sanitaire. Henry Dunant devient d’ailleurs le premier secrétaire du CICR et se voit attribuer le prix Nobel de la paix, récemment créé.

5Toutefois, cette histoire est plutôt celle d’un aménagement de la guerre qui signe l’avènement d’un droit humanitaire moderne ; autre, en revanche, est l’émergence du pacifisme juridique issu des différentes conventions de La Haye. Antérieurement à la Grande Guerre, deux conférences réunies en effet dans la ville néerlandaise font progresser « le droit de la guerre » avec l’idée de création d’une Cour permanente d’arbitrage. Néanmoins, la première, tenue en 1899 à l’initiative de Nicolas II autour des représentants de vingt-six États, ne parvient pas à trouver un accord sur le désarmement ; l’acte final n’ayant pas été ratifié par tous les États participants, il n’a pas force de loi. La seconde conférence, réunissant en 1907 les délégués de quarante-quatre États, reconnaît le principe de l’arbitrage obligatoire et son application dans certains cas, mais ne débouche pas sur un traité vraiment international. Il n’est signé que par trente-deux nations. Et cela alors que la mouvance pacifiste s’active dans les pays anglo-saxons, et à un moindre degré en France, avec la naissance de trente-sept nouveaux mouvements pacifistes.

  • 7 Jean-Jacques Becker et Stéphane Audoin-Rouzeau, La France, la Nation, la Guerre : 1850-1920, Paris, (...)
  • 8 Rémi Fabre, « Un exemple de pacifisme juridique : Théodore Ruyssen et le mouvement “La Paix par le (...)
  • 9 Sandi E. Cooper, Peace and Internationalism. European Ideological Movements Behind The Two Hague Co (...)

6Ainsi, si les opinions publiques sont foncièrement nationalistes ou à tout le moins cocardières7, on observe des initiatives pacifistes, de la création du Bureau international de la paix de Berne en 1891, au premier prix Nobel de la paix en 1896, sans oublier le lancement en 1887 de l’Association La Paix par le droit (APD), animée par l’universitaire Théodore Ruyssen, auteur d’une Philosophie de la Paix8 éditée en 1904 chez Giard et Brière. Marquée par l’esprit du protestantisme, du socialisme utopique et de l’École coopérative de Nîmes animée par Charles Gide, Emmanuel de Boyve et Auguste Fabre, elle est devenue en 1895 l’Association de la paix par le droit. À côté, la Ligue internationale de la paix et de la liberté (LIPL), présidée par Charles Lemonnier puis Émile Arnaud, entend fédérer les peuples européens et pérenniser l’arbitrage international par une codification et une judiciarisation. Enfin, il ne faut pas oublier la Société française pour l’arbitrage entre les nations, créée par Frédéric Passy, venu au pacifisme juridique par le libre-échange économique et, au-delà, nombre de coopératives, de mutuelles, d’universités populaires, et bien sûr l’internationalisme de la SFIO et de Jean Jaurès9.

7Ainsi, ces hommes participent aux courants en voie de structuration : Ferdinand Buisson, présent au premier congrès de la paix en 1867 aux côtés de Garibaldi et Quinet, Charles Beauquier et Yves Guyot, dirigeants de la LIPL, Hippolyte Laroche, leader de la Société française pour l’arbitrage entre les nations, ou Sylvie Flammarion, fondatrice en 1899 de l’association La Paix et le désarmement par les femmes. D’autres figures encore sont essentielles, comme les parlementaires Lucien Le Foyer, secrétaire général de la Délégation permanente des sociétés françaises de la paix, et Léon Bourgeois, bien sûr. Mais encore le physiologiste Charles Richet, le publiciste Francis de Pressensé, l’écrivain Anatole France, le poète Pierre Quillard, le diplomate Paul d’Estournelles de Constant ou la journaliste Séverine ; pour ces six derniers, tous sont ligueurs. On est bien face à une myriade de trajectoires individuelles et de cheminements collectifs, et dans une dynamique entre un droit des relations internationales et un droit à la paix, entre une perception réaliste et une vision idéaliste.

8Avant même l’inauguration d’un cycle des relations internationales post-1914, dans ce qui est encore un âge des empires, une association parmi d’autres a extrapolé la cause d’un capitaine victime et héros d’un crime d’État, par l’extension de son champ de réflexion et d’action à des injustices internationales touchant d’autres hommes et des peuples, soit l’homme dans son abstraction globalisante. En son sein, l’avocat Ludovic Trarieux, fondateur et premier président de la LDH, est à l’initiative de cette réappropriation de l’héritage libéral et individualiste des Lumières et d’une révolution à la vocation universelle. Lui et d’autres, dreyfusards ou non, le font de manière progressiste, sur le terrain des droits des hommes dans un xixe siècle marqué par l’actualité des revendications identitaires. À ce titre, dès 1899, l’ancien garde des Sceaux devenu sénateur avait plaidé à Saint-Petersbourg le dossier finlandais et condamné l’antisémitisme en Russie.

  • 10 Archives de la LDH, Compte rendu manuscrit des séances du comité directeur (juin 1899-déc. 1899), p (...)
  • 11 Bulletin officiel de la Ligue des droits de l’homme (dorénavant BOLDH), 15 juil. 1904, p. 872 et s.

9Ainsi la LDH s’appuie-t-elle, sans évoquer la Déclaration d’indépendance, un acte pourtant fort annonçant la première décolonisation de l’histoire, sur le texte du 26 août 1789, cette « charte de nos relations internationales », et sur la notion de « crime de lèse-humanité »10. Cette conception universaliste est réaffirmée par le deuxième président de la LDH, l’ancien rédacteur et spécialiste des affaires étrangères au Temps, Francis de Pressensé, selon lequel « nos ancêtres […] ont prétendu formuler les titres retrouvés de l’humanité toute entière », et qu’il est nécessaire « d’intervenir dans les questions d’injustices internationales »11. Bref, alors que l’humanité apparaît trop éloignée, elle doit être si ce n’est rapprochée, à tout le moins approchée, au-delà des dialectiques de l’universalisme et des États, de l’idéalisme et de la realpolitik, de l’émancipation et de la domination, de la protection et de la violence. Il s’agit d’alerter les opinions publiques et les pouvoirs sur des oppressions faites ou en cours, en se fondant sur une perception métajuridique des droits de l’homme, découplée de celle de Hobbes. Mais que l’on ne se méprenne pas : ce n’est pas un ordre éthique que les militants des droits de l’homme et de la paix attendent, non plus une politique de l’humanitaire, mais c’est paradoxalement une protection, alors que les puissances demeurent, et pour longtemps.

  • 12 BOLDH, 1er mars 1904, p. 213-214 et 15 avril 1904, p. 426. Voir Emmanuel Naquet, « Quelques défense (...)

10En fait, au temps de Delcassé, les États restent des acteurs fondamentaux, même si les ONG se manifestent : la démultiplication et la légitimation des communautés humaines, même réduites, modifient l’échiquier mondial. C’est pourquoi la LDH pousse à une plus grande clarté de la diplomatie et à une sécurité collective. En 1904, au temps de l’alliance franco-russe, elle évoque une nécessaire « politique rationnelle » pour « limiter l’aire du conflit ». Quelques semaines plus tard, alors que les populations arméniennes sont « désespérées », Francis de Pressensé envisage « de faire quelque chose de pratique »12, ce qui lui vaut la réponse de Lucien Le Foyer : « L’esclavage collectif aussi bien que l’esclavage individuel sont abolis. »

  • 13 BOLDH, 1er mai 1904, p. 591 et 1er juil. 1905, p. 839-840.
  • 14 BOLDH, 1er juil. 1905, p. 841.
  • 15 Op. cit., p. 852 et 15 juil. 1907, p. 914.
  • 16 BOLDH, 1er avril 1905, p. 306-307. La direction y délègue des ligueurs comme Louis Havet, Pierre Qu (...)
  • 17 Norman Ingram, « Pacifisme ancien style, ou le pacifisme de l’Association de la paix par le droit » (...)
  • 18 BOLDH, 30 avr. 1907, p. 339-341 et 15 juil. 1907, p. 696-699.

11Même respect de l’ordre des puissances dans son appréhension de la guerre russo-japonaise13 ou à l’occasion du congrès de la paix des 10 et 11 juin 1905, la LDH poursuivant les pas du pacifisme juridique en faveur d’une « réduction conventionnelle, simultanée et progressive des armements »14. Si elle souhaite une « assemblée législative internationale et permanente », avec une volonté d’ouverture la plus forte, sa réflexion s’attache plus aux relations interétatiques dans un ordre encore bismarckien qu’à une approche humaniste transcendant les frontières. Cependant, elle décide d’aider « au développement des idées pacifistes par tous les moyens » et demande d’introduire « dans l’enseignement, à tous les degrés, des méthodes tendant dans ce but »15. À la vérité, la direction cherche à publiciser : à l’appel du Vorort de la Société suisse de la paix, elle « attire l’attention des sections sur la nécessité de se joindre à ce généreux effort pour la cessation de la guerre russo-japonaise, […] et à organiser des réunions […] sur les ruines que cette guerre accumule ». Si elle organise elle-même des meetings et participe à des collectifs, elle refuse pour des raisons statutaires de souscrire au Sou de la paix et rejette toute adhésion au Bureau international de la paix créé à Berne par Éric Ducommun16. Ainsi, la LDH raisonne selon un pacifisme « ancien style »17 : à la veille de la deuxième conférence de La Haye, le congrès de 1907, poussé par Pierre Quillard, reprend la question en réclamant « un traité d’arbitrage obligatoire et permanent s’étendant, sans distinction, à toutes les causes de litige », « la création d’une assemblée législative internationale officielle et permanente », et « l’adhésion de toutes les puissances qui n’auraient pas pris part à cette conférence »18.

12Un autre homme incarne cette orientation : l’universitaire Victor Basch qui, lors du congrès de la LDH tenu en 1908, expose une analyse fondamentalement kantienne. Il estime qu’il est des « droits communs » et « une justice immanente à laquelle tous les individus et tous les peuples peuvent et doivent faire appel : la Déclaration des droits de l’homme a légitimement prétendu légiférer non seulement pour les Français de la fin du xviiie siècle, mais pour l’humanité tout entière ». Il considère donc qu’après que « les hommes d’un même État, solidement reliés dans un même corps, se sont soumis au droit de cité (jus civitatis), les différents États, prenant conscience de leur solidarité, se soumettront au droit des gens (jus gentium), jusqu’au jour où tous les hommes et tous les États, se sachant et se voulant membres de la même cité humaine, établiront d’un commun accord une juridiction universelle ». On est loin de l’ordre hobbesien fondé sur les intérêts des États, et pas si distant de Rousseau et de son horizon d’une grande ville du monde. On est proche de l’idée chère à Grotius d’une jurisprudence humaniste mise dans le cœur des hommes par Dieu, comme de celle pensant l’association de droit comme lien du genre humain.

13Plus loin, le jeune élu au comité central précise que l’un des droits primordiaux de l’homme est le droit à la vie, celui de « persévérer dans son être et de ne permettre qu’aucune atteinte [lui] soit portée », ajoutant – le patriotisme n’est pas loin – que « ce qui vaut pour l’homme isolé vaut naturellement pour cet ensemble organisé d’hommes qui s’appelle une nation ». C’est assurément à un dessein irénique d’éthique internationale que l’on a affaire, qui va plus loin qu’un simple droit de la paix dans une société relationnelle et consensuelle d’États souverains, et s’exprimant par des règles et un langage juridiques communs. Dans la Critique de la raison pure comme dans le Projet de paix perpétuelle, véritables chartes philosophiques des nations civilisées aux yeux de Victor Basch, on retrouve cette perception progressiste de l’histoire de l’humanité vers une société éclairée, libérée, harmonieuse, vers cette civitas maxima, cette fédération universelle des peuples, pacifique, vertu des peuples, liée à la morale démocratique promouvant le consentement explicite des populations.

  • 19 BOLDH, 31 août 1912, p. 915.
  • 20 BOLDH, 15 juin 1913, p. 641 et s.

14Les impérialismes sont aussi analysés, notamment ceux de l’Angleterre, de l’Allemagne, de la France, du Japon et de la Russie, qui « se disputent âprement l’Afrique et certaines parties de l’Asie ». Les crises marocaines révèlent plus encore la dangerosité de ces heurts d’hégémons : lors du congrès du Havre, Francis de Pressensé peut dénoncer les « sphères d’influence économique » et « l’organisation financière internationale »19. Incarnations individuelles des sociétés civiles, ces hommes interrogent les pouvoirs, hésitant parfois, comme le montre la loi de trois ans. Si, en 1913, le congrès de la LDH s’inquiète de « l’affolement militariste », s’oppose à l’armée de métier tout en reconnaissant une nécessaire défense nationale, refuse la « reconquête » de l’Alsace-Lorraine, demande la paix par un ordre juridique international, Célestin Bouglé dénonce « la pression militaire, là-bas, de l’autre côté de la frontière » et Ferdinand Buisson vote la loi20.

15Toutefois, avec cette guerre civile européenne, longue, également mondiale, et surtout totale, émergent des problématiques peu ou prou inédites, liées aux réfugiés et aux prisonniers, puis aux frontières et aux minorités. En outre, l’arbitraire et la violence s’exercent dans une réglementation large et lâche qui vise les étrangers, mais aussi dans ce monde de souverainetés, les nationaux et les particularismes, tout cela dans un jeu interétatique où la culture des droits de l’homme commence à se développer.

Plus encore avec et après la « Très Grande Guerre », l’émergence d’un nouveau type d’ONG en politique et investies sur le terrain des droits

  • 21 Emmanuel Naquet, « La Société d’études documentaires et critiques sur la guerre. Ou la naissance d’ (...)
  • 22 Le congrès de 1916 de la Ligue des droits de l’homme, Paris, LDH, 1917, 300 p., p. 102.

16Pendant la Grande Guerre, par patriotisme défensif, la LDH dans son ensemble soutient l’union sacrée sans y participer. Tout en désacralisant la guerre, elle œuvre pour le droit et la justice au front et à l’arrière, dans la volonté de sauvegarder à la fois « la patrie des droits de l’homme » et une terre de démocratie, cherchant à trouver un juste milieu entre un patriotisme majoritaire dans l’opinion et un pacifisme minoritaire, tous les deux croyant détenir la vérité21. Ainsi les pacifistes de l’association veulent-ils une paix blanche et immédiate, derrière la dreyfusarde Séverine qui interpelle les ligueurs en plein congrès et au cœur de Verdun : « Pensez […] que chaque heure, chaque journée coûtent d’innombrables existences, tandis qu’ici nous délibérons pour savoir à quel temps reporter l’arbitrage, qui risque de s’exercer, peut-être alors, dans un immense cimetière. »22

  • 23 BOLDH, 1er mai 1915, p. 65-175.

17Au contraire, la majorité, perçue comme aveuglée, traître à la recherche de la vérité et de la justice, soumise au militaire, attend la victoire. Comme l’affirme Victor Basch, seule la guerre peut mettre fin à la guerre et « la menace allemande » doit être « définitivement conjurée »23. Quant à Ferdinand Buisson, élu président à la veille de 1914-1918, il stigmatise « le crime allemand contre l’humanité », « éclatant, cynique, monstrueux d’orgueil et d’aveuglement », « la dictature militaire d’une puissance qui, ayant fait de la guerre son industrie, l’a imposée aux autres peuples sous peine d’asservissement ». Et l’intellectuel d’en appeler à une « croisade démocratique de la délivrance » et à une enquête sur les « atrocités allemandes ».

  • 24 Jean-Louis Halperin, Histoire des droits en Europe de 1750 à nos jours, Paris, Flammarion, 2004, 38 (...)
  • 25 Emmanuel Naquet, « Entre justice et patrie : la Ligue des droits de l’homme et la Grande Guerre », (...)

18Effectivement, la LDH a rempli une partie de son mandat, pour les droits et l’humanisme dans l’État de droit encore incomplet qu’est la France, et pas uniquement elle24. Mais les courants pacifistes en son sein n’entendent pas la réduire à une structure juridique de défense des veuves et des orphelins, des réfugiés, de la répartition « équitable et libérale » des allocations militaires, s’attaquant à la vie chère avec des « commissions du quotidien ». Pour cette mission, l’association s’interroge sur les « embusqués » et les prêtres versés dans les services de santé bénéficiant d’un régime « exceptionnel et illégal » aux yeux des conseillers juridiques de la LDH comme de ceux d’Henri Guernut, d’Émile Kahn, de Mathias Morhardt et Gabriel Séailles, mais défendu par Ferdinand Buisson. En outre, elle critique la surveillance des correspondances et les coupes dans la presse – tout en s’autocensurant –, mais accepte la mise entre parenthèses de la démocratie avec l’absence d’élections et de manifestations. Il s’agit « de marquer […] le droit nouveau que la guerre ferait surgir », un « droit de guerre démocratique », et même, pour certains, de s’intéresser à la conduite de celle-ci. Pourtant, Victor Basch, qui n’est pas sur la ligne des Charles Gide, Michel Alexandre et Mathias Morhardt, comprend que la Ligue doit faire de la politique et met en jeu sa démission25.

19C’est dans le prolongement de cette position que l’organisation reprend le dossier des droits de l’homme après avoir plaidé pour les libertés finlandaises et contre les massacres d’Arméniens, les pogromes en Roumanie et l’oppression des Boers. Ainsi, lorsque le président Krüger était venu à Paris, en 1900, le philologue Louis Havet avait soutenu que « la Déclaration [de 1789] comporte en son esprit des principes d’une portée internationale et la résistance est l’un de ceux-là ». Le président de la LDH, Ludovic Trarieux, ajoutait : « Si la Déclaration ne définit que les conditions de la liberté individuelle, elle s’applique, par identité de raison, à la vie sociale des collectivités ». Invocation inconsciente de la déclaration des droits des peuples à disposer d’eux-mêmes, proclamée par les constituants et oubliée par la suite, ou de la Déclaration de 1793 qui insiste, dans son article 33, sur un droit simplement énoncé dans l’article 2 de celle de 1789 : le droit de résistance à l’oppression ? En tout cas, cette orientation illustre un regard global supra-étatique et supranational, à la recherche d’un État de droit supérieur.

  • 26 Singulièrement celle des juifs de Russie et de Roumanie, notamment par la voix du philosophe Gabrie (...)
  • 27 BOLDH, 15 juin 1919, p. 547 et s.
  • 28 Les Cahiers des droits de l’homme (CDH), 5 janv. 1920.
  • 29 BOLDH, 1er mai 1919, p. 355 et s., et l’analyse de Paul d’Estournelles de Constant, « Ce que peut v (...)

20De fait, pendant la conflagration, la problématique des communautés rejaillit26 et certains leaders de la LDH retravaillent la question des nationalités. Au sortir de celle-ci, l’association juge qu’il n’y a pas eu de libération des peuples, contrairement aux positions du président Wilson. Ainsi, sa résolution du 13 juin 1919 stigmatise un traité qui « n’ouvre pas une ère nouvelle, [...et qui est] un compromis entre le droit des peuples et l’impérialisme »27 et Victor Basch condamne une « balkanisation de l’Europe »28. Quant au Pacte, le comité central blâme une « Société des nations qui n’est pas l’œuvre des peuples », n’organise « ni le désarmement, ni le règlement des fabrications de guerre, ni l’arbitrage obligatoire », ne prévoit « ni pouvoir législatif, ni pouvoir judiciaire, ni pouvoir exécutif »29. D’où l’idée du vice-président de donner une nouvelle identité à l’association qui deviendrait « la Ligue des droits de l’homme et des nations ». En discours et en fait, il s’agit, par un intitulé, de situer les droits de l’homme en dépassant le concept pour le faire entrer dans l’appropriation et l’application. Il faut dire que le pacte fondateur de la SDN ne s’adosse pas aux droits de l’homme.

  • 30 CDH, 10 juin 1922, p. 280.
  • 31 Emmanuel Naquet, « Parce que c’était elle, parce que c’était elle. La LDH et la Ligue allemande des (...)

21Si cette proposition de Victor Basch n’est pas concrétisée, elle réapparaît à travers la création, en 1922, à partir des différentes ligues sœurs, de la future FIDH. Dépassant l’idée initiale de mettre en place un « bureau central d’information pour combattre l’influence de la presse xénophobe qui pousse à la guerre », le projet s’adresse à tous les peuples30. Lors de sa séance constitutive est lancé un « Appel aux peuples pour les droits de l’homme et la paix ». L’économiste allemand Robert Kuczynski, un des fondateurs de la Ligue allemande des droits de l’homme, déclare : « Nous voulons que les différends des peuples, comme les différends des individus, soient soumis à un tribunal qui ait l’autorité morale et la puissance matérielle ; nous voulons que la Société des nations, fortifiée, démocratisée, devienne vraiment le conseil des représentants des peuples »31. On voit bien toute la difficulté de conjuguer des droits des individus et des droits des collectivités dans un ordre encore largement stato-national, d’autant plus que la FIDH est de facto très européocentrée.

  • 32 Voir Emmanuel Naquet, Pour l’humanité. La Ligue des droits de l’homme, de l’affaire Dreyfus à la dé (...)

22Parallèlement, la Grande Guerre continue de jeter son ombre sur la LDH : la question de la responsabilité du conflit partage les eaux ligueuses, Victor Basch et la majorité de la direction disculpant la Russie pour charger l’Allemagne et surtout l’Autriche-Hongrie, refusant toute « guerre sainte »32. Les échecs des mouvements pacifistes d’avant le basculement de 1914 comme de « l’union sacrée » sont en filigrane. Ils ouvrent une nouvelle scansion marquée par l’avènement des régimes totalitaires et plus largement des dictatures. D’évidence, comme les États, les droits de l’homme se construisent dans les conflits, non pas pour livrer bataille, mais plutôt pour limiter le prix de la victoire et des défaites.

Vers une nébuleuse associative dans un contexte d’atteintes multiples aux droits de l’homme

  • 33 Janine Ponty, « Réfugiés, exilés, des catégories problématiques », Matériaux pour l’histoire de not (...)
  • 34 CDH, 25 nov. 1923, p. 514.
  • 35 Jean-Michel Guieu, « Les juristes internationalistes français, l’Europe et la paix à la Belle Époqu (...)
  • 36 Selon la formule d’Ann Marie Clark, Diplomacy of conscience : Amnesty International and Changing Hu (...)

23Les années 1920 et 1930 aboutissent, avec leurs flots d’exilés, au développement et à la multiplication d’autres formes d’intervention33. Il s’agit donc pour ces hommes de la LDH comme de la FIDH, ainsi que le propose le nouvel article III de ses statuts, de défendre, « en quelque pays que ce soit », « les victimes individuelles ou collectives de l’injustice et de l’arbitraire », « le droit des peuples et les droits des minorités », et de travailler « à l’organisation de la paix »34. La science du droit des gens devient une pratique, et ainsi se forme une communauté de juristes travaillant à la fois dans l’impératif de l’urgence et selon une vision déterministe de l’histoire, face à une conscience universelle qui interroge35. Mais ces juristes n’occupent pas de véritables positions académiques dans une Europe où les enseignements du droit international commencent mais restent marginaux, à quelques exceptions près. Il faut dire que la protection des minorités n’est promise que dans certains pays et pour quelques minorités, mais sans doute une diplomatie de la conscience commence-t-elle à se développer36 et, pour le moins, des lieux et des temps de débats se dégagent qui dépassent les expertises de techniciens, limitées avant 1914 aux grandes négociations internationales.

24En l’espèce, après la Grande Guerre, les études des savants internationaux débordent les cadres scientifiques comme l’Institut de droit international ou l’Académie de droit international, et se retrouvent dans maintes organisations. En effet, la pensée et la pratique des internationalistes de la LDH et de la FIDH, sans oublier les déclinaisons étrangères comme les ligues allemande ou italienne, questionnent tour à tour et en même temps une loi de l’humanité et une société internationale naissante où le solidarisme et la solidarité, transposés au monde, ne sont pas loin. D’où les résolutions en faveur de la nation géorgienne, des républicains hongrois, de la démocratie italienne, des Russes pourchassés, du peuple arménien, des Ukrainiens affamés. Mais aussi, pour dépasser l’incantatoire, la recherche d’une première formalisation.

  • 37 Futur beau-père de Stéphane Hessel.
  • 38 Comme le notent Guillaume Sacriste et Antoine Vauchez, « le droit pouvait faire office de science r (...)
  • 39 Boris Mirkine-Guetzévitch, « Les “déclarations des droits de l’homme” d’après guerre », CDH, 20 oct (...)

25En toute certitude, des synergies se font jour autour des ligues française et russe et de la FIDH. Boris Mirkine-Guetzévitch37 voudrait renforcer « une protection internationale des droits de l’homme ». À ses yeux, les traités de 1919 et 1920 entraînent déjà « la limitation du pouvoir constituant de l’État, en ce qu’ils limitent la possibilité juridique de modifier dans l’avenir les articles de la Constitution qui ont trait à la protection de ces droits ». Quant au Russe André Mandelstam, juriste et diplomate, représentant du Comité consultatif des organisations privées au haut commissariat pour les réfugiés, il se penche à son tour sur « la révision des droits de l’homme ». Dans son long rapport, ce partisan d’un droit d’ingérence s’interroge sur « le droit humain actuel », et en particulier sur la contradiction des pratiques des puissances, partagées quant aux minorités entre « l’attitude individuelle, politique » et « l’attitude collective en tant que membres de la SDN »38. C’est pourquoi, avant de proposer une résolution au vote de ses collègues, le délégué appelle de ses vœux « une généralisation de la protection des droits de l’homme ». Et d’ajouter : « La division des pays en catégories, dont l’une n’est astreinte à aucune obligation, tandis que l’autre, par contre, est sujette à des obligations très rigoureuses, est insoutenable. Le principe de l’égalité entre les États s’oppose absolument à une telle discrimination. La proclamation des droits de l’homme doit donc obliger toutes les nations, et le respect de ces droits doit être assuré contre les écarts éventuels de tous les États, sans exception aucune. »39

  • 40 Célestin Bouglé, La Dépêche de Toulouse, 26 oct. 1929.

26Il faut ici faire une mention particulière à Aline Ménard-Dorian, que Victor Basch appelle la « bonne hôtesse », pour qui, comme en témoigne Célestin Bouglé, « la plainte du peuple et la plainte des peuples, le cri de détresse des prolétaires exploités, des juifs, des Arméniens, des Polonais, des Hollandais brimés, opprimés, souvent martyrisés » trouvent dans son salon « un écho sonore »40. Cet espace, associé aux forums civiques que sont les LDH et FIDH œuvrant à réunir une documentation sur les exactions en URSS, les arrestations en Espagne, les détentions en Roumanie, illustre l’émergence d’une société civile. Mais il n’entend pas se limiter à une dénonciation tribunicienne : il s’agit, avant la lettre, de la « responsabilité du droit de protéger » confiée à la LDH et à la FIDH, aux différentes ligues nationales, faisant des victimes des sujets du droit international.

  • 41 CDH, 20 déc. 1930, p. 757. Voir Emmanuel Naquet, « L’action de la Fédération internationale des Lig (...)
  • 42 Suzanne Berger, Notre première mondialisation. Leçons d’un échec oublié, Paris, Le Seuil, 2003, 96  (...)

27Incontestablement, on assiste au début d’une internationalisation des sociétés civiles, malgré les blocages des États méfiants envers l’autonomisation par la citoyenneté, et plus encore à l’encontre de la reconnaissance de droits aux collectivités : les droits de l’homme apparaissent supérieurs en raison de principes universels méta-souverains41. L’objectif est aussi de mieux prendre en compte et de comprendre l’humanité au-delà de la nation, de saisir les hommes et les peuples, singulièrement les minorités, et de dépasser les stricts intérêts des États, non loin de l’ingérence. Sans doute ces protagonistes ont-ils saisi le basculement du globe avec notre « première mondialisation », ces emboîtements de territoires sociaux, culturels, idéologiques, et sentent qu’un espace de dialogue se forme avec des biens communs et des devoirs réciproques, que l’autre peut être semblable, que l’homme est plural, que l’altérité doit être reconnue dans sa diversité et sa différence42.

  • 43 Rachel Mazuy, Le Rassemblement universel pour la paix (RUP), 1935-1940. L’associationnisme politiqu (...)

28Dès lors, la FIDH, en lien étroit avec la LDH, connaît approfondissement, élargissement et perfectionnement. De courroie de transmission et de réitération des interventions nationales, elle s’est transformée en une instance autonome de recours, soit d’emblée, soit de manière supplétive. Elle devient aussi une force de proposition auprès des gouvernements comme des organes de la SDN en s’appuyant sur ses commissions politique, juridique et économique. C’est là, même s’il faut en relativiser fortement l’impact, l’une des différences majeures avec le CICR, dont les statuts, poussant à une obligation de réserve, ne font pas une organisation politique. Parallèlement, des dialogues sont noués, parfois conflictuels, avec le Rassemblement universel pour la paix ou avec le Rassemblement international contre la guerre et le militarisme, mais avec aussi une authentique galaxie d’associations43.

  • 44 Éric Vial, « La Ligue italienne des droits de l’homme (LIDU), de sa fondation à 1940 », dans Pierre (...)
  • 45 CDH, 30 oct. 1933, p. 642-645.
  • 46 Dzovinar Kévonian, « Les juristes, la protection des minorités et l’internationalisation des droits (...)
  • 47 Axelle Brodiez, Le Secours populaire français, 1945-2000. Du communisme à l’humanitaire, Paris, Pre (...)
  • 48 CDH, 20 mars 1936, p. 189.
  • 49 Cf. BDIC, fonds LDH, F-Rés. 798/64-65, qui illustre les relations entretenues avec plus d’une trent (...)
  • 50 Sandi Cooper, « Pacifism in France, 1889-1914 : International Peace as a Human Right », French Hist (...)

29Si le fascisme entraîne une vague d’opposants à rechercher l’asile en France44, la montée du nazisme et son arrivée au pouvoir en Allemagne en 1933 amplifient le phénomène, comme le montre le juriste Marc Vichniac45. Les différents proscrits, religieux, économiques comme politiques46, plus encore avec la guerre civile espagnole, poussent ces associations et d’autres – pensons à la LICA ou au Secours rouge international47 – à perfectionner leurs actions, de la caution financière à l’instruction du dossier, de la délivrance de l’attestation de réfugié à l’intervention auprès des autorités, sans oublier la médiatisation48 ; ainsi la LDH et la FIDH travaillent-elles à réglementer le droit d’asile et les modalités d’expulsion49. Relayées par des réseaux qui vont du Bureau international du travail via Albert Thomas aux juristes internationalistes, des sociologues réformateurs aux milieux genevois et aux loges, une « immixtion citoyenne » se démultiplie50, donne sens et force à un droit international en pleine élaboration et aux systèmes juridiques des États souvent lacunaires. On passe ainsi de guerres justes à des justices dans les guerres, de guerres du droit au droit non à la guerre, et moins encore de la guerre, mais aux droits dans la guerre et au delà !

30On le voit, à suivre une démarche sur la longue durée optant pour une méthode historiciste, il est clair qu’au delà de la paix, par la guerre ou par l’entre-deux, des approches se font jour, des structures se constituent, des pratiques s’inventent, et même, peu ou prou, des qualifications sont dessinées, qui nous autorisent à parler de moment inaugural de (re)découverte des droits du genre humain, dont celui à la vie, par la paix, est fondamental. Mais il est aussi évident que des indéterminations demeurent, tant dans les systèmes normatifs des États et de l’organisation internationale qu’est la SDN, qu’au niveau des associations. Si le rêve d’un système diplomatique garantissant la paix, qui vient de loin – pensons à Sully, Grotius, Rousseau ou Hugo – s’approche d’une réalité, y compris d’échecs, avec le lancement d’initiatives et d’organisations privées, les rencontres personnelles à Zimmerwald ou Kienthal, l’instauration d’une sécurité collective via le Pacte ou les groupes de pression qui se multiplient, dont l’Association française pour la SDN.

31Rappelés dans leur caractère universel avant 1914, les droits de l’homme ne sont pas repris dans le message dit des « Quatorze Points » de Woodrow Wilson, même si le président américain avait exposé, entre autres, le respect des nationalités et le droit à l’autodétermination. En 1919, plusieurs projets avaient évoqué la mise en place d’un tribunal et d’une armée internationaux, finalement limités ou éliminés, la SDN demeurant amplement européenne, avec une œuvre plus que relative dans la décolonisation et le désarmement malgré le Pacte Briand-Kellogg de 1928 et les premières émancipations. Mais si le Pacte ne s’adosse pas aux droits de l’homme et si la SDN ne parvient pas à assurer « l’esprit de Genève », ces insuccès sont davantage ceux des États, et surtout des puissances ou des impuissances, que ceux des militants de la paix et des droits de l’homme. En fait, au-delà de l’institutionnel, il y a ces communautés juridiques et politiques qui œuvrent à un ordre multilatéral et performatif.

32Ainsi, le droit devient sinon la règle du moins l’espérance, et le droit international humanitaire, encore à définir et à approfondir, se mue en une demande de bien commun, d’humanité et de responsabilité, dans cette aporie des relations internationales, hors et dans les droits positifs nationaux, selon une conception très moniste. Ainsi, l’humanisme et le pacifisme se constituent en références, à tout le moins dans les démocraties, et les droits de l’individu sont de plus en plus présents dans un espace public voire une « communauté internationale » traversés par des émotions, des indignations, des condamnations. Ainsi s’exprime l’exigence de libertés, d’égalités, de fraternités, et l’universel entre en scène, même si les hommes, devenus objets de droit, n’en sont pas encore des sujets et que les droits demeurent des ombres, souvent furtives et parfois muettes, contre les souverainetés. Car on touche en l’occurrence toute la complexité et les ambiguïtés des droits de l’homme en politique. Mais si l’attente de droits de l’homme et le désir de paix peuvent vivre des revers et même des envers de l’histoire, ils sont des endroits du progrès et autant d’avancées. Du moins ces citoyens du monde d’hier le croyaient-ils, et ceux d’aujourd’hui encore, au nom d’un impératif universel.

Haut de page

Notes

1 Eric Hobsbawm, Age of Extremes. The Short Twentieth Century, 1914-1991, Londres, Abacus, rééd. 1995, 627 p.

2 Une bibliographie pour la France de l’entre-deux-guerres a été proposée il y a plus de vingt ans : Nicolas Offenstadt et Philippe Olivera (dir.), avec les participations de Bruno Goyet, Rachel Mazuy, Emmanuel Naquet, Nicole Racine et Stéphane Sirot, « Pour une histoire de l’engagement pacifiste en France, 1919-1939 : sources et bibliographie », Bulletin de l’IHTP, n° 51, mars 1993, p. 11-109. Deux exemples de parutions essentielles depuis : Rossana Grossi, Le pacifisme européen, 1889-1914, Bruxelles, Bruylant, 1994, 512 p. ; Jean-Michel Guieu, Le rameau et le glaive. Les militants français pour la Société des nations, Paris, Presses de Sciences Po, 2008, 308 p.

3 Emmanuel Naquet, « La Ligue des droits de l’homme. De la défense de l’individu à la défense des peuples ? (1898-1919) », Lendemains, n° 89, 1998, p. 14-27 ; « Guerre et droit. L’inconciliable ? L’exemple de la Ligue des droits de l’homme de l’avant à l’après 1914 », Mil neuf cent, revue d’histoire intellectuelle, n° 23, 2005, p. 93-110.

4 Si on pense souvent à Jean Jaurès, d’autres figures aujourd’hui oubliées, comme Émile Durkheim, ont pensé le plus large (« Sur l’internationalisme », Libres entretiens, 1906).

5 Sur le couple politique/droits de l’homme, voir du côté de l’historiographie anglo-saxonne récente, très centrée sur le post-1945, voire l’après-1989 : Rein Mullerson, Human Rights Diplomacy, Londres, Routledge, 1996, 226 p. ; Thomas Risse, Stephen C. Ropp et Kathryn Sikkink (dir.), The Power of Human Rights. International Norms and Domestic Change, Cambridge, Cambridge University Press, 1999, 336 p. ; Tim Dunne et Nicholas J. Wheeler (dir.), Human Rights in Global Politics, Cambridge, Cambridge University Press, 1999, 352 p. ; Robert G. Patman (dir.), Universal Human Rights ?, Londres, Macmillan, 2000, 244 p. ; David P. Forsythe, Human Rights in International Relations, Cambridge, Cambridge University Press, 3e édition, 2012, 370 p. ; Samuel Moyn, The Last Utopia. Human Rights in History, Cambridge, Harvard University Press, 2010, 352 p. ; Andrew Vincent, The Politics of Human Rights, Oxford, Oxford University Press, 2010, 272 p. Les analyses généralistes françaises, davantage en profondeur temporelle, peuvent provenir de juristes (Danièle Lochak, Les droits de l’homme, Paris, La Découverte, 2009, 128 p.), de politistes (Bertrand Badie, notamment La diplomatie des droits de l’homme. Entre éthique et volonté de puissance, Paris, Fayard, 2002, 324 p.) et d’historiens (Valentine Zuber, Le culte des droits de l’homme, Paris, Gallimard, 2014, 406 p. ; Emmanuel Naquet, « L’universalisme des droits de l’homme et du citoyen », dans Vincent Duclert et Perrine Simon-Nahum (dir.), Les événements fondateurs. L’affaire Dreyfus, Paris, Armand Colin, 2009, 344 p., p. 102-110).

6 Henry Dunant, Un souvenir de Solferino, Genève, imp. Jules-Guillaume Fick, 1862, 116 p.

7 Jean-Jacques Becker et Stéphane Audoin-Rouzeau, La France, la Nation, la Guerre : 1850-1920, Paris, SEDES, 1995, 388 p., p. 185-230.

8 Rémi Fabre, « Un exemple de pacifisme juridique : Théodore Ruyssen et le mouvement “La Paix par le droit” (1884-1950) », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 39, juil.-sept. 1993, p. 38-54.

9 Sandi E. Cooper, Peace and Internationalism. European Ideological Movements Behind The Two Hague Conferences (1899 to 1907), New York, New York University Press, 1967, 774 p. et Patriotic Pacifism : Waging War on War in Europe, 1815-1914, Oxford, Oxford University Press, 1991, 336 p. Sur Jean Jaurès et les droits de l’homme, voir mon article éponyme dans le collectif à paraître chez Lemieux éditeur en 2016.

10 Archives de la LDH, Compte rendu manuscrit des séances du comité directeur (juin 1899-déc. 1899), p. 148-149.

11 Bulletin officiel de la Ligue des droits de l’homme (dorénavant BOLDH), 15 juil. 1904, p. 872 et s.

12 BOLDH, 1er mars 1904, p. 213-214 et 15 avril 1904, p. 426. Voir Emmanuel Naquet, « Quelques défenseurs des droits de l’homme face à la cause arménienne (fin XIXe-début XXe siècles) », Études arméniennes contemporaines, n° 2, déc. 2013, p. 43-61.

13 BOLDH, 1er mai 1904, p. 591 et 1er juil. 1905, p. 839-840.

14 BOLDH, 1er juil. 1905, p. 841.

15 Op. cit., p. 852 et 15 juil. 1907, p. 914.

16 BOLDH, 1er avril 1905, p. 306-307. La direction y délègue des ligueurs comme Louis Havet, Pierre Quillard, Francis de Pressensé, Ferdinand Buisson, Charles Richet, Paul Aubriot, Jules Héricourt (16 janv. 1906, p. 2 et s. ; 15 nov. 1906, p. 1489-1490 ; 31 mai 1906, p. 657-658 ; 31 août 1908, p. 1581-1582). BOLDH, 15 sept. 1905, p. 1212-1213 ; 15 déc. 1905, p. 1586, malgré ce qu’affirme Roger Chickering (Imperial Germany and a World without War : the Peace Movement and German Society, 1892-1914, Princeton, Princeton University Press, 1975, p. 356).

17 Norman Ingram, « Pacifisme ancien style, ou le pacifisme de l’Association de la paix par le droit », Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 30, janv.-mars 1993, p. 2-5.

18 BOLDH, 30 avr. 1907, p. 339-341 et 15 juil. 1907, p. 696-699.

19 BOLDH, 31 août 1912, p. 915.

20 BOLDH, 15 juin 1913, p. 641 et s.

21 Emmanuel Naquet, « La Société d’études documentaires et critiques sur la guerre. Ou la naissance d’une minorité pacifiste au sein de la Ligue des droits de l’homme », Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 30, janv.-mars 1993, p. 6-10.

22 Le congrès de 1916 de la Ligue des droits de l’homme, Paris, LDH, 1917, 300 p., p. 102.

23 BOLDH, 1er mai 1915, p. 65-175.

24 Jean-Louis Halperin, Histoire des droits en Europe de 1750 à nos jours, Paris, Flammarion, 2004, 384 p., p. 197 et s.

25 Emmanuel Naquet, « Entre justice et patrie : la Ligue des droits de l’homme et la Grande Guerre », Le Mouvement social, n° 183, avril-juin 1998, p. 93-109 ; BOLDH, mai 1916, p. 257-270 ; juin 1916, p. 367-368 ; juil.-août 1916, p. 400-401 ; 1er au 15 juin 1917, p. 445-449.

26 Singulièrement celle des juifs de Russie et de Roumanie, notamment par la voix du philosophe Gabriel Séailles (BOLDH, 1er juil. 1915, p. 224 ; 1er-15 déc. 1915, p. 448 ; fév.-mars 1916, p. 66-71, 100, 102 et 104 ; 15 janv. 1917, p. 110).

27 BOLDH, 15 juin 1919, p. 547 et s.

28 Les Cahiers des droits de l’homme (CDH), 5 janv. 1920.

29 BOLDH, 1er mai 1919, p. 355 et s., et l’analyse de Paul d’Estournelles de Constant, « Ce que peut valoir le Pacte de la SDN », op. cit., 15 mai 1919, p. 419-477.

30 CDH, 10 juin 1922, p. 280.

31 Emmanuel Naquet, « Parce que c’était elle, parce que c’était elle. La LDH et la Ligue allemande des droits de l’homme. Quelques remarques sur deux organisations pacifistes et républicaines d’une guerre à l’autre », dans Olivier Dard et Nathalie Sevilla (dir.), Le phénomène ligueur en Europe et aux Amériques, Metz, Centre régional universitaire lorrain d’histoire, 2011, 446 p., p. 43-58.

32 Voir Emmanuel Naquet, Pour l’humanité. La Ligue des droits de l’homme, de l’affaire Dreyfus à la défaite de 1940, préface de Pierre Joxe, postface de Serge Berstein, Rennes, PUR, 2014, 688 p., p. 267 et s., et la version dactylographiée de la thèse, p. 374 et s.

33 Janine Ponty, « Réfugiés, exilés, des catégories problématiques », Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 44, oct.-déc. 1996, p. 9-13.

34 CDH, 25 nov. 1923, p. 514.

35 Jean-Michel Guieu, « Les juristes internationalistes français, l’Europe et la paix à la Belle Époque », Relations internationales, 1/2012, n° 149, p. 27-41.

36 Selon la formule d’Ann Marie Clark, Diplomacy of conscience : Amnesty International and Changing Human Rights Norms, Princeton, Princeton University Press, 2001, 183 p. Pour une approche des ONG après 1945, cf. Claude E. Welch, NGOs and Human Rights : Promise and Performance, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2000, 290 p.

37 Futur beau-père de Stéphane Hessel.

38 Comme le notent Guillaume Sacriste et Antoine Vauchez, « le droit pouvait faire office de science réaliste et efficace du gouvernement international » (« La “guerre hors-la-loi, 1919-1939”, note de recherche. Les origines de la définition d’un ordre politique international », Actes de la recherche en sciences sociales, no 151-152, mars 2004, p. 91-95).

39 Boris Mirkine-Guetzévitch, « Les “déclarations des droits de l’homme” d’après guerre », CDH, 20 oct. 1929, p. 643-646, « Les nouvelles tendances des déclarations des droits », 20 nov. 1931, p. 685-686, et « La protection internationale des droits de l’homme », 10 déc. 1931, p. 723-733. Sur André Mandelstam, voir Dzovinar Kévonian, « Exilés politiques et avènement du « droit humain » : la pensée juridique d’André Mandelstam (1869-1949) », Revue d’histoire de la Shoah, no 177-178, janv.-août 2003, p. 245-273 ; sur Boris Mirkine-Guetzévitch, Stéphane Pinon, « La pensée constitutionnelle de Boris Mirkine-Guetzévitch », dans Carlos Miguel Herrera (dir.), Les juristes face au politique, t. 2, Paris, éd. Kimé, 2005, 142 p., p. 61-123 et « Boris Mirkine-Guetzévitch et la diffusion du droit constitutionnel », Revue Droits, 2007, no 46, p. 183-212.

40 Célestin Bouglé, La Dépêche de Toulouse, 26 oct. 1929.

41 CDH, 20 déc. 1930, p. 757. Voir Emmanuel Naquet, « L’action de la Fédération internationale des Ligues des droits de l’homme (FIDH) entre les deux guerres », Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 95, juil.-sept. 2009, p. 53-64.

42 Suzanne Berger, Notre première mondialisation. Leçons d’un échec oublié, Paris, Le Seuil, 2003, 96 p.

43 Rachel Mazuy, Le Rassemblement universel pour la paix (RUP), 1935-1940. L’associationnisme politique dans le cadre du pacifisme français des années trente, DEA d’histoire, IEP de Paris, 1991, 214 p. et « Le Rassemblement universel pour la paix (1935-1939) : une organisation de masse ? », Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 30, janv.-mars 1993, p. 40-44.

44 Éric Vial, « La Ligue italienne des droits de l’homme (LIDU), de sa fondation à 1940 », dans Pierre Milza (dir.), Les Italiens en France de 1914 à 1940, Paris, éd. De Boccard, 1986, 788 p., p. 407-430, « La Ligue française des droits de l’homme et la LIDU, son homologue italienne, organisation d’exilés antifascistes dans l’entre-deux-guerres », Le Mouvement social, n° 183, avril-juin 1998, p. 119-134 et Emmanuel Naquet, Pour l’humanité…, op. cit., p. 310 et s., 417 et s., 514.

45 CDH, 30 oct. 1933, p. 642-645.

46 Dzovinar Kévonian, « Les juristes, la protection des minorités et l’internationalisation des droits de l’homme : le cas de la France (1919-1939) », Relations internationales, n° 149, 1/2012, p. 57-72 et « Deux siècles de réfugiés : circulations, qualifications, internationalisation », Pouvoirs, revue française d’études constitutionnelles et politiques, n° 144, 2013/1, p. 17-32.

47 Axelle Brodiez, Le Secours populaire français, 1945-2000. Du communisme à l’humanitaire, Paris, Presses de Sciences Po, 2006, 366 p., et Emmanuel Debono, Aux origines de l’antiracisme. La LICA, 1927-1940, Paris, CNRS Éditions, 2012, 502 p.

48 CDH, 20 mars 1936, p. 189.

49 Cf. BDIC, fonds LDH, F-Rés. 798/64-65, qui illustre les relations entretenues avec plus d’une trentaine de comités de protection des émigrés, helléniques, macédoniens, albanais, ukrainiens, russes, tchécoslovaques, yougoslaves ou allemands, tandis que le dossier 66 montre celles nouées avec le Bureau international pour le respect du droit d’asile et l’aide aux réfugiés politiques, le Centre de liaison des comités pour le statut des émigrés, le Comité central des réfugiés, le Comité d’entente des œuvres de réfugiés en France, le Comité de liaison des comités pour le statut des immigrés, le Comité du droit d’asile, le Comité international de coordination pour l’aide aux réfugiés, le Comité national d’aide aux réfugiés politiques, le Comité pour le droit d’asile, la Conférence internationale pour le droit d’asile, l’International Committee for political prisoners, le Secours démocratique aux réfugiés en France, le Service international d’aide aux réfugiés… Le monopole de la violence par l’État demeure (Gérard Noiriel, La tyrannie du national. Le droit d’asile en Europe, Paris, Calmann-Lévy, 1991, 336 p.).

50 Sandi Cooper, « Pacifism in France, 1889-1914 : International Peace as a Human Right », French Historical Studies, n° 2, automne 1991, p. 359-386.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Naquet, « Paix, humanitaire et droits de l’homme. Notes sur des acteurs de la société civile au tournant des xixe et xxe siècles », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 127 | 2015, 33-50.

Référence électronique

Emmanuel Naquet, « Paix, humanitaire et droits de l’homme. Notes sur des acteurs de la société civile au tournant des xixe et xxe siècles », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 127 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 25 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4294

Haut de page

Auteur

Emmanuel Naquet

Docteur en histoire de l’IEP de Paris, professeur en CPGE. Emmanuel Naquet est également membre du comité de rédaction d’Histoire@Politique. Politique, culture, société (http://www.histoire-politique.fr/), revue du Centre d’histoire de Sciences Po-Paris, et du secrétariat éditorial de Matériaux pour l’histoire de notre temps (http://bdic.fr/), revue de la BDIC/Musée d’histoire contemporaine, université Paris Ouest-Nanterre-La Défense/Hôtel national des Invalides.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page