Navigation – Plan du site
DOSSIER

La Ligue des droits de l’homme dans la Grande Guerre : entre pacifisme et défense nationale

Gilles Manceron
p. 23-32

Résumé

L’orientation de la Ligue des droits de l’homme en 1914-1918 ne peut pas être réduite à une adhésion à « l’union sacrée ». Elle a plutôt privilégié l’idée de « défense nationale », puisque la France était envahie et déplorait de nombreuses victimes civiles. C’est la ligne qu’a défendue son vice-président, Victor Basch. D’autres responsables ont connu un positionnement différent. Certains ont eu un discours plus « patriotique », y compris son président, Ferdinand Buisson, au début de la guerre. D’autres ont voulu dénoncer davantage la guerre. Insistant sur les responsabilités de l’Entente dans l’enclenchement du conflit, certains comme Mathias Morhardt ont créé en janvier 1916 la Société d’études diplomatiques et critiques de la guerre (SEDCG). Vingt ans plus tard, leur « pacifisme intégral » les conduira à être munichois et à refuser la guerre contre Hitler. En revanche, Victor Basch choisira dans les années 1930 l’antinazisme puis la Résistance.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Emmanuel Naquet, « Guerre et Droit », Mil neuf cent, revue d’histoire intellectuelle, 2005/1, n° 2 (...)

1La Grande guerre fut un défi pour la LDH, créée seize ans plus tôt lors de l’affaire Dreyfus. Forte de quelque 40 000 adhérents, peut-être moins puisque son bulletin écrit que seuls 30 000 sont en règle de leur cotisation, elle se trouve dans une situation difficile dans la mesure où la guerre contredit tous les principes auxquels elle est attachée, en particulier la primauté du droit sur la force, la demande de désarmement progressif, la soumission des autorités militaires aux institutions républicaines et la recherche de la paix par la notion d’arbitrage international. Cette association voit son activité fortement perturbée en raison du conflit1. La mobilisation la prive d’une grande partie de ses militants masculins ; son secrétaire général, Henri Guernut, est mobilisé comme beaucoup d’autres et, entre août 1914 et avril 1915, ses publications comme ses réunions publiques sont suspendues ; son dernier bulletin publié avant la guerre est daté du 1er juillet 1914. Mais elle a repris ses activités ensuite et elle s’est maintenue à travers les quatre années du conflit, reprenant la publication de son bulletin et organisant des réunions, malgré l’obligation de demander l’autorisation pour le faire, et la censure frappant parfois ses publications, dont son bulletin où des espaces blancs apparaissent périodiquement. Elle tient deux congrès, à Paris, l’un en novembre 1916 et l’autre en novembre 1917, ses effectifs étant même plus nombreux à la fin de la guerre qu’à son début.

2Son orientation majoritaire ne peut pas être réduite, à mon avis, au fait qu’elle était « favorable à l’union sacrée », bien que les termes d’« union sacrée » aient été employés à plusieurs reprises par certains de ses responsables au début de la guerre. Il faut plutôt considérer, me semble-t-il, que la LDH a constamment privilégié l’idée de « défense nationale », partant du fait que la France, quelles que soient les responsabilités dans le déclenchement du conflit, a été confrontée à une guerre « indépendamment de sa volonté », et qu’ayant été presque aussitôt envahie et ayant déploré de nombreuses victimes civiles, elle avait le droit de se défendre. En même temps, la Ligue a continué à mettre en avant les notions de droit et de justice : contre la censure, contre la justice militaire, pour le rôle du Parlement et des institutions républicaines dans la conduite de la guerre, pour la liberté des rencontres internationales, pour la création d’institutions internationales dès la fin du conflit, pour le droit des nations à disposer d’elles-mêmes. C’est du moins l’orientation qui a été défendue par son vice-président, Victor Basch, d’autres responsables ayant parfois un positionnement différent, certains voulant davantage dénoncer la guerre et critiquer les autorités, d’autres ayant un discours plus « patriotique », y compris, au début de la guerre, son président, Ferdinand Buisson, un radical et libre penseur qui a remplacé en février 1914 le jaurésien Pressensé à sa mort.

3Le 10 novembre 1914, la LDH a envoyé à tous les présidents des sections et des fédérations une lettre de Ferdinand Buisson intitulée « La Ligue des droits de l’homme et la guerre ». Il y écrit que son comité central se réunit une fois par semaine, se tient au courant de tout ce qui peut intéresser la Ligue, et se soumet aux décisions prises par le gouvernement présidé par René Viviani :

« …la France est sous le régime de l’état de siège, conséquence de l’état de guerre. C’est un devoir pour tous les citoyens de s’y soumettre. Or, sous ce régime, ni publications ni réunions ne peuvent avoir lieu sans l’agrément de l’autorité militaire. Ensuite, relevons un fait dont tous les Français ont le droit d’être fiers. Depuis le commencement des hostilités, c’est-à-dire depuis trois mois, toutes les rivalités, toutes les divisions politiques, religieuses, sociales, ont fait place à un merveilleux élan de fraternité française. Et ce n’est pas la moindre de nos forces dans la lutte à outrance qui nous a été imposée par l’agresseur.

Tout ce qui ébranlerait l’accord d’où dépend le salut du pays serait un danger public. Ne vaut-il pas mieux laisser passer sans riposte quelques velléités d’infraction à la trêve des partis, si çà et là il s’en est produit, que de nous exposer, en les relevant avec vivacité, à rouvrir l’ère des polémiques ? Nous servirons mieux notre cause, qui est celle de la France et de la République, en nous interdisant volontairement toute démonstration susceptible d’en provoquer d’autres en sens inverse. Pour le moment, il n’y en a qu’une à faire et à répéter sans relâche : celle de “l’union sacrée” de tous les Français. »

4Elle est publiée dans le premier numéro de son bulletin lorsqu’il recommence à paraître au printemps 1915 (daté 1er janvier-1er avril 1915). Mais ce bulletin contient aussi un « appel aux ligueurs », cosigné par son président, son secrétaire général, Henri Guernut, et son trésorier général, Alfred Westphal, où les mots « défense nationale » remplacent, en quelque sorte, ceux d’« union sacrée ». En effet, il se termine ainsi : « En défendant avec nous la République et le droit, l’égalité de tous devant la loi et le péril et toutes les libertés compatibles avec la conduite de la guerre, ils feront œuvre, en cela aussi, de défense nationale. »

5C’est l’orientation qu’à travers maints débats la LDH va emprunter majoritairement durant la guerre, défendue en particulier par Victor Basch. Elle découle de l’idée exprimée par Jaurès dans L’armée nouvelle, selon laquelle « l’organisation de la défense nationale et l’organisation de la paix internationale sont solidaires ».

6Mais, lors de l’entrée en guerre, dans sa lettre de novembre 1914, Ferdinand Buisson parle d’« union sacrée » et met fortement l’accent sur les responsabilités de l’Allemagne :

« Il n’est pas niable que la plus grande puissance militaire de l’Europe, après avoir juré de garantir la neutralité d’un petit pays voisin, l’a violée contre tout droit sans aucune autre raison que l’espoir, avoué publiquement, de frapper traîtreusement un adversaire.

Il n’est pas niable que, pour faire expier au peuple belge une résistance qui lui a valu l’admiration du monde, l’armée allemande s’est déshonorée, non pas seulement par des atrocités individuelles et locales, mais par une suite d’actes collectifs de sauvagerie organisée, depuis les violences sans nom contre les personnes jusqu’à la destruction des monuments les plus vénérables. Et elle a largement continué en France l’application méthodique de la barbarie multipliée par la science.

Avons-nous à dénoncer le crime allemand contre l’humanité ? Il se dresse devant le monde, éclatant, cynique, monstrueux d’orgueil et d’aveuglement, revêtu de l’approbation officielle de l’Allemagne savante. »

7Dans cet esprit, la LDH demande le 12 novembre 1914 à ses sections qui ont pu être témoins d’atrocités allemandes d’enquêter à leur sujet.

8Sensiblement différente est l’argumentation de Victor Basch, alors vice-président, qui, à partir du printemps 1915, est largement reproduite par la Ligue. À la mort, en février 1914, de Francis de Pressensé, dont Basch était proche, Ferdinand Buisson lui avait été préféré pour la présidence de la LDH. Mais depuis l’affaire Dreyfus, Basch jouissait d’un grand prestige parmi les ligueurs. Il écrit, à la fin du mois de février 1915, quand le gouvernement rejoint Paris et quand le Parlement reprend ses travaux, un long texte (120 pages) intitulé « La Ligue des droits de l’homme et la guerre », que la Ligue publie dans son bulletin daté du 1er mai 1915. Il s’y montre favorable à un libre débat sur les causes de la guerre en prenant en compte les arguments des différentes puissances, y compris le « Livre rouge » autrichien récemment publié, qu’il a tenu à se procurer et à étudier. Pour lui, « la responsabilité de l’Autriche nous apparaît comme énorme, et celle de l’Allemagne n’est pas moindre ». Mais la Russie, « par l’impunité qu’elle garantissait à la Serbie, porte la responsabilité de la catastrophe de Sarajevo », et « la France a été heureuse de profiter de la conflagration générale pour étancher son inassouvissable soif de revanche ». Quant à l’attitude de l’Angleterre, elle a « été d’une franchise et d’une loyauté entières ». Il pense cependant que « cette guerre atroce peut devenir une guerre sainte. Pour cela, il faut que ceux qui luttent pour le droit n’oublient jamais ce qui leur a mis les armes à la main ». Germanophone et admirateur de la culture allemande – il est l’auteur de travaux sur le poète Schiller, le musicien Robert Schumann et le philosophe Emmanuel Kant –, il refuse en particulier l’idée de faire expier par tout un peuple la faute de son gouvernement, et rejette par conséquent toute idée d’un démembrement de l’Allemagne.

  • 2  Emmanuel Naquet, « La Société d’études documentaires et critiques sur la guerre », Matériaux pour (...)

9D’autres sensibilités s’expriment aussi au sein de la LDH, en particulier celles de ses responsables comme Mathias Morhardt, Georges Demartial et Michel Alexandre, qui remettent en cause de manière plus ou moins explicite à partir de 1916 ce choix de la « défense nationale », et a fortiori le thème de l’« union sacrée », et qui insistent sur les responsabilités de l’Entente dans l’entrée en guerre. Ils créent en janvier 1916 la Société d’études diplomatiques et critiques de la guerre (SEDCG)2. Elle est fréquentée au début par d’autres responsables de la LDH comme Séverine, Charles Gide ou Victor Basch, mais ils s’en détachent progressivement, laissant les éléments les plus critiques vis-à-vis des responsabilités des pays de l’Entente y développer de plus en plus nettement leur point de vue. Mais, bien qu’en désaccord avec leur analyse, Victor Basch défend le droit de la SEDCG à développer ses travaux et à tenir ses réunions au siège de la LDH.

10C’est de la part de ces responsables, qui reprochent à sa politique de ne pas être assez critique vis-à-vis du discours patriotique des autorités, que la LDH a rencontré au fil de la guerre le plus d’opposition. Mais peut-on parler, à propos de ces débats, d’un affrontement entre une « ligne de la direction » et une « ligne de l’opposition » ? Les points de vue critiques étaient aussi divers que les positionnements de chacun des principaux dirigeants de la Ligue. Certaines critiques émanaient de juristes attachés au pacifisme par le droit, comme Théodore Ruyssen ou Paul d’Estournelles de Constant, qui se plaçaient dans la lignée du prix Nobel de la paix Frédéric Passy, d’autres critiques émanaient de socialistes à la sensibilité plus antimilitariste et sociale, comme Lucien Le Foyer, qui est hostile à l’abandon de ses prérogatives par le Parlement à l’armée dans la conduite du pays en guerre. Ces éléments critiques ne constituent pas, à proprement parler, une minorité cohérente. Elles émanent, à différents moments du conflit, de diverses sensibilités plus ou moins critiques et avec des préoccupations différentes à l’égard de la direction de la LDH.

11Les examiner oblige à se pencher sur les positionnements personnels des différents membres influents de la LDH. Le président, Ferdinand Buisson, adopte comme le secrétaire général, Henri Guernut, des positions peu critiques vis-à-vis des autorités officielles. Buisson apparaît comme le plus favorable à l’« union sacrée ». Il démissionne brièvement de la présidence et du comité central de la LDH le 31 octobre 1918, quand elle décide de s’allier à la CGT pour condamner la relance du nationalisme. Guernut, alors député de l’Aisne, âgé de 38 ans, rejoint l’armée en août 1914, puis se fera réformer pour un motif psychiatrique qui lui sera reproché quand il deviendra en 1936 ministre de l’Éducation nationale. Mais le vice-président, Victor Basch, qui est d’ailleurs souvent le porte-parole de la Ligue en 1915 et 1916, évite d’employer les termes d’« union sacrée », comme aussi Émile Kahn, mobilisé en 1914 puis de nouveau en 1916 malgré sa santé fragile, partisan de l’effort de défense nationale qu’il justifie en 1917 dans La Démocratie et la Guerre. Basch a été plusieurs fois en désaccord avec « l’attelage Buisson-Guernut » car il voulait une Ligue plus audacieuse dans la défense des droits tout en souscrivant à sa position de principe en faveur de la « défense nationale ». De leur côté, des universitaires comme Alphonse Aulard ou Charles Richet se montrent, à la manière de Théodore Ruyssen, avant tout soucieux de construire, dès maintenant comme après la victoire, une Société des nations.

12Ceux qui sont le plus en décalage avec l’orientation de la direction de la LDH sont finalement ceux qui sont plus sensibles au climat « patriotique » dominant, des hommes souvent prestigieux, comme Émile Durkheim – il a perdu un fils au front –, Charles Andler ou Joseph Bédier, qui associent totalement la cause de la France avec celle du droit, ce qui n’est pas la position des autres dirigeants de la LDH. Mais ils prennent leurs propres positions, sans se livrer à une critique des positions défendues par Ferdinand Buisson ou Victor Basch, qui, de leur côté, se gardent bien de les leur reprocher.

13Chacune de ces personnalités a son propre positionnement. Si on prend le cas de Séverine, on constate qu’à la différence de cette autre personnalité féministe qu’est Maria Vérone, elle fréquente la Société d’études documentaires et critiques sur la guerre (SEDCG) à ses débuts, en 1916. Mais peu avant, le 28 novembre 1915, elle prend la parole lors de la manifestation du Trocadéro en hommage à Édith Cavell, alors que Mathias Morhardt, l’un des animateurs de cette SEDCG, refuse de s’y joindre car il y voit l’expression d’une « haine aveugle éternelle de l’Allemagne ». Comme le montre son intervention au congrès de 1916, elle est particulièrement attachée à l’idée d’arbitrage international. Elle n’a pas souscrit ensuite à toutes les thèses de la SEDCG sur les responsabilités dans la guerre, et s’est surtout investie dans la « Ligue pour la reconnaissance de l’objection de conscience », dont elle est l’une des fondatrices. Autre cas : le professeur de philosophie Félicien Challaye, mobilisé en 1914 et qui sert deux ans comme sergent avant d’être blessé par une mine. Après avoir reçu citation et médaille militaire, il est envoyé en mission au Japon. Il confie en novembre 1915 être avant tout favorable à la paix avec l’Allemagne « pourvu qu’elle rende Belgique et France – foin de l’Alsace –, et laissons l’Allemagne obtenir la liberté des mers et toutes les colonies ». Son cas montre qu’on peut à la fois être favorable à la défense du pays et partisan d’une paix qui donnerait partiellement satisfaction aux revendications de l’Allemagne, lui laisserait ses colonies, et même l’Alsace-Lorraine. L’avocat parisien Oscar Bloch, qui s’est illustré dans la défense de la pacifiste Hélène Brion, est quant à lui favorable à une autonomie de l’Alsace une fois la guerre terminée. Mais il se félicite de l’entrée en guerre des États-Unis, alors qu’un autre responsable de la LDH lui aussi critique envers sa direction, Georges Demartial, condamne au contraire cette entrée en guerre. Comme Oscar Bloch, Charles Gide se réjouit de cette intervention des États-Unis. Il a pourtant fréquenté lui aussi la SEDCG à ses débuts, mais il n’a pas suivi Mathias Morhardt dans son acharnement à attribuer principalement à l’Entente la responsabilité de la guerre. On trouve chez l’historien protestant Charles Seignobos une évolution comparable.

14Au fil de la guerre, différentes questions ont été l’objet de débats au sein de la LDH et ont suscité chaque fois des clivages différents. Un débat s’est développé, par exemple, sur l’affectation des prêtres dans les services de santé. Certains la contestaient avec l’argument de l’égalité de traitement, mais certainement aussi à partir d’une sensibilité très anticléricale ; d’autres, davantage animés par une idéologie pacifiste et qui voyaient chez ces prêtres une forme d’objection de conscience, soutenaient cette affectation. C’était le cas de Ferdinand Buisson, à qui beaucoup au sein de la LDH reprochaient d’être trop favorable à l’union sacrée, mais qui s’est opposé à ce qu’une protestation soit émise par la Ligue sur cette question.

  • 3  Emmanuel Naquet, Pour l’humanité. La Ligue des droits de l’homme de l’affaire Dreyfus à la défaite (...)

15Quand on replace ces débats internes dans la chronologie de la guerre, on constate que les clivages n’ont pas forcément été les mêmes aux différentes étapes du conflit. Ainsi, la question de « l’arbitrage international » est apparue à la fin de l’année 1916, suscitant un éventail de prises de position, entre la thèse de l’arbitrage immédiat et celle repoussant au lendemain de la victoire la construction d’une Société des nations. À l’été 1917, la question de l’« arbitrage international », voire celles de la « reprise des relations internationales » ou de la « paix blanche », ont provoqué de nouveaux clivages. La LDH proteste contre la limitation du droit de réunion, en particulier contre l’interdiction du congrès de la « Ligue pour la SDN », et aussi contre le refus des visas aux représentants socialistes qui voulaient se rendre au congrès de Stockholm3.

16Victor Basch a été critique à la fin de la guerre vis-à-vis de la direction de la LDH, notamment de sa tiédeur à réagir aux affaires Malvy et Caillaux. Mais il a cessé à partir de mai 1916 de fréquenter la SEDCG à cause des positions de Morhardt sur les responsabilités de la guerre, tout en défendant la liberté de réunion pour elle contre les menaces de son interdiction, comme aussi Ferdinand Buisson, d’ailleurs. Lorsque la SEDCG est interdite le 21 juillet 1917, une intervention de sa part auprès du président du Conseil permet de faire lever l’interdiction. De son côté, Mathias Morhardt cesse à partir de l’été 1917 d’assister aux réunions du comité central de la LDH. Sa critique des responsabilités des pays de l’Entente est même jugée outrancière par Romain Rolland. Quand il reçoit en Suisse en mai 1916 la visite de Morhardt, il écrit à son propos : « Il ne paraît plus voir que les torts (les crimes) des gouvernements français. C’est excessif ». On sait maintenant par les travaux d’historiens allemands que Morhardt a reçu des subsides de l’Allemagne – la date de ces subsides, pendant ou après la guerre, restant à établir.

17À juger par leur engagement dans la guerre, la plupart des responsables de la LDH ont adhéré à la ligne de « défense nationale ». Parmi les membres de son comité central, plusieurs seront décorés de la médaille militaire : le juriste lyonnais Jean Appleton, 46 ans en 1914 ; l’instituteur nivernais Henri Gamard, 35 ans en 1914 ; l’administrateur scolaire Amédée Rouquès, 41 ans en 1914 ; l’instituteur libre penseur et proche de Ferdinand Buisson, Émile Glay, 36 ans en 1914 ; le sociologue proche d’Émile Durkheim, Célestin Bouglé, 44 ans en 1914, hostile comme Jaurès à la loi de trois ans avant la guerre, mais volontaire en octobre 1914, qui sert au front comme ambulancier pendant un an et publie des textes patriotiques qu’il rassemble en 1916 dans le recueil À l’arrière ; le militant socialiste des Ardennes Henri Doizy, qui sert dans le service d’ambulances chirurgicales ; l’avocat Jean Raynal, qui combat en 1915 sur le front d’Orient où il attrape la typhoïde, et est démobilisé l’année suivante ; l’ami d’Abel Ferry, Henri Schmidt, pharmacien alsacien qui a servi dans le service de santé des armées ; le professeur de médecine Justin Sicard de Plauzoles, qui sert comme médecin aide-major à l’hôpital militaire Bégin. De son côté, l’historien de la Révolution française Alphonse Aulard, 65 ans en 1914, défend, lors du congrès de la LDH de 1917, l’idée de « défense nationale » en référence aux soldats de l’an II de la Convention. Un thème que développe aussi l’intellectuel dreyfusard et fondateur de la LDH Gabriel Séailles qui, rappelant 1793, affirme que le peuple français ne doit pas faire la paix avec ceux qui occupent son territoire. Lucien Herr, qui avait fortement contribué à l’orientation de Jaurès vers le socialisme, soutient pendant la guerre la ligne de « défense nationale », mais s’opposera ensuite à l’occupation de la Ruhr. Le cas d’Anatole France est symptomatique de la difficulté à tenir compte d’aspirations contradictoires lors de cette guerre : il s’est lui aussi opposé en 1913 à la loi de trois ans, mais à l’âge de 70 ans il se porte volontaire en 1914 et est l’auteur d’écrits patriotiques… qu’il reniera après la guerre. Autre exemple, le mathématicien Jacques Hadamard, qui a perdu trois fils au front, dont deux à Verdun, est un ardent défenseur de la paix, mais opposé au « pacifisme intégral » ; il a été qualifié de « belli-pacifiste » par Félicien Challaye. On peut citer également le cas de Marcel Cachin, qui siégera au comité central de la LDH en 1918 et 1919 après avoir été un soutien de sa ligne de « défense nationale » durant la guerre, et exercé des fonctions officielles comme président du Comité patriotique du ravitaillement de Paris et envoyé diplomatique auprès de l’Italie et de la Russie du gouvernement Kerensky.

18Quant aux principaux opposants, Mathias Morhardt, Michel Alexandre, Georges Demartial, il est intéressant de suivre leur évolution ultérieure. Ils affirmeront vingt ans plus tard leur « pacifisme intégral » et, dans la continuité de cet engagement, ils prendront dans les années 1930 le chemin de Munich et du refus de la guerre contre Hitler. C’est le cas aussi de Georges Pioch, militant antimilitariste qui, durant la Grande Guerre, dénonçait l’« union sacrée ». Le 11 novembre 1916 il écrivait dans son journal Les Hommes du Jour : « dans cette Ligue si chère à ma raison […], c’est Brutus premier du nom qui domine aujourd’hui ». Puis, élu au comité central de la LDH en 1930-1937, il en démissionnera avec le groupe des « pacifistes intégraux » reprochant à l’opposition au nazisme, défendue par la majorité, de conduire à la guerre. À ce moment, d’ailleurs, davantage que lors de la Grande Guerre, on peut parler d’une opposition entre une « ligne majoritaire » et une « ligne minoritaire », le groupe des minoritaires ultra-pacifistes ayant en 1938-1940 un discours assez partagé. En revanche, Victor Basch, soucieux d’évaluer les dangers principaux pour les droits de l’homme et qui ne récusait pas toute guerre par principe lorsqu’il s’agissait de se défendre, après avoir choisi la « défense nationale » pendant la Première Guerre mondiale, puis l’opposition au Traité de Versailles ensuite, choisira dans les années 1930 l’antinazisme puis la Résistance, jusqu’à son assassinat en janvier 1944.

19Il peut être éclairant, en effet, de rapprocher les débats internes à la LDH entre 1914 à 1918 de ceux qui, de 1933 à 1940, dans un autre contexte, ont divisé le Comité de vigilance des intellectuels antifascistes (CVIA) et cette même LDH, ainsi que des positionnements de leurs protagonistes encore en vie lors de la Seconde Guerre mondiale. Mathias Morhardt, partisan des Accords de Munich, mourra en avril 1939 ; Georges Pioch, entre 1940 et 1942, écrira – comme critique littéraire et de théâtre – dans L’Œuvre de Marcel Déat, avant de quitter Paris et de cesser toute expression publique à partir de 1942 ; Michel Alexandre sera actif, à la veille de la Seconde Guerre mondiale, dans les groupements ultra-munichois ; tout comme Georges Demartial, auteur en 1931 de l’ouvrage Le mythe des guerres de légitime défense, qui s’opposera à la fin des années 1930 à l’idée d’une guerre défensive contre Hitler. À l’opposé, on peut citer le cas de Salomon Grumbach, juif alsacien qui, en juillet 1914, s’était réfugié à Paris puis en Suisse durant la guerre, avant de s’engager après le conflit à la LDH et à la SFIO. Membre du comité central de la Ligue à partir de 1925, il sera partisan, dans les années 1930 du soutien à l’Espagne républicaine, opposé aux Accords de Munich et favorable à la résistance au fascisme et à la guerre contre Hitler ; il entrera dans la clandestinité sous l’Occupation et deviendra vice-président de la LDH de 1947 à 1952. La ligne de « défense nationale » incarnée par Victor Basch durant la Première Guerre mondiale peut être vue comme la préfiguration de l’orientation antinazie et antimunichoise qu’il a incarnée lui-même ensuite, et qu’il a défendue parfois contre des personnalités qui lui avaient déjà reproché ses choix durant la Grande Guerre. On peut considérer que cette ligne de « défense nationale » de la LDH en 1914-1918 annonce dans une certaine mesure les alliances et orientations de la Résistance.

Haut de page

Notes

1  Emmanuel Naquet, « Guerre et Droit », Mil neuf cent, revue d’histoire intellectuelle, 2005/1, n° 23, p. 93-110.

2  Emmanuel Naquet, « La Société d’études documentaires et critiques sur la guerre », Matériaux pour l’histoire de notre temps, janvier-mars 1993, n° 30, p. 6-10.

3  Emmanuel Naquet, Pour l’humanité. La Ligue des droits de l’homme de l’affaire Dreyfus à la défaite de 1940, Presses universitaires de Rennes, 2014, 684 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Manceron, « La Ligue des droits de l’homme dans la Grande Guerre : entre pacifisme et défense nationale », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 127 | 2015, 23-32.

Référence électronique

Gilles Manceron, « La Ligue des droits de l’homme dans la Grande Guerre : entre pacifisme et défense nationale », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 127 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 23 août 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4269

Haut de page

Auteur

Gilles Manceron

Coresponsable du groupe de travail « Mémoires, histoire, archives » de la Ligue des droits de l’homme

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page