Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Les carnets de l’aspirant Laby, médecin dans les tranchées (28 juillet 1914-14 juillet 1919)

Paris, Bayard Éditions, 2001, rééd. 2013, 354 p.
Philippe Daumas
Référence(s) :

Les carnets de l’aspirant Laby, médecin dans les tranchées (28 juillet 1914-14 juillet 1919), préface de Stéphane Audoin-Rouzeau, Paris, Bayard Éditions, 2001, rééd. 2013, 354 p.

Texte intégral

  • 1 Jean-Norton Cru, Témoins, Éd. Les Étincelles, 1929, rééd. Presses Universitaires de Nancy, 1993, 72 (...)
  • 2 2 Rémy Cazals (dir.), 500 témoins de la Grande Guerre, Éd. Midi-Pyrénéennes, 2013, 496 p. Signalons (...)

1Dans l’abondante production éditoriale concernant la Grande Guerre, les témoignages de soldats survivants tiennent une place particulière. Par leur nombre d’abord : des centaines de carnets, journaux personnels ou correspondances, dont les recensements par Jean-Norton Cru1 et plus récemment par Rémy Cazals et les chercheurs du CRID 14-182, malgré leur richesse, ne donnent sans doute qu’un aperçu. Par leur dimension humaine surtout : la guerre y est vue « d’en-bas », dans la boue des tranchées, le contact quotidien avec la souffrance, la mort, la peur. Tout autant que les travaux scientifiques des historiens, ces témoignages ont contribué au revirement collectif qui a marqué la fin du xxe siècle, substituant à la vision nationaliste et héroïque de la Grande Guerre un regard plus critique, soulignant son absurdité, ses horreurs, ses crimes, et en dénonçant les responsables.

  • 3 Journal d’un médecin dans les tranchées, film écrit et réalisé par Joëlle Novic, coproduction INJAM (...)
  • 4 Journal satirique créé en 1908, un des premiers en France à avoir publié des bandes dessinées, nota (...)

2Publiés pour la première fois en 2001, les « carnets de guerre » de Lucien Laby ont connu un vif succès. Plusieurs fois réédités, ils ont inspiré une réalisation audiovisuelle en 20113. Leur originalité tient au fait que l’auteur ne se contente pas d’écrire : il dessine également, avec un talent indiscutable qui lui a permis, dès 1914, de faire publier des dessins et des caricatures dans divers journaux. Pour la présente réédition, de nombreux dessins de Lucien Laby accompagnent le texte, dans une présentation soignée qui rend la lecture du livre très agréable. À une série de dessins satiriques et burlesques, réalisés dans un style rappelant celui du journal L’Épatant4, s’ajoutent de nombreux croquis au crayon ou à l’encre, réalisés sur le terrain, parfois en quelques traits seulement, donc plus simples, plus modestes, mais plus réalistes et d’une plus grande charge émotionnelle.

3Le texte reprend dans l’ordre chronologique le contenu des 18 carnets remplis durant les années de guerre et un peu au delà, puisqu’il s’arrête à la date du 14 juillet 1919. Il ne s’agit pas vraiment de documents originaux, puisque textes et dessins ont été recopiés par Lucien Laby lui-même après la guerre. La question se pose naturellement d’une éventuelle révision des textes à cette occasion. Dans son avant-propos, Stéphane Audoin-Rouzeau n’y répond pas clairement : parlant d’un « journal réécrit ou, plus exactement, recopié » (p. 8), il explique que « Lucien Laby a recopié son texte sans chercher à le retoucher. Tout juste insère-t-il sans doute, ici et là, quelques ajouts. […] Mais le texte originel n’en est jamais altéré » (p. 10). En l’absence des manuscrits originaux, il est impossible d’en juger. Mais peut-être faut-il voir un effet de cette réécriture dans quelques erreurs et anachronismes, comme par exemple une mention du « Maréchal » Joffre en septembre 1914 (p. 54) ou l’apparition dans les dessins, dès l’année 1914, de soldats équipés du casque modèle « Adrian », qui n’a été mis en service qu’à l’été 2015.

4Lucien Laby est actif dès le début de la guerre. Affecté comme médecin auxiliaire dans un régiment d’infanterie, il est fréquemment déplacé au gré des évolutions de la situation militaire. De la frontière lorraine, il participe à la retraite française, puis à la bataille de la Marne. Il est dans la Somme au printemps 1915, participe en septembre à l’offensive de Champagne, puis en 1916 aux batailles de Verdun et de la Somme. Il est au Chemin des Dames en 1917, avant d’être affecté aux opérations chirurgicales d’arrière-front, une position éloignée des combats qu’il considère comme un « embusquage de première classe » (p. 278). Touché par la grippe espagnole, il quitte son poste en septembre 1918 et n’y revient qu’à la veille de l’armistice. Ainsi, pendant plus de trois ans, il est confronté aux conditions de vie les plus éprouvantes et aux affrontements les plus meurtriers. Ses prises de notes presque quotidiennes témoignent de manière à la fois précise et imagée de la violence des combats, des souffrances endurées par les soldats, de l’omniprésence des rats et des poux, de la peur, de la mort qui frappe au hasard.

5Stéphane Audoin-Rouzeau insiste à juste titre sur l’importance de sa condition de médecin dans la construction de sa représentation de la guerre. Sa description précise des blessures, des mutilations, de l’agonie, de la mort, rendent compte « de la violence inouïe qu’inflige aux corps humains la guerre moderne », par l’efficacité d’un feu « contre lequel les moyens de protection des combattants sont désormais dérisoires » (p. 16). Face au carnage, les moyens de soigner les blessés sont eux aussi dérisoires, et les conditions épouvantables : engorgement des postes de secours, manque de personnel et de matériel, manque de temps, manque d’hygiène, insécurité permanente. En juillet 1915 déjà, il définit son rôle avec dérision et amertume : « ramper sous les balles dans la nuit noire et coller des pansements sales avec les doigts pleins de boue » (p. 201). Au Chemin des Dames, sous le feu constant de l’artillerie allemande, il passe plusieurs nuits sans dormir et finit « rempli de sang et de boue, exténué » (p. 250), mais aussi dépassé par l’ampleur de la tâche. Ce sentiment d’impuissance face à des souffrances inimaginables, cette incapacité à pouvoir faire tout simplement son travail de médecin, suscitent en lui un malaise bien perceptible au fil des pages.

  • 5 En particulier : Louis Maufrais, J’étais médecin dans les tranchées (2 août 1914-14 juillet 1919), (...)

6Par sa proximité avec les combats, sa description détaillée, quasiment clinique, des souffrances, des blessures, de la mort, des conditions de vie atroces dans les tranchées, par sa juste restitution de l’ambiance oppressante, de la peur, du sentiment de déshumanisation ressentis par tous ces hommes, le témoignage de Lucien Laby est sans doute l’un des plus instructifs et des plus passionnants publiés à ce jour, et tient une place originale parmi ceux publiés par des membres du personnel de santé5.

7Il laissera cependant à bien des lecteurs une impression de malaise, qui tient en partie à l’attitude de l’auteur face aux événements qu’il décrit : peu de sentiments exprimés, peu d’émotion, même devant la mort de ses plus proches compagnons. Aucune indulgence envers des soldats fusillés pour avoir failli devant l’ennemi : un « crime » (p. 84). Un homme qui s’est pendu « de peur d’être tué » (?) est traité de salaud et de lâche (p. 146). Un tel manque d’humanité surprend chez un médecin, surtout dans ce contexte.

8On peut également s’étonner de ne trouver, chez un homme confronté à l’horreur et à l’absurdité de la guerre, aucun sentiment pacifiste ou antimilitariste, aucune réflexion critique sur son expérience vécue. On peut expliquer cela par ses positions politiques : issu d’une famille très nationaliste, Lucien Laby affiche lui-même un patriotisme belliqueux, fortement teinté de germanophobie. Mobilisé le 2 août 1914, il se dit « content de partir » (p. 29), espère « dégringoler quelques Boches » (p. 41), cite son père qui lui « conseillait avec raison d’exterminer ce peuple infect » (p. 47). Arrivé près des lignes allemandes, il exulte : « Le rêve de ma jeunesse va se réaliser ! J’ai toujours rêvé de descendre des Boches » (p. 71). Au fil des pages, il exalte le courage des uns et fustige la lâcheté des autres, donne des leçons de morale, mais se livre au pillage des cadavres (p. 44 : « Je peux me débarrasser à temps d’un manteau et d’un casque que j’avais barbotés. Heureusement, sans quoi c’était le poteau ! »). S’il s’en prend souvent à ses supérieurs ou à « ceux de l’arrière », il ne met jamais en cause la guerre elle-même, et sa colère n’éclate que lorsqu’on lui refuse une décoration : « Quelle bande de salauds que ces gens qui, n’ayant jamais entendu siffler une balle, jugent que vous ne méritez pas telle ou telle récompense… C’est écœurant ! » (p. 251). En 1917, il ne voit pas les mutineries, mais dénonce « un salaud qui fait de la propagande pour la révolte qui sévit dans des régiments voisins » (p. 258). Le personnage, décidément, n’inspire guère la sympathie, et notre perception de son récit s’en ressent inévitablement. Son discours, ses idées, sans doute assez répandus à l’époque mais certainement pas unanimes, comme en attestent bien d’autres témoignages, passent assez mal un siècle plus tard. Il y a mieux à retenir de ce livre, dont les qualités documentaires sont par ailleurs incontestables, et qui en aucun cas ne peut laisser indifférent.

Haut de page

Notes

1 Jean-Norton Cru, Témoins, Éd. Les Étincelles, 1929, rééd. Presses Universitaires de Nancy, 1993, 728 p.

2 2 Rémy Cazals (dir.), 500 témoins de la Grande Guerre, Éd. Midi-Pyrénéennes, 2013, 496 p. Signalons que le site du CRID 14-18 (http://www.crid1418.org/) constitue une importante source d’informations et de ressources en ligne, notamment un « Dictionnaire de témoignages ».

3 Journal d’un médecin dans les tranchées, film écrit et réalisé par Joëlle Novic, coproduction INJAM-France Télévisions-ECPAD, 2011, 52 mn. Il s’agit d’images d’archives dont le commentaire est constitué de citations des carnets de Lucien Laby.

4 Journal satirique créé en 1908, un des premiers en France à avoir publié des bandes dessinées, notamment les aventures des « Pieds Nickelés ».

5 En particulier : Louis Maufrais, J’étais médecin dans les tranchées (2 août 1914-14 juillet 1919), Robert Laffont, 2008, rééd. Pocket 2010, 336 p., illustré de photos prises par l’auteur lui-même ; Prosper Viguier, Un chirurgien de la Grande Guerre, Privat, 2007, 158 p. ; Jean Prévôt, Carnets d’un ambulancier et pharmacien (1915-1918), Éd. des Équateurs, 2007, 318 p. ; Pierre-Alexis Muenier, L’angoisse de Verdun, notes d’un conducteur d’auto sanitaire, Presses universitaires de Nancy, 1992, 96 p. ; très riche synthèse et bibliographie plus complète dans Sophie Delaporte, Les médecins dans la Grande Guerre (1914-1918), Bayard, 2003, 224 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Daumas, « Les carnets de l’aspirant Laby, médecin dans les tranchées (28 juillet 1914-14 juillet 1919) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 127 | 2015, mis en ligne le 12 mai 2015, consulté le 23 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4267

Haut de page

Auteur

Philippe Daumas

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page