Navigation – Plan du site
DOSSIER

Introduction : Penser et lutter contre la guerre

Anne Jollet
p. 11-21

Texte intégral

  • 1 Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, Article 3 : « Tout individu a droit à la vie (...)
  • 2 Alain Gabet, Sébastien Jahan, « Les faits sont têtus : vingt ans de déni sur le rôle de la France a (...)

1Évoquer les luttes pour la paix paraît de plus en plus urgent dans les temps que nous vivons, où la guerre devient une des dimensions obsédantes de notre présent et où les structures internationales mises en place au lendemain de la Seconde Guerre mondiale pour éviter les conflits armés apparaissent de plus en plus impuissantes à imposer la paix. La Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 rappelle pourtant, après les autres, que le « droit à la vie », le droit à la « sûreté » sont des droits fondamentaux de l’homme1. Avec la fin de la guerre froide, l’effondrement du bloc de l’Est, des esprits bien pensants avaient pu prédire la fin des conflits. On sait que de la fragmentation des anciens blocs sont nés de nouveaux affrontements, remettant une nouvelle fois en cause les frontières des États, faisant apparaître de nouvelles fractures ethniques, religieuses, entretenues en sous-main par des puissances redessinant leurs sphères et leurs modalités de domination. Les guerres ont repris leur forme si commune, si ancienne de guerre civile, que ce soit dans l’ex-Yougoslavie ou au Rwanda. Nous publierons dans le prochain numéro des Cahiers une longue synthèse sur les responsabilités étrangères, et notamment françaises, dans le génocide qui s’est alors déroulé dans ce pays2. De façon plus globale, dans ce contexte de fragmentation des États issus de la Seconde Guerre mondiale, les guerres ont pris des formes nouvelles, la communauté internationale, à travers l’ONU notamment, prenant parti et transformant ces conflits en luttes internationales au nom du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ou à vivre en démocratie. Ainsi, les interventions de puissances extérieures, souvent au sein de coalitions, se sont multipliées au nom du droit d’ingérence justifié par les droits de l’homme, provoquant plus souvent le chaos que la pacification attendue. La Libye a été un des champs de cette militarisation des relations internationales. La Syrie en est un second, où la résistance plus grande du régime (ou des soutiens plus efficaces) a laissé le temps de voir apparaître au grand jour la dimension internationale du conflit, l’implication sous des formes diverses, entre autres, de l’Union européenne, de la France, de la Turquie, de l’Arabie Saoudite, du Qatar, soutenant les différentes formes de l’opposition au régime, tandis que l’Iran, la Russie, la Chine défendent le pouvoir d’Assad. Ces soutiens ont pour conséquence d’étendre les conflits à d’autres espaces par effet de solidarité, supposés ou réels.

  • 3 Question posée dans différents médias sans que la réponse semble vraiment cruciale. Ainsi dans l’ém (...)
  • 4 Le journal Le Parisien libéré pouvait le 30 avril 2015 faire un titre satisfait sur : « Rafale : le (...)

2Du côté des peuples, on assiste à une forme de dissociation de la signification de la guerre, entre ceux qui la subissent (meurtres, déplacements de populations, destructions, pénuries) et ceux dont les gouvernants les engagent, sans consultation ni débat, sans que cela atteigne, à court terme du moins, mode de vie comme mode de consommation. La France est-elle aujourd’hui en guerre3 ? Ces forces d’intervention, plus de 9 000 hommes, présentes ici et là en Afrique et dans l’Est de l’Europe, in extremis absentes de Syrie, ces envois de conseillers militaires, ces sanctions économiques, ces ventes d’armes, est-ce être en guerre4 ? Le président Hollande a certes répondu « oui » à la question, mais discrètement, lors d’une intervention aux Nations unies. On sent bien que ce n’est pas tout à fait être en paix, mais est-ce vraiment la guerre ? En même temps, qui est en guerre ? Ces soldats français, combattant dans diverses structures, sous différents commandements, au prix de multiples négociations et rapports de forces, comme casques bleus parfois, au service de l’ONU, comme troupes dans le cadre d’accords au sein de l’OTAN, est-ce la France en guerre ? On comprend que ce contexte de banalisation de la guerre, vécue comme une forme ordinaire de la politique étrangère, mais aussi de guerre sans incidence majeure sensible sur le quotidien, rende difficiles les réflexions et les luttes pour la paix.

  • 5 France Culture, Philippe Meyer, L’esprit public, 3 mai 2015, <http://www.franceculture.fr/emission-l-esprit-public-le-budget-de-la-defense-nationale-la-situation-politique-aux-etats-unis-201>.
  • 6 France Culture, Sonia Kronlund, Les pieds sur terre, 4 mai 2015, <http://www.franceculture.fr/emission-les-pieds-sur-terre-deradicalisation-2015-05-04>.

3Par ailleurs, les morts lointains des guerres – ces certainement plus de 240 000 Syrien/nes – sont-ils d’une autre espèce que les plus de 20 000 personnes mortes en Méditerranée depuis l’année 2000 ? On sait des Syriens présents parmi les plus de 3 000 personnes ayant trouvé la mort en essayant d’atteindre l’Europe en 2014. Ces morts sont-ils des morts de la guerre ? Sont-ils les victimes d’une violence qui se pratique sans guerre ouverte, violence légale de la fermeture des frontières européennes à sens unique, laissant sortir les siens, ne laissant pas entrer les autres ? Ces personnes rejetées, interdites de séjour, sont celles chez qui les États européens, et particulièrement la France, entretiennent la guerre à coups d’embargos économiques, de livraisons d’armes, d’envois de conseillers. Et par certains aspects, la guerre n’est-elle pas arrivée sur le territoire national, sous la forme d’une présence militaire renforcée au nom de la lutte contre le terrorisme dans le cadre de l’opération « Sentinelle » de 2015, qui justifie une hausse de 3,8 milliards d’euros du budget de la Défense, « sanctuarisé », et le maintien de 18 500 emplois dont la suppression avait été envisagée au nom de la réduction des dépenses publiques5 ? N’est-ce pas s’estimer en guerre que de faire voter dans la précipitation une loi sur le renseignement qui renforce les moyens de surveillance, la collecte massive des données, et limite les contrôles sur les policiers, qui pourront notamment, sans en référer au pouvoir politique, dans certains cas d’« urgence », procéder à l’espionnage (par la pose de micros par exemple) de professions jugées « sensibles » ? N’est-ce pas considérer le pays en guerre que de mettre en place des « cellules d’aide au désembrigadement » fonctionnant sous haute protection policière6 ?

  • 7 De telles ventes se négocient au sommet de l’État et relèvent de la politique étrangère de chaque É (...)
  • 8 Voir à ce sujet les rapports d’Amnesty International, notamment le rapport publié le 22 octobre 201 (...)
  • 9 Grégoire Chamayou, Théorie du drone, Paris, La Fabrique, 2013.

4Face à ce désordre du monde, les voix qui dénoncent la nocivité de la guerre ont du mal à se faire entendre. Comment résister en période de chômage massif aux sirènes de l’emploi créé par les ventes d’armes, voire les effectifs de l’armée7 ? Dans le pessimisme ambiant, comment résister à l’illusion d’efficacité de la manière forte, de la solution par les armes, par la destruction militaire de l’adversaire ? Ceci d’autant plus que les fauteurs de guerre ont réussi à associer la guerre à l’idée qu’on pourrait la faire sans atteindre les civils, sans risquer la vie de ses propres soldats, en ne tuant que les « cibles visées ». Mais on constate de plus en plus que la protection de la vie des soldats prime paradoxalement sur celle des civils, collectivement suspects de soutien aux combattants dans des guerres qui sont devenues des formes de guérillas, dans lesquelles la définition du combattant devient incertaine. Ainsi, le bilan de la guerre menée l’été 2015 par Israël contre Gaza, « opération Bordure protectrice », peut se conclure en termes de pertes humaines par une soixantaine de décès de soldats israéliens et environ 2 300 décès de Gazaouis. Les drones, ces UAV (Unmanned Aerial Vehicle), avions sans pilotes, sont devenus des outils cruciaux de cette guerre où chaque puissance économise ses hommes. Mais ces engins sont des outils d’exécutions extrajudiciaires sans déclaration de guerre, contraires au droit international, et aussi de meurtres de civils, sous prétexte de présence de suspects, ainsi que de massacres aveugles de ceux qui portent secours aux victimes8. Ils imposent effectivement, comme le dit Grégoire Chamayou dans un livre récent, de repenser des concepts apparemment aussi évidents que ceux de « combattant » ou de « zone de conflit », et la notion de « guerre » elle-même9.

  • 10 Ainsi l’armée israélienne a-t-elle détruit systématiquement les maisons de quartiers entiers, consi (...)
  • 11 Le Conseil mondial de la Paix a été notamment à l’origine de « l’appel de Stockholm » de mars 1950. (...)
  • 12 Voir sur le site du Mouvement de la paix l’important travail fait par ce mouvement, sur le commerce (...)
  • 13 Par exemple, Olivier Forcade, professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris 4-Sorbonne d (...)

5Dans ce contexte de guerre permanente, en même temps que de guerre sans guerre, de guerres au nom de missions humanitaires, de guerres pour les frontières et de guerres sans frontières, de guerres où s’affaissent les distinctions entre combattants et civils10, mettant à mal le socle du droit international en la matière, on voit mal ce que pourrait être un mouvement de la paix d’aujourd’hui, provoquant adhésion et mobilisations massives. Cristallisation des oppositions aux dépenses militaires, à l’engagement militaire à l’étranger, aux interventions dites « préventives », à la prolifération nucléaire, l’association du Mouvement de la Paix, née au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, existe toujours, de même qu’existe toujours un Conseil mondial de la Paix, créé dans le même contexte du refus du bellicisme de l’après-guerre associé au contexte de guerre froide11. Mais si ces structures continuent à avoir leur rôle au sein des mondes militants, à produire des études cruciales sur les budgets militaires, sur les ventes d’armes, à provoquer des mobilisations internationales d’ampleur, leur impact social s’est considérablement réduit par rapport à ce que furent les grandes manifestations qu’elles suscitèrent dans les années 195012. Les derniers engagements militaires de la France à l’étranger n’ont pas soulevé d’oppositions collectives fortes, et les propos sur le pacifisme ou la non-ingérence sont plutôt jugés négativement dans les grands médias, taxés d’« angélisme » et rapportés aux abdications de l’entre-deux-guerres face aux régimes fascistes, à la soumission au pétainisme, aux renoncements à la lutte pour la liberté13.

  • 14 Le dossier reprend le thème et, pour partie, les interventions de la table ronde proposée par les C (...)
  • 15 France Culture, Concordance des temps, « De Troie à Kobané, la poliorcétique », 24 janvier 2015. In (...)
  • 16 Sur ces évolutions historiographiques récentes, voir Nicolas Offenstadt, « Histoire-bataille » dans (...)
  • 17 Cette histoire-bataille, qui répond à une demande toujours forte, n’est pas dédaignée par les unive (...)
  • 18 Un beau livre est revenu sur cette thématique, il y a quelques années : Christian Jouhaud, Nicolas (...)
  • 19 Notamment, Hervé Drévillon, L’impôt du sang. Le métier des armes sous Louis XIV, Paris, Tallandier, (...)
  • 20 À l’appui de ce rapprochement, les publications de la collection « Guerre et paix » des Publication (...)
  • 21 Voir, par exemple, la multiplication des recherches sur les musiques et les chansons militaires. Pa (...)
  • 22 Il n’est pas question dans cette introduction de revenir sur la masse de publications diverses prod (...)

6Ce tableau de défaite des pacifismes a ses résonnances en histoire. Le présent dossier des Cahiers d’histoire s’inscrit aussi dans une conjoncture historienne. Conjoncture courte, il a été pensé comme une réponse au choix du thème des Rendez-vous de l’histoire de Blois 2013 : « la guerre »14. Conjoncture plus longue, le renouveau des recherches historiques. En phase avec son temps, l’histoire est redevenue depuis quelques années, entre autres choses, une histoire des guerres et des armées. Là aussi, poids de l’actualité. Les revues, les médias audiovisuels sollicitent les historiens sur les guerres. Ainsi, au moment du siège de Kobané, l’émission de France Culture Concordance des temps a-t-elle proposé une émission sur la « poliorcétique », l’art de s’emparer des villes, de Troie à Kobané, en passant par Stalingrad15. Certes, il ne s’agit pas d’un retour à l’histoire-bataille d’antan16, même si celle-ci est loin d’avoir disparu, notamment sous forme d’ouvrages « grand public », associée prioritairement aux mémoires collectives du xxe siècle. Les recherches sur la guerre attirent de nombreux jeunes chercheurs (plutôt des jeunes gens) et la production a été profondément renouvelée : les recherches neuves s’éloignent, et de l’histoire-bataille, et des batailles17. La guerre est étudiée comme fait social global, les guerres comme fruits des productions idéologiques de leurs temps, filles des techniques, des développements des sciences, résultats des formations militaires et des choix stratégiques. La guerre n’est pas tant étudiée pour ses conséquences tragiques pour celles et ceux qui la subissent ou qui la font (même si les « malheurs » de la guerre ne sont pas tout à fait absents18), que comme une économie, entendue au sens large, d’ensemble de relations sociales ayant leurs logiques sociales propres. Les études portent sur le fait militaire, sur le soldat, sur l’armée, sur l’armement, sur les officiers, sur la façon dont sont pensées et mises en œuvre les fonctions des uns et des autres. Les travaux d’Hervé Drévillon ont illustré depuis une dizaine d’années, pour l’histoire moderne, ce retour en grâce et cette évolution19. Ainsi, l’université française compte-t-elle aujourd’hui un Institut des études sur la guerre et la paix, dont Hervé Drévillon, professeur à Paris I, est le directeur, en même temps qu’il est directeur d’études à l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire. C’est dire la proximité renouvelée entre historiens et militaires20. Ce renouveau est sensible pour toutes les périodes historiques, mais c’est en histoire contemporaine que la production est à la fois la plus massive et la plus diverse. Une recherche par mot dans le fichier de la Bibliothèque nationale de France donne une centaine d’ouvrages entrés au catalogue sur les premiers mois de 2015 ayant le mot « guerre » dans le titre (en incluant la diversité de la production historique, y compris les livres pour enfants). Plus de 80 % de ces publications portent sur le xxe siècle, un quart sur la Première Guerre mondiale, un quart sur la Seconde. Sept titres traitent de la guerre d’Algérie. Bien peu parlent de la guerre et de la paix et, quand c’est le cas, il s’agit de la paix comme sortie de la guerre. La période contemporaine est propice à une approche plus politique des conflits, mais l’histoire culturelle s’y est beaucoup développée aussi21. La guerre dans tous ses états occupe l’horizon médiatique à travers une grande diversité de publications, qui doivent pour beaucoup aux effets de commémoration et de mémoire collective s’exprimant par des initiatives et publications nationales, mais aussi locales et associatives, comme en témoignent les nombreuses publications de catalogues d’expositions à l’occasion du centenaire de la Grande Guerre22.

  • 23 Parmi les nouveautés, les éditions de la Dispute viennent de publier en français la première traduc (...)
  • 24 Antonio Elorza, « Guerre civile et guerre sociale », dans Jean Vigreux et Serge Wolikow (dir.), Cul (...)
  • 25 Alain Rey, dans le Dictionnaire historique de la langue française (éd. 1992), précise que la premiè (...)

7Face à cette emphase mise sur la guerre, les Cahiers d’histoire ont souhaité modestement rappeler l’histoire qui chemine en même temps que celle des guerres, celle des pensées, des projets sociaux et des combats pour la paix. Comme suggéré plus haut, cette histoire des vaincu/es, car les guerres peuvent sembler se succéder inexorablement, a du mal à faire sa place dans les travaux actuels des historiens. Sur la production éditoriale de 2015 apparaissant dans le catalogue de la Bibliothèque nationale, les occurrences historiennes évoquant la paix (autrement que comme l’objet d’une négociation pour mettre fin à la guerre) sont rares23. Pourtant, sans remonter à l’Antiquité, l’idée que les hommes en société doivent veiller à se protéger des dangers de la guerre, et que la meilleure façon de le faire n’est pas de « préparer la guerre », chemine de façon non linéaire, selon des conjonctures qu’il conviendrait justement en historien/nes de préciser. Les lendemains de conflits armés font surgir, du moins dans les sociétés où existe un espace public, à la fois des réflexions et des constructions sociales en faveur de la paix, imposées par les souffrances éprouvées et par l’espoir du « plus jamais ça ». On sait ce que la création de la Croix rouge, mouvement d’aide aux victimes des guerres, doit à la bataille de Solferino, perçue comme une atroce boucherie par celui qui allait devenir son créateur, Henry Dunant. Ainsi en est-il allé des lendemains de la Première Guerre mondiale et de la construction de la Société des Nations. Ainsi des lendemains de la Seconde Guerre où d’immenses mobilisations contre le développement de l’arme atomique et les perspectives de son usage ont traduit la volonté de vivre en paix des populations. Ainsi de la puissance internationale des mouvements pour la paix, à travers des congrès mondiaux et des manifestes communs. Mais il est bien sensible aussi que les conflits font surgir des mémoires haineuses autant que des aspirations à la paix, et qu’ils nourrissent inlassablement des idées de revanche. L’idée de construire la paix entre les peuples, de faire de cet horizon un réel de l’humanité, est associée à des représentations globales dans lesquelles, d’une part les sociétés humaines peuvent être des constructions rationnelles, et d’autre part la vie en société a pour objectif le bonheur commun. C’est pourquoi l’idée d’une humanité vivant dans la paix est l’une des visées de tous les projets émancipateurs. Certes, les révolutionnaires, les socialistes du xixe siècle, peuvent proposer la guerre, la guerre sociale, comme moyen de mettre à mal l’ancienne société. Certes, Marx peut penser dans certain contexte la guerre favorable à la lutte contre le despotisme, ou favorable à la fragilisation du capitalisme, le changement de société assurant en particulier la paix, condition de tout bonheur social et de tout développement démocratique24. C’est avec les projets socialistes qu’apparaît l’idée d’un combat politique spécifique pour la paix, animé par cette idéologie que l’on va qualifier à partir du début du xxe siècle de « pacifisme ». Le terme de « pacifiste », nom comme adjectif, apparaît en français vers 1906, dans les années d’intense développement des forces et des idées socialistes25.

  • 26 Emmanuel Naquet rappelle à cet égard des synthèses anglo-saxonnes importantes qu’il faudrait voir t (...)

8Le présent dossier des Cahiers d’histoire s’inscrit dans ce moment où prend forme le concept de pacifisme comme idéologie globale et projet politique concret. Le premier congrès de la paix a lieu en 1867. Ce pacifisme de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle s’exprime notamment dans le cadre de la défense des droits de l’homme. La Ligue des droits de l’homme est donc traversée par ces aspirations très fortes à promouvoir la paix comme l’un des droits de l’homme et va devenir une des structures cruciales de cette lutte. Emmanuel Naquet évoque ici les différentes expressions de ce pacifisme de la fin du xixe siècle. Il montre la diversité des voies théoriques et politiques qui peuvent conduire au pacifisme, voies pour partie contradictoires, comme celles de Charles Gide, Emmanuel de Boyve et Auguste Fabre, membres de l’Association de la paix par le droit, qui côtoie la Ligue internationale de la paix et de la liberté (LIPL), cherchant à fédérer les peuples européens et pérenniser l’arbitrage international par une codification et une judiciarisation, ou la Société française pour l’arbitrage entre les Nations, créée par Frédéric Passy, venu au pacifisme juridique par le libre-échange économique, ou encore l’internationalisme de la SFIO et de Jean Jaurès26. Ces différences d’approche des voies vers la paix se retrouveront au sein de la LDH à travers la Première Guerre. Les lendemains de guerre sont marqués par l’échec de l’opposition à la guerre et la recherche d’une voie internationale qui se traduit par la création en 1922 d’une structure internationale des droits de l’homme (LIDH) ainsi que des interventions dans les structures internationales mises en place par les États.

9Dans le texte qui suit, Gilles Manceron revient de façon plus précise sur la question la Ligue des droits de l’homme dans le contexte de la guerre. Il montre comment le pacifisme des Ligueurs recule face à l’idée que la France a été agressée et que la défendre, c’est défendre la démocratie face au militarisme prussien. Mais il évoque aussi la diversité des positionnements des membres de la Ligue sur l’idée de « défense nationale » (ce qui conduit certains à la quitter et à créer en janvier 1916 la Société d’études diplomatiques et critiques de la guerre, SEDCG). Il cite aussi le choix de la journaliste Séverine, qui se bat pour la reconnaissance du droit à l’objection de conscience. Cette diversité évolue aussi au fur et à mesure de la guerre. Mais Gilles Manceron montre qu’en dépit des divergences la Ligue conserve son unité, notamment du fait de la position tolérante de Victor Basch, conscient de la difficulté à concilier la « défense nationale » (et non « l’union sacrée ») et la lutte contre la guerre.

  • 27 Voir à ce sujet, qui a été un enjeu historique à forte charge mémorielle et politique des dernières (...)

10Bien ancré dans le contexte de 2014 de retour sur la Première Guerre, le dossier fait place aussi à une réflexion sur les résistances à la guerre de ceux qui sont au front. L’auteure ne cherche pas à envisager l’ensemble des résistances, et notamment celles qui ont donné lieu à répression27. Anne Geslin-Ferron cerne des formes de fraternisation, rares, discrètes mais constantes, associées aux fêtes, aux rigueurs du climat ou à la lassitude face à la guerre, instituant des trêves de fait, teintées d’un antimilitarisme qui ne met pas en cause le patriotisme ni la poursuite de la guerre par ces soldats, peut-être autant par obéissance, crainte de la répression, solidarité aussi avec des camarades morts au combat et avec les survivants, que par patriotisme.

11Les deux autres textes du dossier nous font sortir du chaudron de la Grande Guerre et font suivre les destinées du pacifisme hors d’Europe. De façon très neuve, Didier Monciaud nous amène à découvrir l’héritage de la Première Guerre hors d’Europe, les renouvellements idéologiques, les constructions politiques nouvelles qu’elle suscita. Ainsi, comme un aspect de ce changement de monde, peut-on mesurer l’importance du pacifisme dans les mouvements antifascistes qui se constituent dans l’Égypte des années 1930. À travers l’histoire de la Ligue pacifiste, créée en 1935, l’historien nous rappelle en effet combien le pacifisme de l’entre-deux-guerres a été l’un des moteurs des radicalisations politiques, favorisant le rapprochement et le développement des gauches marxistes, singulièrement du communisme, particulièrement dans les pays sous domination coloniale. Il est intéressant que le dossier permette le rapprochement de réalités disjointes par la géographie et les réseaux d’interconnaissance politique et scientifique, rapprochement qui met en évidence les circulations et les convergences en dépit des disjonctions.

  • 28 Il travaille à montrer par la science qu’il n’y a pas de différence d’intelligence entre Noirs et B (...)

12En effet, c’est bien dans un monde tout autre que nous convie Chloé Maurel avec son article sur l’intellectuel canadien Otto Klineberg. Universitaire éminent, psychologue, citoyen du monde qui inscrit son action dans les institutions internationales, il partage avec tous les militants et militantes évoqués dans le dossier un idéal de fraternité entre les peuples et de lutte pour la paix. Il partage aussi avec ces autres, Français, Égyptiens, évoqués ici, l’idée que les savoirs sont des outils cruciaux des luttes, pour l’égalité (il applique l’approche psychologique aux luttes contre le racisme aux États-Unis)28, pour la liberté, mais aussi pour la paix qui leur est conjointe. Ainsi sera-t-il l’un des créateurs de l’International Institute for Peace Research à Oslo en 1960. Puis, en 1966, il accompagnera la création de l’Institut international de recherche sur la Paix à Stockholm par la Suédoise Alva Myrdal. Chloé Maurel insiste sur l’articulation, voulue, pensée, de cet intellectuel entre recherche et conséquences sociales de la recherche. Il sera l’un des initiateurs de l’essor des « Peace studies », ou recherches sur la paix, réponse dans les années 1960 au développement de la guerre, notamment au Vietnam, convaincu que la psychologie, l’anthropologie peuvent aider à comprendre que l’agressivité de l’être humain n’entraîne en rien l’inéluctabilité de la guerre. De ce fait, il jouera un grand rôle dans le développement de l’UNESCO et nombre d’autres structures internationales, croisant savoirs et conséquences sociales des savoirs.

13Ainsi souhaitons-nous par ce dossier contribuer à la fois à l’affirmation de cette responsabilité sociale des savoirs et au renouvellement des études sur la paix, construction volontaire et consciente des sociétés humaines, dont la visée et la mise en œuvre sont au cœur de tout projet de bonheur social, au moins tel qu’il chemine depuis plus de deux siècles.

Haut de page

Notes

1 Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, Article 3 : « Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne. », <http://www.textes.justice.gouv.fr/textes-fondamentaux-10086/d>.

2 Alain Gabet, Sébastien Jahan, « Les faits sont têtus : vingt ans de déni sur le rôle de la France au Rwanda (1994-2014) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique n° 128 (à paraître). Les Cahiers d’histoire ont publié dès 2006 sur le génocide rwandais, voir Catherine Coquio, « Guerre coloniale française et génocide rwandais : la responsabilité, l’implication de l’État français et sa négation » dans Relectures d’histoire coloniale, Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 99, 2006, p. 49-71, et sur le site : <http://chrhc.revues.org/785>.

3 Question posée dans différents médias sans que la réponse semble vraiment cruciale. Ainsi dans l’émission Le grain à moudre sur France Culture, le 29 septembre 2014, « Sommes-nous en état de guerre ? », l’invité historien était le directeur de l’Institut des études sur la guerre et la paix, professeur à Paris 1-Sorbonne, Hervé Drévillon.

4 Le journal Le Parisien libéré pouvait le 30 avril 2015 faire un titre satisfait sur : « Rafale : le Qatar signe un contrat de 6,3 milliards d’euros pour 24 appareils ». L’Élysée a confirmé par un communiqué ce « nouveau succès à l’exportation », enregistré à la suite de longues négociations et approuvé « à l’issue d’une rencontre entre le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, et le jeune émir du Qatar ».

5 France Culture, Philippe Meyer, L’esprit public, 3 mai 2015, <http://www.franceculture.fr/emission-l-esprit-public-le-budget-de-la-defense-nationale-la-situation-politique-aux-etats-unis-201>.

6 France Culture, Sonia Kronlund, Les pieds sur terre, 4 mai 2015, <http://www.franceculture.fr/emission-les-pieds-sur-terre-deradicalisation-2015-05-04>.

7 De telles ventes se négocient au sommet de l’État et relèvent de la politique étrangère de chaque État. François Hollande était présent à Doha pour la signature des contrats d’achat des « Rafales » par le Qatar. Le ministre de la Défense (PS) se réjouit que 2015 soit une année record pour la vente des « Rafales » et le PDG de Dassault Aviation en fait « un succès de l’équipe France ».

8 Voir à ce sujet les rapports d’Amnesty International, notamment le rapport publié le 22 octobre 2013, « Will I be next ? US drone strikes in Pakistan ».

9 Grégoire Chamayou, Théorie du drone, Paris, La Fabrique, 2013.

10 Ainsi l’armée israélienne a-t-elle détruit systématiquement les maisons de quartiers entiers, considérés comme des cibles de guerre, lors de l’attaque de l’été 2015 contre Gaza (plus de 96 000 maisons détruites), ce qui, selon Amnesty International, est contraire au droit international : « Israël semble considérer que les logements de personnes liées au Hamas constituent des cibles militaires légitimes, un point de vue non conforme au droit international humanitaire », <https://www.amnesty.org/fr/articles/news/2014/07/israelgaza-conflict-questions-and-answers/>.

11 Le Conseil mondial de la Paix a été notamment à l’origine de « l’appel de Stockholm » de mars 1950. Voir Michel Pinault, « Le Conseil mondial de la paix dans la guerre froide », dans Jean Vigreux et Serge Wolikov (dir.), Cultures communistes au xxe siècle : entre guerre et modernité, La Dispute, Paris, 2003, p. 143-156. Sur l’histoire du Mouvement en France, voir Laurent Piron, Le Mouvement de la Paix français, pacifisme militant et propagande communiste (1952-1975), Bobigny, Archives départementales de Seine-Saint-Denis, 2007.

12 Voir sur le site du Mouvement de la paix l’important travail fait par ce mouvement, sur le commerce des armes notamment, <http://www.mvtpaix.org/wordpress/armes-sommaire/>.

13 Par exemple, Olivier Forcade, professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris 4-Sorbonne dans « L’année vue par… l’Histoire », 3e Forum France Culture, 25 avril 2015.

14 Le dossier reprend le thème et, pour partie, les interventions de la table ronde proposée par les Cahiers d’histoire dans le cadre des Rendez-vous de l’histoire de Blois 2013. Voir : <http://www.rdv-histoire.com/-2013-en-ecoute-.html>.

15 France Culture, Concordance des temps, « De Troie à Kobané, la poliorcétique », 24 janvier 2015. Invité : Hervé Drévillon, <http://www.franceculture.fr/emission-concordance-des-temps-de-troie-a-kobane-la-poliorcetique-2015-01-24>.

16 Sur ces évolutions historiographiques récentes, voir Nicolas Offenstadt, « Histoire-bataille » dans Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia et Nicolas Offenstadt (dir.), Historiographie, I : Concepts et débats, Paris, Gallimard, « Folio histoire », 2010, p. 162-169.

17 Cette histoire-bataille, qui répond à une demande toujours forte, n’est pas dédaignée par les universitaires. Mais le livre de l’historien moderniste français Hervé Drévillon témoigne à la fois du retour du genre (choix de 15 « batailles ») en même temps que de sa transformation historiographique, les dites batailles étant étudiées à travers les représentations construites dans le temps, donc à travers les grilles de l’histoire culturelle : Hervé Drévillon, Batailles : scènes de guerre de la Table Ronde aux Tranchées, Paris, Éditions du Seuil, coll. « L’Univers historique », 2007, 382 p.

18 Un beau livre est revenu sur cette thématique, il y a quelques années : Christian Jouhaud, Nicolas Schapira, Dinah Ribar (dir.), Histoire, littérature, témoignage. Écrire les malheurs du temps, Paris, Folio Histoire, 2009, 406 p.

19 Notamment, Hervé Drévillon, L’impôt du sang. Le métier des armes sous Louis XIV, Paris, Tallandier, 2005. Plus récemment, Hervé Drévillon, L’individu et la guerre. Du chevalier Bayard au soldat inconnu, Paris, Belin, 2013. Un de ses étudiants vient de recevoir le prix d’histoire militaire pour sa thèse : Arnaud Guinier, L’honneur du soldat. Éthique martiale et discipline guerrière dans la France des Lumières, Paris, Champ Vallon, 2014.

20 À l’appui de ce rapprochement, les publications de la collection « Guerre et paix » des Publications de la Sorbonne, Isabelle Davion, Frédéric Dessberg, Christian Malis (dir.), Les Européens et la guerre, Paris, 2013, actes de deux colloques, des 24 et 25 novembre 2010 à Coëtquidan et du 15 septembre 2011 à Paris, organisés par le Centre de recherche des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan en partenariat avec l’UMR-IRICE et l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire.

21 Voir, par exemple, la multiplication des recherches sur les musiques et les chansons militaires. Parmi d’autres ouvrages, Anne Simon-Carrère, Chanter la Grande Guerre : Les « Poilus » et les femmes (1914-1919), Seyssel, Champ Vallon, 2014, 284 p.

22 Il n’est pas question dans cette introduction de revenir sur la masse de publications diverses produites dans le cadre du centenaire de la Grande Guerre. On peut cependant observer à cette occasion le lien fort entre développement des recherches et environnement socio-politique, notamment les choix mémoriaux faits par les pouvoirs politiques nationaux et locaux.

23 Parmi les nouveautés, les éditions de la Dispute viennent de publier en français la première traduction d’un des livres de la féministe et pacifiste britannique Cynthia Cockburne, Des femmes contre le militarisme et la guerre, Paris, La Dispute, 2015. Les lettres d’un pacifiste ont été publiées en 2014 : Charles Patard, « Si on avait écouté Jaurès » : lettres d’un pacifiste depuis les tranchées, Toulouse, Privat, 2014, 136 p.

24 Antonio Elorza, « Guerre civile et guerre sociale », dans Jean Vigreux et Serge Wolikow (dir.), Cultures communistes au xxe siècle. Entre guerre et modernité, Paris, La Dispute, 2003, p. 63-64.

25 Alain Rey, dans le Dictionnaire historique de la langue française (éd. 1992), précise que la première occurrence de « pacifisme » est de 1845, due à Richard de Radonvilliers dans sa recherche de mots nouveaux pour enrichir la langue, mais il ne sera repris qu’en 1901.

26 Emmanuel Naquet rappelle à cet égard des synthèses anglo-saxonnes importantes qu’il faudrait voir traduites en français : Sandi E. Cooper, Peace and Internationalism. European Ideological Movements Behind The Two Hague Conferences (1899 to 1907), New York, New York University Press, 1967, 774 p. et Patriotic Pacifism : Waging War on War in Europe, 1815-1914, Oxford, Oxford University Press, 1991, 336 p. Sur Jean Jaurès et les droits de l’Homme, il renvoie à un de ses articles à paraître chez Lemieux éditeur en 2016. On peut renvoyer aussi à l’ouvrage collectif : Jean Sagnes (dir.), 1914, Jaurès contre la guerre, Perpignan, éditions Talaia, 2014.

27 Voir à ce sujet, qui a été un enjeu historique à forte charge mémorielle et politique des dernières années, la question des fusillés pour l’exemple : Nicolas Offenstadt, Les fusillés de la Grande Guerre et la mémoire collective (1914-1999), Paris, Odile Jacob, 1999, ou plus récemment, Jean-Yves Le Naour, Fusillés. Enquête sur les crimes de la justice militaire, Paris, Larousse, 2010.

28 Il travaille à montrer par la science qu’il n’y a pas de différence d’intelligence entre Noirs et Blancs, enjeu politique crucial avant la guerre comme après la guerre, notamment dans Otto Klineberg, Negro Intelligence and Selective Migration, New York, Columbia University Press, 1935.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Introduction : Penser et lutter contre la guerre », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 127 | 2015, 11-21.

Référence électronique

Anne Jollet, « Introduction : Penser et lutter contre la guerre », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 127 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4266

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

Université de Poitiers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page