Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1 Film de l’australien George Miller, 4e volet de la série de films commencée dans les années 1980.
  • 2 « Pour en finir avec le socialisme utopique », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 12 (...)

1Penser et lutter contre la guerre. Pourquoi ne pas avoir conjugué cela au positif et évoqué plutôt la paix dans le titre de ce nouveau dossier ? La belle couverture de François Féret dit à sa façon cet engloutissement des rêves de paix dans les images de guerre. Qui oserait, sans crainte d’être accusé d’inquiétante naïveté ou d’aveuglement stupide, mettre aujourd’hui en exergue de réflexions sur la paix la légère colombe que Picasso dessina pour le Mouvement de la paix en 1949 ? L’introduction du dossier dit cette difficulté à travailler la paix dans un monde saturé de présences guerrières, dans la réalité de notre monde comme dans ses fictions. Appuyer sur le bouton de sa télévision revient à s’exposer à des images d’explosions, d’immeubles en ruines, de corps à terre, de morts, de blessés, dans un grand chaos de cris, de larmes, que ce soit pour faire la promotion d’une prochaine projection (attention Mad Max : Fury Road1 sera bientôt sur les écrans !) ou donner des informations sur un drame à la surface de la Terre. Nous avons tous encore en tête les sinistres images de dos noirs flottant dans l’eau de la Méditerranée ou celles des corps mutilés émergeant des décombres de Katmandou. En l’occurrence, il ne s’agit pas stricto sensu d’images de guerre, mais ces drames de la misère et de l’impéritie des dirigeants politiques concourent à forger la même idée d’une irrévocabilité de la violence et de la souffrance. Or, toute pensée de la paix et lutte pour la paix est un combat contre ce fatalisme et relève d’un projet optimiste de développement maîtrisé des sociétés humaines. On sait combien ces projets optimistes se fraient difficilement un chemin dans notre présent. Néanmoins, l’histoire de ces projets continue modestement à nourrir nos réflexions. Ainsi de ces socialismes dit « utopiques » que nous avons mis au cœur de l’un des dossiers des Cahiers de 2014, ainsi des résistances de ces « rebelles » aux injonctions du travail ou de l’ordre colonial, ainsi des propositions pacifistes qui sont au cœur du présent dossier2.

2Concernant la question cruciale de la guerre et de la paix, le dossier est complété dans ce numéro des Cahiers par l’article de la rubrique Aux sources de l’histoire qui donne la parole à l’un des acteurs de cette opposition à la guerre. Christian Fiquet, qui a rédigé ce texte, a été l’une des peu nombreuses personnes qui ont refusé, pour des raisons diverses, politiques, religieuses, morales, de combattre pendant la guerre de la France en Algérie. Il a renvoyé son costume militaire et est devenu un « réfractaire ». Il défend la spécificité de cette démarche (par rapport à celles d’autres opposants à la guerre, objecteurs, porteurs de valises…) qui est un engagement pour la paix, formalisé dans un document écrit qui s’inscrit dans le cadre de l’Action civique non violente (ACNV). Christian Fiquet continue à témoigner de cette possible opposition à la guerre, payée de longs mois de prison et de peurs, possible grâce à une organisation collective.

3Cette présence de la guerre d’Algérie dans les Cahiers se poursuit d’un numéro à l’autre, depuis plus d’un an, à travers différentes rubriques. Ici, outre ce témoignage, on retrouve l’actualité historiographique à travers les fiches de lecture de Didier Monciaud dans Livres lus. La rubrique publie aussi un compte rendu roboratif des Carnets de l’aspirant Laby, médecin dans les tranchées par Philippe Daumas, qui nous replonge dans l’horizon bouché de la Première Guerre, aux côtés de cet aspirant belliciste.

4La guerre, décidément très présente en dépit de notre volonté de travailler et d’inviter à travailler les questions de la paix, nous la retrouvons encore dans Chantiers avec une analyse qui relève aussi de l’histoire des sciences, donc de l’histoire des sciences en guerre. Articulation bien connue, qui conduit certains à valoriser la guerre comme officine d’émulation scientifique. La guerre créatrice donc, et pas seulement dilapidatrice de richesses. Ici, Sylvain Di Manno parle de météorologie et d’aéronautique pendant la Grande Guerre et nous convainc sans peine de l’importance pour les armées de la mobilisation de ces savoirs scientifiques, mobilisation bien étudiée dans d’autres domaines et étonnamment peu autour de ces questions atmosphériques.

  • 3 Se reporter à la version longue de l’entretien sur le site des Cahiers. <http://chrhc.revues.org>.

5Cependant, les Cahiers abandonnent aussi la guerre et la paix pour nous ramener dans un présent des historien/nes où le temps coule un peu plus sagement. Raymond Huard a bien voulu évoquer pour les Cahiers la grande figure de son collègue dix-neuvièmiste, Maurice Agulhon, disparu au printemps 2014. Et Débats propose un long entretien du professeur d’histoire contemporaine Christophe Charle. Au cours de cet entretien, mené par notre collègue de la rédaction des Cahiers d’histoire, Chloé Maurel, le spécialiste des élites intellectuelles en France et en Europe aux xixe et xxe siècles affirme avec la grande simplicité qu’on lui connaît des choses fort importantes, dont ceci qui nous parlera à tous : « Les intellectuels entichés d’idées parfois étranges sont souvent incapables de comprendre l’histoire qu’ils vivent  à cause de schémas théoriques a priori qui les aveuglent sur le présent ; les élites, mêmes les plus armées intellectuellement, échouent face aux crises les plus graves à anticiper l’avenir ». Mais de façon stimulante, il nous rappelle aussi nos responsabilités de chercheur/es. Même si nous ne nous estimons pas « grands couturiers », nous pouvons en « petit/es couturier/es » trouver dans ses propos une incitation à poursuivre nos travaux de diffusion de l’histoire vers un public qui n’est pas fait des happy few. L’historien répond en effet à une question sur son effort pour écrire des synthèses : « Si ce ne sont pas les spécialistes (les grands couturiers) qui fabriquent le savoir nouveau transmis à tous, le prêt-à-penser historique restera immobile et stagnant. Autant arrêter de diriger des thèses, de les soutenir, de soumettre des articles à des revues ou des communications aux colloques, si tout cela reste enfoui dans les bibliothèques, les disques durs d’ordinateurs ou les sites internet pour happy few. »3 Merci, cher Christophe Charle, de nous rappeler ces vérités et de nous encourager tous, jeunes et moins jeunes producteurs d’histoire critique, à sortir des revues académiques classées par une société intellectuelle déterritorialisée, des recherches de lignes pour les CV et autres bourses et chaires d’excellence, et à nous soucier de partager et débattre avec les citoyennes et citoyens dont nous partageons aussi les destins politiques et sociaux, en temps de paix comme en temps de guerre.

6À ces fins, nous poursuivrons nos publications et nous pouvons dès à présent annoncer un prochain dossier travaillant l’histoire de l’Afrique dans le temps long, que l’historienne africaniste Catherine Coquery-Vidrovitch a bien voulu construire pour les Cahiers, ainsi que le lancement d’un cycle Cinéma-histoire des Cahiers qui ouvrira ce mois de juin 2015 par une projection et un débat autour du grand film des résistances africaines à la colonisation, Sarraounia, du trop rare réalisateur Med Hondo. Une soirée qui sera suivie le samedi 13 juin d’une rencontre de la rédaction des Cahiers avec contributeurs/trices, lectrices, lecteurs et ami/es pour que nous poursuivions mieux ensemble l’élaboration collective de cette histoire critique, que nous voulons aussi utile que libre, et outil de liberté.

Haut de page

Notes

1 Film de l’australien George Miller, 4e volet de la série de films commencée dans les années 1980.

2 « Pour en finir avec le socialisme utopique », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 124 ; « Rebelles au travail », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 125 ; « Rebelles à l’ordre colonial », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 126.

3 Se reporter à la version longue de l’entretien sur le site des Cahiers. <http://chrhc.revues.org>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 127 | 2015, 5-8.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 127 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 26 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4265

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page