Navigation – Plan du site
DOSSIER

La pauvreté comme une parenthèse : survivre en grève du XIXe siècle à la Seconde Guerre mondiale

Stéphane Sirot
p. 51-64

Résumé

La cessation collective du travail s’accompagne de celle du salaire. Du XIXe siècle aux années 1930, alors que les confrontations sociales se multiplient et gagnent en durée, la grève s’apparente donc quelquefois à une parenthèse de pauvreté pour le monde ouvrier. Échapper à la menace du dénuement ou en limiter les effets représente alors une dimension cruciale de la pratique conflictuelle influant sur le dénouement du rapport de forces. La nécessité de vivre sans produire impose la construction de solidarités et peut également contribuer à renforcer la cohésion du groupe en mouvement. Mais il n’est pas toujours possible d’échapper au besoin : la pauvreté vécue s’inscrit dès lors au cœur de l’expérience ouvrière de la grève.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1La grève, acte collectif de suspension du travail, s’accompagne naturellement de celle du salaire : l’argent constitue donc une dimension cruciale de la confrontation entre patrons et ouvriers et de l’issue de ce rapport de forces.

  • 1  Voir la synthèse de R. Castel, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat(...)
  • 2  M. Perrot, Les ouvriers en grève. France, 1871-1890, Mouton, Paris-La Haye, 1974, p. 544.

2Au cours des deux premières révolutions industrielles, alors que le peuple des ateliers, des usines et des chantiers se trouve d’abord dans une situation de marginalité sociale puis peine à être pleinement intégré au cœur de la société, le niveau de la rémunération ne permet guère l’épargne, tandis que les prestations hors travail sont quasi inexistantes1. Dès lors, la grève s’accompagne rapidement d’une pénurie de cet argent sans lequel « la misère s’appesantit. Toute grève qui dure la fait inévitablement ressurgir. À l’allégresse des premiers jours […] succède une gêne qui peut aller jusqu’à la quête anxieuse du pain2 ». Par conséquent, les longs mouvements nécessitent impérativement de pallier la perte de rémunération due à l’arrêt du labeur, pour permettre à l’ouvrier et à sa famille de s’écarter des sentiers menaçants de l’indigence temporaire.

  • 3  M. Roux, Les grèves en France, 1815-1834, DES d’histoire, Paris, 1950, p. 61.
  • 4  E. Shorter, C. Tilly, Strikes in France (1830-1968), Cambridge University Press, Cambridge, 1974, (...)
  • 5 Pour une vue d’ensemble sur la durée des grèves, voir S. Sirot, La grève en France. Une histoire so (...)
  • 6  E. Andréani, Grèves et fluctuations. La France de 1890 à 1914, Cujas, Paris, 1968, p. 270.
  • 7  R. Goetz-Girey, Le mouvement des grèves en France (1919-1962), Sirey, Paris, 1965, p. 89.

3Cette exigence vitale se pose avec une acuité croissante à mesure que la conflictualité se densifie et que les arrêts de la production s’allongent dans le temps. Au long des XIXe - XXe siècles, la durée des grèves et la nature de l’univers ouvrier changent en effet radicalement. De la loi Le Chapelier de 1791 qui réprime toute forme de « coalition » jusqu’à celle de mai 1864 qui supprime ce délit, se mettre en grève représente un risque réel tant de renvoi immédiat que de répression judiciaire, à une époque où, de surcroît, il est dénié aux ouvriers le droit de s’organiser. Dans ces conditions précaires, la grève est courte : elle dépasse rarement quelques jours sous la Restauration3et s’étend en moyenne autour de quatre jours pendant la Monarchie de Juillet4. Les années qui séparent le crépuscule du XIXe siècle de l’orée de la Seconde Guerre mondiale présentent un visage différent : désormais licite, la grève devient un mode de lutte courant des ouvriers qui disposent en outre, à partir de 1884, de syndicats autorisés par la loi, leur offrant ainsi une capacité de résistance accrue face à un patronat toujours résolu à les tenir en échec. Cette situation produit un allongement progressif de la durée des conflits sociaux qui atteint son paroxysme. De 11 jours en 1871-1890, la moyenne passe à environ 14,5 jours en 1890-1914 ; le maximum est atteint entre les deux guerres, avec 16 jours en 1919-19355. Une aide matérielle devient sans cesse plus cruciale, tandis que parallèlement les liens entre les mondes de l’usine et de la terre s’amenuisent, retirant ainsi aux ouvriers la possibilité de vivre autrement qu’au moyen du salaire gagné par le labeur dispensé dans l’espace manufacturier. Après la Seconde Guerre mondiale, la régulation conflictuelle des rapports sociaux s’institutionnalise, « la grève d’avertissement, à durée fixée par avance, [qui] se propose d’intimider l’adversaire en lui montrant la cohésion des salariés, mais sans lui infliger des dommages qu’en fait les deux parties auraient à subir6 », se développe et fait tomber la durée moyenne des actions revendicatives à 2,5 jours en 1946-19627.

4C’est donc bien du XIXe siècle aux années 1930 qu’une parenthèse de pauvreté menace avec le plus de force les ouvriers en mouvement et que la recherche de palliatifs au salaire suspendu occupe un temps important de la journée des grévistes. Pourtant, les informations sur leur vie quotidienne sont très parcellaires, en dehors de ce qui est le plus immédiatement visible ou sensationnel aux yeux des observateurs extérieurs – journalistes, policiers, gendarmes - qui fournissent à l’historien de ces époques l’essentiel de ses sources. En d’autres termes, si les informations abondent sur la manière dont les grévistes mènent leurs mouvements (réunions, manifestations), elles se font plus rares concernant leur mode de vie à l’extérieur de l’espace public de l’action revendicative. C’est pourtant dans le cercle de l’espace privé que se décide pour une large part le destin d’un mouvement : la décision de se lancer ou non dans l’action, de la poursuivre ou de l’arrêter, le niveau d’intensité supportable des privations, tout cela est certainement évalué en famille. Échapper à l’expérience de la pauvreté, à la menace du dénuement, ou tout au moins pouvoir en supporter et en limiter les désagréments, figurent parmi les problématiques essentielles de la pratique gréviste. En même temps, la nécessité de survivre en grève impose la production de solidarités et peut contribuer à renforcer la cohésion du groupe en lutte. Mais il n’est pas systématiquement possible d’échapper au besoin : la pauvreté représente également une dimension du vécu ouvrier de la grève.

Survivre en grève : une dimension constitutive du déclenchement et du délitement des conflits

5Quel que soit le moment considéré, les ouvriers mécontents de leurs conditions de travail sont contraints de prendre en considération une réalité presque toujours incontournable de l’action à mener : le salaire suspendu pour fait de grève ne sera pas forcément remplacé par des palliatifs de subsistance équivalents. En outre, même s’ils existent au départ, rien ne garantit la plupart du temps leur pérennité si le mouvement s’installe dans la durée.

  • 8  Voir S. Sirot, La grève…, op. cit., p. 137.

6Tout d’abord, les grèves secourues sont une minorité. Au cours des premières décennies du XIXe siècle, lorsque les mouvements sont souvent brefs et peu organisés, seuls les rares conflits menés par une structure permanente (sociétés de secours mutuels et de résistance, compagnonnages) ou temporaire (commissions de grève) bénéficient d'une assistance. Même quand le temps de la lutte s'allonge à partir de la fin du XIXe siècle, les conflits aidés demeurent minoritaires8 : par exemple, un peu plus d’un cinquième le sont en France en 1871-1890, un sur dix dans le bâtiment parisien en 1898-1913 et dans l’ensemble des professions de la capitale en 1919-1935. De plus, lorsque les grévistes bénéficient d’un secours, celui-ci remplace rarement le niveau de la rémunération habituelle.

  • 9  Pour reprendre l’expression forgée par M. Perrot, Les ouvriers…, op. cit., p. 135.
  • 10 G. Noiriel, Les ouvriers dans la société française, XIXe-XXe siècle, Le Seuil, Paris, 1986, p. 49.
  • 11 E. Constant, « Les conflits sociaux dans le département du Var sous le Second Empire », Actes du 83(...)
  • 12  Cité par J. Néré, « Aspect du déroulement des grèves en France durant la période 1883-1889 », Revu (...)

7Réussir sa grève, c’est donc pour les ouvriers qui envisagent d’y recourir, choisir le bon moment. De manière précoce, une « conscience ouvrière de conjoncture9 » s’installe, pragmatique, fondée sur l’expérience vécue. Il s’agit d’estimer le meilleur moment de la mise en mouvement, donc d’évaluer notamment les capacités de résistance du groupe ouvrier, ses possibilités d’échapper au besoin qu’est susceptible de créer la perte de la rémunération. En somme, l’appréhension par les travailleurs de leur potentiel de survie en grève apparaît comme une dimension intégrante du processus de prise de décision du moment du déclenchement de l’action. S’il semble possible de se nourrir sans l’apport du salaire, alors le mouvement revendicatif peut démarrer. C’est le cas en particulier au XIXe siècle, au temps de la première révolution industrielle, lorsque les ouvriers encore souvent enracinés dans le milieu rural disposent de la possibilité de s'appuyer sur les ressources offertes par des activités agricoles. D’ailleurs, « il semble bien que jusqu’au début de la IIIe République, pour les classes populaires, le travail industriel soit vu surtout comme une modalité du travail rural10 ». Ainsi la remarquable combativité des bouchonniers du Var, sous le Second Empire, s’explique-t-elle en partie par les bénéfices qu’ils tirent de la culture de parcelles de terre et de la possibilité pour eux d’œuvrer en tant que journaliers agricoles ou bûcherons11. Plus largement, jusqu’à la fin du XIXe siècle, certains ouvriers attendent encore l’arrivée de la saison des travaux des champs pour revendiquer, tels les carriers de Loches (Indre-et-Loire) qui patientent plusieurs mois avant de déclencher leur grève contre la baisse des tarifs : « Cette diminution datait du mois de décembre 1884 ; mais les ouvriers ont choisi pour protester et se mettre en grève l’époque (21 juillet 1885) à laquelle ils étaient assurés de trouver du travail dans les moissons et les autres récoltes12 ».

  • 13  AN (Archives Nationales) F22 181, fiche de grève.

8Avec la deuxième révolution industrielle qui fixe l’ouvrier à l’usine et met un terme au partage du temps entre l’atelier et la terre, ce type de situation se raréfie. L’usine et sa discipline gagnent du terrain, l’économie est industrielle, l’ouvrier a pour seule source de revenu le salaire. Si la terre ne donne plus guère les moyens de travailler ou de subvenir à ses besoins pendant la grève, en revanche, parvenir à gagner un salaire tout en revendiquant est une pratique palliative qui perdure jusqu’à la Seconde Guerre mondiale : dans les périodes de bonne conjoncture économique, des ouvriers d’établissements en mouvement s’embauchent en effet dans d’autres usines ou ateliers, exercent d’autres métiers de manière à continuer de paralyser leur entreprise tout en s’assurant les moyens de subsister. Il est alors souvent indispensable de changer de spécialité, parfois de localité, pour occuper des emplois généralement peu qualifiés, comme ceux de manœuvre ou de terrassier. Il est plus rare d’obtenir un emploi dans sa profession, à l’instar de ces sculpteurs ornemanistes parisiens qui, en juin 1921, une fois leur mouvement déclenché, « ont trouvé immédiatement du travail en province pour les monuments aux morts de la guerre13 ».

  • 14  M. Perrot, Les ouvriers…, op. cit., p. 108-110.

9Quelle que soit l’époque, les ouvriers des première et deuxième révolutions industrielles prennent naturellement en considération leurs possibilités d’échapper au besoin avant d’entamer la lutte. Une autre habitude éclaire ce constat : la mise en grève suit fréquemment le rythme de la paye. Cette donnée est par exemple statistiquement établie pour les années 1871-189014. La rémunération étant souvent versée le premier jour ou le premier samedi du mois, il apparaît qu’une forte proportion de conflits sont déclenchés un lundi et les deux premiers jours du mois. En somme, leur capacité de résistance apparente étant à son zénith, les ouvriers se décident plus volontiers à l’action.

  • 15  L’Humanité, 21 octobre 1922.

10D’autre part, avec le renforcement du mouvement syndical, des précautions sont quelquefois prises pour assurer au mieux aux éventuels grévistes d’échapper à la menace de la paupérisation. Dans les professions les plus qualifiées et les mieux organisées, des secours préventifs, rassemblés avant même le début de l’épreuve de force, donnent aux syndicats la possibilité de garantir aux ouvriers un revenu de substitution. Ainsi dans le Livre parisien à l’automne 1922, le Comité intersyndical institue un impôt de grève « prélevé en prévision d’un mouvement étendu et de longue durée. Il servira à donner 10 francs par jour aux grévistes et davantage si possible15 ». Les caisses de grève permanentes instaurées progressivement par certaines organisations ont une fonction identique.

  • 16  APP (Archives de la Préfecture de Police de Paris), Ba 174, pièce 568, cité par M. Perrot, Les ouv (...)

11D’évidence, ouvriers et syndicats ont conscience que la capacité d’évitement de la pauvreté de grève constitue un facteur déterminant de la décision d’action, mais également de la poursuite d’un mouvement engagé. Le dénuement qui grandit dans certains conflits incite à la reprise et accélère le délitement de la mobilisation. L’insuffisance des secours de grève est à l’origine de l’interruption de bien des conflits. Sans surprise, les chargés de famille pèsent le plus fortement dans le sens de la reprise. Voici par exemple en 1876, durant la grève des charpentiers parisiens, « quelques hommes mariés et pères de famille (qui) déclaraient qu’ils ne pouvaient rester ainsi, leurs ressources étant épuisées. Ils paraissent disposés à retourner au chantier16 ».

  • 17  Cité par Ibid., p. 504.

12Une douzaine d’années plus tard, au quinzième jour de la grève des terrassiers de la capitale en 1888, un gréviste déclare en réunion : « Si nous n’avons pas cinq francs par jour pour faire la grève, je recommence demain à travailler… Je suis père de famille, j’ai quatre enfants. Je n’ai plus le sou. Allons-nous rester un an sans rien faire ?17 ».

  • 18  AN F7 13 849, rapport du 3 février 1920.

13Le statut de responsable de famille sert parfois à justifier l’extraction de la lutte de certains ouvriers autorisés à reprendre un emploi et à abandonner, par là même, la gestion de la mobilisation à leurs collègues moins concernés par les contraintes de la paternité. Ainsi lors d’une réunion des marbriers parisiens en grève à la fin de l’hiver 1920, un responsable syndical « demande à l’assemblée d’autoriser les grévistes qui ont à nourrir une nombreuse famille à chercher du travail comme manœuvres, en dehors de la marbrerie18».

  • 19  Cité par C. Auzias, La grève des ovalistes. Lyon, juin-juillet 1869, Payot, Paris, 1982, p. 92.

14Le rôle de chargé de famille est d’ailleurs parfois mis en exergue par les grévistes eux-mêmes lorsqu’ils recherchent la solidarité ouvrière. Ainsi lors du conflit des ouvrières ovalistes et des ouvriers mouliniers de Lyon en juin-juillet 1869, le bureau de la commission des ovalistes qui mène le mouvement lance un appel à la solidarité insistant sur la situation des salariés en mouvement : « …nous avons parmi nous des pères et des mères de famille et des jeunes filles dans le besoin ; nous nous adressons donc à vous pour que, s’il est possible, vous nous veniez en aide par des cotisations volontaires19».

  • 20  AD du Nord, M 627/2, pièce 193, rapport de police du 16 juillet 1880 ; cité par M. Perrot, Les ouv (...)

15Si cet appel fait particulièrement référence aux femmes, c’est d’abord parce qu’elles constituent en l’occurrence la quasi-totalité des grévistes. Mais il est également possible de lire ici l’écho de la réceptivité aux problèmes matériels des femmes, des mères, qui se montrent certainement les plus sensibles à l’indigence menaçante. Le point de vue des épouses paraît crucial dès lors que la grève dure, que l’argent manque et que le besoin se fait prégnant ou paraît s’annoncer inexorablement. Les témoignages directs sont cependant rares, pour ne pas dire inexistants, de la tempête qui peut secouer les familles lorsque les perspectives de victoire semblent ténues ou que la marmite ne parvient plus à bouillir convenablement. Seules quelques bribes d’échos de ces tensions nous parviennent, comme lorsqu’à l’été 1880, les femmes des mouleurs de Lille « se rendent dans les bureaux de police et les bureaux de bienfaisance pour obtenir des secours ; elles témoignent vivement leur mécontentement contre l’entêtement de leurs maris20 ».

  • 21  APP Ba 1 399, rapport du 17 octobre 1898.

16Certains syndicalistes semblent d’ailleurs conscients du poids des femmes sur leurs grévistes de maris. En témoignent par exemple les propos tenus en réunion de grève par un syndicaliste de la peinture qui prend soin d’affirmer devant une assemblée exclusivement masculine qu’ « on ne saurait trop inviter les femmes à fréquenter les réunions et à venir s’y instruire, car elles aussi ont des intérêts à défendre21 ».

  • 22  AN F7 13 932, rapport du 21 mars 1934.

17On l’aura compris, pour les ouvriers du XIXe siècle à la Seconde Guerre mondiale, la frontière entre la satisfaction des besoins et l’état de nécessité est souvent ténue. Cesser la production pour revendiquer peut faire basculer vers une parenthèse de pauvreté dont la durée et l’issue pas toujours précisément envisageables repoussent le déclenchement de la revendication, motivent son arrêt ou, pour le moins, donnent lieu à des flottements. Comme l’exprime en pleine période de crise économique un laveur de voitures algérien en grève en 1934 : « L’action est difficile à mener quand on ne dispose que de ressources minimes. Il demande en conséquence une aide financière sans laquelle la grève ne pourrait être poursuivie22».

18Dans ces conditions, il n’est guère surprenant que les périls que fait courir la grève façonnent aussi bien des hésitations que des élans de fraternité.

Survivre en grève : un fait social témoin et producteur de solidarités

19Si la survie en grève peut créer des contradictions, fabriquer des tensions, bousculer la vie privée quotidienne, elle incite également à la cristallisation de la communauté en mouvement. En outre elle témoigne, tout autant qu’elle construit une entraide exprimant la montée en puissance d’une manière de solidarité ouvrière et de conscience sociale progressivement élargies.

  • 23  E. Constant, « Les conflits sociaux… », op. cit., p. 561.

20Tout d’abord, avec la présence exponentielle des organisations ouvrières dans les conflits du travail et à mesure que la pratique gréviste se rationalise, il apparaît que la question de la gestion du besoin et la manière choisie pour y répondre figurent dans la stratégie des actions revendicatives élaborée par leurs meneurs. Des initiatives qui existent certes avant tout pour apporter un soutien prosaïque vital pour les grévistes, sont développées également pour cimenter, voire renforcer la cohésion du groupe, un objectif sans cesse recherché par les leaders des ouvriers en mouvement. Autrement dit, ce n’est pas toujours un pur et simple palliatif au salaire suspendu qui est recherché : le soutien octroyé est considéré d’autant plus valable qu’il permet de s’identifier à une communauté de lutte, de faire vivre ses acteurs côte à côte, donc de porter haut le flambeau de la solidarité et de maintenir une flamme d’optimisme sur l’issue du mouvement en cours, grâce au spectacle de la puissance du groupe réuni et des ventres soulagés des tiraillements de la faim. L’organisation de repas en commun, souvent appelés « soupes communistes », paraît particulièrement répondre à ces impératifs. Les meneurs des grèves, les syndicalistes comprennent assez tôt l’utilité de ces initiatives. Par exemple, dès 1869 dans le Var, des bouchonniers en grève organisent une cuisine commune qui sert jusqu’à trois cents repas par jour23. Certains militants du début du XXe siècle s’emploient même à quasiment théoriser cette pratique :

  • 24  Agenda 1913 de la fédération nationale des travailleurs de l’industrie du bâtiment de France et de (...)

« Les soupes communistes ont un double avantage, matériel et moral. Matériel : celui d’économiser les ressources du syndicat et de permettre ainsi, le cas échéant, de prolonger la lutte aussi longtemps qu’il est nécessaire. Moral : parce que, par le contact journalier des travailleurs en lutte, elles resserrent entre eux les liens de solidarité, elles les enlèvent au danger débilitant de l’isolement, elles entretiennent la confiance indispensable pour conquérir la victoire24».

21La décision que prennent les syndicalistes de la métallurgie parisienne en juin 1919 s’inscrit dans une démarche identique. L'essentiel des sommes amassées alimente des « soupes communistes », dans une stratégie clairement assumée :

  • 25  Le Populaire, 19 juin 1919.

« Des délégués des différents syndicats se sont réunis voilà quelques jours pour régler définitivement l’organisation des soupes communistes et depuis, régulièrement, des milliers d’ouvriers ont trouvé là le moyen de vivre et par conséquent une certitude nouvelle de vaincre les honteuses résistances patronales25».

22Assez régulièrement, surtout entre la fin du XIXe siècle et les années 1920, les caisses de grève servent donc à organiser ces « soupes communistes » dont l’existence n’est certes évidemment en rien le gage d’un succès final, mais permet quelquefois de prolonger des mobilisations et d’empêcher ou de retarder des défections.

23La crainte de la pauvreté, du besoin inspire d’autre part la quête de solidarités sans cesse élargies et, dans un même mouvement, les suscite. Cette entraide qui se manifeste en cours de grève témoigne du degré d’insertion des conflits du travail, des ouvriers et du salariat dans la société. L’histoire des secours de grève évolue au rythme de ce processus d’intégration : leur provenance s’élargit par cercles concentriques. L’origine des secours, d'abord de proximité professionnelle et géographique, s’étend peu à peu pour concerner potentiellement, à la veille de la Seconde Guerre mondiale, l’ensemble de l’univers ouvrier et, dans une moindre mesure, de la société.

  • 26  M. Roux, Les grèves en France…, op. cit., p. 143-145.
  • 27  Ibid., p. 144.
  • 28  J.-P. Aguet, Contribution à l’étude du mouvement ouvrier français. Les grèves sous la Monarchie de (...)

24Au moment de la première révolution industrielle, alors que la revendication sociale demeure marginale et que l’ouvrier se replie avant tout sur sa communauté de métier ou de proximité immédiate, l’aide aux grévistes est presque exclusivement professionnelle : on soutient ceux qui exercent la même activité que soi. C’est une aide de voisinage, tant corporative que géographique. La solidarité de métier, coordonnée par les organisations ouvrières, apparaît en effet essentielle. Les ouvriers utilisent la caisse de grève approvisionnée par des cotisations régulièrement perçues, même en temps de paix sociale. Ainsi des sociétés de résistance, surtout à partir de 1832, prévoient statutairement un « secours-grève26». En outre, les ouvriers qui ne sont pas en conflit ou qui ont repris victorieusement le travail, alors que d’autres ateliers de la ville continuent la lutte, peuvent être mis à contribution pour éviter à leurs camarades d’échapper au besoin. Par exemple, l’article 6 du règlement du 1er octobre 1833 de la Société des cambreurs, établie à Paris, prévoit qu’une cotisation de « 3 sous par façon de tige de bottes » doit être versée en faveur des grévistes par leurs camarades restés au travail27. Et même parfois sans qu’un règlement ne le stipule, l’organisation qui dirige la grève impose des retenues sur les salaires ou reçoit la contribution volontaire de ceux qui continuent de produire dans la localité. Ainsi lors du conflit des tailleurs d’habits parisiens d’octobre-novembre 1833, « les ouvriers qui travaillaient encore […] versèrent une partie de leur salaire pour alimenter la caisse de secours28 ».

  • 29  Cité par J. Laugenie, Les grèves en France de 1852 à 1864, DES d'histoire, Faculté des Lettres-Sor (...)

25À partir du milieu du XIXe siècle, tandis que la grève commence à devenir un fait social porté par un monde ouvrier en cours de cristallisation, on voit se multiplier les indices d’un soutien élargi qui peut sortir de la profession ou de l’environnement proche, voire plus rarement des frontières nationales. En 1852, selon le Procureur général de Lyon, la grève des ouvriers en peluche de Tarare (Rhône) « s’entretenait au moyen de secours envoyés par les caisses ouvrières de Lyon ». Et d’ajouter, quelque peu inquiet : « On a ainsi une nouvelle preuve de l’esprit de solidarité et de l’effort d’organisation qui existe chez nos populations ouvrières malgré la différence des industries et sur la base unique d’une communauté d’intérêts de classe29 ».

  • 30  Ibid., p. 100.

26Deux ans plus tard, en 1854, les porcelainiers de Limoges demandent l’aide financière de leurs collègues anglais et belges ; ils reçoivent en outre de l’argent en provenance de Vierzon ou de Bordeaux, des lieux relativement éloignés du conflit30.

27Mais c’est surtout au cours de la période de la deuxième révolution industrielle que l’esprit de solidarité s’étend plus fermement, au moment où la pratique gréviste irrigue l’ensemble du monde ouvrier et de la société industrielle. L’entraide demeure d'abord de classe et de proximité, cependant un public élargi s’implique dans le soutien aux grévistes.

  • 31  M. Perrot, Les ouvriers…, op. cit., p. 523-524.
  • 32  M. Pigenet, « Prestations et services dans le mouvement syndical français (1860-1914) », Cahiers d (...)
  • 33  M. Leroy, La coutume ouvrière. Syndicats, Bourses du travail, Fédérations professionnelles, coopér (...)

28Solidarité de classe avant tout, certes : en 1871-1890 par exemple, dans les trois quarts des cas, les secours sont d’origine ouvrière ; plus de la moitié sont donnés par les travailleurs de la même profession que les grévistes. Solidarité de proximité également : les deux tiers de l’aide récoltée proviennent de la localité où se déroule le mouvement31. Des caisses de grève, en général médiocrement pourvues32, se constituent plus souvent dans des syndicats, des fédérations et des Bourses du travail. Elles sont peu à peu inscrites dans les statuts et, par exemple, une structure comme l’Union des syndicats de la Seine de la CGT ouvre même, avant la Grande Guerre, une « souscription permanente33 ».

  • 34  La solidarité commerçante est fortement empreinte de considérations calculées : on vient en aide à (...)

29Cette situation perdure dans ses grands traits jusque dans l’entre-deux-guerres. On constate cependant en parallèle une extension progressive de l’origine des secours. Cette situation résulte d’un double mouvement : la volonté des structures dirigeantes des conflits d’élargir le champ de leur quête ; l’insertion grandissante de la grève dans le tissu social. Les commerçants concernés par les difficultés de leur clientèle accoutumée34, les municipalités et la presse socialistes, apportent ainsi aux luttes généralement les plus remarquables un écot certes marginal mais sans cesse grandissant. Les grévistes eux-mêmes font plus volontiers appel à la solidarité individuelle privée. Des listes de souscription circulent dans les ateliers ou chez les commerçants. Les comités de grève organisent des spectacles payants. Dans les dernières décennies du XIXe siècle, ce sont surtout des « conférences-concerts », prolongées par la suite sous d’autres appellations, telles les « soirées artistiques », « fêtes de solidarité » ou autres « soirées de gala ».

  • 35  M. Moissonnier, « Les chemins d’une mutation. Neuf mois de grève à Cours (1889-1890) », Cahiers d’ (...)

30Désormais, la panoplie des soutiens et des initiatives est très large. Au fond, tout est bon à prendre dès lors que cela permet d’échapper à la menace de l’indigence. Et dans un nombre croissant de conflits, bien sûr d’abord les plus longs, les grévistes et leurs organisations déploient tous les moyens pour subvenir à leurs besoins, comme lors de la grève de neuf mois des couverturiers et couverturières de Cours (Rhône) en 1889-1890 : outre les classiques subsides des syndicats et le soutien financier de la municipalité, « des listes numérotées de souscription circulent, bals publics, goguettes, réunions familiales, tombolas, assemblées de conscrits, congrès divers, rencontres amicales de francs buveurs, tout est utilisé pour drainer des ressources en faveur des protagonistes de la bataille de Cours35 ».

31Sans surprise, cette propension à rechercher et obtenir des soutiens de plus en plus variés, à impliquer de manière sans cesse plus ouverte les différents acteurs sociaux, se déploie et réussit le plus couramment lorsque les ouvriers en mouvement parviennent à faire reconnaître une menace sur leur existence quotidienne et celle de leur famille, avec toujours pour eux un objectif prioritaire identique : si ce n’est vivre comme en travaillant, tout au moins subsister décemment le temps d’un congé forcé.

Survivre en grève : une pratique entre contournement et épreuve de la pauvreté

32Survivre en grève, cela signifie, nous l’avons constaté, la recherche des moyens de contourner la pauvreté par la construction de solidarités susceptibles également de nourrir la mobilisation. Parfois, cela veut dire aussi connaître l’épreuve du besoin, exceptionnellement le dénuement aigu.

  • 36  M. Perrot, Les ouvriers…, op. cit., p. 541, et S. Sirot, Les conditions de travail et les grèves d (...)
  • 37  M. Leroy, La coutume ouvrière…, op. cit., p. 261.
  • 38  P. Chauvet, Les ouvriers du Livre et du Journal. La Fédération Française des Travailleurs du Livre(...)

33Comment donc survit-on en grève ? La réponse est presque d’évidence : avec de l’argent et/ou des aides en nature. Le plus souvent, les grévistes reçoivent des sommes d’argent. Le montant octroyé est cependant fort variable. Il dépend principalement de trois critères : la qualification, les charges familiales et la durée du conflit. Les professions au niveau de formation et aux salaires les plus élevés sont souvent celles qui disposent des caisses de grève les plus fournies. Le nombre d’enfants est pris en considération dans la distribution des secours. Enfin, plus un conflit s’allonge, plus il est difficile de continuer d'offrir une aide financière régulière et substantielle. Quand l’argent manque, les secours vont en priorité aux plus « nécessiteux », un terme longtemps présent dans le vocabulaire de la grève36. Plus rarement, une certaine différenciation peut être opérée en fonction de l’âge ou de l'appartenance ou non à une organisation syndicale. Les statuts du syndicat CGT des layetiers-emballeurs d'avant la Grande Guerre stipulent ainsi que « dans les cas où un conflit entre ouvriers et patrons ne pourrait être évité, tout ouvrier n’étant pas inscrit sur les contrôles de la Chambre syndicale ne sera soutenu que moralement37». Et quand les militants CGTU du livre parisien déclenchent des grèves tournantes à partir d'octobre 1922, les syndiqués reçoivent dix francs par jour, alors que les non-syndiqués ou ceux n'appartenant pas à la CGTU se voient octroyer quatre francs38.

  • 39  APP Ba 1 386, note du 15 juin 1919.
  • 40  AN F22 185, rapport du 24 avril 1923.

34Pour obtenir de l’argent, les grévistes usent enfin parfois d’une pratique qui semble habituellement davantage celle des riverains plus réguliers de la pauvreté : la quête. Ainsi, des mécaniciens-constructeurs de la région parisienne, en grève en juin 1919, ont « organisé des équipes pour aller quêter et chanter dans les cours39 ». Au printemps 1923, le comité de grève des couturières de la capitale « a décidé d’envoyer des grévistes quêter dans les cinémas et les restaurants40 ».

  • 41 La Petite République, 12 janvier 1906.

35Outre l’argent, une assistance en nature peut également être offerte. Elle prend la forme de distributions de vivres, de bons de restaurant ou de consommation, quelquefois de repas en commun tels qu’évoqués précédemment. Au tournant des XIXe-XXe siècles et jusque dans l’entre-deux-guerres, les coopératives de consommation apportent leur contribution, comme en 1906 lors d’une grève de terrassiers parisiens où « une société coopérative du 11e arrondissement prévient qu’elle délivrera gratuitement […] le pain et le lait pendant toute la durée du conflit41 ». Des repas gratuits ou à prix réduits sont en outre parfois proposés aux grévistes par ces structures. Quant aux commerçants, lorsqu’ils consentent à verser leur écot, cela va du simple crédit momentané et remboursable au don de marchandises.

  • 42  APP, Ba 1 368, dépêche télégraphique du 16 juillet 1907.

36Toujours dans le domaine de la solidarité en nature, outre la nourriture, il est procédé bien plus rarement au don de vêtements, comme lors d’une assemblée générale de démolisseurs parisiens en 1907, au cours de laquelle se produit « une distribution de chaussures pour les plus nécessiteux42».

  • 43  Selon J. Néré, « Aspect du déroulement… », op. cit., p. 289.
  • 44  M. Perrot, Les ouvriers…, op. cit., p. 545.
  • 45  L’Humanité, 26 novembre 1933.

37Cela dit, quelle que soit leur forme, les secours remplacent rarement l’intégralité du salaire, même s’il arrive exceptionnellement qu’ils aillent jusqu’à le dépasser43 ; les aides permettent tout au plus de subvenir aux besoins élémentaires des grévistes. Et de fait, « la grève provoque une régression vers un niveau de vie antérieur, vers un régime alimentaire considéré comme un minimum vital44», composé principalement de pain. Le panier du gréviste est en effet la plupart du temps garni des produits de première nécessité, conserves et féculents, plus marginalement agrémenté de biens variés. Voici par exemple le menu des forgerons parisiens en mouvement à l’automne 1933 : « La distribution de vivres organisée par la coopérative révolutionnaire La Famille Nouvelle, a également fait grosse impression sur les grévistes. Ceux-ci s’en sont allés, le filet à provision nanti de nombreuses denrées : pois cassés, macaroni, pâtes, vermicelles, conserves de viande ou poisson45».

  • 46  L’Humanité, 7 novembre 1929.

38Une telle variété demeure cependant assez rare. Et la frugalité, qui scande surtout jusque dans l’entre-deux-guerres la vie quotidienne des ouvriers en grève, se lit d’ailleurs parfois dans certaines exclamations qui mêlent volontiers l’expression d’un manque à celle d’une volonté, telle cette apostrophe d’un gréviste en réunion : « Avec du riz, des haricots, du macaroni, n’est-ce pas que nous tiendrons, camarades ? Et puis, dans les moments comme celui-ci, la « flotte », c’est excellent pour la santé !46»

  • 47  L’Union, 22 juillet 1878, cité par M. Perrot, Les ouvriers…, op. cit., p. 545.
  • 48  Rapport du commissaire de police du 9 mai 1880, AD du Nord, M 619/3, cité par M. Perrot, Les ouvri (...)
  • 49  Selon Ibid., p. 546.

39Dans quelques cas extrêmes, le manque confine à la pénurie, voire plus rarement encore à la disette. Cela donne lieu à des situations ou à des propos paraissant faire de certaines scènes de mineurs affamés du Germinal de Zola des représentations naturalistes étrangement authentiques. Ainsi quelques grèves des années 1870-1880, celles qui suivent la loi de dépénalisation de mai 1864 mais ne disposent pas encore d’une organisation solide et sont régulièrement déclenchées de manière spontanée, prennent exceptionnellement des traits tragiques assez spectaculaires. C’est principalement dans le Nord que peuvent être relevées les expressions de misère les plus dramatiques, au cours de conflits survenus dans les mines ou le textile. Par exemple, à Anzin en 1878, les mineurs vivent en bandes dans les bois, bivouaquent, se font la cuisine « tandis que les femmes et les enfants vont mendier presque dans Valenciennes47». En 1880 dans le textile du Nord, à Wattrelos, « des grévistes inconnus sont entrés dans la ferme Bonte-Picavet… et obligèrent la servante à leur donner des tartines : ils sont partis en disant : voilà le moyen de manger quand on n’a plus le sou et qu’on ne travaille pas48». En 1889 encore, les tisseurs du Cambrésis en sont réduits à manger de l’herbe49.

40Ces épisodes de dénuement demeurent fort rares, il faut encore le souligner. Ils manifestent cependant à l’extrême les termes et la force de l’engagement que représente longtemps la mise en mouvement du monde ouvrier.

41La parenthèse de pauvreté provoquée par la grève, régulièrement envisagée, effleurée ou vécue par les ouvriers qui sont jusqu’à la Seconde Guerre mondiale quasiment les seuls utilisateurs de cette pratique, constitue une dimension majeure de la confrontation sociale. Les meneurs des conflits, les grévistes dont la lutte tend à s’installer dans la durée, utilisent ainsi une partie non négligeable de leur temps à rechercher les moyens de se soustraire au besoin que peut créer la suspension du versement de la paye par les patrons. D’ailleurs, ces derniers intègrent à leur stratégie de résistance aux revendications l’épreuve de la misère qui menace leur personnel : comment comprendre sans cela leur volonté courante de laisser traîner en longueur l’épreuve de forces, si ce n’est notamment en raison de l’espoir d’un épuisement des ressources ouvrières ?

42Mal connue, peu observée, encore plus rarement analysée, l’épreuve des restrictions ou du dénuement qui secoue régulièrement le quotidien des hommes et des femmes en lutte et de leurs familles, mérite de devenir un objet d’étude à part entière dans le champ de la pratique gréviste, comme un témoignage d’une position longtemps maintenue aux marges de la société industrielle en formation et en développement, mais aussi comme l’une des dimensions de la construction d’un univers ouvrier conscient de sa condition foncièrement commune et d’une société qui s’éveille progressivement à la « question sociale ».

Haut de page

Notes

1  Voir la synthèse de R. Castel, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Gallimard, Paris, 1999.

2  M. Perrot, Les ouvriers en grève. France, 1871-1890, Mouton, Paris-La Haye, 1974, p. 544.

3  M. Roux, Les grèves en France, 1815-1834, DES d’histoire, Paris, 1950, p. 61.

4  E. Shorter, C. Tilly, Strikes in France (1830-1968), Cambridge University Press, Cambridge, 1974, p. 53 et 364.

5 Pour une vue d’ensemble sur la durée des grèves, voir S. Sirot, La grève en France. Une histoire sociale (XIXe-XXe siècles), Odile Jacob, Paris, 2002, p. 56-57.

6  E. Andréani, Grèves et fluctuations. La France de 1890 à 1914, Cujas, Paris, 1968, p. 270.

7  R. Goetz-Girey, Le mouvement des grèves en France (1919-1962), Sirey, Paris, 1965, p. 89.

8  Voir S. Sirot, La grève…, op. cit., p. 137.

9  Pour reprendre l’expression forgée par M. Perrot, Les ouvriers…, op. cit., p. 135.

10 G. Noiriel, Les ouvriers dans la société française, XIXe-XXe siècle, Le Seuil, Paris, 1986, p. 49.

11 E. Constant, « Les conflits sociaux dans le département du Var sous le Second Empire », Actes du 83e congrès national des sociétés savantes, Aix-Marseille, 1958. Section d’histoire moderne et contemporaine, Paris, Imprimerie nationale, 1959, p. 561.

12  Cité par J. Néré, « Aspect du déroulement des grèves en France durant la période 1883-1889 », Revue d’histoire économique et sociale, vol. XXXIV, n° 3, juillet-septembre 1956, p. 293.

13  AN (Archives Nationales) F22 181, fiche de grève.

14  M. Perrot, Les ouvriers…, op. cit., p. 108-110.

15  L’Humanité, 21 octobre 1922.

16  APP (Archives de la Préfecture de Police de Paris), Ba 174, pièce 568, cité par M. Perrot, Les ouvriers…, op. cit., p. 504.

17  Cité par Ibid., p. 504.

18  AN F7 13 849, rapport du 3 février 1920.

19  Cité par C. Auzias, La grève des ovalistes. Lyon, juin-juillet 1869, Payot, Paris, 1982, p. 92.

20  AD du Nord, M 627/2, pièce 193, rapport de police du 16 juillet 1880 ; cité par M. Perrot, Les ouvriers…, op. cit., p. 507.

21  APP Ba 1 399, rapport du 17 octobre 1898.

22  AN F7 13 932, rapport du 21 mars 1934.

23  E. Constant, « Les conflits sociaux… », op. cit., p. 561.

24  Agenda 1913 de la fédération nationale des travailleurs de l’industrie du bâtiment de France et des colonies, Imprimerie coopérative ouvrière, Villeneuve-Saint-Georges, s.d., p. 216.

25  Le Populaire, 19 juin 1919.

26  M. Roux, Les grèves en France…, op. cit., p. 143-145.

27  Ibid., p. 144.

28  J.-P. Aguet, Contribution à l’étude du mouvement ouvrier français. Les grèves sous la Monarchie de Juillet (1830-1847), Droz, Genève, 1954, p. 80.

29  Cité par J. Laugenie, Les grèves en France de 1852 à 1864, DES d'histoire, Faculté des Lettres-Sorbonne, sd, p. 99-100.

30  Ibid., p. 100.

31  M. Perrot, Les ouvriers…, op. cit., p. 523-524.

32  M. Pigenet, « Prestations et services dans le mouvement syndical français (1860-1914) », Cahiers d'histoire de l'Institut de recherches marxistes, n° 51, printemps 1993, p. 16-17.

33  M. Leroy, La coutume ouvrière. Syndicats, Bourses du travail, Fédérations professionnelles, coopératives. Doctrines et institutions, M. Giard et E. Brière, Paris, t. I, 1913, p. 257.

34  La solidarité commerçante est fortement empreinte de considérations calculées : on vient en aide à ses clients, comme le constate par exemple M. Perrot, Les ouvriers…, op. cit., p. 535-536.

35  M. Moissonnier, « Les chemins d’une mutation. Neuf mois de grève à Cours (1889-1890) », Cahiers d’histoire de l’Institut de recherches marxistes, n° 33, 2e trimestre 1988, p. 51.

36  M. Perrot, Les ouvriers…, op. cit., p. 541, et S. Sirot, Les conditions de travail et les grèves de ouvriers à Paris de 1919 à 1935, Thèse de doctorat, Paris VII, 1994, p. 509.

37  M. Leroy, La coutume ouvrière…, op. cit., p. 261.

38  P. Chauvet, Les ouvriers du Livre et du Journal. La Fédération Française des Travailleurs du Livre, Éditions Ouvrières, Paris, 1971, p. 94.

39  APP Ba 1 386, note du 15 juin 1919.

40  AN F22 185, rapport du 24 avril 1923.

41 La Petite République, 12 janvier 1906.

42  APP, Ba 1 368, dépêche télégraphique du 16 juillet 1907.

43  Selon J. Néré, « Aspect du déroulement… », op. cit., p. 289.

44  M. Perrot, Les ouvriers…, op. cit., p. 545.

45  L’Humanité, 26 novembre 1933.

46  L’Humanité, 7 novembre 1929.

47  L’Union, 22 juillet 1878, cité par M. Perrot, Les ouvriers…, op. cit., p. 545.

48  Rapport du commissaire de police du 9 mai 1880, AD du Nord, M 619/3, cité par M. Perrot, Les ouvriers…, op. cit., p. 546.

49  Selon Ibid., p. 546.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Sirot, « La pauvreté comme une parenthèse : survivre en grève du XIXe siècle à la Seconde Guerre mondiale », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 101 | 2007, 51-64.

Référence électronique

Stéphane Sirot, « La pauvreté comme une parenthèse : survivre en grève du XIXe siècle à la Seconde Guerre mondiale », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 101 | 2007, mis en ligne le 01 avril 2010, consulté le 27 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/425

Haut de page

Auteur

Stéphane Sirot

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page