Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Jacques Le Goff, Jean-Pierre Vernant, Dialogue sur l’histoire. Entretiens avec Emmanuel Laurentin

Paris, Bayard, 2014, 88 p., 13 €.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Jacques Le Goff, Jean-Pierre Vernant, Dialogue sur l’histoire. Entretiens avec Emmanuel Laurentin, Paris, Bayard, 2014, 88 p., 13 €.

Texte intégral

1Voici un petit livre fort réjouissant, qui réunit deux grandes voix disparues de l’histoire. Autour d’Emmanuel Laurentin, au micro de France Culture, Jacques Le Goff et Jean-Pierre Vernant se racontent tout en retraçant en pointillé l’histoire de leur discipline depuis l’après-guerre. Ce sont d’abord les maîtres et leurs influences que les deux historiens présentent. Pour Jean-Pierre Vernant, formé à la philosophie, c’est la voie d’une psychologie historique, esquissée par Ignace Meyerson, qui est à l’origine de sa trajectoire. L’anthropologie historique de Louis Gernet complète son panorama intellectuel. Pour Jacques Le Goff, c’est Maurice Lombard et Fernand Braudel qui vont jouer les rôles de « passeurs ». Les deux historiens soulignent à quel point la souplesse et l’ouverture des institutions scientifiques d’après-guerre (le CNRS et l’EPHE, dont la sixième section allait devenir l’EHESS) ont permis l’épanouissement de carrières interdisciplinaires. Car la « levée des barrières disciplinaires » qu’évoquent Jacques Le Goff et Jean-Pierre Vernant est le double produit d’une opportunité institutionnelle offerte par la recherche et d’un renouvellement profond des manières de connaître, déjà engagé par Marc Bloch et Lucien Febvre. Le dialogue avec le structuralisme de Lévi-Strauss s’est avéré fécond en ce qu’il a permis de souligner, par-delà les points d’accord, des apories productives. Ainsi Jean-Pierre Vernant se montre-t-il réticent à l’idée d’une grammaire générative des mythes qui aurait les allures d’un kantisme anthropologique. De la même façon, la tripartition dumézilienne des sociétés indo-européennes ne s’applique pas à la Grèce antique, qui a déjà connu des influences orientales et africaines profondes. En somme, le dialogue esquissé par les deux historiens rappelle que la confrontation avec les propositions anthropologiques des années 1960 a permis à l’histoire de consolider ses bases épistémologiques. Abordant le thème du travail et de la technique, Jean-Pierre Vernant et Jacques Le Goff soulignent ce qui rapproche et ce qui éloigne leurs travaux respectifs. Marchands et banquiers, au Moyen Âge, étaient accusés de voler le temps qui n’appartenait qu’à Dieu. Mais leurs labeurs ont permis de légitimer les groupes sociaux qu’ils représentaient. Pour Jean-Pierre Vernant, le travail en Grèce n’est pas une activité spécifique, il est plus une servitude qu’un moyen d’existence sociale. Cependant la notion de métis, cette ruse dans la pratique, complexifie l’analyse. Ces compétences concrètes, cette intelligence des situations (pouvant aller jusqu’au mensonge) ne sont certes pas sacralisées, mais elles sont tout de même associées à des divinités comme Athéna ou Héphaïstos. Dans la dernière partie de leur dialogue, Jean-Pierre Vernant et Jacques Le Goff croisent leurs analyses sur le théâtre et la liturgie. Dans l’Antiquité grecque, le théâtre est l’expression politique d’une question existentielle, celle de la responsabilité. La tragédie met en scène les conséquences (parfois inattendues) des actions humaines. Les masques viennent poser sur les visages une identité du jeu. Inversement, le faux et le caché sont combattus par l’Église médiévale, et le théâtre disparaît. Mais Jacques Le Goff remarque que la liturgie prend la place laissée vacante par cette absence de cérémonie collective.

2Au final, ces échanges vifs et enlevés entre les deux historiens révèlent à la fois les enjeux d’une période particulièrement faste pour les sciences humaines et sociales (cet « âge d’or » dont Emmanuel Laurentin souligne très justement dans l’introduction qu’il est encore une promesse) mais aussi la nécessité de maintenir ouvert l’espace de l’agonistique intellectuelle. Car c’est bien dans des dialogues – parfois âpres mais toujours respectueux – avec les travaux de leurs collègues sociologues, anthropologues, psychologues ou philosophes, que Jean-Pierre Vernant et Jacques Le Goff ont pu éprouver leurs propres méthodologies et leurs propres pratiques. Le témoignage de ces échanges interdisciplinaires constitue un précieux viatique pour les temps actuels, probablement un peu moins favorables à ces croisements.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Jacques Le Goff, Jean-Pierre Vernant, Dialogue sur l’histoire. Entretiens avec Emmanuel Laurentin », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 126 | 2015, mis en ligne le 08 février 2015, consulté le 29 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4249

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page