Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Georges Vidal, Histoires des communismes au xxe siècle

Paris, Ellipses, 2013, 368 p., 19 €.
Dimitri Manessis
Référence(s) :

Georges Vidal, Histoires des communismes au XXe siècle, Paris, Ellipses, 2013, 368 p., 19 €.

Texte intégral

  • 1 Georges Vidal, La Grande Illusion ? Le Parti communiste français et la Défense nationale à l’époque (...)

1Georges Vidal, professeur agrégé et docteur en histoire, est déjà l’auteur d’un ouvrage remarqué sur le Parti communiste français (PCF) et la question de la Défense nationale 1. Il se propose ici d’établir une histoire générale des communismes au xxe siècle. Prenant ses distances avec l’historiographie totalitariste, le pluriel du titre indique le positionnement de l’auteur qui questionne en permanence la dialectique diversité/unité du mouvement communiste au xxe siècle. On peut cependant regretter que cette prise de distance, visible dans l’introduction, se tarisse peu à peu au fil de l’ouvrage. Le but, précisé dans l’introduction, est l’écriture d’une histoire essentiellement politique, « les autres aspects venant en complément lorsqu’ils permettent d’éclairer certains événements ou processus » (p. 12). Pour Georges Vidal, l’histoire des communismes se divise en deux grands temps, le premier étant celui de l’expansion, du dynamisme, sur une période courant de 1917 à 1953. Puis « une phase marquée par une évolution polycentrique » (p. 16) et l’épuisement de la dynamique. Chacune de ces deux parties est divisée en six chapitres, affinant ce qui pourrait apparaître au premier regard comme un plan assez sommaire. L’ouvrage, loin d’être focalisé sur l’URSS, même s’il tient compte de son évidente dimension centrale, s’attache aux « périphéries » du communisme et consacre plusieurs passages aux grandes dissidences du mouvement.

2C’est un exercice peu aisé que de rendre compte d’un ouvrage de ce type. L’ampleur du travail accompli, et dans le même temps le nécessaire esprit de concision de l’auteur, suscitent à la fois la satisfaction et la frustration du lecteur. Nous reviendrons ici sur quelques points précis, puis nous finirons sur quelques remarques d’ordre plus général.

3Concernant tout d’abord le PCF, Georges Vidal nous délivre dans sa première partie une pertinente analyse politique et sociologique de l’évolution de ce parti. Si les changements réalisés lors du passage du « classe contre classe » à la stratégie de Front populaire sont bien relevés, il nous semble important de formuler une remarque. Georges Vidal, en effet, semble oublier le lien entre la mise en avant de la question nationale et la lutte contre le fascisme. Les « nouveautés » du moment Front populaire, officialisées lors du VIIe congrès de l’Internationale communiste, sont toutes liées. On ne peut concevoir comme des éléments séparés la politique de main tendue, l’affirmation, à côté de l’internationalisme et du drapeau rouge, du patriotisme et du tricolore, l’appui aux revendications ouvrières, etc. Ceux-ci sont pensés dans la perspective, dans le cadre de la lutte antifasciste. Se réclamer de la nation, c’est aussi une manière pour les communistes de couper l’herbe sous le pied des groupes d’extrême droite.

  • 2 Sur ce thème, lire Christophe Chiclet, Les communistes grecs dans la guerre, l’Harmattan, 1987, 324 (...)

4Toujours en Europe, on peut regretter le manque de précision sur la situation grecque, que ce soit dans la première ou dans la seconde partie de l’ouvrage. Des précisions qui, à notre sens, auraient eu tout à fait leur place pour éclairer le lecteur. Prenons d’abord l’exemple de la Seconde Guerre mondiale et de la guerre civile en Grèce. La résistance antifasciste grecque est justement considérée comme l’une des plus importantes d’Europe, aux côtés de la lutte des partisans yougoslaves ou russes. Mais l’erreur des communistes grecs aurait été de vouloir faire la révolution dès le lendemain de la guerre, désobéissant au Kremlin et provoquant la riposte britannique (p. 157). Or, c’est faire abstraction du fait que les communistes auraient largement remporté d’éventuelles élections libres, mais qu’ils se heurtèrent dès 1944 à une terreur blanche (assassinats de résistants et de militants communistes) soutenue par les forces britanniques, période qui culmina en 1946 avec le déclenchement « officiel » de la guerre civile entre forces communistes et armée monarchiste, composée pour une large part d’anciens cadres de la collaboration, et qui s’acheva en 1949 2. Ces événements de Grèce éclairent aussi une partie de la stratégie soviétique et des PC occidentaux à la Libération. De même, pour la période plus récente des années 1990 et du début des années 2000, le Parti communiste portugais est considéré comme « l’unique organisation communiste traditionnaliste ayant conservé une relative importance » (p. 342). Or, le PC de Grèce (KKE) se maintient fort bien lui aussi durant ces années, avec un score électoral tournant autour de 10 % et restant la troisième force du pays, jusqu’aux récentes élections de 2012 où il tombe sous la barre des 5 %.

5L’intérêt de l’auteur pour la question nationale est par ailleurs un de ses principaux axes de travail. Que ce soit sur les « périphéries du communisme », la Chine, le monde arabe ou l’Amérique latine, ou sur ces « centres », Georges Vidal s’attache à démontrer fort justement l’importance de ce thème. Nous appuyons son propos lorsqu’il relève, par exemple, que la grande force du communisme cubain est d’avoir été identifié à la cause de l’indépendance nationale par une grande majorité de la population (p. 337), ou encore lorsqu’il souligne le rôle du patriotisme jouant pour une bonne part dans le ralliement de cadres de l’armée tsariste au nouveau régime bolchevik (p. 33).

6Si le lecteur spécialisé dans l’histoire du mouvement communiste n’apprendra pas grand-chose de nouveau dans l’ouvrage de Georges Vidal, celui-ci a le mérite, entre autres, de soulever une série de questions intéressantes, d’envisager de nouvelles pistes de travail et de réflexion, ou d’en dépoussiérer d’anciennes. Par exemple, sur le rôle de l’immigration italienne au sein des PC occidentaux (p. 204), sur les tentatives du Parti communiste français de jouer les intermédiaires entre Russes et Chinois dans les années 1950 (p. 205), sur les relations en Amérique latine entre les mouvements anti-impérialistes et les PC (p. 224), ou encore sur les difficultés stratégiques des PC de France et d’Italie dans les années 1970 (p. 264). Sur ce dernier point, Georges Vidal insiste avec raison sur la tension permanente qui habite ces PC, entre l’adaptation aux évolutions de leur société et la fidélité à l’engagement révolutionnaire. Réduire cette dialectique à un affrontement entre « conservateurs » et « réformateurs » nous paraît cependant un peu réducteur.

  • 3 Notamment Julian Mischi, Servir la classe ouvrière. Sociabilités militantes au PCF, Rennes, PUR, 20 (...)
  • 4 Par exemple Julian Mischi, « Pour une histoire sociale du déclin du PCF », dans Florence Haegel (di (...)

7Quelques manques importants doivent par ailleurs être soulignés. Relevée par d’autres lecteurs, l’absence de toute mention du communisme indonésien est fort regrettable. Rappelons qu’en 1965, les communistes du PKI (Parti communiste indonésien) furent victimes d’une terrible répression qui conduisit au massacre de 500 000 à 1 million de ses supposés membres ou sympathisants. Un tel épisode méritait d’être signalé. Le continent africain fait également figure de parent pauvre du mouvement communiste international, sans même une mention du rôle joué par les communistes et l’Union soviétique dans la lutte contre le régime d’apartheid en Afrique du Sud. Il nous semble également dommage de n’avoir pas fait référence aux travaux de Julian Mischi sur le PCF, à la fois sur les sociabilités communistes 3et les liens entre évolution sociologique et évolution de la ligne politique 4, travaux qui de toute évidence furent assimilés avec bonheur par l’auteur.

8Enfin, on peut regretter que le mot de la fin soit accordé à Alexandre Soljenitsyne, lorsque celui-ci use du terme « vaccin » (p. 356) pour désigner l’anticommunisme. De la part d’un admirateur de Francisco Franco, voilà qui n’augure rien de bon et s’éloigne fort de l’esprit d’un ouvrage qui, sur nombre de sujets – pacte germano-soviétique (p. 132 à 135), état de l’Armée rouge à la veille de la Seconde Guerre mondiale (p. 138), par exemple – s’avère heureusement nuancé.

9Nous conclurons en observant que Georges Vidal livre un fort bon travail de synthèse. Par un incessant jeu d’échelles entre l’international et le national, il ne se contente pas d’une simple description des politiques communistes, mais d’une véritable explication, plus ou moins approfondie selon les pays, mais qui éclairera de manière pertinente le lecteur. Les manques relevés sont consubstantiels à ce type d’ouvrage. Nous recommandons donc, et tout particulièrement aux étudiants, la lecture de cette Histoire des communismes au xxe siècle.

Haut de page

Notes

1 Georges Vidal, La Grande Illusion ? Le Parti communiste français et la Défense nationale à l’époque du Front populaire, Lyon, PUL, 2006, 484 p.

2 Sur ce thème, lire Christophe Chiclet, Les communistes grecs dans la guerre, l’Harmattan, 1987, 324 p. et plus récemment Joëlle Fontaine, De la résistance à la guerre civile en Grèce, 1941-1946, Paris, La Fabrique, 2012, 384 p.

3 Notamment Julian Mischi, Servir la classe ouvrière. Sociabilités militantes au PCF, Rennes, PUR, 2010, 342 p.

4 Par exemple Julian Mischi, « Pour une histoire sociale du déclin du PCF », dans Florence Haegel (dir.), Partis politiques et système partisans, Paris, Presses de Sciences-Po, 2007, chap. 2, p. 69-101.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dimitri Manessis, « Georges Vidal, Histoires des communismes au xxe siècle  », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 126 | 2015, mis en ligne le 08 février 2015, consulté le 29 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4246

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page