Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Sonia Combe, Une vie contre une autre : échange de victime et modalités de survie dans le camp de Buchenwald

Paris, Fayard, 2014, 336 p., 19 €.
Constance Margain
Référence(s) :

Sonia Combe, Une vie contre une autre : échange de victime et modalités de survie dans le camp de Buchenwald, Fayard, Paris, 2014, 336 p., 19 €.

Texte intégral

1L’ouvrage de Sonia Combe commence par cette phrase de Primo Levi : « La condition d’offensé n’exclut pas la faute et souvent celle-ci est grave objectivement, mais je ne connais pas de tribunal humain auquel en déléguer la mesure. » La problématique posée par l’historienne prend sens à cette lecture et illustre une démarche originale de recherche.

2Sonia Combe a commencé sa réflexion à partir d’un article du quotidien allemand Die Süddeutsche Zeitung du 25 février 2012, qui relatait le différend porté devant la justice entre un survivant du camp de concentration de Buchenwald, Stefan Jerzy Zweig, et le directeur du mémorial de ce camp. Ce dernier accolait au nom du premier le bénéfice de la vie grâce à un « échange de victime », qualification qui demeure insupportable pour S. J. Zweig.

3À partir de cet exemple, totalement incongru selon l’auteur puisque S. J. Zweig ne fut en rien responsable de sa survie (il était un enfant de trois ans au moment des faits), Sonia Combe « évalue dans quelle mesure la substitution d’une personne à une autre a pu faire partie des modalités de survie dans les camps de concentration » (p. 29) et examine « la réécriture du rôle de la résistance antifasciste à laquelle la pratique de l’échange a conduit ». Elle reconnaît qu’il s’agit « d’un objet de recherche malaisé » (p. 33) qui renvoie à cette fameuse « zone grise » décrite par Primo Levi : les choix, ou ce qui était considéré comme tel, pour rester en vie dans des conditions extrêmes. Cela comprenait des formes de collaboration avec les autorités du camp et l’échange à partir du numéro de matricule, c’est-à-dire l’envoi d’une autre personne dans un convoi pour la mort.

4Cette pratique a sauvé la vie d’Irme Kertész, de Jorge Semprun, de Stéphane Hessel, d’Elie Wiesel et d’autres, passés par Buchenwald. L’échange, un nom barré et remplacé par un autre sur une liste établie par les SS, était une modalité de survie, une entrée dans la « zone grise », tout comme voler des chaussures, manger le repas d’un autre, prendre une place assise à la place d’un détenu. La spécificité du choix d’échange de victime est qu’il a été mis en œuvre principalement par les communistes, qui formaient dans le camp de Buchenwald un réseau de résistance solide car discipliné et organisé.

5La question qui se pose, liée à la mémoire de ce phénomène, est de savoir si « la survie des antifascistes, plus précisément des communistes » peut être imputée à la pratique de l’échange et si elle s’est faite « au détriment des autres déportés » (p. 51). Cette interrogation soulève deux problématiques qui s’entremêlent : comment déceler l’usage politique du passé qui ne ferait de l’antifascisme qu’un mythe – sachant que l’histoire de « la résistance antifasciste a pâti du discrédit […] des dirigeants communistes » (p. 51) – sans céder à une certaine idéalisation de ce même passé, marquée idéologiquement dans l’espace soviétique ?

6Le travail de Sonia Combe s’inscrit dans l’historiographie du temps présent. Elle appelle à une vigilance sans cesse renouvelée de l’écriture de l’histoire. Ses sources, dont elle détaille souvent le contenu, sont importantes à connaître pour la compréhension de sa démarche. Elle a eu accès aux archives de David Rousset, elle s’appuie sur son livre Les jours de notre mort, sur celui d’Eugen Kogon, L’État SS, sur les témoignages enregistrés de la Shoah Foundation mise en place par Steven Spielberg à Washington, sur le rapport de Buchenwald (collecte de témoignages par les Américains dès l’ouverture du camp), sur des témoignages de médecins du camp, sur les archives de la Stasi…

  • 1 Lutz Niethammer, Der gesäuberte Antifaschismus. Die SED und die roten Kapos von Buchenwald, Berlin, (...)
  • 2 Entretien de Sonia Combe dans « La Fabrique de l’histoire » (France Culture), le 31/01/2014 : http: (...)

7Grâce à ces archives, elle relate le rôle des acteurs et des lieux d’échange (chapitre 1), principalement l’infirmerie et le bureau de composition des kommandos de travail et des transports, mais aussi les stratégies de survie (chapitre 2) comme, par exemple, l’usage de la connaissance de l’allemand ou des compétences utiles (coiffeur, maçon, musicien, chimiste, etc.), la débrouillardise, le maintien d’un aspect humain (rester propre, rasé…) en gardant une discipline de vie pour lutter mentalement contre la déchéance provoquée par la vie dans le camp. Ces stratégies individuelles étaient rendues possibles par l’appartenance à un groupe politique ou religieux défendant un idéal, mais aussi par une entraide organisée.

8Cette étude permet à l’auteur d’interroger le sentiment de culpabilité qui a habité tous les survivants de la Shoah (chapitre 3). Ce sentiment était lié à une situation qui seule a existé dans l’univers concentrationnaire : comment expliquer sa survie par la mort d’un autre (chapitre 4) ? Elle reprend une interrogation sous-jacente au sujet : les communistes ont-ils sacrifié leurs ennemis politiques ? De fait, les communistes n’ont pas été dans les camps des bourreaux et s’il y a bien eu des victimes politiques, certains témoignages (dont ceux de David Rousset ou d’Irme Kertész) rendirent hommage à la fraction communiste du camp. Cependant, la solidarité ethnique et politique a joué le rôle principal dans cette stratégie de survie d’échange de détenus et de traitement préférentiel. L’étude des usages politiques du passé permet d’approfondir ces interrogations.

9Sonia Combe étudie le traitement dont firent l’objet après 1945 les actions des communistes, pour l’essentiel des Allemands, à la fois du côté américain et en RDA. L’analyse du sauvetage de l’enfant juif Zweig illustre les problématiques mémorielles dont l’auteur se fait l’écho. Ce cas est en effet connu à travers la parution d’un roman de Bruno Apitz, Nu parmi les loups, succès de librairie en RDA publié en 1958, et d’un film éponyme. Film et roman sont devenus au fil des ans les symboles de l’histoire de la Shoah pour le public est-allemand, au même titre que Nuit et Brouillard en France. Ce sauvetage a été réalisé par les communistes du camp de Buchenwald, notamment Ernst Busse, le responsable du Revier (l’infirmerie). Sonia Combe s’attarde sur la destinée de celui qui, avec Walter Bartel et Harry Kuhn, dirigeait le réseau de résistance de Buchenwald. Député communiste au Reichstag, à partir de 1937 à Buchenwald, il mourut en 1952 dans le goulag de Vorkuta. Il avait été accusé par les autorités militaires russes de n’avoir rien fait pour les détenus soviétiques du camp.

10Destinée tragique de ces résistants communistes dont le poids moral gênait ceux qui revenaient d’URSS pour diriger l’Allemagne de l’Est. Sonia Combe montre, archives à l’appui, que ces accusations furent avant tout politiques, sans manquer de s’interroger sur la violence de ces combattants de l’ombre. De fait, l’historienne doit aussi reconnaître « l’arbitraire barbare de l’histoire » (Irme Kertész) dans la manière dont sont considérés les communistes aujourd’hui dans l’opinion publique, par les historiens et les médias. Ainsi, par un retournement de l’histoire, le rôle à Buchenwald d’Ernst Busse, communiste et victime stalinienne, se voit de nouveau mis en cause après 1989. Ce positionnement est appuyé par des analyses d’historiens de renom comme Lutz Niethammer, dont Sonia Combe critique le conformisme envers l’idéologie ambiante. En effet, dans l’ouvrage qu’il a dirigé, Der gesäuberte Antifaschismus. Die SED und die roten Kapos von Buchenwald 1, le comportement des communistes et leur résistance dans le camp sont mis en doute et condamnés.

11Le travail de Sonia Combe permet d’ouvrir le champ à de nouvelles recherches. La prise en compte de la dimension politique de l’écriture de l’histoire, à travers sa mémoire et son historiographie, engage le lecteur à réfléchir aux usages de l’histoire. Par ailleurs, la prosopographie des médecins des camps pourrait être entreprise 2, et finalement une étude anthropologique du fonctionnement des camps devrait permettre une meilleure compréhension de leurs conditions de vie, thématique peu développée dans la recherche actuelle.

12Cet ouvrage apporte un regard totalement novateur sur des histoires que l’on pourrait qualifier de « croisées » : celles du communisme et du nazisme. Il ne s’agit plus d’en faire deux totalitarismes créateurs d’un système unique et monstrueux, servant deux idéologies où le goulag serait antérieur à Auschwitz (Ernst Nolte), mais de les confronter par le vécu de leurs acteurs. Sonia Combe a choisi principalement l’Allemagne comme laboratoire d’étude, car ce pays représente un lieu de confrontation sans pareil. Ainsi, l’historienne emprunte un chemin de traverse dans le champ historiographique contemporain.

13Dans cet ouvrage, le lien mémoire/histoire est justifié par le danger d’une « rupture » qui pourrait exister dans l’historiographie européenne, si la délégitimation de l’histoire du communisme continue à prendre les proportions que l’on connaît en Allemagne 3. Cette « rupture » détruirait finalement non seulement une mémoire, mais empêcherait toute écriture de l’histoire. Par un retournement idéologique, les méfaits dénoncés par les uns deviendraient une réalité pour tous, à savoir la confiscation et l’utilisation politique de l’histoire européenne du fascisme et de l’antifascisme.

  • 4 Irme Kertész, L’Holocauste comme culture, Actes Sud, 2009.

14Dans le dernier paragraphe, Sonia Combe va plus loin. Tout comme l’écrivain Irme Kertész 4, elle évoque l’appartenance de la Shoah à l’histoire européenne, et pas seulement allemande, pour conclure qu’il s’agit de penser son horreur factuelle à cette échelle pour appréhender, dans une perspective commune, le projet européen.

Haut de page

Notes

1 Lutz Niethammer, Der gesäuberte Antifaschismus. Die SED und die roten Kapos von Buchenwald, Berlin, Akademie, 2005 [1994].

2 Entretien de Sonia Combe dans « La Fabrique de l’histoire » (France Culture), le 31/01/2014 : http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire-histoireactualites-du-vendredi-31-janvier-2014-2014-01-31

3 Sonia Combe, « Usages politiques du passé en Allemagne » : http://vimeo.com/22366088 (voir à partir de 6’00).

4 Irme Kertész, L’Holocauste comme culture, Actes Sud, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Constance Margain, « Sonia Combe, Une vie contre une autre : échange de victime et modalités de survie dans le camp de Buchenwald », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 126 | 2015, mis en ligne le 26 janvier 2017, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4244

Haut de page

Auteur

Constance Margain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page