Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Jean-Luc Chappey, Ordres et désordres biographiques. Dictionnaires, listes de noms, réputation, des Lumières à Wikipédia

Paris, Champ Vallon, 2013, 400 p., 27 €.
Antonin Durand
Référence(s) :

Jean-Luc Chappey, Ordres et désordres biographiques. Dictionnaires, listes de noms, réputation, des Lumières à Wikipédia, Paris, Champ Vallon, 2013, 400 p., 27 €.

Texte intégral

  • 1 Jean-Claude Waquet, La Conjuration des dictionnaires. Vérité des mots et vérité de la politique dan (...)
  • 2 Histoires de vies. Actes du colloque de 1994, Paris, Presses universitaires de la Sorbonne, 1996 ; (...)

1Depuis longtemps, l’historiographie a donné à l’émergence du dictionnaire la place qu’elle méritait comme genre entre le xviie et le xixe siècles 1. Il n’en allait pas de même du dictionnaire biographique, même si le sujet avait été exploré par des colloques déjà anciens 2. Il y a, dans l’émergence d’entreprises parfois considérables de compilations de noms et de biographies, davantage qu’un sous-genre du dictionnaire, puisqu’elle soulève des enjeux politiques de construction des réputations et d’écriture de l’histoire qui lui sont spécifiques. L’absence de travaux d’envergure sur ce thème autour de la Révolution française est palliée par l’ouvrage important que Jean-Luc Chappey a consacré au sujet, ouvrage tiré de l’habilitation à diriger des recherches qu’il a soutenue dans le cadre de l’Institut d’histoire de la Révolution française.

2Si le livre s’ouvre sur une analyse monographique du dictionnaire biographique le plus emblématique, la Biographie universelle des frères Michaud, il se poursuit à rebours en allant chercher avant la Révolution, et plus généralement pendant la longue période qui encadre la Révolution, les origines du genre et de son importance croissante dans l’espace social. L’ouvrage en revient alors à une progression plus chronologique, qui le voit successivement aborder les dictionnaires des Lumières, les listes de noms de la période révolutionnaire et les concurrences entre dictionnaires au début du xixe siècle, avant un dernier chapitre en forme d’appendice qui démontre combien les débats sur la fonction sociale des dictionnaires biographiques trouvent d’échos dans les controverses qui entourent actuellement le rôle de Wikipédia dans la communauté scientifique.

3La grande force du livre réside dans son ambition de démontrer une thèse paradoxale de prime abord : l’introduction de l’ordre alphabétique comme critère de classement des noms propres serait elle-même porteuse de désordre social, en ce qu’elle remet en cause l’ordre hiérarchique et met sur le même plan des personnalités de valeur inégale. Cette mise à niveau des réputations est donc indissociable des évolutions politiques dont elles participent, et qui trouvent dans la Révolution française leur expression la plus forte. Fort de l’analyse extensive d’un corpus très riche de dictionnaires, mais aussi de listes de noms et de notices biographiques, ainsi que de leur réception dans les différents lieux de la critique littéraire, Jean-Luc Chappey établit cette affirmation d’une manière qui paraît indiscutable, et contribue ainsi à faire du dictionnaire biographique un objet essentiel de l’histoire politique, qui reflète par sa forme même une entreprise de réorganisation du monde social sur des critères nouveaux, en même temps qu’il construit la réputation des acteurs de cette période. On voit ainsi un nouvel ordre social émerger, en même temps que l’alphabet réordonne les personnages historiques et contemporains.

  • 3 Philippe Bourdin et Jean-Luc Chappey (dir.), Réseaux et sociabilités littéraires en Révolution, Cle (...)

4L’analyse du rôle des biographies dans la construction des réputations des hommes illustres dont elles retracent la vie se double de celle des auteurs de biographies, qui usent à leur tour du dictionnaire pour asseoir leur propre réputation. L’étude minutieuse des différents auteurs de la Biographie universelle des frères Michaud montre combien cette entreprise, en voulant offrir une référence universelle et consensuelle de connaissance biographique, a contribué à refaçonner le paysage littéraire français en renforçant la légitimité de certains auteurs tout en en écartant d’autres, que l’on retrouve bien souvent dans les entreprises concurrentes ou tenant la plume des critiques les plus acerbes. Cette double logique est à la base du néologisme forgé par Jean-Luc Chappey, la « biocratie », qui marque à la fois l’importance pour être reconnu de bénéficier d’un article dans les dictionnaires biographiques et le pouvoir que cela confère aux auteurs et aux directeurs de ces ouvrages dans le champ littéraire. Cette double entrée dans la construction des réputations permet d’articuler l’histoire littéraire proprement dite avec l’histoire sociale et politique de la France autour de la Révolution, dans la droite ligne des travaux précédents de Jean-Luc Chappey, qui exploraient les relations entre sociabilités scientifiques, philosophiques, littéraires, et l’histoire politique 3.

5Le parallèle qui est mené avec Wikipédia, où les hiérarchies intellectuelles sont profondément remises en cause – la voix de l’universitaire n’y a pas de prépondérance sur celle du profane plus ou moins éclairé – se révèle de ce point de vue particulièrement pertinent. D’une époque où la disparition d’une hiérarchie entre les objets des biographies apparaissait comme une remise en cause de l’ordre social, les encyclopédies participatives font entrer dans une nouvelle ère où c’est la hiérarchie des auteurs qui devient floue et remet en cause l’institution universitaire dans son autorité.

6Malgré l’ambition chronologique affichée par le titre du livre, qui va « des Lumières à Wikipédia », le cœur de l’ouvrage porte bel et bien sur la période dont Jean-Luc Chappey est un spécialiste reconnu, la Révolution française, envisagée ici dans une périodisation large, des Lumières jusqu’à la Restauration. L’extension de la période jusqu’à Wikipédia se fait au prix d’une ellipse considérable, qui néglige par exemple les grandes entreprises lexicographiques et encyclopédiques de la seconde moitié du xixe siècle. Mais même dans cette réflexion sur l’histoire la plus récente, ce sont les articles portant sur la Révolution qui sont analysés avec le plus de détails, pour montrer combien l’enjeu de l’écriture biographique de quelques-uns des personnages les plus emblématiques de la Révolution demeure un enjeu essentiel de la construction de la mémoire collective.

7Si l’objet du livre est construit en fonction d’une problématique cohérente, on peine parfois malgré tout à saisir l’unité du corpus : il va au delà des simples notices biographiques, puisqu’il inclut des listes de noms que n’accompagne aucune notice, en particulier celle des listes noires de jacobins ou de panthéons de grands hommes. D’un autre côté, si l’ordre alphabétique apparaît comme le critère essentiel de construction de l’objet, on trouve parfois dans le corpus des éléments qui ne s’y soumettent pas, à commencer par Wikipédia qui rend justement ce type de classification caduque. C’est que l’unité du livre réside moins dans la constitution d’un corpus homogène que dans un questionnement sur la construction de la réputation – celle du biographe comme celle de son objet d’étude – et sur ses usages dans l’espace politique. Cet ouvrage ouvre en tout cas un champ de réflexion d’histoire des réputations, qui appelle des élargissements géographiques, thématiques et chronologiques plus que prometteurs.

Haut de page

Notes

1 Jean-Claude Waquet, La Conjuration des dictionnaires. Vérité des mots et vérité de la politique dans la France moderne, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2000 ; Béatrice Didier, Alphabet et raison. Le paradoxe des dictionnaires au xviiie siècle, Paris, PUF, 1996.

2 Histoires de vies. Actes du colloque de 1994, Paris, Presses universitaires de la Sorbonne, 1996 ; Réflexions sur les sources écrites de la « biographie politique ». Le cas du xixe siècle, journée d’études de Paris 1 et du CNRS, 13 novembre 1999, Paris, CNRS, 2000.

3 Philippe Bourdin et Jean-Luc Chappey (dir.), Réseaux et sociabilités littéraires en Révolution, Clermont-Ferrand, Presses de l’Université Blaise Pascal, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antonin Durand, « Jean-Luc Chappey, Ordres et désordres biographiques. Dictionnaires, listes de noms, réputation, des Lumières à Wikipédia », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 126 | 2015, mis en ligne le 08 février 2015, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4242

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page