Navigation – Plan du site
UN CERTAIN REGARD

Justifier l’impérialisme américain ? Retour sur une série typique de l’ère George W. Bush

À propos de 24 heures chrono, série américaine créée par Joel Surnow et Robert Cochran, produite et diffusée entre 2001 et 2014 (9 saisons).
Chloé Maurel
p. 207-210

Texte intégral

1Les films américains, diffusés dans le monde entier, ont souvent été orientés pour servir les objectifs de la politique étrangère des États-Unis. Des films comme Les Bérets verts (1968) à l’époque de la guerre du Vietnam, qui débutait par une longue justification de l’intervention américaine dans ce pays, ou Top Gun (1986), qui mettait en scène un affrontement entre aviation américaine et soviétique, sont révélateurs des liens étroits entre Hollywood et le Pentagone. De nos jours, cette propagande passe aussi par le biais de séries télévisées. Ainsi, la série 24 heures chrono, diffusée aux États-Unis à partir de novembre 2001, apparaît étroitement liée au contexte de la lutte des États-Unis contre le terrorisme islamiste, donc très représentative de l’état d’esprit américain depuis le 11 septembre 2001.

2Cette série haletante qui se déroule « en temps réel » (les 24 épisodes d’une heure chacun constituant chaque saison présentent une action continue qui se déroule sur une même journée de 24 heures) est centrée autour du personnage de Jack Bauer, incarné par l’acteur Kiefer Sutherland. Agent de la CTU, « Counter-Terrorist Unit » (en français cellule antiterroriste), une branche fictive de la CIA chargée de traquer les terroristes et d’éviter le déclenchement d’attentats sur le sol des États-Unis, il s’emploie de manière héroïque à protéger son pays des attaques terroristes, et pour cela a souvent recours à des moyens illégaux.

3Produite par des proches du camp des « faucons » de l’administration George W. Bush, la série a été diffusée aux États-Unis sur la chaîne Fox, dirigée par Rupert Murdoch et marquée par une orientation politique ultraconservatrice. On a pu reprocher au scénario, écrit par Joel Surnow et Robert Cochran, de viser à légitimer l’usage de la torture (on voit ainsi 67 scènes de torture dans l’ensemble de la série), ainsi que la surveillance généralisée de la population.

4Si l’origine des ennemis varie au cours des 9 saisons de la série (Serbes, Mexicains, Arabes, Turcs, Russes, Chinois), c’est souvent autour de terroristes islamistes que se concentre l’action. La manière caricaturale dont sont présentés les terroristes islamistes (dépeints comme cruels, fanatiques, jusqu’au-boutistes), apparaît propre à attiser les tensions et à accroître le rejet dont la population arabe et/ou musulmane a fait l’objet de la part de la société américaine dans les années suivant le 11 septembre 2001.

5Dévoué à la défense de son pays et des citoyens américains, Jack Bauer est très souvent amené à enfreindre les règles de la Constitution américaine et des droits de l’homme, enchaînant tortures, emprisonnements injustifiés, exécutions sommaires. Certains observateurs critiques ont estimé que le scénario viserait sciemment à convaincre le spectateur du bien-fondé de l’usage de la torture et de la nécessité de passer outre les règles de droit dans des situations de menace terroriste. Ainsi, en torturant ou assassinant de dangereux terroristes sans en avoir le droit, Jack Bauer apparaît souvent comme un sauveur dont l’action musclée permet d’éviter in extremis le déclenchement d’attentats dévastateurs. Ses actes, qui s’affranchissent de toute règle de droit, sont souvent accomplis sous sa propre responsabilité, en marge de la CTU. Mais au bout du compte les responsables de CTU et de la Maison-Blanche finissent toujours par lui donner raison et par lui être reconnaissants.

6La série a donc pu être vue comme un soutien à la politique de guerre préventive en Irak menée par George W. Bush, et présente les idées pacifistes comme une manifestation d’irresponsabilité et de faiblesse d’esprit. Ainsi, l’ONG Amnesty International, à peine masquée sous le nom d’Amnesty Global, est présentée comme une organisation qui donnerait l’impunité aux terroristes et empêcherait les défenseurs de la patrie d’agir efficacement pour les neutraliser, donc une organisation qui irait à l’encontre des intérêts du pays. Par ailleurs, l’emprisonnement préventif arbitraire de simples suspects au « faciès » (d’apparence basanée) se voit lui aussi justifié par les événements qui suivent, ce qui peut être interprété comme une volonté des scénaristes de convaincre du bien-fondé de l’existence du camp de Guantanamo et des prisons secrètes de la CIA.

7Enfin, dans la série, la CTU est aux commandes d’un gigantesque système de surveillance de la population (non seulement des citoyens américains mais même au delà) : fichage généralisé, accès aux données personnelles les plus détaillées, visionnage des films de toutes les caméras de surveillance du pays, écoute de toutes les conversations téléphoniques, piratage des ordinateurs personnels… Le scénario présente ce système ultra-perfectionné comme bénéfique, car permettant de repérer et de neutraliser les ennemis de la patrie. L’informaticienne surdouée aux commandes de ce système, Chloe O’Brian, apparaît comme l’un des personnages les plus positifs de la série.

8Ainsi cette série, qui a eu au plus fort de son succès en 2006 jusqu’à 14 millions de téléspectateurs et a remporté vingt Emmy Awards, a-t-elle pour objectif de convaincre l’opinion, par le biais du divertissement, du bien-fondé de la torture, de la détention arbitraire, de la surveillance des individus ? Les scénaristes et producteurs s’en défendent et font valoir qu’ils ont au contraire été progressistes et audacieux en mettant en scène un président des États-Unis noir : avec le personnage positif de David Palmer, la série aurait même selon certains joué un rôle non négligeable dans l’élection de Barack Obama, en habituant les Américains à l’idée d’avoir un président noir, chose qui quelques décennies auparavant aurait paru impensable à la majorité d’entre eux. De plus, dans la saison 7, le président est une femme. Par ailleurs, dans la saison 2, le terroriste recherché n’est finalement pas le jeune musulman soupçonné au début, mais, contre toute attente, une jeune et jolie Américaine de bonne famille, et les terroristes de cette saison sont manipulés par d’influents hommes d’affaires américains, dont le but est de provoquer une guerre pour leurs propres intérêts pétroliers. Ainsi, la fin de la saison 2 peut être interprétée comme une critique de la politique de George W. Bush. En outre, dans la saison 5, le président, Charles Logan, un WASP (« White Anglo-Saxon Protestant », c’est-à-dire membre de l’élite américaine traditionnelle) manifestement ultraconservateur, se révèle à la fin coupable de haute trahison à l’encontre de son pays et de ses citoyens : en effet, compromis par ses liens avec les milieux d’affaires, il a lui-même couvert l’organisation d’attentats meurtriers ayant tué des Américains, et se montre prêt à provoquer la mort de milliers d’autres citoyens américains pour servir les intérêts économiques des milieux d’affaires. Ce scénario est effectivement audacieux par le rapprochement que l’on peut y voir avec le président George W. Bush et les soupçons que certains ont émis à son encontre concernant son implication dans l’organisation des attentats du 11 septembre 2001. Le scénario accuserait-il implicitement George W. Bush (à travers le personnage de Charles Logan) de haute trahison ?

9Le succès de la série, et en particulier de ses meilleures saisons comme la saison 5, repose justement sur ses ambiguïtés et sur l’habileté de son scénario qui parvient à éviter d’être trop manichéen. Au total cependant, cette série apparaît clairement comme une apologie de la CIA et des actions souterraines qu’elle accomplit, en dehors de toute règle de droit : tortures, emprisonnements arbitraires, exécutions sommaires, surveillance des citoyens, des méthodes typiques de l’ère George W. Bush. Depuis, les révélations récentes d’Edward Snowden sur la surveillance généralisée effectuée par la CIA dans le monde entier ont fait évoluer les mentalités, en suscitant un choc dans la population mondiale et notamment américaine. Quant à la saison 8 de la série, elle désigne comme ennemis les Russes, ce qui reflète la situation actuelle préfigurant pour certains une « nouvelle guerre froide » entre les États-Unis et la Russie. Ainsi, cette série apparaît comme un intéressant miroir déformant permettant d’analyser la représentation par les États-Unis des relations internationales.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/4241/img-1.png
Fichier image/png, 844k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chloé Maurel, « Justifier l’impérialisme américain ? Retour sur une série typique de l’ère George W. Bush », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 126 | 2015, 207-210.

Référence électronique

Chloé Maurel, « Justifier l’impérialisme américain ? Retour sur une série typique de l’ère George W. Bush », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 126 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 26 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4241

Haut de page

Auteur

Chloé Maurel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page