Navigation – Plan du site
LES CAHIERS RECOMMANDENT

Les Cahiers recommandent…

Anne Kienast, Chloé Maurel, Frank Noulin et Jean-François Wagniart
p. 211-222

Spectacles

Guerre à la guerre ! 

Putain de Guerre !, spectacle itinérant de Jacques Tardi et Dominique Grange, inspiré de la bande dessinée de Jacques Tardi (dessin) et Jean-Pierre Verney (scénario), Putain de guerre !, parue en deux tomes chez Casterman :

1914-1915-1916, 2008.

1917-1918-1919, 2009.

Ces deux tomes ont été rassemblés en un seul volume chez Casterman en 2014 (25 €).

Des mêmes auteurs : C’était la guerre des tranchées, Casterman, 1993.

Voir aussi le livre-disque, Des lendemains qui saignent (chansons : Dominique Grange, dessins : Jacques Tardi, textes : Jean-Pierre Verney), Production « Juste une Trace »/Institut des Métiers de la Musique/éd. Casterman, 2009.

Pour plus d’informations : http://www.putaindeguerre.com et http://www.amoc.fr/putain-de-guerre/

Image 10000000000002BC00000153D9CE5B61.jpg

Putain de Guerre !, tome 2 (1917), p. 7.

Image 100000000000040C000005782735AAD4.jpg

Affiche de Steinlen (1922).

 

Putain de Guerre ! est une création de Jacques Tardi et Dominique Grange sur la grande boucherie de la Première Guerre mondiale, composée de chansons, de lectures et d’une projection de dessins de Tardi. Sur scène, Tardi et sa compagne, Dominique Grange, chanteuse engagée depuis les années 1960, sont accompagnés par les cinq musiciens du groupe « Accordzéâm ».

Tardi et Dominique Grange nous propulsent dans ce passé si douloureux et si proche : vies défaites par la guerre, horreur au quotidien, souffrances des poilus dans la tranchée, fusillés « pour l’exemple » et gueules cassées.

Dominique Grange chante ses propres textes, mais aussi « Tu n’en reviendras pas » d’Aragon et Léo Ferré, des textes de Montéhus ou de Sébastien Faure et ceux, émouvants, de combattants anonymes comme « La Chanson de Craonne ».

Dans sa lecture, Tardi pose sa voix avec conviction mais sans artifices. Il dit des textes incisifs extraits de la bande dessinée Putain de guerre !, album réalisé avec l’historien Jean-Pierre Verney. Ses dessins sont projetés sur un grand écran et plongent les spectateurs dans une évocation dramatique et sanglante de la « Der des Ders » pendant 1 h 30 d’une rare intensité. Cette force de la révolte se retrouve chez Dominique Grange quand elle chante « Le déserteur » de Boris Vian en choisissant le quatrain final le plus révolutionnaire (l’authentique écrit par Vian) qui fait vibrer la salle :

Si vous me condamnez

Prévenez vos gendarmes

Que j’emporte des armes

Et que je sais tirer.

Merci Boris, Dominique et Jacques de nous rappeler que le pacifisme n’est pas mielleux mais que c’est une véritable lutte et, hier comme aujourd’hui, crions ensemble : « Guerre à la guerre ! »

 

Ouz, une pièce de Gabriel Calderón (Uruguay). Création française en 2013 au théâtre des Quartiers d’Ivry (94), reprise au Studio Casanova d’Ivry en septembre-octobre 2014. Mise en scène d’Adel Hakim.

Image 100000000000015E000001F446B82A67.jpg

Le théâtre des Quartiers d’Ivry, sous la codirection d’Élisabeth Chailloux et d’Adel Hakim, défend la vision d’un théâtre engagé dans la cité, solidaire, soucieux d’égalité et de parité. Tout au long d’une programmation éclectique, il nous propose des spectacles de qualité, qui portent tous un regard acéré sur les sociétés et la condition humaine.

Ce fut à nouveau le cas cette rentrée, avec la reprise de la décapante « Uruguay Trilogie », grand succès de 2013, dont fait partie la pièce « Ouz ». Nous devons cette trilogie à un jeune (né en 1982) et prometteur dramaturge uruguayen, Gabriel Calderón, auteur déjà d’une quinzaine de pièces. Pour comprendre sa démarche, il suffit de le citer : « L’humour et la radicalité sont des moyens de subversion du pouvoir de certaines institutions trop sacralisées dans mon pays : la religion, l’éducation, l’armée, la famille, la mémoire. »

Ouz met en œuvre ce programme sans mollir. Les habitants d’Ouz – ville au nom biblique – montrent une dévotion à toute épreuve. L’une d’entre eux, Grace (sic), reçoit de Dieu l’injonction terrible de sacrifier un de ses deux enfants. Soucieuse d’obéir mais un peu embêtée quand même (lequel choisir ?), elle entraîne tout son entourage dans des vicissitudes de plus en plus grotesques, à travers lesquelles l’auteur se livre à un véritable jeu de massacre. Parmi les cibles, un certain nombre de maladies infantiles de nos sociétés latines (et de bien d’autres), comme le machisme, le sexisme, le goût puéril pour les uniformes, la foi réduite à une obéissance aveugle à des prescriptions absurdes.

L’humour est noir et grinçant, le spectacle réjouissant. La farce va crescendo et culmine dans une bouffonnerie tragique qui n’épargne rien ni personne. La mise en scène d’Adel Hakim, dynamique et fluide, est au service de la force subversive de la pièce, aidée par des acteurs remarquables qui montrent une « pêche » étonnante.

Bref, guettez les prochaines créations d’œuvres de Calderón. Son travail souligne la puissance paradoxale du théâtre : donner à voir grâce à un jeu d’ombres aussi bien les émotions profondes des êtres que l’irréductible violence du jeu social. On pourra trouver la démarche de Calderón outrancière. Mais combien de farces sinistres se jouent chaque jour sur les scènes de Syrie et d’ailleurs ?

– Le texte, traduit par Françoise Thanas, est disponible chez « Actes Sud-Papiers ».

– La citation de Gabriel Calderón est extraite de « Entretien avec Gabriel Calderón », propos recueillis par Irène Sadowska Guillon, Espaces Latinos n° 274, janvier-février 2013, qu’on peut lire sur www.theatre-contemporain.net

– On peut lire des critiques des deux autres pièces de la trilogie « Ore » et « Mi Munequita » sur le net, par exemple www.theatrotheque.com

Littérature et histoire

Élisabeth Filhol, Bois II, P.O.L., 2014.

François Bon, Paysage Fer, Verdier, 2000, publié en poche en 2014.

Image 100000000000012C000001C0F01278C0.jpg

Image 10000000000004FB000008361D081B90.jpg

Regretter le peu d’engagement de la littérature française contemporaine dans les débats politiques et sociaux qui agitent le monde d’aujourd’hui est devenu un tel lieu commun qu’il convient de saluer avec enthousiasme la sortie du nouveau roman d’Élisabeth Filhol, Bois II. L’auteure s’était déjà illustrée en 2010 avec son premier roman, Centrale, qui plongeait le lecteur dans le milieu anxiogène des travailleurs intérimaires chargés des travaux de maintenance les plus dangereux dans les centrales nucléaires françaises.

Aujourd’hui, c’est à la séquestration d’un patron d’usine par ses ouvriers que nous participons, patron éphémère venu « liquider » le site au nom de grandes multinationales. Or, c’est du côté des ouvriers que se place résolument le récit, à travers la voix de la narratrice, déléguée syndicale et mémoire vive de cette usine, la Stecma, et de ceux qui l’ont fait vivre.

Le roman s’ouvre de façon dramatique dans l’attente fébrile du patron, l’organisation de l’action et le réglage des derniers détails. Sous le regard de la narratrice, nous découvrons un groupe de travailleurs soudés mais divers : des hommes qui ont passé la cinquantaine et qui n’espèrent pas de réemploi après la fermeture de l’usine, des jeunes qui comptent surtout sur une prime de licenciement, des femmes qui ont connu d’autres liquidations et dont l’emploi à la Stecma est déjà une reconversion.

Puis arrive Mangin, longtemps attendu, dans son beau 4x4 Mercédès noir, et la mise en scène de la séquestration s’opère, sans violence, comme un ballet parfaitement maîtrisé. C’est au cours des négociations qui suivront que les tensions vont naître entre les grévistes radicaux (« il ne sortira pas d’ici vivant ») et les petits groupes de délégués qui se relaient auprès du patron pour, finalement, obtenir une prime de licenciement moins chiche.

La réussite de Bois II passe par l’équilibre entre l’ancrage précis de l’histoire dans une réalité sociale et géographique, voire géologique : de superbes pages sur ce terroir riche de son ardoise et de son fer, et l’humanité qui la compose. Ces ouvriers venus de Bretagne, ceux dont les origines espagnoles racontent une autre histoire, et les fils de ces femmes et de ces hommes partis au Canada chercher un avenir qu’ils savent ne pas pouvoir trouver où ils sont nés, racontent tous le grand mouvement universel de l’émigration ouvrière.

On peut signaler, à l’occasion de la parution de ce nouveau roman, la réédition chez Verdier de Paysage Fer de François Bon. L’auteur de Sortie d’usine (Éditions de Minuit, 1982) fait le trajet Paris-Nancy en train chaque jour pendant cinq mois. Il se prend petit à petit à faire des repérages, d’abord visuels, des paysages que son train traverse. À partir du défilé des petites gares successives où il ne s’arrête pas, le regard s’élargit et distingue l’espace rural, morne et plat, et l’espace urbain, composé d’usines, souvent à l’abandon. Il isole certains points : une maison, une rue qui passent, puis une enfilade de bâtiments industriels, d’entrepôts de grandes enseignes commerciales dont il égrène les noms, puis les champs à nouveau à perte de vue. De cette énumération méthodique, froide en apparence, naît un sentiment de nostalgie, et aussi de révolte : ce paysage est dévasté, désolé, et on devine que les gens qui l’habitent, absents pourtant de la description, le sont aussi. Mais l’évocation de François Bon, sans négliger la dimension politique de ce constat, rend aussi un hommage poétique à un pays où l’élément liquide, finalement, domine la frénésie des hommes : Marne, Meuse, Moselle, Meurthe…

 

Lire et relire Patrick Modiano, Prix Nobel de littérature 2014.

Image 100000000000017C000001162B9FC5FE.jpg

Patrick Modiano, Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier, Gallimard, 2014.

Patrick Modiano, Romans (volume réunissant dix de ses romans), Gallimard, Quarto, 2013.

L’écrivain français de 69 ans est l’auteur d’une trentaine de romans, dont Rue des boutiques obscures, prix Goncourt en 1978. Au fil de ses œuvres, il crée un univers poétique, mélancolique, où le narrateur est souvent sur les traces d’un passé trouble et d’une identité floue, d’une histoire qui lui échappe.

Dans ses écrits, Patrick Modiano cherche à exorciser une enfance malheureuse et solitaire, entre une mère comédienne flamande, un père qui entre dans la clandestinité pendant l’Occupation pour échapper aux lois antijuives, et un petit frère, Rudy, mort à l’âge de dix ans. Le jeune Patrick est balloté entre foyers et pensionnats. Il trouve ensuite sa voie dans l’écriture, grâce à Raymond Queneau, son professeur particulier de géométrie, avec qui il sympathise et qui le soutient pour faire publier son premier roman, La Place de l’étoile, en 1968.

La période de l’Occupation est centrale dans ses romans. Les personnages, principaux ou secondaires, y sont souvent des êtres un peu perdus, décalés, qui choisissent un peu par hasard leur camp, la collaboration ou la Résistance, qui se retrouvent dans l’une ou l’autre (ou parfois les deux, comme le héros de La Ronde de nuit) sans l’avoir vraiment choisi, comme l’illustre le personnage de Lacombe Lucien, film de Louis Malle sorti en 1974, dont Modiano a écrit le scénario. Cette approche peut paraître contestable pour des historiens objectifs et pour des militants engagés, mais il ne faut pas y voir d’intention réactionnaire chez Modiano, simplement la volonté de ressusciter le milieu trouble dans lequel gravitait son père et le caractère aléatoire de l’existence et des directions que nous prenons.

Dans tous ses romans apparaît le thème de l’incommunicabilité entre les êtres et en même temps de la nostalgie pour des figures, silhouettes ou personnes que l’on a croisées un jour et qui nous hantent longtemps.

Patrick Modiano a publié en octobre 2014 un nouveau roman, Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier, une histoire en forme de labyrinthe mélancolique autour d’un ancien écrivain, d’un carnet d’adresses perdu puis retrouvé, de gens disparus.

Modeste et peu loquace, Patrick Modiano est une figure singulière et sympathique, attachante, dans le paysage littéraire français, loin du nombrilisme qui caractérise de nos jours certains écrivains de l’Hexagone, de Michel Houellebecq à Christine Angot, et cela fait du bien.

Cinéma et histoire

Marie Heurtin, film français de Jean-Pierre Améris, sorti en salle le 12 novembre 2014, sur un scénario de Jean-Pierre Améris et Philippe Blasband (95 minutes).

Image 10000000000002A300000384FA47964A.jpg

Voilà un beau film, sobre et modeste, qui retrace une « histoire vraie », et dont le propos humaniste s’avère particulièrement nécessaire en notre époque cynique et individualiste.

La destinée de Marie Heurtin (1885-1921) est étrangement similaire à celle, bien plus connue, d’Helen Keller, qui fut l’objet du célèbre film d’Arthur Penn Miracle en Alabama, lui aussi poignant. Toutes deux vivent à cheval sur le xixe et le xxe siècles et sont plongées dans les ténèbres dès la prime enfance (de naissance pour Marie, à 19 mois pour Helen suite à une congestion cérébrale), enfermées dans leur corps de manière irrémédiable, semble-t-il, puisque aveugles, sourdes et donc quasiment muettes.

Et pourtant, dans les deux cas, le « miracle » se produit : la rencontre avec une personne d’exception qui trouve le moyen pour tirer de l’obscurité et du silence l’enfant muré en lui-même. Ainsi, Marie, sauvageonne de 10 ans qu’on pense simple d’esprit, est accueillie à l’institution de Larnay, chez les « Filles de la Sagesse », où Marie Germain – sœur Sainte-Marguerite en religion – se prend d’intérêt, et même de passion pour elle. Jean-Pierre Améris raconte avec finesse et une grande tendresse la rencontre entre ces deux âmes simples, qui vont se transfigurer au contact l’une de l’autre. Isabelle Carré, avec son talent habituel, compose une religieuse délicieuse et pleine de fraîcheur, à qui sa mission procure une joie naïve qui vaut bien des triomphes. Ariania Rivoire, actrice non professionnelle, elle même sourde-muette mais non aveugle, réalise une performance étonnante et nous fait vivre de manière émouvante le cheminement qui conduit Marie à l’éveil.

En effet, après de nombreuses rebuffades qui en auraient découragé bien d’autres, sœur Sainte-Marguerite parvient d’abord à établir un vrai contact, puis à lui enseigner le langage des signes de manière tactile, en l’occurrence dans la main. Par la suite, elle lui apprendra même le braille.

Après le décès de sœur Sainte-Marguerite, Marie s’est elle-même consacrée à l’éducation d’autres enfants sourds-aveugles, jusqu’à sa mort prématurée à l’âge de 36 ans. La « méthode de Larnay », mise au point pour elle, est toujours enseignée.

Remercions les auteurs de ce film de nous rappeler que parfois l’humanité suit le chemin qui mène de l’ombre à la lumière.

Miracle en Alabama (The Miracle Worker) : un film étatsunien d’Arthur Penn, en noir et blanc, datant de 1962, d’après la pièce de William Gibson, elle-même inspirée de L’histoire de ma vie d’Helen Keller. Disponible en DVD.

– Pour des ouvrages de ou sur Helen Keller, on peut se reporter à des sites comme www.babelio.com

– En ce qui concerne l’Institution de Larnay, située sur la commune de Biard près de Poitiers : http://www.ville-biard.fr/association/larnay_sagesse.asp

 

Seconds (L’opération diabolique en français), un film étatsunien de John Frankenheimer, datant de 1966, ressorti en salle dans une copie restaurée le 16 juillet 2014 (107 minutes).

Image 100000000000022000000300F3E58D57.png

Il faut bien le dire, John Frankenheimer est de nos jours un cinéaste quelque peu méconnu. Peut-être est-ce dû au fait qu’il appartient à une génération de transition, émergeant à la fin des années 1950, à la charnière entre le Hollywood « classique », qui jette ses derniers feux, et le « nouvel Hollywood » des années 1960-1970, génération qui n’est donc pas clairement identifiée par les cinéphiles. Comme son mentor, Sidney Lumet, autre cinéaste insuffisamment reconnu, John Frankenheimer apprend le métier de réalisateur à la télévision, grâce notamment à l’exercice redoutable de la dramatique en direct, laquelle inculque rigueur et efficacité. Il est l’auteur, au début de sa carrière, de plusieurs films remarquables, de nature profondément politique, au sens qu’ils interrogent avec acuité la violence et les limites de la démocratie étatsunienne. Ainsi The Manchurian Candidate (en français : Un crime dans la tête), tourné en 1962, met en scène un soldat victime de lavages de cerveau et de manipulations mentales pendant la guerre de Corée, tandis que Seven Days in May (Sept jours en Mai), de 1964, raconte un complot militaire contre un président réticent à faire la guerre contre l’URSS.

À première vue, Seconds peut sembler moins politique. Un citoyen lambda (un peu fortuné quand même) se voit offrir la possibilité de connaître une seconde vie grâce à une opération révolutionnaire qui le rajeunirait de manière spectaculaire. Convaincu, il ressuscite avec un nouveau corps (en l’occurrence, celui de Rock Hudson – avouons qu’il y a pire) et une nouvelle identité, loin de son ancienne vie. Pourtant, le paradis promis se révèle oppressant, voire cauchemardesque. Au cours de diverses péripéties, dont une étonnante scène de bacchanale, notre Lazare prend conscience de son aliénation, puisqu’il n’est qu’une enveloppe vide et mensongère, vouée aux apparences et aux relations fausses, et qu’il reste sous la surveillance de la compagnie organisant cette nouvelle vie. Il voudrait bien revenir en arrière et récupérer sa « véritable » identité. Mais l’issue sera fatale : on ne refuse pas impunément le rêve américain de consommation et de jouvence.

Même s’il abuse parfois de certains effets (peut-être un héritage de son apprentissage télévisuel), John Frankenheimer mène avec maîtrise ce récit implacable et cruel, qui évoque la fameuse série britannique intitulée Le Prisonnier, elle aussi remarquablement paranoïaque (rappelons qu’elle raconte les mésaventures d’un agent secret tenu prisonnier dans un village touristique factice, sympathique en apparence, mais dont il ne parvient jamais à s’échapper).

Voilà donc une œuvre à redécouvrir, en DVD ou sur les chaînes du câble. Elle s’inscrit dans cette longue liste de films ou séries qui alimentent, de complots en invasions et en combats contre les forces du mal, l’appétence indéfectible des Étatsuniens pour la paranoïa. Elle n’en fait pas un motif esthétique ou de divertissement, mais la matrice d’une réflexion politique, en soulignant avec une certaine amertume que cette tendance se nourrit de l’histoire américaine elle-même. Il est vrai que, depuis deux siècles, les États-Unis ont connu bien des « opérations diaboliques »…

– Les films 7 jours en Mai et Un crime dans la tête existent en DVD et se trouvent facilement. La sortie de Seconds en DVD devrait avoir lieu en 2015.

BD et manuel

Une bande dessinée qui met à l’honneur la rédactrice de La Déclaration des Droits de la Femme : Catel et Bocquet, Olympe de Gouges, Casterman, 2012.

Image 10000000000001C00000027B5F1BBD32.png

Cette longue bande dessinée de Catel Muller et José-Louis Bocquet vise à réhabiliter une « clandestine de l’Histoire », figure vivante et moderne de la Révolution française, injustement passée sous silence jusqu’à récemment. Celle qui s’appelle à sa naissance Marie Gouze, née « bâtarde » à Montauban vers 1750, a été formidablement en avance sur son temps par ses combats contre l’esclavage et pour l’émancipation des femmes. Telle un feuilleton, cette BD retrace le parcours fulgurant et rocambolesque de cette séductrice, libertine, ambitieuse et militante idéaliste. Elle montre bien l’obstination de cette personne hors du commun, qui lui permet de parvenir, alors qu’elle est partie de rien, à faire jouer une de ses pièces à la Comédie-Française et de faire publier ses écrits politiques comme sa Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne. Elle n’hésitera pas à toujours garder l’esprit critique : bien que républicaine convaincue, elle dénonce les « excès » de la Terreur, ce qui la conduira à la guillotine. Une BD pour se distraire tout en plongeant au cœur des luttes féminines et révolutionnaires parmi les plus enflammées de l’Histoire.

 

Le Manuel d’histoire critique du Monde diplomatique (hors série, janvier 2014), une arme de conviction massive !

Image 100000000000027500000342C492315C.jpg

Le Monde diplomatique a conçu un contre-manuel accessible, qui se veut critique et exigeant. Écrit par une équipe d’universitaires, de journalistes et de professeurs d’histoire-géographie, il couvre la période de la révolution industrielle à nos jours et peut donc être très utile aux enseignants d’histoire-géographie dans le secondaire, en particulier pour apporter un éclairage nouveau sur les programmes de première et de terminale.

Illustré par une cartographie et une iconographie originales donnant une large place aux artistes, il montre d’autres conceptions, d’autres analyses, que celles que nous sert habituellement le discours occidental libéral convenu. Pour élargir la perspective au cadre mondial, il inclut des extraits de manuels scolaires chinois, algériens, etc.