Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Transmettre l'histoire

Entre Collaboration et Résistance, en passant par accommodation et résilience : sortir d’un double piège

Georges Vayrou
p. 167-169

Texte intégral

« La Collaboration, 1940-1945 », Exposition du 26 novembre 2014 au 2 mars 2015,

Archives nationales - Hôtel de Soubise, 60 rue des Francs-Bourgeois, 75003 Paris.

Commissaires scientifiques : Thomas Fontaine et Denis Peschanski.

1Cette exposition regroupe 300 documents, pour beaucoup inédits, certains publiés en dérogation au droit des archives. Un long couloir d’entrée introduit, en vingt étapes illustrant la diversité du phénomène, une exposition très structurée en six parties, ce qui est appréciable.

21. Les acteurs de la collaboration : on évoque d’abord le régime de Vichy, qui voudrait « desserrer l’étau de l’armistice » et « prendre une place dans l’Europe nazie », puis les « collaborationnistes parisiens », qui « souhaitent aller plus loin dans la voie de la collaboration avec l’Allemagne » (PPF, RNP, Francisme sont financés par les Allemands). Ensuite, il y a bien entendu les Allemands, qui n’ont « jamais cherché ni voulu cette collaboration », qui pour eux signifie d’abord « pressions, répression, exploitation économique ». Ils utilisent les « collaborationnistes » comme moyen de pression sur Vichy et servants supplétifs, avant de porter au pouvoir la milice en 1944.

32. Tous ces acteurs ont en commun trois ennemis : les communistes, les juifs et les francs-maçons. « L’anticommunisme est au fondement du nazisme comme il l’est du vichysme ». Si les Allemands laissent d’abord la police française en première ligne de la répression contre la résistance communiste, « cible majeure », ils reprennent la main dès les premières exécutions d’officiers allemands. La haine du juif fait également consensus. Vichy édicte très rapidement des « lois » spécifiques. Les services allemands prennent des directives et veillent à la mise en œuvre des mesures françaises. « Avec les collaborationnistes, tous se rejoignent dans une propagande radicale ».

43. Une partie est consacrée spécifiquement à la collaboration des polices contre les résistants et les juifs. Vichy sait démontrer sa fermeté à l’égard de la lutte armée des communistes, notamment « en créant les sections spéciales ». En ce domaine, « le relais de Vichy est le plus efficace », mais en janvier 1944 la police française est « sous les ordres à peine indirects de l’occupant ». À partir de 1942, « la déportation des juifs de France devient une priorité pour l’occupant » et l’État français accepte de « cogérer la mise en œuvre de la solution finale ». Il organise la rafle de 13 000 juifs en juillet 1942 et en livre 10 000 autres depuis la zone non occupée entre août et octobre 1942. La traque, la condamnation à mort par un tribunal militaire allemand des résistants du « groupe Manouchian », illustrent la collaboration entre les polices française et allemande contre la résistance communiste. Par contre, il semble que dans la lutte contre les autres réseaux, gaullistes notamment, les Allemands soient davantage en première ligne.

54. La culture et les médias doivent être aux ordres. « Dès 1940, les Allemands visent à la conquête de l’opinion dans les territoires occupés ». Cela passe d’abord par le contrôle de la presse et de la radio. Il s’agit également d’« assurer la suprématie de la culture allemande en Europe », et cela concerne donc l’ensemble du champ culturel : les arts et les lettres, la musique et le cinéma. « Pour mieux rallier les masses, l’occupant cherche à attirer et à mobiliser une élite intellectuelle », ce qu’illustrent les événements culturels parisiens et l’invitation en Allemagne de personnalités des lettres et du cinéma. « Beaucoup d’intellectuels collaborationnistes et d’artistes se prêtent au jeu ».

65. « La collaboration d’État est bien une politique d’initiative française, aussi sur le terrain économique ». Le vainqueur a pris son butin, imposé des frais d’occupation exorbitants, mais les dirigeants français espèrent un « Montoire économique ». Les responsables patronaux nouent de nombreux contacts : salons, voyages d’études, délégations de chambres de commerce, déjeuners… Très peu de patrons changent d’activité pour ne pas avoir affaire aux Allemands. La France est un des premiers fournisseurs de marchandises du Reich. À partir de 1942, devant les exigences allemandes, Vichy légifère pour imposer les réquisitions de main-d’œuvre et créer un secteur protégé travaillant pour le Reich. La construction du mur de l’Atlantique en 1944 devient « le symbole de ceux qui font des profits gigantesques ».

76. La dernière partie évoque « l’extrême » de la collaboration : le milicien combattant le maquisard, l’engagé volontaire dans la Waffen-SS, l’agent double entraînant la chute du réseau de résistants. « Vous détenez une part de notre honneur militaire » écrit Pétain aux combattants de la Légion contre le bolchévisme. Sur le plan intérieur, la milice prend les armes pour combattre « les terroristes ». Ces engagements ne sont pas toujours idéologiques (comme ceux de Darnand ou Doriot, par exemple) mais évoquent également « une jeunesse en rupture de ban ».

8Une exposition à voir, sur laquelle réfléchir et discuter. On peut regretter ici ou là quelques raccourcis, qui peuvent par exemple faire penser qu’on a attendu la rupture du pacte germano-soviétique pour combattre les communistes, même si leur place est reconnue. La coopération économique et commerciale aurait peut-être mérité un développement plus large. Une très bonne synthèse en tout cas, qui se conclut par « l’heure des comptes », quand viennent la Libération et l’épuration. À compléter éventuellement par un « beau livre » : Thomas Fontaine et Denis Peschanski, La Collaboration, Vichy-Paris-Berlin, 1940-1945, éditions Tallandier/Archives nationales, 320 p., 39,90 €.

Haut de page

Table des illustrations

Légende « La Collaboration, 1940-1945 », Exposition du 26 novembre 2014 au 2 mars 2015,
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/4217/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Vayrou, « Entre Collaboration et Résistance, en passant par accommodation et résilience : sortir d’un double piège », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 126 | 2015, 167-169.

Référence électronique

Georges Vayrou, « Entre Collaboration et Résistance, en passant par accommodation et résilience : sortir d’un double piège », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 126 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4217

Haut de page

Auteur

Georges Vayrou

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page