Navigation – Plan du site
CHANTIERS

L’autobiographie romancée d’un aventurier en politique : Sans patrie ni frontières, de Jan Valtin

Constance Margain
p. 141-159

Résumé

Richard Krebs (1905-1951), alias Jan Valtin, a été un marin communiste et syndiqué allemand. Son récit, Sans patrie, ni frontières, qu’il présente comme une autobiographie, est paru aux États-Unis en janvier 1941. Différents éléments constituant la trame du livre ne concordent pas avec l’objectivité historique. Dans cette autobiographie romancée, Valtin s’octroie une vie d’exception qui le dégage de l’anonymat du simple militant. Quel fut le rôle politique réel de Richard Krebs ? À la lecture des sources et des analyses qui ont été faites sur cet ouvrage, on remarque que Krebs mêla à sa propre expérience au sein de l’Internationale des gens de la mer (ISH), syndicat dirigé par le Profintern, des colportages et récits trouvés dans les journaux de l’époque ou des histoires entendues. L’exagération, qui est présente tout au long du récit, est-elle une forme narrative ou la transformation du narrateur en héros ? L’ouvrage de Jan Valtin doit être compris comme celui d’un marin allemand pris dans la tourmente de l’Allemagne des années vingt et trente. Son ascension et ses responsabilités sont à mettre en parallèle avec la création, le 3 octobre 1930, de l’Internationale des marins et dockers (IMD en français), à Hambourg. De communiste convaincu, Richard Krebs devint un agent de la Gestapo tandis que sombrait, avec l’avènement du régime nazi, l’Allemagne comme centre opérationnel du mouvement communiste mondial.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Allemagne, États-Unis

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jan Valtin, Out of the night, New York, Alliance Book Corporation, janvier 1941 ; Tagebuch der Höll (...)
  • 2 Lars Borgersrud, Die Wollweber-Organisation und Norwegen, Berlin, Dietz Verlag, 2001 ; John Fleming (...)
  • 3 À la fin de l’année 1941, le million d’exemplaires vendus fut dépassé.
  • 4 Michael Rohrwasser, Der Stalinismus und die Renegaten ; Die Literatur der Exkommunisten, München, M (...)

1Richard Krebs, marin allemand né en 1905, a publié Sans patrie, ni frontières 1, autobiographie romancée, maintes fois critiquée et analysée 2, constituée de plusieurs strates d’écriture qui ont fait le succès du livre, particulièrement en France et aux États-Unis 3. L’intrigue tout d’abord : l’histoire d’un instructeur communiste marin qui voyagea illégalement dans le monde entier au service de l’Internationale communiste et qui s’enfuit finalement d’Allemagne, pourchassé par les nazis et les communistes à l’étranger, ne pouvait qu’éveiller tout lecteur friand de récits d’aventures. Le récit littéraire ensuite place l’ouvrage dans une tradition relativement peu connue : le récit de la conversion d’un ex-communiste 4. Enfin, la véracité historique mêlée à la biographie de Richard Krebs (qui a pris le nom de Jan Valtin) avant et après la parution, tout comme la réception de l’œuvre jusqu’à aujourd’hui, sont complexes et ne peuvent être séparées.

  • 5 Philippe Lejeune, L’Autobiographie en France, Paris, Armand Colin, 1998 [1971], p. 10 : « Définitio (...)
  • 6 Ibid., p. 17 : « Comment distinguer l’autobiographie du roman autobiographique ? Il faut bien l’avo (...)

2Récit littéraire et histoire sont mêlés, ce qui n’est pas le moindre aspect à mettre en avant dans toute analyse de ce classique de l’histoire du communisme. Restent deux questions lancinantes : pourquoi Richard Krebs a-t-il inventé Jan Valtin ? Et pourquoi ce que les éditeurs ou journalistes (et de fait, lecteurs, commentateurs et parfois chercheurs) présentent comme une autobiographie 5 « à couper le souffle » peut-il être analysé uniquement comme un roman autobiographique ? 6

Une autobiographie romancée sous forme de testament politique

Les personnages et l’intrigue

  • 7 Une thèse a été écrite par l’auteure sur le sujet (soutenance en 2014) : L’Internationale des gens (...)

3L’autobiographie romancée Sans patrie, ni frontières raconte la vie de Jan Valtin, fils d’un modeste marin que sa famille accompagna dans ses périples à travers le monde. En 1923, revenu en Allemagne, Valtin participa à l’insurrection révolutionnaire de Hambourg. Menacé par la police, il s’enfuit et parcourut le monde pour le compte du Komintern. Arrêté aux États-Unis pour une tentative de meurtre qui aurait été commandité par le Komintern, Valtin passa plusieurs années à la prison de San Quentin, avant de revenir en Europe. Il devint à son retour instructeur pour l’Internationale des gens de la mer (ISH). L’ISH était un syndicat communiste de marins, dockers et mariniers, fondé en 1930 et dissous avec le Profintern en 1937 7.

4Envoyé en 1933 pour rétablir l’ISH en Allemagne, il fut arrêté par la Gestapo, condamné et enfermé dans le camp de Fuhlsbüttel. Après des années de torture, il échappa au camp en devenant agent de la Gestapo sur ordre du Komintern. Mais au motif qu’il refusait de partir en URSS, les membres communistes de l’organisation le dénoncèrent comme agent double. Bientôt pourchassé par le NKVD comme par la Gestapo, Valtin s’exila aux États-Unis.

  • 8 National Archives and Records Administrations (NARA), Annex I-IV - A/R, Region XI, file : D-261 674 (...)

5Aux archives de Washington se trouve l’intégralité de l’interrogatoire de Richard Krebs mené par le CIC, service de renseignement américain. Dans ce fonds d’archives, Krebs avouait que son livre n’avait pas été écrit pour des professionnels et qu’il n’était pas en tout point véridique. Krebs affirmait, à son interlocuteur qui transcrivait, y avoir inclus beaucoup d’éléments dont il n’avait pas eu connaissance directement, et avoir passé sous silence des données biographiques, ne sachant pas si les personnes citées étaient mortes ou pas et quels avaient été leurs destins 8.

  • 9 Michael Rohrwasser, op. cit., p. 215.
  • 10 Voir les travaux de : Pierre Broué, Jacques Droz, Branko Lazitch, Milorad Drackhovitch, José Gotovi (...)

6Hermann Weber, historien allemand du communisme, répondant à une lettre du chercheur Michael Rohrwasser dans les années 1980, affirma que l’œuvre de Valtin était intéressante pour la connaissance de chacun des personnages cités, mais mit toujours en doute la validité des arguments de Valtin 9. Or, Valtin cite environ cent cinquante noms de militants communistes dont on peut retrouver la trace grâce à différents dictionnaires biographiques 10.

  • 11 Philippe Lejeune, Le pacte autobiographique, Paris, Seuil, 1996 [1975], p. 39.
  • 12 Il est l’agent n° 50, surnommé Erka.

7En choisissant le surnom de Jan Valtin, Krebs rompt le « pacte biographique » 11 puisque Valtin n’était pas Krebs. Il a choisi le prénom qu’il avait donné à son fils. Le nom Valtin est inventé. De fait, il ne peut donner son nom véritable puisqu’il est poursuivi par les communistes pour être devenu agent de la Gestapo 12, par la Gestapo pour avoir fui aux États-Unis.

  • 13 Bernard Pudal, « Du biographique entre “science” et “fiction”. Quelques remarques programmatiques » (...)

8Cette rupture personnelle et ce désengagement politique soulignent la construction biographique de cette autobiographie faite à la fois de projections et de productions biographiques 13. La vie de Valtin se reflète dans toutes ces biographies, soit qu’il ait rencontré la personne citée et lui prête un discours, soit qu’il vive dans son autobiographie la vie de cette dernière, soit qu’il la critique ou l’admire.

9La multiplicité des acteurs, l’appropriation ou le modelage par Valtin de ces biographies transforment le récit en une mosaïque de parcours éclatés que l’auteur rassemble sous une forme narrative autobiographique. Souvent Valtin raconte en quelques lignes la vie de ces militants jusqu’à leur mort. Ce type de narration lui permet à la fois d’alimenter l’intrigue et d’exagérer son rôle politique. Les projections biographiques, Valtin vivant la vie de certains militants, s’accompagnent bien d’une production biographique, Valtin inventant la vie de militants.

  • 14 Département pour les liaisons internationales du Komintern.

10Entre 1930 et 1933, on croise Valtin dans tous les événements qui ont trait au communisme en Allemagne. Il est aussi opposé à Ernst Wollweber, reçu par Himmler après 1933 et auparavant instructeur du Komintern. En fait, Krebs était instructeur pour le Profintern mais cette contre-vérité lui permit de développer un thème qui fascinait le lecteur tout autant que tous les services de contre-espionnage du monde, américains en particulier : le réseau de communistes illégaux organisé dans l’OMS 14.

11Ainsi, Valtin situe le développement du communisme à une échelle internationale. Cet aspect était lié au métier initial de Krebs : il était timonier, diplômé de l’école navale de Brême. Il mêla à la politique son métier de marin. Dès lors, Sans patrie, ni frontières n’est pas le récit de la conversion d’un intellectuel stalinien mais un roman d’aventures qui narre les activités et la fuite d’un agent du Komintern, son arrestation par la Gestapo et les tortures qu’il endure, sa détention dans le camp de concentration de Fuhlsbüttel.

  • 15 Ernst Von Waldenfels, Das Ende des Ochs, op. cit. ; Michael Sayers, Albert Kahn, Die grosse Verschw (...)

12Il se situe dans la lignée des révolutionnaires déçus de 1917, suite à une révolution qui aurait été dévoyée de ses idéaux premiers. Valtin a développé une perception romantique de la révolution russe. Or, le parcours de Krebs est dominé par la violence qu’il a certes subie mais dont il a été aussi un acteur 15.

  • 16 Säpo Stockholm P391 Löp nr. 2, S. 127.
  • 17 NARA, op. cit.
  • 18 Ernst Von Waldenfels, Der Spion, der aus Deutschland kam. Das geheime Leben des Seemanns Richard Kr (...)

13L’autobiographie de Krebs est avant tout un récit qu’il se fait à lui-même, pour différentes raisons liées à son parcours personnel avant et après la prise de pouvoir de Hitler. La Gestapo retenait sa femme, Hermine (Firelei), en otage. Lorsque Krebs part aux États-Unis, peut-être un peu avant, quand la Gestapo s’aperçoit de son supposé double jeu, elle la fait battre à mort dans le camp de Fuhlsbüttel 16. La date de la mort de Hermine Krebs donnée dans les archives américaines par son mari est 1938, sans autre précision 17, c’est-à-dire après son départ d’Europe. La culpabilité qui l’assaillit à la suite de la mort de sa femme fut terrible 18.

  • 19 Ibid., p. 271.
  • 20 Nelles D., op. cit., p. 38, 39.
  • 21 SAPMO-BArch, R3018/NJ 14 498.

14Dans son autobiographie, Valtin affirmait avoir pu revoir sa femme avant son départ aux États-Unis. Waldenfels, biographe de Krebs, écrit qu’elle a été libérée à la fin de sa peine puis de nouveau arrêtée en février 1937 et remise en prison à Fuhlsbüttel où elle meurt le 15 novembre 1938 19. Nelles affirme qu’elle est restée en prison de son arrestation à sa mort 20. Elle avait été condamnée à deux ans de prison en octobre 1935 21 et devait donc sortir en octobre 1937.

  • 22 Ernst Von Waldenfels, Der Spion, op. cit., p. 225.
  • 23 Ibid., p. 334.

15Ce qui est sûr, c’est que même si Krebs avait voulu la faire sortir d’Allemagne avec l’aide de son frère, comme le soutient Waldenfels dans son ouvrage 22, aucun communiste, ni aucune organisation communiste ne l’auraient aidé car Hermine Krebs s’était détournée du communisme depuis 1934. Leur fils Jan vivait chez les parents de cette dernière. Après la guerre, Richard Krebs le ramena aux États-Unis où il vit encore 23.

Agent de la Gestapo

  • 24 V pour Vertrauen, la confiance. V-Mann : homme de confiance de la Gestapo.
  • 25 BArch (Berlin), Z/C 14 299.

16Ce désastre personnel se doublait d’une autre rupture : Krebs a été un V-Mann 24. Il a brisé la règle non écrite qui faisait qu’un communiste ne parlait pas sous la torture. Il a dénoncé ses camarades de combat puisque les rapports qu’il a écrits pour la Gestapo contiennent environ deux cents noms 25, dont l’orthographe correspond aux noms de militants vivant à l’époque. Il est passé dans le camp de ceux qu’il combattait depuis le début de son engagement politique. Il est devenu un renégat.

17Deux remarques : à la lecture des comptes rendus qu’il a faits pour la Gestapo et en connaissant la destinée de certaines des personnes citées, il est certain que Krebs n’a pas dit toute la vérité et qu’il a même affirmé des contre-vérités. Plus exactement, il n’a pas dit à la Gestapo tout ce qu’il savait sur ces militants. Il ne cite pas certaines personnes dont il a été proche.

  • 26 BArch (Berlin), Z/C 14 299. Ces noms sont classés par le pays du militant cité.
  • 27 BArch (Berlin), Z/C 14 299 : rapport de Krebs à la Gestapo du 11 août 1937. Par exemple, Hermann Kn (...)

18Ces rapports ressemblent étrangement à certains récits de vie de l’autobiographie suscitée. Le problème est qu’il donna peu d’informations sur les militants allemands puisque la Gestapo en avait arrêté beaucoup et les connaissait, mais donna des éléments biographiques sur les militants étrangers communistes 26. En 1940, la Hollande et la Belgique étaient envahies par l’Allemagne nazie. La chasse aux émigrés allemands et aux communistes étrangers commençait. Certaines des informations données par Krebs à la Gestapo, recoupées avec d’autres informations et complétées grâce à l’aide des polices nationales, provoquèrent l’arrestation de militants allemands émigrés 27.

  • 28 BArch (Berlin), Z/C 14 299.
  • 29 BArch (Berlin), Z/C 14 299.

19Krebs n’a pas été responsable de l’arrestation de ces militants, mais il a aidé indirectement l’organe policier en les citant. Cependant, dans la liste de deux cents permanents communistes qu’il cita, beaucoup vivaient hors de portée de la Gestapo comme aux États-Unis ou dans d’autres pays qui ne furent pas envahis. Il donna aussi les noms de quarante et un permanents allemands et d’une dizaine de syndicalistes sociaux-démocrates 28. On trouve aussi dans ces comptes rendus à la Gestapo neuf photographies avec les noms de quelques protagonistes présents lors du congrès de l’Internationale des gens de la mer en 1932. On peut supposer que Krebs a commenté ces photographies 29.

  • 30 NARA, op. cit.

20En ce qui concerne les informations sur l’ISH, il expliqua à la Gestapo le fonctionnement du syndicat à l’international. Mais il faut recouper ces informations avec les archives du CIC américain. Là encore, fiction et réalité historique s’entremêlent. Dans les archives américaines, Krebs continue de suivre sur des points précis le récit de son autobiographie 30 et les informations qu’il a données à la Gestapo. On en vient à penser que Krebs a fini par croire à ce que Valtin raconte avoir vécu.

  • 31 SAPMO-BArch (Berlin), R3018/NJ 5201.
  • 32 Jan Valtin, op. cit., p. 601.
  • 33 Ibid., p. 695.
  • 34 SAPMO-BArch (Berlin), R3018/NJ 5201.
  • 35 Jan Valtin, op. cit., p. 776.

21Krebs fut arrêté par la Gestapo le 8 novembre 1933 à Hambourg 31. Il ne résista pas sept semaines à la Gestapo comme il l’écrit dans son autobiographie 32. Il ne fut pas condamné à dix ans comme il l’affirma 33, mais à quatre ans et demi de prison 34. La falsification de son temps d’emprisonnement lui aurait permis de mettre en scène sa fuite du camp de Fühlsbüttel 35.

  • 36 BArch (Berlin), Z/C 14 299. Ses autres rapports datent du 20 mai, 28 juillet, 5, 21, 30 août, 10, 2 (...)
  • 37 BArch (Berlin), Z/C 14 299.

22La déposition qu’il donna à la Gestapo et dans laquelle il annonçait sa rupture avec le communisme datait du 12 mars 1937 36. Son premier rapport datait du 18 mars 1937 37. Il a donné de nombreuses informations mais, comme le lui dit l’inspecteur Krauss (qui a réellement existé) :

  • 38 Jan Valtin, op. cit., p. 768.

23« Quand nous t’avons attrapé tu avais plutôt la tête dure [...]. Quel dommage que tu n’aies pas manifesté alors les sentiments qui sont à présent les tiens. Tu aurais pu nous donner à cette époque de nombreuses informations de la plus haute importance. Maintenant, après des années… » 38

  • 39 Lars Borgersrud, op. cit..
  • 40 Dieter Nelles, op. cit., p. 32.

24Ainsi, Krebs n’avait plus qu’un intérêt secondaire pour la Gestapo car il n’avait pas accès aux réseaux de résistance allemands, notamment le réseau de sabotage de bateaux dirigé par Wollweber 39. Il arriva à Copenhague non pas en mai 1937 mais en août 1937 40. Wollweber et Jensen lui proposèrent de partir pour l’URSS, ce qu’il annonça à la Gestapo. Mais il avait promis, selon Jensen, de s’engager en Espagne dans les Brigades internationales. Il était accompagné de deux matelots danois, des hommes de Jensen. Il leur échappa à Paris.

  • 41 Arbejderbladet, novembre 1937 ; Die Schiffahrt, janvier 1938 ; Daily Worker, 22.5.1938 ; L’Humanité(...)

25Le Komintern le dénonça en publiant sa photographie, la même que celle de son passeport de la Gestapo, certifiant ainsi que Krebs avait toujours joué un double jeu entre la Gestapo et le Komintern 41. Le 25 novembre 1937, Krebs prit contact avec un groupe de militants du syndicat ITF à Anvers, qui lui trouva une place sur un bateau. En janvier 1938, Krebs partit de Gand pour Gênes. Le 3 février, il arriva aux États-Unis et le 9 mars, il était à New York.

  • 42 SAPMO-BArch (Berlin), SgY30/1036/1, p. 54-55.

26À Copenhague, Krebs avoua aux responsables communistes qu’il avait accepté de devenir agent de la Gestapo. Cela est confirmé dans les mémoires de Wollweber 42, qui refusa sa réinsertion dans le parti et le dénonça comme agent double. Krebs a été abandonné par ses anciens camarades de combat. L’opportunisme dont on l’accuse empêche-t-il toute considération sur son statut de victime du communisme ?

  • 43 Benjamin Gitlow, The Whole of their Lives, New York, Charles Scribner’s Sons, 1948, p. 327.

27De fait, dès son arrivée à New York, le NKVD le poursuivait 43. Dans son autobiographie, il a été la victime particulière d’un homme : Wollweber, incarnation bornée du communisme stalinien (selon Valtin). Mais Krebs n’a-t-il pas été avant tout une victime du nazisme plus que du communisme ? Pris dans un contexte historique plus global, il fut une victime parmi beaucoup d’autres, à la fois du communisme après être devenu agent de la Gestapo et du nazisme alors qu’il était encore un communiste.

28Envoyés dans des régions où ils étaient connus, les instructeurs communistes comme Krebs y étaient plus exposés que les militants sur place. Une des motivations de Krebs, quand il écrit Out of the night, était de crier sa haine du communisme et en particulier de Wollweber, qui l’avait envoyé en octobre 1933 reconstruire l’ISH à Hambourg. Il se trouve que Hambourg est la ville où a milité Krebs. Il était donc très exposé. En deux semaines, les portes du camp de concentration de Fuhlsbüttel s’étaient renfermées sur lui. Il devint agent de la Gestapo. Pourtant Krebs avait participé à la résistance communiste dans le camp. Il n’était pas encore une victime et restait un communiste. C’est dire que son point de vue s’est construit après les événements.

  • 44 Dieter Nelles, op. cit., p. 43.

29Il s’agit maintenant de comprendre les choix d’un homme qui dénonce ses camarades de combat. On ne trouve pas dans son livre de raisons intellectuelles ou morales à son changement politique. Il fait part beaucoup plus tôt de la perte de sa croyance dans le communisme, et cela reste sans conséquence. Nelles affirme qu’Albert Walter, dirigeant de l’ISH passé agent de la Gestapo, a joué un rôle dans la conversion de Krebs 44. Si l’on suit ce que Krebs raconte dans son autobiographie, la séparation avec sa femme et la certitude d’avoir été livré à la Gestapo par Wollweber décident Krebs d’en finir avec le communisme.

  • 45 Dieter Nelles, op. cit., p. 39.

30Nelles suppose que la Gestapo a utilisé des lettres de sa femme adressées à son amant, l’espion Beilich (et données par ce dernier) pour le faire craquer 45. On peut supposer que la peur de nouvelles tortures et d’une nouvelle condamnation poussa Krebs à devenir un agent. La difficulté de cette interprétation est qu’il n’interrompit pas ses contacts avec la Gestapo une fois arrivé à Copenhague. D’après lui, cela était justifié pour permettre de sauver sa femme, enfermée en Allemagne. En fait, Krebs laissa derrière lui le communisme, le nazisme et sa femme dans un camp. Fustigé par les deux parties, il dut s’enfuir aux États-Unis pour sauver sa peau.

Une fiction qui sert la théorie sur le totalitarisme

  • 46 Children of yesterday, The 24. Infantry division in World War II, Nashville, The Battery Press, 194 (...)
  • 47 Lars Borgersrud, op. cit., p. 191-192.
  • 48 Richard Jensen, Frem i Lyset Jan Valtin Gestapo Agent nr. 51, Copenhague, Vilhelm Prior, 1946.

31Le livre a été édité en RFA en 1958, dix-sept ans après sa parution aux États-Unis. L’ouvrage ne provoqua pas le même scandale : entre-temps, d’autres souvenirs d’anciens communistes avaient été publiés. Les quatre livres que Krebs écrivit par la suite ne furent pas traduits en Allemagne 46. Cette autobiographie est aujourd’hui peu connue dans le pays natal de Krebs. En 1941, la guerre recouvrait toute l’actualité. Puis la Guerre froide en fit un objet de propagande. La fermeture de certaines archives ne permettait pas des recherches approfondies. En RDA, elle n’a pas été publiée. L’autobiographie n’a jamais été traduite en russe. Sa lecture en anglais dans les cercles dirigeants en URSS eut d’importantes conséquences. Ses dirigeants craignirent que Wollweber, cité plus d’une fois dans l’autobiographie, soit en danger 47. Richard Jensen, responsable du syndicat de l’ISH au Danemark, jouait dans l’autobiographie de Valtin un rôle important. Il réagit dans une brochure publiée en 1946, en l’accusant d’être un agent de la Gestapo 48.

  • 49 Michael Rohrwasser, op. cit., p. 185.

32Le succès de l’ouvrage est à replacer dans un contexte historique particulier, celui de la Guerre froide et des théories sur le totalitarisme. En août 1939, Krebs écrivit dans la revue américaine Ken un article consacré à une description de la vie dans les camps de concentration hitlériens. En novembre 1939 parut dans la revue American Mercury un article traitant des activités des instructeurs dans le Komintern 49. La publication de ces deux articles le mit en contact avec l’éditeur Eugen Lyons et le journaliste Isaac Don Levine, des anticommunistes. Ce dernier l’encouragea à écrire et l’aida financièrement lors de la rédaction de l’autobiographie romancée.

  • 50 En 1943, la revue Forum Publisher publia une étude de Sender Garlin qui faisait de Krebs un antisém (...)

33Sur le plan international, les États-Unis cherchaient à nuire à l’URSS, alliée de l’Allemagne nazie. Valtin accusait les communistes d’avoir permis l’accession de Hitler au pouvoir. À l’époque du triomphe de la « guerre éclair », le livre de Valtin provoqua un scandale médiatique et obtint un succès en librairie. Après le 22 juin 1941, l’ennemi d’hier était devenu l’allié du jour. Les États-Unis profitèrent des circonstances pour, sinon faire publier, du moins vivement encourager et soutenir deux ouvrages qui attaquaient Valtin 50.

  • 51 Michael Rohrwasser, op. cit., p. 197.
  • 52 Gilles Perrault, « Le Komintern ou le roman rouge du xxe siècle », Marianne, 14-20 février 2002 : « (...)

34Sa parution souleva des polémiques qui vont se prolonger après guerre 51, polémiques à la mesure des tensions qui existaient durant la période de la Guerre froide entre communistes et anticommunistes. Il semble que l’histoire de l’ISH, dont a fait partie Krebs qui exagéra sa puissance, eut raison du mythe du réseau tentaculaire du communisme susceptible de renverser l’ordre établi par la révolution. Cette « légende rouge » 52 n’a pas pris en compte le rapport de force réel entre communisme et capitalisme. Mais ce mythe ayant existé, il est porteur d’histoires, d’interprétations et finalement de lectures.

  • 53 Comme certains militants trotskistes, anarchistes ou des ex-communistes.
  • 54 Guillaume Bourgeois, « Sans Patrie, ni frontières de Jan Valtin : l’affaire de presse et le secret (...)

35Valtin a eu un destin exceptionnel, car il a échappé plusieurs fois à la mort. Sa destinée est improbable puisqu’il est vivant, et tragique puisqu’il a perdu sa femme. Il est devenu, après la parution du livre et aux yeux de nombreux militants, le porte-parole des victimes du communisme 53. Dans certains cas, sa défense par certains auteurs prend des tonalités lyriques 54. Si l’on considère l’ouvrage de Valtin uniquement sous un angle politique hérité des enjeux de la Guerre froide, on omet de comprendre que cette autobiographie est une mise en scène d’un personnage idéalisé auquel Krebs aurait aimé ressembler.

Une œuvre littéraire autobiographique

L’autobiographie particulière d’un « ex »

  • 55 Claude Pennetier, Bernard Pudal (dir.), Autobiographies, autocritiques, aveux dans le monde communi (...)

36L’identité sociale de Krebs a pu s’épanouir alors qu’il a été militant. La rupture avec le monde communiste engage l’auteur dans un travail de deuil. La charge de l’attaque contre le communisme est à la mesure de la perte du monde auquel il appartenait. L’ouvrage révèle différents aspects du monde communiste et en annonce certaines spécificités. En se plaçant face à ces expériences, Krebs se démarque et décrit le milieu auquel il a appartenu. Il participe à l’écriture de l’histoire du communisme tout en se plaçant à l’encontre de ce dernier. Cette « autobiographie de crise » 55 participe donc au système qu’il dénonce.

  • 56 Ibid., p. 303 : « L’examen de la mémoire communiste, telle qu’elle s’est historiquement constituée (...)

37L’identité mêlée qui place Valtin dans la posture du dénonciateur, dans celle du témoin et de l’acteur, est à l’origine du succès de l’ouvrage. Mais les rôles sont dédoublés et invitent à la réflexion. Nonobstant l’histoire personnelle de Krebs et les conditions d’écriture du livre développées plus haut, l’ouvrage questionne aussi sur le monde qu’il décrit, ses règles et ses méthodes 56.

  • 57 Ibid., p. 305-306.

38Or, Krebs a rompu avec une certaine mémoire historique du communisme. Sa mémoire politique reste celle qui lie le passé au présent, elle est « vive » 57. Son autobiographie constitue une atteinte aux dogmes communistes car elle délie cette mémoire du passé communiste, nécessairement commune à ses membres puisque constitutive d’une identité. De plus, Krebs a été le premier autobiographe à écrire en 1941 sur les arcanes du Komintern. Sa mémoire des événements est prodigieuse.

  • 58 Ibid., p. 300-301.

39On sait qu’il a été aidé aux États-Unis, qu’il avait commencé ce travail dans ses rapports donnés aux nazis et qu’il avait débuté l’écriture de l’ouvrage dès sa fuite d’Europe en emportant sur le bateau une précieuse machine à écrire. Ce travail de mémoire et de documentation brise le secret propre à tout parti révolutionnaire 58.

  • 59 Werner Angress, Die Kampfzeit der KPD 1921-1923, Düsseldorf, Droste Verlag, 1973 [1955], p. 385, 38 (...)
  • 60 David Childs, Richard Popplewell, The STASI. The East German Intelligence and Security Service, New (...)

40Ce que critique Jan Valtin, ce sont les fondements de l’organisation communiste. Cette autobiographie constitue donc une mémoire particulière du communisme, qui n’a pu appartenir qu’à ses opposants. Or, à différents niveaux, elle est exemplaire des pratiques communistes. C’est pourquoi elle a été utilisée par différents historiens, avant 59 et après 60 la chute de l’URSS, de manière plus ou moins pertinente. C’est pourquoi aussi elle se distingue dans une certaine mesure des autres biographies « d’ex ».

  • 61 Dieter Nelles, op. cit., p. 45.
  • 62 Michael Rohrwasser, op. cit., p. 186.

41Pour Nelles, Krebs n’est qu’un opportuniste, rallié à « l’armée gagnante» 61, qui a voulu avec son livre se faire un peu d’argent et obtenir la nationalité américaine. Rohrwasser, lui, pense que Krebs avait des ambitions littéraires. Selon lui, il s’agissait d’un roman d’aventures qui s’est transformé avec l’influence de Don Levine en un livre révélation sur le Komintern62. Pour Waldenfels, Krebs avait déjà l’idée de son livre dans le bateau qui l’emmenait aux États-Unis en 1938. C’est à son avis pour se venger des gens du Komintern qu’il écrit ce livre. Pour Nelles, Krebs a été utilisé par le gouvernement américain, notamment par le FBI qui l’aurait protégé.

42Toutes ces raisons ont sans doute joué. Mais on peut aussi considérer que Krebs a écrit ce roman pour sauver son existence. On trouve chez Krebs une part d’opportunisme, mais aussi la conscience d’avoir raté sa vie. Son roman, par lequel il souhaite compenser son échec, met en scène un personnage idéalisé auquel il aurait aimé ressembler : il lui fait certainement vivre ce qu’il aurait voulu pour lui. La fonction initiale du roman reprend ses droits et l’imagination le pas sur la réalité. Il s’octroie ainsi une vie d’exception qui le dégage de l’anonymat du simple militant. En effet, si l’on juge son activité militante, les faits révèlent que Richard Krebs a été un syndicaliste communiste parmi d’autres ; un excellent propagandiste cependant, reconnu très rapidement par la hiérarchie communiste.

43Ainsi, l’ouvrage de Jan Valtin doit être compris comme celui d’un marin allemand pris dans la tourmente de l’Allemagne des années vingt et trente. Son ascension et ses responsabilités sont à mettre en parallèle avec la création de l’ISH.

44La biographie de Krebs est conforme aux conditions du militantisme communiste de l’époque, par exemple le fait qu’il entraîna sa femme dans le communisme, ou son ascension rapide dans le syndicat. Il passa de simple militant à dirigeant de l’interclub de Hambourg et à la fonction d’instructeur de l’ISH. Il parlait plusieurs langues, voyagea illégalement dans différents pays, soutint et anima des grèves de marins, écrivit des tracts et porta la parole du communisme dans les meetings. Il participa à l’insurrection de 1923 en tant que « courrier ». Krebs est le prototype du militant syndicaliste et marin communiste.

  • 63 Jan Valtin, op. cit., p. 12. Il rajouta : « Ne sois pas triste! me dit mon père pour me consoler, e (...)
  • 64 Philippe Lejeune, L’Autobiographie..., op. cit., p. 12.
  • 65 Ibid. Philippe Lejeune donne les exemples de Maurice Thorez dans Fils du Peuple, de Charles de Gaul (...)

45Cependant, un point biographique le distingue de la plupart de ses comilitants : Krebs venait d’un milieu bourgeois et privilégié. Dans son autobiographie, il se dit « citoyen de seconde zone » 63. Un peu comme dans les mémoires d’hommes politiques, le livre commence par un « “récit de vocation”, dans lequel l’auteur raconte son enfance de manière à faire comprendre comment il a acquis l’idée ou l’idéal, qui lui a ensuite servi de guide dans son action. » 64 Le récit de la vocation de Valtin est écrit, comme dans d’autres récits, de manière brève et « ne constitue qu’une sorte de hors-d’œuvre rituel, subordonné au projet principal, qui est le récit de l’action politique. » 65

46En réalité, le père de Krebs venait d’une riche famille de Silésie. Il exerça le métier de capitaine puis d’inspecteur dans la compagnie Norddeutscher Lloyd. Cette origine bourgeoise est capitale pour comprendre pourquoi Richard Krebs, alias Jan Valtin, a pu devenir un si célèbre transfuge. En effet, l’autobiographie étudiée s’est jouée dans un espace social particulier.

L’autobiographie comme espace social d’analyse 66

  • 66 Bernard Pudal, « Du biographique... », op. cit., p. 16.
  • 67 Gérard Mauger, « Les autobiographies littéraires, objets et outils de recherche sur les milieux pop (...)
  • 68 Gérard Mauger, op. cit..
  • 69 Carlo Ginzburg, Le fromage et les vers. L’univers d’un meunier du xvie siècle, Paris, Flammarion, 1 (...)

47« Les classes dominées ne parlent pas, elles sont parlées » 67 et « si elles parlent, ou bien on les fait parler, ou bien elles ne sont plus “en bas” » 68. La personne « dominée », avec toutes les définitions que l’on peut donner à ce mot, peut aussi répondre à des questions dont les réponses sont écrites par des scribes, comme dans le cas de Menocchio dans l’ouvrage de Carlo Ginzburg 69.

  • 70 Jean Peneff, « Autobiographies de militants ouvriers », Revue française de science politique, Paris (...)
  • 71 Krebs a découvert ces auteurs dans la prison de San Quentin.

48Ni dominé, ni dominant, Krebs/Valtin est un déclassé. Venant d’un milieu bourgeois, Valtin possède une certaine légitimité sociale pour écrire 70. De plus, il a toujours rêvé de devenir écrivain. Il admirait les œuvres de Joseph Conrad et de Jack London 71. La femme qu’il épousa, Hermine Stöver, était la fille d’un riche commerçant de Brême. Elle rompit avec sa famille pour le suivre.

49Cette rétrogradation sociale n’est pas vécue comme telle par Richard Krebs avant l’écriture de son livre, puisqu’il participait à la construction d’un monde nouveau. Son militantisme prend tout son sens dans ce cadre : dans ce monde à venir, Richard Krebs aurait eu un statut social qui se serait accordé avec le travail effectué, et la place obtenue aurait été à la mesure de son engagement politique. L’identité sociale de Richard Krebs s’est formée et modelée à l’aune de sa participation politique au communisme. Sa motivation de militant est fondée par le processus de dégradation sociale lié aux conditions économiques de l’Allemagne de l’entre-deux-guerres. Pour échapper à cette destitution, Krebs trouva le moyen de sa promotion sociale : le militantisme communiste.

  • 72 Claude Pennetier, Bernard Pudal (dir.), « Autobiographies… », op. cit., p. 9.
  • 73 Ibid., p. 17.

50Ce choix fictionnel sur ses origines sociales mentionnées ci-dessus possède une valeur politique. Valtin identifia « sa trajectoire sociale [au] […] mythe prolétarien et […] sa trajectoire politique [à] l’histoire du bolchevisme » 72. Cette encoche fictionnelle lui donna un « capital politique » 73 qui légalisa sa position de communiste alors qu’il en dénonçait les méfaits. Mais c’est justement parce qu’il fut un « vrai » communiste que son récit possède un poids historique, qui différencie son livre d’un roman tout en le plaçant dans le domaine de la fiction. Krebs n’a jamais été fils d’ouvrier contrairement à Valtin. C’est le récit littéraire qui crée Jan Valtin, non l’inverse, et ceci dans une mise en scène de Richard Krebs.

  • 74 Michel Verret, « Communismes et sociétés ouvrières : réflexions sur un pluriel », Communisme, n° 15 (...)

51Ce dernier a donc une double légitimité pour écrire. Il n’appartient pas au monde ouvrier et peut donc aisément le trahir, ou plus exactement, puisque le mouvement communiste n’est pas l’entière représentation du monde ouvrier ni du mouvement ouvrier 74, ne rien lui devoir. Il a vécu en partie dans ce monde en tant que communiste. Il n’a eu aucun mal à s’extraire d’un monde qui n’était pas le sien et auquel l’attachait uniquement son passé de militant.

  • 75 Jacques Lecarme, Éliane Lecarme-Tabone, L’autobiographie, Paris, Armand Colin, 1999 [1997], p. 49 : (...)
  • 76 Jacques Lecarme, Éliane Lecarme-Tabone, op. cit., p. 292.

52Le fait d’écrire son autobiographie le différencie des autres militants communistes, d’autant plus que le ton du livre est celui d’un reniement. Le statut d’autobiographie romancée donné à l’ouvrage est justifié par le fait que Valtin se voit comme un être d’exception 75. Ce statut et ce reniement politique sont la base de la narration du livre. C’est au prix du reniement et de son récit que l’ouvrage se trouve être cohérent et touche son public. La rupture avec le passé se fait dans l’écriture et l’autojustification de sa propre biographie. Pour Valtin, les « lignes brisées » 76 de son parcours sont idéologiques, et non fictionnelles. La limite est franchie avec l’histoire : ces ruptures sont réelles, mais arrangées par Valtin sous le sceau de la politique.

  • 77 Philippe Lejeune, L’Autobiographie…, op. cit., p. 13 : « Écrire son autobiographie, c’est essayer d (...)
  • 78 Ibid., p. 16.

53L’autobiographie, récit de vie par excellence, n’est pourtant pas ici l’histoire linéaire de sa propre vie 77. Et Valtin d’écrire des lignes droites – comprendre logiques – mais non moins inventées de sa biographie. Le sens du roman autobiographique de Krebs est caché, car l’objectif premier de l’écriture de cette autobiographie n’est pas révélé. La « ligne directrice » est donc inventée. L’aspect très structuré du texte n’est pas la moindre des inventions. L’autobiographie est « un cas particulier du roman » 78, et ici d’autant plus que Valtin n’a été qu’une victime partielle du communisme (et bien plus du nazisme donc).

54Ce mythe (Valtin, victime innocente de la machine communiste parmi tant d’autres) justifie l’injustifiable : son passage à la Gestapo, dont les conséquences sont bien plus personnelles (la mort terrible de sa femme) que politiques. En effet, Krebs n’était de toute façon plus communiste à sa sortie du camp de concentration. Sa fuite aux États-Unis certifiait qu’il n’était pas non plus devenu un nazi convaincu.

  • 79 Gérard Mauger, op. cit., p. 39.
  • 80 Gérard Mauger, op. cit., p. 34 : « L’autobiographie, de ce point de vue, est le produit et l’objet (...)
  • 81 Sur ce sujet, voir : Le Débat. L’histoire saisie par la fiction, Paris, Gallimard, mai-août 2011.
  • 82 La lecture : une pratique culturelle. Débat entre Pierre Bourdieu et Roger Chartier, dans Roger Cha (...)

55L’entreprise autobiographique étant celle d’un « grandissement » et/ou d’une « restauration de soi » 79, la réalité ne peut pas être écrite, la littérature n’étant qu’un reflet de la réalité. L’autobiographie est fictionnelle 80. Le reflet n’étant évidemment pas idéal, l’autobiographie reste une fiction. Dans ce cadre, il est nécessaire d’analyser ce que l’historien peut puiser dans la littérature et inversement si celle-ci devient une source secondaire. Mais quel est l’intérêt de mesurer l’écart entre le récit et la lecture des archives ? L’enjeu, outre celui personnel de Richard Krebs/Jan Valtin d’écrire ce livre, est dans ce point de rupture, d’équilibre de deux paradigmes scientifiques : quel champ littéraire pour quel champ historique, et inversement ? 81 Lire l’autobiographie romancée de Valtin permet-il de comprendre par « un biais fondamental » 82 une autre histoire du communisme ?

  • 83 Roger Chartier (dir.), op. cit., p. 271 (Pierre Bourdieu).

56L’autobiographie romancée de Valtin peut être lue comme un document historique, à condition d’y appliquer une critique comme pour n’importe quel document en histoire. On peut se demander aussi : « afin d’établir une critique du statut social du document : ce texte, pour quel usage était-il fait ? » 83

  • 84 Roger Chartier (dir.), op. cit., p. 283 : « Publier, c’est rendre public, c’est faire passer de l’o (...)

57Il est intéressant de constater que les connaissances que l’on peut tirer d’un tel ouvrage dépendent de l’époque à laquelle il est lu. Ainsi, le livre de Valtin a souvent conforté les lecteurs ou les historiens dans leur vision du communisme. Cela peut expliquer son succès jusqu’à aujourd’hui (en France particulièrement). Mais dans ce cadre, l’ouvrage n’a pas valeur de « révélation » sur l’histoire du communisme puisque son contenu ne fait qu’alimenter « en mieux » ce que l’on pouvait supposer « de pire » (par exemple, le rôle des instructeurs et l’orthodoxie communiste, le secret/l’espionnage, le sacrifice des militants, l’étendue du réseau communiste…). Son contenu a fait office « d’officialisation » 84 des pratiques communistes.

  • 85 Patrick Boucheron, « On nomme littérature la fragilité de l’histoire », Le Débat. « L’histoire sais (...)

58De fait, l’explicite n’est pas dans l’inconnu de l’histoire racontée par Valtin mais dans les non-dits contenus dans ce livre. Autrement dit, il semble que l’ouvrage révèle des éléments déjà plus ou moins connus des lecteurs ou pressentis comme tels mais non officialisés. Cette autobiographie romancée renvoie à une représentation que le public se fait ou se faisait du communisme. Ceci ne réfute pas pour autant l’idée qu’il se trouve chez Valtin des éléments factuels historiques, mais permet de contextualiser le succès de cet ouvrage tout en atténuant sa nouveauté, et partant, sa valeur historique totale 85.

  • 86 Jacques Lecarme, Éliane Lecarme-Tabone, op. cit., p. 48-49 : « Disons qu’en général l’autobiographi (...)
  • 87 Pierre Nora souligne la fascination qu’exerce l’époque de la Seconde Guerre mondiale sur la générat (...)
  • 88 Bernard Pudal, Communisme français, dans Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia, Nicol (...)

59Dans toute autobiographie, surtout romancée, on trouve une subjectivité indissociable de l’auteur, associant vie privée et vie publique 86. Krebs/Valtin n’est pas une victime exemplaire, mais une parmi d’autres lors d’une époque d’une intensité historique et dramatique sans précédent 87. Comme dans toute lecture, le lecteur ou/et l’historien ne trouvent dans cette autobiographie romancée que ce qu’ils souhaitent y trouver ; ils peuvent ensuite citer, affirmer, retrouver et infirmer ; chaque point de vue demeure différent entre celui du lecteur, du militant de tous bords, de l’historien militant 88.

  • 89 Jacques Lecarme, Éliane Lecarme-Tabone, op. cit., p. 265.

60Quoi qu’il en soit et en se transformant en historien, le lecteur entame une quête qui devient une contre-enquête minutieuse, accompagnée d’un souci de vérification, un démontage des éléments de fabulation, ces mécanismes de transformation de la vérité. Dès lors, transformé en « sujet d’histoire » 89, le prestige du héros perd de la fascination qu’il exerçait sur ses lecteurs.

  • 90 Yves Chevallier, « Biographie et sociologie », Revue française de science politique, Paris, n° 1, j (...)

61Il existe donc plusieurs lectures de cette autobiographie, lectures à la fois diachronique et synchronique 90, sociale et culturelle, mais aussi militante, comme autant de strates d’analyse de l’histoire d’une vie. L’écriture haletante de Sans patrie, ni frontières n’appartient plus à Jan Valtin, qui ne peut être que Richard Krebs aux yeux de l’histoire et de la postérité, pour un lecteur averti ou qui souhaite l’être.

Haut de page

Notes

1 Jan Valtin, Out of the night, New York, Alliance Book Corporation, janvier 1941 ; Tagebuch der Hölle, Cologne, 1957 ; Sans patrie, ni frontières, édition Dominique Wapler, traduction Jean-Claude Henriot, 1947 ; réédition chez Jean-Claude Lattès, 1975 ; nouvelle réédition en 1997, Paris, Actes Sud, coll. « Révolutions ».

2 Lars Borgersrud, Die Wollweber-Organisation und Norwegen, Berlin, Dietz Verlag, 2001 ; John Fleming, The anti-communist Manifestos ; Four books that shapes the cold war, New York, Norton and Company, 2009 ; Mike Jones, « Jan Valtin : a false Witness », Revolutionary History, vol. 5, n° 1, p. 85-95 ; Dieter Nelles, « Jan Valtin “Tagebuch der Hölle”; Legende und Wirklichkeit eines Schlüsselromans der Totalitarismustheorie », 1999. Zeitschrift für Sozialgeschichte des 20. und 21. Jahrhunderts, 1994, p. 11-45 ; “Die Rehabilitation eines Gestapo-Agenten : Richard Krebs/Jan Valtin”, Soziale Geschichte, Zeitschrift für historische Analyse des 20. und 21. Jahrhundert, 2003, p. 148-158 ; Erik Nörgaard, Krigen för krigen, Wollweber-organisationen og skibssabotagerne ; Fra den spanske borgerkrig til besaettelsen af Danmark, Danemark, Bogans Lynge, 1986, 4 tomes ; Steve Parsons, “More on Jan Valtin”, Revolutionary history, vol. 6, n° 1, p. 211, 212 ; Michael Rohrwasser, “Richard Krebs-Jan Valtin”, Exil. Forschung, Erkenntnisse, Ergebnisse, Frankfurt/Main, 1986, p. 38-57 ; “Richard Krebs-Jan Valtin und die Antworten seiner Kritiker”, Exil. Forschung, Erkenntnisse, Ergebnisse, Sonderband 1, Realismus-Konzeptionen der Exilliteratur zwischen 1935 und 1940/41, Maintal, 1987, p. 146-166 ; Ernst Von Waldenfels, Der Spion, der aus Deutschland kam. Das geheime Leben des Seemanns Richard Krebs, Aufbau Verlag, Berlin, 2002 ; “Jan Valtin, Komintern Agent. Aus dem Nachlaß von Richard Krebs (Auszug)”, The International Newsletter of Historical Studies on Comintern, Communism and Stalinism, vol. 6 et 7, n° 14, 2000-2001, p. 521-524 ; “Das Ende des Ochs”, Gegner, n° 4, mars-avril 2000, p. 30-34.

3 À la fin de l’année 1941, le million d’exemplaires vendus fut dépassé.

4 Michael Rohrwasser, Der Stalinismus und die Renegaten ; Die Literatur der Exkommunisten, München, Metzler Studienausgabe, 1991.

5 Philippe Lejeune, L’Autobiographie en France, Paris, Armand Colin, 1998 [1971], p. 10 : « Définition : nous appelons autobiographie le récit rétrospectif en prose que quelqu’un fait de sa propre existence, quand il met l’accent principal sur sa vie individuelle, en particulier sur l’histoire de sa personnalité. »

6 Ibid., p. 17 : « Comment distinguer l’autobiographie du roman autobiographique ? Il faut bien l’avouer, si l’on reste sur le plan de l’analyse interne du texte, il n’y a aucune différence […]. La différence est donc externe : il faut pour l’établir faire intervenir la connaissance d’éléments extérieurs au texte. »

7 Une thèse a été écrite par l’auteure sur le sujet (soutenance en 2014) : L’Internationale des gens de la mer (1930-1937). Activités, parcours militants et résistance au nazisme d’un syndicat communiste de marins et dockers.

8 National Archives and Records Administrations (NARA), Annex I-IV - A/R, Region XI, file : D-261 674, XI-677.236 ; Sub : INTERROGATION OF RICHARD KREBS, RG 319 IRR Personal Name File ; Box 124 BB.

9 Michael Rohrwasser, op. cit., p. 215.

10 Voir les travaux de : Pierre Broué, Jacques Droz, Branko Lazitch, Milorad Drackhovitch, José Gotovitch, Mikhaïl Narinski, Claude Pennetier, Hermann Weber, Andreas Herbst.

11 Philippe Lejeune, Le pacte autobiographique, Paris, Seuil, 1996 [1975], p. 39.

12 Il est l’agent n° 50, surnommé Erka.

13 Bernard Pudal, « Du biographique entre “science” et “fiction”. Quelques remarques programmatiques », Politix, vol. 7, 1994, n° 27, p. 23.

14 Département pour les liaisons internationales du Komintern.

15 Ernst Von Waldenfels, Das Ende des Ochs, op. cit. ; Michael Sayers, Albert Kahn, Die grosse Verschwörung, Berlin, Verlag Volk und Welt, 1949, p. 352 ; L.H. [les initiales seules sont connues. Elles désignent les deux initiales correspondant aux dernières lettres du nom et du prénom de Karl Korsch], “ Revolution for what ? A critical comment on Jan Valtin’s Out of the Night ”, Living Marxism, vol. 5, n° 4, 1941, Chicago, p. 21-29 ; en allemand : Korsch Karl, “Revolution wozu ? Ein kritischer Kommentar zu Jan Valtins Buch Out of the night“, Politische Texte, Frankfurt/Main, Europäische Verlagsanstalt, 1974, p. 349-363.

16 Säpo Stockholm P391 Löp nr. 2, S. 127.

17 NARA, op. cit.

18 Ernst Von Waldenfels, Der Spion, der aus Deutschland kam. Das geheime Leben des Seemanns Richard Krebs, Aufbau Verlag, Berlin, 2002, p. 199. Le problème que soulève cette biographie est que l’auteur s’est identifié de manière partielle à son objet. Ainsi, il n’admet pas que Krebs ait été agent de la Gestapo. Or, ce « passage » est un des ressorts principaux du livre.

19 Ibid., p. 271.

20 Nelles D., op. cit., p. 38, 39.

21 SAPMO-BArch, R3018/NJ 14 498.

22 Ernst Von Waldenfels, Der Spion, op. cit., p. 225.

23 Ibid., p. 334.

24 V pour Vertrauen, la confiance. V-Mann : homme de confiance de la Gestapo.

25 BArch (Berlin), Z/C 14 299.

26 BArch (Berlin), Z/C 14 299. Ces noms sont classés par le pays du militant cité.

27 BArch (Berlin), Z/C 14 299 : rapport de Krebs à la Gestapo du 11 août 1937. Par exemple, Hermann Knüfken est arrêté en 1939, Joseph Schaap est arrêté en 1940, Avatin en 1942. Ces trois militants avaient continué à lutter contre le nazisme illégalement. Ils n’ont pas été arrêtés à cause de Krebs mais pour leurs activités antifascistes. La Gestapo disposait cependant d’informations sur eux avant leurs arrestations.

28 BArch (Berlin), Z/C 14 299.

29 BArch (Berlin), Z/C 14 299.

30 NARA, op. cit.

31 SAPMO-BArch (Berlin), R3018/NJ 5201.

32 Jan Valtin, op. cit., p. 601.

33 Ibid., p. 695.

34 SAPMO-BArch (Berlin), R3018/NJ 5201.

35 Jan Valtin, op. cit., p. 776.

36 BArch (Berlin), Z/C 14 299. Ses autres rapports datent du 20 mai, 28 juillet, 5, 21, 30 août, 10, 28 septembre 1937 et 3 février 1938. Son dernier rapport date du 21 février 1938.

37 BArch (Berlin), Z/C 14 299.

38 Jan Valtin, op. cit., p. 768.

39 Lars Borgersrud, op. cit..

40 Dieter Nelles, op. cit., p. 32.

41 Arbejderbladet, novembre 1937 ; Die Schiffahrt, janvier 1938 ; Daily Worker, 22.5.1938 ; L’Humanité, mai 1948.

42 SAPMO-BArch (Berlin), SgY30/1036/1, p. 54-55.

43 Benjamin Gitlow, The Whole of their Lives, New York, Charles Scribner’s Sons, 1948, p. 327.

44 Dieter Nelles, op. cit., p. 43.

45 Dieter Nelles, op. cit., p. 39.

46 Children of yesterday, The 24. Infantry division in World War II, Nashville, The Battery Press, 1945 ; Wintertime, New York, Rinehart, 1950 ; Ni lumière, ni étoile, Paris, Presses de la cité, 1950 ; Château de sable, Paris, Presses de la cité, 1951.

47 Lars Borgersrud, op. cit., p. 191-192.

48 Richard Jensen, Frem i Lyset Jan Valtin Gestapo Agent nr. 51, Copenhague, Vilhelm Prior, 1946.

49 Michael Rohrwasser, op. cit., p. 185.

50 En 1943, la revue Forum Publisher publia une étude de Sender Garlin qui faisait de Krebs un antisémite de longue date après l’attaque qu’il avait perpétrée contre un commerçant juif ; Michael Sayers , Albert Kahn, op. cit., p. 353.

51 Michael Rohrwasser, op. cit., p. 197.

52 Gilles Perrault, « Le Komintern ou le roman rouge du xxe siècle », Marianne, 14-20 février 2002 : « Si puissante était l’aura romantique [du Komintern] que le célèbre Sans Patrie, ni frontières publié après la Seconde Guerre mondiale par un transfuge, Jan Valtin, avec l’objectif de révéler la face noire du Komintern, ne fit qu’amplifier sa légende rouge... ».

53 Comme certains militants trotskistes, anarchistes ou des ex-communistes.

54 Guillaume Bourgeois, « Sans Patrie, ni frontières de Jan Valtin : l’affaire de presse et le secret bien gardé des services spéciaux », Le Temps des médias, n° 10, 2010. Guillaume Bourgeois omet de mentionner dans cet article que le sujet lui avait été inspiré par le master 2 sur Jan Valtin donné par l’auteure.

55 Claude Pennetier, Bernard Pudal (dir.), Autobiographies, autocritiques, aveux dans le monde communiste, Paris, Belin, « socio-histoire », 2002, p. 39.

56 Ibid., p. 303 : « L’examen de la mémoire communiste, telle qu’elle s’est historiquement constituée [...], invite à formuler l’hypothèse que le cumul des attributs communistes (être d’origine ouvrière ou populaire, avoir dans sa famille proche des membres du Parti, être militant dans des organisations de masse liées au Parti, etc.), une plus ou moins forte intégration à l’univers communiste et à ses diverses dimensions autoriserait une plus ou moins grande conformité des souvenirs, y compris les plus personnels, aux normes, aux schémas d’interprétation du monde tels que les cadres sociaux de la mémoire les constituent. »

57 Ibid., p. 305-306.

58 Ibid., p. 300-301.

59 Werner Angress, Die Kampfzeit der KPD 1921-1923, Düsseldorf, Droste Verlag, 1973 [1955], p. 385, 386 ; David J. Dallin, Die Sowjetspionage, Prinzipien und Praktiken, Köln, Verlag für Politik und Wirtschaft, 1956, p. 153-154 ; Günther Nollau, Die Internationale, Köln, Verlag für Politik und Wirtschaft, 1959, p. 116, 117, 121, 132, 134, 140, 145, 146, 154, 257, 268, 264, 319.

60 David Childs, Richard Popplewell, The STASI. The East German Intelligence and Security Service, New York, New-York University Press, 1996, p. 7, 14, 15, 16, 19, 28, 29, 30, 31, 214 (note 30). L’ouvrage est une source d’erreurs toutes plus sensationnelles les unes que les autres sur Valtin ; Stéphane Courtois (dir.), Le livre noir du communisme. Crimes, terreurs et répressions, Paris, Robert Laffont, 1997, p. 392 : « Le M-Apparat n’en demeura pas moins, jusque dans les années trente, une structure importante du KPD, bien décrite par l’un de ses chefs, Jan Valtin, de son vrai nom Richard Krebs. » Krebs n’a pas été un des chefs du M-Apparat mais a travaillé dans l’ISH qui disposait d’un appareil non officiel ; Roger Faligot, Rémi Kauffer, Histoire mondiale du renseignement 1879-1939, Paris, Robert Laffont, tome 1, 1993, p. 305 ; Jan Von Flocken, Michael F. Scholz, Ernst Wollweber, Saboteur-Minister-Unperson, Berlin, Aufbau Verlag, 1994, p. 52, 57, 72, 89, 131, 150 ; Brigitte Studer, Un parti sous influence. Le parti communiste suisse, une section du Komintern 1931-1939, Lausanne, L’Âge d’Homme, 1994, p. 169 note 46, p. 173 note 63 ; Sylvain Boulouque, « Vérification, rectification et interdépendance. Les relations entre la CGTU et l’ISR 1930-1932 », Communisme, n° 65/66, 2001, p. 155, note 11 : « Deux CIP [comité international de propagande] sont passés à la postérité par les mémoires de leurs anciens dirigeants, l’Internationale des marins et dockers avec l’ouvrage de Jan Valtin [...] ». Richard Krebs (et non Valtin) n’a jamais été dirigeant d’un CIP. L’ISH était une section du CIP transports.

61 Dieter Nelles, op. cit., p. 45.

62 Michael Rohrwasser, op. cit., p. 186.

63 Jan Valtin, op. cit., p. 12. Il rajouta : « Ne sois pas triste! me dit mon père pour me consoler, et ne l’oublie pas : nous sommes des hommes de deuxième classe ! » Richard Krebs est le cadet d’une famille de cinq enfants. Ses deux sœurs naquirent à Hong Kong et un de ses frères à Singapour. Sa sœur Cilly devint photographe pour Leo Frobenius, ethnologue allemand, auteur de travaux sur l’Afrique. L’autre sœur, infirmière, décéda en 1945. Le plus âgé de ses frères fut officier de l’armée de l’air allemande et mourut en 1939. Son deuxième frère disparut en janvier 1919 et le cadet devint marin. C’est avec lui que Krebs maintint un contact après guerre. Sa mère, Pauline Krebs, mourut le 30 janvier 1933.

64 Philippe Lejeune, L’Autobiographie..., op. cit., p. 12.

65 Ibid. Philippe Lejeune donne les exemples de Maurice Thorez dans Fils du Peuple, de Charles de Gaulle avec Mémoires de guerre et de Ma vie de Trotski.

66 Bernard Pudal, « Du biographique... », op. cit., p. 16.

67 Gérard Mauger, « Les autobiographies littéraires, objets et outils de recherche sur les milieux populaires », Politix, vol. 7, 1994, n° 27, p. 32.

68 Gérard Mauger, op. cit..

69 Carlo Ginzburg, Le fromage et les vers. L’univers d’un meunier du xvie siècle, Paris, Flammarion, 1980.

70 Jean Peneff, « Autobiographies de militants ouvriers », Revue française de science politique, Paris, n° 1, 1979, p. 56.

71 Krebs a découvert ces auteurs dans la prison de San Quentin.

72 Claude Pennetier, Bernard Pudal (dir.), « Autobiographies… », op. cit., p. 9.

73 Ibid., p. 17.

74 Michel Verret, « Communismes et sociétés ouvrières : réflexions sur un pluriel », Communisme, n° 15-16, 1987, p. 24 : « Une équivalence rapide, aidée par la demande d’illusion militante, la panique idéologique ou la simple inertie de pensée, tend à s’instituer de nos jours, entre communisme, marxisme et classe ouvrière. Il s’en faut pourtant que les trois termes se superposent historiquement deux à deux, encore moins par trois : beaucoup de communismes non marxistes, beaucoup d’ouvriers non communistes, bien des ouvriers communistes non marxistes, à supposer même qu’il n’y eût qu’un marxisme et qu’il ne se disputât pas avec lui-même. »

75 Jacques Lecarme, Éliane Lecarme-Tabone, L’autobiographie, Paris, Armand Colin, 1999 [1997], p. 49 : « Alors que l’autobiographie cède souvent à l’illusion d’un état d’exception par rapport à son environnement et à sa génération, le mémorialiste fonctionne sur l’illusion de l’exemplarité : il est témoin et le porte-drapeau de sa génération, il résume en lui les grands conflits de ce siècle […]. »

76 Jacques Lecarme, Éliane Lecarme-Tabone, op. cit., p. 292.

77 Philippe Lejeune, L’Autobiographie…, op. cit., p. 13 : « Écrire son autobiographie, c’est essayer de saisir sa personne dans sa totalité, dans un mouvement récapitulatif de synthèse du moi. Un des moyens les plus sûrs pour reconnaître une autobiographie, c’est donc de regarder si le récit d’enfance occupe une place significative, ou d’une manière plus générale si le récit met l’accent sur la genèse de la personnalité. »

78 Ibid., p. 16.

79 Gérard Mauger, op. cit., p. 39.

80 Gérard Mauger, op. cit., p. 34 : « L’autobiographie, de ce point de vue, est le produit et l’objet d’une double illusion. “Illusion référentielle” de toute littérature qui, dans le cas présent, “consiste à croire, comme le dit Sartre, qu’une vie vécue peut ressembler à une vie racontée”. Illusion redoublée ici de la croyance en l’existence d’un “moi”, d’un “sujet à décrire” [...]. »

81 Sur ce sujet, voir : Le Débat. L’histoire saisie par la fiction, Paris, Gallimard, mai-août 2011.

82 La lecture : une pratique culturelle. Débat entre Pierre Bourdieu et Roger Chartier, dans Roger Chartier (dir.), Pratiques de la lecture, Paris, Payot, 2003 [1985], p. 269 : « Or, le fait de lire des choses dont on ne sait pas si elles sont faites pour être lues introduit un biais fondamental. » (Pierre Bourdieu).

83 Roger Chartier (dir.), op. cit., p. 271 (Pierre Bourdieu).

84 Roger Chartier (dir.), op. cit., p. 283 : « Publier, c’est rendre public, c’est faire passer de l’officieux à l’officiel. » (Pierre Bourdieu).

85 Patrick Boucheron, « On nomme littérature la fragilité de l’histoire », Le Débat. « L’histoire saisie par la fiction », Paris, Gallimard, mai-août 2011, p. 41-56, ici p. 42 : « Le roman, notamment, naît (et renaît sans cesse) de sa volonté farouche de dire le vrai sur notre temps. Et sa vérité, parce qu’elle frappe l’imagination et s’inscrit dans l’expérience vécue du lecteur, est d’une essence supérieure à celle qu’établit péniblement l’historien, qui n’est rien d’autre qu’une exactitude vétilleuse. »

86 Jacques Lecarme, Éliane Lecarme-Tabone, op. cit., p. 48-49 : « Disons qu’en général l’autobiographie vise dans le sujet vivant l’individu, mais tout l’individu, avec sa vie privée et publique. »

87 Pierre Nora souligne la fascination qu’exerce l’époque de la Seconde Guerre mondiale sur la génération actuelle : « Ils [les livres des écrivains Yannick Haenel et Jonathan Littell] ont en commun d’illustrer la fascination qu’exerce la période de la guerre [la Seconde Guerre mondiale], pour la génération des quarante ans qui ne l’a pas vécue. » Pierre Nora, « Histoire et roman : où passent les frontières ? », Le Débat, op. cit., p. 12.

88 Bernard Pudal, Communisme français, dans Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia, Nicolas Offenstadt (dir.), Historiographies. Concepts et débats, Paris, Gallimard, « Folio histoire », 2010, tome 2, p. 976 : l’auteur évoque de 1960 à 1978 « le temps des histoires universitaires «militantes» ».

89 Jacques Lecarme, Éliane Lecarme-Tabone, op. cit., p. 265.

90 Yves Chevallier, « Biographie et sociologie », Revue française de science politique, Paris, n° 1, janvier 1979, p. 99-100.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Constance Margain, « L’autobiographie romancée d’un aventurier en politique : Sans patrie ni frontières, de Jan Valtin », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 126 | 2015, 141-159.

Référence électronique

Constance Margain, « L’autobiographie romancée d’un aventurier en politique : Sans patrie ni frontières, de Jan Valtin », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 126 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4179

Haut de page

Auteur

Constance Margain

Université du Havre (UMR CNRS 6266 CIRTAI-IDEES)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page