Navigation – Plan du site
DOSSIER

Les engagements d’Injî Aflâtûn dans l’Égypte des années quarante : la radicalisation d’une jeune éduquée au croisement des questions nationale, femme et sociale

Didier Monciaud
p. 73-95

Résumé

Dans l’Égypte des années 1940 dominée par la puissance britannique, de nombreuses jeunes égyptiennes rejoignent la gauche communiste alors en plein essor. Injî Aflâtûn, jeune éduquée passionnée de peinture, s’engage à gauche et s’investit dans « l’action femme ». Sa trajectoire s’inscrit dans la riche histoire des luttes pour les droits des femmes en Égypte qui s’articule, non sans tensions, aux luttes anticolonialistes. Elle exprime un phénomène de radicalisation et de militantisme se situant au croisement du marxisme, du patriotisme, de la réforme sociale et de la « question femme ».

Haut de page

Texte intégral

À la mémoire de Soraya Adhâm et d’Eqbal Hanîn

  • 1 Cf. Eglâl Khalīfa, al-Haraka al-nisā’īya al-hadītha, Le Caire, al-Matba‘a al-‘arabīya al-hadītha, 1 (...)

1L’histoire des luttes pour les droits des femmes en Égypte est riche d’engagements, de contributions et de mobilisations 1. Depuis la fin du xixe siècle, la « question femme » s’affirme progressivement dans un pays dominé et s’associe aux luttes du mouvement anticolonial. Différentes orientations émergent, d’un patriotisme libéral et laïc à des options conservatrices, nationalistes ou de gauche.

  • 2 Cf. Selma Botman, Oppositional politics in Egypt : the communist movement 1936-1954, Thèse de docto (...)
  • 3 Cf. son autobiographie, Injî Aflâtûn, Mudhâkirât, Koweit, Dâr So’ad al-Sabbâh, 1993.
  • 4 Cf. le film Injî (1988) de Mohamed Cha’ban, Le Caire, Sundûq al tanmîa al thaqâfîa.

2Dans les années 1940, de nombreuses égyptiennes rejoignent les groupes communistes alors en plein essor 2. Une figure émerge : Injî Aflâtûn 3, jeune éduquée passionnée par la peinture 4, s’engage à gauche et s’investit dans « l’action femme », y jouant un rôle de premier plan.

  • 5 Chercheuse travaillant sur les Grecs, le cosmopolitisme et la gauche en Égypte.
  • 6 Cf. Selma Botman, « Women’s participation in radical egyptian politics 1939-1952 », Khamsin, n° 6, (...)

3Notre article examine cette contribution pour l’obtention de droits politiques et sociaux. Ce parcours exprime le phénomène de radicalisation d’une jeune éduquée dans le contexte colonial où s’articulent marxisme, patriotisme et réforme sociale. Les options d’Injî Aflâtûn sur la « question femme » reposent sur une adhésion à un projet où la lutte pour les droits des femmes devient un élément spécifique du mouvement de résistance au colonialisme et au capitalisme. Ses analyses et ses interventions participent de l’élaboration d’une « conscience féministe primitive », selon l’expression de Katerina Trimi 5. Avec un tel exemple, il s’agira de discuter les relations complexes, et non dépourvues de tensions, de la gauche égyptienne avec le féminisme durant cette période 6.

4Dans une première partie, nous examinerons les origines et les éléments clés de ce parcours individuel, en particulier ses racines familiales, l’importance de la peinture, sa radicalisation politique et ses engagements militants. Nous aborderons ensuite sa participation au congrès fondateur de la Fédération démocratique internationale des femmes à Paris, puis sa contribution critique à la « question femme » avec son ouvrage original publié en 1949. Nous discuterons ensuite des caractéristiques de cet engagement communiste égyptien dans le contexte de cette période sensible et de sa contribution à la lutte des femmes avec un examen des tensions entre « question femme » et féminisme qui traversent son intervention.

Origines et éléments d’un parcours

Racines d’un itinéraire individuel 7

  • 7 Le premier volume de l’autobiographie de sa sœur Gulpérie éclaire cette histoire. Cf. Gulpérie Effl (...)
  • 8 Injî Aflatûn, op. cit., 1993, p. 9-10.
  • 9 Gulpérie Efflatoun-Abdalla, op. cit., p. 7-39.

5Injî Aflâtûn naît en 1924 dans une famille francophone de l’aristocratie d’origine turco-circassienne proche de la famille royale 8, qui parle turc et français plus qu’arabe. Ses parents sont cousins 9, pratique répandue en Égypte, notamment au sein de cette élite. Le père, grand entomologiste, obtient le titre de « pacha ». Sa mère, Salhah, née à Choubra, alors quartier résidentiel huppé, vit dans un palais avec de nombreux domestiques.

Injî Aflâtûn (1940)

  • 10 Selma Botman, op. cit., 1999, p. 44.
  • 11 Injî Aflatûn, op. cit., 1993, p. 11.
  • 12 Selma Botman, op. cit., 1999, p. 45.
  • 13 Gulpérie Efflatoun-Abdalla, op. cit., p. 85-93.

6Elle connaît une enfance relativement atypique 10 en raison de la personnalité et de la trajectoire de cette mère qui quitte son époux à l’âge de 19 ans. Injî n’a alors que quelques mois 11. Indépendante, Salha Aflâtûn choisit de travailler et d’ouvrir une boutique de mode en 1936, après un prêt de la banque Misr, contre l’avis de son époux 12. Elle représente la haute couture parisienne au Caire. Elle recourt au pseudonyme de Monique 13 pour apprendre ce métier à Paris. Dévoilé, ce secret provoque un scandale au sein de la « bonne » société, mais cela représente pour ses filles un exploit et un exemple.

  • 14 Injî Aflatûn, op. cit., 1993, p. 17.

7La maison de Choubra abandonnée, la mère et ses deux filles s’installent à Zamalek puis à Ma’adi. La jeune Injî fréquente l’école du Sacré-Cœur. Cette école catholique, conservatrice et francophone, qui forme de futures épouses « convenables pour les milieux aisés » 14, représente pour elle une véritable épreuve.

  • 15 Jacques Berque, Égypte : impérialisme et révolution, Paris, Gallimard, 1969, p. 492.
  • 16 Injî Aflâtûn, op. cit., 1993, p. 18.

8Le style de vie des jeunes filles de ce milieu est souvent marqué par un isolement et par des formes de rejet de la langue arabe 15. « Elles étaient fières de converser en français. Et elles rivalisaient entre elles pour mépriser tout ce qui était égyptien, arabe, ou lié de toute façon à cela. Les jeunes filles musulmanes étaient une minorité, très peu nombreuses. » 16 Dans le cas d’Injî, cela signifie une méconnaissance de l’arabe.

9Avec son passage au lycée français du Caire, l’adolescente gagne une liberté avec un véritable défi intellectuel. Le lycée lui apparaît comme fort différent du Sacré-Cœur. Une prise de distance progressive avec le milieu de son enfance s’opère alors.

  • 17 Injî Aflâtûn, op. cit., 1993, p. 33.
  • 18 Terme d’origine turque qui renvoie en dialecte égyptien aux étrangers.
  • 19 Injî Aflâtûn, op. cit., 1993, p. 34.

10En devenant militante, patriote et marxiste, elle effectue un passage « du camp des riches au camp des pauvres » 17. Si la France reste la référence pour ce milieu, Injî refuse la suggestion de sa mère et les pressions de ses proches d’aller y étudier les arts : « il n’était pas acceptable et rationnel que je quitte l’Égypte et que j’aille dans les pays des khawagât 18 pour plusieurs années, alors que je pensais de tout mon cœur au long et douloureux processus d’égyptianisation pour moi-même, pour ma personnalité, moi qui parlais français et avais perdu 18 ans dans une société enveloppée dans du cellophane. Jusqu’à ce que j’aie 17 ans, ma langue était le français et quand je commençais à être en contact avec les gens, je ne pouvais pas desserrer le nœud qui liait ma langue ! Moi coupée de l’arbre ? » 19

  • 20 Injî Aflatûn, op. cit., 1993, p. 17, 18, 20, 25 et 24.

11Sa scolarité dans un système étranger et francophone, au contenu moderne et conservateur, favorise un accès à d’autres références et participe d’une rupture avec les préjugés de cette élite. « L’usine à bonnes épouses » la conduit à « la liberté » : après des « interrogations », elle découvre « une liberté de forme nouvelle » 20. Révoltée par la grande pauvreté du peuple et la richesse de son milieu, la jeune Injî se radicalise et s’engage dans le communisme.

Importance de la peinture

  • 21 Injî Aflâtûn, op. cit., 1993, p. 28-32.
  • 22 Liliane Karnouk, Modern Egyptian Art, Le Caire, AUC Press, 2005, p. 72-73.
  • 23 Cf. Injî Aflatûn, op. cit., 1993.
  • 24 Sherifa Zuhur, Images of enchantment : visual and performing arts of the Middle East, Le Caire, AUC (...)
  • 25 Injî Aflâtûn, op. cit., 1993, p. 26.

12Très tôt, elle manifeste un vif intérêt pour la peinture 21. Soutenue par sa famille, elle suit des cours privés à la maison avec l’artiste Kamâl al-Tilmissâni. La rencontre de cette figure 22 de la petite et dynamique mouvance surréaliste s’avère décisive : il lui fait découvrir de nouveaux horizons artistiques et philosophiques 23 : surréalisme, cubisme, histoire des arts, questions esthétiques. Il soutient l’engouement pour l’univers paysan 24 qui accompagne son sentiment de révolte avec la découverte de la pauvreté. Elle s’oriente vers un « humanisme d’un autre type » 25. À 17 ans, elle participe à la troisième exposition Art indépendant du groupe Art et Liberté. Ultérieurement, son travail sera marqué par le réalisme social. Elle va devenir une figure de l’art égyptien moderne.

Injî Aflâtûn, La fille et le monstre, 1941.

Radicalisation et engagement politiques

13Après la « révolution de 1919 », l’Égypte gagne une indépendance limitée et une monarchie parlementaire. La question nationale reste centrale, progressivement la question sociale prend de l’importance. Le second conflit mondial affecte l’Égypte avec d’importantes mutations politiques et sociales. Des réseaux politiques progressistes s’affirment. D’abord influents dans les milieux étrangers et cosmopolites, ils pénètrent les milieux éduqués et syndicaux, notamment après Stalingrad. Les espoirs d’une indépendance effective et de justice sociale augmentent. La mouvance communiste incarne la radicalité et la modernité, tant sur la question nationale que sur les enjeux sociaux.

  • 26 Hamza Qennâwî, Al-Muthaqafûn, Le Caire, Dâr al-Thaqâfa al-Guedîda, 2009, p. 70.
  • 27 Rifa’t al Sa’îd, vol. 3, 1988, op. cit., p. 125-28.
  • 28 Raoul Makarius, La jeunesse intellectuelle d’Égypte au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, La (...)
  • 29 Selma Botman, op. cit., 1984, p. 319.
  • 30 Cf. Latifa Zayyat, Perquisition !, Paris, Sindbad, 1996.
  • 31 Cf. Didier Monciaud, « Une trajectoire féminine dans la gauche égyptienne : dimensions et enjeux de (...)
  • 32 Cf. son témoignage dans ‘Âsem al-Dessouqî (dir.), Chahadât wa ro’a, vol. 7, Le Caire, Markaz al-Buh (...)

14À l’université, Injî fréquente la mouvance de gauche. Elle participe à un « cercle d’étude » 26, retrouvant régulièrement des proches, par affinités personnelles, pour des discussions et des échanges de livres. Injî assiste aussi aux conférences hebdomadaires du Dâr al-Abhâth al-‘Ilmîa 27 (centre de recherches scientifiques), situé au centre de la capitale. Ce foyer culturel, intellectuel et social 28 incarne un dynamisme culturel, une liberté d’expression, une mixité et une vie sociale en rupture avec les normes conservatrices prédominantes. Il gagne une audience certaine avec 300 participants réguliers, dont une cinquantaine de jeunes femmes 29. Nombre d’entre elles, comme Latîfa al-Zayyât 30, Soraya Adhâm 31 ou Fatma Zakî32, s’engagent à gauche.

  • 33 Cf. R. al Sa’id, op. cit., vol. 3, 1988, p. 215-226 ; Selma Botman, op. cit., 1984, p. 386-99.
  • 34 Entretien dans ‘Asem al-Dessûqî (éd.), Chahādāt wa-ruʼá, vol. 5, Le Caire, Markaz al-Buhūth al-‘Ara (...)

15Ce centre est animé par des militants d’Iskra (étincelle) 33, l’une des organisations communistes formée en 1942 autour d’Hillel Schwartz 34, juif francophone. Elle s’adresse aux milieux éduqués et cosmopolites, et insiste sur la théorie.

  • 35 Injî Aflâtûn, op. cit., 1993, p. 38.
  • 36 Injî Aflâtûn, op. cit., 1993, p. 39.

16Injî poursuit sa découverte de nouvelles références et d’un nouvel univers qui bouleversent ses perspectives. Sympathisante, elle participe à des réunions avant d’intégrer Iskra en 1944 35. Elle qui maîtrise très mal sa langue commence à réellement l’apprendre 36.

  • 37 Selma Botman, op. cit., 1987, p. 21.
  • 38 ‘Âdel Amîn, Mohâkama al chuyu’îîn al masryîn. Qadaya sâna 1946, Le Caire, s.e., 1996, p. 24-25.
  • 39 Ahdâfunâ (1945) brochure de la Ligue des jeunes femmes de l’université et des instituts, citée par (...)

17En 1944-1945, elle participe au lancement de la Ligue des jeunes femmes des universités et des instituts (Râbitat Fatayat al-gâmi’a wa al-ma’âhid37. La Ligue défend une orientation de gauche anticoloniale, les intérêts spécifiques des étudiantes et des diplômées, et l’égalité entre hommes et femmes 38. Une de ses brochures appelle les femmes à « lutter pour les plus larges libertés ; lutter pour la libération de l’oppression, de la faim et de l’agression ; lutter par et pour nous-mêmes ; lutter pour créer une libre et noble vie pour les femmes égyptiennes sous la souveraineté d’un pays noble et libre ; lutter pour réaliser la liberté démocratique qui ne peut arriver à l’ombre de l’impérialisme, ni à l’ombre de l’esclavage et de l’exploitation » 39.

  • 40 Cf. son témoignage dans ‘Âsem al-Dessouqî (dir.), op. cit., vol. 7, 2006, p. 225-44.
  • 41 ‘Âdel Amîn, op. cit., 1996, p. 24.
  • 42 Âsem al-Dessouqî (dir.), Chahadât wa ro’a, vol. 7, op. cit., p. 56.

18Cette structure non reconnue par le ministère des Affaires sociales n’est pas une antichambre d’Iskra, mais une structure d’action large. La police évalue ses effectifs à une cinquantaine de membres, égyptiennes et soudanaises. Outre Injî Aflâtûn, ses responsables sont Soraya Adhâm, Latîfa al-Zayyât, ‘Enayât Adhâm, Fatma Zakî 40 ou So’âd Kâmel 41. La plupart appartiennent à la mouvance communiste, mais on y trouve des indépendantes comme ‘Aycha Râteb 42.

  • 43 Cf. Ahmed ‘Abdallah, The student movement and national politics in Egypt, Londres, Saqi Books, 1985
  • 44 Cf. Injî Aflâtûn, op. cit., p68 et après.

19Ce réseau militant joue un rôle important dans les mobilisations antibritanniques d’ampleur qui se développent à partir de l’automne 1945 dans les écoles et les universités. Le monde du travail connaît l’affirmation d’un syndicalisme combatif. Une jonction s’opère au sein du Comité national des ouvriers et des étudiants (CNOE) 43 en 1946. Fait rare à l’époque, la direction du CNOE comprend des femmes, comme Latîfa al-Zayyât, ‘Enayât Adhâm, Fatma Zakî ou Injî Aflâtûn 44.

Latîfa al-Zayyât, dirigeante du Comité national des ouvriers et des étudiants (1946).

  • 45 Injî Aflâtûn, op. cit., 1993, p. 75-78 et 89.
  • 46 Selma Botman, op. cit., 1984, p. 85.
  • 47 Injî Aflâtûn, op. cit., 1993, p. 114.
  • 48 Injî Aflâtûn, op. cit., 1993, p. 113.

20Son militantisme prend une dimension internationale 45 avec la participation au Congrès étudiant d’août 1946 et de la jeunesse en juillet 1947 à Prague. Plus important, en novembre 1945, elle assiste au congrès fondateur de la Fédération démocratique internationale des femmes (FDIF) à Paris. L’émissaire de l’Union des femmes égyptiennes, principale organisation en Égypte, refuse d’y participer en raison du radicalisme du projet 46. En 1948, elle relate cet épisode dans sa brochure Thamanun milyon imraa ma’anâ (80 millions de femmes avec nous), « premier encouragement pour écrire » 47. La police empêche sa distribution jusqu’à un recours judiciaire contre le ministère de l’Intérieur 48.

  • 49 Injî Aflâtûn, op. cit., 1993, p. 98.
  • 50 Injî Aflâtûn, op. cit., 1993, p. 113.

21Elle ressent un sentiment de culpabilité en raison de sa riche garde-robe alors que la plupart de ses camarades ne sont pas de la même extraction sociale. Une certaine presse hostile la présente d’ailleurs comme « la communiste qui possède quarante robes » 49. Elle est aussi dénoncée comme « communiste aristocrate » et « sioniste » 50. La seconde accusation affecte l’ensemble de la gauche communiste, pour son soutien au plan de partage de la Palestine.

  • 51 Cf. ‘Âdel Amîn, op. cit., vol. 1, 1996 et Rifa’t al-Sa’îd, op. cit., vol. 2.
  • 52 Rifa’t al-Sa’îd, Hakadha takallamu al chuîû-îûn, Le Caire, Matab’a al-Amal, 1989, p. 290-95.

22En juillet 1946, le Premier ministre, Isma’îl Sidqy, écrase la puissante vague de mobilisation avec l’interpellation de ses principaux animateurs et d’intellectuels de gauche ou libéraux, l’interdiction de journaux, de maisons d’édition et de clubs comme la Ligue des jeunes femmes de l’université et des instituts supérieurs 51 ou le Dâr al-Abhâth al-‘Ilmîa 52. Injî est interpelée, comme Latifa al-Zayyât, Hekmat al-Ghazali, Fatma Zakî ou Soraya Adhâm.

  • 53 Cf. témoignages dans ‘Âsem al-Dessouqî (dir.), op. cit., vol. 7, 2006, p. 57 et 228.
  • 54 Nancy Gallagher, Egypt’s other wars : epidemics and the politics of public health, Syracuse, Syracu (...)
  • 55 Cf. Rifa’t al-Sa’îd, Al-Sahâfa al-yasârîa fî misr 1925-1948, vol. 2, op. cit., p. 184-234.

23En 1947, elle participe au lancement du Mouvement démocratique de libération nationale (MDLN), fusion d’Iskra et du MELN d’Henri Curiel. Elle poursuit ses activités militantes, notamment au bureau « femmes » qu’elle dirige avec Soraya Adhâm, Fatma Zaki ou Hekmat al-Ghazali, animatrice de la Ligue des ouvrières 53. Pendant l’été 1947, elle s’investit dans la solidarité contre la sévère épidémie de choléra 54. Elle participe aussi à la diffusion de l’hebdomadaire communiste al-Gamâhîr 55.

  • 56 Injî Aflâtûn, op. cit., 1993, p. 104.
  • 57 Injî Aflâtûn, op. cit., 1993, p. 98.

24Son égyptianisation et son arabisation 56 se poursuivent avec son mariage à Hamdi ‘Abdel Gawwâd, procureur marxiste issu de la classe moyenne. Il l’aide à dépasser ses complexes et l’encourage dans son engagement. Ses parents acceptent un tel mariage : « Ma mère se sentit rassurée parce qu’il était égyptien et musulman. » 57

25Le MDLN connaît des troubles internes à propos de son orientation, le système des secteurs d’interventions, la personnalité d’Henri Curiel et le rôle des étrangers. Il implose en une kyrielle de groupes rivaux. Injî rejoint l’une des scissions.

  • 58 Cynthia Nelson, Doria Shafik egyptian feminist, a woman apart, Le Caire, American University in Cai (...)
  • 59 Idem.

26Enseignante puis journaliste au quotidien wafdiste al-Misrî, elle poursuit ses activités, notamment féministes, et s’implique dans le mouvement de la paix. En 1951, une guérilla antibritannique s’affirme dans la région du canal. Autour de la féministe Ceza Nabaraoui, les militantes de gauche animent le Comité femme pour la résistance populaire 58. En 1956, elles lancent des comités féminins pour la résistance populaire contre l’agression militaire de la France, de la Grande-Bretagne et de l’État d’Israël 59.

27Au milieu des années 1950, elle rejoint le Parti communiste égyptien dit al-Raya (le drapeau), animé par des diplômés revenus de France et des dissidents du MDLN. Elle participe à « l’action femme » lors des élections de 1957. L’unification des groupes communistes s’opère le 8 janvier 1958, mais rapidement la nouvelle organisation se divise.

  • 60 ‘Âdel Amîn, op. cit., vol. 7, 2000, p. 175 et 250.
  • 61 Cf. Soraya Châker, « Khawâter ‘ann fath mo’taqal lil-nisâ’ fî sâna 1959 », dans Ramsîs Labîb (dir.) (...)

28En 1959, la vague d’arrestations contre la gauche communiste lancée par le régime nassérien 60 concerne aussi des militantes dont Injî 61. En prison, elle poursuit sa création picturale. Aflâtûn participe aux luttes des prisonnières, par exemple en décembre 1962 avec une grève de la faim. Libérée, elle agit en faveur des prisonniers. En avril 1965, les communistes dissolvent leurs organisations et rejoignent l’expérience nassérienne.

29Au milieu des années 1970, elle participe à la fondation du parti légal de gauche du Tagammu’ (rassemblement) et s’investit dans l’Union des femmes progressistes (UFP). Artiste et militante reconnue, elle est souvent sollicitée pour son expérience ou des sujets politiques, jusqu’à son décès en 1989.

Participation au congrès de Paris, fondateur de la Fédération démocratique internationale des femmes

  • 62 Cf. Francisca de Haan, « Continuing Cold War Paradigms in Western Historiography of Transnational W (...)
  • 63 Cf. Sandra Fayolle, « L’Union des Femmes Françaises », DVD La Résistance en Île-de-France, AERI, 20 (...)

30Au sortir du second conflit mondial, l’espoir d’une paix mondiale prédomine. Un projet d’une Fédération démocratique internationale des femmes (FDIF) 62 émane de la mouvance communiste, en particulier l’Union des femmes françaises 63.

  • 64 Fédération démocratique internationale des femmes, Congrès international des femmes. Compte rendu d (...)

31La FDIF est fondée à Paris au cours d’un « congrès international des femmes » au Palais de la Mutualité 64 qui débute le 26 novembre 1945 : 850 déléguées provenant de « tous les points de l’horizon » représentent 40 pays et 181 organisations. Un meeting au Vélodrome d’Hiver, en présence de 10 000 femmes, le clôture le 1er décembre 1945.

  • 65 Eugénie Cotton, « Introduction » et Françoise Leclerq, « La participation des femmes à la lutte pou (...)
  • 66 Mercedes Yusta, op. cit., p. 94.
  • 67 Injî Aflâtûn, « Situation juridique, politique et économique de la femme en Égypte », Congrès inter (...)

32S’inscrivant dans l’héritage de la Résistance et des luttes des femmes et des peuples du monde entier, elle s’affirme contre le fascisme, pour les indépendances nationales et pour la paix mondiale 65. Sa fondation est « la résultante d’une série d’héritages, plus ou moins conscients, plus ou moins revendiqués » 66, notamment l’antifascisme féminin d’avant-guerre. Injî Aflâtûn évoque « la joie de la Ligue des étudiantes et des diplômées égyptiennes de participer à cette grandiose manifestation féminine antifasciste » 67.

  • 68 Congrès international des femmes, op. cit., p. 381-82.
  • 69 « Discours d’ouverture de Mme Cotton », op. cit., Congrès international des femmes, p. XVII‑XVIII.
  • 70 So’ad al-Ramlî, op. cit., p. 53.

33Ce congrès aborde « la question du rôle de la femme dans l’antifascisme ainsi que la paix et la démocratie, la situation économique et sociale des femmes et le problème de l’enfance et de l’éducation », et lance « une organisation féminine internationale nouvelle » avec la revendication de l’égalité 68 et la volonté de favoriser « l’action massive des femmes dans la vie publique » 69. L’anticolonialisme et le soutien aux luttes des peuples dominés sont aussi des axes importants 70.

La participation égyptienne

  • 71 So’ad al-Ramlî, op. cit., p. 44.
  • 72 Témoignage So’ad Zoheir, ‘Asem al-Dessûqî (éd.), Chahādāt wa-ruá, vol. 3, op. cit., p. 56.

34Les préparatifs de la constitution de la délégation égyptienne restent méconnus. Injî Aflâtûn ne les évoque pas. Seule, So’ad al-Ramlî parle de sa propre campagne 71. Cette journaliste, communiste sans organisation, est l’épouse de l’hyperactif Fathi al-Ramlî. Elle est sollicitée par Henri Curiel, figure du MELN pour aller à Paris 72. Il est possible qu’Injî ait mené campagne en utilisant les réseaux d’Iskra.

  • 73 Congrès international des femmes, op. cit., p. 394-397.

35La commission des mandats reconnaît pour la délégation égyptienne : « Mmes Efflatoun Inji, Kamel Soad, Fadel Safeya, Ramleh Soad » et différentes structures féminines associatives, professionnelles ou syndicales 73.

Couverture d’Injî Aflâtûn, 80 millîûn mar’a ma’anâ, Le Caire, Dâr al Fagr, 1948.

  • 74 Congrès international des femmes, op. cit., p. 247-242.
  • 75 Intervention Injî Aflâtûn, Congrès international des femmes, op. cit., p. 239.
  • 76 Propos cités par Selma Botman, op. cit., 1984, p. 85.

36Deux rapports sont déposés par la délégation égyptienne 74 et les étudiantes égyptiennes. Injî intervient au nom de la Ligue des étudiantes et des diplômées égyptiennes 75 : « J’ai fait un très puissant discours, dans lequel j’ai lié l’oppression des femmes en Égypte à l’occupation et à l’impérialisme britannique. J’ai non seulement dénoncé les Britanniques, mais aussi le roi et les hommes politiques. C’était un discours très politique, dans lequel j’ai appelé à la libération nationale et à la libération des femmes. » 76

Photos d’Injî Aflâtûn (en haut), de So’ad al-Ramlî (en bas à gauche) et de Safeya Fâdel (en bas à droite). Source : Injî Aflâtûn, 80 millîûn mar’a ma’anâ, Le Caire, Dâr al Fagr, 1948.

  • 77 « Extrait du rapport général de Mme Injî Efflatoun », Congrès international des femmes, op. cit., p (...)

37Sur les « questions relatives aux problèmes de l’enfance », son rapport 77 souligne la situation catastrophique en Égypte. La mortalité infantile y est la plus forte du monde. L’analphabétisme atteint 80 % des enfants. La sous-alimentation et les maladies parasitaires sont très répandues. Le budget d’enseignement est totalement insuffisant, avec une moyenne de 27 piastres par personne contre 230 en Grande-Bretagne.

38Aflâtûn évoque le besoin de réforme du droit en matière de divorce et de pension alimentaire. Si la législation égyptienne interdit le travail des enfants, « ces restrictions légales ne correspondent jamais à la réalité » : de nombreux enfants travaillent dès l’âge de cinq ans sous la dénomination « d’apprentis ».

39Des revendications sont mises en avant : « protection de l’enfance ; amélioration des conditions d’hygiène ; aide aux familles nombreuses ; instruction obligatoire et gratuite, non seulement en théorie mais en pratique ; alimentation obligatoire dans les écoles ».

  • 78 So’ad al-Ramlî, op. cit., p. 47-48.

40Les déléguées sont sollicitées pour des interviews, des rencontres politiques et des fêtes 78. Elles parlent à la radio française en langue arabe et en français, et répondent à des questions sur la situation générale de la femme en Égypte, la question de Palestine ou les relations franco-égyptiennes.

  • 79 Congrès international des femmes, op. cit., p. 404.

41« Mlle Inji Efflatoun, Mlle Soad Kamel, Mlle Safeya Fadel, Mlle Souraya Ramleh Soad » 79 entrent au conseil de la FDIF, mais aucune n’est élue au comité exécutif, signe de la fragilité du mouvement.

Accueil de la délégation égyptienne à son retour du congrès de Paris.

Source : So’ad al-Ramlî, Kifâh al mara’a, Le Caire, Dâr al-Thaqâfa al-Horra, 1948.

Une contribution critique à la « question femme »

  • 80 Injî Aflâtûn, Nahnû …. Al nisâ’ a misryiât, Le Caire, Matba’a al-Sa’âda, 1949.

42Fin 1949, Injî Aflâtûn publie un second livre 80, diffusé après l’abrogation de la loi martiale en vigueur depuis la guerre de Palestine et peu avant les élections législatives (p. 3). Elle a alors rejoint l’influent quotidien wafdiste Al-Masr à la demande de son directeur, Mahmoud Abul-Fath (p. 115).

43Rétrospectivement, cet ouvrage lui apparaît comme « le plus nécessaire » et « plus important que le premier » (p. 114). Cette contribution substantielle à la « question femme » en Égypte est une des rares études d’une communiste égyptienne. Il s’agit d’« un appel véritable » pour la participation de la femme à l’action » et d’un appel à la femme à agir elle-même (p. 114).

44Elle le situe dans le champ égyptien des débats politiques en cours. « Aujourd’hui se déroule en Égypte une violente polémique à propos des droits des femmes, entre deux principaux camps : celui qui soutient l’égalité entre la femme et l’homme dans la société, et celui qui s’oppose à cette égalité » (p. 1). Contre les influentes sensibilités conservatrices, elle attaque « la théorie réactionnaire qui appelait au retour de la femme à la maison » (p. 114). Ces « ennemis de la femme » (p. 2) qui s’opposent à son émancipation (p. 3) sont des « ennemis de la démocratie et du progrès » (p. 2). « Réactionnaires », ils défendent l’idée de la « servante de maison ». Cette sensibilité politique nie à la femme « sa personnalité, son honneur et sa nature humaine », car elle la prive de ses droits et de ses devoirs envers la famille et la société (p. 2).

45Cette « réponse » (p. 3) aux approches conservatrices a aussi pour objectif de discuter scientifiquement les réalités de la femme dans la société égyptienne. Un besoin existe « pour une étude réaliste de la condition de la femme égyptienne, de ses problèmes et de ses revendications » (p. 1). Ce livre se veut « une tentative rapide et une contribution modeste » (p. 1).

  • 81 Cf. Voir Tahrīr al-mara, Le Caire, Maktabat al-Taraqqī, 1899 ; al-Mara al-jadīda, Le Caire, s.e., (...)
  • 82 Créé en 1907, ce parti défend un nationalisme favorable à l’ottomanisme. Après 1919, il devient un (...)

46L’auteure s’inscrit dans une filiation et une légitimité historiques en dédiant son livre à plusieurs penseurs égyptiens (p. 2), comme le réformateur et précurseur en matière des droits des femmes Qâsem Amîn 81, le socialiste fabien et laïque Salama Moussa, le penseur critique darwinien Isma’il Mazhar, le religieux progressiste Khaled Mohamad Khaled ou encore Taha Hussayn. Ces auteurs sont considérés comme des partisans de la liberté et de l’égalité. L’avocat et écrivain nationaliste ‘Abdel Rahmân al-Rafî’î, figure du parti Watanî 82, préface ce livre qui s’adresse aux femmes d’Égypte, moitié de la société, et qui réclame pour elles des droits civils et politiques. Son but est de convaincre l’opinion publique de la justesse des revendications des femmes et de favoriser leur libération des entraves (p. 3).

47La première partie est consacrée à la place de la femme dans la société. Le premier chapitre (p. 5-25) insiste sur les réalités oppressives. Avec le proverbe de Haute-Égypte selon lequel la femme ne sort de sa famille que deux fois, par mariage et par décès, elle montre la dépendance. L’accord nécessaire pour le mariage est devenu un véritable accord commercial (safqa tugâria).

48Aflâtûn évoque l’appel au retour de la femme à la maison, la défense de la polygamie, le droit pour l’homme à la répudiation et à l’adultère (zinâ), celui de frapper sa femme, et la question de l’autorité. La « dépendance permanente envers l’homme » ne peut être modifiée qu’avec l’éducation de la femme (p. 6). À la campagne, un paradoxe existe entre les importantes responsabilités de la femme et sa plus grande dépendance (p. 7), notamment en Haute-Égypte où le conservatisme est plus important (p. 7). Seule l’indépendance économique offrira un « pouvoir total dans le choix du partenaire de vie » (p. 8). Pour l’auteure, la famille est faible en raison de la polygamie (p. 10), du confinement de la femme à la maison (p. 11) et de la répudiation. Elle mentionne l’adultère (zinâ) (p. 14-22) et la réalité du droit égyptien (p. 16). Avec Al-Tâ’a, un droit absolu est accordé au marié, « un des aspects de l’autorité (sultan) et de la domination complète de l’homme sur sa femme » (p. 22). Elle défend le droit de choisir son mari (charîk), le droit à l’éducation et à l’indépendance économique, et le besoin de réformes : interdiction de la polygamie, limitation de la répudiation, réalisation de l’égalité avec le droit au divorce et l’abolition de la Tâ’a.

49Un historique de la question de l’enseignement est brossé (p. 26-38). Lors d’une première phase, avec le contrôle britannique complet entre 1882 et 1919, le colonialisme musèle la Nahda, l’éveil égyptien moderne qui débute avec le règne de Mohammad Ali. C’est seulement lors de la seconde phase, avec la lutte du mouvement national, qu’il y a un véritable essor. L’université s’ouvre aux filles par la lutte du mouvement national, avec une réelle participation féminine et l’action des jeunes femmes (p. 32). L’analphabétisme endémique s’explique par des facteurs économiques. Les fortes réticences envers l’instruction des filles sont expliquées par une presse hostile (p. 38). L’auteure réfute l’argument selon lequel le travail féminin signifie une destruction de la famille, son rôle étant d’être épouse et mère. Pour elle, une femme qui travaille améliore le niveau de vie de sa famille, est moins dépendante et gagne le sentiment d’être « une entité individuelle et indépendante de l’entité homme ». Elle n’a plus le sentiment d’être un simple produit sur le marché du mariage.

50La participation à la vie économique et sociale représente un facteur essentiel de progrès social. Cela passe par des droits sociaux : les congés payés (maternité) et l’égalité salariale, véritable plus pour la famille. Il s’agit aussi de combattre la pauvreté, l’ignorance et la maladie, éléments clés de la question sociale à l’époque, et de se confronter aux adversaires de l’égalité (p. 40). Elle souligne une certaine progression du travail féminin, notamment dans les industries productrices (p. 44). Elle décrit la condition des ouvrières (p. 46) et des femmes dans l’agriculture (p. 50). Elle réclame la création de crèches et d’écoles maternelles (p. 56). Injî évoque aussi les sciences, les arts et la littérature (p. 54).

51Injî Aflâtûn défend la participation de la femme à la vie politique, « un des fondements de la vie démocratique » (p. 57). La privation des droits politiques est une entrave au progrès et un non-respect de la démocratie. Elle rappelle l’important analphabétisme masculin. Elle considère aussi que la constitution égyptienne de 1923 accorde le droit de vote aux femmes.

52La seconde partie du livre évoque l’émancipation des femmes. Le premier chapitre (p. 67-78) aborde la religion (p. 67). Elle critique la lecture du texte coranique favorisant l’homme au détriment de la femme. Les hommes en charge de l’interprétation (fiq et igtihâd) (p. 67) sont présentés comme « ceux qui prétextent la religion islamique » et « leurs idées dogmatiques et réactionnaires » sont dénoncées (p. 68). La lecture des textes religieux est conditionnée par les contraintes de l’époque et par le changement des conditions (p. 67).

  • 83 Terme signifiant « l’ignorance » et employé pour désigner la période préislamique.

53Pour l’auteure, « l’esprit de la religion islamique affirme l’idée d’égalité, de coopération et de tolérance » (p. 68). L’islam représente une révolution sur l’époque de la Gahiliya 83, avec une « grande contribution dans l’évolution » (p. 68). L’islam défend le droit de la femme à choisir son époux, interdit le mariage de la femme sans sa volonté, sans laquelle un tel mariage serait « caduc » (p. 69). Sa demande d’abolition de la polygamie s’appuie sur les textes coraniques (p. 69), avec « l’impossibilité de l’équité avec plusieurs épouses » (p. 70). Elle inscrit sa démonstration dans la lignée de penseurs musulmans comme les chaykhs Mohammad ‘Abdu ou al-Marâghi. Elle souligne que l’adultère est interdit dans le Coran pour les deux époux, alors que le droit moderne égyptien excuse l’homme (p. 73).

54Elle analyse ensuite les causes véritables de la condition féminine en Égypte (p. 79-87). Elle souligne qu’à l’époque pharaonique la femme est propriétaire foncière. Après l’âge sombre du « Moyen Âge » (p. 81), elle arrive à l’ère moderne. Le développement économique représente le fondement de la libération de la femme de ses entraves (p. 81).

55« Fondateur de l’Égypte moderne en éveil », Mohammad ‘Ali est « le premier qui ouvrit les portes de la science aux jeunes femmes d’Égypte, et se préoccupa de leurs droits humains et sociaux » (p. 82). Face à la logique coloniale, elle insiste sur les liens étroits entre « l’éveil » de la femme et de la nation suivant Qâsem Amîn (p. 84). Le niveau d’émancipation de la femme représente le critère de toute émancipation (p. 84).

56Les inégalités ne sont pas d’origine religieuse, mais ont des « causes historiques, réalistes et claires » (p. 86). Suivant Qâssem Amîn et les penseurs « libres », elle affirme que « la revendication de la libération de la femme » est « une étape nécessaire et obligatoire vers l’accomplissement de la liberté et de la démocratie » (p. 87). Le chapitre 3 récapitule les dix principes clés de la libération de la femme égyptienne (p. 88).

  • 84 Chargé des actes notariaux en matière de mariage.

57Elle aborde enfin l’histoire du mouvement des femmes. Un chapitre est consacré à Qâsem Amîn (p. 90-97) et « ses deux livres éternels » (p. 90), Tahrîr al-Mar’a (La libération des femmes) et Al-Mar’a al-Guédîda (La nouvelle femme). Cet auteur établit le lien entre les questions « femme » et nationale (p. 90). Insistant sur le changement de la société et des traditions (p. 91), il propose une légitimité religieuse « véritable » (p. 91), dénonce la femme au foyer et défend un rôle dans l’espace public pour la « moitié » de la société (p. 92). Les solutions sont l’interdiction de la polygamie, la gestion des divorces (p. 96) par le juge ou le ma’dhoun84, le développement de l’éducation des femmes, le droit au travail, la levée du voile (al-sufûr) et le droit de choisir son mari (p. 96). Qâsem Amîn est le « premier propagateur de la Nahda féminine égyptienne » et « le premier défenseur des droits des femmes et le concepteur du premier noyau du mouvement féminin en Égypte » (p. 97).

58La révolution de 1919 ébranle les traditions (p. 98) avec les fortes mobilisations féminines et le rôle décisif de Hoda Sharawi (p. 97). Cette dernière poursuit son action avec les congrès internationaux (p. 106), la création du Comité wafdiste des femmes, et le lancement de l’Union féminine en 1924 (p. 107), dont les revendications sont l’égalité en matière d’éducation et son essor, le droit de vote, la réforme du divorce et l’interdiction de la polygamie, sauf si l’épouse est stérile ou malade (p. 108). Quelques avancées sont notées : limitation de l’âge du mariage à 16 ans pour la femme et 18 ans pour l’homme, et des progrès en matière d’éducation.

59L’histoire du mouvement des femmes repose sur l’unité, la solidarité et la coopération (p. 109) avec de riches luttes (p. 110) comme la création du parti femme par Ne’mat Rached Fou’ad en 1942, l’actif rôle des femmes dans les mouvements de 1946 (p. 111) ou la création du groupe Bint al-Nil (fille du Nil) autour de Doreya Shafiq en 1948 (p. 112). L’auteure est fascinée par la puissance des mouvements de femmes en France, en Amérique, au Danemark ou en Inde (p. 113), d’autant que le mouvement égyptien reste fragile, avec guère plus de 200 membres (p. 114). Injî manque d’objectivité quand elle avance que ses animatrices ne sont pas toutes des intellectuelles issues des salons, voire même qu’elles ne sont pas toutes éloignées des milieux populaires (p. 113). Optimisme de la volonté sans doute…

  • 85 Yousri Moustafa, op. cit., 2004, p. 26.

60Cette riche contribution, qui affirme une « opinion subtile (thâqiba) dans la défense des droits de la femme », met en avant « un programme d’action véritable85 ». Il représente une importante étude produite par une communiste égyptienne.

Caractéristiques d’un engagement militant : patriotisme, marxisme et « question femme »

61Examinons ici l’engagement de cette figure féminine de la gauche égyptienne et ses caractéristiques essentielles.

Une certaine adhésion au marxisme

62L’engagement militant d’Injî Aflâtûn repose sur un refus du conservatisme social et de la domination coloniale, ainsi qu’une adhésion à une utopie progressiste. L’exemple de sa mère favorise une logique de contestation. Une telle radicalisation concerne de nombreux jeunes éduqués dans l’Égypte des années 1940. Rappelons cependant qu’Injî provient de l’élite égyptienne.

  • 86 Maxime Rodinson, Marxisme et monde musulman, Paris, Le Seuil, 1973, p. 303.
  • 87 Maxime Rodinson, op. cit., p. 249.

63Le marxisme offre une cohérence, une logique et une vision du monde qui procurent confiance, certitude et sens de l’histoire. Il signifie aussi un progrès scientifique et technique qui offre aux hommes et aux femmes la maîtrise consciente de l’histoire, sans oublier d’immenses possibilités matérielles qui permettront de réaliser l’égalité et l’émancipation 86. Cette idéologie apporte une vision globale et alternative au monde existant. De plus, « elle propose implicitement, mais vigoureusement, une éthique qui donne à chaque adhérent une pleine satisfaction morale de son engagement » 87.

64Son mode d’emprunt au marxisme repose sur une matrice où le nationalisme reste l’élément déterminant, et où la dimension émancipatrice est centrale. Ce projet ne se réduit pas à la seule conquête de l’indépendance, mais implique une transformation des structures sociales, et notamment de la place de la femme dans la société.

  • 88 Sur le stalinisme, cf. Michael Löwy, « Le stalinisme », dans Pascal Ory, Nouvelle histoire des idée (...)
  • 89 Yousri Mustafa, op. cit., 2006, p. 128-29.

65L’hégémonie stalinienne exige l’importation de références théoriques et d’élaborations stratégiques 88 en provenance de Moscou et de son courant international. La version marxiste soviétique offre avec la dimension anti-impérialiste la théorie du parti d’avant-garde, sans oublier les modes d’action, les structures, et la possibilité d’engager un nouveau type de combat. À cela s’ajoute une codification dogmatique des textes des grandes figures du marxisme et des conceptions mécaniques de lois objectives 89.

  • 90 Michael Löwy, op. cit., p. 395.

66L’orientation stratégique prônée signifie l’adoption de la théorie de la révolution par étapes : « La théorie de la révolution par étapes, selon laquelle, dans les pays dits coloniaux et semi-coloniaux, l’accomplissement d’une révolution démocratique bourgeoise, en alliance avec la bourgeoisie nationale, est une étape historique préalable à toute révolution socialiste future. » 90

  • 91 « Intervention de Mme Inji Efflatoun », op. cit., p. 239.

67Ces fondements expliquent le soutien des communistes à un projet autolimité de révolution nationale démocratique. « Notre tâche a donc un double aspect : lutte pour la démocratie intérieure et lutte pour l’indépendance. » 91

  • 92 Injî Aflâtûn, op. cit., 1993, p. 32.

68L’URSS apparaît comme l’incarnation du socialisme selon une perception égyptienne. Le « grand changement » 92 de la société soviétique impressionne cette patriote révoltée en quête de réforme sociale et d’égalité. L’URSS est un allié qui s’impose comme la référence concrète des possibilités de profondes transformations sociales et de la construction au quotidien de son espoir-utopie-projet de société. On ne trouve nulle mention des dimensions autoritaires de l’expérience soviétique.

Entre droits des femmes et féminisme

69Avec leur engagement au sein de la gauche communiste, ces militantes jouent un rôle important dans la lutte pour les droits des femmes, dans les mobilisations anticoloniales et le combat en faveur de réformes sociales.

  • 93 Yousri Moustafa, op. cit., 2006, p. 130 et op. cit., 2004, p. 23.
  • 94 « Rapport déposé par la délégation égyptienne des étudiantes », op. cit., p. 192.

70Les rapports de la gauche égyptienne avec la « question femme » restent assez complexes. Si la défense et la promotion des droits des femmes occupent une place importante dans son discours, cela ne représente qu’un élément du projet d’émancipation nationale 93. La « lutte nationale-démocratique » des femmes doit « entraîner la femme, aux côtés de l’homme, à lutter pour la démocratie et la libération » 94.

  • 95 Injî Aflâtûn, Thamanyun milîûn ma’a ma’ana, op. cit., p. 39 et 40.

71Au congrès de Paris, Injî Aflâtûn insiste sur l’occupation britannique avec « notre éternel combat patriotique » et ses moments clés (1882, 1919, 1936, 1946) : « Nous avons fait effort pour faire comprendre aux déléguées que la femme égyptienne comprend jour après jour que la cause fondamentale de son oppression et de son exploitation est le colonialisme, et que la question de la femme est étroitement liée à la question de la libération nationale » 95.

  • 96 Yousri Moustafa, op. cit., 2006, p. 128-29.

72On peut parler d’une hiérarchisation au nom de la lutte principale porteuse du projet global. La lutte contre l’oppression des femmes se trouve subordonnée à la lutte contre la domination coloniale. Les racines soviétiques et le marxisme classique 96 jouent un rôle décisif dans de telles orientations.

  • 97 Yousri Moustafa, op. cit., 2006, p. 134.
  • 98 Cf. Geneviève Sîdârôs dans ‘Âsem al-Dessouqî (dir.), op. cit., vol. 3, 2000.
  • 99 Cité dans Hanân Ramadân, op. cit., p. 45.

73Un tel engagement est plus en faveur des droits des femmes que véritablement féministe 97. La gauche est méfiante, voire hostile à l’affirmation d’un mouvement autonome, malgré l’animation de structures spécifiques comme la Ligue des jeunes femmes de l’université et des instituts, ou les Comités femmes de soutien à la résistance populaire. En 1946, après l’interdiction de la Ligue, la construction d’un mouvement autonome des femmes n’est pas envisagée 98. Lorsque Fatma Zakî lance le bulletin Heya (elle), la « question femme » n’est pas centrale : « C’était seulement son titre. » 99

74Le plaidoyer en faveur de l’égalité et des droits civils et politiques de la femme s’articule à la demande de réformes en matière éducative et juridique : l’interdiction de la polygamie, la limitation de la répudiation, l’égalité entre les époux et le droit de l’épouse au divorce. La promotion du travail de la femme et la reconnaissance de droits politiques complets sont aussi réclamées.

  • 100 Yousri Moustafa, op. cit., 2004, p. 25.
  • 101 « Intervention de Mme Inji Efflatoun », op. cit., p. 239.

75L’affirmation selon laquelle « le mouvement féministe n’est entré dans aucune de ses étapes dans une polémique avec les textes religieux, sauf au début des années 1980 » 100 est bien excessive. Injî Aflâtûn n’hésite pas à critiquer la place de la législation islamique 101 : les « traditions féodales dominantes » expliquent l’assujettissement de la femme égyptienne.

  • 102 Cf. Maria F. Curtis, « Soraya Adham », Middle East and North Africa Encyclopedia, www.answers.com
  • 103 Témoignage cité par Selma Botman, op. cit., 1987, p. 23.

76L’engagement de ces jeunes femmes doit faire face aux préjugés et à l’hostilité des courants réactionnaires. Soraya Adhâm est victime de violences physiques en raison de ses activités 102. Latîfa al-Zayyât subit des insultes, traitée de « putain » par des intégristes 103. Ces pratiques diffamatoires, fréquentes contre les militantes, se focalisent sur une prétendue immoralité, élément particulièrement stigmatisant dans un environnement conservateur.

  • 104 Plusieurs militants reconnaissent avoir été choqués par les fêtes et la mixité.
  • 105 Yousri Moustafa, op. cit., 2004, p. 26.
  • 106 Soraya Adhâm, témoignage cité dans ‘Âsem al-Dessouqî (dir.), op. cit., vol. 7, 2006, p. 66.

77La lutte contre les conservatismes au quotidien et pour changer les comportements individuels (attitude, mariage, éducation des enfants) s’avère extrêmement compliquée. Par exemple, le refus initial du PCE al-Raya d’accepter des femmes, même s’il ne dure pas, illustre la persistance des pesanteurs, de même que les réticences de certains communistes devant les libertés prises ou affichées par des militantes 104, sans parler des relations hommes-femmes au sein même des organisations 105. Hekmat Ghazali arrête de militer avec son mariage et ses maternités. Latîfa al-Zayyât épouse Râchad Rochdy 106 et abandonne la politique.

  • 107 Yousri Moustafa, op. cit., 2006, p. 134-35.
  • 108 Cf. Martine Riot-Sarcey, « Les femmes et la gauche en France : entre discours émancipateurs et prat (...)
  • 109 Friedrich Engels, L’origine de la famille, de la propriété privée et de l’État, Paris, Éditions soc (...)

78Cette approche novatrice s’oppose au conservatisme dominant, mais ne favorise pas la construction d’une véritable alternative. Yousri Moustafa parle, avec une sévérité d’autant plus grande qu’elle est rétrospective, d’un « discours sans identité » insistant sur les tensions entre projet de gauche et projet féministe 107. Sans oublier que longtemps le discours dominant des gauches n’a pas repris effectivement la lutte des femmes 108. Une telle approche s’explique aussi par l’influence des analyses inaugurées par Friedrich Engels 109. Depuis, des approches critiques ont été proposées. Dans les pays dominés, la question se révèle plus compliquée avec l’acuité de la domination.

Conclusion

79Avec sa trajectoire militante, Injî Aflâtûn incarne les idées de la gauche égyptienne dans les années 1940 sur la « question femme » et son émancipation en contexte colonial. La question nationale et la lutte contre l’occupation coloniale britannique sont au cœur de sa démarche, qui veut promouvoir les mobilisations des femmes dans le cadre du mouvement national, en rupture avec les approches dominantes à l’époque.

80Dénonçant la condition de la femme dans la famille, devant la loi, en matière de travail ou d’accès à l’enseignement, elle réclame l’égalité et une série de réformes sociales, éducatives, juridiques et politiques, insistant sur l’éducation et la réforme judiciaire avec l’interdiction de la polygamie, la limitation de la répudiation, l’égalité entre les époux, le droit de l’épouse au divorce. Le droit à l’entrée dans la vie économique est réclamé. Son argumentation insiste sur le droit au travail et les droits sociaux, sans négliger la participation à la vie sociale et l’obtention des droits politiques, y compris pour les analphabètes.

81Une telle contribution militante et théorique démontre la richesse des interventions des marxistes égyptiennes, notamment dans les mobilisations politiques et les luttes sociales. Elle illustre aussi l’impact significatif de ce courant dans la politique égyptienne. Injî joue ainsi un rôle clé dans l’histoire contemporaine de l’Égypte, avec la création de la première organisation féminine progressiste (la Ligue des jeunes femmes de l’université et des instituts), les mobilisations anticoloniales de l’après-guerre et la construction du courant communiste.

  • 110 Irène Fenoglio Abd el Aal, Défense et illustration de l’Égyptienne. Aux débuts d’une expression fém (...)

82Sa contribution a bien sûr ses limites et ses tensions, que cela concerne la non-prise en compte de l’ouverture d’espaces autonomes pour les femmes ou de la question de la sphère de la « vie privée ». Ce dernier domaine extrêmement sensible, qui concerne les pratiques individuelles en société, représente de véritables « non-dits » selon Irène Fenoglio, car « le silence sur un sujet particulier ou le surgissement de celui-ci est toujours significatif » 110.

83La figure d’Injî Aflâtûn et ses interventions démontrent comment, même dans des sociétés très conservatrices, de nouvelles voix peuvent se lever, refuser l’ordre établi et proposer des perspectives alternatives et émancipatrices.

Haut de page

Notes

1 Cf. Eglâl Khalīfa, al-Haraka al-nisā’īya al-hadītha, Le Caire, al-Matba‘a al-‘arabīya al-hadītha, 1973 ; Amal al-Sobky, Al-haraka al nisa’i fî misr, Le Caire, Al-hay’at al-‘Âma lil-kitâb, 1987 ; Margot Badran, Feminists, islam and nation : gender and the making of modern Egypt, Le Caire, American University Press, 1996.

2 Cf. Selma Botman, Oppositional politics in Egypt : the communist movement 1936-1954, Thèse de doctorat, université de Harvard, 1984 ; Rif‘at al-Sa‘îd, Târîkh al-haraka al-Chuyûʻîya al-misrîya, Le Caire, Al-Amal, 5 vol.

3 Cf. son autobiographie, Injî Aflâtûn, Mudhâkirât, Koweit, Dâr So’ad al-Sabbâh, 1993.

4 Cf. le film Injî (1988) de Mohamed Cha’ban, Le Caire, Sundûq al tanmîa al thaqâfîa.

5 Chercheuse travaillant sur les Grecs, le cosmopolitisme et la gauche en Égypte.

6 Cf. Selma Botman, « Women’s participation in radical egyptian politics 1939-1952 », Khamsin, n° 6, 1987, p. 12-25 ; Yousri Mustafa, « Al-haraka al-chou’you’ia al-misrîa wa qadâîâ al-mar’a », Tiba’, n° 4, mars 2004, p. 22-36 et « Al-yasâr al-misrî wa qadâîâ al nisâ. Khitâb bilâ howiya », Tiba’, n° 6, juin 2006, p. 117-25. 

7 Le premier volume de l’autobiographie de sa sœur Gulpérie éclaire cette histoire. Cf. Gulpérie Efflatoun-Abdalla, Gulpérie, Paris, L’Harmattan, 2001.

8 Injî Aflatûn, op. cit., 1993, p. 9-10.

9 Gulpérie Efflatoun-Abdalla, op. cit., p. 7-39.

10 Selma Botman, op. cit., 1999, p. 44.

11 Injî Aflatûn, op. cit., 1993, p. 11.

12 Selma Botman, op. cit., 1999, p. 45.

13 Gulpérie Efflatoun-Abdalla, op. cit., p. 85-93.

14 Injî Aflatûn, op. cit., 1993, p. 17.

15 Jacques Berque, Égypte : impérialisme et révolution, Paris, Gallimard, 1969, p. 492.

16 Injî Aflâtûn, op. cit., 1993, p. 18.

17 Injî Aflâtûn, op. cit., 1993, p. 33.

18 Terme d’origine turque qui renvoie en dialecte égyptien aux étrangers.

19 Injî Aflâtûn, op. cit., 1993, p. 34.

20 Injî Aflatûn, op. cit., 1993, p. 17, 18, 20, 25 et 24.

21 Injî Aflâtûn, op. cit., 1993, p. 28-32.

22 Liliane Karnouk, Modern Egyptian Art, Le Caire, AUC Press, 2005, p. 72-73.

23 Cf. Injî Aflatûn, op. cit., 1993.

24 Sherifa Zuhur, Images of enchantment : visual and performing arts of the Middle East, Le Caire, AUC Press, 1998, p. 167.

25 Injî Aflâtûn, op. cit., 1993, p. 26.

26 Hamza Qennâwî, Al-Muthaqafûn, Le Caire, Dâr al-Thaqâfa al-Guedîda, 2009, p. 70.

27 Rifa’t al Sa’îd, vol. 3, 1988, op. cit., p. 125-28.

28 Raoul Makarius, La jeunesse intellectuelle d’Égypte au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, La Haye, Mouton et Cie, 1960, p. 93-94.

29 Selma Botman, op. cit., 1984, p. 319.

30 Cf. Latifa Zayyat, Perquisition !, Paris, Sindbad, 1996.

31 Cf. Didier Monciaud, « Une trajectoire féminine dans la gauche égyptienne : dimensions et enjeux des engagements de Soraya Adham (1926-2008) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 105-106, juillet-décembre 2008, p. 235-58.

32 Cf. son témoignage dans ‘Âsem al-Dessouqî (dir.), Chahadât wa ro’a, vol. 7, Le Caire, Markaz al-Buhûth al ‘Arabeya, 2006, p. 225-44.

33 Cf. R. al Sa’id, op. cit., vol. 3, 1988, p. 215-226 ; Selma Botman, op. cit., 1984, p. 386-99.

34 Entretien dans ‘Asem al-Dessûqî (éd.), Chahādāt wa-ruʼá, vol. 5, Le Caire, Markaz al-Buhūth al-‘Arabīya, 2001, p. 201-208.

35 Injî Aflâtûn, op. cit., 1993, p. 38.

36 Injî Aflâtûn, op. cit., 1993, p. 39.

37 Selma Botman, op. cit., 1987, p. 21.

38 ‘Âdel Amîn, Mohâkama al chuyu’îîn al masryîn. Qadaya sâna 1946, Le Caire, s.e., 1996, p. 24-25.

39 Ahdâfunâ (1945) brochure de la Ligue des jeunes femmes de l’université et des instituts, citée par Selma Botman, op. cit., 1984, p. 83.

40 Cf. son témoignage dans ‘Âsem al-Dessouqî (dir.), op. cit., vol. 7, 2006, p. 225-44.

41 ‘Âdel Amîn, op. cit., 1996, p. 24.

42 Âsem al-Dessouqî (dir.), Chahadât wa ro’a, vol. 7, op. cit., p. 56.

43 Cf. Ahmed ‘Abdallah, The student movement and national politics in Egypt, Londres, Saqi Books, 1985.

44 Cf. Injî Aflâtûn, op. cit., p68 et après.

45 Injî Aflâtûn, op. cit., 1993, p. 75-78 et 89.

46 Selma Botman, op. cit., 1984, p. 85.

47 Injî Aflâtûn, op. cit., 1993, p. 114.

48 Injî Aflâtûn, op. cit., 1993, p. 113.

49 Injî Aflâtûn, op. cit., 1993, p. 98.

50 Injî Aflâtûn, op. cit., 1993, p. 113.

51 Cf. ‘Âdel Amîn, op. cit., vol. 1, 1996 et Rifa’t al-Sa’îd, op. cit., vol. 2.

52 Rifa’t al-Sa’îd, Hakadha takallamu al chuîû-îûn, Le Caire, Matab’a al-Amal, 1989, p. 290-95.

53 Cf. témoignages dans ‘Âsem al-Dessouqî (dir.), op. cit., vol. 7, 2006, p. 57 et 228.

54 Nancy Gallagher, Egypt’s other wars : epidemics and the politics of public health, Syracuse, Syracuse University Press, 1990.

55 Cf. Rifa’t al-Sa’îd, Al-Sahâfa al-yasârîa fî misr 1925-1948, vol. 2, op. cit., p. 184-234.

56 Injî Aflâtûn, op. cit., 1993, p. 104.

57 Injî Aflâtûn, op. cit., 1993, p. 98.

58 Cynthia Nelson, Doria Shafik egyptian feminist, a woman apart, Le Caire, American University in Cairo Press, 1996, p. 176.

59 Idem.

60 ‘Âdel Amîn, op. cit., vol. 7, 2000, p. 175 et 250.

61 Cf. Soraya Châker, « Khawâter ‘ann fath mo’taqal lil-nisâ’ fî sâna 1959 », dans Ramsîs Labîb (dir.), Al-Mar’a al misrya wa al-yasâr, Le Caire, Lagna Ihya dhikri chuhâdâ’ wa monâdilî al-yasâr al-masrî, s.d., p. 11-19.

62 Cf. Francisca de Haan, « Continuing Cold War Paradigms in Western Historiography of Transnational Women’s Organisations : the case of the Women’s International Democratic Federation (WIDF) », Women’s History Review, vol. 19, n° 4, 2010, p. 547-73 ; Mercedes Yusta Rodrigo, « Réinventer l’antifascisme au féminin : la Fédération démocratique internationale des femmes et le début de la Guerre froide », Témoigner entre histoire et mémoire, nº 104, 2009, p. 91-104.

63 Cf. Sandra Fayolle, « L’Union des Femmes Françaises », DVD La Résistance en Île-de-France, AERI, 2004.

64 Fédération démocratique internationale des femmes, Congrès international des femmes. Compte rendu des travaux du congrès qui s’est tenu à Paris du 26 novembre au 1er décembre 1945, Paris, FDIF, 1946.

65 Eugénie Cotton, « Introduction » et Françoise Leclerq, « La participation des femmes à la lutte pour la paix et la démocratie », Congrès international des femmes, op. cit.

66 Mercedes Yusta, op. cit., p. 94.

67 Injî Aflâtûn, « Situation juridique, politique et économique de la femme en Égypte », Congrès international des femmes, op. cit., p. 239.

68 Congrès international des femmes, op. cit., p. 381-82.

69 « Discours d’ouverture de Mme Cotton », op. cit., Congrès international des femmes, p. XVII‑XVIII.

70 So’ad al-Ramlî, op. cit., p. 53.

71 So’ad al-Ramlî, op. cit., p. 44.

72 Témoignage So’ad Zoheir, ‘Asem al-Dessûqî (éd.), Chahādāt wa-ruá, vol. 3, op. cit., p. 56.

73 Congrès international des femmes, op. cit., p. 394-397.

74 Congrès international des femmes, op. cit., p. 247-242.

75 Intervention Injî Aflâtûn, Congrès international des femmes, op. cit., p. 239.

76 Propos cités par Selma Botman, op. cit., 1984, p. 85.

77 « Extrait du rapport général de Mme Injî Efflatoun », Congrès international des femmes, op. cit., p. 335-336.

78 So’ad al-Ramlî, op. cit., p. 47-48.

79 Congrès international des femmes, op. cit., p. 404.

80 Injî Aflâtûn, Nahnû …. Al nisâ’ a misryiât, Le Caire, Matba’a al-Sa’âda, 1949.

81 Cf. Voir Tahrīr al-mara, Le Caire, Maktabat al-Taraqqī, 1899 ; al-Mara al-jadīda, Le Caire, s.e., 1900.

82 Créé en 1907, ce parti défend un nationalisme favorable à l’ottomanisme. Après 1919, il devient un petit parti radical en discours mais dans l’orbite du Palais, très hostile au Wafd.

83 Terme signifiant « l’ignorance » et employé pour désigner la période préislamique.

84 Chargé des actes notariaux en matière de mariage.

85 Yousri Moustafa, op. cit., 2004, p. 26.

86 Maxime Rodinson, Marxisme et monde musulman, Paris, Le Seuil, 1973, p. 303.

87 Maxime Rodinson, op. cit., p. 249.

88 Sur le stalinisme, cf. Michael Löwy, « Le stalinisme », dans Pascal Ory, Nouvelle histoire des idées politiques, Paris, Hachette, 1987, p. 392-400.

89 Yousri Mustafa, op. cit., 2006, p. 128-29.

90 Michael Löwy, op. cit., p. 395.

91 « Intervention de Mme Inji Efflatoun », op. cit., p. 239.

92 Injî Aflâtûn, op. cit., 1993, p. 32.

93 Yousri Moustafa, op. cit., 2006, p. 130 et op. cit., 2004, p. 23.

94 « Rapport déposé par la délégation égyptienne des étudiantes », op. cit., p. 192.

95 Injî Aflâtûn, Thamanyun milîûn ma’a ma’ana, op. cit., p. 39 et 40.

96 Yousri Moustafa, op. cit., 2006, p. 128-29.

97 Yousri Moustafa, op. cit., 2006, p. 134.

98 Cf. Geneviève Sîdârôs dans ‘Âsem al-Dessouqî (dir.), op. cit., vol. 3, 2000.

99 Cité dans Hanân Ramadân, op. cit., p. 45.

100 Yousri Moustafa, op. cit., 2004, p. 25.

101 « Intervention de Mme Inji Efflatoun », op. cit., p. 239.

102 Cf. Maria F. Curtis, « Soraya Adham », Middle East and North Africa Encyclopedia, www.answers.com

103 Témoignage cité par Selma Botman, op. cit., 1987, p. 23.

104 Plusieurs militants reconnaissent avoir été choqués par les fêtes et la mixité.

105 Yousri Moustafa, op. cit., 2004, p. 26.

106 Soraya Adhâm, témoignage cité dans ‘Âsem al-Dessouqî (dir.), op. cit., vol. 7, 2006, p. 66.

107 Yousri Moustafa, op. cit., 2006, p. 134-35.

108 Cf. Martine Riot-Sarcey, « Les femmes et la gauche en France : entre discours émancipateurs et pratiques de domination », dans Jean-Jacques Becker et Gilles Candar (dir.), Histoire des gauches en France, Paris, La Découverte, p. 362-78.

109 Friedrich Engels, L’origine de la famille, de la propriété privée et de l’État, Paris, Éditions sociales, 1974. Pour une lecture critique, cf. Josette Trat, « Engels et l’émancipation des femmes », dans G. Labica et M. Delbraccio (dir.), Engels, savant et révolutionnaire, Paris, PUF, 1997, p. 175-92.

110 Irène Fenoglio Abd el Aal, Défense et illustration de l’Égyptienne. Aux débuts d’une expression féminine, Le Caire, CEDEJ, 1988, p. 57.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Injî Aflâtûn (1940)
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/4136/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Légende Injî Aflâtûn, La fille et le monstre, 1941.
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/4136/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Latîfa al-Zayyât, dirigeante du Comité national des ouvriers et des étudiants (1946).
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/4136/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Couverture d’Injî Aflâtûn, 80 millîûn mar’a ma’anâ, Le Caire, Dâr al Fagr, 1948.
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/4136/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Photos d’Injî Aflâtûn (en haut), de So’ad al-Ramlî (en bas à gauche) et de Safeya Fâdel (en bas à droite). Source : Injî Aflâtûn, 80 millîûn mar’a ma’anâ, Le Caire, Dâr al Fagr, 1948.
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/4136/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Accueil de la délégation égyptienne à son retour du congrès de Paris.
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/4136/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Monciaud, « Les engagements d’Injî Aflâtûn dans l’Égypte des années quarante : la radicalisation d’une jeune éduquée au croisement des questions nationale, femme et sociale », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 126 | 2015, 73-95.

Référence électronique

Didier Monciaud, « Les engagements d’Injî Aflâtûn dans l’Égypte des années quarante : la radicalisation d’une jeune éduquée au croisement des questions nationale, femme et sociale », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 126 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4136

Haut de page

Auteur

Didier Monciaud

Cahiers d’histoire (RHC) et GREMAMO (Université Paris 7)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page