Navigation – Plan du site
DOSSIER

Au nom des pauvres

Jean-François Wagniart
p. 11-13

Texte intégral

1Figures exclues de l’histoire, les pauvres ont toujours dérangé les pouvoirs établis, suscité le mépris et même parfois la haine, mais aussi l’engouement et l’engagement politique et social en leur faveur de la part d’abord de militants ouvriers, d’intellectuels et d’écrivains qui voient en eux la matérialisation de leur lutte contre l’oppression et le besoin de justice auxquels ils aspirent.

2Il est difficile de définir cette pauvreté à l’époque contemporaine dans laquelle s’inscrit ce dossier. Dans son acception générale, le pauvre se caractérise longtemps dans son rapport irrégulier au travail qu’il pratique peu ou de façon intermittente et qui, dans tous les cas, ne lui permet pas de vivre ou même la plupart du temps – et surtout dans les périodes de crise – de survivre.

3Marc Deleplace nous donne un premier éclairage historique pendant la Révolution, révélateur du regard que l’on porte sur le pauvre. Associé à l’anarchiste – se retrouvant dans la figure du sans-culotte, dépravé et sanguinaire par essence – dans le discours révolutionnaire, il symbolise plus généralement l’esprit de destruction de l’ordre établi et pour cela il est forcément repoussé dans les marges, exclu du double champ, politique et social. Dans le discours politique dominant, il s’agit non seulement de priver de parole les pauvres mais aussi d’éradiquer les discours politiques qui font apparaître la nécessité d’une « deuxième révolution » basée sur les conflits de classe, le rejet de la sacro-sainte propriété, chère à la plupart des penseurs de 1789 et non plus sur l’opposition entre l’Ancien et le nouveau régime.

4C’est cette situation d’exclusion domine pendant une grande partie du XIXe siècle, alors même que la société industrielle et bourgeoise tente de faire le tri : d’un côté les « bons pauvres » qui s’intègrent dans le monde de l’usine et de la machine, de l’autre ceux qui sont définis par le rejet de la morale du travail. Il est évident que cette dichotomie peut paraître à bien des égards caricaturale, mais elle reflète des représentations fortes que l’on trouve dans les écrits de l’ensemble des groupes dominants de la société (économistes, juristes, politiques…)

5Face à ces représentations négatives se dressent d’autres images opposées. Les défenseurs des pauvres, anarchistes et écrivains, dénoncent violemment ce qu’ils considèrent comme une injustice. Plus encore, ils demandent que les pauvres puissent bénéficier enfin de leurs droits civiques pleins et entiers et qu’on leur reconnaisse, comme l’écrit le poète Jean Richepin, le droit aux plaisirs et à la vie, alors que les forces de l’ordre poursuivent avec acharnement mendiants, vagabonds et nomades.

6Reste toujours cette image qui colle aux pauvres de ne pas vouloir travailler, d’être source de désordre dans un monde du travail que l’on veut pacifier. Mais ce monde du travail est longtemps, comme le montre Stéphane Sirot, un monde instable, peu protégé, où tout accident peut entraîner la chute dans la pauvreté. La grève est jusqu’à la Seconde Guerre mondiale synonyme de risques énormes pour des travailleurs qui ne possèdent aucune garantie et souvent des structures syndicales insuffisantes pour les secourir matériellement dans leur combat. Lentement, à partir de la fin du XIXe siècle, apparaît toute une panoplie d’initiatives, y compris la quête ou la distribution de repas, parfois même la mendicité ou la reprise individuelle. Ces initiatives, qui rappellent les pratiques ancestrales des pauvres confrontés aux aléas de la vie et livrés à la charité privée organisée, sont mises en branle pour assurer à la fois la survie quotidienne et la longévité du mouvement de résistance à l’oppression capitaliste.

7C’est bien l’apparition d’organisations collectives qui crée les conditions de la solidarité et par là même les conditions de la victoire ouvrière, qui change la donne en profondeur dans ces milieux prolétaires. C’est finalement en s’associant que les ouvriers obtiennent des conditions de travail et de rémunération plus décents, qui leur permettent de sortir de la précarité et de la pauvreté. Mais les syndicats, comme les partis progressistes, laissent encore trop souvent de côté ce sous-prolétariat marginalisé qu’ils ne savent ni appréhender, ni organiser.

8La prise en compte par l’État de la question sociale dans la plupart des pays industrialisés doit beaucoup à l’éveil de ces consciences solidaires. L’exemple américain traité par Romain Huret est à ce titre passionnant. Aux États-Unis, la crise des années 1930, les luttes ouvrières mais aussi la puissance des partisans de l’intervention de l’État (les libéraux selon la terminologie politique américaine) ont largement favorisé l’émergence d’un État social (le Welfare), modèle dominant jusqu’aux années 1970. Mais les ambiguïtés et les limites de ce système sont flagrantes, notamment en ce qui concerne l’intégration politique des plus exclus, et en particulier les réticences par rapport au volet assistance de l’État providence, qui concerne justement les plus marginalisés. Ces résistances, souvent d’ordre moral, que l’on trouve aussi bien dans le parti démocrate que dans le parti Républicain ont fragilisé ce système et favorisé son démantèlement à partir des années 1980.

  • 1   On verra notamment les ouvrages de Keith Dixon (Un digne héritier : Blair et le thatchérisme, Lib (...)

9Face à la crise et devant le retour des idées économiques les plus libérales dès la fin des années 1970, on assiste à la fois à un recul de la protection sociale et à une remise en cause des mesures d’assistance qui protégeaient, au moins en partie, les plus fragiles. Le retour au pouvoir des conservateurs aux États-Unis, comme au Royaume-Uni1, a non seulement participé de la destruction de cette protection, mais il a également permis l’affirmation des pratiques de culpabilisation et d’humiliation des pauvres au nom de la morale du travail, dont on ne saurait trop souligner ici l’hypocrisie et les dangers, surtout quand elle rallie aussi bien les milieux conservateurs qu’une partie de la gauche, dite aujourd’hui « moderne ».

  • 2  Parmi les nombreux ouvrages parus sur la question, on peut citer celui de Loïc Wacquant, Le nouvea (...)

10Dans cette optique, le pauvre reste toujours le coupable, l’infracteur, l’anarchiste, le destructeur de l’ordre existant, qui rejette à la fois le travail et la propriété. Pour lui, seules deux solution semblent toujours exister : l’intégration, souvent impossible et de toute façon synonyme de ségrégation et de ghettoïsation, ou le rejet, le travail obligatoire et la prison, devenue à nouveau un mode de régulation de la pauvreté2. D’un autre âge et d’une autre société, ces pratiques sécuritaires demandent plus que jamais à être combattues et dénoncées par tous ceux qui rejettent, au nom du droit des pauvres, cette tyrannie d’un système politique et économique basé sur la soumission et le mépris de l’humanité.

Haut de page

Notes

1   On verra notamment les ouvrages de Keith Dixon (Un digne héritier : Blair et le thatchérisme, Liber, Paris, 2000 et L’introuvable « troisième voie » social-libérale ou le néo-libéralisme à visage souriant, Syllepse, Paris 2001) et sa communication (« Punir les pauvres : une tradition britannique ? ») lors de la journée d’étude consacrée aux pauvres dans l’histoire, organisée par les Cahiers d’Histoire et le SNES en octobre 2006. Les travaux de cette journée doivent paraître aux éditions Nouveaux regards et Syllepse en septembre 2007 dans la collection Comprendre et Agir (titre provisoire : Rendre aux pauvres leur histoire).

2  Parmi les nombreux ouvrages parus sur la question, on peut citer celui de Loïc Wacquant, Le nouveau gouvernement de l’insécurité sociale, coll. Contre-Feux, Agone, Paris, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Wagniart, « Au nom des pauvres », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 101 | 2007, 11-13.

Référence électronique

Jean-François Wagniart, « Au nom des pauvres », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 101 | 2007, mis en ligne le 01 avril 2010, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/409

Haut de page

Auteur

Jean-François Wagniart

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page