Navigation – Plan du site
DOSSIER

Lettrés, rebelles et autres bandits face à l’ordre colonial. Réflexions sur l’esprit de résistance et le patriotisme vietnamien

Trinh Van Thao
p. 19-34

Résumé

Face à la domination coloniale au Viet Nam, les confucéens ont eu un apport significatif à l’esprit de résistance et au patriotisme. En particulier, la politique de la « marge », notamment les groupes stigmatisés par la mémoire historique comme les bandits, les pirates ou les rebelles, participent de manière active au refus de l’ordre colonial. Leurs perceptions, chargées d’enjeux sociaux, ethniques, politiques et régionaux, se situent entre disqualification et glorification. Avec les substantielles mutations de la société vietnamienne apparaissent de nouvelles contestations du statu quo colonial, avec une sérieuse rivalité entre nationalistes et communistes. Investis de la confiance des puissances alliées victorieuses, ces derniers vont s’imposer comme la force incontestable pour l’indépendance du Viet Nam au sortir du second conflit mondial.

Haut de page

Texte intégral

1Le principe du « Chanh Danh » (Le Nom Juste ou La rectification des Noms) dans la philosophie et la morale confucéennes (Fong Yeou-Lan, 1985, p. 60) pose le postulat de l’identité entre la nomination et le rang social, les choses et les mots. L’enfreindre conduit nécessairement à provoquer le dérèglement social. La bureaucratie d’État de la dynastie des Ly (XIe-XIIIe siècles) qui a pris la relève de l’administration chinoise (XIe AC-Xe siècle PC) dès le début de l’indépendance veille par ailleurs à ce que rien ne vienne perturber l’ordre des noms, et le futur candidat aux concours mandarinaux se doit de respecter la règle de « pham huy » (transgression des tabous) sous peine de compromettre à jamais sa carrière.

2Introduction. Fortunes et infortunes des vocables stigmatisés par la mémoire historique : bandits, pirates, rebelles et autres contestataires qui perturbent le « bel ordre colonial »

3Durant le siècle franco-vietnamien (1858-1954), qui recouvre la période de la colonisation française, le retournement permanent des conjonctures change la donne, transforme le patriotisme hier en rébellion aujourd’hui, selon l’adage vietnamien « vainqueur roi, vaincu rebelle » (Thang lam vua, thua lam giac). L’historiographie vietnamienne ne fait pas exception : « Nguy Tà » (fantoche), « Trung Than » (sujet loyal), « Phan Nghich » (traître), « Phien Loan » (rebelle), « Tho Phi » (pirate)…

4Comme le constate non sans amertume l’historien Nguyen Thê Anh (1970, p. 30-31), la désignation sous le terme générique de bandits et pirates des opposants à l’ordre colonial par les historiens français du XIXe siècle, relayant les administrateurs des colonies, ne relève pas de l’innocence linguistique. Réagissant contre cette disqualification linguistique des adversaires de la France coloniale en Indochine, certains officiers français, et non des moindres comme J. Sylvestre, C. Gosselin, le docteur Hocquart, n’ont pas hésité à rendre hommage aux chefs de la résistance qu’ils avaient combattus, louant leur intelligence, leur adresse, leur courage et leur patriotisme.

5En fait, il n’est pas facile de faire la part des choses pour décrire la réalité coloniale. Déjà, en temps « normal », il est malaisé de distinguer les hors-la-loi (pirates et bandits) de tout bord : reconnaître les bandits et pirates vietnamiens de leurs homologues chinois qui écumèrent les régions frontalières, reconnaître leurs confrères du delta du fleuve Rouge et des régions montagneuses peuplées d’une cinquantaine de minorités ethniques. Après la défaite du Taïping en Chine (1864), ses débris refoulés au Tonkin se sont scindés en trois bandes rivales dont la plus puissante (les « Pavillons Noirs ») allait infliger de cuisantes défaites aux troupes françaises et causer la mort des héros de la conquête indochinoise comme Francis Garnier (1873) et Henri Rivière (1883). Par ailleurs, l’interférence entre les bandes vietnamiennes et chinoises est courante en ces temps de troubles marqués par l’affaiblissement du pouvoir dynastique, tant en Chine qu’au Viet Nam. Alliances et contre-alliances se sont nouées et dénouées à une cadence infernale entre les « Pavillons Noirs » et le roi Tu Duc, entre leurs ennemis (les « Pavillons Jaunes ») et la France.

  • 1 Yoshiharu Tsuboi, 1987, p. 220-221.

6Face à cette menace permanente qui pesait sur la paix du pays, notamment sur le littoral et dans les hauts plateaux de la région frontalière, la défense des paysans repose sur les groupes armés villageois dirigés par les lettrés et notables, qui se transformeront plus tard en bases de résistance, à la fois contre le banditisme et l’envahisseur étranger 1.

  • 2 Terme générique désignant les intellectuels classiques, lauréats des concours mandarinaux ou simple (...)

7Les changements dynastiques intervenus après la mort de Tu Duc, les volte-face de la cour de Hué, les révolutions de palais, vont peu à peu vider les mots de leur sens, avec la fuite de Ham Nghi (1884-1885) et le déclenchement de la résistance Can Vuong (1885-1896). À l’appel du roi (d’où son nom), lettrés confucéens2 et paysans sont mobilisés dans une lutte patriotique d’une longue décennie avec des temps forts et de courtes pauses. Le combat mené sans discontinuité dans le Sud par les « patriotes confucéens », devenus après la signature du traité de Saïgon (1862) « éléments incontrôlables », allait reprendre de plus belle, en accord avec la monarchie. L’arrestation et l’exil de Ham Nghi, suivi de la succession de Dong Khanh (1885-1888), la défaite finale du mouvement insurrectionnel les firent basculer dans le camp des « rebelles » qu’il fallait désormais réduire à tout prix, avec le concours des supplétifs indigènes mis au service de la France et des mandarins, ralliés à la « légitimité » du nouveau roi intronisé par la grâce des forces d’occupation.

8Vaincus sur les champs de bataille, les héritiers du Can Vuong se sont alors tournés vers les pays de l’Asie orientale, à l’exemple du Japon et de la Chine en pleine effervescence néoconfucéenne. Sous les effets des événements asiatiques de 1905, ils ont choisi la voie d’une évolution pacifique et d’une entente cordiale avec la puissance de tutelle. C’était le temps du renouveau (Duy Tan, infra), vite étouffé par la réaction coloniale.

9Les mouvements sociaux autour de 1925 sonnent le glas des lettrés confucéens et annoncent l’arrivée d’une nouvelle génération. Formés dans les écoles françaises en Indochine et en France, les nouveaux contestataires de l’ordre colonial se sont transformés en une armée de « cols blancs » et de « bleus de chauffe ». Ils écrivent en français et en quoc ngu, descendent manifester dans les artères des grandes villes, revendiquent des libertés politiques, et exigent la fin du statu quo colonial.

10Les espoirs déçus d’un changement démocratique relancent l’actualité de la violence révolutionnaire. L’écrasement dans le sang des mouvements insurrectionnels de 1930 change le visage du patriotisme contemporain. Refoulés et pourchassés avec férocité, les survivants du Parti nationaliste optent pour le combat politique dans les villes, encouragés en cela par la victoire du Front populaire (1936), tandis que les « Rouges » replongent dans la clandestinité pour refaire surface en 1945, afin de prendre le pouvoir à l’issue de la Seconde Guerre mondiale. Ce sont désormais des révolutionnaires.

  • 3 Bui Duc Tinh, 1992, p. 140-160.

11Un mot sur la marge de la marge. La croissance urbaine provoquée par la mise en exploitation de l’Indochine, l’implantation des entreprises industrielles et commerciales, la naissance d’une bureaucratie moderne, engendrent la venue de nouveaux personnages hauts en couleurs, d’héritiers prodigues (Cong Tu) comme le célèbre Cau Hai Mien, issu du milieu des riches propriétaires fonciers d’origine chinoise dans le delta du Mékong (L’amant de Marguerite Duras), ou Sau Trong, fonctionnaire subalterne de l’administration provinciale, abattant l’arme à la main le procureur Jaboin pour défendre son honneur (1904). Cette culture urbaine naissante génère, on s’en doute, une pègre pittoresque et bigarrée de marginaux vivant des jeux, de la prostitution et du crime, précurseurs de chefs mafieux d’envergure tels le « bandit » Son Vuong, s’emparant de la caisse d’un planteur d’hévéas pour aider les pauvres, et le fameux général Bay Vien3. Loin de les stigmatiser, l’opinion populaire croyait déceler chez certains les « vertus » d’un insoumis de la société coloniale, une sorte de Robin-des-Bois vietnamien.

Le Viet Nam face à l’Occident : les Diables blancs sont arrivés !

  • 4 Yoshiharu Tsuboi, 1987, préface, p. V.

12La légende d’un Viet Nam isolé du monde derrière la haie épaisse des bambous qui entoure les villages et, à une autre échelle, celle d’un petit royaume coupé du reste des nations derrière la Grande muraille de Chine, n’ont pas résisté à l’épreuve des faits, comme l’a souligné George Condominas, qui note « l’intérêt manifesté par les souverains (vietnamiens) pour ce qui se faisait à l’étranger »4.

  • 5 Phan Huy Chu, ouvr. cité, p. 28s.

13Pour s’en convaincre, il suffit de se référer au Récit sommaire d’un voyageur en mer (Haï Trinh Chi Luoc) de Phan Huy Chu, un émissaire vietnamien envoyé à Singapour en 1833 sous le règne du roi Minh Mang (1820-1840). On y voit pointer une sorte de fascination mêlée d’inquiétude des lettrés vietnamiens devant une ville portuaire édifiée et administrée par les Anglais, symbole d’une civilisation venue d’ailleurs en Asie du Sud-Est. Ses observations rejoignent les récits de Ly Van Phuc (1785-1849), Ha Tong Quyen (1789-1839), Phan Thanh Gian (1796-1867), Cao Ba Quat (1809-1854)5. Par ailleurs, les travaux plus récents de Li Tana sur l’histoire de la Cochinchine (Xu Dang Trong, 1999) viennent conforter la spécificité du Viet Nam méridional et son poids sur l’évolution historique du royaume des Nguyen (1804-1945).

14Autrement dit, la cour de Hue et l’élite lettrée n’étaient pas si aveugles devant la progression européenne en direction de l’Asie : conquête de la Birmanie, compromis franco-britannique sur le Siam, fondation de Singapour, pression diplomatique et militaire anglaise sur la Chine, en prélude à la guerre de l’opium. Ils y perçurent, derrière les manœuvres diplomatiques et commerciales des pays européens, la menace occidentale et les dangers d’une subversion religieuse. Cette vision partagée entre l’hostilité et la crainte est bien traduite par ces vers de Cao Ba Quat :

15« Des flambeaux éclairant une scène élevée,

16Un éclat déchirant dans la nuit glacée,

17Des guerriers barbus, armés et cuirassés,

18Un général furieux à sa selle agrippé,

19Authentiques héros, où êtes vous passés ?

20Qu’ils s’amusent ici de ce jeu suranné.

  • 6 La prise de Humen par les Anglais en 1841 atteste l’impuissance et le retard de l’armée chinoise fa (...)

21L’incident de Humen6, vous en a-t-on parlé ?

22Pas un pour regarder en se bouchant le nez ».

  • 7 Phan Huy Chu, ouvr. cité, p. 133-134.

23Au Viet Nam, l’opinion commune des lettrés confucéens se résume à deux thèmes récurrents de jugement de valeur : l’absence de valeurs morales et le culte de la force matérielle. Seuls quelques-uns, tels Phan Huy Chu et Ly Van Phuc, saluent le statut de la femme dans la société occidentale7.

24L’histoire de la perte de l’indépendance du Viet Nam (Viet Nam Vong Quoc Su), rédigée par Phan Boi Chau (1867-1941) au cours de son exil au Japon en 1905, reprend sur un mode plus sombre et tragique ces deux leitmotivs. À quelques variantes près, les grandes figures de la résistance confucéenne durant la guerre du Can Vuong, comme Phan Dinh Phung (1844-1895) ou Nguyen Quang Bich (1832-1890), reprirent à leur compte les mêmes griefs des confucéens à l’encontre de l’Occident.

  • 8 Chuong Thau, « L’impasse du xixe siècle », dans Les lettrés devant l’histoire, p. 141.
  • 9 Cf. ses Suppliques au roi dans Trinh Van Thao, 2007.

25Mais tout le monde ne partage pas cette vision pessimiste et manichéenne et, à l’instar des commerçants convertis au protestantisme des villes côtières de la Chine du Sud, ce fut à un lettré originaire de Nghe An, converti à la religion chrétienne, que revint la mission de réveiller la conscience vietnamienne pour se tourner vers la modernité. Au contact des autres pays d’Asie et d’Europe, grâce à Mgr Gauthier, vicaire apostolique de la mission du Tonkin méridional, ce lettré de formation littéraire avoua qu’il s’est « intéressé à toute sorte de disciplines : depuis la lointaine astronomie jusqu’à la géographie, en passant par la démographie, la cosmographie, la science militaire, les arts et métiers, les sciences naturelles, l’arithmétique, et a tout approfondi »8. Il ne s’agit pas d’un catalogue fastidieux de séminariste consciencieux, mais d’une véritable encyclopédie des sciences modernes, que Nguyen Truong To (1828-1871) avait la ferme intention de transmettre à ses compatriotes, à commencer par son roi Tu Duc, dans l’espoir de les engager dans la voie de la réforme et de la modernisation9. Si ce projet ne s’est pas réalisé de son vivant, Nguyen Truong To n’en a pas moins esquissé une sorte de programme politique à destination de ses contemporains du haut mandarinat : Phan Thanh Gian (1796-1867), Pham Phu Thu (1820-1883), Tran Tien Thanh (1813-1883), Nguyen Lo Trach (1852-1895), Bui Vien (1841-1878), et surtout les néoconfucéens de la génération de 1907 (Duy Tan).

La perte du Nam Bo

26Mal informées et mal préparées pour faire face à la supériorité tactique et stratégique des puissances occidentales, les troupes royales chargées de défendre le Sud sont rapidement défaites et contraintes de se replier vers le Nord, laissant aux notables locaux – Truong Cong Dinh (1820-1864) – et chefs paysans – Nguyen Trung Truc (1837-1968) – le soin de mener des combats d’arrière-garde. Dès lors, la résistance prend une autre dimension, passe de la phase militaire au moment politique par le refus de collaborer avec l’ennemi – Phan Van Tri (1830-1910) ou Nguyen Huu Huan, (1816-1875) –, le repli vers les zones échappant à son contrôle ou Ty Dia – Nguyen Thong (1827-1884), Nguyen Dinh Chieu (1822-1888) – et le suicide (Phan Thanh Gian, après l’invasion française des provinces méridionales).

27À vrai dire, la guerre, ou plutôt la manière de la conduire par le pouvoir monarchique, n’a ni rapproché, ni éloigné les partisans du « Chu Hoa », favorables à la recherche d’un compromis avec la France et leurs adversaires du groupe « Chu Chien », partisans d’une guerre à outrance contre l’armée coloniale, car la politique fluctuante de Tu Duc, ses constantes volte-face, ont fini par dérouter les uns et les autres, comme en témoigne le déroulement des opérations militaires placées sous son commandement.

28Alors que la poursuite de la résistance dans le Sud, sous la forme de guérilla paysanne renforcée par les troupes régionales des « Don Dien » (fermes d’état), mettait en grande difficulté l’armée française, la signature du Traité de Saigon en 1862 a brisé l’élan de la guerre patriotique et transformé du jour au lendemain des chefs prestigieux, comme Truong Cong Dinh ou Nguyen Huu Huan, en hors-la-loi échappant au contrôle de Hué. La même tragédie se renouvelait au Tonkin dix ans après, lors de la « révolte des Lettrés », durement réprimée par les troupes royales. La faiblesse et l’impréparation de l’armée régulière, commandée pourtant par des hommes de valeur comme Nguyen Tri Phuong (1800-1873), Hoang Dieu (1828-1882) et Hoang Ke Viem (1820-1909), pour ne citer que les plus connus, et son incapacité à s’opposer efficacement aux troupes coloniales, tant en Cochinchine (1858) que dans le Tonkin (1873), l’échec de la mission diplomatique de Phan Thanh Gian et ses successeurs (1862-1873), sans parler du recours désespéré à l’aide chinoise, n’offrent pas d’issue aux Vietnamiens. C’est en ce sens que l’histoire jugera la responsabilité de Tu Duc (1848-1883), le plus brillant roi lettré parmi les souverains Nguyen, dans l’échec du royaume Dai Viêt.

Les Vietnamiens dans la résistance du Can Vuong (1885-1896)

29La mort de Tu Duc (1883) plongea de nouveau le royaume dans la crise dynastique. Le trône étant occupé par une série de rois éphémères, la cour fut livrée aux factions rivales sans une véritable alternative entre les tenants de la ligne dure et les partisans du compromis, entre la minorité réformiste et la majorité conservatrice. Amputés déjà du Nam Bo (Cochinchine), menacés de l’occupation militaire du Tonkin (traités de 1883 et 1884), l’empire du Dai Viêt et le royaume des Nguyen sont passés de gré ou de force dans le camp de la résistance sous l’influence des régents Ton That Thuyet (1835-1913) et Nguyen Van Tuong (1824-1886).

  • 10 Charles Fourniau, ouvr. cité, 1983, p. 274.

30C’est le début de la résistance Can Vuong, menée au nom du jeune roi Ham Nghi (1884-1885). Elle devait durer dix ans et se prolonger quelques années de plus par des troubles armés. Selon l’historien Charles Fourniau, il s’agit « d’un mouvement national luttant les armes à la main contre l’occupation française, dirigé par les Lettrés organisant la résistance populaire et s’efforçant de maintenir la société et l’État vietnamiens traditionnels »10. Elle mobilisait une partie de l’armée régulière et les forces paysannes, tandis que d’autres mandarins se soumettaient en s’appuyant sur la légitimité du protectorat placé sous le règne d’un « roi-potiche ». Ce fut le début de la crise organique du mandarinat et la fracture irrémédiable au sein de la confrérie lettrée.

31Cette guerre de résistance d’une ampleur sans précédent mettait en évidence le charisme des lettrés et leur attachement à la monarchie dans le déroulement des « guerres populaires » au Viet Nam. La révolte ouverte de Ham Nghi mettait en évidence le prestige des souverains dès lors qu’ils manifestaient clairement leur refus de jouer la carte de la collaboration, comme ce fut plus tard le cas de Thanh Thaï (1888-1907), déposé en 1907, et Duy Tan (1907-1916), déposé comme son père en 1916. À l’appel du roi (d’où le nom Can Vuong) eurent lieu des soulèvements plus ou moins spontanés dans les provinces méridionales d’Annam (Phu Yen, Binh Thuan). La guerre gagna l’ensemble des provinces de l’Annam, avant d’embraser le delta du fleuve Rouge.

  • 11 Tran Van Giau et alii, 1961, t. 2, p. 267.

32La résistance lettrée et paysanne se développa et s’organisa sous la direction de mandarins tels Mai Xuan Thuong (1860-1887) à Binh Dinh, Dinh Cong Trang (1842-1887), Pham Banh (1825-1887), Hoang Tat Dat (?) à Ba Dinh face à une force ennemie estimée à 2 488 hommes, Nguyen Quang Bich dans la zone nord-ouest du Tonkin devant une armée de « pacification » forte d’une brigade renforcée par l’artillerie de campagne et de supplétifs, Nguyen Thien Thuat (1841- ?) à Bai Say dans le delta du fleuve Rouge, le Tien Si Phan Dinh Phung et son adjoint Cao Thang (1865-1893) à Huong Son (Nghe Tinh) avec une véritable armée de mille soldats bien entraînés, des défenses fortifiées et 500 fusils pour affronter une des campagnes de « pacification » les plus importantes de l’armée d’occupation, de 1889 à 189511.

  • 12 Dr Hocquart, ouvr. cité, 1892.
  • 13 Charles Fourniau, ouvr. cité, 2002, p. 433-434.
  • 14 Charles Fourniau et alii, Le contact colonial franco-vietnamien. Le premier demi-siècle (1858-1911)(...)

33Sous leur influence, des villages entiers, notables (Than) et peuple (Dan), se fondirent dans la guerre patriotique, puis dans la « rébellion ouverte » contre les forces de conquête et leurs auxiliaires. La foi en la juste cause et le sentiment de loyauté envers Tu Duc et Ham Nghi (fait prisonnier et exilé à Alger en 1889) expliquent le calme avec lequel ces « bandits » attendaient la mort sous le regard admiratif des soldats et officiers français12. En face, le corps expéditionnaire, fort de 30 000 hommes en 1885, est réorganisé à partir de 1886 en quatre brigades encadrées par 1 000 officiers français et commandées par quatre généraux de brigade13, cependant qu’à l’ombre de la cour de Hue bruissèrent les rumeurs de complot des clans de collaborateurs groupés autour d’un roi sous influence et sans pouvoir. Sous l’œil bienveillant des « protecteurs », une course à la régence du royaume est désormais ouverte entre les grands mandarins comme Hoang Cao Khai (1850-1933), Nguyen Huu Do (1813-1888), Nguyen Than (1840-1914), Nguyen Trong Hop (1834-1902)14.

  • 15 Charles Fourniau, ouvr. cité, 1989, p. 59.

34L’historien Charles Fourniau décrit les péripéties de cette longue guerre de résistance (1885-1896) en soulignant la détermination des Vietnamiens, la mobilité des troupes pourtant insuffisamment équipées face à un adversaire disposant d’une supériorité militaire écrasante, sans dissimuler pour autant les faiblesses des dirigeants du Can Vuong, les rivalités des chefs, les préjugés entre soldats de métier et simples paysans enrôlés dans la guérilla, et par-dessus tout le manque dramatique de coordination entre les bases. Ni sous-estimer le zèle et la redoutable efficacité de certains mandarins ralliés à la cause du protectorat, comme le vice-roi du Tonkin Hoang Cao Khai, son collègue et rival Nguyen Than ou le Tong Doc cochinchinois Tran Ba Loc (1839-1899), qui traquèrent les « rebelles » en Annam et au Tonkin avec le soutien actif des catholiques pourchassés et persécutés jadis par les chefs du Can Vuong dans leur lutte contre les Tà Dao (religieux séditieux). Au service de missionnaires comme le père Sixte15, la « vietnamisation » de la pacification avant la lettre aura encore de beaux jours !

35Pourtant, la logique de la collaboration n’est pas simple non plus, entre les ambitions personnelles ou claniques, les hasards de la guerre, les solidarités familiales ou régionales. On se souvient de la lettre de Hoang Cao Khai invitant son « cher et illustre collègue » Phan Dinh Phung (chef du Can Vuong) à se rendre aux Français en invoquant leur attache commune à la province de Ha Tinh.

36Le dépouillement des dossiers de mandarins et subalternes au service de l’État (le Tonkin), de Minh Mang à Khai Dinh (1820-1918), révèle en effet l’image écornée de la « loyauté » des fonctionnaires confucéens pendant la colonisation. À l’exception des « rebelles » réfractaires passés à la rébellion, la plupart d’entre eux se soumirent au régime du protectorat et affichèrent leur attachement aux nouveaux maîtres du royaume. Après l’écrasement du Can Vuong, seule une petite minorité d’entre eux manifestèrent une opposition toute symbolique en adoptant le principe du « retrait » (Tu Tai) sous la forme de refus de promotion, de démission ou de demande de retraite anticipée, à l’exemple du poète Nguyen Khuyen (1835-1909), de Phan Van Tri (1830-1910) ou Huynh Man Dat (1807-1883). Mais la rhétorique administrative ne masque-t-elle pas à son tour les sentiments et ressentiments d’individus choqués par l’ascension fulgurante de demi-lettrés, recalés des concours comme Ton Tho Tuong (1825-1877), et des mandarins zélés de la pacification ? La légende d’une ardeur patriotique sans faille des lettrés, comme le jugement sans nuances de la trahison collective des mandarins durant le protectorat, ne résistent pas à l’épreuve des faits. Il faudrait rechercher davantage dans la masse des écrits laissés à la postérité par les lettrés pour pouvoir en dire plus. Les fonctionnaires de tous les pays, qu’ils soient confucéens ou républicains (Vichy), auraient-ils agi autrement face à l’occupation étrangère ?

Le Duy Tan des modernistes

37La conjoncture de 1905 marque un tournant dans l’histoire de l’Asie orientale en général, et celle du Viet Nam en particulier : victoire japonaise à Tsoushima sur la flotte russe, échec de la révolution de 1905 en Russie, influence grandissante du réformisme confucéen en Chine. En Indochine, la timide ouverture du gouverneur général Paul Beau semble favoriser l’émergence d’une nouvelle culture intellectuelle dans les pays du monde sinisé (Japon, Chine, Corée, Viet Nam). Mais c’est surtout l’arrivée sur la scène politique et sociale d’une nouvelle génération d’intellectuels qui change la donne. Instruits par les expériences asiatiques, les « Nouveaux Lettrés » redécouvrent le sens des « suppliques au roi » (Dieu Tran) de leur prédécesseur Nguyen Truong To, et se tournent vers l’est (Chine et Japon) pour trouver la vérité et le salut national. Rompant avec le langage et la vision du monde hérités de leurs aînés, les néoconfucéens vietnamiens s’aligneront désormais sur la voie empruntée auparavant par leurs homologues chinois et japonais, celle d’une révolution culturelle de longue haleine pour moderniser, transformer en profondeur le pays. Les derniers mouvements insurrectionnels menés par De Tham (1885-1913) et le bonze Vuong Quoc Chinh (1898) ressemblent à des combats sans lendemain. Le temps n’est plus celui des coups de main audacieux, de l’héroïsme guerrier, mais celui de la régénérescence physique, morale et intellectuelle, selon la formule moderniste : « KHAI DAN TRI, CHAN DAN KHI, DAO TAO NHAN TAI ».

38Les lettrés Phan Chau Trinh et Phan Boi Chau incarnent, chacun à sa manière, cette génération connue sous le nom de Duy Tan (Pour le renouveau). Inspirés par l’expérience chinoise à l’appel de Kang Yeouwei et Liang Qichao en Chine, les lettrés modernistes circulent de village en village, proposant des changements tels que l’adoption du vêtement européen ou les cheveux courts, prônant le développement du commerce et de l’artisanat pour parvenir à l’indépendance économique. Le Dong Du (voyage vers l’est) organise sous l’égide du Duy Tan l’émigration clandestine des étudiants vietnamiens au Japon et en Chine.

39Mais la manifestation la plus spectaculaire du mouvement est la multiplication des écoles qui dispensent, à l’instar du Dông Kinh Nghia Thuc (Institut bénévole du Tonkin), situé en plein centre du vieux Hanoi, un enseignement gratuit en trois langues (chinois, vietnamien et français) et des matières nouvelles (hygiène, écriture Quoc ngu, histoire du Viet Nam) à un millier d’élèves, garçons et filles. Disposant d’une imprimerie, l’école publie des manuels en Quoc ngu et contribue ainsi à promouvoir l’écriture alphabétique dans les masses. À l’exemple du Dong Kinh, d’autres provinces se lancent également dans l’aventure.

40Malgré la reconversion des modernistes à l’action non violente, l’empoisonnement d’une caserne de soldats à Hanoï laissait planer le spectre du Vietnam Quang Phuc basé en Chine et placé sous le commandement de Phan Boi Chau. Durant le printemps de 1908, prenant comme prétexte le mouvement de protestation contre les impôts des paysans du Centre « manipulés » par les lettrés, les autorités répriment brutalement les manifestants, roués de coups, emprisonnés et exécutés sur place pour l’exemple. C’est ainsi que le Tien si Tran Quy Cap (1870-1908), reçu premier au concours du palais et ami de Phan Chau Trinh, est victime de cette mise à mort perpétrée par un mandarin local. Aussi la brutalité des autorités françaises ne devrait-elle pas masquer la haine et le désir de revanche des mandarins vietnamiens ralliés sur leurs collègues récalcitrants.

41À la violence policière s’ajoute la répression judiciaire visant les dirigeants du Duy Tan. Les lourdes peines (condamnation à mort, internement dans l’île de Poulo-Condore, bannissement hors des provinces d’origine, mise en résidence surveillée) sont infligées à Phan Chau Trinh et ses compagnons de route comme Ngo Duc Ke (1878-1929), Luong Van Can (1854-1927), Huynh Thuc Khang (1826-1947), Le Van Huan (1875-1929), tandis que d’autres sont contraints de s’exiler, comme Phan Boi Chau (en 1910) et Nguyen Thuong Hien (1868-1925). L’ordre colonial rétabli par la violence suscite par ailleurs de vives protestations en métropole, notamment de la Ligue des droits de l’homme.

42L’échec de 1908 a eu des conséquences profondes sur le nationalisme vietnamien. Le mouvement réformiste a été décapité par les arrestations et déportations en masse des meneurs. Si l’abdication de Thanh Thai en 1906 n’a pas soulevé de remous significatifs dans l’opinion, la dissidence avortée de son successeur Duy Tan en 1916, avec la complicité de Tran Cao Van (1866-1916) et Thai Phien (1882-1916), a laissé des traces. Un an après, l’attaque de la prison centrale de Saigon par les partisans d’une secte secrète (Thien Dia Hoi) annonce le mouvement insurrectionnel déclenché par le sergent Trinh Van Can (?-1918) et un ancien du Dong Kinh Nghia Thuc (Luong Ngoc Quyen, 1890-1917) dans la province de Thai Nguyen en 1917. Cet épisode marque la fin historique des « Lettrés confucéens » et annonce la relève par une nouvelle génération de « lettrés » issus de l’école française en Indochine.

Les nouveaux contestataires des grandes villes

43La conjoncture de 1925 est placée sous le signe de la crise généralisée de la société coloniale et la multiplication des conflits sociaux, économiques, politiques, jusqu’à son écroulement final.

44Elle s’ouvre sur des mouvements « grandioses » et sans précédent dans l’histoire moderne du Viet Nam, qui ont marqué les années 1925-1926 et laissé des traces profondes dans la mémoire collective. En effet, prenant acte pour la première fois de la volonté de la France, réitérée maintes fois durant la Grande Guerre, de réformer le statut colonial de l’Indochine, la population de Saigon, imitée bientôt par celle de Hue et de Hanoi, descend dans la rue pour revendiquer l’élargissement du journaliste Nguyen An Ninh (1900-1943), directeur d’un journal d’opposition en langue française, La cloche fêlée, la grâce de Phan Boi Chau qui venait d’être condamné à perpétuité par un tribunal de Hanoi, et les funérailles nationales de Phan Chau Trinh (mort en 1926). Dans la foulée, la contestation de l’ordre colonial prend une tournure plus politique et débouche sur la revendication ouverte des mesures d’extension des libertés publiques à l’ensemble du pays, et de la représentation « indigène » dans les assemblées consultatives du Centre et du Nord.

  • 16 Trinh Van Thao, ouvr. cité, 2007.

45Débordées et prises au piège de leur propre propagande, les autorités, qui ne s’attendaient pas à un mouvement social d’une telle ampleur, ont préféré attendre avant de réagir. Face à ces rebelles d’un type nouveau, des « cols blancs » (professeurs, membres des professions libérales et employés de bureau) et des « bleus de chauffe » (ouvriers des fabriques et arsenaux du port), il fallait trouver d’autres parades moins brutales et plus subtiles. C’est ainsi qu’au lendemain de ces manifestations, des centaines de « meneurs » et de jeunes collégiens furent impitoyablement chassés de l’administration et de l’école, exclus de l’enseignement et de la fonction publique, à moins de se soumettre au rituel de repentir exigé par les instances académiques. Pour certains adolescents, ce fut un tournant et le saut dans la rupture. Ils allèrent grossir les premiers noyaux du Thanh Nien Cach Mang (Jeunesse révolutionnaire), d’inspiration léniniste, créés en Chine par Nguyen Ai Quoc16.

46Mais l’attentat manqué au cours de cette année contre le gouverneur Merlin en visite à Chamine, dans la concession française de Quang Chau, annonce déjà un autre danger représenté par une opposition nationaliste inspirée de l’idéologie et des méthodes d’action du Kuo Mingdang. Sous l’impulsion d’un ancien de l’université de Hanoi, Nguyen Thai Hoc (1901-1930), son action commença à pénétrer les milieux intellectuels et les classes moyennes des villes du Nord à la faveur de la grande crise économique de 1930, qui frappa durement la population. Coup sur coup, l’administration, l’armée et les forces de l’ordre durent faire face à une entreprise insurrectionnelle déclenchée par le Viêt Nam Quoc Dan Dang à Yen Bai en février 1930, suivie quelques mois plus tard (septembre) de l’irruption des Soviets de Nghe Tinh, à l’initiative du Parti communiste indochinois. Ces deux actes de rébellion-révolution eurent un grand retentissement politique, mettant en cause le fondement même de l’ordre colonial, car les (pré)révolutionnaires revendiquaient ouvertement l’émancipation du pays.

47Pourtant, la chronologie événementielle est indicatrice de la double orientation, nationaliste et marxiste, qui domine désormais la génération de 1925, ses forces et faiblesses. Écrasé sous les bombes visant les villages suspects (Co Am), décapité après que la plupart des dirigeants ont été arrêtés, exécutés, lourdement condamnés par le tribunal de Hanoi, le Quoc Dan Dang se replia dans les villes et trouva dans le groupe littéraire Tu Luc Van Doan (Autonomie) et ses revues (Phong Hoa, Ngay Nay) des structures d’organisation et d’opposition légale. Tu Luc Van Doan, en ce sens, est la continuation de la lutte anticolonialiste par d’autres moyens, bien au-delà de ses avancées littéraires au contact de la littérature française. En sapant les bases de la morale confucéenne, dénonçant les dérives de la famille patriarcale, prenant la défense de la femme vietnamienne face à l’oppression sociale, de son droit à la liberté et à une tout autre dignité que l’ordre confucéen voulait lui assigner, les romans et articles produits pendant une décennie par des jeunes écrivains de cette génération, tels Khai Hung (1896-1947) ou Nhat Linh (1905-1963), perturbent à la fois le bel ordre de la famille et de la monarchie confucéenne. Il y décelait les racines profondes du conservatisme social, culturel et politique de leurs pères, plus ou moins complices ou victimes consentantes du protectorat. Pendant ce temps, leurs rivaux du Parti communiste se retirent sur leurs bases arrière en Chine et se ruralisent au contact du maoïsme, laissant le terrain des luttes sociales et ouvrières à leurs concurrents trotskistes du journal La Lutte (1933-1937).

48Un front unitaire s’est pourtant amorcé à la faveur de la victoire du Front populaire (1936) pour préparer un « congrès indochinois » chargé d’exprimer les revendications vietnamiennes. Son échec final va désespérer les partisans d’une réforme en douceur, Bui Quang Chieu (1873-1945), Duong Van Giao (?-1945), Nguyên Phan Long (1889-1960), exacerber les passions partisanes et radicaliser l’engagement politique des adversaires de l’ordre colonial.

Conclusion

  • 17 David G. Marr, 1995.
  • 18 Philippe Devillers, 1952, p. 140.

49Au lendemain de la défaite de l’armée française en métropole, l’occupation japonaise en Indochine avec l’accord de Vichy, le « double joug » franco-japonais (1940-1945) et, pour finir, le coup d’état du 9 mars 1945… ouvrent l’ère de la lutte pour l’indépendance qui s’achève par la folle course vers la « conquête du pouvoir »17 entre nationalistes et communistes. Investi de la confiance des puissances alliées victorieuses, l’ex-rebelle et révolutionnaire formé à l’école de Lénine, Nguyen Ai Quoc (devenu Ho Chi Minh), a su saisir le « moment favorable » (thoi co thuan loi) pour s’imposer comme le leader incontestable du Front national des forces révolutionnaires pour l’indépendance du Viet Nam (Viet Minh) et le chef légitime d’une République démocratique naissante après l’abdication du dernier empereur des Nguyen qui préféra, a-t-il déclaré dans l’acte d’abdication, « être citoyen libre dans un pays indépendant [...] plutôt que roi d’une nation subjuguée »18. Après, c’est une autre page de l’histoire qui commence, celle d’une guerre de trente ans (1945-1975).

Bibliographie sélective (par ordre d’apparition dans le récit)

50– Fong Yeou-Lan, Précis d’histoire de la philosophie chinoise, Paris, Payot-Le Mail, 1985, 367 p.

51– Nguyen Thê Anh, Xa hoi Viet Nam duoi thoi Phap thuoc (La société vietnamienne sous la domination française), Saigon, NXB Lua Thieng, 1970, 391 p.

52– Eric Hobsbawm, Les Bandits, Paris, François Maspéro (traduction française), 1972.

53– Yoshiharu Tsuboï, L’Empire vietnamien face à la France et à la Chine 1847-1885, Paris, L’Harmattan, 1987, 291 p.

54– Phan Huy Chu, Hai trinh chi luoc (Récit sommaire d’un voyage en mer, 1833), Cahiers d’Archipel, n° 25, 1994, 228 p.

55– Li Tana, Xu Dàng Trong. Lich su kinh te-Xa hoi Viet Nam the ky 17 và 18 (Le pays du Sud. Histoire économique et sociale du Viet Nam aux XVIIe et XVIIIe siècles), Saigon, NXB Tre, 1999, 247 p.

56– Bui Duc Tinh, Nhung buoc dau cua Bao chi, Tieu Thuyet va Tho Moi, 1865-1932 (Le début du journalisme, du roman et de la nouvelle poésie), Les Éditions de Ho Chi Minh ville, 1992.

57– Revue Études vietnamiennes, « Les Lettrés devant l’histoire », n° 56, 1979, 220 p.

58– Dr Hocquart, Une campagne au Tonkin, Paris, Hachette, 1892.

59– Charles Gosselin, L’Empire d’Annam, Paris, Perrin et Cie, 1901.

60– Trinh Van Thao, Viet Nam, du confucianisme au communisme, Paris, L’Harmattan, 2007 (2e édition), 396 p.

61– Trinh Van Thao, L’école française en Indochine, Karthala, 1995, 323 p.

62– Charles Fourniau, Annam-Tonkin, 1885-1896. Lettrés et paysans vietnamiens face à la conquête coloniale, Paris, L’Harmattan, 1983, 294 p.

63– Charles Fourniau, Viet Nam, domination coloniale et résistance nationale, 1858-1914, Paris, Les Indes savantes, 2002, 845 p.

64– Charles Fourniau, Trinh Van Thao et alii, Le contact colonial franco-vietnamien. Le premier demi-siècle (1858-1911), 1999, Publications de l’université de Provence, 289 p.

65– Tran Van Giau et coll., Lich su can dai Viet Nam (Histoire contemporaine du Viet Nam), Hanoi, NXB Giao Duc, vol. II, 1961, 364 p.

66– Emmanuel Poisson, Mandarins et subalternes au nord du Viet Nam. Une bureaucratie à l’épreuve 1820-1918, Paris, Maisonneuve & Larose, 2004, 355 p.

67– David G. Marr, Vietnam 1945. The Quest for Power, University of California Press, 1994, 602 p.

68– Philippe Devillers, Histoire du Viet Nam de 1940 à 1952, Paris, Seuil, 1952, 480 p.

Haut de page

Notes

1 Yoshiharu Tsuboi, 1987, p. 220-221.

2 Terme générique désignant les intellectuels classiques, lauréats des concours mandarinaux ou simples disciples de maître Confucius dont la pensée règne sur l’État et la société vietnamienne au même titre que d’autres pays du monde sinisé de l’Asie.

3 Bui Duc Tinh, 1992, p. 140-160.

4 Yoshiharu Tsuboi, 1987, préface, p. V.

5 Phan Huy Chu, ouvr. cité, p. 28s.

6 La prise de Humen par les Anglais en 1841 atteste l’impuissance et le retard de l’armée chinoise face à l’Occident.

7 Phan Huy Chu, ouvr. cité, p. 133-134.

8 Chuong Thau, « L’impasse du xixe siècle », dans Les lettrés devant l’histoire, p. 141.

9 Cf. ses Suppliques au roi dans Trinh Van Thao, 2007.

10 Charles Fourniau, ouvr. cité, 1983, p. 274.

11 Tran Van Giau et alii, 1961, t. 2, p. 267.

12 Dr Hocquart, ouvr. cité, 1892.

13 Charles Fourniau, ouvr. cité, 2002, p. 433-434.

14 Charles Fourniau et alii, Le contact colonial franco-vietnamien. Le premier demi-siècle (1858-1911), 1999, p. 102-103.

15 Charles Fourniau, ouvr. cité, 1989, p. 59.

16 Trinh Van Thao, ouvr. cité, 2007.

17 David G. Marr, 1995.

18 Philippe Devillers, 1952, p. 140.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Trinh Van Thao, « Lettrés, rebelles et autres bandits face à l’ordre colonial. Réflexions sur l’esprit de résistance et le patriotisme vietnamien », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 126 | 2015, 19-34.

Référence électronique

Trinh Van Thao, « Lettrés, rebelles et autres bandits face à l’ordre colonial. Réflexions sur l’esprit de résistance et le patriotisme vietnamien », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 126 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 25 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4074

Haut de page

Auteur

Trinh Van Thao

Professeur émérite de sociologie à l’université d’Aix-Marseille, ancien membre de l’Institut de recherche sur le Sud-Est asiatique

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page