Navigation – Plan du site

Le mot de la rédaction

Anne Jollet
p. 5-9

Texte intégral

1Écrire après que le ciel vous soit tombé sur la tête !

2On le savait très bas, ce ciel, mais tout de même, pas à ce point ! Nos amis caricaturistes de Charlie Hebdo sont morts, tués en plein Paris par des balles assassines. Tués pour leurs idées.

3Je n’avais malencontreusement pas fini d’écrire ce mot de la rédaction de notre numéro 126 quand est tombée la nouvelle terrible. Je n’ai pas pu continuer à écrire. Les Cahiers ont pris du retard dans cette affaire. Ça ne fait pas plaisir, mais on s’en remettra, tandis que le poids des absences retombera sur Charlie.

4Comme eux, comme tous les autres que ces mises à mort folles ont plongé dans un cauchemar, nous émergeons de la stupeur et nous disons qu’il faut plus que jamais comprendre, écrire et diffuser dans la cité. Encore engourdis par le choc, nous savons cependant qu’il ne faut pas céder au sentiment d’échec qui peut nous avoir submergés face à une violence qui nous fait rudement éprouver les limites de notre intelligence du réel.

5Nous ne connaissons que trop bien les limites aussi de notre rayonnement, les limites de la diffusion des rencontres, des débats que de façon très volontariste nous organisons autour de nos dossiers, autour de livres, autour de témoignages. Nous connaissons notre difficulté à interpeller nos concitoyens et concitoyennes au delà de cercles de pairs, historiens ou militants.

6Néanmoins, nous savons aussi que nous devons plus que jamais continuer à faire vivre ces petits espaces qui, conjoints à beaucoup d’autres, font exister un horizon social de débat, de diffusion des savoirs critiques à même de lutter contre la construction des stéréotypes grossiers, des identités factices, alimentant le ressentiment et la haine.

  • 1 Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 85, 2001, « Le pouvoir colonial », dossier coordo (...)
  • 2 Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 89, 2002, « Les enjeux de la mémoire. Esclavage, (...)
  • 3 Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 99, 2006, « Relectures d’histoires coloniales », (...)
  • 4 Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 105-106, 2008, « Les gauches en Égypte, XIXe-XXe  (...)
  • 5 Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 111, 2010, « Conflits et conflictualité dans le m (...)

7Plus que jamais, nous comprenons le bien-fondé de nos choix : produire des savoirs historiens qui mettent en évidence les fonctionnements des processus de domination, les rapports de forces tus, les histoires oblitérées ou refoulées des vaincus. Plus que jamais nous savons que l’histoire que nous publions doit viser à étendre la compréhension des situations présentes, en élargissant dans le temps et l’espace le spectre des processus sociaux étudiés. Au cœur de ce décentrement, de l’affirmation que l’Europe n’est pas pour tous le centre du monde, que des histoires se sont écrites ailleurs et d’ailleurs, on peut placer cette histoire des colonisations qui est devenue un des fils rouges de notre production. Cette histoire, cruciale dans la compréhension des inégalités, des violences sociales du monde contemporain, nous l’avons à plusieurs reprises écrite comme expression du déploiement de la puissance européenne. Ainsi avons-nous publié un dossier consacré à l’administration coloniale, qui reste toujours de grande actualité1, puis un dossier sur la mémoire de l’esclavage transatlantique, dimension spécifique de l’impérialisme européen en Amérique et aux Antilles2, puis en 2006 un dossier consacré à l’actualité des relectures de l’histoire coloniale3. Depuis, nous avons publié sur l’affirmation nationale en Égypte4, puis sur les luttes sociales dans l’empire anglais5. Nous avons aussi consacré durant toute l’année 2014 des contributions diverses, comptes rendus de lectures, notices biographiques, transcriptions de débats, à la lutte des Algériens pour l’indépendance.

  • 6 « Rendez-vous de l’Histoire de Blois », 2014. Nous y avons présenté deux tables rondes. L’une a don (...)

8Nous publions aujourd’hui un dossier qui situe la problématique de l’impérialisme du côté de celles et ceux qui le subissent. Comme les historien/nes le mettent de plus en plus en évidence, les peuples soumis à l’impérialisme ont constamment exprimé des refus de cette soumission et de cette dépendance. Celles et ceux qui ont porté ces refus sont au cœur de ce dossier. Il s’agit donc d’analyses de différentes expressions de ces rébellions, résistances en contexte colonial, au sein d’espaces colonisés divers, du Viet Nam évoqué ici par Trinh Van Thao à l’Afrique noire française dont les résistances étudiantes sont décrites par Françoise Blum. D’où le titre de ce dossier, inspiré comme celui du précédent numéro de la thématique de Blois 2014, « Rebelles à l’ordre colonial6 ».

9Le dossier coordonné par Didier Monciaud rappelle la grande diversité des situations coloniales, très dépendantes des structures sociales existantes, structures sociales elles-mêmes déjà modelées par des confrontations entre puissances locales et puissances européennes depuis plusieurs siècles quand la volonté de contrôle des territoires se précise au XIXe siècle. Le rapprochement d’articles relevant d’aires coloniales disjointes et aux histoires disjointes montre à quel point l’affirmation d’un « empire français », d’un « empire britannique », relève de la fabrication politique des mythes. Les articles du dossier évoquent notamment les agencements divers entre les cultures, les religions traditionnelles, plus ou moins délaissées et méprisées par les élites, et les forces de résistance à la mainmise de la puissance étrangère. Entre leur revendication, leur revalorisation et leur rejet au nom de l’émancipation et d’un internationalisme de la liberté fortement marqué par le marxisme et le communisme au XXe siècle, existe toute une gamme de situations, pleines de contradictions. Ces rebelles à l’ordre colonial apparaissent donc de plus en plus divers au fur et à mesure que les études sur les processus de colonisation rapprochent des espaces longtemps étudiés dans les cadres géographiques propres aux dits empires coloniaux. Rémy Madinier montre comment, à l’intérieur du sud-est asiatique, les rébellions islamiques prennent dans le temps et l’espace des formes bien différentes, qui intègrent la diversité des structures sociales de la péninsule, des îles, ainsi que la diversité des exigences coloniales, elles-mêmes diverses selon les lieux et les circonstances, notamment selon la vigueur des rivalités entre puissances impériales. Le titre de l’article de Trinh Van Thao, « Lettrés, rebelles et autres bandits face à l’ordre colonial », dit cette diversité des acteurs des luttes anti-coloniales du XIXe au XXe siècle, notamment à travers les hésitations des élites lettrées et religieuses du Viet Nam entre collaboration et affrontement avec les représentants de la puissance française. Les études de David Murphy et de Didier Monciaud abordent par d’autres voies cette complexité, à travers le croisement au XXe siècle des luttes d’émancipation nationale avec les luttes de groupes structurellement dominés. L’itinéraire de Lamine Senghor, étudié par David Murphy, conduit le jeune Sénégalais, rescapé de la Grande guerre, de l’internationalisme communiste à une prise de conscience de la spécificité de la lutte des peuples de couleur, qui doit être aussi une lutte contre le racisme, prise de conscience qui le convainc de créer un « Comité de Défense de la Race Nègre ». Des luttes égyptiennes pour secouer la tutelle anglaise, Didier Monciaud retient ici les luttes d’Injî Aflâtûn, femme éduquée, issue de la bourgeoisie, qui cherche à maintenir dans toutes les luttes le double engagement de défense de l’indépendance et de défense des droits des femmes. Après la Seconde Guerre mondiale, les « rebelles à l’ordre colonial » se font plus nombreux, mais ils sont aussi pris dans de nouveaux rapports de forces internationaux liés à la Guerre froide, qui les renforcent mais aussi les divisent. Pierre-Jean Le Foll-Luciani montre comment les cellules du Parti communiste algérien ont permis un rapprochement inédit, sur des bases politiques, d’étudiants jusque-là séparés par leur appartenance d’origine telle que définie par les autorités coloniales (« musulmans », « non musulmans », « juifs »). Mais il montre aussi la difficulté de ce rapprochement dans le cadre d’une guerre d’indépendance dans laquelle le PCA apparaît désormais à certains nationalistes comme un facteur de division du mouvement nationaliste. Cette force nouvelle des aspirations à l’indépendance à l’issue de la guerre est également au cœur de l’étude de la Fédération des étudiants d’Afrique noire en France, que propose ici Françoise Blum. L’auteure montre comment l’association, créée en 1951, allie la radicalité de l’engagement pour l’indépendance à un internationalisme basé sur une bonne connaissance de la « bibliothèque marxiste », qui la conduit à poursuivre les luttes contre l’impérialisme et le néocolonialisme après les indépendances.

10Peut-être notre présent nous amènera-t-il à remarquer particulièrement, dans toutes ces expériences de construction de la rébellion, la soif de savoir et l’idée partagée que les savoirs, même les savoirs coloniaux, sont des armes indispensables à l’émancipation. Sans doute les « espérances » brisées qu’évoque Françoise Blum en fin de son article expliquent-elles en partie la mise en cause assez générale des apports des savoirs aux constructions sociales, et plus largement à la vie des hommes, qui caractérise notre présent.

  • 7 Dans les semaines qui viennent, nous projetterons le film « Sarraounia », du réalisateur Med Hondo, (...)
  • 8 « Nation(s)/Mondialisation(s). Toute une histoire », 4èmes Rencontres d’histoire critique de Gennev (...)

11Les Cahiers s’entêtent néanmoins. À faire sortir les savoirs académiques des espaces de recherche, à les faire connaître des non spécialistes, à tous les soucieux de la complexité des fonctionnements sociaux, soucieux d’être mieux en prise sur le présent. Dans ce but, nous avons mis les contenus des Cahiers en ligne, en accès libre, nous nous lançons dans l’organisation de projections de film suivies de débats autour des problématiques de nos dossiers. Nous nous mettons à la disposition des associations, des luttes sociales, pour y affûter les débats sur les structures sociales passées, comme sur l’usage qui est fait de ce passé dans notre présent7. Ainsi nous reprenons aussi l’initiative de faire vivre des Rencontres d’histoire critique qui, pour la quatrième fois, se dérouleront en 2015 à Gennevilliers, en partenariat avec l’Université populaire des Hauts-de-Seine et le soutien de la municipalité de Gennevilliers8. Les 26-27-28 novembre 2015, on y parlera histoire des « nations » et des « mondialisations », pour mieux penser le sort incertain des nations dans la mondialisation de notre temps.

12Notre entêtement, c’est aussi de produire cette revue, ce volume que nous espérons portable de lieu en lieu, présent dans les bibliothèques, bien visible sur des rayonnages, avec la belle couverture que nous devons chaque trimestre à notre ami et artiste François Féret.

13Quand vous l’aurez entre les mains, quand vous y retrouverez les réflexions d’une jeune chercheuse sur Jan Valtin dans Chantiers, l’hommage des Cahiers au formidable chercheur sur la guerre en Algérie que fut Jean-Luc Einaudi dans Métiers, quand vous y lirez la vaste synthèse sur Marx et l’histoire des sciences dans Débats, ou quand vous cheminerez avec les Cahiers recommandent, pensez à soutenir notre effort, à faire connaître les Cahiers, à les installer dans vos bibliothèques… et à rappeler qu’un abonnement, pour nous aussi, c’est une pierre bien solide avec laquelle bâtir notre revue.

Haut de page

Notes

1 Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 85, 2001, « Le pouvoir colonial », dossier coordonné par Marianne Boucheret.

2 Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 89, 2002, « Les enjeux de la mémoire. Esclavage, marronnage, commémorations », dossier coordonné par Francis Dupuy.

3 Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 99, 2006, « Relectures d’histoires coloniales », dossier coordonné par Sébastien Jahan.

4 Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 105-106, 2008, « Les gauches en Égypte, XIXe-XXe siècles », dossier coordonné par Didier Monciaud.

5 Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 111, 2010, « Conflits et conflictualité dans le monde britannique, 1815-1931 », dossier coordonné par Jean Vigreux et Julien Vincent.

6 « Rendez-vous de l’Histoire de Blois », 2014. Nous y avons présenté deux tables rondes. L’une a donné lieu à la publication du n° 125 « Rebelles au travail », coordonné par David Hamelin. L’autre organisée en partenariat avec l’association Sortir du colonialisme, que nous remercions, a été à l’origine du présent dossier.

7 Dans les semaines qui viennent, nous projetterons le film « Sarraounia », du réalisateur Med Hondo, afin de poursuivre la réflexion sur les résistances à la colonisation.

8 « Nation(s)/Mondialisation(s). Toute une histoire », 4èmes Rencontres d’histoire critique de Gennevilliers, co-organisées par les Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique et l’UP 92, 26-27-28 novembre 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 126 | 2015, 5-9.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 126 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4072

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page