Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Corinne Maitte, Didier Terrier (dir.), Les temps du travail. Normes, pratiques, évolutions (xive-xixe siècles)

Presses universitaires de Rennes, coll. « Pour une histoire du travail », Rennes, 2014, 494 p.
Audrey Molis
Référence(s) :

Corinne Maitte, Didier Terrier (dir.), Les temps du travail. Normes, pratiques, évolutions (xive-xixe siècles), Presses universitaires de Rennes, coll. « Pour une histoire du travail », Rennes, 2014, 494 p.

Texte intégral

  • 1 Yannick Fonteneau, « Les ouvriers […] sont des espèces d’automates montés pour une certaine suite d (...)

1« Le temps n’est plus un rythme singulier mais une cadence quantifiable » 1

  • 2 Corinne Maitte et Didier Terrier, « Réinvestir l’histoire du temps de travail », op. cit., p. 11

2Sur la couverture, des engrenages qui rappellent ceux d’une montre, et une inscription : « Les temps du travail ». Voici un ouvrage conséquent, regroupant vingt-cinq contributions sous la collection « Pour une histoire du travail ». Sur un sujet rarement traité en histoire, voici un livre qui donne à réfléchir et à comprendre le passé tout en interrogeant le présent. Pour beaucoup, les sociologues partent du xixe siècle, avènement du mode de production capitaliste, pour comprendre les transformations du travail sous le prisme du temps, de sa gestion et de la discipline qu’il sous-tend. Cependant, se borner au xixe siècle oriente l’observation de faits se structurant ultérieurement, et informe finalement peu sur la mise en place des nouvelles pratiques liées à la gestion du temps. « Voilà pourquoi, introduisent Corinne Maitte et Didier Terrier, en s’inscrivant dans les perspectives offertes par cette relecture critique, il importe de renouveler l’approche historique de la question du temps de travail en la prenant au ras du sol, en retournant aux sources pour envisager en longue durée une question qui, en France et ailleurs, en est restée au stade du défrichement » 2.

3À la lecture de l’ouvrage, l’objectif semble réalisé. Pour le moins, il représente une source de réflexion et de documentation importante. Construit en cinq parties, il nous permet de suivre au fil des siècles les normes et pratiques au travail, de même que leurs évolutions, en montrant dans quelle mesure les temps de/du travail se définissent en relation avec des enjeux politiques, économiques, sociaux et religieux, et ce depuis le xive siècle.

  • 3 Jean-Yves Grenier, « Temps de travail et fêtes religieuses au xviiie siècle », op. cit., p. 101.

4Par exemple, la première partie interroge l’augmentation des jours travaillés par la suppression progressive, à des fins économiques, de certains jours de fêtes religieuses, du travail le dimanche et de l’ensemble des dérogations qui y sont accordées. L’influence de l’Église sur l’organisation du travail reste déterminante à la fin du Moyen-Âge, et si le nombre de jours travaillés augmente, les auteurs montrent avec précision que ces évolutions sont lentes et parfois moins importantes qu’on le pense. D’autant que ces transformations ne se situent pas seulement au niveau des différentes institutions, car dans ce cas les analyses laisseraient de côté les stratégies des travailleurs eux-mêmes. Jean-Yves Grenier explique : « En cas d’augmentation de salaire, par exemple, les travailleurs préféraient réduire leur temps de travail (donc maintenir inchangés leurs revenus) plutôt que de travailler davantage pour améliorer leurs revenus, au détriment du temps consacré aux loisirs. Aux alentours des années 1750, l’arbitrage s’inverse. » 3

  • 4 Samuel Guicheteau, « Les temps de travail des ouvriers nantais durant la première industrialisation (...)
  • 5 Béatrice Zucca Micheletto, « Temps pour travailler, temps pour éduquer : le travail des pauvres dan (...)
  • 6 Yannick Fonteneau, op. cit., p. 311.

5Les auteurs sont unanimes, le peu d’enquêtes historiques réalisées sur le travail sous le prisme du temps résulte, non exclusivement, de la consultation d’archives et des matériaux disponibles. Les difficultés énoncées ne semblent pas tarir le sujet. L’ensemble des auteurs livrent des descriptions précises et minutieuses des différents lieux de travail étudiés, au plus proche des individus, car selon Samuel Guicheteau, « à travers la question du temps est aussi en jeu la dignité des ouvriers » 4. Nous voyons alors se dessiner une réflexion globale sur les définitions d’une « journée de travail » et les tentatives de réglementation. Représente-t-elle le temps passé au travail ou la quantité de travail fournie ? Les auteurs tentent ainsi des définitions à partir de leurs terrains respectifs, pour alimenter la réflexion générale : une journée de travail est surtout « une unité de compte qui correspond à un total de production » 5 (Béatrice Zucca Micheletto, p. 82-83). Dans le même temps, ils argumentent sur la polysémie du terme « travail », qui, selon Yannick Fonteneau, « a toujours désigné à la fois l’acte en train de se réaliser, et le résultat de cet acte, c’est-à-dire l’ouvrage ou le produit » 6. Les différents points de vue développés par les auteurs constituent une véritable discussion sur la conceptualisation même du travail et de ses temps à travers l’histoire.

  • 7 Francesco Ammannati, « Production et productivité du travail dans les ateliers lainiers florentins (...)

6De même, le temps est complexe à appréhender car il est structurant, et son analyse oblige ainsi à prendre en compte le travail sous tous les angles. Cela permet, pour Francesco Ammannati, d’enrichir la discipline historique : « En fin de compte, l’étude des interactions entre le temps et le travail permet de mettre en rapport l’histoire des mentalités et l’histoire économique pour souligner les retombées qu’exercèrent les changements dans la conception du temps au niveau technique et organisationnel des manufactures à l’époque médiévale et à l’époque moderne. » 7

  • 8 Patrick Fridenson, « Le travail n’a pas fait son temps », op. cit., p. 481.

7Il est difficile de rendre compte en quelques pages de la richesse et de l’ensemble des thèmes qui traversent cet ouvrage. Quel que soit le mode de lecture choisi (intégrale ou partielle), sa consultation, que ce soit pour les historiens ou pour les sociologues s’intéressant au travail, peut alimenter les recherches, notamment en prenant la mesure de l’ancienneté des débats actuels. En effet, tout au long de la lecture, les différentes interrogations des auteurs conduisent les lecteurs à contextualiser ces débats. Dans sa conclusion, Patrick Fridenson énonce : « Lorsqu’ils font un tel constat, les historiens suggèrent aux acteurs sociaux et politiques d’aujourd’hui, qui déclarent vouloir modifier les bornes, l’intensité ou la nature du temps de travail, de prendre en compte l’ancrage de ces façons de dire et de faire, s’ils ne veulent pas aboutir au blocage des changements ou à l’explosion. » 8

Haut de page

Notes

1 Yannick Fonteneau, « Les ouvriers […] sont des espèces d’automates montés pour une certaine suite de mouvemens » : fondations d’une représentation mécanique du temps laborieux (1700-1750), dans Corine Maitte et Didier Terrier (dir.), Les temps du travail, Presses universitaires de Rennes, coll. « Pour une histoire du travail », Rennes, 2014, p. 310.

2 Corinne Maitte et Didier Terrier, « Réinvestir l’histoire du temps de travail », op. cit., p. 11

3 Jean-Yves Grenier, « Temps de travail et fêtes religieuses au xviiie siècle », op. cit., p. 101.

4 Samuel Guicheteau, « Les temps de travail des ouvriers nantais durant la première industrialisation (début xviiie siècle-milieu xixe siècle) », op. cit., p. 432.

5 Béatrice Zucca Micheletto, « Temps pour travailler, temps pour éduquer : le travail des pauvres dans les institutions de charité (Turin, xviiie siècle) », op. cit., p. 82-83.

6 Yannick Fonteneau, op. cit., p. 311.

7 Francesco Ammannati, « Production et productivité du travail dans les ateliers lainiers florentins du xvie siècle », op. cit., p. 227.

8 Patrick Fridenson, « Le travail n’a pas fait son temps », op. cit., p. 481.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Molis, « Corinne Maitte, Didier Terrier (dir.), Les temps du travail. Normes, pratiques, évolutions (xive-xixe siècles) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 125 | 2014, mis en ligne le 19 octobre 2014, consulté le 27 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4041

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page