Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Leonore Davidoff et Catherine Hall, Family Fortunes, Hommes et femmes de la bourgeoisie anglaise (1780-1850)

Paris, La Dispute, 2014, 440 p.
Anaïs Albert
Référence(s) :

Leonore Davidoff et Catherine Hall, Family Fortunes, Hommes et femmes de la bourgeoisie anglaise (1780-1850), Paris, La Dispute, 2014, 440 p.

Texte intégral

1La traduction en 2014 aux éditions La Dispute de l’ouvrage de Leonore Davidoff et Catherine Hall intitulé Family Fortunes, Hommes et femmes de la bourgeoisie anglaise (1780-1850) relève en quelque sorte d’un fructueux anachronisme. Publié en Grande-Bretagne en 1987, ce texte est rapidement devenu un classique outre-manche, mais il est resté très peu connu du public français. Sa traduction aujourd’hui, « dans une conjoncture où la “classe”, après avoir quasiment disparu du vocabulaire politique et académique, revient de nouveau au-devant de la scène » permet de « faire apparaître des perspectives qui auraient pu passer inaperçues lors de leur première édition » (p. 8) écrit Eleni Varikas dans l’avant-propos. C’est en effet la très grande actualité de ces réflexions sur la co-construction du genre et de la classe qui frappe à la lecture, l’hypothèse principale de l’analyse étant qu’il faut toujours se rappeler que « la classe est genrée et le genre est classé ». Comme le pointe Eleni Varikas, les deux chercheuses ont démontré magistralement que les « modes d’articulation genre/classe ne sont ni universels, ni donnés d’avance, ayant leur spécificité et leur historicité propre qu’il s’agit à chaque fois de comprendre et d’expliquer » (p. 15). Catherine Hall et Leonore Davidoff, l’une historienne et l’autre sociologue, s’attachent donc à décrire un modèle de co-construction bien particulier, qui donne progressivement naissance à la bourgeoisie anglaise entre 1780 et 1830 et qui est ensuite mis à mal par le féminisme victorien à partir des années 1860. La période choisie est celle de la révolution industrielle à laquelle on a longtemps lié mécaniquement l’émergence de la bourgeoisie protestante. Les auteures, loin d’une vision téléologique, s’attachent à montrer que ce processus n’a rien de linéaire et n’était pas inéluctable. Elles démontrent surtout magistralement que cette montée en puissance de la bourgeoisie est conditionnée par la formation d’un certain rapport de genre qui repose sur la séparation des sphères publiques et privées, sur l’exclusion des femmes de la sphère du travail productif et sur un modèle bien particulier de famille très nombreuse.

2Les inspirations théoriques de leur travail sont multiples et elles croisent fructueusement Max Weber sur les rapports entre religion et capitalisme, Karl Marx dont elles reprennent la perspective matérialiste, Antonio Gramsci pour ses théories sur l’hégémonie culturelle et, bien sûr, les apports de l’épistémologie féministe. Les deux universitaires ont travaillé sur un très vaste corpus de sources, dépouillé pendant une recherche au long cours qui a duré sept ans : 600 testaments, la reconstitution de 1 400 ménages bourgeois à travers les recensements et les registres locaux, des lettres, des journaux intimes, des papiers de famille ou encore de la littérature prescriptive. Cet ensemble documentaire impressionnant permet aux chercheuses de développer une histoire ambitieuse qui consiste à « poser des questions de grande ampleur et [à] y répondre en dressant un vaste panorama de l’objet étudié » (p. 23), en critiquant au passage l’hégémonie d’une histoire culturelle oublieuse des conditions de vie matérielles qui « s’appuie sur la sélection d’un petit nombre de textes […] pour élaborer une thèse générale arguant soit du changement, soit de la continuité » (p. 30). Malgré le poids des sources dans la recherche, le texte reste d’une étonnante légèreté, tissant subtilement les approches quantitatives et qualitatives et se lisant à bien des endroits comme un roman. Enfin, d’un point de vue méthodologique, la pratique de la comparaison est systématique. Cela passe d’abord par le choix d’ancrer l’étude dans deux régions très différentes : la ville industrielle et commerçante de Birmingham et l’Essex, un comté rural situé à l’est de Londres. Le choix raisonné de ces territoires permet de contester la thèse communément admise de la naissance urbaine de la bourgeoisie et de montrer l’importance de la composante rurale de ce groupe social. La comparaison passe également par la description de toutes les variations internes du modèle décrit. Le chapitre 5 consiste, par exemple, à tracer les grandes lignes d’un modèle de la masculinité au travail dans la bourgeoisie, puis à en décrire toutes les nuances en fonction des professions, de l’avocat au fermier, en passant par les fabricants ou les banquiers. La mise en regard de ces attitudes finit par démontrer l’unification progressive du groupe autour de valeurs et pratiques fortement genrées.

3Dans la première partie de l’ouvrage, Catherine Hall et Leonore Davidoff s’interrogent sur la place de la religion et de l’idéologie dans la formation de la bourgeoisie anglaise. À la fin du xviiie siècle, les membres de ce groupe social sont exclus de l’action publique, réservée à l’aristocratie et se lancent dans la création de leurs propres réseaux et associations via la pratique religieuse. Les chercheuses démontrent ainsi comment « la croyance religieuse était devenue une caractéristique et une fonction de classe » (p. 95), un socle de l’identité bourgeoise qui leur ouvre la voie de l’ascension sociale et de l’accès au politique. Le protestantisme dissident que pratiquent les bourgeois anglais promeut une vision de la différence sexuelle et de la répartition des rôles qui trouve son accomplissement parfait dans la figure du pasteur et de son épouse dévouée. Cette vision religieuse évangéliste est adaptée et profondément médiatisée par des auteurs nationaux et régionaux, qui en élaborent une version sécularisée : « l’idéologie domestique ». Hall et Davidoff mettent ici pleinement en pratique leur programme de recherche : elles cherchent ce qui fait la classe, c’est-à-dire ce que ces individus ont en commun et le trouvent dans cette idéologie domestique profondément genrée qui transcende les divisions internes, qu’elles soient politiques ou professionnelles, pour constituer l’univers mental de la bourgeoisie anglaise.

4La deuxième partie intitulée « Structures et opportunités économiques » propose une analyse de l’« établissement » (establishment), c’est-à-dire de l’entreprise familiale, cette interpénétration de la famille et de la production qui constitue le modèle de référence dans la bourgeoisie. Si le travail productif des femmes ainsi que leurs capitaux sont nécessaires à l’essor de ces entreprises, cela entre toutefois en contradiction apparente avec l’idéologie domestique. On assiste donc à des changements juridiques, notamment la généralisation du principe du fidéicommis, qui « permirent de maintenir les femmes dans la dépendance, alors que leurs capitaux restaient en circulation » (p. 193). Cela s’accompagne de l’exclusion symbolique des femmes de la sphère du travail malgré leur participation réelle mais désormais invisibilisée. Hall et Davidoff parlent d’« investissement caché » pour évoquer le rapport des femmes de la bourgeoisie à l’entreprise familiale, tandis que l’identité masculine est au contraire très profondément liée à l’exercice d’une profession. C’est même à travers la centralité du travail que la bourgeoisie se construit en tant que classe politique, par opposition à l’oisiveté de la gentry, et qu’elle revendique une participation à la vie politique, jusque-là fondée uniquement sur la propriété de la terre.

5Enfin, la troisième partie est consacrée à l’étude de la vie quotidienne pour y voir le « genre en action ». Hall et Davidoff se réfèrent au matérialisme au sens littéral en décrivant les différents aspects du monde matériel de la bourgeoisie. Elles évoquent les corps de ces hommes et de ces femmes, à travers les vêtements, les maladies ou encore l’allaitement et la grossesse, nous livrant une histoire profondément incarnée. Les auteures restituent aussi les lieux de vie de ce groupe – l’église, les jardins, les différentes pièces de la maison – et dépeignent la séparation progressive du foyer et du travail qui entraîne le développement des banlieues. Elles évoquent enfin dans une perspective anthropologique la composition des familles, très nombreuses, où l’existence de 10 à 15 enfants n’est pas rare, ainsi que l’ensemble des normes et des rites qui signent l’appartenance au groupe. Cette dernière partie permet de comprendre comment l’idéologie domestique qui assigne les femmes au privé s’est concrétisée au quotidien : elles ont été « graduellement englouties dans le royaume privé [tandis que] grandissaient les cloisons matérielles, psychiques et sociales pour séparer les deux sphères » (p. 312).

6La lecture de cet ouvrage pionnier est une grande leçon de méthode et de style, et plaide pour une histoire ambitieuse qui ne renonce pas à dire quelque chose du réel. Contre une vision post-moderne, ce travail affirme que tout ne peut pas être déconstruit : tout en pointant des évolutions et des lignes de faille, les auteures montrent qu’il est possible à un moment donné de saisir des processus convergents qui font sens, ici pour expliquer la naissance et la montée en puissance d’une classe sociale. Cette analyse matérialiste qui refuse de se cantonner aux discours se révèle à la fois fructueuse et nécessaire. Dans la nouvelle introduction écrite pour l’édition française, Leonore Davidoff et Catherine Hall réaffirment d’ailleurs avec force leurs convictions scientifique et politique : « aujourd’hui, la classe pensée comme une totalité unie par une conscience partagée et comme agent collectif n’est plus au centre de l’attention. On s’intéresse davantage à la subjectivité individuelle et à la manière dont se forme l’identité dans ses différentes dimensions, de la nationalité à l’orientation sexuelle […]. Cependant, quelles que soient les dimensions de la stratification sociale que l’on prenne en compte, l’accès aux ressources et le niveau de vie qui en résulte restent d’une importance capitale » (p. 40-41).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anaïs Albert, « Leonore Davidoff et Catherine Hall, Family Fortunes, Hommes et femmes de la bourgeoisie anglaise (1780-1850) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 125 | 2014, mis en ligne le 19 octobre 2014, consulté le 23 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4037

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page