Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Nathalie Brémand et Florent Perrier (coord.), Le phalanstère représenté

Cahiers Charles Fourier, décembre 2013, n° 24.
François Jarrige
Référence(s) :

Nathalie Brémand et Florent Perrier (coord.), Le phalanstère représenté, Cahiers Charles Fourier, décembre 2013, n° 24.

Texte intégral

1Qu’est-ce que le phalanstère fouriériste ? S’agit-il d’un monastère et d’une vaste caserne comme le peignent ses détracteurs, ou bien d’un palais harmonieux – sorte de Versailles champêtre – où Fourier et ses disciples ont réalisé leurs aspirations et leurs rêves ? La caractérisation comme la représentation de ces projets tout à la fois architecturaux et sociaux que sont les phalanstères n’ont rien d’évident. Le dernier numéro des Cahiers Charles Fourier propose de faire le point sur ce problème – rarement évoqué jusqu’ici – de la figuration et de la représentation du phalanstère, et des enjeux qu’elles soulèvent. Cet aspect de l’histoire du fouriérisme n’étant ni périphérique, ni secondaire, les auteurs montrent au contraire la centralité de cette question pour penser le statut des « utopies » au xixe siècle.

2Le volume comprend deux parties. Dans la première, des textes et articles d’horizons scientifiques pluriels discutent de la représentation du phalanstère. Antoine Picon interroge ainsi l’« étrange réticence » des fouriéristes à représenter le phalanstère, alors même qu’il s’agissait d’un dispositif central de leur doctrine et que le mouvement comprenait de nombreux architectes et ingénieurs capables de réaliser des dessins et croquis. Alors que l’utopie se transforme au début du xixe siècle, passant d’un discours critique sur le monde à un projet de transformation sociale, la représentation devient un enjeu décisif et ambigu pour les réformateurs. Dans son essai sur « L’irreprésentable organicité du phalanstère », Laurent Barridon questionne également les « enjeux de la représentation visuelle du phalanstère » mais aussi le statut de ces « documents graphiques » pour les militants fouriéristes. Il montre notamment les conflits et « enjeux de pouvoirs » incessants qui accompagnent l’élaboration et la diffusion des images du phalanstère au sein de l’école sociétaire. Ces images posent problème, car en faisant croire à une réalisation effective, elles risquent de créer des déceptions, et en se multipliant elles risquent de révéler les divisions et dissidences qui traversent le mouvement. Peut-on montrer sans appauvrir, donner à voir sans refermer les possibles ? Ces questions décisives, qui travaillent plus que jamais nos univers médiatiques, étaient déjà au cœur des réflexions sur la représentation visuelle du phalanstère dans la première moitié du xixe siècle.

3Dans sa contribution intitulée « Le phalanstère n’est pas un monastère », Nathalie Brémand propose ensuite une belle réflexion sur les contradictions entre le discours fouriériste et les images chargées de lui donner forme, et confronte la doctrine à ses représentations. Elle décrypte le message politique derrière le choix visuel de faire du phalanstère un vaste et luxueux palais : il s’agit à la fois de montrer le contraste avec la misère de l’urbanisme du temps, mais aussi d’inviter les individus à s’associer et se regrouper tout en laissant libre cours à leurs passions sensuelles. Si le phalanstère représenté est bien fouriériste, il ne dit malheureusement pas tout du fouriérisme : il fige une théorie qui est pourtant sans cesse travaillée par le mouvement et la circulation ; il donne l’impression d’un ensemble monolithique et achevé, alors que le fouriérisme est d’abord une pensée de l’expérimentation continue et de l’exaltation de la variété. Dès lors, « le phalanstère représenté offre une idée très réductrice du fouriérisme » (p. 49) car il occulterait – voire même fausserait – ses aspects les plus riches au nom d’un simple souci publicitaire et propagandiste. Cette thèse est intéressante, même si elle néglige sans doute le fait que la représentation du phalanstère n’est pas le seul élément qui a occulté – jusqu’à rendre invisible – la théorie de Fourier. Les écrits des disciples et les nombreuses publications périodiques du mouvement ont tout autant contribué à simplifier et transformer la pensée du maître. À cet égard, le phalanstère n’est pas contradictoire avec le fouriérisme. Il en dit plutôt l’évolution, au fur et à mesure de l’expansion et de l’institutionnalisation du mouvement, et des déviations doctrinales impulsées par Considerant après 1837. Le dernier texte, de Florent Perrier, est aussi le plus long. Il prolonge et approfondit ces interrogations sur le phalanstère représenté à partir d’une réflexion sur les descriptions et évocations littéraires du phalanstère. Ces dernières sont aussi riches, subtiles et foisonnantes que les images du phalanstère sont pauvres et sèches. Intitulé « L’utopie à l’image exceptée », cet article explore avec beaucoup de finesse les « ambiguïtés du phalanstère représenté » en prenant à bras le corps la théorie fouriériste de la lumière et de la vue, et ses conséquences sur la possibilité même de mettre en scène visuellement les théories sociétaires. Reprenant la question du statut des images et – plus largement – de la culture visuelle des fouriéristes, il identifie les raisons de l’interdit qui pèse sur les images parmi les fouriéristes, interdit qui se retrouve aussi dans leur silence à l’annonce de la mise au point du daguerréotype en 1839. En bref, l’utopie fouriériste ne serait pas passée à côté de l’image et de la représentation, elle ne pouvait fondamentalement pas se donner à voir au moyen des techniques et méthodes de représentation disponibles à l’époque. Le phalanstère « est précisément ce qui s’excepte du régime des images », conclut-il (p. 78).

4La seconde partie propose un catalogue des « représentations existantes ». Il s’agit d’un recueil remarquable et d’une grande utilité, qui fera de ce « cahier iconographique » un instrument de travail indispensable pour de futures recherches. On y trouve toutes les représentations jusqu’ici connues du phalanstère, depuis les premières esquisses de la fin de la Restauration jusqu’aux représentations plus tardives des années 1880. S’il ne s’agit pas d’un recueil exhaustif, on voit néanmoins que la forme du bâtiment, telle qu’elle a été fixée avant 1830 par Fourier, puis en 1832 par Considerant, n’a que peu évolué ensuite. La trentaine d’images reproduites montre des esquisses, des plans à plusieurs échelles, des illustrations d’origines diverses, chacune est précisément décrite, référencée, des extraits de textes et de commentaires complètent parfois la présentation. L’ensemble est complété par la réédition de deux textes de Fourier et Considerant. Les œuvres d’une graphiste contemporaine, Elsa Maillot, qui propose des variations visuelles sur la pensée de Fourier, illustre le volume. Comme à chaque numéro, ce Cahier Charles Fourier est foisonnant et riche, il mêle avec liberté et intelligence la diversité des approches et des regards, il lie les époques avec une certaine jubilation pour mieux nous aider à penser les apories et enjeux du présent. Même si ses coordinateurs le présentent avec modestie comme le début d’une recherche à approfondir, ce volume ouvre d’ores et déjà de multiples pistes pour penser le rapport singulier entre les « utopies » et leurs mises en images.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Jarrige, « Nathalie Brémand et Florent Perrier (coord.), Le phalanstère représenté », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 125 | 2014, mis en ligne le 19 octobre 2014, consulté le 22 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4032

Haut de page

Auteur

François Jarrige

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page