Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Chantal Guillaume, Charles Fourier ou la pensée en contre-marche

Neuvy-en-Champagne, Éd. Le Passager clandestin, coll. « Les précurseurs de la décroissance », 2013, 96 p.
Arnaud Froeliger
Référence(s) :

Chantal Guillaume, Charles Fourier ou la pensée en contre-marche, Neuvy-en-Champagne, Éd. Le Passager clandestin, coll. « Les précurseurs de la décroissance », 2013, 96 p.

Texte intégral

1La collection « Les précurseurs de la décroissance », dirigée par Serge Latouche aux éditions « Le Passager clandestin », a pour programme de présenter des figures et des textes susceptibles d’enrichir la pensée de la décroissance. C’est dans ce cadre que Chantal Guillaume, professeure de philosophie et membre de l’Association d’études fouriéristes, s’est emparée de l’œuvre de Charles Fourier pour montrer qu’elle est en mesure d’irriguer à sa manière ce courant de pensée contemporain, dont le constat principal est « qu’une croissance infinie de la production et de la consommation matérielles ne saurait être tenable dans un monde fini ». Son texte, intitulé Charles Fourier ou la pensée en contre-marche, est complété par la présentation d’un ensemble d’extraits de textes qui viennent appuyer ses analyses.

2D’emblée, elle prévient que faire de Fourier un penseur de la décroissance est paradoxal, sinon malaisé, en raison des fondements même de sa pensée qui, de prime abord, invitent peu à lui concéder le titre « d’objecteur de croissance ». En effet, il n’est jamais question dans son œuvre d’une quelconque critique de la croissance. Comment alors en faire un précurseur de la décroissance ?

3Deux idées principales sont développées. Premièrement, le fait que Fourier développe, en son temps, une critique de la tyrannie de l’économie et, deuxièmement, qu’il propose d’expérimenter l’utopie localement.

4C’est du côté de la méthode que Chantal Guillaume trouve des convergences possibles entre Fourier et les défenseurs de la décroissance, qui pratiquent l’un comme l’autre un certain « écart absolu » propice à la proposition de nouvelles façons d’appréhender la société et de concevoir un autre horizon, tout en évitant le double écueil du passéisme et du progressisme, technologique ou mental, érigé en absolu. La question du sens du progrès, qu’il pose avec force, peut donc faire de Fourier un précurseur de la décroissance. Un autre apport de Fourier, et peut-être plus globalement de la pensée socialiste, est sa volonté de ne pas enfermer l’économie dans un carcan scientiste propre à la considérer comme une soi-disant science incapable de (et non destinée à) traiter la question sociale et de proposer quelque réforme sociale que ce soit. Ici, la pensée de Fourier est utile aux décroissants qui s’appliquent à ré-enchâsser l’économie dans la société, alors qu’aujourd’hui la question sociale et écologique est largement soumise aux « lois de l’économie ». Ensuite, Chantal Guillaume développe encore cette convergence en s’intéressant à la critique fouriériste de l’industrialisme, de la richesse et du commerce, notamment dans ses relations néfastes avec le secteur agricole. Ainsi, sur de multiples plans, la pensée fouriériste est en mesure de féconder et d’illustrer les positions de la(les) théorie(s) de la décroissance en ce qui concerne la relocalisation des activités agricoles, le slowfood et la « bonne bouffe », le souci écologique et la prise en compte des dégâts qu’occasionne notre « modèle » de développement sur la nature, la volonté de développer des liens sociétaires et relationnels de proximité et de complémentarité… Pour autant, Chantal Guillaume ne craint pas de discuter les risques associés à une pensée et à une volonté qui se veulent totalisantes. D’aucuns diraient utopiques, sinon totalitaires. C’est ce dernier point que la seconde partie, « Expérimentation de l’utopie locale », discute en replaçant la pensée de Fourier parmi celle des penseurs que l’on nomme « utopistes », Saint-Simon, Owen, Cabet, lesquels ont conçu des projets de sociétés alternatives. Comme eux, Fourier cherche à expérimenter sa théorie « par le bas » et en s’appuyant sur son expérience concrète de commerçant, en projetant notamment la création de phalanstères. « Vivre en harmonie », tel est le programme de sa théorie sociétaire dont l’ambition est de réaliser la meilleure combinaison sociale possible pour réaliser « l’attraction des passions », autrement dit pour assurer l’association et le développement harmonieux de toutes les passions individuelles et collectives. Radicale et originale, sa conception du monde et des relations humaines brasse tout à la fois les questions économique, sociale et amoureuse. Impossible de refonder la société sans un nouveau fondement amoureux. C’est dans « Un nouveau monde amoureux » que Fourier envisage ces « écarts absolus » vis-à-vis de la norme familiale et affective de l’époque. Le phalanstère, lieu par excellence d’association(s), est censé mettre en place toute une organisation communautaire à même de développer des relations sociales et productives multiples et attrayantes par le biais de la réalisation des passions, elles-mêmes plurielles et complémentaires. Appliquée au monde du travail, cette combinatoire des passions devrait générer le bien-être de tous les phalanstériens. Dans sa présentation, Chantal Guillaume n’omet pas de souligner le caractère très directif d’une telle entreprise, qui pour certains - non sans une dose d’anachronisme - serait tendanciellement source de totalitarisme. Même si l’objet du livre n’est pas là, on aurait pu attendre de l’auteure qu’elle ne s’en remette pas uniquement à l’exagération, à la « loufoquerie » de l’œuvre de Fourier pour lever cette aporie de la pensée du Bisontin, d’autant que ce « procès » en irréalisme a été pour beaucoup dans la déqualification de l’auteur, de sa théorie et finalement de ses projets. Néanmoins, Chantal Guillaume souligne parfaitement l’appartenance de Fourier au courant associationniste, qui débouchera sur de nombreuses expérimentations au cours du xixe siècle. À ce titre, les « objecteurs de croissance » peuvent effectivement s’inspirer de Fourier et du mouvement associationniste et coopératif pour promouvoir et mettre en place, même et peut-être surtout à l’échelle locale, des formes de production et de consommation alternatives à celles en vigueur, afin que l’utopie inspire la réalité. Pour clore cette partie, Chantal Guillaume discute l’un des points essentiels qui fait que spontanément on puisse avoir quelques réticences à voir en Fourier un précurseur et un inspirateur de la décroissance : son productivisme. En effet, celui-ci promet l’abondance via une très forte augmentation de la production… Le principal et le plus convaincant des arguments évoqués est celui qui fait de la production tout autre chose qu’une fin en soi, et invite donc à s’interroger sur la nature, l’utilité et le niveau de ce qui est produit et consommé. Autrement dit, une « société d’abondance » fondée sur « l’association » n’est pas une « société de croissance » car elle produit des bénéfices sociaux bien supérieurs à ceux de la société industrielle et du capitalisme, en évitant surabondance et gaspillage. On rejoint ici « l’abondance frugale » prônée par les décroissants. Finalement, si l’auteure souligne le caractère problématique d’une volonté d’annexion de Fourier à la décroissance, elle insiste néanmoins sur le fait que la réflexion des décroissants invite à reprendre la lecture de certains aspects de sa pensée. Pour ce faire, est proposé aux lecteurs un ensemble de courts extraits des œuvres de Fourier afin d’inviter à lire, à relire le Bisontin… sans modération.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Froeliger, « Chantal Guillaume, Charles Fourier ou la pensée en contre-marche », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 125 | 2014, mis en ligne le 19 octobre 2014, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/4029

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page